AccueilAccueil  FAQFAQ  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 En agréable compagnie... [PV Arielle et Waldrade]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Wenceslas Théophane
Créature
Créature
avatar

Nombre de messages : 106
Age : 29
Localisation : Pourquoi pareil question ? Cela va t'empêcher de dormir ?
clan : Celui de Waldrade alors demandez lui...
Humeur : Massacrante pour ne pas changer...
Date d'inscription : 11/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
75/100  (75/100)
Niveau magique:
18/20  (18/20)
Relations:

MessageSujet: En agréable compagnie... [PV Arielle et Waldrade]   Mer 13 Fév - 13:22

La nuit venait d’engloutir le soleil de ses ténèbres… Par conséquent, c’était l’heure de se réveiller. Le marquis ouvrit un œil, mais tout ce qu’il aperçut dans l’instant, ce fut le plafond du cercueil, qui, de pars sa présence, lui assurait une journée de sommeil tranquille, sans risque d’être dérangé. D’un geste vif, il le retira et sortit de sa couche d’un bond gracieux avant de s’étirer les bras. Ah ! C’était vraiment regrettable que les nuit soie plus courte que le jour. Les diurnes avait bien de la chance de ce côté ci. D’un regard circulaire, le vampire analysa la chambre. Diable ! Il y a une araignée là ! Dans le coin du mur ! Les bestioles de la sorte n’ont rien à fabriquer dans une maison ! Bon sang ! Wenceslas saisit sa baguette toujours dissimuler dans sa canne, laquelle se trouvait posé contre un pan de mur, et calcina le petit être sans cérémonie.

Un elfe de maison entra alors en trombe dans la pièce et s’empressa de faire le ménage après avoir fait ses civilités à son maître. La mine satisfaite, il endossa une cape en peau de dragon vert, et transplana dans l’un des salons du château. Et oui ! Il n’allait pas encore se déplacer comme les moldus ! Sinon, il aurait fallu un sacré bout de temps pour arriver à destination étant donné le nombre de pièce que regorgeait la demeure. Enfin bref ! Un grand feu brûlait dans l’âtre de la cheminée, provoquant une douce chaleur. Ah ! Il aimait bien se retrouvé au coin des flammes… En effet, le vampire sortait peu de chez lui, ( bien qu’il essaye maintenant de faire des efforts ) son lieu habituel, étant le divan prés de la cheminée. Là, il passait son temps à lire ou à jouer de sa contrebasse… La musique… Que voilà un bel art ! C’est en songeant à cela que le marquis se décida.


Il fit léviter son instrument, à l’aide de sa baguette, jusqu’à lui, saisit l’archet et commença une mélodie en le faisant glisser sur les cordes. Cela dura quasiment une demi-heure lorsqu’un autre elfe de maison richement vêtu ( et oui, même les elfes de maison avaient droit au luxe chez les Théophanes ) fit son apparition. Celui ci s’inclina bien bas, son nez touchant presque le tapis sur lequel il se trouvait avant d’annoncer d’une voix grave :

- Monseigneur à de la visite...
- Comment ? A une heure aussi tardive de la nuit ? Est-ce possible ? Quel est donc le fou qui ose frapper à ma porte ?
- Je l’ignore monseigneur, je suis juste venu vous en informer…
- Fort bien ! J’accoure ! Tu peux disposer…

L’elfe repartit après s’être courbé une nouvelle fois. Pendant ce temps, Wenceslas se posait un nombre incalculable de question sur l’étrange personne qui demandait à être reçut. Il rangea donc son matériel et transplana à nouveau, derrière la grande porte cette fois ci. Deux autres elfes attendaient patiemment de chaque côté de celle ci. D’un bref signe de tête, Wenceslas ordonna de l’ouvrir. L’ordre fut exécuter sans un mot, la porte s’ouvrit lentement, laissant apparaître une silhouette féminine éclairée par un faible rayon de lune. Le marquis haussa un sourcil. Une situation fort étonnante. Que venait donc faire une femme ici ? Elle voulait peut-être connaître l’effet de ses crocs à la hauteur du cou ? C’est en se rapprochant de l’inconnue qu’il sut à qui il avait l’honneur. C’était une autre vampire. Et pour le moins charmante ! Avec son habituel rictus au bout des lèvres, il prononça ces quelques mots :

- Que vois-je ? Une personne de marque !

Il saisit alors la main de la jeune femme et y déposa un baiser.

- Mes hommages gante demoiselle ! Quel est donc la raison de votre venu en ce lieu ignoré de tous ?

Depuis le temps que les Théophanes ne recevaient plus de visites ! En voilà une d’opportunité pour faire une plaisante connaissance !


Dernière édition par Wenceslas Théophane le Dim 6 Avr - 14:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arielle V.D.Grindenfersen
Agent des renseignements
Agent des renseignements
avatar

Nombre de messages : 234
Age : 26
Localisation : Toujours au mauvais endroit...
clan : Dark Lord
Humeur : Selon les rencontres...
Date d'inscription : 11/11/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
75/100  (75/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: Re: En agréable compagnie... [PV Arielle et Waldrade]   Mer 13 Fév - 16:26

Le soleil tout juste de disparaître par delà l'horizon et Arielle sortit de son manoir, la faim tapissant son ventre. Le temps s'annonçait plus doux ajourd'hui et il n'y avait, avec un grand soulagement, aucune violente pluie s'annonçant par delà le ciel étoilé. La jeune vampire sentait qu'une longue nuit s'annonçait. Bien qu'en général, elle se contentait de deux à trois victimes, Arielle était d'une humeur prospère aujourd'hui et n'avait guère envie de s'enfermer chez elle à boire du vin. Quel solution il restait alors? Se promener, pardi *Expression*! Le silence brutal de la nature vint effleurer ses petites oreilles endormies et elle déambula dans un sentir assez hostile, s'enfonçant d'avantage dans l'obscurité de la nuit mais sans aucun risque. La forêt était toujours un endroit agréable à toute promenade, surtout la nuit, lorsque les voyageurs ne font plus route et laissent libre champs aux créatures de la nuit. Mais la rouquine se fichait éperduemment de croiser quelqu'un en chemin, cela lui permettait de tester de nouvelles techniques ou de s'entraîner...non?

Bref, une doux onde de silence parcoura l'entièreté de la forêt..toute? Non.. Une lumière au loin laissait présager une quelconque âme vivante, osant s'aventurer dans les ténèbres funestes de ces lieux dangeureux pour tout être normal. La curiosité emportant directement la vampire, son chemin se modifia bien vite et elle se dirigea vers ces quelques lumières qu'elle ne savait qualifier sur le champ. Ce n'est que lorsqu'elle atterit sur au début d'un parc que son regard s'accrocha à l'étendue d'eau qui encombrait les contours de ce même parc. Mais elle releva bien vite ses prunelles de crystal sur le château imposé à une vingtaine de mètres plus loin... Elle n'avait jamais vu cette bâtisse, et à l'évidence, elle avait été construite là pour ce critère de demeure paisible et discrète.. MMm..intéressant.. Une grande porte blindée se dressa devant elle mais l'intrusion ne lui venait pas à l'esprit aujourd'hui... Autant découvrir pacifiquement le propriétaire de ce domaine somptueux et s'il se montrait intéressant, peut être qu'un coup de croc interviendrait ce soir là... Grindenfersen frappa plusieurs coups délicats mais puissants sur la porte de fer en attendant une éventuelle réponse des habitants de l'intérieur. Le silence reprit son cours pendant un bref moment avant que les plaques de fers s'ouvrent dans un crissement suraigue, laissant place à un homme à la stature imposante et raffinée... Mais une chose se remarqua bien vite chez cet homme, quelque chose qui semblait plutôt plaire à Arielle. Apparemment, elle se trouvait en face d'un vampire, à l'allure aristocratique de plus! Un sourire se dessina au coin de ses lèvres rougeâtres. Tout compte fait, peut être que la rencontre serait fort intéressante.


"Vous me flattez très cher. Je suis navré de vous avoir dérangé à cette heure tardive de la nuit"

Bien qu'elle n'en pensait pas un mot, autant rester dans la politesse qu'elle avait pour habitude d'utiliser. Arielle fit une révérance gracieuse avant de se remettre à la position initiale en accrochant son regard ciel sur le vampire. Elle fut néanmoins surprise de l'ancienne coutumme qu'employa celui-ci en guise de salutation. Il devait avoir déjà quelques années pour user de ces politesses qui plaisaient généralement toujours aux femmes, et elle devait l'avouer, elle avait apprécié ce geste. Peut être parce qu'il est bien rare qu'on l'acceuille d'une telle manière... Bon ok, il faut dire qu'elle n'était pas toujours aussi aimable avec les autres, mais que voulez vous? On est pas tous parfaits...heureusement d'ailleurs..

"Vos lumières que l'on pouvait voir d'une assez longue distance ont titillé ma grande curiosité. Il faut dire que je me promène rarement dans les profondeurs de la forêt, mais il me semble que pour une fois, j'ai fait le bon choix"

*Tu m'étonnes..*

Par contre, cet homme lui semblait familier. Ou peut être qu'elle voyait en lui une autre personne... Mystère.. Un air songeur s'infiltra dans son regard et elle semblait chercher dans sa mémoire une quelconque personne pouvant ressembler à cet homme, pas moyen! Boa, elle trouverait peut être plus tard.

"Vous devez appréciez la solitude pour vivre aussi retirer et dans une harmonie de calme et de silence.."

*Je préfère les bruits de la campagne rural pour ma part.*

En effet, Arielle vivait dans le manoir parental de sa famille situé dans un vieux village sinistre mais actif.


"Oh, j'ai oubliée toute politesse. Je me nomme Arielle Vaadeland Dunthorn Gridenfersen, enchanté"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wenceslas Théophane
Créature
Créature
avatar

Nombre de messages : 106
Age : 29
Localisation : Pourquoi pareil question ? Cela va t'empêcher de dormir ?
clan : Celui de Waldrade alors demandez lui...
Humeur : Massacrante pour ne pas changer...
Date d'inscription : 11/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
75/100  (75/100)
Niveau magique:
18/20  (18/20)
Relations:

MessageSujet: Re: En agréable compagnie... [PV Arielle et Waldrade]   Mer 13 Fév - 18:15

Les propos de la demoiselle manqua de faire sourire notre bon vieux Wenceslas. Le déranger ? Allons donc ! Un peu de distraction ne faisait de mal à personne ! Et encore moins venant d’une personne comme celle ci.

- Vous trouvez ? Pourtant je ne suis guère le genre d’homme qui aime à flatter. Je dis très exactement ce que je pense. Mais il s’avère que dans des cas comme ici présent, il arrive de m’abandonner à une courtoisie dont je fais usage à fort peu de personne. D’autant plus que vous êtes, sans vouloir vous offenser, une créature de la nuit…

Ses yeux perçants d’une couleur bleu-gris vinrent fixer ceux de la vampire un instant avant de reprendre de manière un peu plus détendu.

- En ce qui me concerne, sachez que vous ne m’importuner point. Et comme vous devez-vous en douter, la nuit pour moi, est le jour des mortels…

Visiblement, la vampire n’était pas habitué à la façon de saluer qu’avait employé le marquis, bien que cela ne sembla nullement la dérangé au contraire. Celle ci se mit alors à faire une déférence qui plus fort bien au vampire. Ah ! De nos jours, il était devenu rare de croisé des personne ayant gardé ce genre de politesse ! La vampire monta bien vite dans son estime, il sentait qu’il allait bien s’entendre tous les deux…

- Curieuse ? Cela peut être un grand défaut si l’on ne l’utilise pas avec bon escient… Quoi que je doute que cette particularité vous est déjà mis dans l’embarras. Quoi qu’il en soit, vous avez effectivement fait le bon choix. Sur ce point, vous ne vous méprenez pas. Enfin, cela n’a été que pour les personnes de votre statut ! Les autres ne sont pas ressortie d’ici, et les quelques exceptions qui y sont parvenus, étaient véritablement amoché. Mais trêve de plaisanterie ! Je m’égard ! Ici, quoi qu’il advienne, les vampires sont toujours la bienvenue. Hormis peut-être les traîtres à leur sang… Mais je suppose que vous ne devez pas faire partie de cette classe pitoyable ? Me tromperais-je ?

Le visage de son interlocutrice changea soudainement d’expression, comme si elle réfléchissait. Oserait-il s’introduire illégalement dans son esprit pour en connaître la cause ? Et non ! C’est quoi que cela ? Entre vampire, pas d’hypocrisie ou quoi que ce soit d’autre ! Non mais ! C’est quoi cette idée complètement déplacé ? Mais l’inconnue repris bien vite la parole.

- La solitude ? Hum… Il me plaît en effet à être dans mes heures d’isolement mais je ne vis point seul dans cette résidence… Fort heureusement ! On s’ennuierait à force. Ne trouvez-vous pas ? Je demeure ici depuis peu, avec ma famille. Autrement dis, ma femme et mes cinq enfants. Nous avions décider de restaurer ce château qui se trouve à l’écart de toute civilisation car nous apprécions comme vous le dîtes si admirablement le calme et le silence.

C’est alors que vint la partie la plus intéressante : elle se présenta.

*Waou ! Quel nom ! *

- Arielle Vaadeland Dunthorn Gridenfersen ! Répéta le marquis. Enchanté de même… Que voilà un bien adorable prénom… Je suis Wenceslas Théophane.

Il aurait pu ajouter « pour vous servir » mais non. Wenceslas ne servait personne. D’ailleurs, cette marque de politesse, il ne l’avait jamais prononcer de sa vie, sauf peut-être à sa femme, et ça s’arrêtait là.

- Mais ne nous attardons pas sur le seuil voulez-vous ? Cela vous plairait-il de prendre un verre en ma compagnie ?

Sans même attendre la réponse de la jeune femme, il fit signe aux elfes de maisons de refermé la porte, pris la main de la vampire et transplana avec elle dans le salon qu’il venait de quitter quelques minutes plus tôt.

- Qu’aimeriez-vous déguster ce soir Arielle ? Il y a tout ce dont on peut rêver ici. Cadwadadr s’empressera de vous l’apporter. Annonça le marquis en jetant un coup d’œil à l’elfe dénommé ainsi qui se tenait dignement sur le côté. Celui ci s’inclina brièvement devant l’invitée, un sourire au lèvre.
- Pour vous servir… Dit-il simplement.
- Je vous en pris, prenez vos aises… Reprit le vampire tandis qu’il s’asseyait sur l’un des divans.

Maintenant qu’ils étaient installé, Wenceslas voulait en savoir plus sur cette personne charmante qui venait de frapper à ça porte. Mais par quoi commencer ? Aller ! Faisons simple pour l’instant.

- Quel âge avez-vous sans vouloir me montrer indiscret ? J’aime à entretenir des rapport amicaux avec d’autre personne de mon espèce… Pour ma part, je n’ai rien à cacher. Aussi je puis vous dire sans plus tarder que j’ai atteint mes 526 ans… Enfin, je suppose que ne vous attendiez pas à ce que je sois de la toute première jeunesse avec mes méthodes plus ou moins arriéré.

Ses dernier mots furent un peu sur le ton de la plaisanteries, car il se savait un peu ( beaucoup ? ) décalé par rapport au contexte d’aujourd’hui. Mais bon. Il n’allait pas changer le vieux ! Et non ! Pourquoi faire ? Il aimait bien sa manière de faire alors il la garderait ! Que cela plaise ou non ! Que cela soit discret ou non ! Que cela soit déplacer ou non ! Que cela soit… Oui bon ça va ! On a compris ! N’en faisant pas tout un foin non plus !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arielle V.D.Grindenfersen
Agent des renseignements
Agent des renseignements
avatar

Nombre de messages : 234
Age : 26
Localisation : Toujours au mauvais endroit...
clan : Dark Lord
Humeur : Selon les rencontres...
Date d'inscription : 11/11/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
75/100  (75/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: Re: En agréable compagnie... [PV Arielle et Waldrade]   Sam 16 Fév - 16:00

Le language soutenu de l'homme confirmait l'époque dont il devait provenir. De telles paroles, somptueuses et délicates s'avéraient être agréables à entendre contrairement à la langue moderne et déformée que tenait les adolescents ou vagabonds en tout genre. La rouquine fut émue de la réponse qu'il venait d'affirmer. Il savait employer les mots dans un bon ordre, ce qui fit sourire d'autant plus Arielle qui se tenait toujours droite, à l'extérieur du domaine et les yeux remplie d'une certaine curiosité. Vint par la suite la précision qui devait informer que le propriétaire du domaine n'appréciait guère le jour. Pour ce qui est de la jeune femme, elle pouvait se balader aisémment le jour sans trop forcer puisqu'elle n'était pas un vampire de naissance.

"Je vous comprends, d'autant plus que la nuit est douce et tranquille contrairement au bruit effarant de la journée"

Arielle parlait bien sur des bruits de la ville, des villages, de ces moldus répugnants qui se promenaient dans les contrées lointaines et se croyaient les plus fort, ignorant d'un autre monde non loin d'eux. Il faut dire que la vampire n'appréciait le sang que de rares moldus, mais préférait amplement le sang sorcier qui se goûtait avec plus de saveur. Mais pour ce qui est de l'homme à la crinière noir, chaque personnes osant pénétrer dans sa demeure pouvait dire adieu à une vie longue. Rien que d'y penser, un sourire sadique effleura une fraction de seconde les lèvres rougeâtre de l'aristocrate.


"Heureusement pour vous et moi, vous ne vous trompez pas. Me comparer à ces saletés me répugnerait"

Lorsqu'elle s'était mit à réflechir sur le visage familier qui se présentait devant elle, l'illumination lui vint lorsqu'il informa la présence d'une famille et les détails dessous, le nombre quoi. Elle se rappela directement de Waldrade Théophane mais ne savait pas si elle avait un quelconque lien de parenté avec cet homme.


"Oh, cinq enfants? Vous devez avoir les nerfs solides, à moins que votre descendance ne soient si calme. Pour ma part, cette idée ne me viendrait même pas à l'esprit, je suis une indépendante et n'aime pas m'encombrer d'une progéniture...pour ma part.."

Déjà que la simple idée d'être en couple avec quelqu'un la choquait en tout cas ou plutôt, la laissait indifférente. Qu'est ce qu'elle irait faire avec un homme alors qu'elle a déjà tout ce qu'elle veut seule, et surtout, une tranquilité bienfaisante. Mais chacun est ce qu'il est, heureusement d'ailleurs... Par la suite, son regard s'accrocha directement sur l'homme lorsqu'il se présenta réciproquement, mais ce n'est pas cela qui avait bombardé l'esprit de la v ampire, mais le nom en lui même...Théophane? Comme Waldrade Théophane? Sûrement, de plus, la ressemblance était frappante.

"Théophane? Ne seriez vous pas parenté à Waldrade Théophane?...par le plus grand des hasards?.."

Arielle n'avait guère souvent parlé avec elle mais avait toujours apprécie son goût vestimentaire et comportemental. Quoiqu'il en soit, elle attendait avec impatiente invisible la réponse du vampire tout en acceptant sa proposition. Croupir dans le froid ne la gênait pas, mais s'était plus agréable de converser autour d'un petit verre, non? Mais elle n'eut guère le temps d'émettre une certaine réponse qui d'ailleurs, s'annonçait positive que les portes du domaine se refermèrent dans le même crissement que la première fois et qu'une main se posa sur la sienne pour sentir par la suite l'effet désagréable du transplanage. L'aristocrate atterit avec le marquis dans le salon richement décoré et remplie d'une délicieuse onde et d'énergie. Pas comme la technologie moderne qui encombrait les maisons des moldus...elle n'avait jamais rien compris à ces futilités.

"Je vois que vous avez un bien excellent goût niveau décoration, Wenceslas.."

Arielle se retourna vers le Théophane en question, ses yeux crystals parcourant vaguement la pièce avant de se reposer sur Wenceslas.

"Bien, j'ai déjà eut ma dose de nourriture ce soir, mais un bon vin ne serait pas de refus. Je vous laisse la choix pour cette boisson céleste"

Et oui, la rouquine appréciait alégremment le vin et ne s'en privait en aucun cas. Un petit verre de cette boisson tous les soirs, sans trop en abuser pour autant. Et comme le marquis l'eut annoncé, un petit elfe richement vêtu transplana tout près d'eux en s'inclina tellement fort qu'il donnait l'impression de se tapir par terre, ce qui élargit le petit sourire de la vampire. Elle prit par la suite place dans l'un des moelleux divans qui décoraient le salon en sentant l'odeur vieille du tissu remplir agréablement ses narines. Elle aimait l'odeur ancienne qui s'accrochait aux vieilles demeures. Bien qu'elle s'était douté d'un âge fort avancé chez le vampire, elle ne put s'empêcher d'ouvrir pendant un instant ses yeux plus larges que la normale avant de papilloner uneà deux fois des yeux sous l'effet de la surprise.... Quand même un demi millénaire, il devait en avoir vécu des choses..

"Eh bien...je m'attendais à un âge tournant autour des 150, 200 ans, mais je me serai donc trompée. Pour ma part, je n'ai guère encore acquis assez d'expériences pour me mesure à vous dans des conversations cultures"dit elle avec un petit ton d'amusement "J'ai 28 ans...une différence assez large si je puis dire"

Mais on pouvait dire qu'elle trouvait impressionnant le fait qu'il ait conversé la manière d'entamps.


"Au fait, j'ai put constater que contrairement à ces autres stupides sorciers, vous traitiez avec, je dirai, bonté vos elfes. Je trouve cela fort charmant et fort rare.."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wenceslas Théophane
Créature
Créature
avatar

Nombre de messages : 106
Age : 29
Localisation : Pourquoi pareil question ? Cela va t'empêcher de dormir ?
clan : Celui de Waldrade alors demandez lui...
Humeur : Massacrante pour ne pas changer...
Date d'inscription : 11/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
75/100  (75/100)
Niveau magique:
18/20  (18/20)
Relations:

MessageSujet: Re: En agréable compagnie... [PV Arielle et Waldrade]   Sam 16 Fév - 18:37

Wenceslas Théophane fut heureux de constater que son intuition avait vu juste. Cette vampire était… Comment dirait-on ? Normale ? Et oui ! Les créatures de la nuit ne sont pas faîte pour s’allier à ceux qui veulent la liberté, la paix et la justice ! Non mais ! Qu’est-ce donc à la fin ? Les nerfs solide ? Ah ! En fait, lui c’était peut-être même plus que ça…

- Oh ! Mes enfants ne m’ont jamais déçut ! En même temps, ils n’ont pas été élevé avec les méthode d’aujourd’hui. Nous leur avons donné une éducation exemplaire, des plus strictes. Pas comme de nos jours où ces sale môme rodent un peu partout, furète dans vos bien et saisissent ce qu’ils trouvent pour le moins intéressant avant d’en faire de la bouillie avec leur mains immonde… Les miens, n’ont rien fait de tout cela ! Ils étaient sage et respectueux… Maintenant, les adolescents n’ont même plus de respect pour leur anciens ! C’est un honte ! Une calamité ! Je te fouetterais tout ça jusqu’au sang moi !

Sa voix commençait à hausser le ton, une colère menaçant d’éclater à tout moment. Rien que de penser à ce manque d’éducation, Wenceslas s’emportait, les dents crispées… Se souvenant ensuite qu’il était en bonne compagnie, il repris son calme, du moins, il essaya. Toujours un peu rude, il continua :

- Non. Cinq enfants certes, mais obéissant, bien qu’ils aient largement acquis l’âge adulte maintenant. Heureusement, ils ne traitent pas ma femme et moi-même comme de vulgaire petite vermine comme quelques fois, j’ai eu l’occasion d’apercevoir chez certaines familles. En ce qui vous concerne, je vous soutiens en tout point. Inutile de s’encombrer de marmots indomptables ! Car c’est qu’ils sont maintenant ! Enfin bon je me répète. C’était bien à l’époque…

Une fois son opinion déclaré, il fut des plus surpris lorsqu’Arielle lui posa une bien étrange question. S’il était apparenté avec Waldrade Théophane ? En voilà une de question !

- Vous connaissez Waldrade ? Comment cela se fait-il ? Elle ne m’a jamais rien dit sur une quelconque rencontre ! C’est ma fille. Ma très cher fille. L’unique ! Les quatre autres ne sont que des garçons ! Si je venais à la perdre, je serais dans une rage folle ! Un courroux avec nul moyens de l’apaiser ! Ah ! Le premier qui s’en prendra à elle, je lui ferais subir les pires souffrance jamais imaginer. D’ailleurs cela est valable pour chacun de mes enfants. Mais qu’importe… Cela m’étonne que vous la connaissiez… Ou peut-être l’avez vous juste entendu de nom ?

A l’intérieur, l’invité ne s’empêcha pas de montrer son point de vu sur le décor qu’elle trouva excellent, ce qui immédiatement enchanta le marquis. Et oui ! Les Théophanes n’était pas du genre à acheter de la camelote ou à orner leur domaine avec le style « moderne » comme ils appelaient cela maintenant les gens d’aujourd’hui. Le luxe résidait essentiellement dans les choses anciennes qui, actuellement avait encore plus de valeur qu’autrefois.

- Pour tout dire, vous avez ici un aménagement typique de jadis. Ou les rois était encore à la têtes d’un état. Enfin… Je songe que vous ne deviez sûrement pas être de même nationalité que moi. On trouve finalement très peu de français par ici.

La vampire ne refusa pas son offre. Du vin ? Ah ! Ce n’était pas ce qu’il manquait ici ! Vivement, il adressa un regard complice à son elfe de maison, qui lui sourit instinctivement avant de prendre la parole :

- Je pars quérir un bon bordeaux français ! Le château Maurac !

Il disparu aussitôt pour revenir quelques secondes après, une bouteille en main. Cadwadadr s’empressa de servir les deux vampires avec un soin tout particulier pour ne pas renverser. Wenceslas tendis ensuite l’une des coupes à son hôte après avoir remercier l’elfe, puis pris la sienne en ajoutant avec l’ombre d’un sourire :

- A la votre cher amie…

Amie ? Et oui, Wenceslas considérait tous les vampires comme ses amis hormis bien évidemment ceux qui se dressaient contre lui. Heureusement, jusqu’à maintenant, il n’était pas encore tomber sur un cas comme cela bien qu’il savait que quelque part, il en existait. Il porta le verre à ses lèvres, mais faillit rendre tout à l’instant où Arielle ouvrait des yeux rond de stupéfaction. Le vampire ne put s’empêcher de rire devant la mine qu’elle avait empruntée. C’était bien l’une des rares fois que cela lui prenait. Lui ? Rire ? Toutes les centaines d’années pour être généreux… Décidément, cette personne… S’il ne s’entendrait pas, il serait vraiment éberlué ! Elle avait retrouvé l’usage de la parole, et ce qu’elle déclara amusa quelque peu le marquis.

- Serait ce possible ? Rajeunirais-je maintenant ? Ah ! Et non ! Il y a longtemps que j’ai passé le cape des 200 ans ! Il est vrai que cela ne doit pas être très courant mais bon. 28 ans vous avez… C’est bien jeune en effet ! On peut dire que vous avez toute la vie devant vous ! Sinon, oui. Je traite mes elfes de maisons de manière plutôt convenable en effet. Il ne faut pas sous-estimer ses être aussi petit soit-il, car la taille ne fait pas la puissance. Ils sont capable de choses que la plupart des sorciers ignorent ou ne veulent pas s’en rendre compte car ils estimes que se sont des moins que rien. Regrettable erreur ! Et puis, pour tout vous dire, je ne pourrais supporter de les voir vêtu de vieilles loques dans un tel environnement ! Ces stupides sorciers comme vous dîtes si bien, maltraite ses pauvres créatures, souvent pour le plaisir de les voir souffrir ! Je n’aime guère ce genre de personne qui s’abandonne à pareil ânerie. Et je confirme, rare sont les personnes qui partage le même point de vue que moi à ce sujet.

Il poussa un long soupir, s’imaginant en train de torturer les mal traiteur d’elfe avec justement leur serviteur à côté écumant de joie, les yeux pétillant de sadisme. Seulement, Wenceslas se doutait bien que cela n’arriverait pas, pour la simple et bonne raison que malgré leur maltraitance, il adorait leur maître. Donc, plus la peine d’y penser. Se retirant soudainement de ses songerie, il demanda :

- Que faîtes vous dans la vie ? J’imagine que vous devez bien vous occuper tout de même ? Vous ne passez pas vos nuit à égorgé des innocents ! Me tromperais-je ? Vous avez très certainement un métier ou quelque chose du genre… Moi, je n’en ait pas. Pas besoin ! Et à bien y réfléchir, je ne fais pas grand chose de mes heures… De la musique principalement et de la lecture. Mais bon…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arielle V.D.Grindenfersen
Agent des renseignements
Agent des renseignements
avatar

Nombre de messages : 234
Age : 26
Localisation : Toujours au mauvais endroit...
clan : Dark Lord
Humeur : Selon les rencontres...
Date d'inscription : 11/11/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
75/100  (75/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: Re: En agréable compagnie... [PV Arielle et Waldrade]   Dim 17 Fév - 21:36

La paix, la justice, la liberté? C'est quoi cette connerie débile? Arielle avait mieux à faire que de courir sauver d'autres personnes ou établir une sois disant paix qui ne lui apportait pas plus que ce qu'elle n'avait maintenant. Elle préférait de loin les tensions obscures qui établissaient une peur chez les gens, cela nourissant le plaisir chez la vampire. Enfin, s'était un peu la même chose avec les gosses. Il est vrai que Wenceslas avait vécu à une époque assez lointaine ou l'éducation était de coutume, contrairement à cette époque contemporaine dans laquelle elle est née et vit actuellement. Elle ne fut pas choquée du ton élevé dont le marquis fit preuve soudainement, ses paroles luisant d'une colère menaçante, ce qui fit d'autant sourire Arielle devant la raison de ce changement brusque de comportement. Mais le vampire repris bien vite le contrôle de lui-même en se calmant petit à petit tandis qu'elle répondit bassement en soupirant à la fin de sa phrase.

"Et bien, au moins je puis voir que l'éducation pour vous est d'une importance cruciale...Dans quel monde vivons nous à présent"


Puis vint la confirmation de l'identité de Waldrade Théophane, n'étant autre que la fille de ce beau marquis. Est ce que Arielle la connaissait? Pas intimement, mais elle avait déjà eut l'occasion de la rencontrer visuellement et de participer à diverses missions. Elle ne la connaissait donc pas tellement. Mais il semblait que Waldrade était très précieuse à Wenceslas qui tenait chèrement à ses enfants bien aimés.

"Pas intimement, je n'ai eut l'occasion de la rencontrer quelques fois lors de mes promenades"

Elle ne préférait pas l'informer de son statut de mangemorte. Ne sachant pas vraiment si Wenceslas était pour ou contre son maître. Enfin, ne pensons pas à ces petits détails. Elle esquissa un sourire à ses paroles d'informations sur la nature de la décoration des lieux. Celle-ci semblait ressembler à l'ancienne décoration noble des marquis à l'époque de LouisXIV ou dans le style.

"Oh, je trouve que vous avez eut une bonne idée en conservant la décoration d'antemps. Pour ce qui est de ma nationalité, je suis Allemande mais avec des origines, Hollandaise et Anglaise, des régions assez proches je dois dire et je suppose que vous êtes de nationalité française si vous dites cela?"

Par la suite, l'elfe élégamment vêtu réapparu avec une bouteille de vin en main et s'approcha d'eux pour les servir avec une rapidité raffinée et délicate. La rouquine pris le verre de vin entre ses longs doigts vernis d'un rouge sang au bout des ongles et leva la coupe en même temps que Wenceslas en hochant avec élégance la tête.

"A la votre très cher"

Contrairement au marquis, la vampire n'usait guère de mot d'amitié dans son vocabulaire, sauf lorsqu'une liaison d'amitié forte existait, et comme Arielle était de mauvaise nature en générale, cela était bien rare. Mais la politesse était une rigueur chez elle et l'aristocrate éprouvait un grand respect envers Wenceslas. Peut être était-ce la première fois qu'elle faisait la rencontre d'un vampire aimable, mis à part Waldrade qu'elle ne connaissait pas encore et ne pouvait donc juger. Elle but délicieusement une mini gorgée de ce vin exquis et lorsqu'elle addressa une expression de surprise assez étrange, elle ne trouvait pas ce qu'il y avait de drôle par rapport au vampire. Avait elle exagérée dans ses traits? Mystère mais elle lui addressa un sourire par la suite.

"Deviendriez vous un vieux croûton pour bientôt?"plaisanta t'elle"Et oui, j'ai encore toute la vie devant moi et j'essaie d'en profiter allégremment. Ah, et comme je n'ai pas d'elfes, mais je sais ou plutôt je pense qu'il est toujours mieux de traiter d'une manière plus convenables les elfes..mais je ne saurais dire exactement comment puisque je n'ai jamais eut l'expérience de subir leur présence chez moi"
Puis vint la fameuse question. Que faisait elle exactement? Oh, elle faisait partie de la garde rapprochée de son maître, le dark lord, mais fallait il le dire à Wenceslas? Oh, et puis zut, l'honnêteté faisait partie de Arielle et d'ailleurs, à quoi bon démentir ce que l'on ait, la vampire était fier de ce qu'elle était. Mais elle allait commencer simplement par le métier qu'elle excercait à la base


"Eh bien, j'ai le plaisir de travailler au ministères , j'accompli diverses missions que l'on me procurent un plaisir fou lorsqu'il s'agit de combat. Mais vous avez peut être trouver la meilleur méthode. Il y a beaucoup de gens qui travaillent pour l'argent, personnellement, je ne travaille que pour le plaisir. Mais il y a un point qui me gêne dans le fait que vous n'avez pas de métier, malgré la présence d'une famille, il dit y avoir certains moments ou la lassitude vous éprends, ou me tromperais-je sûrement?"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wenceslas Théophane
Créature
Créature
avatar

Nombre de messages : 106
Age : 29
Localisation : Pourquoi pareil question ? Cela va t'empêcher de dormir ?
clan : Celui de Waldrade alors demandez lui...
Humeur : Massacrante pour ne pas changer...
Date d'inscription : 11/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
75/100  (75/100)
Niveau magique:
18/20  (18/20)
Relations:

MessageSujet: Re: En agréable compagnie... [PV Arielle et Waldrade]   Mar 19 Fév - 16:44

- Et oui… J’attache assez d’importance à la manière dont son éduquer les jeunes de nos jours. De parfais délinquants qui jalonne les rues, s’abandonnant à quelques vilenies… Enfin, nous n’allons pas parler de cela toute la nuit tout de même…

Ah ? Elle connaissait donc sa très chère fille ! Enfin que de vu apparemment, juste pour avoir été en sa compagnie quelques fois. Mais bon ! Voilà quelques chose qu’il fallait exploiter. Car cela l’étonnait fort que ce ne fut que du hasard… Il y avait quelque chose la dessous. Simplement Arielle ne s’était contenter que de faire des allusions. Aussitôt, le noble voulut en savoir plus.

- Promenades dîtes-vous ? Ah ! Je doute fort que ce ne soit qu’une simple promenade… Vous étiez sans doute ensemble pour une question de travail. De collaborations pour je ne sais quoi. J’ais l’air peut-être un peu ignorant sur les choses qui se déroule ces temps ci dans le pays mais croyez-moi que je suis loin de l’être. Waldrade à rejoint le camps du seigneur des ténèbres de toute évidence et j’en tire donc cette petite conclusion. Mais qu’importe ! J’espère qu’elle fait bien son travail. Il faut qu’elle fasse honneur à la famille tout de même.

Ah ! Oui ! Il était français ! Enfin, il y a fort longtemps mais il devait avouer que sa patrie lui manquait. Il se demandait bien les changements qui est pu y avoir depuis son départ. Demain il viendrait à y retourner, il était sûr qu’il ne la reconnaîtrait pas… La France… Et les sorciers maintenant ? Que faisaient-ils ? Il avait eu vent de l’existence d’une école de magie nommé Beaubâton par l’intermédiaire des journaux il y a quelques années de cela avec un événement tout particulier. Le tournoi des Trois Sorciers qui se déroulait à Poudlard. Les jeunes français y avait été convié. Ah ! Il aurait bien aimé visiter cette école. Que n’aurait-il pas donné pour cela ?

- Oui ! Je suis français. Donc vous, vous êtes allemande ?

Il repensa alors à toutes les guerres qui avaient opposé la France à l’Allemagne mais le sujet passa bien vite dans son esprit. Ce n’était que du passé. Inutile de verser des larmes ou provoquer une mésentente pour ce genre de chose. En tout cas, Wenceslas fut agréablement surpris de la réponse que lui procura son invitée.

- Un vieux croûton ? Et bien…non…Ma fois je ne pense pas…J’ai encore des chats à fouetter et je ne tient pas à expirer sans avoir régler certaine chose. Mais bon. C’est-on ce que nous réserve la destinée ? Je peux très bien mourir demain comme dans un centaine d’années… Quoi qu’il en soit, je suis fort aise que vous partager le même point de vu que moi sur ces très cher elfes. Ce qui me fait légèrement sourire c’est quand vous employer le mot « subir » ! On dirait que se serait une torture pour vous… Répondit humblement le marquis avec un sourire

Ah ! Maintenant il savait ce qu’elle faisait… Elle travaillait pour le ministère disait-elle ? Sous-entendu pour le Lord… Comment il s’appelait déjà ? Bah ! Il ne s’en souvenait plus. Mais cela n’avait aucune importance, la seule chose dont il fallait se souvenir, c’était qu’il est ministre et seigneur des ténèbres.

- Pour le ministère dites-vous ? Ah ! Donc pour le Dark Lord ! Voilà qui est intéressant… Ma fille travaille pour lui maintenant si je ne m’abuse. J’en suis très fier voyer vous. J’apprécie la manière de faire et de penser de notre grand ministre. J’ose espérer que la rebellions sera bientôt écraser… De la vermine pareil, nous n’en avons guère besoin ici. Je ne comprends pas d’ailleurs leur attitudes à ces derniers ! La paix s’est rétablie dans le royaume et il faut qu’il vienne tout bouleverser encore ses idiots là ! Enfin, je serais ravie de pouvoir donner un petit coup de main de temps à autre sans pour autant faire du travail à plein temps. Je tiens à conserver ma liberté. En outre, il me plairait bien de savoir utiliser les sortilèges impardonnable. En particulier celui de torture, il me plaît grandement… Il faudra que je me renseigne un peu la dessus. Sinon, j’approuve également votre façon de voir les choses. Finalement, l’argent est bien peu de chose. Il faut avant tout aimer ce que l’on fait.

Il poussa un soupir.

- Oui ! La lassitude prend vite le dessus à force, mais je pense pouvoir me divertir durant les jours à venir. J’ai le pressentiment que mes prochaines rencontres seront tout aussi intéressante que ce soir…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arielle V.D.Grindenfersen
Agent des renseignements
Agent des renseignements
avatar

Nombre de messages : 234
Age : 26
Localisation : Toujours au mauvais endroit...
clan : Dark Lord
Humeur : Selon les rencontres...
Date d'inscription : 11/11/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
75/100  (75/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: Re: En agréable compagnie... [PV Arielle et Waldrade]   Ven 22 Fév - 21:54

[Dsl si c'est nul, mais je suis epuisée..]


Cela se remarquait au premier coup d'oeil l'attention avec laquelle le marquis prenait gardes aux anciennes coutumes tel que l'éducation strice et étroite. Dommage que Arielle n'ait put connaître cette période sûrement délcieuse à observer et à vivre. Mais non, il a fallut qu'elle naisse dans un moment de modernité à peine croyable dans le language insoutenable qu'employait les jeunes adolescents, voir même quelques fois les adultes et l'hypocrisie et le mensonge avec lequel il jouait aussi souvent que la vérité elle-même. Elle devait présumer que la fille de Wenceslas, Waldrade, devait être née au moins deux siècles avant elle, vu l'accoutrement ancienne qu'elle portait elle aussi, ce qui lui donnait un charme ravageur d'ailleurs. D'ailleurs, elle fut bien surprise de sa réponse, ou presque, ou presque pas plutôt>< En y pensant, il est vrai que sa fille devait tout de même l'informer de ce qu'elle faisait, et donc, en reliant la phrase d'Arielle aux informations que possédait le marquis, il était facile d'en connaître l'autre raison.


"Comme vous le dites... Vous pouvez en être fier, d'après moi en tout cas..."


Français? Bien sur que cela se voyait, les traits, le style de maisons et de language aussi bien appliqué qu'il employait, l'ancienne élégance français dont il usait. Qui n'aurait pas put reconnaître un français en ce charmant marquis? Par contre, la seule façon de reconnaître la nationalité et origine d'Arielle était son visage un peu carré et sa haute taille. Les Allemands étaient réputés pour leurs visages carrés bien souvent et avec eux inclus et hollandais, la taille était souvent impressionnante. Mais Arielle n'atteignait néanmoins pas la taille de son aîné.

"Oui, c'est exact. J'ose avouer que le français est une langue fort compliquée et que je m'y perd régulièrement dans ces mots homogènes"

En effet, le Français était une langue assez compliquée à apprendre avec toutes ces notes de grammaires qui venaient encombrer l'apprentissage à celle-ci. Mais Arielle avait un don pour résoudre les problèmes et elle connaissait L'anglais, le français, l'allemand, le hollandais...S'était déjà une bonne base non?

"Vous m'en voyez ravie. Contrairement aux vieux moldus qui n'attendent que leur fin arriver, cela m'exaspère, mais il n'ont pas un corps aussi solide que les vampires et sorciers, je dois dire. Et pour l'employement de ce mot, c'est un peu près cela, si vous voyez cela appliqué sur un sorcier, le mort serait tout à fait juste, bien que la torture est bien un grand mot pour leur conditions"

Il ne fallait pas être d'une grande intelligence pour comprendre que Arielle était sous les ordres du Seigneur des ténèbres. Par contre, elle fut légèrement étonnée d'apprendre que Wenceslas ne savait pas appliqué les sortilèges impardonnables. Arielle les usaient assez souvent à vrai dire, surtout l'endoloris et l'impérium, sort savoureux à excécuter, surtout sur de résistantes victimes. Un peu sadique sur les bords? Tout à fait!

"Je suis du même avis que vous. Ces résistants de la stupide renaissance du phénix qu'ils ont créés et d'une idiotie. Ils viennent accumuler la bêtise dans le monde des sorciers..Enfin, tout le monde ne possède pas le même sens de pensée..."

La vampire croisa les jambes en se laissant plus allée sur le dossier du fauteil velouré tout en laissant son regard crystal posé vaguement sur le marquis.

"Je n'en doute pas et j'espère que vous ferez de fortes intéresantes rencontres"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wenceslas Théophane
Créature
Créature
avatar

Nombre de messages : 106
Age : 29
Localisation : Pourquoi pareil question ? Cela va t'empêcher de dormir ?
clan : Celui de Waldrade alors demandez lui...
Humeur : Massacrante pour ne pas changer...
Date d'inscription : 11/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
75/100  (75/100)
Niveau magique:
18/20  (18/20)
Relations:

MessageSujet: Re: En agréable compagnie... [PV Arielle et Waldrade]   Dim 24 Fév - 21:45

[mais... il est trés bien ton post Razz ]

Apparemment, Arielle semblait avoir un point de vue favorable de Waldrade. Elle faisait sûrement bien son travail alors. Voilà qui était bien. Il fallait se montrer digne et surtout ce faire respecter. Il avait toujours éprouvé une grande fierté pour sa fille. Il n’avait d’ailleurs pas été le seul… Toutes les personnes qui n’avaient cessé de faire des éloges à sa fille ! Bon sang ! Il n’en revenait pas encore maintenant ! Sauf une traître famille qui se tuait à proclamer que les Théophanes étaient des hypocrites en puissance et que Waldrade se plaisait à coucher avec un nouvel amant tous les soirs. Absolument grotesque ! En tout cas, le type n’avait pas eu le temps de finir sa phrase ce jour là…

Flash Back


Wenceslas se trouvait dans la demeure du compte d’Armagnac, un ami de longue date, afin de parler affaire avec lui. Comme toujours d’ailleurs… Les retrouvailles furent chaleureuse et conviviale. Tout de suite, les conversations sérieuse vinrent, parlant principalement des impôts, en particulier de la taille qu’ils souhaitaient augmenter. Les pauvres paysans ! Wenceslas n’avait aucune pitié pour eux. Ce n’était que des moldus voyons ! Pourquoi prendre compassions de si abjecte chose ? Mais le marquis fit une rencontre à laquelle il ne s’attendait pas, à l’intérieur même du domaine du comte. L’arrogant venait de débarquer là, devant lui, la mine fier, l’œil pétillant, le regard hautain, se prenant pour un grand seigneur comme à son habitude. Une attitude qui déplut fort à Wenceslas. Celui ci eut un rictus méprisant. Tout de suite le maraud attaqua :

- Et bien mon bon comte d’Armagnac… Vous tolérer que des importuns entre dans votre château ?

Le noble ouvrit des yeux ronds de stupéfaction face à cette réplique, d’autant plus que Wenceslas pris la parole à son tour :

- Je ne nommerais même pas cela comme étant des importuns mais plutôt de la pourriture pour votre cas…

Le gueux s’empourpra alors, ayant une soudaine envie de se jeter sur lui. Le comte tenta alors de rétablir le calme et d’apaiser l’atmosphère, avant de prendre le bras de son camarade et de le conduire dans la pièce voisine. Là, il se contenta de lui expliquer la situation. Les arguments étant pour le moins convaincants, Wenceslas se détendit. Puis d’une voix qui se voulait plus gai, il s’exclama :

- Au fait ! J’ai croisé votre fille il n’y a guère longtemps et croyez-moi, elle a bien les allures d’une femme parfaite ! Vous pouvez en être fier mon ami ! Courtoise, attentive, soigné… Et j’en passe ! Un ange !

Wenceslas ne put s’empêcher de sourire, bien qu’il s’effaça aussi rapidement qu’il était venu en voyant l’imbécile rappliquer à nouveau en ajoutant :

- Il me semble que vous avez oublier les mots : catin, mécréante, manipulatrice et gueuse de première classe monsieur le comte…

Zen… Self contrôle… Il ne cherchait qu’à provoquer le bougre ! Lentement, et avec élégance, Wenceslas s’avança et demanda poliment :

- Et d’où vous sort cette vulgarité ? Qu’est ce qui vous fait donc penser cela ?
- Ah ! Votre chienne de fille se prend un amant tous les soirs pour assouvir ses…

Il n’eut pas le temps de finir sa phrase. Wenceslas l’empoigna par le col et le plaqua contre le mur, le regard noir, les dents serrer. Il allait lui écraser sa petite face de rat ! Il allait le faire ! La respiration bloquer, l’antagoniste essaya de protester, de faire quelque chose en vain.

- Allez y finissez ce que vous aviez à dire saligaud ! Je vous écoute avec attention !

Mais il ne parla pas, hochant frénétiquement la tête en signe de dénégation.

- Non ? Vous craigniez quoi au juste ? Que je vous pourfende ? Pas de chance ! Je ne vous épargnerait pas après la façon dont vous avez si injurieusement insulté Waldrade… Je ne pardonne pas l’ami ! Je ne pardonne jamais !

Sur ses mots, il lâcha le noble, empoigna son épée et le transperça sans cérémonie, lui éclatant la tête sur la table basse du salon par la même occasion, répandant ainsi un flot de sang. Un grand nombre de personnes horrifier s’était regrouper sur le lieu. Wenceslas s’adressa alors à l’assemblée.

- Quelqu’un d’autre veux négocier ?

Tous détournèrent le regard tandis que le marquis rangea son instrument de mort dans le fourreau de sa ceinture. Puis, il sortit prestement, sans même adresser un adieu au comte. Il venait une fois de plus de tuer un homme. Un pesteux ! Il l’avait mériter ! Le reste de la famille allait en répondre !

Fin de Flash Back


Le Français une langue compliqué ? Mais de nos jours, était-il possible de connaître une langue sur le bout des doigts ? La plupart des gens ne connaissait même pas sa propre langue au complet ! Alors ? Il n’y avait rien à reprocher la dessus. Et puis, il était vrai qu’il n’aurait pour rien au monde voulu être le petit étranger qui devait apprendre le Français. Le pauvre ! Toutes les conjugaisons et ses exceptions ! Wenceslas sentit bien la soudaine surprise d’Arielle quand il affirma qu’il ne savait pas utiliser les sortilèges impardonnables. Tout de suite, il s’empressa de se justifier :

- Vous semblez quelque peu étonné qu’un homme comme moi ne sache pas utiliser ce type de sortilège n’est ce pas ? La réponse est très simple. A l’époque, la magie noire n’avait pas encore été vraiment découverte et dans la familles, nous n’avions guère pensé que pareil chose pourrait nous être d’une quelconque utilité. Je le regrette maintenant ! J’aurais dû ! Et pour ce qui est des rencontres… Je n’en doute guère non plus ! Aussi bien que j’ai participer à un petit carnage il y a quelque nuit ! C’était vraiment distrayant !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arielle V.D.Grindenfersen
Agent des renseignements
Agent des renseignements
avatar

Nombre de messages : 234
Age : 26
Localisation : Toujours au mauvais endroit...
clan : Dark Lord
Humeur : Selon les rencontres...
Date d'inscription : 11/11/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
75/100  (75/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: Re: En agréable compagnie... [PV Arielle et Waldrade]   Ven 21 Mar - 21:07

[Snif, excuse moi du retard, mille pardon Oh divin Wenceslas]


Arielle a put voir Waldrade en pleine action lors de diverses missions et celle-ci n'a jamais manqué de l'étonner. Celle-ci est d'une férocité excitante et manies ses sortilèges avec une délicatesse violente. Tout le contraire d'un stupide, imbécile ou plutôt, pitoyable mangemort n'étant autre que Félix. Il était tellement maladroit dans ses gestes et se tournait souvent au ridicule. Mais bon, personne n'était parfait, comme cette fouine de Malefoys qu'elle respectait néanmoins. Bref, même si elle n'avait guère tenue une discussion avec la fille du marquis, elle l'appréciait. Son regard nota l'air pensif ou plutôt, le bref moment durant lequel l'homme semblait penser à autre chose. Elle ne préférait pas aller fouiller dans sa tête pour en savoir les raisons, se préservant de toutes impolitesses de ce genre. Et ce n'était pas ses affaires d'autant plus. La vampire se savait très pensive, toujours à avoir l'esprit ailleurs en oubliant d'écouter la personne concernée. Désespérante? Quelques fois, mais comme elle l'a déjà mentionné, si quelqu'un était parfait, ce serait vraiment une horreur. Arielle avait sûrement quand à elle, plus de défauts que de qualités, mais elle s'en moquait bel et bien. Elle est ce qu'elle est, point barre!


Bref, passons ce sujet. L'aristocrate avait été surprise par la révélation de Wenceslas à ne pas savoir utiliser les sortilèges impardonnables. L'explication suivit directement après et la vampire écouta tout en ingurgitant un filet de vin rouge dans son palais, goûtant à son met onctueux et la souplesse de sa saveur pour l'avaler par la suite. Elle comprit le pourquoi de sa propre surprise. En effet, son Lord n'était même pas encore né alors que le marquis était déjà adulte. Elle afficha un sourire lorsqu'il mentionna son regret de ne pas les connaître en pratique. Oh, cela n'était jamais un problème, il n'y avait pas d'âge pour apprendre et Wenceslas pourra toujours s'entraîner à apprendre l'un de ces trois sortilèges. Son préféré restait l'endoloris ; Douleur lente, cris de douleurs, visage diforme sous la tension. Que du délice pour rassasier la vampire.


"Oh vous savez, vous avez encore toute la vie devant vous pour les apprendre"

Ses deux prunelles crystalles changèrent de paysage pour se distraire à détaille davantage les décorations qui tapissaient le salon. Le marquis avait eut de la chance de tomber sur un château comme tel. La vampire vivait quand à elle dans le manoir familial de sa famille, une humble demeure bordée d'un parc de taille convenable. Il fallait dire que Arielle aimait les espaces grands et dépourvus de modernité comme les moldus aimaient si bien utiliser ce qualificatif dans leur maison. Une chose que l'aristocrate a eut mince fois l'occasion de remarquer.

"Au fait, sans vouloir être indiscrète, est-ce de vous que Waldrade tient ses talents et son tempéramment violemment gracieux? Mmm, elle a toujours un don pour éveiller ma curiosité lorsqu'elle "s'occupe" des traîtres en tout genre et j'ai toujours trouvé ses méthodes forts...intéressantes"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Waldrade Théophane
Reine des Vampires
Reine des Vampires
avatar

Nombre de messages : 509
Age : 27
Localisation : Tu as pensé à regarder au plafond de ta chambre ? Non ? Dommage...
clan : Devine, petit être insignifiant...
Humeur : Indescriptible...
Date d'inscription : 14/12/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
75/100  (75/100)
Niveau magique:
18/20  (18/20)
Relations:

MessageSujet: Re: En agréable compagnie... [PV Arielle et Waldrade]   Sam 5 Avr - 12:45

Waldrade était revenu de la chasse, pour ainsi dire. En effet, elle avait pris un plaisir fou à voir une pauvre famille de moldus la supplier comme des gamins supplierait leur mère de leur acheter tel jouet complètement trivial. Et en fin de compte, elle s’en était fait un bon petit repas sous les yeux émerveillé d’une petite fille de six ans. Il fallait croire que les scélérats ne s’occupait pas d’elle comme il se devait. Encore une raison supplémentaire de nettoyer un peu la planète de ces êtres infectes. En bref, c’était une expérience assez hilarante. D’ailleurs la petite l’avait imploré pour que Waldrade en fasse également une vampire mais celle ci avait tout simplement refusé. A son âge ? Certainement pas ! Hors de question de faire une telle chose. Les enfants ne devaient en aucun cas subir une quelconque attaque. Ils devaient rester en dehors de tout ça.

Quoi qu’il en soit, elle était de retour au château, entièrement couverte du sang de ses victimes. Elle n’en était pas moins élégante pour autant. Habituer à ce genre de vision, les elfes de maisons ne firent aucun commentaire à ce sujet en ouvrant la lourde porte de fer. Immédiatement, direction salle de bain afin de se refaire présentable au cas où une visite aurait lieu au cour de la soirée. Après ceci et s’être vêtu d’une houppelande rouge et noir, elle était à nouveau dans son état « normal » si l’on pouvait appeler cela ainsi. Il fallait dire que lors de ses traques nocturne, elle se montrait sous un jour complètement différent, majoritairement envahit par la sauvagerie et la cruauté. Presque une sorte de double personnalité. Schizophrène ? Non pas du tout. Elle avait gardé tous ses esprits jusque là. La folie, elle n’était pas encore prête d’y tomber !

La vampire décida ensuite de se divertir d’une tout autre façon que le carnage : la musique. Comme toujours ! Sans plus attendre, elle s’empara de son violon et créa une mélodie, plus particulièrement Virus de Beethoven. Un très beau morceau. Enfin, pour ceux qui savent apprécier ce genre de chose bien sûr. Malheureusement, ce n’était plus le cas de tout le monde maintenant. Dommage. Les gens maintenant, ne savent plus apprécier l’art et ce qui est beau. Désespérant franchement ! Waldrade marcha ainsi dans les vastes couloirs de la résidence jusqu’à entrer dans l’un des grands salons où elle remarqua à sa plus grande stupéfaction que la pièce était déjà occupé. Par son père et… Arielle Grindenfersen… visiblement en pleine conversation. Quel surprise ! Que faisait donc la mangemorte en ce lieu ? Voilà qui était… Comment dirait-on ? Arf ! Il n’y avait pas de mots. Quoi qu’il en soit, la vampire ne put que ressentir une vague de joie à l’intérieur d’elle-même.

Immédiatement, elle stoppa sa musique et observa les deux personnages avant de déclarer d’un ton joyeux :


- Mademoiselle Arielle Grindenfersen... En voilà une agréable surprise ! Je vous souhaite la bienvenu parmi nous. Je vois que vous avez déjà fait connaissance avec mon père. J’espère qu’il ne se montre pas trop ennuyeux ou même grossier… Vous savez, c’est quelqu’un de vraiment très agaçant parfois ! Surtout avec ses réflexions philosophiques, ses citations latines ou autre ! Un vrai cauchemar !

Sur ses paroles, la vampire jeta un coup d’œil à son père afin d’étudier sa réaction. Bah ! Même s’il n’était pas du tout le genre de personne qui aime à ce qu’on lui fasse des remarques de ce style, il ne le prendrait pas mal. Enfin, le pensait-elle. Elle ne faisait que le taquiner. Il fallait bien plaisanter un peu. Et puis généralement, il ne se mettait pas en colère contre elle. La marquise posa ensuite son regard sur la table et remarqua le bouteille de vin sortit par les elfes. Elle écarquilla les yeux.

- Oh ! J’espère que je ne vous importune point car j’aimerais vivement me joindre à votre petite conversation tout en dégustant ceci.

Sans même attendre la réponse, elle se débarrassa de son instrument de musique et se versa un verre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://waldrade-iii.skyrock.com/
Wenceslas Théophane
Créature
Créature
avatar

Nombre de messages : 106
Age : 29
Localisation : Pourquoi pareil question ? Cela va t'empêcher de dormir ?
clan : Celui de Waldrade alors demandez lui...
Humeur : Massacrante pour ne pas changer...
Date d'inscription : 11/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
75/100  (75/100)
Niveau magique:
18/20  (18/20)
Relations:

MessageSujet: Re: En agréable compagnie... [PV Arielle et Waldrade]   Sam 5 Avr - 12:51

[ Rolling Eyes pas trop d'inspiration pour ce coup là ]

Oui en effet, il avait le temps pour les apprendre ces fameux sortilèges. Il avait le temps… Mais que pouvait faire plus plaisir au marquis de constater que cette vampire qui se trouvait en face d’elle prenait du plaisir à exterminer la vermine qui polluait la société actuelle. Une question de plus étonnante sortit de la bouche de la jeune femme. Si Waldrade tenait sa grâce de lui ? Qu’avait-il à répondre à pareil question ?

- Et bien pour tout vous dire, je pense qu’elle tient cela des deux parents. Adélaïde est… sublime… Moi, je suis assez violent face à mes ennemis mais… Ah ! Honnêtement, je ne pourrais pas vraiment vous dire car je ne l’ais encore jamais vu en pleine action. En tout cas, je suis véritablement surpris qu’elle vous intéresse à ce point… Je suis sûr, qu’elle aurait envie de faire plus ample connaissance avec vous.

Wenceslas regarda le cadran de la grande horloge du salon puis reporta son attention sur la jeune femme avec un franc sourire.

- Etant donné l’heure, elle ne devrait plus tarder à rentrer… Peut-être viendra t-elle ici. Je me demande toutefois si vous êtes au courant de son projet ? Vous savez, réunir tous les vampires de Grande Bretagne sous une même bannière et se battre pour la cause du ministre. Car ne l’oublions pas, ces pesteux de résistants, ont longtemps voulu notre perte. C’est à notre tour de montrer notre férocité. Bientôt, nous leur montrerons de quoi nous sommes véritablement capable. Tous ensemble, nous seront quasiment invincible. Seul, nous sommes plus vulnérable. Et si les vampires se joignent au armée du Lord, cela ne fait aucun doute que le ministère écrasera cette poigné de rebelle comme de vulgaires insectes. J’ai hâte d’en arrivé là. Vous pouvez me croire. C’est pourquoi, chaque fois que je vais rencontrer un vampire, je vais lui faire part de tout ceci afin de le rallier à notre cause. Il est plus que temps d’agir. C’est un course poursuite maintenant. Le train est en marche. Je ne serais pas étonner de voir les résistant chercher à trouver des vampires que l’ont pourrait qualifier de « gentil ». Ceux là, sont des traîtres à leur sang ! Ils doivent mourir !

Il se tut un moment. Il venait d’entendre quelque chose. Oui. De la musique à l’étage. Le violon de Waldrade. Elle était revenu donc. Toujours aussi mélodieuse sa musique. Il se demandait toutefois si Arielle appréciait cet art. Il espérait que oui, car les Théophanes était baigné dedans. Après quelques minutes, sa fille apparut dans la pièce. Wenceslas ne put qu’être enchanté de la voir. En fait, il l’adorait. Cela confirmait bien ce qu’Arielle avait dit, elles se connaissaient même si ce n’était pas de l’amitié. Pas encore tout du moins. Elles étaient collègues et ça s’arrêtait là. Apparemment, sa fille cherchait à le taquiner. Grossier lui ? Depuis quand ? Non mais ! Et puis quoi ? Il avait le droit d’exposer son point de vu ! C’était quoi cela encore ? Pour plaisanter, le vieux vampire s’empara d’un cousin qui traînait sur le divan et lui lança en pleine figure. C’était toujours en commençant de cette manière qu’ils s’amusaient comme des imbéciles. Enfin, bon. Si maintenant, on avait plus le droit de jouer c’était bien morne la vie. Car oui, même si Wenceslas avait un comportement assez exécrable, ce n’était pas pour autant qu’il gardait son sérieux vingt-quatre heure sur vingt-quatre. Tout de suite, Waldrade prit ses aises et se versa un bon verre de vin. C’est alors qu’une idée lui revint à l’esprit.

- Au fait ! Tu ne m’as pas encore fait part de la personnalité de cette Kristin Nokotay ! Tu sais la vampire à qui nous avons donné une bonne leçon. J’aimerais en savoir plus sur cette personne. Et oui, je ne lâche pas le morceau moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arielle V.D.Grindenfersen
Agent des renseignements
Agent des renseignements
avatar

Nombre de messages : 234
Age : 26
Localisation : Toujours au mauvais endroit...
clan : Dark Lord
Humeur : Selon les rencontres...
Date d'inscription : 11/11/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
75/100  (75/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: Re: En agréable compagnie... [PV Arielle et Waldrade]   Sam 5 Avr - 19:06

[mais non, il est bien!]


Arielle connaissait la grâce étonnante de la majorité des vampires tout comme elle-même qui descendait d'une famille aristocratique malgré le cas d'ivresse de son père. A ce propos, il devait croupir comme le devaient les misérables dans son genre, dans l'une des cellules très "agréables" qui regorgeaient à Azkaban. Mais bon, ne nous attardons pas sur ce détail sans importance, ou plutôt dont elle n'avait pas la moindre envie de se remémorer. Pour en revenir au sujet actuel, il est vrai qu'Arielle avait très envie de faire plus ample connaissance avec Waldrade. Femme assez intéressante sur tous les points et avec un tempéramment vraiment impressionnant. La rouquine ne voyait cependant pas le marquis comme un homme violent contrairement à sa fille qui dégageait quelque chose de sauvage, de prédateur. La jeune aristocrate n'était pas de nature violente, du moins, physiquement, elle préférait une attaque gracieuse, en toute souplesse mais aussi très lente. Enfin, il fallait voir ce que Wenceslas entendait par 'violent'. Cela pouvait être une violence noble ou complètement sauvage. Arielle optait plutôt pour la première solution.


"Je n'en demande pas mieux.."


Arielle exécuta le même geste que l'homme et porta attention à l'horloge une fraction de seconde. La soirée avançait assez rapidemment au goût de la vampire, comme toutes les nuits quoi. Apparemment, Waldrade allait bientôt arriver..voilà qui s'avérait être fort intéressant. Mais sa surprise fut néanmoins grande lorsqu'elle eut appris les intentions de la femme. Non pas que s'était un plan impossible, bien au contraire, le fait est que le projet en lui même était surprenant. Toutefois, Arielle ne doutait pas sur les capacités de la fille du marquis à mener à bien ce fameux projet. Le problème dans tout cela réside dans les tempéramments des autres vampires. Beaucoup aimaient leur vie solitaire ou plutôt, rester dans l'ombre, neutre, simple spectateur de la bataille qui faisait rage au sein du monde magique.

"Eh bien, pour une surprise ça en est une. Mais je dois dire que c'est un projet extrêmement intéressant que Waldrade mène là. Certes, il serait plus avantageux de rallier une majorité de vampires à notre cause, mais j'ai peine à penser que ce ne sera pas facile. Comme vous le dites, il y a beaucoup de genre de vampires. Les traîtres à leur sang, les solitaires et neutres, et bien d'autres encore. Il y.."

La rouquine arrêta de parler lorsqu'un son parvint jusqu'à son oreille. S'était une mélodie agréable qui semblait provenir, d'après le bon savoir musical de Arielle, d'un violon, de bonne qualité d'ailleurs. La surprise ne fut pas grande lorsque Waldrade apparut à l'encadrement de la pièce, toujours aussi resplendissante que d'habitude avec des vêtements qui lui sied bien. C'est d'un ton joyeux qu'elle brisa le silence en première. Un sourire se dessina sur ses lèvres rougêatres et il ne fallut qu'un geste de tête pour saluer le vampire. Pour répondre à ses paroles joviales, sa voix s'échappa de ses lèvres tel une brise voguant sur l'océan d'un timbre toujours doucement noble.

"Et je vous remercie pour votre acceuil chère Waldrade Théophane.. Et vous n'avez guère d'inquiète à avoir, votre père est une agréable compagnie. Je me vois étonnée de la description même que vous venez de faire"

Ce fut la suite qui marqua une surprise extérieure chez Arielle : La réaction du marquis. Celui-ci s'empara du coussin et comme pour se venger des paroles osées de sa fille, il lui lança l'objet en pleine face. Autant dire que ce qui venait tout juste de se passée fit..éclater de rire, intérieurement précisons, la jeune femme. Drôle de réaction et qui faisait très jouette à la fois. Arielle ne se voyait jamais parler ainsi ou lancer un coussin à son père, petite. Oh non, ce serait une réaction tout autre qu'avait eut Wenceslas qu'elle aurait eut en prime... Un endoloris ou trois jours entiers de tortures,,,brrr. Enfin, ce bâtard était en prison, autant ne pas y repenser à nouveau.


"Ce sera un réel plaisir pour moi de vous voir vous joindre à nous . Et qui est donc cette fameuse Kristin?""

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Waldrade Théophane
Reine des Vampires
Reine des Vampires
avatar

Nombre de messages : 509
Age : 27
Localisation : Tu as pensé à regarder au plafond de ta chambre ? Non ? Dommage...
clan : Devine, petit être insignifiant...
Humeur : Indescriptible...
Date d'inscription : 14/12/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
75/100  (75/100)
Niveau magique:
18/20  (18/20)
Relations:

MessageSujet: Re: En agréable compagnie... [PV Arielle et Waldrade]   Sam 5 Avr - 20:11

Le langage d’Arielle était comment dirait-on ? Assez soutenue ? Oui ! C’était ça ! Une belle façon de construire ses phrases qui donnaient une sonorité délicieuse. Enfin, ne nous attardons pas sur cela. Elle la remercia de l’accueil. Mais de rien. Un vampire digne de ce nom n’était que le bienvenu en ce lieu de calme et de réflexion. Ouh là ! Elle en faisait peut-être un peu trop là ! Bon. Quoi qu’il en soit, Arielle n’était pas du tout le genre de personne qu’elle flanquerait à la porte. Bien au contraire. C’était l’aubaine parfaite pour faire plus ample connaissance maintenant. Ah ? Elle était étonnée de la description qu’elle venait de faire ? Bah ! Aaahhh ! Waldrade venait de se ramasser un coussinet en pleine face. Ce n’était pas douloureux bien sûr mais elle n’avait même pas eu le temps de l’éviter. Wenceslas avait été drôlement rapide. La vampire soupçonnait l’invitée de rire intérieurement devant ce geste. Elle jeta l’objet au travers de la pièce et scruta son père, les yeux à demi-clos avant de reporter son attention sur Arielle.

- Non, en fait, je disais cela, car bon nombre de gens lui ayant tenu compagnie se sont plaint de ses harangues. Et je dois dire qu'ils n'avaient pas tord...

Ce coup ci, elle esquiva le second projectile qui lui était adressé.

- Eehhh ! C’était pour rire ! Il faut que l’on te donne des cours pour que tu adoptes ce mot ? Non bon je plaisante encore une fois ! J’arrête mes absurdité !

La vampire se redressa, ne voyant plus rien arriver. Arf ! Maintenant, voilà que l’on parlait de cette bouffonne de Kristin Nokotay ! Bon. Autant ne pas refuser d’autant plus qu’en les mettant au courant, cela leur éviterait de faire des erreurs en la croisant par hasard. Avant, l’évocation de ce simple nom, la faisait enrager. Maintenant, ce n’était plus le cas. Elle savait bien entendu qu’il était fort probable qu’elle la revoit de nouveau mais elle ne s’en inquiétait pas. Depuis quand d’ailleurs devait-elle s’inquiéter de cette garce ? Waldrade garda un air posé et calme. Comme si l’on ne faisait que parler d’une vieille amie d’enfance.

- Kristin est une vampire qui s’est rallier à la résistance donc notre ennemi. Elle a 150 ans environ. Cheveux noire, vêtu de sombre… Une personne que j’ai croisée par trois fois. La première au Chaudron Baveur, la seconde au cimetière et la dernière dans la demeure de Syerra Van Blacken. C’est une petite peste qui s’amuse à provoquer par de simples mots. Il faut donc faire attention. D’autant plus que la Renaissance du Phénix doit être au courant de mon existence et de mes intentions à cause de cette scélérat ! On aurait dû l’achevé la dernière fois ! On aurait dû ! En tout cas, la première chose que je ferais si j’arrive à la capturer, c’est lui coupé sa langue. Cela lui évitera de continuer à proclamer des bêtises. Une vrai traître cette fille là ! Enfin… Tout ce que vous avez à vous dire en la voyant, c’est « je vais la tuer » et vous le faite. Ne perdez pas votre temps à discuter avec ce félon, ça n’en vaut pas la peine. Je me suis fait avoir la dernière fois ! Cela ne se reproduira plus… croyez-moi…

La marquise but ensuite une gorgé de vin. Après du sang, de l’alcool… Et ensuite ce sera quoi ? Soudainement, un énorme fracas se fit entendre. Waldrade fronça les sourcil et regarda en direction de la fenêtre. Une chauve-souris s’était écraser sur le carreau. Elle avait sans doute cru que c’était ouvert. Mais non. Elle se faisait vieille celle là, pour que ses ultrasons lui fausse compagnie. Immédiatement, la vampire alla lui porter secours. Le volatile transportait un message. Ah ! Mais oui ! La réponse du bon vieux vampire de France ! Mais elle n’allait pas l’ouvrir tout de suite. Ce serait impolie pour les deux autres personnes présentes dans la pièce. Aussi, prit-elle soin de ranger le précieux parchemin dans un endroit sûr, puis saisit l’animal sans force avant de retourner s’asseoir et de reprendre d’un ton joyeux.

- Sinon, vous parliez de quoi avant que j’arrive ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://waldrade-iii.skyrock.com/
Wenceslas Théophane
Créature
Créature
avatar

Nombre de messages : 106
Age : 29
Localisation : Pourquoi pareil question ? Cela va t'empêcher de dormir ?
clan : Celui de Waldrade alors demandez lui...
Humeur : Massacrante pour ne pas changer...
Date d'inscription : 11/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
75/100  (75/100)
Niveau magique:
18/20  (18/20)
Relations:

MessageSujet: Re: En agréable compagnie... [PV Arielle et Waldrade]   Lun 7 Avr - 11:39

Wenceslas se demandait si Arielle avait bien compris le sens de « violent » qu’il avait employé. Car, pour le comprendre, lui, le vieux vampire, il fallait déjà bien le connaître. C’était une chose assez complexe que de deviner le fond de ses pensées. En fait, oui, il était de nature assez violente. Il se métamorphosait rarement, préférant utiliser sa baguette magique déjà, ce qui le différenciait de Waldrade en ce point, car cette dernière lui semblait-il éprouvait un malin plaisir à faire des dégâts à mains nues. Lui, trouvait son bonheur en faisant des attaques éclairs avec des sortilèges qui saccageait tout sur son passage. Voilà en quelque sorte sa définition. Mais là où il se montrait sans doute encore plus redoutable c’était bien évidemment sous son apparence de chauve-souris humaine qui lui conférait le double de sa force d’origine. C’était l’ultime recours en quelques sorte. Le plus souvent, ses adversaires avaient été morts de peur en le voyant ainsi. Enfin, qu’importe… De toute façon, ils n’étaient plus là pour témoigner de quoi que se soit puisque le vampire s’était fait une joie d’en faire son repas.

Arielle semblait véritablement intéresser par le projet que menait sa fille et d’autant plus surprise. Il est vrai que ce n’est pas le genre de nouvelle que l’on entend tous les jours et que c’était un objectif non-négligeable. Si elle y parvenait, elle aurait vraiment de quoi se vanter, même si le marquis savait qu’elle n’irait pas se glorifier d’une tel chose. Ce n’était pas du tout le genre de sa fille. La vantardise, selon lui, s’était pour les faibles qui veulent se croire important alors qu’en vérité, ils ne sont que poussière insignifiante. Mais comme le disait si bien son hôte, ce ne serait pas tâche facile que de rallier tout ce beau monde par les différentes personnalités. Selon Wenceslas, ceux qui restaient dans l’ombre, a attendre, perdaient une opportunité certaine de faire leurs preuves et de donner une valeur à leur race. Mais d’un côté, il valait mieux qu’il y ait des vampires à l’arrière plutôt qu’ils se joignent à la résistance pas vraie ? Enfin, c’est ainsi que résonnait le vieux vampire.

- J’approuve en tout point ce que vous dîtes chère Arielle. De toute évidence, nous n’arriverons pas à rallier tout le monde mais une partie sera déjà très bien. Et puis, je ne doute pas une seule seconde que Waldrade dispose de bons arguments pour les aidés à ce décidé. Voilà tout.

L’invitée ne finit pas non plus sa phrase. A présent, elle écoutait la musique de Waldrade qui se faisait entendre dans tout le château. Quand celle-ci fut arrivée et proclamée ses paroles quelques peu irritante pour le marquis, qu’elle ne fut pas sa stupéfaction d’entendre Arielle déclarer qu’il n’était rien de ce qu’avait dit sa fille. Une personne qui le comprenait enfin ? Ou en partie ? Aussi fou que cela puisse paraître, Wenceslas fut quelque peu touché par les paroles de la vampire. C’était bien la première fois qu’il entendait pareil propos à son sujet. Cependant, il ne laissa rien paraître de sa réaction. Bientôt, il catapulta un nouvel objet en direction de Waldrade. La coquine continuait à dire son flot de taquinerie. De toute évidence, elle le cherchait, là. Tout ceci allait finir en bataille amicale si cela ne cessait point. Noter que ce serait plutôt amusant mais il ne savait pas quel serait la réaction d’Arielle si cela venait à se produire. Avait-elle aussi un tempérament joueur ? Apparemment, il ne connaîtrait jamais la réponse car sa fille stoppa son petit manège et repris un peu plus de sérieux. D’ailleurs, elle commença à parler de cette foutu Kristin. Un cas assez intéressant… à éclater bien évidemment. Pourquoi garder pareil vermine dans la nature ?

Bang ! Une chose venait de s’écraser contre la vitre. Une chauve-souris, comme il fallait s’y attendre. Waldrade prit le soin de s’en occuper avant de revenir s’installer et de demander de quoi il parlait quelques minutes plus tôt. Wenceslas jeta un coup d’œil à Arielle, puis se décida à parler.

- Pour faire simple, nous parlions de toi tout simplement. Et dans de plus ample détails, du projet que tu veux mettre à bien…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arielle V.D.Grindenfersen
Agent des renseignements
Agent des renseignements
avatar

Nombre de messages : 234
Age : 26
Localisation : Toujours au mauvais endroit...
clan : Dark Lord
Humeur : Selon les rencontres...
Date d'inscription : 11/11/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
75/100  (75/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: Re: En agréable compagnie... [PV Arielle et Waldrade]   Dim 13 Avr - 15:36


[Dsl de la brièveté du post, mais j'ai la crève -_-]

Il semble que Waldrade avait la plaisance manie d'embêter avec gaieté le marquis. Du moment que Wenceslas le prenait bien, il n'y avait pas raison de s'inquièter d'un éventuelle meurtre en directe^^ D'ailleurs, les coussins volaient devant elle, la rouquine préférant regarder cela avec un amusement intérieur bien dissimulé. Si elle n'était jamais venue ici, jamais elle n'aurait cru à cette nature jouette de père en fille. EN général, les élans d'aggressivité démesurés de la femme lors de batailles et mission surprenaient toujours autant Arielle, mais il ne fallait pas oublier que Waldrade est bien plus âgée qu'elle. Parfois, elle avait l'impression que la situation était inversée... Peut-être était très trop sérieuse? Raa mais arrête de t'attarder sur toi-même! Quoiqu'il en soit, les descriptions émisent par la femme n'avait pas manquées d'étonnée la plus jeune qui se garda bien d'exprimer cet étonnement.

Mais pour en revenir au sujet présent, Arielle put constater le changement soudain d'expression sur le visage de celle-ci. Apparemment, la personne qui venait d'être citée n'était guère plaisante. Une ennemie? Qui sais.. Elle aurait bien vite l'information directement après. La première information qui lui parvint fut la nature de cette inconnue...Une vampire? Si jamais celle-ci ne plaisait pas à Waldrade, c'est qu'il devait y avoir une raison. Peut être était-ce une traître à son sang, comme elle en parlait précédemment avec le marquis. Elle en eut la confirmation par la suite. Une ralliée à la résistance?! C'est une insulte à l'égard des vampires! Quelle regrettable personne, déchue dans tous les sens du termes. Arielle comprenait maintenant pourquoi la femme ne portait pas cette Kristin dans son coeur.


"Je prendrais donc vos conseils à coeur. Je n'arrive décidemment pas à comprendre 'ce' genre de vampirs qui se rallient à la renaissance. Ce ne sont que des personnes dépourvues de toute intelligence.."

Un brusque bruit vint faire tresaillir la vampire. Raa elle détestait lorsque quelque chose arrivait par surprise. Ses deux orbes de crystal regardèrent derrière elle. Il semble qu'une chauve-souris avait des légers problèmes de vue pour s'être empafré contre la vitre. Waldrade s'occupa de l'animal avant de revenir ici tout en cherchant à s'enquérir du sujet qui avait fait centre de discussion avant son arrivée. Le père de celle-ci répondit en premier en de brièves paroles.
"Cela m'a d'ailleurs surpris lorsque votre Père m'a informé de ce projet, pour le moins intéressant. Cela va vous prendre du temps pour le mener à bien.."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Waldrade Théophane
Reine des Vampires
Reine des Vampires
avatar

Nombre de messages : 509
Age : 27
Localisation : Tu as pensé à regarder au plafond de ta chambre ? Non ? Dommage...
clan : Devine, petit être insignifiant...
Humeur : Indescriptible...
Date d'inscription : 14/12/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
75/100  (75/100)
Niveau magique:
18/20  (18/20)
Relations:

MessageSujet: Re: En agréable compagnie... [PV Arielle et Waldrade]   Dim 13 Avr - 18:48

[Mais ce n'est pas grave Arielle... Bon rétablissement en tout cas]

Comme il fallait s’en douter, Arielle ne comprenait pas les vampires qui se ralliaient à la résistance. Rien d’étonnant quoi, puisque même Waldrade ne les comprenait pas et se devait probablement être pareil pour son père. Des personnes dépourvues de toute intelligence ? Ah oui ! Ca pour sûr ! Rien dans le crâne si ce n’est de la purée… D’ailleurs, Kristin en était la preuve parfaite. Toujours la parole avant de passer à l’action. Et quelle parole ! Des vieux trucks que des mioches moldus diraient ! Mais pas un sorcier digne de ce nom ! Enfin… La dernière fois, quand elle s’était battu contre elle, Kristin avait mis un sacré bout de temps avant d’agir pour sauver sa peau. Comme quoi, il fallait le temps d’assimiler au cerveau qu’elle était attaquée et seulement après elle a riposté. En gros, elle a perdu bien cinq minutes avec tout ça. Le temps que deux neurones se connectent ! Rien que d’y penser la vampire en était exaspéré. Complètement dérailler cette fille là ! Néanmoins, l’essentiel étai là, Arielle tiendrait en compte ses conseils. Bien. Il ne restait plus grand monde à informer au ministère de l’existence de cette dévergondé. Et vu qu’elle l’avait signalé au Lord lui-même, il n’y avait plus de problème de ce côté là.

- Je vous en suis grès Arielle. Elle n’est plus qu’à éliminer désormais. Je pense toutefois, que les vampires s’alliant de cette façon ont subit un traumatisme dans le passé. On a du transformé leur cerveau en mousseline… Des crânes d’œuf ! Et dire que ça vient d’Amérique ça ! Elle aurait mieux fait de rester là bas ! A s’occuper de ce qui la regarde et puis c’est tout !

Tiens ? Ainsi donc, avant qu’elle n’arrive, ils parlaient d’elle et son objectif ? Eh bien, il n’y avait plus qu’à espérer pour qu’Arielle ne l’ait pas prise pour une dingue ! Mais visiblement non. Car ce qu’elle affichait plutôt un tempérament intéressé par la chose. Voilà qui était rassurant ! Elle avait été surprise cependant. Pas étonnant ! N’importe qui l’aurait été face à un projet d’une telle envergure mais qu’importe. Le fait était là et elle comptait bien arriver au bout. La marquise tenait à tout pris de réussir ce qu’elle avait en tête !

- Du temps ? Oh oui ! Cela est évident mais je pense pouvoir réussir… J’ai déjà contacter le jeune Lucian de Castille à Poudlard et il a accepté ma généreuse proposition. De toute façon, il déteste la résistance. Donc, j’ai un adepte. Il faudrait que je m’arrange pour en trouver d’autre. Je l’ai également mis en garde contre Kristin. En fait j’informe tout le monde à son sujet. Autant savoir tout de suite à qui l’on a affaire. Et puis, si par un quelconque malheur, il venait à la rencontrer, il saura quoi faire.

Waldrade avait confiance en lui. Il allait devenir un puissant vampire… C’était évident. Et son tempérament faisait parfois pensé à Wenceslas bien que ce dernier soit tout de même moins accueillant et plus froid. Oui. Bientôt, elle aurait d’autre vampire à sa solde. Prêt à terrasser la bande de rebelle qui continuait à mettre des bâton dans les roues du ministère. En plus, ce groupe devenait de plus en plus nombreux ! Cela en devenait véritablement troublant ! Mais qu’importe, un jour viendrait où ils seraient écrasés comme de vulgaires insectes sur le trottoir. Mais une chose était sûr, Waldrade voulait plus que tout s’occuper du cas de Kristin. C’était son ennemi juré et elle contait bien s’en occuper toute seule. Elle n’informait les autres que pour les mettre en garde contre les paroles provocante de cette dernière. Mais sinon, c’est Waldrade qui devait la tuer… Oui, c’était un devoir, pour la communauté vampirique. Cela aussi faisait partie de l’une des lois qu’on lui avait enseignées étant petite. Tuer soit-même son pire ennemi et non donné ce sale boulot à l’un de ses sbires. Et puis au fond, Waldrade en ressentirait une intense satisfaction une fois qu’elle lui aurait trancher la tête après moult tortures bien évidemment. Elle se ferait un plaisir de porter un toast en l’honneur de sa mort avec son propre sang… Et le reste de son corps finirait pour les charognards. Voilà. Ce serait très bien comme ça !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://waldrade-iii.skyrock.com/
Wenceslas Théophane
Créature
Créature
avatar

Nombre de messages : 106
Age : 29
Localisation : Pourquoi pareil question ? Cela va t'empêcher de dormir ?
clan : Celui de Waldrade alors demandez lui...
Humeur : Massacrante pour ne pas changer...
Date d'inscription : 11/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
75/100  (75/100)
Niveau magique:
18/20  (18/20)
Relations:

MessageSujet: Re: En agréable compagnie... [PV Arielle et Waldrade]   Ven 18 Avr - 15:11

[ Désolé, la franchement, c'était minable Rolling Eyes ]

Wenceslas écoutait la conversation à présent, qui ne semblait être que entre Arielle et Waldrade. Cela ne le dérangeait pas le moins du monde d’ailleurs car il avait encore un petit truck à faire et s’il voulait prendre congé d’eux, il n’aurait aucun mal à le faire et ne serait pas obligé de mettre Arielle à la porte fort heureusement. Ce serait à Waldrade de la faire à moins que l’invitée ne décide de partir de son plain grés. En tout cas, le vieux vampire fut enchanté de faire sa connaissance. Quelqu’un de respectable cette femme là. Dommage que tous les vampires ne soit pas comme cela. Enfin, il est vrai que si tout le monde était pareil, on s’ennuierait à mourir. Il fallait bien un peu de distraction de temps à autre. Quoi qu’il en soit, il partageait en tout point, l’opinion d’Arielle. Oui, les vampires traîtres à leur sang ont un esprit de potiche. La remarque de sa fille le fit sourire intérieurement. Elle ne manquait pas de franchise, toujours à dire le fond de sa pensée qu’elle soit bonne ou mauvaise. Un peu comme lui en somme. On savait de qui elle tenait en majorité, c’est d’ailleurs pour cela qu’il lui témoignait peut-être un peu plus d’affection que ses fils. Quoi que Dungal est un costaud lui aussi !

Wenceslas pensait que le sujet de l’objectif de Waldrade serait une chose à éviter d’aborder mais il se trompa. Cette dernière le pris très bien et fit même par de sa nouvelle recrue. Lucian de Castille… Hum… Il ne connaissait pas. En même temps, quand on ne sortait jamais de son trou, on ne risquait pas de connaître grand monde. Peut-être qu’il l’avait déjà croisé qui sait ? D’autant plus qu’il était à Poudlard. Un jeune étudiant donc et Wenceslas se souvenait très bien d’avoir mordu une personne d’un très jeune âge et pourvu de pouvoir de magique, alors qu’il était dans un accès de folie. Oui, d’habitude il ne s’en prenait pas aux sorciers, et surtout ceux en bas âge. Un élan de sensibilité ? Peut-être bien oui. Mais pas autant que sa fille en tout cas. Et le pire dans tout ça, c’est qu’il avait laissé ce pauvre garçon confronté à lui-même. Le regrettait-il ? Non. Un vampire se devait d’être fort et s’il parvenait à s’en sortir seul, il n’en devenait que plus puissant. La famille Théophane s’était débrouiller seul en grande partie. Et qu’étaient-ils maintenant ? Sans doute les vampires les plus puissants de Grande Bretagne. Toutefois, il se pouvait très bien que ce ne soit pas la même personne de qui il parlait. Lucian de Castille n’était pas obligatoirement celui qu’il avait transformé.

Wenceslas revint vite à la réalité. Waldrade avait finit de parler et il régnait un petit silence asse gênant pour ainsi dire. C’est là qu’il prit ses initiatives. Il se leva de son siège, tranquillement, et porta son regard sombre sur Arielle avant d’ajouté.

- Bien ! Je n’ais encore tuer personne aujourd’hui ! Il serait peut-être temps que je le fasse avant que le jour se lève. Je vais donc vous faussez compagnie… A mon plus grand regret car votre présence fut agréable parmi nous. J’espère pouvoir vous revoir un de ses jours…

*Dans un petit carnage *

Il fit un baise main à son invitée, puis un bref sourire a sa fille avant de déclaré :

- Bien, je vous laisse toutes les deux… Ne faîte pas de bêtises…

Cette dernière phrase n’était pas très sérieuse en revanche. Il se doutait bien qu’elles ne feraient pas d’énormité durant son absence, c’était juste pour taquiner un peu en quelque sorte. Avant de franchir la porte du salon, il saisit sa longue cape verte en peau de dragon et sa fameuse canne-baguette et transplana une fois dans le couloir. Quel serait sa prochaine victime aujourd’hui ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arielle V.D.Grindenfersen
Agent des renseignements
Agent des renseignements
avatar

Nombre de messages : 234
Age : 26
Localisation : Toujours au mauvais endroit...
clan : Dark Lord
Humeur : Selon les rencontres...
Date d'inscription : 11/11/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
75/100  (75/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: Re: En agréable compagnie... [PV Arielle et Waldrade]   Dim 20 Avr - 17:40



Arielle se demandait à quoi pouvait bien ressembler cette fameuse Kristin.. D'après les commentaires plus que négatifs de Waldrade, elle n'était qu'une merde parmi d'autres ou plutôt, quelqu'un à éliminer au plus vite. Cette sensation de répugnance qu'éprouvait son aînée donnait d'avantage envie à la jeune rouquine de faire la rencontre de cette mistinguette. Peut-être à un autre jour, si toutefois la Théophane ne l'avait pas tué jusqu'ici. Par contre, le fait qu'elle provenait d'Amérique vint titiller l'esprit de Arielle. Elle n'avait jamais éprouvé une ombre d'amour pour ce continent qu'elle a toujours trouvé plus que barbare. Mais que voulez-vous? Chacun ses goûts..L'aristocrate haussa des épaules en finissant de vider son verre de vin.


"L'Amérique est un continent tellement...désespérant. Je n'y m'y plairais jamais si je devais m'y rendre.. Avez-vous déjà été là-bas?"

Alors comme ça, elle s'y était déjà mise. Bon, en même temps c'est vrai qu'il ne fallait pas traîner pour un tel projet, le Lord devait-être content d'une telle ambition. Arielle ne pouvait en être qu'impressionnée. Par contre, le nom 'Lucian de Castille' fila rapidemment dans son cerveau. Un jeune vampire de Poudlard..Ne serait-ce pas par hasard le...Nan!! Quoique.. peut-être était-ce le gamin de la mission au Trois Balais...qui l'avait empêché de mordre la blondinette!

"A propos de ce Cher De Castille, ne serais-ce pas jeune homme de haute taille aux traits fins, cheveux noirs mi longs et une tenue de cuir. Assez beau dans l'ensemble?..."

Bon, même si s'était lui, Arielle n'allait pas le blâmer. Il n'avait fait que protéger sûrement l'une de ses amies, ce qui était un acte tout à fait normal qu'Arielle ne retenait pas. Par contre, elle pourrait bien lui lancer des pics si jamais il croisait son chemin. Niark! Il faudrait qu'elle rencontre aussi d'avantage de vampires car s'était, en général, toujours une rencontre délicieuse que de croiser ses congénères. Elle n'avait guère croisé beaucoup d'entre eux jusqu'ici même si elle n'avait jamais vraiment cherché à les rencontrer. Mais toute chose à un début et la rouquine pourrait bien en profiter afin d'étendre de proches connaissances. Un silence assez pesant vint s'installer entre les trois vampires jusqu'à ce que Wenceslas ne décide d'intervenir en annonçant son départ. Cette information vint presque chagriné Arielle qui trouvait la présence du marquis très appréciable. Mais en y repensant, il ne faudrait pas non plus qu'elle tarde aussi.

"Quel dommage que vous nous quittiez si vite, je fus réjouie de cette rencontre, Cher Wenceslas. Au plaisir de vous revoir bientôt alors"

Elle le laissa baiser sa main, geste moyen-âgeux fort plaisant pour lequel elle accorda un sourire. Elle fit un simple signe de tête en signe de politesse avant de voir le Marquis disparaître par l'entrebaillement de la porte. Arielle soupira et posa son attention sur la fille de Wenceslas.

"Je ne cesse de penser que vous vous ressemblez, Waldrade.."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Waldrade Théophane
Reine des Vampires
Reine des Vampires
avatar

Nombre de messages : 509
Age : 27
Localisation : Tu as pensé à regarder au plafond de ta chambre ? Non ? Dommage...
clan : Devine, petit être insignifiant...
Humeur : Indescriptible...
Date d'inscription : 14/12/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
75/100  (75/100)
Niveau magique:
18/20  (18/20)
Relations:

MessageSujet: Re: En agréable compagnie... [PV Arielle et Waldrade]   Mer 23 Avr - 19:08

Wenceslas partait maintenant. Il la laissait seule avec Arielle. Bien qu’il dise qu’il avait une personne à massacrer ce soir, Waldrade doutait que se soit la réelle raison. Elle pensait tout bonnement qu’il venait de faire cela afin qu’elle et l’invitée face plus ample connaissance seule à seule. En tout cas, ce serait intéressant. D’autant plus qu’elle partageait le même point de vu qu’Arielle sur toute les choses énoncés jusqu’à présent. Hop ! Encore d’accord ! L’Amérique selon elle était un continent désespérant ? Waldrade n’en pensait pas mieux. Déjà avant alors maintenant qu’elle avait rencontré Kristin, ce fait s’était accentuer davantage. Et tout comme Arielle, si elle venait à voyager là bas, il y avait de forte chance pour qu’elle trouve cela pourri. La vampire déclara d’un ton solennel :

- Oui, je confirme ! D’autant plus que le jour où je l’ai rencontré, elle m’a dit que la majorité des vampires de son pays pensait comme elle. Imaginez le désastre ! Ce sont des imbéciles là bas… Et non, je n’y ais jamais mis les pieds. Et personnellement, je n’aimerais pas ! Rencontrer d’autre idiot dépourvu d’intelligence comme Krsitin, non merci. En puis, elle a une drôle de façon de se vêtir ! Et puis, aucune séduction ne ressort de cette personne ! Si ça se trouve c’est pareil pour tout le monde là bas.

Apparemment, Arielle connaissait ce jeune de Castille pour le décrire avec cette précision qui se révélait exacte en plus. Ouah ! Elle avait une longueur de retard là ! Quoi que… A mais non ! Elle l’avait vu aussi lors de l’embuscade à Pré au Lard ! La mangemorte a du le connaître de ce fait. Même qu’elle lui avait jeté un Doloris que Waldrade s’était empressé de contrer discrètement. Le pauvre ! S’il venait à recroisé Arielle, il y avait de forte chance pour que ces deux là se cherche mutuellement. Avec un sourire, la marquise répondit :

- C’est bien lui… En effet… Il a une méthode de pensée tout à fait surprenante ! Vous savez, s’il vous a attaqué lors de l’embuscade à Pré au Lard, c’était sûrement pour protéger son amie car il n’est en rien l’allier des résistants. Au contraire, il les trouve pathétique pour ainsi dire.

Rester seule en présence d’Arielle était quelque chose pour le moins surprenant à réaliser. Depuis, le temps que Waldrade voulait lui parler ! Malheureusement, elles s’étaient seulement croisée lors des missions et donc dans ces cas là, aucune conversation n’est possible. Le devoir passe avant tout. C’était vraiment une aubaine qu’elle se soit aventurer ici par hasard. C’était l’occasion pour en apprendre davantage sur cette charmante personne. D’ailleurs, elle devait savoir pas mal de chose sur les Théophanes maintenant qu’elle avait converser avec son père. C’était à son tour désormais d’extraire des informations. Il est toujours intéressant de connaître le passé des autres vampires… Leur expériences, leur connaissances… Waldrade quelque peu étonné d’entendre l’invité dire que la vampire ressemblait beaucoup à son père. D’un côté, ce n’était guère étonnant. Enfin, niveau caractère, il y avait à discuter ! Elle n’était pas aussi méchante que lui quand même ! Non mais ! Avec un sourire, Waldrade se contenta d’affirmer :

- Oui, mais le mode de pensée n’est pas toujours le même…

Ayant finit son verre de vin, la marquise le reposa sur la table basse, puis elle estima que le temps des questions était venu.

- Cela fait combien de temps déjà que vous travaillez au ministère ? Vous êtes jeune n’est ce pas ? Je vous donnerais un peu plus de la vingtaine…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://waldrade-iii.skyrock.com/
Arielle V.D.Grindenfersen
Agent des renseignements
Agent des renseignements
avatar

Nombre de messages : 234
Age : 26
Localisation : Toujours au mauvais endroit...
clan : Dark Lord
Humeur : Selon les rencontres...
Date d'inscription : 11/11/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
75/100  (75/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: Re: En agréable compagnie... [PV Arielle et Waldrade]   Mer 23 Avr - 21:38

En effet, quel désastre que d'imaginer une telle absurdité. Cela devait être l'enfer dans ce continent. Mais comment ces gens faisaient pour survivre avec leur taux d'intelligence si peu élevé? Aaa, il y a des mystères qui se verront toujours impossible à résoudre, ou plutôt, pas dans l'immédiat. En tout cas, il semble que Waldrade était d'accord sur pas mal de point en accord avec Arielle. La répugnance imaginaire que crééait la cadette dans son esprit ne fit qu'accroître sa curiosité de voir un tel énergumène. Quel genre de personne était-ce physiquement? Comme tout fidèle vampire? Séduisant et froid à la fois..?Aucune idée mais ce petit point serait bien vite réglé. Mais la suite des paroles de Waldrade ne fit que répondre à ses questions.. Eh ben, ils étaient pas sortis de l'auberge ceux-là! Mais pour faire simple, il suffit juste de détailler le nom de cette traître,,Kristin?! Quel nom pour le moins étrange et bien trop amère!

Lucian de Castille..Alors elle avait vu juste! Sale morveux va!!..nana!! Arielle change vite d'avis, il ne faisait que sauver une personne chère, contrairemen toi qui te fous royalement de tout le monde!..Ouai mais bon,,,il pouvait regarder gentillement non? Non? Bon ok! Admettons qu'il avait agit d'une manière logique et oublions ces balivernes concernant une sois-disante attitude indigne. S'était justement le contraire en plus...-_-' Pour ce qui est du mode de pensé du jeune homme, cela ne manqua pas de surprendre la rouquine. Alors comme ça, il n'était même pas infîmement lié à la Renaissance!? A voilà qui est mieux! Tout compte fait, c'est un brave garçon......et toi tu es stupide Arielle.....


"Hum...Si vous le dites. Il n'en possède pas moins un fameux caractère pour avoir foncé d'une telle manière sur moins....mm.."


Malgré l'absence de Wenceslas, la même ambiance semblait régner tout aussi paisiblement et Arielle regardait Waldrade de ses deux orbes de crystals. Que le marquis et sa fille soit différent niveau caractère n'était pas quelque chose d'étrange. Mais les mots de la vampire ne manquirent pas d'intriguer la mangemorte. Qui était le plus sadique des deux? Sûrement Wenceslas, bien que lors d'une simple discussion amical, il était difficile d'imaginer une telle vision. Depuis combien de temps travaillait elle au ministère? ... Voilà une question rarissime...euh...combien déjà? N'était-ce pas à 24 ans qu'elle était entrée au service du Mage noire?

"Oh, cela doit faire seulement 4 ans que j'y suis, il faut dire que contrairement à vous, je ne suis qu'une 'jeune' vampire si on comparait les âges. Je suppose que le votre dépasse au moins deux siècles..? Et j'aurais 29 ans dans 3 mois, soit, 28 pour l'instant...."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Waldrade Théophane
Reine des Vampires
Reine des Vampires
avatar

Nombre de messages : 509
Age : 27
Localisation : Tu as pensé à regarder au plafond de ta chambre ? Non ? Dommage...
clan : Devine, petit être insignifiant...
Humeur : Indescriptible...
Date d'inscription : 14/12/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
75/100  (75/100)
Niveau magique:
18/20  (18/20)
Relations:

MessageSujet: Re: En agréable compagnie... [PV Arielle et Waldrade]   Sam 26 Avr - 13:12

Wenceslas partait maintenant. Il la laissait seule avec Arielle. Bien qu’il dit qu’il avait une personne à massacrer ce soir, Waldrade doutait que se soit la réelle raison. Elle pensait tout bonnement qu’il venait de faire cela afin qu’elle et l’invitée face plus ample connaissance seule à seule. En tout cas, ce serait intéressant. D’autant plus qu’elle partageait le même point de vu qu’Arielle sur toute les choses énoncés jusqu’à présent. Hop ! Encore d’accord ! L’Amérique selon elle était un continent désespérant ? Waldrade n’en pensait pas mieux. Déjà avant alors maintenant qu’elle avait rencontré Kristin, ce fait s’était accentuer davantage. Et tout comme Arielle, si elle venait à voyager là bas, il y avait de forte chance pour qu’elle trouve cela pourri. La vampire déclara d’un ton solennel :

- Oui, je confirme ! D’autant plus que le jour où je l’ai rencontrer, elle m’a dit que la majorité des vampires de son pays pensait comme elle. Imaginez le désastre ! Ce sont des imbéciles là bas… Et non, je n’y ais jamais mis les pieds. Et personnellement, je n’aimerais pas ! Rencontrer d’autre idiot dépourvu d’intelligence comme Krsitin, non-merci. Et puis, elle est mal vêtu cette petite garce ! Si ça se trouve c’est pareil pour tout le monde là bas. D’autant plus que j’ai entendu qu’il y avait pas mal d’obèse la bas, ils doivent se goinfrer comme des porc ses gens là.

Apparemment, Arielle connaissait ce jeune de Castille pour le décrire avec cette précision qui se révélait exacte en plus. Ouah ! Elle avait une longueur de retard là ! Quoi que… A mais non ! Elle l’avait vu aussi lors de l’embuscade à Pré au Lard ! La mangemorte a du le connaître de ce fait. Même qu’elle lui avait jeter un Doloris que Waldrade s’était empressé de contrer discrètement. Le pauvre ! S’il venait à recroisé Arielle, il y avait de forte chance pour que ces deux là se cherche mutuellement. Avec un sourire, la marquise répondit :

- C’est bien lui… En effet… Il a une méthode de pensée tout à fait surprenante ! Oui, il a un caractère bien trempé ! Mais enfin, j’aurais agit de même si j’avais été à sa place… L’amitié est une grande chose. Enfin, après chacun à son point de vu mais selon moi, il a agit comme quelqu’un d’honorable. Le seul truck c’est que c’était contre vous… Maintenant, si la situation avait été inversé, si un résistant s'était trouvé à votre place, il aurait subit le même sort, c’est évident.

Ainsi donc cela faisait quatre ans qu’elle était au service du Lord. Et elle employait le mot « seulement ». Pour la marquise, c’était déjà un certain temps. Elle l’avait donc rejoint à 24 ans. C’était jeune… Très jeune… Mais qu’est ce qui avait donc poussé Arielle à le rejoindre ? C’était une question intéressante à étudier. Ah ! Waldrade ? Si elle avait dépassé les deux siècles ? Bien sûr que oui… Elle avait du vécu maintenant. C’était déjà un certain age pour un vampire à bien y réfléchir. Rare se faisait ceux qui dépassaient les cinq siècle de vie. La majorité d’entre eux se faisait tuer avant de parvenir à cet âge. Avec un demi-sourire, la vampire se contenta de répondre :

- Oui, en effet… J’ai dépassé les deux siècles d’existence… Cela fait maintenant 500 ans que foule cette Terre… Et je ne suis pas prête de la quitter… Mais, dîtes-moi, qu’est ce qui vous à donc pousser à rejoindre le mage noir si ce n’est pas indiscret ? Le désir de vengeance ? Le profit ? L’adoration ? Autre chose ? En tout cas, Voldemort est satisfait de vous. Nous avons vaguement parler de vous à un moment… En même temps, les vampires ne déçoivent que très rarement.

Changement de sujet, peut-être moins agaçant et plus joyeux. Pourquoi ne pas s’intéresser à ce qu’elle aime tout simplement ? Mis à part le goût du combat bien entendu…

- Sinon, vous avez des passions ? Des centres d’intérêts ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://waldrade-iii.skyrock.com/
Arielle V.D.Grindenfersen
Agent des renseignements
Agent des renseignements
avatar

Nombre de messages : 234
Age : 26
Localisation : Toujours au mauvais endroit...
clan : Dark Lord
Humeur : Selon les rencontres...
Date d'inscription : 11/11/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
75/100  (75/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: a   Mer 30 Avr - 21:20

"Cela ne m'étonne guère. Ce qui se ressemble, s'assemble après tout. Je n'aimerai pas rencontrer ces Américains, ils me donneraient sûrement la migraine par leur simple stupidité en écoutant votre description de cette fameuse Kristin. La nourriture américaine, m'a t'on déjà dis, n'est pas seine du tout. Je les plains."

Mal fringuée cette Kristin? Oh, c'est bien décevant. Ben oui! La tenue vestimentaire était quelque chose de vital! Bon, il faut dire que Arielle appréciait beaucoup l'harmonie des vêtements avec le corps. Bien que les vêtements de Waldrade pouvaient paraître assez bizarre, ceux-ci se mélangeaient bien avec la vampire. D'ailleurs, un certain charme assez hypnotisant émanait de sa tenue. Probablement des goûts d'ancienne époque. La Grindenfersen avait toujours eut le goût d'adorer les longues robes de soies ou de velour... Mais bon, ne dérivons pas vers des sujets éloignées. De Castille? Une méthode de pensée surprenante? Mmm..cela s'avérait être fort intéressant tient.. Mais l'envie de le revoir ne lui venait même pas à l'esprit. Elle sentait qu'elle serait légèrement hostile avec lui si elle le croisait par hasard dans un endroit..enfin, s'était son mode de pensée actuellement. Le mot amitié vint tilter dans son esprit. Un mot bien étrange sur lequel Arielle ne s'est jamais pris la peine de s'attarder. Elle avait un tempéramment bien trop froid et solitaire pour cela.

"Si vous le dites, l'amitié peut aussi être néfaste vous savez. Mais chacun pense ce qu'il pense...."

Seulement 4 ans. Elle avait pris en référence d'autres mangemorts qui étaient au servie de Voldemort depuis bien fort longtemps, comme Malefoys par exemple! Une personne bien étrange auquel Arielle ne s'y attarderait pas longtemps, par pur envie de rester en vie.. La surprise ne se fit pas lorsqu'elle appris d'ailleurs l'âge de Waldrade. 500 ans? Pas loin de Wenceslas ça.. Tiens, en y repensant, à sa première année de mangemorte, elle n'était encore qu'une simple sorcière...Cela était bien étrange de penser à ce jour lointain et qui lui avait rendu bien des services... Qu'est ce qui l'avait poussée à rejoindre le Seigneur noir? Aux souvenirs de cette décision, son visage s'assombrit une fraction de seconde...

"Vous savez, je ne pense pas que ce soit pour mon côté vampire que je sois rentré au service du Seigneur des Ténèbres, puisque je ne l'étais pas encore à ce moment. Je pense que c'est par simple préférence de camp et sûrement profit... Puis-je vous poser une question? Avez vous été mordu vous aussi ou êtes vous vampire de naissance? Il est bien rare d'en croiser de nos jours."
Arielle n'avait jamais croisé de vampires de naissance. Peut-être inconsciemment, mais à sa connaissance, elle n'avait pas fait la rencontre de l'un deux.. Pour les dernières paroles de Waldrade, la rouquine hésitait légèrement. Des centres d'interêts? Pas tellement, elle vivait la vie d'une manière monotone bien qu'elle adorait froler le danger. Une chose qu'elle haissait plus que tout, s'était son apparence vampirique qu'elle tentait vainement d'éviter. D'ailleurs, elle n'avait dut se transformer qu'une fois dans cette apparence pour réelle menace à sa propre vie et sentiment refoulé ayant surgi d'un coup. Autant dire qu'elle avait fait du désastre ce jour là et que s'en resouvenir n'était guère plaisant.. Aa mais qu'est ce qui lui prenait de rêvasser! Tout en reportant son attention sur Waldrade, Arielle lui répondit d'un toh normal.


"Pas vraiment, comme tout vampire, j'aime la chasse. Aaa, si je savais seulement me transformer en chauve-souris, cela m'avantagerai bien plus, mais que voulez vous..."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Waldrade Théophane
Reine des Vampires
Reine des Vampires
avatar

Nombre de messages : 509
Age : 27
Localisation : Tu as pensé à regarder au plafond de ta chambre ? Non ? Dommage...
clan : Devine, petit être insignifiant...
Humeur : Indescriptible...
Date d'inscription : 14/12/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
75/100  (75/100)
Niveau magique:
18/20  (18/20)
Relations:

MessageSujet: Re: En agréable compagnie... [PV Arielle et Waldrade]   Jeu 1 Mai - 21:24

Waldrade ne put s’empêcher de sourire face aux paroles d’Arielle. Lui donner la migraine ? Oh oui, très certainement. Et peut-être la haine également si jamais elle rencontrait Kristin par un malheureux hasard. C’était une personne qui avait la fâcheuse habitude de provoquer par des mots et autant dire que ça marchait plutôt bien. La preuve, Waldrade était tombé dans son petit jeu la première fois. Fort heureusement, lors de la seconde retrouvailles, elle n’y avait plus vraiment prêté attention et s’était contenter de lui administrer une bonne leçon. D’ailleurs, en y pensant, elle devait très certainement en avoir encore les marques. La marquise se demandait comment réagirais l’invitée face à cette énergumène. Oh, comme toute personne normalement constituée, elle aurait très certainement envie de la massacrer sur le champ.

- Oh ! Ils ne sont pas à plaindre… Après tout, ce sont eux qui ont inventé leur mode alimentaire, et personne d’autre. Enfin, quoi qu’il en soit, c’est le continent qui m’attire le moins. Enfin ce sont surtout les Etats-Unis bien sûr. Les pays environnant ne sont peut-être pas aussi dépourvu d’intelligence. Espérons le pour eux en tout cas…

Ah ! Quel bon sujet de réflexion que le thème de l’amitié ! Sur ce point ci, Waldrade craignait de ne pas être entièrement sur la même longueur d’onde qu’Arielle. Avoir des amis pouvait se révéler très utile lorsque l’on se trouvait en mauvaise posture. Ils peuvent vous porter secours quand le besoin en devient urgent. Enfin, jusqu’à présent, elle s’était fait des camarades ayant ce mode de pensée, quoi que… L’un d’entre eux faisait l’exception. C’était également ça le danger. Oui. Cela pouvait se révéler néfaste également. Personne n’était à l’abri de la trahison soudaine. La vampire avait déjà eu affaire à ce genre de confrontation et autant dire que c’était très désagréable. Mais comme toujours, elle n’avait pas manqué de se venger de cette personne. Non mais. La seule qui ne l’avait jamais déçu sur tout les point, c’était sans aucun doute Euphrasine. Raaah ! Toujours cette comtesse dans la tête. Ces dernier temps, elle ne parvenait pas à se l’ôter de l’esprit. Waldrade y pensait plus qu’avant. Mais pourquoi se remémorer cela ? Si ce n’était pour la faire souffrir ? De toute façon, il y avait 99% de chance pour qu’elle ne soit plus de ce monde…

- Oui, je confirme vos dire. Cela peut avoir également des effets négatifs, mais à bien y réfléchir, chaque chose à son avantage et son inconvénient. Être seule n’est pas toujours bon non plus. Néanmoins, je ne suis pas de ceux qui attribuent leur confiance à n’importe qui. Je choisis mes amis avec soin…

Ainsi, elle était déjà du coté du Lord avant d’être vampire ? Et bien, comme ça, ça méritait d’être claire. Autant dire que c’était une personne plus tourné vers le mal qu’autre chose. Oui, le profit… Généralement la voix du mal est la plus simple et la plus avantageuse à ce qu’on lui avait toujours dit et Waldrade devait bien avouer que c’était en partie vrai. Qu’aurait-elle gagner si elle avait rejoint la Renaissance du Phénix si ce n’est des regards méprisant de droit à gauche et se faire traiter comme une sauvage et un vulgaire animal ? Au moins, en étant du côté du ministère, elle avait tout ce dont elle avait besoin et comme elle s’entendait relativement bien avec le ministre, c’était presque le paradis… Comment ? Si elle était vampire de naissance ? Hum…

- Non, je ne suis pas né vampire, dieu merci d’ailleurs sinon, je n’aurais très certainement pas eu le loisir de faire certaine connaissance. En outre, j’ai été mordu par ma mère comme tous les autres membres de ma familles d’ailleurs… Et il est vrai qu’il est particulièrement rare d’en croisée des vampires de ce type là. Mais j’en ais déjà vu… Oh ! En fait, ils ne sont pas si différent de nous au finale.

Une chose la fit entrée dans un étonnement profond. Arielle ne savait pas se transformer en chauve-souris ? Etait-ce possible ? Apparemment, ce n’était pas une plaisanteries à en juger l’expression sérieuse de l’invitée. Waldrade quant à elle, tomberais malade si elle ne pouvait plus se métamorphosé ! Elle adorait ça ! Néanmoins, la marquise garda son air neutre et cacha son étonnement avant de répondre :

- Ah ? Vous ne savez pas ou vous ne pouvez pas ? Pardonnez-moi si je me montre un peu brutal en disant cela, ce n’était nullement mon intention…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://waldrade-iii.skyrock.com/
Arielle V.D.Grindenfersen
Agent des renseignements
Agent des renseignements
avatar

Nombre de messages : 234
Age : 26
Localisation : Toujours au mauvais endroit...
clan : Dark Lord
Humeur : Selon les rencontres...
Date d'inscription : 11/11/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
75/100  (75/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: Re: En agréable compagnie... [PV Arielle et Waldrade]   Sam 6 Sep - 15:06

    [J'avais carrément oublié ce topic *boulet*><]

    Si on y réfléchissait bien, les habitants d'Amérique provenaient tous de l'ancien monde, des vieux continents. Et pourtant, malgré l'épatante avancée technologique, leur stupidité était à plaindre tout autant que la saineté de leur alimentation, de leur santé. Non, vraiment, Arielle ne se sentait guère excitée à l'idée d'y aller un jour. Elle aimait les pays qui gardaient les traditions, les coutumes anciennes. Elle avait déjà put entendre bien des rumeurs sur les U.S.A., souvent péjoratives, mais bon, les rumeurs,,,s'était tout autre chose. Il ne fallait pas s'y fier à cent pourcent. Arielle était plutôt attirée par la graciosité et l'intrigue des civilisations asiatiques telles que la Chine, le Japon, l'Inde, des pays de ce genre. Mais malheureusement, depuis qu'elle était entrée au service du Seigneur Noir, la belle blonde n'avait que peu de temps pour profiter des maigres temps libres qui lui étaient accordés. Que voulez-vous, il n'y a pas de belle victoire sans sacrifices.

    "Mode alimentaire? Si on puis vraiment appeller cela une..mode, des déchets alors. Voyez déjà leur santé, quel désastre! Et quand on pense que bien des gens, aussi insensés que fous, sacrifient leur argent pour s'y rendre, je ne comprendrais décidement jamais le cerveau humain.."

    L'amitié? Jamais Arielle n'avait eut l'occasion d'y goûter. Etait-ce la peur qui l'empêchait de s'aventurer dans ces domaines inconnus d'elle? Balivernes! Arielle n'a peur de rien! Alors qu'était-ce? A cause d'une absence d'amour parental, la belle pensait que ce sentiment était une chose néfaste. La trahison pouvait vous poignardé à tout moment en pleine poitrine, lorsque vous vous y attendez le moins. Bien que la vampire prétendait n'être effrayée de rien, nous pouvons bel et bien constater que c'est la peur qui l'empêcher de faire le premier mouvement. Mais oh grand dieu! Jamais notre jeune vampire ne l'avouerait, et surtout, ne l'exprimerait sur son visage glacé par la froideur habituelle qui peignait ses traits raffinés. D'ailleurs, les propos de Waldrade ne la firent pas sourciller d'un millimètre, bien que son regard s'embruma d'une douceur inhabituelle. Etre seule? Voilà deux mots qui la complétèrent parfaitement..Depuis bien longtemps, elle vivait seule, et cela ne lui avait guère posé de problème. Ben quoi? Son côté fort masochiste s'était accru ainsi que sa force, de quoi devait-elle se plaindre? La cruauté est une chose tout à fait naturelle, malheureusement, Arielle ne parvient pas encore à voir qu'il y a une limite à la cruauté..Peut-être est-ce son plus gros défauts..

    "Etre seule..Moi je l'ai toujours bien vécu, cela ne m'a jamais posé aucun problème. Au contraire, être seule vous empêche d'être tracassée sur le cas d'un proche, de sa santé et vice versa."

    A chacun de ses mots, les souvenirs de son enfance lui revinrent. Ce bâtard de père. Mais qu'y pouvait-elle? Le passé était le passé, s'était justement pour cela qu'il ne pouvait être modifé... En tout cas, sans émettre des grosses conséquences. Mais ne nous attardons pas sur ces points assez néfastes pour son esprit en ce moment fort calme. Arielle regarda la belle aristocrate du coin de l'oeil, l'air un peu rêveur et les lèvres rougeoyantes étirées en un pâle sourire inexpressif. Elle approuva les dires de Waldrade sur le dernier point qu'elle mentionna. Les vampires de naissance n'était au fond, pas si différents que ceux qui ont été mordus. Grindenfersen n'en avait à vrai dire, vu qu'une maigre quantité..Mais les rencontres avaient été toujours fort plaisantes, elle n'avait donc pas à s'en plaindre. La question de son aîné la fit sourire chaleureusement. Il est vrai qu'un vampire qui ne savait pas se transformer en chauve-souris était très...quasi rare. Arielle avait l'habitude de sentir l'étonnement dans la voix d'autrui, et elle ne prit pas les paroles de Waldrade d'une manière effrontée.

    "Etonnée? A vrai dire, cela m'a assez troublée au début de ne pas posséder cette capacité, puis à la longue, je me suis un peu habituée..."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: En agréable compagnie... [PV Arielle et Waldrade]   

Revenir en haut Aller en bas
 
En agréable compagnie... [PV Arielle et Waldrade]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RAID] La Compagnie KOUBAK ®
» [CDA] La grande compagnie de Kjarl Sang Farouche
» Compagnie blindée
» [DCA 2010] [40k] Compagnie blindée de Notre-Dame des martyres.
» La compagnie Gilnéenne.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Renaissance du phénix :: Le Monde Magique :: Vos Demeures Respectives :: Autres habitats :: Antre des Théophane-
Sauter vers: