AccueilAccueil  FAQFAQ  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Triple Rencontre... [Syerra et Tor] (Terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Torben Badenov
Prof de Magie Noire, Père et Fiancé
Prof de Magie Noire, Père et Fiancé
avatar

Nombre de messages : 955
Age : 27
Localisation : double compte de Voldy
clan : Mangemort, Garde du Ministre
Humeur : excellente, toujours ^^
Date d'inscription : 18/10/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
75/100  (75/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: Triple Rencontre... [Syerra et Tor] (Terminé)   Mer 5 Mar - 13:19

Londres, petit matin d'un mois de Janbier glacial..


L'immense cité moldue s'élevait, fière, vers les nuages. Des milliers de bâtiments étaient sortis de terre au fil des siècles, reflet de l'impressionante croissance démographique des moldus. torben Badenov s'était toujours demandé pourquoi les sorciers étaient à ce point minoritaires. Y avait-il eu un évènement particulier pour que des hommes naissent sorciers, alors que pour chacun de ces êtres spéciaux qui venait en monde, mille autres ne disposeraient jamais d'une once de pouvoir magique. Etrangeté de Dame Nature, encore une fois. Torben n'était cependant pas ici pour se poser des questions pseudo-existentielles, mais plutôt pour rejoindre le plus discrétement le chaudron baveur, un pub qui marquait l'entrée du territoire sorcier, et de là se fondre dans la masse de ses congénères, pour aller acheter le matériel dont il aurait besoin pour poursuivre sa chimère: Ginny Weasley.


N'empêche que tous ces moldus autour de lui continuaient de l'intriguer. Contrairement à son maître, le Seigneur des Ténèbres, il n'était pas pour une extermination des moldus, ou leur réduction en esclavage. Non, ce qui l'intéressait par dessus tout, c'était de trouver le plus grand mystère qui fut: la source même de la magie et son inégale répartition parmis les hommes. Le mangemort estonien avait, pour son cours de Magie Noire, dû lire énormément d'ouvrages sur la question, et il était aujord'hui persuadé que s'il répondait à cette grande question, il n'y aurait plus d'obstacles pour que tous les êtres humains deviennent des sorciers. Bon, il devait avouer aussi que ces bougres étaient bien commodes quand il fallait se divertir, car après tout, il pouvait faire ce qu'il voudrait d'eux...


Bon, c'était pas tout ça, mais il approchait... Par prudence, il releva son capuchon noir sur son visage, histoire de ne pas se faire reconnaître comme le déserteur (provisoire) des rangs de Lord Voldemort... Torben poussa la porte d'entrée du bar, dans l'indifférence générale, son écusson de la Garde Rapprochée du lord suffisant à Tom, le barman, pour lui ouvrir l'entrée du chemin de traverse sur son passage. C'est ici qu'il bouscula un homme, en sortant du pub.



- Veuillez m'excuser mais...


Syerra. Syerra Van Blaken. La femme qui avait faillit l'arrêter à leur dernière rencontre se trouvait juste dérrière... Holala, Torben, si t'es reconnu, sa va mal se passer!


- Euhhh, après vous!

_________________

Membre de la Garde Rapprochée de Lord Voldemort
Détaché à Poudlard en temps que Professeur de Magie Noire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 28
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Triple Rencontre... [Syerra et Tor] (Terminé)   Mer 5 Mar - 22:27

Londres était tel que tous les étrangers se l'imaginait, froid et humide. Tor marchait tranquillement au milieu des moldus, il les connaissait bien depuis de longues années qu'il était tantôt dans un monde où l'impossible devenait réalité, tantôt dans un monde où les tours de magie les plus simples pouvaient rapporter pas mal d'argent. Les rares moldus qui sillonnaient les rues aussi tôt le matin devait sans nul doute avoir une bonne raison de s'être tiré hors du lit pour marcher dans ce froid. Les vitres des voitures, alignées dans une rue étaient toutes givrées, un homme s'évertuait à gratter avec vigueur les vitres de sa voiture, dont le givre s'enlevait très mal, et l'homme donnait de grands coups de raclettes, certainement un peu dépité par la résistance de ce givre hivernal. Tor resta une petite minute immobile, à regarder qui de l'homme où du froid gagnerait, l'homme consulta sa montre, et après un juron particulièrement audible, gratta plus vigoureusement que précédemment. Le jeune homme s'approcha de l'homme en costume, ce dernier était parvenu à gratter les vitres latérales de son véhicule. Visiblement, cet homme ne devait pas souvent avoir à faire au givre, où alors souffrait d'un manque d'entrainement pour ce qui était de gratter les vitres. Tor proposa son aide à l'homme qui certainement plus surpris par la présence d'une personne aussi tôt dans la matinée que par la proposition du jeune homme acquiesça en tendant à Tor la raclette. Quelques coups de raclettes, les vitres n'étaient plus opaques et offraient une visibilité sommes toute plus qu'acceptable. L'homme le remercia rapidement, jurant une dernière fois avant que son moteur ne démarre et qu'il ne disparaisse au coin de la rue suivante.

Un sourire s'affichait maintenant sur le visage de Tor, il ne se moquait pas de l'homme, mais plutôt imaginait les voitures givrées dans le monde de la magie. Plusieurs hypothèses naquirent dans son esprit, les sorciers n'auraient sans doute aucun mal à inventer ou fabriquer des vitres ayant la propriété de ne jamais subir le froid. Il s'imaginait néanmoins très bien les sorciers sortant de chez eux, constatant les vitres givrées, sortant leurs baguettes qu'il tapotait sur les vitres qui instantanément se dégivrait. Si seulement les moldus savaient que la magie et les sorciers existaient, et de quoi ils étaient capables, il pourrait surement vivre ensemble. Tor songea alors à ce qu'il avait appris sur l'histoire moldu, les deux guerres mondiales, peut-être que le monde moldu n'était pas prêt finalement,si les moldus se déchiraient déjà entre eux, comment pourraient-ils accepter la différence. Et puis qui sait si les sorciers eux-même seraient prêt à cohabiter, car après tout, si le monde magique était en guerre maintenant, n'était-ce pas en grande partie une histoire d'intolérance, comme le furent dans le passé les guerres moldues? L'aboiement d'un chien ramena Tor sur terre, le givre qu'il avait gratté était en partie tombé sur ses mains, il commençait à dégeler, frigorifiant les mains du jeune homme. Un instant, il hésita à sortir sa baguette et à se réchauffer les mains, il n'y avait personne dans la rue, juste ce stupide chien qui hurlait à réveiller un mort. Glissant ses mains dans ses poches, il repartit, songeant encore aux possibilités qu'auraient les sorciers pour dégivrer ou éviter le givre sur leurs voitures, s'ils en avaient un jour. Le sourire de Tor reparut lorsqu'il songea à une idiotie, il s'imaginait un sorcier lambda sortant de chez lui, découvrant sa voiture givrée, sortant sa baguette, inconscient de la réaction qui en résulterait, celui-ci utilisait un sort de feu, explosant les vitres sous l'effet du choc thermique, mais aussi la voiture. Mais à quoi pensait-il donc, dans cette froide matinée de janvier? Il songeait à la rencontre de moldus et sorciers, d'un point de vue parfaitement matériel, celui de la voiture.

Il tourna à une dernière rue, un pub qui ne payait pas de mine se profilait devant lui, le Chaudron Baveur, le pub comme on pouvait s'y attendre était vide, si on exceptait le barman, et les deux, trois moldus allongés sur le sol, certainement ivre mort. Tor profita du feu pour se réchauffer les mains, ses doigts étaient glacés et en partie engourdi par le froid soudain qu'avait causé la fonte du givre sur ses doigts. Pouvant à nouveau bougé ses doigts avec son habileté de cuisinier, il espéra qu'il ne fit pas aussi froid de l'autre côté, même s'il avait très peu d'espoir que tel fut le cas. Il s'approcha du barman, lui signalant son intention d'allait «il-savait-où». Tor dû lui montrer sa baguette pour qu'enfin, le barman lui indique la voie. Le remerciant par la parole et un hochement de tête, il s'engagea sur le chemin, s'apprêtant à sortir du bar, pour entrer dans le monde magique, il s'arrêta un instant, grosse erreur? Il n'en était pas sûr car il reçut son premier contact humain depuis bien longtemps en une personne que Tor identifia comme Membre de la Garde Rapprochée du Seigneur des Ténèbres, à l'aide de l'écusson que celui-ci portait. Tor n'arrivait qu'à deviner les traits du visage de l'homme, son capuchon relevé sur son visage, il ne pouvait le distinguer. L'homme prit la parole, commençant une excuse, il arrêta bien rapidement sa phrase, Tor vit le regard de la personne se figer sur une demoiselle un peu plus loin. Si le jeune homme crû d'abord à un sentiment caché, il comprit que les rapides regards de l'homme vers la demoiselle, était plus une forme de crainte que de sentiments non-avoués. L'homme fit un signe, accompagné de la parole correspondante à Tor pour que celui-ci ne s'avance, ce que Tor fit sans rechigner, l'homme commençait à marcher d'un pas un peu plus rapide quand Tor lui saisit le bras:


Je suis désolé pour avant, je m'étais un peu égaré dans mes pensées, je le crains. Jetant un regard à la demoiselle, Si vous désirez un peu d'aide pour lui échapper...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syerra Van Blaken
Mangemort
 Mangemort
avatar

Nombre de messages : 265
Age : 25
Localisation : L'endroit n'a aucune importance, seuls les actes comptent
clan : Les ténèbres
Humeur : Indescriptible
Date d'inscription : 23/11/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
25/100  (25/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Triple Rencontre... [Syerra et Tor] (Terminé)   Jeu 6 Mar - 0:09

En ce jour froid, Londres resplendissait sous une mince couche de neige. Effectivement, le givre était de mise aujourd’hui. La jeune femme replaça vigoureusement le col de son manteau noir, en proie d’un léger frisson. Elle se promenait lentement dans les rues enneigées de cette démarche distinguée qui lui était caractéristique, observant d’un œil distrait les quelques boutiques qui s’offraient à elle.. Le regard de l’Auror se posa sur le Chaudron Baveur. Tiens, pourquoi ne profiterait-elle pas de ce jour hivernal pour aller prendre une petite pause dans ce pub accueillant. De plus, cela faisait un bail qu’elle n’y avait pas mis les pieds, ayant une préférence quant à ceci : rester dans le monde magique. Disons simplement que ce matin, l’envi irrésistible d’aller se balader dans cette ville moldue l’avait immédiatement attiré. Donc Syerra gardait bien en vue le pub, prenant bien son temps avant de s’y rendre. Elle croisa plusieurs moldus, riant d’eux par la même occasion : plusieurs se tuaient à la tâche, n’ayant pas recours à la magie, ils devaient tout faire eux-mêmes, c’était relativement dégradant, car ils ne pouvaient même pas compter sur l’aide d’elfes de maisons pour faire les tâches ménagères ou faire à manger. Enfin, il fallait croire que ces êtres étranges s’étaient habitués à tout faire par leur simple et bonne volonté.

Arrivée aux pieds du Chaudron Baveur, Syerra fut bousculé par un homme portant une capuche noire. Celui-ci s’excusa rapidement, il semblait soudainement pressé. La jeune femme attarda un moment son regard sur le visage encapuchonné de l’homme. Mais ce qui la frappa fut la voix de cet homme portant un écusson, l’identifiant comme étant membre de la garde rapproché du Maître des Ténèbres. Cette voix, elle la reconnu immédiatement : Torben Badenov. L’Auror se remémora leur rencontre indésirable, qui avait eu lieu quelques semaines auparavant. Dieu qu’elle n’avait pas envi de se retrouver devant lui une seconde fois, surtout à cet endroit grouillant de personnes. De plus, elle se souvint de la mission qu’il lui avait donné, laquelle Syerra avait failli puisque l’objet principal de la ‘’mission’’ avait trouvé le moyen de fuir. La sorcière garda le silence, apercevant un autre homme attraper le bras du ‘’déserteur’’. Bon, encore fallait-il qu’elle croise cet homme, mais de plus, elle ne pourrait probablement rien faire…du moins pour le moment.

Syerra prit appui sur le comptoir où se trouvait Tom, le barman du Chaudron Baveur. Elle ne lui accorda pas un regard, le gardant plutôt sur le Mangemort et l’inconnu qui s’était joint à lui. La nuisante eu connaissance que l’étranger s’adressa au garde. De plus, celui-ci jeta un regard à Syerra, qui prit le soin de détourner le sien. Qu’allait-elle faire? Et pourquoi se trouvait-elle seule dans ces moments inappropriés tels que maintenant. Allons, elle n’allait tout de même pas s’interposer entre eux deux, ce serait quelque peu déplacé de sa part. De plus, mieux valait-il attendre. La suite des événements seraient sans aucun doute inattendue. La sombre sorcière appuya sa tête sur la paume de sa main, sentant une migraine faire son apparition. Non, décidemment l’Auror détestait ce genre de situation inusitée, qui, ne le cachons pas, était fort désagréable…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Torben Badenov
Prof de Magie Noire, Père et Fiancé
Prof de Magie Noire, Père et Fiancé
avatar

Nombre de messages : 955
Age : 27
Localisation : double compte de Voldy
clan : Mangemort, Garde du Ministre
Humeur : excellente, toujours ^^
Date d'inscription : 18/10/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
75/100  (75/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Triple Rencontre... [Syerra et Tor] (Terminé)   Sam 8 Mar - 1:01

Bon, quelle était la réaction? Quelle est la solution, quelle est la réaction, quelle est la bonne, quelle est la boooOOOoone zion! (pardon, minute folle terminée http://i20.servimg.c). Merde alors. Là, Torben était mal barré. Pourquoi devait il toujours se faire repérer par les pires personnes pour lui dans sa situation actuelle au moment le plus inopportun? Ben oui, il devait aller dans l'allée des embrumes, régler ses affaires, se fournir en équipement nécéssaire pour son expédition en Roumanie. Le problème, c'était que l'homme qu'il avait bousculé l'avait involontairement dévoilé à une soldate du Ministre que Torben n'avait pas repéré de prime abord. Bon, c'était pas la faute de ce pauvre bougre, que Torben estima être plus âgé que lui, environ la trentaine. Bon, c'était pas tout ça, mais Syerra Van Blaken l'avait il repéré? Aucun moyen d'en être sûr. Elle buvait tranquillement assise au bar... D'ailleurs, à ce propos, elle faisait la paire avec Jaeger! Boire pendant le service! Quand il irait retrouver Krystel, la chef de l'armée du Lord, il ne manquerait pas de lui faire un rapport salé de ce qu'il avait pu constaté de ses subordonnés ces derniers temps, quand elle n'était plus là pour les commander.


Le problème par contre avec les serviteurs du Lord, ceux entraînés par Krystel, était qu'ils étaient parfois si bien entraînés que parfois, il était impossible de savoir s'il l'avait reconnu ou pas, s'ils buvaient réellement leur verre ou l'avaient en fait pris en filature, pour le rabattre vers des renforts et le capturer. Même pour Torben c'était terriblement difficile d'évaluer celà.



- Pas grave Monsieur, disons que vous m'avez peut être apporté en fait, la solution... Dites moi, vous voyez la femme la bas? Celle qui porte l'écusson de l'armée du Ministre, les anciens aurors? Tenez, trois gallions, si vous acceptez de lui offrir à boire. Voyez vous, il s'agit de mon ex femme, et je la soupçonne qu'elle me suive pour voir si je n'ai pas trouvé quelqu'un d'autre, vous voyez?


Bon, un mensonge bien vite expédié, mais Torben savait que l'homme serait peut être capable de retenir Syerra le temps qu'il lui faudrait pour s'éclipser tranquillement dans son coin. C'était tout ce qu'il avait besoin, une minute pour disparaître. maintenant, il fallait croiser les doigts pour qu'il accepte... A voir bien entendu, si la nuisante n'aurait pas flairé la manoeuvre... D'ailleurs, il y avait bien peu de chances, étant donné qu'il lui avait confié ,quelques semaines plus tôt une délicate mission, qui, d'après ses contacts au ministère, avait lamentablement échoué. C'était d'ailleurs en quelque sorte la cause de sa présence ici. Il devrait se débrouiller comme il pouvait pour amener au Lord une autre proie pour revenir dans ses bonnes grâces...


- Si vous faites celà, je pourrais peut etre vous rendre la pareille...

_________________

Membre de la Garde Rapprochée de Lord Voldemort
Détaché à Poudlard en temps que Professeur de Magie Noire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 28
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Triple Rencontre... [Syerra et Tor] (Terminé)   Sam 8 Mar - 14:54

Visiblement, le bras qui avait retenu le jeune homme n'aurait pas du se trouver là, il ne faisait aucun doute dans l'esprit de Tor que l'homme fuyait quelque chose, ou quelqu'un. L'homme continuait d'avoir des regards furtif pour une jeune femme accoudée au bar. L'espace d'un instant, Tor crut qu'il y avait quelque chose entre eux, le cuisinier cherchait les mots justes pour lui conseiller d'aller lui parler, d'aller la voir, boire un verre avec elle. Mais apparemment, cela n'entrait pas dans les intentions de l'homme qui sortit de l'argent de sa poche. Le tendant à Tor, il lui demanda de se rendre au bar, d'offrir un verre à la jeune femme, de toutes évidences, une façon d'échapper à la jeune femme, une diversion en faites. L'homme expliqua que la femme en question était son ex-femme à laquelle qu'il supposait l'espionner. Pour savoir s'il n'avait pas une autre relation. Pendant un instant, Tor réfléchit, un mensonge de toutes évidences, même dans le monde magique, une femme ou un homme aurait engagé quelqu'un pour espionner son conjoint, mais si cet homme fuyait cette dame il devait y avoir une raison. Que risquait Tor à boire un verre avec une aussi jolie demoiselle? De plus, on le payait pour ça, certainement la première et dernière fois qu'une demande ainsi lui serait faites, il fallait avouer, cela était bien tentant. Ce n'est qu'alors que l'homme le dit que Tor prêta attention à l'écusson, elle aussi était dans la Garde du Lord, mais pourquoi cherchait-il à échapper à une collègue. Certainement un mystère de l'univers. Bien qu'en y réfléchissant, plusieurs proposition sautèrent à l'esprit de Tor:
Cet homme pouvait bien lui dire la vérité, dans lequel cas, effectivement, nul doute que l'homme aurait besoin d'un coup de main. Car les femmes, c'est indéniable, savent arriver à leur fin, quelle qu'elle soit, elles parviennent toujours à convaincre, usant de leurs charmes si le besoin se fait sentir. D'autant plus s'il avait déjà trouvé une autre compagne et que celle-ci devait le rejoindre en cet endroit. Mais à dire vrai, Tor avait du mal à croire à cet hypothèse.
Deuxième possibilités, l'homme mentait et avait usurpé l'identité d'un quelconque membre de la Garde du Lord, peu probable, Tor l'accordait, mais il comprendrait dans ce cas la volonté de l'homme à sortir du bar et du champ de vision de la jeune femme le plus rapidement qu'il le put, ici aussi, Tor comprennait la volonté de l'homme, c'était sa vie qui était en jeu.
Troisième possibilité, l'homme était un membre de la Garde du Lord qui avait trahis, volontairement ou non, et qui de toutes évidences s'inquiètaient de savoir si c'était ou non un piège. Et dans ce cas là, sa vie aussi était en danger.
Dernière possibilité, l'homme était tout à la fois. Il avait été marié à cette femme qui l'avait alors espionné et continuait. Leur divorce avait à voir avec le fait qu'il avait trahi le Lord et maintenant, il usurpait l'identité d'un de ses anciens collègues pour aider le Phénix. Mais, il fallait l'avouer, aucun doute que cette dernière possibilité était farfelue plus que toutes les autres déjà peu probables.

Ce fut quand l'homme reprit la parole seulement que Tor revint à la réalité, il avait imaginé tant de possibilités en quelques secondes que cela avait même tendance à lui faire un peu peur. L'homme lui proposait de lui rendre la pareille à l'occasion, sauf que Tor n'était pas marié, ni divorcé et que ses relations avaient eu tendance à se passer dans des coins plus reculés, aucune à Londres, si sa mémoire ne lui faisait de tromperie. Après tout, il avait proposé son aide au jeune homme oui ou non? La main de Tor s'avança, ses doigts entrant en contact avec le métal froid, il referma la main de l'homme sur les pièces qu'il tendait à Tor:


-J'espère que vous arriverez à sortir d'ici sans avoir trop de problème. Je vais retenir votre ex-épouse, tout du moins essayez de faire en sorte qu'elle ne vous voit pas. Désignant du menton un groupe personnes un peu plus loin, Si j'étais vous, j'essaierais le groupe de saoulard irlandais, ils font tellement de bruit que personne ne leur prête plus attention.

Tor n'avait pas pris l'argent, même si, il fallait l'avouer, il ne croulait pas sous l'or. Il avait appris beaucoup de chose au cours de ces voyages, le premier étant que l'argent dirige, pourtant, il n'a jamais eu l'intention de gagner beaucoup d'argent, ni même de profiter de situations comme celle qui se jouait en ce moment pour en gagner. Un instant il se demanda si l'homme avait vraiment été sérieux ou s'il voulait tester le cuisinier. Payé un homme pour aller boire un verre avec une jolie jeune femme, il fallait être fou, peut-être plus d'avoir refusé l'argent pour ce travail oh combien triste, plus que pour avoir proposé des sous pour une telle chose. Après un dernier «Bonne chance» très certainement de circonstances, Tor tourna le dos à l'homme, un peu surpris qu'il n'ait pas pris l'argent, mais certainement conscient que sa chance allait venir. Pourtant, alors qu'il se dirigeait vers la jeune femme, plusieurs solution s'offraient à nouveau à Tor:
Il pouvait venir s'asseoir à côté de la demoiselle, lui proposer un verre, parler avec elle de tout et de rien, passer un agréable moment avec une jolie fille.
Il pouvait venir s'asseoir à côté de la demoiselle, ne pas lui proposer de verre, lui parler de la proposition du jeune homme, et passer un moment très écourté avec une jolie fille.
Il pouvait venir s'asseoir à côté de la demoiselle, lui proposer un verre, parler avec elle de choses futiles pour l'amener au sujet de la présence de l'homme, et se faire haïr le reste de ses jours par cette femme avec laquelle il aura passé un bon moment à la triste fin.
Il pouvait venir s'asseoir à côté de la demoiselle, lui expliquer la situation et la présence du jeune homme, lui proposer un verre une fois qu'ils auraient mis la main sur l'homme en question, et certainement, s'attirer ses bonnes grâces.
Il pouvait se retourner, attraper l'homme en faisant du bruit de façon à ce que la demoiselle comprenne ce qui se passait, ce qui lui vaudrait surement des remerciements, une entrée dans les bonnes grâces de la dame, et très certainement un verre à l'occasion.
Enfin, il lui restait la solution du «Je n'ai rien à voir là-dedans, fouttez-moi la paix», et sortir du bar, ou se mettre de côté et regarder l'évolution de cette histoire, qui surement ne manquerait pas de piment.

C'est ainsi que Tor se trouva à quelque tout petits mêtres de la jeune femme, dont il ignorait tout, sinon qu'un homme cherchait à la fuir. Il s'assieds sur le tabouret, l'empechant ainsi de voir l'endroit où l'homme et Tor se trouvait seulement quelques secondes auparavent. Il attendit que le barman vienne lui demander ce qu'il désirait:


Hum, pour moi, ce sera un café bien chaud, de préférence noir sans sucre s'il vous plait. Tournant son regard vers la demoiselle qui le dévisageait,Vous savez, ce là fait quelques minutes que je suis dans ce bar, il y a beaucoup de monde, c'est vrai, pourtant, depuis que je vous ai vu au comptoir, je n'ai eu de cesse de me demander comment une jolie jeune femme comme vous pouvait être seule, accoudée à un comptoir dans un bar. Je pense que vous vous dites que c'est un dragueur de plus qui pense qu'aucune fille ne lui résiste, comme vous devez surement en voir plus d'un quand vous vous aventurez seule dans un bar. Mais vous devez savoir que je ne suis pas comme eux, au contraire, j'en suis bien différent. Tenez, un autre dragueur aurait demandé au barman ce que vous avez pris, aurait commandé la même chose, serait venu s'installer à côté de vous et aurait directement commencez à vous parler de chose et d'autre qui lui rappelle étrangement votre beauté. Peut-être aurait-il eu un poème sur votre regards ou vos yeux. Peut-être aurait-il eu des phrases types, des phrases bateaux du genre «Tu as de beaux yeux tu sais». Peut-être même qu'il vous aurait pris la main pour vous lire l'avenir, en vous prédisant un bon moment avec un beau et costaud jeune homme dans ce bar, puis peut-être une torride soirée en compagnie de cette même personne. Je n'en sais trop rien en faites, mais quoi qu'il en soit, je ne suis pas comme eux. Eux voient les femmes plus comme des objets de désirs et de bonheurs, de plaisirs, fussent-ils sexuels où pas. Quoi qu'il en soit, ce n'est pas ma conception des choses, vous voyez, beaucoup de mondes croient une femme moins capable qu'un homme, pourtant l'histoire ne nous a-t-elle pas montré qu'une femme est capable d'autant si pas plus qu'un homme. Bien sur certaines sont hyper-émotives, ressentent un important besoin de passer leurs émotions, mais d'autres sont capables de bien plus de calme, ce patience que beaucoup d'homme. Si vous croyez toujours que je ne suis qu'un pauvre con qui n'attends de vous qu'un moment de plaisirs plus intimes que dans ce bar, alors c'est que je crains que votre vision des hommes ne soient beaucoup trop fermée pour que je puisse avoir la moindre petite chance de faire fondre ou de briser ce coeur de glace. Mais je tiens à ajouter que je trouverais maintenant inacceptable que vous refusiez de partager avec moi, commandez donc une boisson, qui sait peut-être qu'une bonne boisson délira votre langue et aidera votre coeur à être gentil avec un homme qui vous offre un verre, en vous promettant que dès que vous vous lèverez pour vous en aller, il ne tentera pas de vous retenir par des phrases. Qui vous promets de ne pas vous injuriez si vous refusez ce verre car vous supposez déjà que tout ce qu'il a encore à vous dire ne pourra que vous lassez et que de toutes façons, votre coeur est pris. Tout ce dont j'ai envie, libre à vous de me croire ou pas, c'est une petite discution comme deux personnes amies. Je vous jure que nos relations s'arrêteront après ce verre, sauf si bien évidemment, vous voulez qu'il en soit autrement.

Pourquoi avait-il dis autant de choses? Il n'en était pas vraiment sur, était-ce pour aider cette homme? Peut-être que cela avait joué, sans aucun doute, cela avait joué. Mais il y avait autre chose, lorsqu'il c'était assis à côté de cette jeune femme, pour la première fois depuis longtemps, lorsqu'il avait commencé à lui parler, il avait retrouvé le sourire, il avait vu beaucoup de filles pendant qu'il voyageait, mais jamais encore il n'avait ressenti ainsi le besoin de parler à quelqu'un. Pas forcément de choses utiles, mais simplement de parler. Peut-être le fait que la fille soit mignonne avait aidé, mais il était content, même si elle n'acceptait pas le verre, car pour la première fois depuis longtemps, il avait parlé avec sincérité, sans s'énerver, en restant calme et maitre de lui. Bien sur il avait bien barratiné, mais après tout, les relations qui durent le plus entre un homme et une femme se sont-elles pas celles qui se batissent et se nourissent du mensonge? Et puis, quel homme normal ne barratine pas lorsqu'il s'asseoit à côté d'une fille dans un bar? C'était une sorte de jeu, l'homme pour parvenir à sa fin, peu importe laquelle, a besoin de ce barratin pour réussir à impressioner la demoiselle, néanmoins, le mythe de la cicatrice n'était comme son nom l'indique d'un mythe, ce qui en revanche n'était pas le cas de l'hyspannique bronzé, maheureusement. Tor avait un petit sourire, comme pour signifier à la fille qu'elle pouvait sans problème se fier à lui...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syerra Van Blaken
Mangemort
 Mangemort
avatar

Nombre de messages : 265
Age : 25
Localisation : L'endroit n'a aucune importance, seuls les actes comptent
clan : Les ténèbres
Humeur : Indescriptible
Date d'inscription : 23/11/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
25/100  (25/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Triple Rencontre... [Syerra et Tor] (Terminé)   Sam 8 Mar - 22:56

Après avoir reconnu cet homme, Torben Badenov, la sombre sorcière prit place sur un banc, détourant furtivement son regard lorsqu’un inconnu attrapa le bras du déserteur la pointa du regard. Du moins, elle n’aimait pas ce genre de situation, car elle avait la vague impression qu’il réussirait, cette fois-ci, à lui filer entre les doigts, non, c’en était même une certitude. Désagréable, soit-dit en passant. Syerra tourna donc son regard vers Tom, le barman. Elle n’avait pas l’envie de boire quelque chose, non, cet événement lui avait décidemment coupé la soif. En soi, elle rageait de ne pouvoir rien faire contre lui, ce sentiment intense d’inutilité lui ravageait l’esprit, faisant naître cette colère qui, si souvent, faisait son apparition lors de moments inusités. L’Auror posa de nouveau son regard d’émeraude sur les deux hommes qui se trouvaient à quelques mètres d’elle. Pitoyable, n’est-ce pas, comme la vie peut être si mal conçue? Dans un élan de nervosité, la nuisante passa sa main, une pointe de stresse la faisait légèrement tremblée. Elle secoua sa tête, mais à peine, afin de faire passer cette angoisse déroutante qui s’amusait à la troubler lors de moment critique. Ce fut donc avec peine que la sorcière gardait son désarroi, et dit finalement pour elle-même

-Ras le bol de ce genre de truc…

Elle releva sa tête, croisant le regard de Tom, qui l’observait l’air incrédule. Syerra fronça les sourcils, en signe de mécontentement, pour que celui-ci trouve un autre point d’appui pour son regard qu’elle. Non seulement elle n’était plus d’humeur, mais qu’en plus ce vieux rabougris la regarde ainsi, inacceptable! Encore une fois, il fallait mettre le tout sur la nervosité, la fébrilité du moment, ne sachant pas que faire. La sorcière se risqua de nouveau à observer le Garde et l’étranger pour se rendre compte que le déserteur tendit un ou des objets à cet inconnu qui refusa ces ‘’choses’’ qu’il lui désignait. Un échange rapide de parole clos leur conversation, et Badenov s’éloigna lentement, ce qui remua encore plus l’angoisse de la jeune femme. Effectivement, elle ne pouvait strictement rien tenter, il y avait beaucoup trop de monde, de cibles mouvantes : ce serait un trop gros risque. Mais ce qui la déstabilisa encore, ce fut que l’étranger s’approcha d’elle, prit place près de l’endroit où elle était assise et lui accorda parole. Syerra restait là, étonnée, non seulement de la présence de l’étranger mais il commença à lui parler…Enfin, façon de dire, c’était un roman!

Une fois que celui-ci eut terminé, la jeune femme restait-là, apparemment sans voix. Que dire de cette présentation. Toutefois, Syerra essayait de suivre du regard le déserteur, espérant ne pas le perdre de vue. Oh non, que faire bon sang, que faire? Elle adressa donc, pour la première fois, la parole à cet inconnu, tâchant de garder un œil fixe sur Badenov.


-J’apprécie beaucoup votre point de vue sur les femmes, qui prouve que vous n’êtes pas un de ces hommes qui se croient supérieurs à tous êtres qui vivent. De ce fait, sachez que je préfère largement converser avec une personne à l’esprit ouvert, car j’y trouve mon compte : ne pas me faire juger en tant que faible femme, mais bien en tant que femme égale à l’homme. Je trouve appréciable de rencontrer un homme ayant cette vision de la femme, de la voir aussi bien. De vos simples paroles, vous augmentez mon estime, ne me comparant pas au sexe opposé, mais bien en tant qu’égalité. En plus, vous faites valoir votre opinion, j’aime bien. Très peu de personnes dans ce large monde savent s’exprimer de façon appropriée, mais il est toutefois possible de faire la rencontre d’être capable de parler, capable d’expliquer, d’exprimer sans trace de discrimination et j’apprécie beaucoup. C’est pourquoi je vous accorde mes remerciements, pas seulement pour ces mots que vous avez employés, mais bien pour ces valeurs dont vous qualifiez toutes femmes.

Syerra arrêta de parler un moment, lâchant du regard un instant le Garde, pour poser son regard sur l’étranger qui ne s’était pas encore nommé. Puis elle reporta un cours instant son attention sur Badenov, reprenant la parole

- Je ne vois pas pourquoi je refuserais ce verre, je l’accepte même avec une pointe de plaisir. Mais je dois vous avouer que je n’ai pas le cœur à la fête aujourd’hui…enfin, rarement ai-je le cœur à la fête. Malgré qu’une conversation m’intéresse, surtout d’un homme qui me perçoit également à lui.

La jeune femme s’arrêta un moment, tourna sa tête en direction de l’étranger

-Si cela ne vous ait pas indiscret, pourrais-je savoir à qui ai-je l’honneur?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 28
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Triple Rencontre... [Syerra et Tor] (Terminé)   Lun 10 Mar - 17:18

Au regard que la demoiselle eut au dessus de son épaule, Tor comprit qu'elle avait reconnu l'homme, peut-être même avait-elle anticipé sur la venue de Tor. Pourtant, la jeune femme resta assise, écoutant ce qu'il racontait, comme il y repensait, il était vrai qu'il avait vraiment beaucoup parlé, cela l'avait lui-même surpris, il ne se serait jamais cru de parler autant en aussi peu de temps sans s'êmmeler et prononcer un discours sans queue ni tête. La demoiselle parut d'abord abassourdi, certainement plus par la longueur des paroles de cet inconnu qui venait de s'asseoir à côté d'elle que réellement par le fait qu'il lui parle. Et la jeune femme répondit à Tor, lui expliquant qu'elle appréciait de voir un homme qui ne la considérait pas comme une petite chose fragile. Pourtant, même si elle regardait Tor, son regard coulissait régulièrement de lui à l'homme avec qui il parlait précedemment, forcément, elle l'avait reconnu, sauf que cette fois, Tor était sur que l'homme avait menti, cette femme ne le regardait pas comme une épouse jalouse, mais plutôt comme une personne qui doit réaliser une mission concernant la personne en question. Peu importait à Tor la raison, il avait choisi d'aider le jeune homme. Finalement, c'est au moment où Tor pensait qu'elle se lèverait pour tenter d'arrêter l'homme que celle-ci accepta son verre. A cette annonce, Tor répondit d'un signe de tête, qui devait signifier à la demoiselle un remerciement. La jeune femme eut alors une remarque intéressante et particulièrement pertinente sur lui, il ne s'était pas encore présenté. Un instant il se demanda pourquoi il ne l'avait pas encore fais, mais finalement, c'était mieux ainsi. Se présenter directement aurait pû passer pour une volonté directe, trop rapide, pas assez fin. Même s'il n'espèrait maintenant plus que discuter avec la jeune femme, il n'en restait pas moins qu'être ami avec elle, lui paraissait une idée intéressante:

- Pardonnez mon oubli, je me nomme Barda Tor, et en temps normal je suis cuisinier. Mais je vous en prie, vous pouvez me tutoyer. En tout cas, je suis ravi que vous acceptiez ce verre. Je dois vous avouer avoir pas mal voyager après le meurtre de mon père. Je cuisiniais quand j'avais besoin d'un peu d'argent, et je voyageais de ville en ville, goutant les nourritures d'un peu partout. Pourtant, je n'étais pas à la recherche de saveurs et de repas, je voulais juste voyager, comme je ne suis pas outre mesure riche, j'ai dû desfois passé des mois entier au même endroit, avant de pouvoir repartir. C'est dans ces moments que je passais mes soirées dans des bars, je passais mes soirées à boire, et à draguer. C'était pathétique, j'abordais les filles en leur disant qu'elles étaient les plus belles qu'il m'ait été donné de voir, leur montrant la carte sur laquelle je marquais les endroits où j'étais déjà aller. Et le pire c'est que ça marchait. En tout cas, je suis bien content d'avoir changé, j'aurais vraiment regretter une bonne discution avec vous. Sans comptez le fait que vous êtes une jolie fille. Pour en revenir à la raison qui m'a fais changer mon point de vue sur la gente féminine, je dois avouer que ce changement, bienheureux, je le dois à une fille. Une cuisinière, adorable, gentille, toujours souriante, qui savait parler avec discernement. Elle et moi travaillions ensemble, un de ces mois où l'argent commençait à être denrée rare. Je ne sais pas pourquoi, normalement, j'aurais tenté de la charmer, pour profiter un mois durant de ce bon parti, pourtant, je n'ai rien fais de tout le mois que de lui parler quand cela était nécessaire. Le patron du magasin avait en revanche la facheuse tendance à comparer la nourriture de ces quatre cuisiniers et viraient celui dont ils jugeaient la nourriture la moins bonne. J'avais déjà participé à des concours culinaires, je n'avais jamais perdu, avant ce jour-là. Mais j'étais orgeilleux, persuadé qu'une femme ne pouvait faire mieux que moi, et pourtant. Ce qu'elle avait préparé n'était pas simplement bon, c'était bien au-delà. C'est ainsi que j'ai compris que je ne devais pas voir les femmes comme un simple objet de plaisir. Et je dois dire m'en trouver ravi, puisque si je n'avais pas changé, je n'aurais jamais eu la chance que vous acceptiez ce verre.

Tor parlait, mais il voyait le regard de la jeune femme continuée de passer de lui à l'homme qui devait certainement se trouver près de la sortie. Cela fit naitre un sourire sur le visage de Tor, sourire qui sembla ne pas être passé inaperçu, puisque le regard de la demoiselle resta sur lui plus longtemps qu'auparavent:

- Il sait que vous êtes là, il m'a demandé de venir vous parler, il m'a d'ailleurs proposer de l'argent pour cela. Il m'a rapidement baraguoiné un mensonge qu'un troll n'aurait pas cru. Je lui ai laissé l'argent, pourtant, j'ai accepté de faire diversion pour qu'il puisse sortir. Je n'ai pas encore compris ce qu'il y avait entre vous, mais je pense qu'il pourrait être un déserteur ou un traitre et que vous êtes supposée le capturer. Cependant, le fait que vous n'ayez encore rien fais prouve que vous avez un grand sens moral, vous avez jaugé la situation, il y a trop de monde pour intervenir, sans compter sur les irlandais ivres. De plus, vous avez accepter ce verre alors que je me suppose très fortement que vous ayez compris le pourquoi de ma présence avant que je ne vous le dise. Ceci étant, je vous implore de me croire, si je vous parle en cet instant, ce n'est pas parce que cet homme me l'a demandé, mais bien parce que je cherche une personne avec qui discuter. Je ne veux pas vous donner l'air de vous forcer la main, mais est-ce que je peux suggérer que vous le recroiserez certainement dans un endroit où il vous sera plus aise de manoeuvrer et donc de le capturer. Vous dites ne pas avoir souvent l'opportunité d'avoir le coeur à la fête où au moins, votre esprit un peu occupé à autre chose qu'à votre travail. Vous êtes ici devant un dilemme, une conversation qui peut-être vous divertira et de laquelle découlera peut-être une amitié, ou alors vous pouvez sortir votre baguette, en hurlant à tout le monde de se mettre à terre, et de tenter de stupéfixer cet homme. Le choix est votre mademoiselle.

Tor se demandait à nouveau comment il avait pu dire tout ça, et arriver si rapidement à des conclusions, il n'avait aucune preuve qu'elle devait le capturer, pourtant tout lui parraissait évidences. Peut-être devenait-il fou, peut-être devinait-il les choses mieux qu'il le pensait. S'il savait ce que c'était que d'être tiraillé entre devoir et plaisir, il espèrait que la demoiselle fasse le deuxième choix...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syerra Van Blaken
Mangemort
 Mangemort
avatar

Nombre de messages : 265
Age : 25
Localisation : L'endroit n'a aucune importance, seuls les actes comptent
clan : Les ténèbres
Humeur : Indescriptible
Date d'inscription : 23/11/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
25/100  (25/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Triple Rencontre... [Syerra et Tor] (Terminé)   Lun 10 Mar - 23:25

Prise entre un sérieux dilemme, la jeune femme ne savait pas du tout que faire : aller à vers Torben Badenov et risquer d’alerter la planète entière ou le laisser partir, et attendre un autre moment pour risquer une nouvelle approche. Décidemment, tout était contre elle en ce jour maudit. Bref, Syerra observa d’un œil critique le ‘’déserteur’’. Mais un moment plus tôt, cet inconnu qui avait abordé le Garde du Ministre était venu prendre place près de la sombre sorcière, à sa plus grande surprise. Celui-ci commença à lui parler, lui parler beaucoup, devait-elle dire. Enfin, tout en gardant un regard pour M.Badenov, Syerra répondit à cet étranger, complimentant cette vision différente qu’il avait de la femme en général. La nuisante alla même jusqu’à accepter le verre que lui proposait l’inconnu, de plus elle prit la peine de lui poser cette question nécessaire : quel était son nom? Barda Tor, répondit-il, de plus il fit un petit résumé de sa situation : il était cuisinier. Il raconta quelques petites brides de sa vie dans ce domaine. Et bien, ce monsieur avait la parlotte facile, mais au moins, ce n’était pas des propos ennuyeux, au moins. Il sembla que M. Barda remarqua le regard qu’elle glissait à Badenov, et cela le fit sourire. De ce fait, l’Auror garda ses yeux fixés plus longtemps sur lui, étant intriguer par ce sourire : que signifiait-il? Il lui donna la réponse quelques instants plus tôt, répondant à l’interrogation silencieuse de la jeune femme. Torben savait qu’elle était là, lui aussi l’avait reconnu. C’était donc pour cela qui semblait la ‘’fuir’’. Étrangement, ce serait plutôt à Syerra de le fuir, car elle avait failli à la mission qu’il lui avait donné, puisque la principale intéressée, une certaine Fleur Delacour, maintenant veuve de Bill Weasley, s’était échappée, profitant du moment opportun : le foule du Chemin de Traverse. Et bien, cela avait valu un éclatement de colère, encore une fois, à Syerra. Elle avait échoué lamentablement, et Dieu qu’elle détestait échouer. Disons simplement que son orgueil prenait très mal tous échecs. Enfin, tout cela pour dire qu’il serait donc plus approprier que ce soit elle-même qui se sauve du regard du supposé déserteur. Puis le dit Tor lui expliqua que Badenov lui avait offert de l’argent pour qu’il aille ‘’distraire’’ la jeune femme pour qu’ainsi il puisse disposer, si l’on pouvait dire cela. C’était donc ces ‘’choses’’ que lui avait tendu Torben, mais le cuisinier lui avoua qu’il avait refusé l’argent, de plus il avait comprit que l’excuse du déserteur était un mensonge.

Toutefois, la suite surprit une fois de plus l’Auror : Barda fit par de ses suppositions, selon le ‘’pourquoi cet homme cherchait-il à la fuir’’. Il supposa que cet homme était un déserteur ou traître qu’elle devait capturer, mais qu’elle avait sur évaluer la situation. Il prit la peine d’ajouter que ce n’était pas seulement pour permettre à Badenov de fuir qu’il l’invita à prendre un verre, car il cherchait de la compagnie, quelqu’un avec qui parler. Devait-elle le croire? Elle n’en savait rien, à vrai dire. Donc, tout en gardant un œil sur Torben qui s’approchait horriblement rapidement de la sortie, Syerra prit la peine de répondre à Tor, qui avait eu l’obligeance de se justifier


-Je dois avouer que vous…tu as raison sur ces hypothèses. Mais je ne sais que faire. Si je le laisse partir, sans un mot, il pourrait y avoir des répercussions fort regrettables, mais pas seulement pour cela. Pour ce dilemme, j’aurai des problèmes en un sens que dans l’autre. Il faut croire que les derniers moments n’auront pas tourné en ma faveur, enfin, s’ils ont déjà été de mon côté…Toutefois, il y a une question qui me trotte en tête depuis que tu m’as expliqué la raison de ta présence ici : pour avoir aidé cet homme, tu ne dois pas être des Résistants, il serait totalement déplacé d’avoir posé ce geste, sinon…mais si tu es du clan du Lord et que tu n’as pas reconnu cet homme, je trouve cela étrange que tu restes insensible à la rencontre de celui-ci. Alors à mon tour de faire une supposition : Soit tu es un Résistant trop aimable ou Sans camp…Si ma première idée est vraie, alors je me demande pourquoi semble tu si ouvert d’esprit et, comment dire, sympathique avec une Auror. Mais si par un heureux hasard tu étais en camp neutre…

Elle ne prit pas la peine de terminer sa phrase, ne sachant pas trop que penser de la situation. Syerra dégagea une mèche bouclé de son visage pour la replacée derrière son oreille, observant toujours Torben, mais elle retourna vite son regard vers Tor, attendant une réponse de sa part.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 28
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Triple Rencontre... [Syerra et Tor] (Terminé)   Mar 11 Mar - 18:51

Finalement, Tor avait eut raison dès le début, la demoiselle recherchait l'homme pour une autre raison que pour une histoire de mariage qui a mal tourné. Il avait deviné que l'homme était recherché, il aurait espéré que la demoiselle ne lui explique exactement ce qui se passait, mais elle resta extrêmement vague, se contentant de lui signaler que ses hypothèses étaient exactes. Intérieurement, Tor fut tranché d'avoir eu raison, bien entendu, il était content d'avoir été perspicace, mais en même temps, s'il était effectivement un déserteur et qu'elle devait le capturer, il ne faisait qu'aucun doute qu'elle dû faire son travail. Pourtant, elle expliqua qu'elle ne savait pas quoi faire, elle craignait de mauvaises réactions si jamais elle ne tentait pas au moins de le capturer. Mais d'un autre côté, son discours laissait comprendre que quand bien même elle le capturerait, il y aurait également un risque de représailles pas obligatoirement positives, sans quoi, Tor en avait la conviction, elle n'aurait pas accepter le verre. La question n'était pas de savoir quelles allaient être ces répercutions, mais bien de savoir si elle allait où non se lever. Peut-être son hésitation était-elle un bon point, laissant présager qu'elle ne se lèverait pas, peut-être se demandait-elle simplement comment elle allait s'y prendre. Bien sur, elle devait prendre en considération les personnes présentes, les mouvements possibles de celles-ci, mais aussi la possibilité que Tor fasse quelque chose. La demoiselle concéda que les derniers temps n'étaient pas à son avantage, ce qui expliquait surement ce qu'elle avait précédemment, lorsqu'elle parlait de ne pas avoir le cœur à la fête. Et Tor devait quand à lui concéder que cette situation ne devait pas faire exception.

Arriva alors la question de la demoiselle, indéniablement une question intéressante, encore plus en ces temps fortement troublés. Elle supposait qu'il n'était pas un Résistant car il aurait été fou de faire ce qu'il faisait, sans conteste, cette façon de penser était intéressante, et rigoureusement exacte. Elle expliqua qu'elle ne pensait pas non plus qu'il ait été du côté du Lord, car il aurait reconnu l'homme et aurait tenté de le capturer plutôt que d'aller parler avec une Aurore assise au bar, qui elle avait la même mission que lui. Elle expliqua enfin qu'elle ne voyait que deux possibilités vraiment réalistes, soit il était un Résistant trop aimable qui appréciait les montées d'adrénaline pour oser discuter avec une Aurore qui se ferait un plaisir de le capturer ou à défaut de le tuer. D'autant plus stupide qu'il lui aurait été d'aide un homme qui lui était ennemi. Soit il était Sans Camps et dans ce cas là, ce qu'il faisait pouvait presque être logique, même si en y pensant, on pouvait sans aucun problème dire qu'il y avait un gros problème dans sa conduite, qu'il soit dans un camps, dans l'autre ou neutre. Son comportement était sans conteste étrange. «Si par un heureux hasard», ces mots eurent l'effet d'une balle de revolver dans la tête du jeune homme, visiblement, elle était bien hostile aux Résistants et sans nul doute qu'elle en tuerait un sans problème:


- Dans le fond, vous êtes dans une situation où vous êtes coincée, la question n'est pas là. Mais soit, admettons un instant que je sois un Résistant, que feriez-vous? Vous me tueriez? Bien sur vous le pourriez, et je ne doute pas que même si mon appartenance venait à ne pas être prouver, vous trouveriez une excuse pour l'avoir fais, peut-être n'aurez vous même pas besoin de vous justifier. En tout cas, si c'était le cas, vous conviendrez que je suis un homme comme les autres, peut-être serais-je fou si j'appartenais effectivement à la Résistance. D'autre part, je n'ai aucun doute sur le fait que si vous étiez sur de mon appartenance à la Résistance, je serais déjà Stupéfixer où mort. Ce n'est pas le cas, j'en conclue donc que vous n'êtes pas sure.
Vous avez écarté la possibilité que je sois du côté du Lord car je me douterais des conséquences si je n'avais rien fais pour arrêter cet homme, sans doute encore pire si je ne l'avais pas reconnu. Pourtant, vous avez écarté une hypothèse, je pourrais être du côté du Lord, mais peut-être que je savais qu'il était un déserteur, peut-être même que je le soutiens.
Maintenant la possibilité que je sois neutre, et bien si je suis dans ce cas là, la vrai question est pourquoi est-ce que je suis assis ici en fasse de vous? Pourquoi aurais-je accepter d'aider cet homme?
Le problème est que vous n'avez réponse à aucune de ces diverses interrogations.


Tor avait introduis l'intéressante notion du trouble, il avait repris les paroles de la demoiselle, il avait rapidement parlé des différentes possibilités qui se trouvait être possibles, en fonction de son appartenance à tel ou tel groupe. Mais cette notion, il le savait était à double-tranchant. La demoiselle pouvait à partir de là tirer la possibilité qu'il n'était pas ennemi, comme la possibilité qu'il le soit.

- Pour vous répondre d'une façon qui sans doute vous éclairera plus que celle dont je viens de le faire, disons que je ne suis pas particulièrement Résistant. D'abord, parce que ce saurait bien sot de dire ça maintenant face à vous, ensuite parce que si tel était le cas, nul doute que je ne serais pas là. Si j'étais partisan du Lord, il y a deux choses qui auraient pu motiver ma motivation, sans retenir celle d'avant que je sois à moitié un traitre. Mais il reste les deux possibilités que je me sois rendu compte ne pas pouvoir l'affronter seul, ou alors que je ne l'ai pas reconnu. Enfin, la possibilité que je sois neutre et dans ce cas, pourquoi n'aurais-je pas pu simplement voir une jolie jeune femme dans un bar et avoir envie de lui parler, qu'aurais-je eu à me reprocher d'être venu lui parler. Vous avez trois possibilités concernant ma vrai personne, deux d'entre elles font de moi un menteur qui veut la réussite de l'évasion de cet homme, un troisième qui fait de moi une personne honnête qui à simplement envie de prendre un verre tout en, il faut l'admettre, aidant un homme à échapper à votre vigilance. Si dans votre dernier dit, en me disant que ce serait un heureux hasard que je sois neutre, cela sous-entends que je puisse vous aider, je crains que cela ne va dépendre de la façon dont vous me le demanderez. Sachez toutefois que je ne veux rien que la vérité sur une mort qui me tient à cœur, oh et votre nom, si vous me permettez...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syerra Van Blaken
Mangemort
 Mangemort
avatar

Nombre de messages : 265
Age : 25
Localisation : L'endroit n'a aucune importance, seuls les actes comptent
clan : Les ténèbres
Humeur : Indescriptible
Date d'inscription : 23/11/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
25/100  (25/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Triple Rencontre... [Syerra et Tor] (Terminé)   Mer 12 Mar - 4:27

De plus en plus troublée, la jeune femme était prise entre un sérieux dilemme. Ne sachant qu’elle décision prendre, elle gardait la conversation avec Tor, tel était son nom. Celui-ci lui expliqua son raisonnement, quant à sa présence, c’est-à-dire près d’elle. Il lui expliqua que l’homme, Torben, l’avait reconnu et qu’il avait engagé, en quelque sorte, le cuisinier pour distraire l’Auror. La sorcière resta surprise, car elle comprit que la situation était une fois de plus compliquée et qu’elle ne semblerait pas s’améliorer en avançant. Gardant toujours un regard pour le ‘’déserteur’’, Syerra écoutait attentivement les paroles de Tor. Cet homme l’étonna une fois de plus, ces suppositions étaient tout à fait vrai, il avait immédiatement comprit qui était Badenov et que ce n’était qu’un mensonge, mensonge que l’Auror ne connaissait pas la nature. En fait, elle préférait sans doute ne pas la savoir, risquant de s’indigner plus qu’elle l’était maintenant. Puis elle retourna son regard vers son interlocuteur, l’observant plus attentivement.

Puis à un moment, la jeune femme se questionna sur les origines de Monsieur Tor : qui était-il? Un Résistant un peu trop sympathique? Un Serviteur du Lord traître ou inconscient? Ou tout simplement un Sans Camp? Syerra ne savait pas trop pourquoi, mais elle espérait sincèrement que celui-ci n’était pas un Résistant, non pas le fait qu’elle serait en présence d’une personne en clan adverse, car ce ne serait pas la première fois. Puis ce fut au tour de Tor de prendre la parole. Encore une fois, il réussi à bien mettre en ‘’valeur’’ ses hypothèses, mais tout en interrogeant la nuisante par la même occasion. Pour une des rares fois que cela pouvait subvenir, la jeune femme écouta attentivement tout ce que le cuisinier dit, appuyant son visage sur la paume de sa main, en total position d’écoute.

L’Auror prit une grande respiration, réfléchissant à tous les éléments de réponses et de questionnements que lui avait prodigués Tor. Elle se rassit correctement sur le banc sur lequel elle avait prit place, puis répondit finalement, le ton de sa voix semblait légèrement tourmenté :


-Et bien, je ne sais que penser, dois-je t’avouer. Mais avant toutes choses, je tiens à te dire ceci : Si tu es un Résistant, sache que je ne tue pas sans raison valable, enfin, j’ai beau être Auror, tuer simplement parce que tu es du clan ennemi serait déplacé de ma part. Ma profession ne consiste pas à tuer tous ennemis rencontrés, mais bien à éliminer toutes nuisances potentielles.

Dit-elle, un mince sourire aux lèvres. Puis elle continua sa réponse, son visage redevenant rapidement neutre, fixant du regard tantôt Torben Badenov, tantôt Tor

-Donc, si tu fais parti du clan adverse, je ne sais pas ce que tu fais assis ici, bien aimable avec moi. Retenons que même si nous ne nous turions pas mutuellement, nous garderions une certaine hostilité un envers l’autre. Donc je ne crois pas que tu sois Résistant. Ensuite, si tu es du même clan que moi, le camp du Maître des Ténèbres, et que tu es un soi-disant traître aidant cet homme là-bas, alors je me demande pourquoi tu n’es pas cherché toi aussi par le Ministère. De plus, ton visage ne m’aurait pas été inconnu, si tu avais été accusé de quelconques traîtrises. Et finalement, si tu es sans camp, et bien je me demande toujours pourquoi avoir donné de ton temps à ce membre de l’Armée pour faire diversion, en quelques sortes, car je suppose que tu as sans doute plus important à faire que de bavarder avec une Auror. Même si tu dis être ici, à me parler, parce que tu cherchais une personne avec qui causer, je doute toujours.

Syerra arrêta de parler un instant. À cet instant, ses yeux étaient bien fixés sur Tor, cherchant à décrypter ce mystérieux personnage. Suite à quelques secondes de silence, la sorcière reprit

-Maintenant, je ne crois pas que ce serait l’idéal d’essayer d’intercepter cet homme ici, car il y a beaucoup trop de monde et que, malheureusement pour nous, les murs ont des oreilles. Qui sait, peut-être y-a-t’il d’autre Mangemorts éparpillés dans la pièce, se camouflant sous d’autres apparences. Non décidemment, même en ayant cette idée en tête, je doute encore…Enfin, c’est une décision que j’aurai à prendre seule, et je serai donc la seule à en subir les conséquences.

Et elle releva un peu la tête, encore une fois, un mince sourire aux lèvres, elle donna une réponse toute simple à son interlocuteur.

-Je me nomme Syerra
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 28
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Triple Rencontre... [Syerra et Tor] (Terminé)   Mer 12 Mar - 17:29

Syerra, elle se prénommait Syerra et pour tout dire, elle était plutôt mignonne et sympathique, d'autant plus sympathique si l'on considérait que leur rencontre se faisait dans un contexte pas franchement des plus détendus. Enfin, ceci était relatif, Tor lui était plutôt bien détendu, un café chaud devant lui, une jolie fille à côté de lui, pour la première fois depuis un long moment, ici à Londres, un contact humain. Et un contact humain fort agréable, même s'il aurait aimé d'autres conditions, peut-être que l'attention de la jeune femme lui soit un peu plus grande, même s'il était facile de pardonner à la demoiselle. D'abord parce qu'en parlant avec lui sans tenter d'arrêter l'homme, elle prenait des risques, ensuite parce qu'elle avait daigné accepter un verre et discuter avec lui, enfin parce que sa compagnie était plaisante. Elle avait expliqué ne pas tuer sans avoir de raisons valables, ça, c'était un niveau personnel d'appréciation, à quel moment, une raison était-elle valable? Et puis ça voulait dire quoi «éliminer toutes nuisances potentielles»? Tor aimait mieux comprendre cela comme le fait qu'elle ne se batte que contre des adverses avérés et/ou qui l'avaient provoqué. En tout cas, Tor était assez protégé dans ce cas là, il n'avait pas souvenir d'avoir fais quelque chose à la demoiselle et ne se pensait pas un ennemi avéré sans quoi elle l'aurait reconnu. Elle en vint aux diverses possibilités qu'il avait avancé précédemment, expliquant à son tour son point de vue. Elle supposait qu'il n'était pas un Résistant, car elle ne comprendrait pas ce que dans ce cas il faisait là. Ou dans le cas où Tor était un Résistant, il aurait garder une certaine hostilité avec la demoiselle. Elle supposa ensuite le cas de l'appartenance à Tor au camps des Ténèbres, elle expliqua que s'il avait été un traître aidant l'homme à s'enfuir, elle ne comprenait pas pourquoi il n'était pas recherché, et de plus, elle aurait sans nul doute reconnu son visage. Enfin, elle aborda le cas où il avait été Sans Camp. Si tel était le cas, elle ne comprenait pas pourquoi il aurait donné de son temps pour aider un membre des Ténèbres, et effectivement, cela n'était pas faux. Elle dit également qu'il aurait surement mieux à faire que de parler avec une Auror s'il avait été Sans Camp. Et enfin, elle avoua douter des motivations que Tor pouvait avoir à lui parler, ce qui, même sans trop y réfléchir était bien évidemment très compréhensible. Bien sur il était commun qu'un homme aborde une femme à un bar, mais il l'était beaucoup moins qu'il parle si longtemps, qu'il reste extrêmement flou quand à son appartenance et encore plus qu'il explique qu'un homme avait voulu le payer pour une diversion. Facile donc d'imaginer combien Tor devait apparaître flou aux yeux de la jeune femme.

Elle revint ensuite au sujet de cet homme et de ses intentions, elle avait apparemment laissé l'idée de le capturer de le capturer de côté. Il y avait trop de monde dans le bar pour tenter quelque chose sans mettre en danger des personnes non-impliquées, d'autant que l'homme ne se laisserait sans doute pas capturer sans résister. Elle parla d'autres Mangemort dans la salle, même si à ses yeux comme à ceux de Tor, cette probabilité était très faible. Elle expliqua alors que c'était une décision qui lui était personnelle et qu'elle acceptait sans problème les conséquences qu'il y aurait. On pouvait imaginer à la façon dont elle parlait qu'elle craignait ses conséquences malgré qu'elle eut tenté de le cacher derrière une pointe de courage. Tor se doutait que quelles que soient les conséquences, elle devait avoir raison de les redouter. Le Seigneur des Ténèbres n'avaient pas une réputation de personnes tolérantes envers ceux qui le déçoivent. Tor eut un léger rictus qui s'afficha sur son visage, juste un petit rictus, mais il lui avait sembler que la jeune femme le voit et certainement l'avait-elle compris, il avait un peu de mal à se faire à l'idée qu'elle allait subir des représailles. Un instant la scène de la jeune femme face à lui soumise au Doloris lui traversa l'esprit, second rictus se devina sur son visage. Il réfléchit à une possibilité de protéger la demoiselle, *mais qu'est ce que je fais? Il y a des moyens, mais c'est pas ma guerre, je veux juste la vérité, ça ne me concerne en rien. OK, Tor maintenant, tu lui dis que ce n'est pas ta guerre, que tu es désolé, mais que tu ne peux pas l'aider, tu finis ton café et tu pars*, et c'est ainsi que:


- Enchanté de pouvoir mettre un prénom aussi sympathique sur un aussi joli visage. Je ne sais pas pourquoi, mais je pense devoir être honnête avec vous, pour commencer, je vous avoue que vous êtes ma première relation humaine depuis que je suis de retour à Londres. Ensuite, pour ce qui est de mes motivations, je doute de n'avoir mieux à faire que de discuter avec vous, je pourrais peut-être être en train de préparer quelque chose à manger dans un quelconque restaurant, d'ailleurs, je pense à l'occasion ouvrir un restaurant à moi. De plus, je ne vois pas pourquoi je ne pourrais pas discuter avec une jolie fille comme vous dans un bar. Dans le fond, vous êtes Auror, pensez-vous que cela aurait changé quelque chose que vous ayez été tueuse à gage, Résistante, traîtresse en fuite ou je ne sais quoi d'autre, permettez-moi de répondre pour vous, non ça n'aurait rien changé, je serais venu vous voir. L'aurais-je fais si cet homme ne me l'avait pas demandé? Bien sur que je l'aurais fais. Je conçois que ce que je dis ne sont que des mots que vous seule pouvez choisir de croire où pas. Pour ce qui est de mon appartenance, je ne suis ni un Résistant, ni un partenaire de l'Ombre, on peut dire que je suis neutre, de là à dire que je suis sans camp, c'est encore autre chose. On dira que je suis toujours dans le camp qui sert le mieux mes intérêts, vous pouvez me juger égoïste de part cette façon de penser que j'ai, mais j'ai bien compris que quel que soit le clan, les subordonnés n'ont jamais toutes les informations et souvent ne comprennent pas la portée de leurs actions, ou du moins pas dans une portée générale. Quoi que disent les supérieurs, il existe toujours un plan d'ensemble, qui est souvent ignoré des subordonnés. Et je pense d'ailleurs que le nombre de soldats diminuerait si tout le monde savait le plan d'ensemble. Je ne parle pas des ambitions affichées mais du plan d'ensemble.
Je dois également vous avouer, que la pensée de savoir que vous subirez des représailles de vos supérieurs, ne me réjouit guère, bien au contraire. J'ai réfléchi un peu à ce que je pouvais faire pour vous aider, même si je ne m'attends pas à ce que vous acceptiez. Evidemment, je pourrais tuer tous vos supérieurs pour être sur que rien ne vous sera fais, mais cette solution ne me dit pas vraiment, ce serait une prise de position et une décision qui pourrait faire croire que je suis un Résistant. Mais, il existe une seconde possibilité, vous pouvez vous lever et vous diriger vers l'homme, au moment où vous semblez l'atteindre, un sort de stupéfixion vous toucherait. Evidemment, cela me mettrait tout le Ministère sur le dos, mais j'ai déjà assez couru dans ma vie pour savoir que je ne suis plus à quelques poursuites prêt.
Pardonnez-moi ces dernières paroles. Car je ne compte pas vous attaquer, avec ou contre votre gré, mais aussi parce que j'apprécie trop votre présence pour oser croire que vous allez mettre un terme à cette discution. Vous vous souvenez, j'avais dis que si vous vous leviez, je vous laisserais partir sans rien faire, c'est certainement vrai, mais je ferais tout pour vous revoir.


Syerra faisait parti des ces personnes avec qui vous vous sentez parfaitement calme et tranquille, avec qui vous vous sentez en confiance. Tout du moins, il faisait parti de ce groupe de personnes pour Tor. Il s'était promis quelques secondes avant de parler de ne pas parler de prendre part à cette guerre, pourtant, comme si une partie de lui l'avait possédé, et l'avait forcé à continuer de discuter. Mais, il devait l'avouer, cette situation lui plaisait, il aimait être à côté de cette demoiselle, depuis combien de temps n'avait-il plus pris le temps de parler avec une demoiselle? Bien longtemps... S'il avait une conviction maintenant, c'était bien que ce moment dure encore un bon bout de temps, il n'avait aucune envie de se lever ou de voir Syerra se lever et partir. Il pensait avoir dépassé depuis longtemps ce genre de comportement où il n'était plus tout à fais maître de lui-même, mais apparemment, ce n'était pas encore le cas. Il se consola en pensant que ce n'était peut-être pas totalement sa faute car nous sommes tous humains après tout. Il but son reste de café d'un trait et demanda au barman une pression au Barman, invitant d'un geste de la main, la demoiselle à en faire autant. Il ne pouvait pas anticiper ses réactions, il ne pouvait deviner ce qu'elle allait mais *par pitié qu'elle accepte ce verre... On dirait un gamin, c'est pas la fin du monde si elle part! Oui mais ce serait dommage de laisser partir une jolie et agréable fille comme ça... Tu en trouveras plein d'autres, ne t'en fais pas... J'ai un doute...*. Ce fut surement la première fois que son regard croisa celui de la demoiselle lorsqu'il tourna sa tête vers elle, cette fois, il en avait la conviction, il avait vraiment un problème pour résister au jolie fille, et pourtant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syerra Van Blaken
Mangemort
 Mangemort
avatar

Nombre de messages : 265
Age : 25
Localisation : L'endroit n'a aucune importance, seuls les actes comptent
clan : Les ténèbres
Humeur : Indescriptible
Date d'inscription : 23/11/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
25/100  (25/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Triple Rencontre... [Syerra et Tor] (Terminé)   Jeu 13 Mar - 5:37

Décidemment, c’était à un jeu bien dangereux, cette rencontre : à deux pas de là, un Mangemort recherché du Ministère, puis à ses côtés, un homme qui jusqu’à ce jour lui était totalement inconnu. Sans vraiment le vouloir, elle s’était immédiatement plu de parler à cet étranger, car celui-ci avait une grande ouverture d’esprit, ce qu’appréciait particulièrement l’Auror. Mais un point fit toutefois réagir la jeune femme : elle lui avait accordé tellement rapidement de l’attention, ce n’était pas dans sa nature pourtant. Intérieurement, elle soupira : que devenait-elle? S’attendrissait-elle trop rapidement? Non, il n’en était pas question, elle ne voulait pas, car ceci signalerait une chose fort désagréable : elle serait faible, faible parce qu’elle sourirait trop facilement, faible parce qu’elle oserait rire et passer un bon moment avec un homme étranger à ses yeux, faible parce qu’elle ne ferait plus son devoir de nuisante, d’Auror. Non, à la seule idée de cette pensée, Syerra se sentait misérable, pitoyable, mais comment dire, la rencontre de Tor lui avait plu, la jeune femme appréciait ce contact humain, de pouvoir enfin parler à quelqu’un dont elle ne connaissait rien de lui, enfin, c’était préférable, selon elle. Une rencontre est toujours plus intéressante lorsque plane un certain secret entre les deux personnes concernées.

Puis vint le moment où l’interlocuteur de la sorcière reprit la parole. Celui-ci déclara qu’il était enchanté de mettre un prénom sur un visage, joli, comme il dit. Plusieurs fois, jusqu’à maintenant, il qualifiait Syerra de ‘’jolie demoiselle’’ etc…Certes, cela flattait l’Auror, mais elle gardait en tête l’image d’un être exécrable qui, dans le passé, avait utilisé trop facilement ce qualificatif. Évidemment, la jeune femme se disait que Tor devait sans doute déballer le grand jeu devant tous personnages de la gente féminine. Encore une fois, cela écœura Syerra : pourquoi prenait-elle le temps de penser à ces choses totalement inutiles? Allons, elle ne reverrait jamais cet homme, après la rencontre d’aujourd’hui. Peu après, Tor dit qu’il n’était ni des Résistants, ni de l’armée de l’Ombre. Mais il prit le soin d’ajouter que neutre serait un peu trop poussé, qu’il y avait un certain égoïsme à employer celui-ci, car lui-même avoua qu’il œuvrait, en un sens, pour son propre compte. Bref, peu importe le camp dans lequel on se trouvait, tous travaillait pour leur propre compte en fait. Bien sur, il y avait un certaine maitre, dans tous clans, mais chaque membre d’une ‘’armée’’ œuvre dans le but de se plaire, d’accomplir un désir quelconque, ne serait-ce qu’une fois. Et Monsieur Barda ajouta d’autres paroles, qui attirèrent complètement l’attention de la jeune femme sur son interlocuteur : ‘’Je dois également vous avouer, que la pensée de savoir que vous subirez des représailles de vos supérieurs, ne me réjouit guère, bien au contraire. J'ai réfléchi un peu à ce que je pouvais faire pour vous aider, même si je ne m'attends pas à ce que vous acceptiez’’, tels étaient ses paroles, qui firent réagir l’Auror. Toutefois, il ajouta une dernière chose, il s’excusa aussi de ces paroles : Il ne la retiendrait pas, mais il ferait tout pour la revoir. Un mensonge ? Qui sait


-Alors, pour moi, tu es neutre. Cela me convient parfaitement. Mais sache que je ne voudrais pas te demander de l’aide, histoire de ne pas te mêler à cela et je t’éviterais beaucoup d’embrouilles, crois-moi. Enfin, les représailles, j’en ai l’habitude, mais je te remercie de porter attentions à mon sort, bref je vais bien m’en sortir. Malgré que je ne sais toujours que faire : allez à l’encontre de ma pensée, ou faire exactement ce que me dicte le peu d’esprit éveillé qu’il me reste.

Elle arrêta un instant, ses yeux restèrent fixés sur Tor, qui avait l’observait lui aussi. Puis elle reprit

-Je serais bien contente d’accepter ce verre, mais je crois qu’il vaille mieux que j’attende un peu, ne serait-ce que quelques minutes. Et Tor…

Ce fut à cet instant qu’elle stoppa un bon moment, ne sachant pas tellement comment mettre en mots ce qu’elle pensait, ce n’était pas facile, croyez-moi

-J’apprécie tes derniers mots, qu'ils soient sincères ou non : Je ferais tous pour vous revoir…Je..Je crois que cela faisait depuis trop longtemps que je n’avais pas entendu cette phrase et cela, comment dire…En fait, je ne sais pas comment dire. Ha et s’il te plait, ne me vouvoie plus, je ne suis pas si vieille que cela !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 28
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Triple Rencontre... [Syerra et Tor] (Terminé)   Jeu 13 Mar - 17:15

Décidément, comme la demoiselle parlait, Tor se sentait de plus en plus content de s'être assis ici, même s'il doutait encore de la raison qui l'avait poussé à s'asseoir là, c'était-il assis simplement parce que l'homme lui avait demandé de l'aide, ou y avait-il une autre raison? Il songea un instant aux philosophes des temps passés, certains supposeraient une intervention divine pour les philosophes religieux, d'autre des Lumières supposeraient à une intervention de la Divine Providence. En tout cas, Tor l'avouait, ce qu'il vivait là était une Divine Comédie. Il s'était assis en se disant qu'il aimerait passer un bon moment avec cette femme, et finalement, il espérait déjà la revoir alors même que ni lui, ni elle n'était sur le point de se lever. Apparemment, Syerra ne restait pas aussi insensible aux paroles de Tor, notamment lorsqu'il laissait échapper des compliments. Etait-ce simplement de la bête et méchante drague? Le jeune homme refusait d'y croire, il ne pouvait y avoir que ça, il aimait beaucoup trop parler avec l'Auror pour la laisser croire qu'il voulait la draguer. Trop peur qu'elle se lève et parte, le prenant pour un vulgaire homme qui se sentait un peu trop seul en ce jour froid. Cette rencontre avait un goût très intéressant pour Tor. Sa première relation depuis deux jours qu'il était revenu à Londres, mais aussi la première fille avec laquelle il parlait sans pensée future, ils discutaient simplement. Aucun des deux ne savaient ce que l'autre pouvait vouloir pour la suite de leur relation, tout du moins avant que Tor n'ait dis qu'il ferait en sorte de la revoir quand bien même il lui avait promis qu'au moment où elle choisirait de sortir de coupe court à la conversation, leur relation se terminera. Tor s'inquiéta néanmoins un peu quand à lui-même. Habituellement, quand bien même il discutait avec une fille, il ne s'ouvrait pas ainsi à elle et généralement, même s'il voulait la revoir, il ne le disait pas. Il ne restait jamais longtemps au même endroit, il avait déjà énormément voyager et de toutes évidences, une pause lui ferait de bien, sauf qu'il s'était promis de le faire pour les bonnes raisons, une fille, cela pouvait-il être une bonne raison? Sans aucun doute cela était une très bonne raison. Ceci étant, pour rester, il faudrait qu'il se loge, sa mère avait laisser la maison qu'ils avaient occupé ensemble pour préférer leur appartement au dessus du restaurant dans le Londres moldu. Elle n'était pas retourné dans la maison depuis 6 ans, tout comme Tor. Mais sans nul doute qu'après un bon coup de plumeau, d'aspirateur, quelques changements de meuble, tout cela allait être bien accueillant, restait juste à le faire. Mais dans le fond, il n'avait rien à faire alors autant occuper son temps en chose utile. C'était décidément terrible le pouvoir que pouvait avoir une fille sur lui, il n'était là que depuis deux jours, il n'avait parlé qu'a une personne, et il avait déjà envie de rester, terrible le pouvoir des filles, vraiment effrayant. C'est à ce moment que la demoiselle reprit la parole, alors elle le considèrerait comme neutre, c'était sans doute pas si mal, au moins, elle ne voyait pas en lui un ennemi avec qui elle aurait gardé une certaine réserve et sans nul doute une légère hostilité. Et comme Tor s'y attendait, comme il l'avait déjà dis avant, la jeune femme allait refuser son aide, pour ne pas le mêler à «cela», pour lui éviter des embrouilles. Elle enchaina en expliquant avoir déjà pris l'habitude des représailles, mais le jeune homme doutait que l'on s'habitue vraiment à en prendre plein le citron. Elle sembla toucher par le fait que le cuisinier s'attentione de son sort, même si elle lui dit qu'elle s'en sortirait. Certainement s'en sortirait-elle, sans dommage? C'était encore une autre histoire sans nul doute. Elle en revint finalement au dilemme qui avait permis cette discution, intervenir où ne pas intervenir, on ce serait cru en pleine tragédie théâtrale. Syerra expliqua qu'elle serait ravi d'accepter le verre que Tor lui proposait, mais elle souhaitait attendre quelque secondes. Anticipait-elle quelque chose? Très certainement, Tor posa sa bière sur le comptoir, mais sans détacher sa main de la chope, oui quelque chose troublait la jeune femme, et il ne pensait que ce soit lui, quelque chose se préparait, mais quoi? Les derniers mot que prononça la jeune femme semblèrent lui avoir été arraché par la force, la promesse de Tor de faire en sorte de la revoir l'avait touché, visiblement plus qu'elle ne l'aurait souhaité. Enfin, elle sembla échapper à la situation dans laquelle elle s'était mise en commençant à répondre à la promesse de Tor en lui demandant de la tutoyer, expliquant qu'elle n'était pas si vieille, ce n'était pas pour une question d'âge que Tor la vouvoyait, mais par respect. Ceci étant, il acquiesça d'un signe de la tête:

- Comme tu voudras, si tu préfères que je te tutoie, ça ne me dérange absolument pas. Il en est de même pour le verre, ce n'est pas grave que tu préfères attendre, non en fait c'est même mieux, puisque plus tard tu l'acceptes, plus nous pourrons discuter, un sourire se dessina sur son visage comme il avait dis ça. Je ne suis ici que depuis deux jours, pourtant notre discution ne me donne pas envie de repartir, si jamais un jour l'envie te prends de me revoir, je songe à m'installer dans l'ancienne maison de mes parents à Pré-au-Lard. Ceci étant, je déduis de ton choix d'attendre pour le verre que tu anticipes quelque chose, je ne sais pas quoi, mais tu supposes que quelque chose va arriver. Enfin j'ose espérer que c'est ça plus que mes compliments qui te font peur.

Tor avait souris en prononçant cette dernière phrase, se doutant que cela devait ne pas être forcément le quotidien d'un partisan du Lord que de s'entendre complimenter. Une chose avait néanmoins surpris Tor:

- J'aurais pourtant juré que les Résistants et le Lord recherchait des personnes pour grandir leur rang. Pourtant, même en sachant que je n'avais pas pris position, vous n'avez en rien tenté de m'influencer pour que je rejoigne vos rangs. Si cela était volontaire, je vous en remercie, si ce n'est pas le cas, je ne le saurais jamais, alors je pars du principe que vous ne vouliez pas me le demander. Et si vous vous demandez quelle aurait été ma réponse, je vous aurais répondu que je vais encore y réfléchir, que je garde votre proposition en mémoire et que l'on verra.

Pourquoi avait-il dis cela? Très certainement parce qu'il voulait clarifier les choses de suite avec la jeune femme. Avait-il été utile qu'il le dise? Non pas forcément, très certainement la demoiselle avait-elle deviné qu'il cherchait quelque chose dans un camp, et effectivement, Tor cherchait une seule chose qui le pousserait à s'engager dans un clan...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syerra Van Blaken
Mangemort
 Mangemort
avatar

Nombre de messages : 265
Age : 25
Localisation : L'endroit n'a aucune importance, seuls les actes comptent
clan : Les ténèbres
Humeur : Indescriptible
Date d'inscription : 23/11/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
25/100  (25/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Triple Rencontre... [Syerra et Tor] (Terminé)   Ven 14 Mar - 5:17

Ce jour était décidemment inhabituel! Et ô combien Syerra détestait les imprévus, surtout s’ils venaient gâcher une journée qui pourtant avait semblé bien commencer. Enfin, toujours prise entre ce dilemme douloureux et quelque peu troublant, la jeune femme se sentait totalement prise au piège, elle avait ce sentiment de constamment s’en aller vers l’inconnu. Et si elle prenait la mauvaise décision? Et puis il y avait tant d’autres soucis qui lui passaient par la tête. Mais ce qui la laissait perplexe était ceci : Torben ne pouvait pas craindre de la croiser, allons, il était largement plus puissant qu’elle ne l’était, elle ne pouvait certes rien faire contre lui. De plus, depuis cet ‘’incident’’ du Chemin de Traverse, Syerra ne faisait qu’espérer de ne pas le croiser de sitôt, mais une fois de plus, le destin jouait contre elle, et il paraissait bien décider à lui en faire voir de toutes les couleurs, précisément dans les moments où elle se sentait ‘’bien’’, enfin, façon de voir la chose. Puis vint le fameux moment où Syerra se sentit défaillir : les paroles de Tor. Diable, que devenait-elle, à accepter les compliments aussi facilement. De plus, sans doute n’étaient-ils même pas sincères, mais là n’était pas le centre du problème. Ces sourires faciles, ce sentiment d’être écouté. Non pas qu’elle n’avait jamais été entendu, mais il lui semblait que de ce sentiment qui lui était hostile, sentiment d’appartenance. Le dernier contact humain qu’elle avait eu fut avec Waldrade Théophane, laquelle elle avait rencontré chez elle, peu de temps auparavant. Enfin, Waldrade avait affirmé qu’elles partaient en amis, c’était ce que la jeune femme avait retenu, une connaissance, une amie peut-être, une alliée. Bref, la fougue ainsi que la violence de la créature lui avait vaguement rappelé Dawson, ce cher homme, l’Auror pensait que c’était pour cette raison qu’elle apprécia cette rencontre avec le vampire. En s’égarant dans ces pensées, la nuisante reporta son attention sur Tor. Celui-ci d’ailleurs dit que cette conversation ne lui donnait pas envi de partir, à elle non plus, il fallait qu’elle se l’avoue. Puis il ajouta un autre détail intéressant : Il allait emménager dans la maison où il vivait avec sa mère, dans la passé. Et cette maison se trouvait à Pré-au-Lard, tout comme celle de Syerra. Et il dit que son hésitation de prendre ce verre maintenant devait être justifiée parce qu’elle anticipait quelque chose, enfin il avoua qu’il espérait que c’était plutôt à cause de ceci qu’elle préférait attendre et non pas qu’elle soit effrayée par ses compliments. La dernière remarque fit légèrement rire l’Auror.

-C’est une drôle de coïncidence, car je vis moi aussi dans la demeure de ma mère, maintenant décédée. Je vis dans la partie la plus recluse de Pré-au-Lard. D’ailleurs je ne cesse de la bénir d’avoir choisi un endroit aussi éloigné du village, sinon j’aurai détesté l’endroit. Somme toute, je m’y plais bien, les lieux sont propres et ont gardé un bel aspect. Enfin, si l’occasion se présente, peut-être nous croiserons nous dans les environs.

Elle arrêta de parler, et posa son regard sur le ‘’déserteur’’. Étrangement, il n’était pas encore sorti du pub. Vraiment il faudrait qu’elle fasse quelque chose, s’il restait ici. Et la jeune femme reprit, retournant ses yeux d’émeraudes sur le cuisinier

-Pour ce qui d’une anticipation, tu as raison effectivement. J’ai un pressentiment, enfin, peut-être est-il faux. L’avenir nous le dira…Et pour ce qui est de ta remarque sur le fait que les deux clans cherchaient à agrandir leurs rangs, il est évident qu’ils cherchent des intéressés. Toutefois, tout est une question de façon de penser. Influencer les autres, les inciter à joindre les rangs du mal, par exemple, n’est pas le mieux que l’on puisse faire. Les meilleurs soldats sont ceux qui se joignent d’eux-mêmes au clan, la plupart du temps ce sont ces membres de l’Armée qui se trouve à être les plus sanguinaires, les plus malveillants et les plus fidèles. Enfin, tout ce que le Ministère recherche. Si cela peut aider à le rendre encore plus puissant qu’il ne l’est déjà. Dans mon cas, je me suis ajouté à cet armée de mon plein gré, enfin, c’était dans ma nature de servir le mal et je dois avouer que j’aime servir du côté obscur, j’y trouve mon compte. De plus, je crois qu’il faut avoir une raison pertinente de vouloir joindre le mal, chercher quelque chose, une satisfaction…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 28
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Triple Rencontre... [Syerra et Tor] (Terminé)   Ven 14 Mar - 22:40

Tor fut bien content de voir l'Auror sourire à sa dernière remarque, celle-ci après coup lui avait fais un peu peur, sait-on jamais que la demoiselle se sente agressé par un romantique en manque d'amour. Mais apparemment ce n'était pas le cas. Encore une fois, il y eut un court silence, ce genre de silence que l'on apprécie et que, ironiquement, on déteste dans le même moment. On appréciait ces silences car il laissait un répit à chacun, soit pour avoir le temps de bien assimiler ce que l'autre avait dis. Mais d'un autre côté, on les détestait car on savait que l'autre pouvait profiter de ces silences pour glisser une rapide formalité et s'en aller. Sans conteste, ces silences avaient un goût intéressant, mais pouvait laisser un arrière-goût très amer. Enfin la demoiselle brisa le silence, parlant d'une coïncidence de l'endroit où ils habitaient puisque elle aussi habitait Pré-au-Lard, où plutôt un endroit un peu à l'écart ce qui la contentait parfaitement. Elle disait bénir sa mère, décédée, pour le choix de l'endroit où la maison se trouvait, à l'écart du village, sans quoi, ajouta la demoiselle, elle aurait détesté l'endroit. Tor avait toujours refusé de croire que les choses pouvaient être né d'une coïncidence. Il ne croyait pas pour autant que le destin où un Dieu soit intervenu, bien au contraire, il pensait plutôt que tout arrivait car ça devait arriver. Une part de destin peut-être, mais il gardait l'idée que tout ce qui allait nous arriver n'était pas écris ou défini par un autre que nous même. Chacun se construit son propre devenir, tout simplement, rien n'est écris. Une représentation de la vie comme un livre où toutes les pages seraient blanches. Chacun en écrivait ainsi les lignes, et certaines lignes, parfois des pages entières même se trouvant ainsi dans les livres de deux personnes différentes. Pourquoi, personne ne le savait, mais ça arrivait. Mais tout ce qui arrivait devait avoir une raison d'arriver. Il ignorait encore la raison de cette rencontre extrêmement intéressante, bien que fortuite, il ne la regrettait en aucun cas.

Le regard de la demoiselle se leva comme souvent auparavent sur l'homme apparemment toujours pas sortis du bar. Les yeux de la demoiselle revinrent finalement se planter dans ceux de Tor, elle avait indéniablement de beaux yeux verts, mais à nouveau Tor se demanda à quoi il pensait ici, dans un bar, une bière à la main, parlant avec une jeune femme quelques minutes auparavent encore étrangère. Elle acquiesça au dire de Tor lorsqu'il supposait qu'elle avait un mauvais pressentiment, bien qu'elle gardait à l'esprit la possibilité que ce ne reste qu'un simple mauvais pressentiment. Syerra expliqua alors que les deux camps recherchaient des personnes susceptibles de se battre avec eux, ou du moins de faire profiter leur clan des capacités de cette personne. Elle reconnut néanmoins que l'engagement par bourrage de crane ou propagande n'était pas la meilleure solution car la volonté créait sans conteste les meilleurs membres. Prenant le cas des serviteurs du Lord, elle expliqua que les meilleurs soldats et les plus sanguinaires étaient ceux qui s'engageaient de leur propre-chef dans l'Armée. Elle prit son propre exemple à parti, expliquant qu'elle trouvait à son compte à servir l'Ombre et que de ce fait, elle avait rejoint l'armée de son plein-gré. Elle finit par une pensée indéniablement vrai, il fallait une raison pour rejoindre un clan sans quoi le soldat ne serait pas dans sa meilleure forme, tout du moins il ne serait pas investi comme s'il y trouvait vraiment ce qu'il cherchait. C'était certainement vrai sauf que:


- Les membres de camps, n'importe lequel ne sont jamais que des pions. Une guerre est une vaste partie d'échec, chacun possède un roi et une reine, deux bouffons, deux cavaliers, deux tours et une volée de pions. Les pions, les soldats, peuvent être sacrifiés au besoin puisque sur le vaste échiquier, ils ne représentent presque rien. Les tours et les cavaliers sont pleurés par l'entièreté de l'Armée si par malheur il venait à mourir. Les bouffons quand à eux sont les pions les plus proches des deux têtes pensantes de l'armée, garde du corps ou peu importe le nom, ceux sont deux pions essentielles car ceux sont eux qui, généralement, sont chargés du recrutement, de la formation et du maintien en forme des troupes. Néanmoins, c'est le rôle le plus ingrat car ils subissent le poids des échecs des soldats mais également la mauvaise humeur des supérieurs. Enfin, il y a toujours un roi et une reine, le roi est la tête forte, celle pour laquelle les soldats sont prêt à laisser leur vie. La reine a une valeur bien différente, puisqu'elle représente le stratège, la tête pensante, le bras droit, peu importe comment vous l'appelez. Cette personne a la place d'honneur, celle que convoite tout le monde, c'est à la fois la plus intéressante et la plus dangereuse. Tout le monde veut la prendre malgré le poids qui vous pèse sur les épaules. Le plus triste vient à la fin de cette guerre, lorsque les pions, tours et cavaliers sont pris, que les bouffons sont morts ou ont trahi, que la reine et le roi sont morts. Car à ce moment là, on regrette la reine et le roi, peut-être les bouffons, pour les autres, on se débarrasse rapidement des corps, sans cérémonie, peut-être a-t-on tout de même la gentillesse de les enterrer tout en faisant passer du Chi Mai. Mais après on les oublie, il n'était que des pions, inutiles, morts. Mais les grands eux restent, ainsi, le temps a perdu le nom des soldats allemands mort pendant la seconde Guerre Mondiale, mais on a retenu le nom de Hitler, il était le roi sur ce vaste échiquier européen. On a retenu le nom de Goebbels, sa reine si l'on peut dire. On se souvient de ceux qui auraient correspondu aux bouffons su un échiquier, Klaus Barbie ou encore Göring. C'est un petit peu pareil en ce moment, je le crains. Je ne sais pas le rôle que tu tiens sur l'échiquier, mais je te souhaite d'avoir fais et de faire ce que tu juges bon de faire. Ce n'est que mon point de vue que j'ai exposé, après, tu décides toi même ce qu'il vaut.

Comme il me semble que cet homme ne soit pas encore sorti du bar. Comme il me semble que ton sang bout de ne rien faire et de le voir ainsi se moquer de toi. Comme tu as déjà refusé mon aide et que tu n'as pas changé d'avis sur la conduite que je me dois de tenir. Comme je n'ai pas d'ordre à recevoir de toi. Comme je suppose que tu supposes qu'il va tenter quelque chose. Comme je compte pas te laisser te faire agresser. Comme je compte pas prendre le risque qu'il t'arrives quelque chose. Mais comme j'ai promis à cet homme de l'aider. Saches que quoi qu'il arrive, je serais forcé, d'une manière ou d'une autre d'intervenir, que ce soit toi ou lui qui attaquent le premier...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syerra Van Blaken
Mangemort
 Mangemort
avatar

Nombre de messages : 265
Age : 25
Localisation : L'endroit n'a aucune importance, seuls les actes comptent
clan : Les ténèbres
Humeur : Indescriptible
Date d'inscription : 23/11/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
25/100  (25/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Triple Rencontre... [Syerra et Tor] (Terminé)   Sam 15 Mar - 8:06

Syerra avait cette impression que Torben Badenov ne resterait pas les bras croisés, se contentant de quitter d’un pas rapide mais subtile le Chaudron Baveur. Enfin, peut-être n’était-ce qu’un vilain pressentiment, le genre que l’on déteste avoir, voyez-vous. De plus, la jeune femme était en compagnie d’un charmant personnage, lequel elle ne se lassait pas de la présence, à croire qu’il avait réussi à attirer son attention. Bref, peu familière de se genre de situation, l’Auror restait toujours surprise de cette discussion qu’elle entretenait avec Tor, qui l’avait aimablement abordé. Depuis maintenant plusieurs minutes, celui-ci lui tenait compagnie, prenant de son temps pour lui parler, trouvant même le moyen de tirer un sourire à la nuisante. Elle portait moins son attention sur le ‘’déserteur’’, tournant quasiment automatiquement son regard sur le cuisinier. Syerra gardait à présent ses yeux fixés sur le visage de son interlocuteur, une oreille attentive aux paroles du cuisinier. Puis ils arrivèrent à un sujet particulier : leurs clans. Tor expliqua qu’il pensait que la jeune femme aurait peut-être tenté de le convaincre de joindre son clan, car les deux camps cherchaient toutes personnes intéressées pour se joindre à leurs côtés. Il était vrai, c’en était même une évidence qu’ils cherchaient chacun de la puissance, mais Syerra supposa qu’il était préférable que les soldats se joignent d’eux-mêmes, car ceux qui entraient dans les rangs du mal devaient être des créatures malfaisantes, des sorciers avides de souffrances, bref des soldats puissants, sans remords, fidèles à leur camp et à leur Maître.

Tor lui fit part de ce qu’il pensait, quant aux soldats, de l’armée en générale. Comment il percevait les membres de l’armée comme des pions, en fait il compara le tout à un jeu d’échec. Sa théorie était intéressante, il n’y avait pas à redire. Mais il ajouta que si elle jugeait que c’était les bons choix qu’elle avait pris, il n’avait rien à ajouter, car ce n’était que son opinion. L’Auror acquiesça positivement, ne répondant rien pour le moment. Son interlocuteur ajouta immédiatement ce qu’il comptait faire, vu que le Mangemort n’avait toujours pas quitté les lieux : Certes, il ne comptait pas la laisser se faire attaquer, ce qui surprit pour la XIème fois la sorcière. Il précisa que même si elle lui avait dit qu’elle ne voulait pas de son aide, qu’elle préférait qu’il ne se mêle pas à ce problème, il n’avait toutefois pas d’ordres à recevoir d’elle et que même s’il avait promis au Garde du Ministère de l’aider, il devrait agir. Que ce soit elle ou lui qui attaquent en premier. Nerveusement, la jeune femme passa de nouveau sa main dans ses longs cheveux de jais, signe évident qu’elle ne savait pas trop quoi faire devant une telle situation.


-Tor, tu as de toutes évidences raisons, je n’ai pas d’ordres à te donner et je n’ai absolument aucun pouvoirs sur toi. Je sais bien que tu as promis d’aider cet homme, ce qui implique donc que tu te retrouve face à lui, dans un affrontement possible. Encore là, ce n’est qu’une mince supposition. Que tu dises que tu ne comptes pas me laisser agresser me touche, sache-le, mais je ne suis pas Auror pour rien, je sais me défendre.

Dit-elle, un rictus aux lèvres. Enfin, c’était plutôt avec un ton moqueur qu’elle avait dit la dernière phrase. Puis elle reprit

-Enfin, toute cette mise en scène n’est peut-être qu’une simple idée qui m’a momentanément traverser l’esprit, mais je doute que cet homme reste immobile, sans rien faire. C’est comme dans mon cas : il n’est pas membre de l’Armée pour simplement s’amuser à s’échapper d’une femme telle que moi. Malgré que cette idée m’amuse bien, cependant, j’ose croire que s’il compte sortir du pub, je me verrai dans l’obligation d’en sortir aussi. En un sens, ce sera un signe, un signale de départ. Je n’ai vraiment pas envi d’aller le retrouver en ces lieux. Il y a beaucoup trop de monde, trop d’yeux pour observer, ça me tape sur les nerfs. Mais si je dois quitter les lieux pour aller le retrouver, tu ne devrais pas venir. Je ne crois pas que ce serait une bonne idée, enfin…Comme tu l’a dis plus tôt, tu n’as pas d’ordres à recevoir de moi. Alors je doute que tu prennes en compte le fait que je préfère que tu ne sois pas de la partie, car je continu de penser que tu te mettrais un lot d’embrouilles sur le dos…

[il est possible que je ne puisse répondre que dimanche certitude ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 28
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Triple Rencontre... [Syerra et Tor] (Terminé)   Sam 15 Mar - 18:29

Tor s'attendait à ce que la demoiselle, qui de plus en plus lui accordait son attention, lui fasse une remarque quand à sa vision des choses. La guerre comme un vaste échiquier géant, une conception qu'il avait développé seul, mais qui il en était persuadé ne devait pas être trop éloigné de la vérité. Pourquoi ne voulait-il pas s'engager, voilà ce à quoi le ramena ce qu'il avait dis. La question qu'il avait lui même posé l'emmener à lui même s'interroger sur son propre engagement. *Non tu ne veux pas t'engager dans une armée, ce n'est pas ta guerre! Ce n'est pas sa guerre non plus, pourtant elle s'est engagée! Et quand tu croiseras une jeune femme de la Résistance tu deviendras résistant c'est ça? Hum t'as pas tort, et puis après tout, être sans camp présente ses avantages, des relations valables avec des filles des deux clans. Et puis c'est toujours mieux d'avoir des relations dans les deux camps pour le cas où j'aurais des problèmes avec un clan, oui pas bête!*. Bon en attendant, la question de savoir ce que l'homme allait faire restait en suspends. Au moins, Tor semblait avoir plus l'attention de la jeune femme, son attention semblait un peu avoir changé, même si de temps en temps, un petit regard rapide partait en direction de l'homme. Après tout, c'était son métier, elle avait expliqué qu'elle se plaisait dans le côté du Mal, qu'elle y trouvait ce qu'elle cherchait, c'était au moins l'essentiel, tout du moins, ça semblait l'être pour la demoiselle, il en était assurément mieux de faire ce que l'on aimait que de se forcer à faire ce dont on a pas envie. Peut-être était-ce une raison qui avait fais que Tor ne se soit jamais engagé, il n'avait jamais eu peur de s'engager, mais il n'avait jamais été vraiment convaincu par un camp, comme il n'avait jamais réfléchi à s'engager. Peut-être dans le futur, si son histoire devait évoluer d'une certaine façon et qu'il venait à y être obliger, mais surement pas avant, hors de question, on a des convictions ou on en a pas. Il avait la conviction de devoir ne pas s'engager, alors hors de question qu'il le fasse...Pour le moment...A voir...A méditer...Peut-être...

La demoiselle avait à nouveau eu un regard rapide puis reporta son regard sur Tor, cette fois pour lui parler. Quelque part, ces dits soulagèrent Tor, elle ne tenta pas le convaincre, autant essayer de demander à un troll de casser un œuf en séparant blanc et jaune, vous risquez d'attendre un bon bout de temps avant de peut-être parvenir à vos fins. Elle lui dit qu'elle savait que n'étant pas sa supérieur, il n'avait d'ordre à recevoir d'elle, il était content qu'elle eut compris cela, il n'avait certainement pas envie de se prendre la tête avec elle sur ce point là. Elle ajouta être toucher par la motivation qu'il avait mis à vouloir l'aider et la protéger, mais complèta en disant qu'elle était une Auror et que ce grade n'était pas des plus simples à obtenir, sans nul doute, Tor n'avait jamais remis ça en doute, pas plus qu'il n'avait remis en doute les capacités de la demoiselle. C'est juste qu'il ne comptait pas lui laisser arriver quelque chose, car malgré ce qu'elle disait, il restait persuadé que l'homme derrière lui pouvait s'en sortir face à Syerra, comme certainement face à Tor, peut-être s'ils s'alliaient. Sauf qu'il avait promis d'aider l'homme, ce qui ne lui laissait malheureusement qu'une solution si jamais il y avait un problème. Un seul choix pour protéger l'Auror et tenir sa promesse en même temps. Pas celui qui le réjouissait le plus, mais au moins il n'aurait pas menti. D'ailleurs, sa promesse concernait une diversion pour que l'homme sorte rapidement, or il avait choisi de rester, il n'aurait donc pas trahi sa promesse. Elle continua en expliquant n'avoir que supposer ce qu'elle venait de dire, mais dans le fond, si il y avait bien un instinct que ne devait pas trahir, c'était celui d'un Auror. Certes leur connaissance en magie était plus que respectables, mais ils apprenaient avec le temps à écouter leur instinct et souvent ça pouvait les sauver, enfin c'est ce qu'on lui avait raconter, il n'avait jamais tenté de le vérifier. Elle expliqua ensuite ce qu'elle serait obliger de faire si l'homme venait à sortir maintenant du bar car elle n'en pouvait plus d'attendre simplement et de le regarder ne rien faire. Rester sans rien faire ne semblait pas dans les cordes de la demoiselle, c'était d'autant plus compréhensible quand la personne face à vous vous nargue et que vous savez que si vous ne faites rien, vous risquez des sanctions très certainement nuisibles à votre santé. Bien sur que Tor n'allait pas prendre le risque de voir la jeune femme être agressée, mais il craignait de devoir la protéger malgré elle, et peut-être même lui en voudrait-elle, mais après tout, c'était certainement mieux ainsi. Sa bière toujours dans sa main gauche, il porta sa chope à la bouche et en but une longue gorgée, tandis que sa main droit caressa rapidement le bois de sa baguette, cela faisait un moment qu'il ne s'en était plus servi, mais ça ne devait pas être sorcier. Certainement comme le vélo, ça s'oublie jamais. Enfin normalement. Et puis, il suffisait d'avoir la bonne intonation, la bonne volonté, le bon nom de sort et accessoirement de viser suffisamment bien. Comme il était sobre, que sa mémoire ne devait pas être si mauvaise et qu'il savait tirer parti de la plupart des situations, nul doute qu'il ne soit encore apte à pratiquer, de toutes façons, cela allait surement être le cas dans pas longtemps.

Sans mot dire, mais toujours dans ses pensées, Tor se remémora la salle, il revoyait ce qu'il avait vu en entrant, les gens, les tables, les chaises, l'endroit où était l'homme, la jeune femme, non mauvaise idée, pas la jeune femme, meilleure moyen d'hésiter. Elle avait parler d'un futur proche qui prouverait son appréhension où pas. Tout allait se jouer bientôt, si cela avait été un film où un roman coupé maintenant, il ne fait nul doute qu'un auteur l'aurait fini en bas de page d'un magnifique «To Be Followed». Si Tor devait en écrire la suite, il craindrait de ne pouvoir le faire de suite, trop de choses à prendre en compte, d'abord voir ce qu'on pouvait éliminer, patienter, ce n'était pas sa guerre, il était libre de ne rien faire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syerra Van Blaken
Mangemort
 Mangemort
avatar

Nombre de messages : 265
Age : 25
Localisation : L'endroit n'a aucune importance, seuls les actes comptent
clan : Les ténèbres
Humeur : Indescriptible
Date d'inscription : 23/11/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
25/100  (25/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Triple Rencontre... [Syerra et Tor] (Terminé)   Lun 17 Mar - 4:06

Restant silencieux à la réponse de la jeune femme, Tor sembla perdu dans ses pensées. De ce fait, l’Auror ne le déconcentra pas, profita de ce moment de silence pour observer Torben Badenov, de nouveau. Celui-ci n’avait pas bougé de l’endroit où il s’était trouvé, c’est-à-dire près de la sortie. Évidemment, cet homme était totalement imprévisible, elle devait donc s’attendre à tout ou à rien. De plus, la sombre jeune femme espéra que le cuisiner n’interviendrait pas, de toute façon, il s’attirerait des problèmes parce qu’en plus, il avait déjà un certain ‘’contrat’’ avec le
déserteur : celui de tenir loin et d’occuper la sorcière. Mais son interlocuteur sembla vouloir ‘’protéger’’ la nuisante, en quelque sorte, prétextant qu’il ne la laisserait pas se faire agresser. D’ailleurs, ceci fit rire la jeune femme, car elle se sentait étrange, à ces paroles. Semblait-il qu’elle n’était pas familière avec ce genre de réflexion qui la concernait, disons simplement qu’elle avait toujours été habituée à assurer sa propre défense, n’aimant pas vraiment qu’on la couvre, parce qu’en ces moments, elle se sentait faible et minable. Et elle détestait ces deux sentiments.

L’air se faisait de plus en plus lourd, l’Auror sentait une pression immense sur ses épaules. La question demeurait toujours la même : qu’allait-elle faire? En ce qui la concernait, la simple idée de ne rien faire la dégoutait, surtout qu’elle avait ce pressentiment de problèmes en vue. Mais Syerra s’interrogea sur un autre point : lui, que planifiait-il de faire? Que voulait-il faire? Peut-être cela se déroulerait comme la dernière fois, peut-être ne ferait-il rien…En son fort intérieur, la sorcière savait que c’était peu probable et c’était justement cela qui la titillait. S’il ne faisait rien, était-ce un signe qui se voulait positif ou négatif? Mais que voulait-il à la fin? Sentant qu’elle devenait légèrement folle, Syerra détourna son regard, fixant le vide un instant.

*Allez, ma grande, réfléchis. Si tu ne fais rien, tu es dans le trouble, si tu fais quelque chose tu as des problèmes aussi, car tu n’as pas réussi la mission qu’il t’a confié. Il l’a certainement déjà appris, de toute façon, mais en un sens ce n’était pas de ma faute, enfin oui, non! Oui, parce que la captive s’est échappée, non car elle s’est enfui! Ça n’a aucun sens. Diable que je déteste cette situation! J’aurais tellement mieux fait d’aller directement au Ministère, j’aurais évité tout plein d’ennuis et surtout des questionnements aussi insensés que maintenant. En plus, il y a Tor. Peut-être ne fera-t-il rien? Je l’espère, car il n’a rien à voir là-dedans et qu’il est tout-à-fait libre de ne pas agir. Alors pourquoi se lancerait-il dans un combat qui n’est pas le sien? Je n’en sais rien. Allons, il parait intelligent, il ne fera rien de déplacé…j’ose croire…*

Telles étaient les pensées de l’Auror. Mélangeant, direz-vous? Ce l’était effectivement, de plus, elle-même de savait que penser. Non seulement elle était à la limite d’une crise nerveuse. Bon, sans doute est-ce déplacé de qualifier cela ainsi, mais disons que Syerra n’était pas apte à gérer son stress, très mauvais pour un membre du Ministère, très mauvais. Il faudrait qu’elle y remédie tôt, sinon cela la nuirait constamment dans les combats ou situations du genre à venir. Enfin, la sorcière se calma, posa de nouveau son regard vert sur le Garde, essayant d’anticiper les événements à venir. Devait-elle se préparer à sortir sa baguette? Ici, dans un lieu bondé? Elle n’en savait trop rien…Elle n’était sure de rien. Ha misère!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Torben Badenov
Prof de Magie Noire, Père et Fiancé
Prof de Magie Noire, Père et Fiancé
avatar

Nombre de messages : 955
Age : 27
Localisation : double compte de Voldy
clan : Mangemort, Garde du Ministre
Humeur : excellente, toujours ^^
Date d'inscription : 18/10/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
75/100  (75/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Triple Rencontre... [Syerra et Tor] (Terminé)   Mer 26 Mar - 23:26

[Désolé de ce post court par rapport aux votres, mais après tous els rps que j'ai fait aujourd'hui, mon inspiration se tarit]



Torben riait doucement dans sa barbe mal rasée. Ce genre d'histoires ne pouvait vraiment n'arriver qu'à lui. Il fallait toujours qu'il lui arrive quelque chose, quoi qu'il fasse et où qu'il aille. Un jour, il tombait sur une ancienne maîtresse, un autre, sur un résistant en furie qui s'était mis dans le crâne de le capturer, ou encore de se retrouver mélé à de vieilles histoires du passé... Non, vraiment, Torben ne comprenait pas sa vie, ou oplutôt, ne comprenait pas pourquoi le destin s'acharnait sur lui.Pour un estonien athée, c'était plutôt dur d'admettre que le destin existait, ainsi que toutes formes de domination par quelque chose d'omnipotent, mais là, arrivé à ce point, il ne trouvait plus aucune explication à toutes les situations qui s'abattaient sur lui, quasiment quotidiennement. Bon heureusement, là la situation semblait gérable, vu que l'homme qu'il avait bousculé prenait visiblement à coeur la mission que lui avait confié Torben.


Au moins une chose de faite. Le problème était que le bonhomme n'arrivait pas à distraire suffisament Syerra Van Blaken pour que le mangemort puisse s'esquiver en douceur, et pour éviter un duel qui pourrait s'avérer dangereux pour lui. Non pas qu'il avait peur ou qu'il doutait de son issue, pas du tout, il était certain d'avoir le dessus sur son ennemie du moment. Non, ce n'était pas ça. Juste que les agents de ce cher ministre ne se baladaient jamais seuls, et qu'il y avait toujours des patrouilles dans le chemin de traverse et dans l'allée des embrmes, susceptibles d'arriver bien rapidement dans ce pub pour le maîtriser. Individuellement, Torben était conscient d'être un terrible adversaire, avec les techniques barbares avec lesquelles il se battait aussi féroce qu'un lion, mais face à plusieurs sorciers entraînés, il ne pouvait y avoir qu'une seule issue, qu'il ne souhaitait pas.


Bon bon bon, que faire dans ce cas? Intervenir directment? Disons que celà signerait son arrêt de mort. Une belle morte certes, et ilm ne tomberait pas seul. Mais une mort inutile. Celà ne servirait à rien. Pire, celà serait carrément néfaste. Déjà, il lpasserait de vie à trépas, ce qui bien évidemment ne l'arrangeait pas vraiment. Ensuite, le ministère perdrait un mangemort et plusieurs agents ainsi qu'une partie de sa crédibilité, ce qui pourrait le plonger dans le chaos. Et enfin, Krystel serait traquée et executée pour les actes de son fiancé, ce que Torben ne permettrait jamais. Restait la reddition, mais là aussi, celà pouvait s'avérer dangereux. La fuite restait possible, mais il restait une bonne chance qu'il se retrouve dans une situation pire encore que celle qu'il traversait actuellement. Ne restait plus que l'approche directe.


Torben finit sa pinte, prit son courage à deux mains, souffla un grand cou, et s'avança vers l'agent Blaken.


- Bonjour Syerra. Monsieur.
salua t'il en direction de Tor


- La petite mission que je vous avais confiée à notre première rencontre a été un échec je crois, un échec cuisant... Peut être pourriez vous me le raconter autour d'une pinte?

_________________

Membre de la Garde Rapprochée de Lord Voldemort
Détaché à Poudlard en temps que Professeur de Magie Noire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syerra Van Blaken
Mangemort
 Mangemort
avatar

Nombre de messages : 265
Age : 25
Localisation : L'endroit n'a aucune importance, seuls les actes comptent
clan : Les ténèbres
Humeur : Indescriptible
Date d'inscription : 23/11/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
25/100  (25/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Triple Rencontre... [Syerra et Tor] (Terminé)   Jeu 27 Mar - 3:48

On ne pouvait pas qualifier cette journée de plaisante, non effectivement le tout avait fort mal débuté : pour commencer elle avait croisé Badenov, qu’elle chance elle avait…Bref, celui-ci avait d’ailleurs ‘’engager’’ Tor Barda, qui se trouvait près d’elle, lequel avait gardé le silence depuis un bon moment. Syerra rageait intérieurement, car elle se sentait tellement impuissante. Impuissante parce qu’elle ne pouvait rien à cette situation désagréable, impuissante parce que tout semblait lui retomber sur la tête. Vraiment, il y a des jours où elle aurait mieux fait de rester enfermer chez elle, cloitrer dans sa chambre à lire on ne sait quels bouquins. Bref tout aurait été mieux pour elle de s’enlever cette idée stupide qu’elle avait eut le matin, celle d’aller se promener avant d’aller au bureau. Mais quelle poisse! À croire qu’il y avait quelqu’un ou quelque chose qui lui voulait tous les malheurs de ce misérable monde.

Maudissant tout ce qui l’entourait, l’Auror de se rendit pas compte que depuis maintenant quelques instants, Torben restait immobile. Allons, qu’attendait-il? Qu’elle vienne, peut-être? Non..Un affrontement? Pff complètement inutile puisqu’il aurait rapidement le dessus. De plus la sorcière ne croyait pas que le déserteur était imbécile, il serait complètement déplacé de sa part de l’attaquer dans un endroit aussi bondé et à la vue de tous. En plus, il était probablement au courant des allers-retours des quelques patrouilleurs du Lord dans les alentours. En fait, personne ne pouvait les manquer, ils étaient assez voyants et menaçants pour ne pas les remarquer. Puis Badenov était toujours un ‘’déserteur’’ à priori, alors pourquoi poserait-il ce geste désespéré? À un moment, Syerra eut un rictus. Diable que c’était pitoyable! Quelle scène à la fois cocasse et complètement stupide. Là-voilà, elle, Syerra Van Blaken, tentant avec bien du mal de reprendre ses esprits, enfin de se reprendre en main, plutôt. Misérable. Déjà qu’elle regrettait de s’être montrer trop amicale, sans aucune méfiance au cuisinier, la jeune femme se dit que plus jamais elle ne laisserait pareille erreur se reproduire. Allons, elle avait trop rapidement accordé son attention sur cet homme inconnu, lui parlant comme s’ils étaient amis. Amis? Non, jamais. Syerra n’avait plus d’amis…Du moins, plus d’amis sur qui elle pouvait avoir confiance. Bien sur, l’Auror avait fait des rencontres fortes plaisantes, mais pas suffisamment pour s’appuyer sur ces connaissances comme étant des amis. Alliés serait le mot juste.

Ainsi passèrent les minutes, un peu trop lentement au goût de la nuisante. Sa tête reposait sur sa paume de main, terriblement lourde. La sorcière prit un petit instant pour fermer ses yeux, sa respiration se faisait plus régulière. Et elle rouvrit ses yeux…En fait, elle aurait dû les laisser fermer. Pourquoi? Badenov se trouvait devant elle, tout près, horriblement près d’elle. Il ne semblait pas hostile, pour le moment. Celui-ci la salua et prit la peine de saluer Tor. L’Auror se redressa. Maintenant, elle était complètement éveillée. Torben reprit la parole. Il lui parla de son échec sur la mission qu’il lui avait confié et il lui ‘’proposa’’ qu’elle lui raconte le tout au tour d’une pinte. Et merde…


-Oui…je vous raconterai tout...

Bon, il semblait qu’elle n’en avait pas encore terminé avec cette journée.

[ce n'est rien, le mien non plus n'est pas super...j'suis un peu rouillée XD]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 28
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Triple Rencontre... [Syerra et Tor] (Terminé)   Jeu 27 Mar - 10:48

C'était toujours une vérité que rien n'était de plus magnifique qu'une scène où personne ne sait que dire où que faire. D'autant plus quand vous pouvez regarder cette scène depuis l'extérieur sans vous poser trop de questions. La jeune femme, semblait devenir, de minutes en minutes, plus lasse de cette situation qui si elle n'avait pas été si pathétique, aurait pu être un magnifique passage d'un roman tel «Ubu Roi» ou «Candide». Oui, ce qui se jouait à cet instant était digne du passager du bucher dans «Candide». Syerra était devant un dilemme, entre sa mission et la raison. La tête de la partisane semblait anormalement lourde sur sa main. Rien de bien étonnant, c'était un début de journée un peu particulier, tant pour Tor que très certainement pour le déserteur et la jeune femme. Pourtant, ces deux là auraient pu se douter se retrouver un jour dans une telle situation, étant donné la nature de leurs relations. Y avait-il un gagnant dans cette situation, oui il y en avait deux si l'on y réfléchissait. D'un côté, Tor, dont il était sur que la jeune femme regrettait de s'être trop rapidement ouverte à lui. De l'autre, cet homme qui pouvait profiter presque à sa convenance de la situation. Tor évita un sourire à la pensée que dans cette triste situation, la Nuisante semblait de plus en plus devenir une marionnette. D'abord parce qu'elle aurait aimé agir, mais qu'elle ne le pouvait. Ensuite parce que la conduite qu'elle devait adopter ne dépendait absolument pas d'elle mais bien de cet homme.

Mais si Tor avait anticipé un certain nombre de possibilité, ce devrait être celle qu'il prévoyait le moins qui s'exécuta. Sans aucune raison apparente, Torben approcha, rejoignant les deux personnes. Il salua Tor qui lui rendit son salut d'un geste approbateur de la tête. Tor avait tourné la tête, regardant l'autre bout du bar où les membres du petit groupe d'irlandais ivre semblait prêt à en découdre bruyamment avec une nouvelle tournée de bière. Tor s'interrogeait sur la raison qui les poussait à boire ainsi, avait-il encore fait l'impasse sur un événement majeur? Mais non, rien ne venait à la tête de Tor. Nous n'étions pas le 17 mars, donc pas de fête nationale, pas de match de Quiddicth pour autant qu'il en savait. Il entendit la voix de l'homme qui lui avait fais une intéressante proposition un moment déjà auparavant. Il ne comprit pas grand chose, en effet, l'attention de Tor se baladait de plus en plus sur des choses futiles. Il avait dû saisir l'essentiel, il avait donné un échec à Syerra qui s'était avéré une mission...où un truc du genre... Finalement, ce fut le barman qui fit le bonheur de Tor en lui donnant un cure-dent que Tor coinça rapidement entre ses dents. Cette demande d'un cure-dent au barman semblait assez inhabituel pour qu'il sente que les deux personnes avec qui il avait eu une relation semble l'écouter:


- J'arrête de fumer, il paraît que c'est juste une fixation orale. En fait ce ne serait pas la dépendance à ce qu'il y a dans la cigarette mais au faites de l'avoir en bouche qui procure un besoin de fumer. Enfin chacun croit ce qu'il veut.

Bien sûr que ce que venait de dire Tor était de la foutaise, mais il avait senti le pressant besoin d'improviser, comme pour indiquer aux deux personnes de ne pas faire attention à lui. Techniquement, c'est là que Tor était censé s'éclipser. Mais trop idiot? Non pas de la bêtise. Trop curieux? Surement un peu. Néanmoins, il y avait une raison qui le poussait à rester bien qu'il était maintenant persuadé que ces deux personnes ne se battraient pas dans ce bar. Au contraire, ils semblaient plutôt partis pour discuter. Dans le fond, n'était-ce pas là ce que font les gens civilisés? Discuter autour d'une pinte. Rien de mieux avant d'entamer une journée. Mais pour ce qui est de la raison qui poussait Tor à rester, il faut revenir dans ses trois dernières années, passées dans le monde moldu pour vraiment comprendre ce qui le faisait rester. Mais de ces trois dernières années, personne ne savait rien, sauf lui...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Torben Badenov
Prof de Magie Noire, Père et Fiancé
Prof de Magie Noire, Père et Fiancé
avatar

Nombre de messages : 955
Age : 27
Localisation : double compte de Voldy
clan : Mangemort, Garde du Ministre
Humeur : excellente, toujours ^^
Date d'inscription : 18/10/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
75/100  (75/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Triple Rencontre... [Syerra et Tor] (Terminé)   Jeu 27 Mar - 23:57

Torben vit avec un certain plaisir que l'homme à qui il avait confié la mission initiale de retenir Syerra semblait avoir installé une drôle d'ambiance. On aurait dit que les deux personnes étaient plongées dans leurs pensées. Le jeune mangemort, curieux et enquêteur comme il l'était, s'interrogea sur le pourquoi du comment, mais ne pouvait de toutes façons apporter aucun élément de réponse. En même temps, Syerra n'avait pas l'air spécialement dans son assiette. Elle avait les traits tirés pas la fatigue et probablement le stress, et avait l'air sérieusement fatiguée. En même temps, il n'y avait à celà absolument rien d'étrange ni de honteux, Torben imaginait fort bien dans quelle difficile situation se trouvaient les soldats du ministre ces derniers temps. Après tout, ils étaient privés de leur chef, la fiancée de Torben: Krystel Raybdrant. C'était elle qui les entraînait, coordonnait leurs actions et les dirigeait d'une main de fer mais terriblement efficace.


Depuis sa disparition, le mangemort d'origine estonienne comprenait fort bien qu'il devait donc y avoir surcharge de travail chez les nuisants, qui auront probablement une direction bbeaucoup plus molle, car tous les mangemorts ayant déjà leurs tâches, Lord Voldemort n'aurait sans doute pas le choix que de prendre l'intérim en attendant de retrouver Krystel, mais Torben était parfaitement conscient que le Lord, malgré ses pouvoirs incommensurables, avait déjà bien trop de travail pour gérer correctement l'armée. C'était pour celà que Torben avait capturé Fleur Delacour pour la confier à Syerra, présent au Lord qui était sensé annoncer le retour dans les bonnes grâces du Ministre de Torbene t de sa compagne, tous deux déserteurs en quelque sorte...


- Eh bien, allez y Syerra, je vous écoute! Expliquez moi donc pourquoi Fleur Delacour n'est pas arrivée à bon port et pourquoi je suis toujours obligé de me cacher avec votre directrice Krystel Raybdrant? J'attends vos explications.


Alors que Torben commençait légèrement à s'énerver au vu de la situation, il vit le barman arriver et donner un cur dent à l'homme qui était avec Syerra. Celui ci le prit et le cala entre ses ratiches, tout en parlant de choses et d'autres, à propos des cigarettes. Discussion totalement sans interêt pour Torben, qui de toutes façons ne fumait pas http://i20.servimg.c. Le mangemort en profita pour commander une nouvelle pinte, et se retourna vers Syerra, attendant sa réponse

_________________

Membre de la Garde Rapprochée de Lord Voldemort
Détaché à Poudlard en temps que Professeur de Magie Noire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syerra Van Blaken
Mangemort
 Mangemort
avatar

Nombre de messages : 265
Age : 25
Localisation : L'endroit n'a aucune importance, seuls les actes comptent
clan : Les ténèbres
Humeur : Indescriptible
Date d'inscription : 23/11/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
25/100  (25/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Triple Rencontre... [Syerra et Tor] (Terminé)   Ven 28 Mar - 7:09

*J’aurais dû rester au lit, ce matin. Décidemment, cela aurait été plus sage de ma part. Dieu que je fais une belle idiote, l’air de rien, comme cela. En plus, je ne suis même pas sensée être ici, enfin, je ne suis pas sensée être nulle part. Mais où est-ce que je m’en vais, hein? Personne pour répondre, évidemment…En plus, il y a ce cher Torben, là-bas, qui ne semble pas avoir bougé d’un poil depuis…2 secondes. Bon sang, c’est une vraie paranoïa, cette fixation. Je devrais aller à St-Mangouste, histoire d’aller me faire soigner pour imbécillité chronique. OU simplement rentrer chez moi, en douce, ni vue ni connu. Non mais quelle blague…Bon, ferme tes yeux, prend une grande respiration et disparaît! Je hais tout ce qui m’entoure, je les hais, je les hais, je les hais! Détruire, détruire quelque chose…quelqu’un, n’importe quoi! M’occuper l’esprit…Non, fermer mes yeux…*

Et ne pas les rouvrir? Non, mauvaise idée. La jeune femme ouvrit finalement ses paupières et eut l’immense surprise de voir Torben à deux pas d’elle. L’idée de garder les yeux fermer n’était si mauvaise, somme toute. Celui-ci la salua, ainsi que Tor. Puis Torben intima à la nuisante de venir lui expliquer son échec cuisant. Faible créature était Syerra, son teint pâle en témoignait. Elle semblait si fragile, si vulnérable. Tellement, tellement…calme. Détrompez-vous, mes chers, sous cette apparence frêle et pâle, se cache un véritable monstre. Vraiment, elle aurait dû être vampire, cela aurait parut mieux et appréciable, enfin, c’était ce qu’elle pensait. Syerra détourna son regard de Torben, fixant le mur qui se trouvait derrière Tom, le barman. Pas où allait-elle commencer? Par le début, pardis! Non, comment lui dire que cette détestable Fleur s’était enfui à la première occasion? Non pas que la jeune femme ne la tenait pas bien en vue et en garde, mais bien à cause de ce passant minable qui les avait bousculé, simplement. Cette excuse était aussi peu convenable que lors de sa première rencontre, chez Torben. Rencontre hasardeuse, bien sur. Rien ne se tenait, vraiment, elle se demanda comment une telle malchance pouvait lui tomber dessus à chaque respiration qu’elle osait prendre. Tor coupa de nouveau ce silence malsain, parlant de cigarette, fixation orale, le genre de sujet qui ne concernait pas la nuisante, enfin, ceci eut pour effet de concentrer son attention sur autre chose que les bavardages incessants des clients du Chaudron Baveur. Diable, le cuisinier coupait un silence avec une réplique tout à fait spontanée et hors-sujet! Enfin, celle-ci fit reprendre ses esprits à Syerra, qui se regardait toujours pas Badenov, pour le moment. Bon, quand il faut y aller, il faut y aller.


-Encore une fois, vous allez me prendre pour une incompétente. Enfin, je vous accorde bien la raison de le penser, je ne saurais et pourrais ne vous en vouloir pour cela. Toutefois, sachez que la mission avait bien débuté. J’ai transplané sur le Chemin de Traverse. Transplanage réussit, dois-je avouer. La captive et moi nous dirigions lentement mais surement vers le Ministère, quand un misérable souillon nous a bousculé. Miss Delacour réussit à dénouer les liens qui la tenaient immobile et elle put attraper sa baguette. Comble de malchance, celle-ci avait atterrit tout près d’elle, donc la capturée put facilement l’atteindre. Elle me lança un sort de Stupéfaxion, qui ne m’atteint pas et elle transplana hors de ma vue, avant même que j’aille le temps de retrouver ma baguette et de me lancer à sa poursuite. Même blessée et meurtrit comme elle l’était, Miss Delacour semblait bien apte à s’enfuir aussi rapidement, sans un mot de plus.

C’était court comme explication, et surtout un tantinet inacceptable. L’Auror n’accorda pas un regard sur le déserteur. La crainte avait rapidement été remplacée par ce stress insoutenable, stress semblable lors des jours bien remplis au Ministère, stress qui vous rendait quasiment malade. Syerra ne pouvait pas anticiper la réaction de Torben, car elle avait été surprise de celle-ci, à leur dernière rencontre, mais cette fois-ci, peut-être se montrerait-il un peu moins clément?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 28
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Triple Rencontre... [Syerra et Tor] (Terminé)   Mar 1 Avr - 11:27

Finalement, Tor ne regrettait pas d'avoir parlé à la jeune femme. Bien sur il aurait aimé faire sa connaissance dans d'autres circonstances, mais au moins cette situation, si ironique soit-elle, lui avait permis de discuter et de passe un agréable moment. Partout dans la salle, il y avait un nombre incalculable de personnes qui discutaient, les discutions allaient bon train, tout et n'importe quoi. Enfin, certains arrivaient au douloureux sujet du travail. Ce qui fut également le cas de Syerra et Torben. Il y avait entre eux deux un rapport très intéressant que Tor se plaisait à essayer de comprendre. Comme un mélange d'animosité, mais en même temps, autre chose que le jeune homme ne savait identifier selon les mots qui existaient. S'ils paraissaient avoir chacun une raison d'en vouloir à l'autre, la hiérarchie elle sautait aux yeux. Surtout lorsque l'homme parla. Il était son supérieur, ou au moins, le mari de la Directrice. Et il était clair qu'il avait un compte à régler avec la demoiselle. Celle-ci avait failli dans une mission, contraignant l'homme et Krystel Rembrandt?! Oui quelque chose comme ça, enfin au moins il savait une chose. Pas du tout ce qu'il voulait, il avait plusieurs questions, mais s'il y avait bien une chose qui était en cet instant sûr, c'est qu'une question externe à ce moment allait passer au milieu. Donc autant attendre.

*Peut-être une descendante du peintre? Ou alors c'était autre chose?* Quelque chose au fond de lui, lui disait qu'il ne tarderait pas à savoir, apparemment, peu importe comment vous vous y preniez, vous finissez toujours par devoir choisir un camp. Pour Tor c'était vu, le camp qui lui permettrait d'atteindre son but ou à défaut, celui qui paiera le mieux. Enfin, c'est ce qu'il disait maintenant, mais il ne se connaissait que trop bien. Il y aurait une fille, il y a toujours une fille, et finalement il s'engagera dans un camp, oubliera ses questions et son objectif, et finalement deviendra un pion sur un échiquier géant. Mais d'ici là au moins, il aura le temps. Le temps de quoi? De devenir assez fort pour survivre? De mourir? De ne pas dormir seul? Oh et puis laissons le temps au temps, la Providence, souvent, fait les choses plutôt bien. Sauf si l'on regardait l'ironie de la situation présente. Non en faites, la Providence faisait bien les choses. La situation était peut-être bloquante pour les deux personnes, d'autant plus pour Syerra, mais elle comportait un immense avantage, ils allaient pouvoir discuter sans se battre.

Et c'est ce que fit Syerra, répondant, froidement, sèchement et directement à son supérieur. Au moins, ça avait le loisir d'être clair net et précis. On ne pouvait pas mettre moins de détail. Fleur Delacour, captive confiée à Syerra par Torben c'était enfuie grâce à la fortuite intervention d'un soulard. On en ferait pas tout un roman, sauf peut-être Tor. Dans le fond, il avait toujours eu la technique pour "embellir" les choses. Il avait ce pouvoir immense de vous parler d'un panier de fruit pendant plusieurs minutes, sans forcément même parler de choses ennuyeuses. Un don pour la poésie? Très certainement. En tout cas, maintenant que la jeune femme avait répondu, il était plus que temps pour Tor de foutre le camp avant que les deux autres se rendent compte qu'il était encore là. Enfin que savait-il d'important? Rien ou alors que des choses que la Renaissance doit déjà savoir. Mais rester semblait une bien meilleure idée, et puis il n'avait pas fini sa bière. Le cuisinier réfléchissait à la situation de la jeune femme, bien sûr que l'évasion d'une résistante grâce à un soulard n'était pas pour le mieux, mais heureuse co-incidence que cet homme les ait bousculé non? Et si cet homme en question n'avait pas vraiment eu le rôle qu'on lui prêtait dans cette situation? Improbable, mais dans le fond, toutes les hypothèses devaient être analyser et c'était sans nul doute ce que faisait l'homme qui avait voulu payer Tor. Se remettant un peu mieux sur le tabouret, Tor comptait rester jusqu'au bout de la discution qui promettait de continuer de façon fort intéressante...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Torben Badenov
Prof de Magie Noire, Père et Fiancé
Prof de Magie Noire, Père et Fiancé
avatar

Nombre de messages : 955
Age : 27
Localisation : double compte de Voldy
clan : Mangemort, Garde du Ministre
Humeur : excellente, toujours ^^
Date d'inscription : 18/10/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
75/100  (75/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Triple Rencontre... [Syerra et Tor] (Terminé)   Mer 2 Avr - 14:36

Torben commençait proprement à s'impatienter devant l'attitude de Van Blaken. En même temps, il n'aurait pas aimé être à sa place. Déjà, comme il avait pu le remarquer, elle n'avait pas l'air de se sentir très bien la jeune nuisante, mais en plus elle avait comme un petit quelque chose dans son attitude qui faisait dire à Torben qu'elle avait genre une gueule de bois ou alors qu'elle ne se sentait pas bien. Elle avait le regard lourd et faisait des gestes lents, comme quelqu'un qui avait beaucoup bu la veille. Bon, d'accord, elle n'avait ni les cernes ni els yeux rougis, mais celà ne voulait rien dire. Après tout, s'il l'avait trouvée dans ce bar en train de boire un petit quelque chose n'était pas forcément anodin. De plus, elle ne semblait pas trop pressée de lui raconter les derniers évènements, elle savait après tout qui il était, elle avait pu le lire sur son dossier au Ministère ou bien sur une des nombreuses affiches de recherche.


Elle devait s'attendre à une confrontation musclée de sa part, voire même d'un enlèvement ou de la torture, mais après tout, il n'hésiterait pas une seule seconde si torben était sûr de pouvoir en retirer un quelconque avantage. Et puis, il n'était pas sûr que sa marche de toutes façons, et n'avait pas la tête à celà aujourd'hui, il n'était pas venu pour s'amuser, mais il ne rrechignerait pas à avoir quelques explications sur le fait qu'il était encore recherché. Non mais c'est vrai quoi! Il était sensé être au Ministère ou sur le terrain, à traquer les résistants et mettre fin à la menace qu'ils représentaient pour la société, tout en sachant sa Krystel bien en sécurité avec l'enfant qu'elle portait. Mais non. Il était là, dans un pub, devant continuer à se cacher et à changer constamment d'adresse, rusant de façon de plus en plus innovante pour ne pas tomber sur les espions des résistants ou bien les patrouilles du Ministère.


Syerra évitait son regard, ce qui faisait crisper Torben de colère. De un elle était une incapable et de deux elle n'assumait pas? Eh bien, ça promettait pour le Ministère! Nan mais quoi de plus simple que d'escorter une femme affaiblie par plusieurs jours de détention jusqu'à une cellule d'Azkaban! Même lui, complétement torché aurait réussit. Finalement, elle prit la parole d'un ton sec. Nan mais pour qui elle se prenait, c'était quand même pas sa faute à lui si elle avait échoué! Elle lui raconta tout, leur transplanage sur le chemin de traverse, le gamin qui les avait violemment bousculées, le fuite digne d'un film moldu de la demi vélane française... Diantre, Syerra avait vraiment pas fait preuve de professionnalisme:!


- C'est tout, vous allez me faire croire que vous, formée par le Ministère et Raybrandt, vous avez pu vous laisser berner de cette façon? Et bien entendu, vous n'avez pas sû suivre le trace du transplanage de Delacour je suppose? La situation est pire que ce que je pensais, vraiment! A cause de vous, vous avez une idée de ce que je vis, de ce que Krystel Raybrandt vis?


- Et vous, ne vous melez pas de cette histoire je vous pries, cette affaire ne concerne que le Ministère.
s'adressa t'il à Tor

_________________

Membre de la Garde Rapprochée de Lord Voldemort
Détaché à Poudlard en temps que Professeur de Magie Noire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Triple Rencontre... [Syerra et Tor] (Terminé)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Triple Rencontre... [Syerra et Tor] (Terminé)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Avis urgent : Echange Street triple 08
» En combien de temp l'avez vous terminé ?
» messages reçus en double ou triple ... y radote lapinou !
» essai speed triple
» Période d'essai terminée : Gray

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Renaissance du phénix :: Le Monde Magique :: Le Chemin de Traverse :: Le Chaudron Baveur-
Sauter vers: