AccueilAccueil  FAQFAQ  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Retour aux sources [Fe]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Leslie Brunet
Ancienne Gryffy de la Liberté
Ancienne Gryffy de la Liberté
avatar

Nombre de messages : 237
Age : 30
Localisation : En train de comploter contre le ministre...
clan : Godric bien entendu
Humeur : En colère
Date d'inscription : 22/01/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/0  (0/0)
Niveau magique:
8/20  (8/20)
Relations:

MessageSujet: Retour aux sources [Fe]   Dim 9 Mar - 3:36

‘Rejoints moi ce soir à 22h30 dans ton ancien foyer. Léo’



    Troublant et mystérieux ? Oui, c’est exact. Et depuis quand un serpentard écrivait pour donner un rendez-vous à une Poufsouffle, et en plus ex-gryffondor ? Surtout dans un lieu interdit, à une heure tardive alors que la semaine venait à peine de commencer ? Nous étions un lundi, un simple lundi comme tout les précédents et les prochains. Simple ? Banal ? Vous avez raison, je me trompe là. Alors, reprenons les choses dans l’ordre, pour que tous puisse bien comprendre…

    Cela remonte déjà à 8ans, et oui, 8ans. C’était à l’époque ou Leslie n’avait que 11ans, et venait d’entrer en première année à Poudlard. A sa grande surprise mais aussi joie, elle eut rejoints la maison des courageux, et des vifs, celle que la plupart des élèves rêvaient d’intégrer, celle des rouge et or, celle des Gryffondors. Bien entendu, depuis déjà des siècles auparavant, cette maison était la rival des serpentards, ne ses personnes sans cœur et trop stupides pour croire que seul la valeur du sang ne compte, et détermine les grands sorciers ou non… A cette age bas, la petite fille n’elle était n’avait jamais comprit tout ce que cela signifiait, trop insouciante…

    Quelques temps après, alors que sa scolarité venait d’être bien entamé, lors d’un cours de potion avec les verts et argents, elle avait fait la connaissance d’un certain Léo Bens… Bens, un nom qu’elle n’était pas prête d’oublier. Tout de suite, un climat de conflit, de confrontation se fit sentir entre eux. Ce fut sa première confrontation avec un de son espèce, avant elle était toujours accompagné d’un garçon de un an son aîné, qui veillait sur elle comme un grand frère. C’est lors de ce cours qu’elle comprit ce qu’était vraiment la guerre des maisons, la course aux points.

    Que c’était-il passé lors de ce fameux cours pour que cela ne déclanche un conflit qui durera des années ? Presque rien mais à la fois beaucoup de choses. Ma mémoire étant quelque peu défaillante, et donc je ne pourrait pas vous raconter tout en détail, mais en gros, le jeune homme, déjà bien prétentieux à cette époque, amusait sa galerie à insulter les ‘sang de bourbe’, a montrer combien il était bon à rien, quand ils n’arrivaient pas à répondre aux questions du professeur Severus Rogue. Cela l’avait exaspéré, au tel point qu’elle s’en était mêlée, n’écoutant que son courage…

    A partir de là, ce fut la guerre ouverte entre Léo et Leslie, pendant les cours, entre les cours, pendant leurs moments de libres ou ils se croisaient… Bref, tout le temps ils se sont envoyés maints sortilèges à la figure, pour finir par de simple mais tout aussi efficace réflexion en tout genre. Les seuls moments de répits, que la jeune Brunet eut pendant les années suivantes, fut quand elle se trouvait avec Vincent, ami de la famille, brillant étudiant de la maison, ayant une an de plus qu’elle. Jamais un serpentard n’aurait eu assez de courage pour se frotter à un élève plus âgé que lui, jamais…

    Vincent… Tant de chose du passé de la préfette en chef était liés à lui. Au début, il était son grand frère protecteur, qui la sortait des mauvaises passes, qui la conseillait, et la mettait en garde, qui la consolait quand elle allait pas bien, qui menaçaient les garçons qui s’approchaient trop prêt d’elle que s’ils la faisaient souffrir, ils auraient affaire à lui… Un grand frère, un sentiment d’amitié et de fraternité qui finit par se transformer petit à petit en amour. Et dire qu’ils ne s’en étaient rendus compte que lors de la 6ième année de la petite fille devenue femme… Et dire qu’ils ne se l’étaient avoués que trop tard pour pouvoir en profiter. E même temps, qui aurait pu croire que des événements tragiques allaient tout bouleverser ?

    Alors qu’elle venait de finir l’année de ses 16 printemps, et l’homme qui possédait son cœur venait de réussir avec brio ses examens, Lord Voldemort refit surface, et déclancha une guerre… Cette guerre, ce conflit, qui causa tant de tristesse, tant de désespoir, tant de mort. Bien entendu, en courageux gryffondor qu’il était, son ami de toujours était partie prêter main forte à l’ordre et tout les sorciers qui se rebellait contre le mage noir, malgré les supplications de la brune, à ne pas y aller. Mais rien n’aurait pu l’arrêter, mise à part la mort… C’est à cause de se combat que son monde s’écroula, au moment ou elle apprit qu’il avait rendu son dernier souffle…

    Tout cela pour vous dire, que l’on ne peut prédire ce qui peut arriver, qu’il n’y a pas un grand dessin tracé pour notre vie. La nouvelle jaune et noir en était la preuve vivante. Jamais elle n’aurait put imaginer un dixième des choses qui lui étaient arrivé, qu’elle allait être engagée par Severus Rogue, ce professeur qu’elle avait tant haï, et entraînait par ce dernier, pour redonner de l’espoir aux gens. Jamais elle n’aurait pu croire que sa maison allait disparaître, et que Poudlard ne serait plus dirigé par un homme bon. Jamais elle n’aurait pu croire perdre autant que proches, et devoir retourner dans une école de sorcellerie totalement changée, en tant qu’espionne…

    Et maintenant voilà qu’elle aimait, et sortait avec son rival de toujours. Qui l’eu crut ? ET que ce dernier lui déclare ses sentiments devant toute une assemblée de personne, lors du petit déjeuné de la veille ? Venant jusqu’à sa table, pour l’embrasser, et lui murmurer à l’oreille ce qu’il ressentait pour elle ? Qu’elle n’était plus la casse pied de Brunet qu’il ne pouvait supporter, même pas en peinture, mais une jeune femme avec qui il voulait être ? Comment ses sentiments étaient –ils né, de la part des deux jeunes gens ? Cela, elle l’ignorait totalement. Ca lui était tombé dessus sans qu’elle ne s’y attende, ni le veuille. Et même si au début elle avait essayé de faire comme s’ils n’existaient pas, elle avait fini par ce faire une raison que c’est ce qu’elle désirait. De nouveau un peu de bonheur dans sa vie de sorcière de 18 ans, alors qu’elle s’y était interdite.



‘Rejoints moi ce soir à 22h30 dans ton ancien foyer. Léo’



    Elle avait reçu ce mot, apporté par un hibou du château, au petit déjeuné, entre son jus de citrouille et son pain au chocolat. Elle fût étonnée sur le moment pour plusieurs raisons. La première était qu’il ne lui donne pas en main propre, et la deuxième c’est qu’il lui donnait rendez-vous dans un endroit interdit, et où aucun élève ne s’aventurait, à une heure tardive, comme s’il voulait que personne ne les voie. Voulait-il lui dire qu’il regrettait ses gestes et paroles de la veille ? Voulait-il que leur relation à peine entamé de se finisse déjà ? Voulait-il lui dire qu’il voulait qu’elle soit secrète ?

    Leslie n’en savait rien du tout, mais cela lui trotta dans la tête toute la journée. Elle s’était montrée distraite toute la journée, se prenant des réflexions par ces professeurs parce qu’elle n’était pas assez attentive, et avait même réussi à se prendre un devoir supplémentaire pour vous dire ! En plus de cela, il fallait rajouter que le fait que Ambroise lui fasse un peu beaucoup la tête à cause de ses paroles dites le dimanche matin la travaillée beaucoup. Cette dernière était une personne que la brune aux yeux bleus aimait vraiment, et la savoir en train de la bouder ne pouvait pas l’enchanter, bien au contraire…

    Son lundi fût un de ces pires jours, même plus que la fois au Léo lui avait envoyé de la nourriture en pleine face quand elle lui avait dit d’aller se faire voir, et que McGonagall qui était passé par là, les avait obligé à vider des tonneaux remplis de limaces visqueuses, et à les nettoyer ensuite avec le l’huile de coude et une brosse à dent. La quatrième année qu’elle fut en était ressorti dans un mauvais état, et avait faillit plus d’une fois vomir tout son repas de la journée, tandis qu’elle devait aider Léo une fois qu’elle avait eut fini, pour aller plus vite et pouvoir prendre une bonne douche.

    Et oui, sa journée avait pire que ça… En plus d’être tracassée, elle avait du ignorer toutes les messes basses à son passage, ne pas faire attention à tout les ricanements des élèves derrière son dos, ses hypocrites pas capable d’assumer leurs dires en face de la préfette en chef, de peur d’être collé ou d’avoir des points des points en moins. Les gens de nos jours, ils ne savent plus ce que le mot courage et nettement veulent dire. Se fut donc avec un grand soulagement que ce lundi maudit prit fin. Fatiguée et lassée par ce dernier, elle n’avait pas prit la peine de dîné, voulant éviter le plus possible le contact des autres.

    La belle brune avait prit la direction de la salle commune de sa nouvelle maison, la savant vide à cette heure-ci. Elle y avait laissé ses affaires scolaires, ne gardant que sa baguette comme à son habitude. Prenant le temps de prendre une bonne douche, cela lui fit un bien fou, même si elle n’y resta qu’une dizaine de minute, avant de regagner sa chambre, et travailler ses cours, le temps que l’horloge sonne 21 coups, annonçant le début de sa ronde. Elle put ainsi travailler 2 bonnes heures, avant de partir faire sa garde habituelle du soir.

    Ce fut comme si l’anguille de sa montre magique s’était arrêter de tourner, et comme si le moment qui la séparer de son rendez-vous à celui actuel n’allait jamais se raccourcir pour finir par ne faire qu’un. Toute cette attente, elle en avait marre. Elle essayait sans succès de se changer les idées, et du coup, elle se rendit 45 minutes à l’avance dans son ancien foyer, celui de la tour des gryffondor bien sûre. Lasse de faire les cents pas, Leslie finit par s’asseoir contre un mur, pour s’endormir, sans même s’en compte, rêvant tout bonnement que le jeune homme lui avait posé un lapin, pour lui signifier que ce qu’il avait dit la veille n’était qu’une de ses ruses pour l’atteindre, et qu’il n’était pas sincère.

    Se fût en sursaut qu’elle se réveilla, entendant des bruits de pas approcher d’elle. Instinctivement, la préfette en chef avait sorti sa baguette, pour finir par la ranger en reconnaissant le jeune homme devant elle. Se levant, elle passa sa main dans ces cheveux, comme pour les remettre en place, s’avançant vers lui. Le brune ne savait pas trop ce qu’il allait lui dire, le but de ce rendez-vous, mais la tête un peu de la pâté, et contente de voir la personne pour qui battait son cœur, elle se blottie contre lui, ayant besoin de cette chaleur humaine apaisante et non hostile. Il n’en fallait pas plus pour la revigorer. Au bout de quelques minutes, elle s’écarta de lui, reprenant ses esprits, quittant ses bras, pour lui demander, ses yeux azurs plongeaient dans les siens. Sa voix était peu sûre, et toute petite.



    - Léo…. Pourquoi m’as-tu donnée rendez-vous ici, à cette heure–ci, et par hiboux ? Regretterais-tu déjà tes paroles de hier ? As-tu honte d’être vu en ma présence ? Pourtant après ce qui s’est passé dimanche…

_________________
Sadeness

Tu m'as trahi... Tu m'as menti... C'est fini... Adieu mon Serpy...

Merci Sevychou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léo Bens
Elève Serpentard
Elève Serpentard
avatar

Nombre de messages : 268
Age : 25
Localisation : Au château pardis !
clan : Les méchants xD
Humeur : Sarcastique
Date d'inscription : 09/11/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
0/0  (0/0)
Niveau magique:
7/20  (7/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Retour aux sources [Fe]   Mer 18 Juin - 14:30

    -Qu’est-ce que tu fais ?
    -Dégages j’écris !
    -Ohoho, mais à qui donc ?
    -Blaise, je t’ai dit de partir…laisse moi seul tu veux ?
    -T’es chiant comme mec Léo…avec tous tes trucs que tu caches là…
    -Oui, oui allez du vent

    Léo regarda derrière lui, pour vérifier, si son ami était vraiment parti. Il ne voulait pas que cette andouille voit ce qu’il était entrain de coqueter, assis à l’une des nombreuses tables qui se trouvaient dans la salle commune des Verts & Argents. Le jeune homme poursuivit donc son petit mot, reprenant en main sa délicate plume d’Hippogriffe. Il finit les deux derniers mots, essayant d’écrire lisiblement pour qu’elle arrive tout de même à déchiffrer ceci. Content de lui, il prit le morceau de parchemin qu’il enroula pour pouvoir l’accrocher à une patte de son hibou.

    -Allez ! Va lui remettre ça…Ne te trompes pas de personnes sinon je te prive de graines pendant une semaine sale volatile !

    Léo le laissa s’envoler, voyant qu’apparemment l’oiseau avait parfaitement interprété le sens du mot : prive et graine. Le Serpentard avait à présent toute une après-midi à tuer en attendant le soir, 22h30 où il avait donné rendez-vous à Leslie. Le blondinet s’occupa donc comme il le put, traînant dans les couloirs à la recherche de petits élèves sur qui il pourrait faire passer son impatience. Malheureusement, il n’en trouva pas des convenables…Ils devaient tous savoir que Léo n’était pas du genre gentil comme Serpentard.

    -Bon…encore 15 min…et rien à faire dans ce château !

    A force de tourner en rond comme un serpent en cage, Léo commençait sérieusement à perde patience, ne sachant plus comment s’occuper. Il aurait pu faire un petit tour dehors, allé dans Pré-au-lard pour agrandir sa réserve de bonbons, mais l’envie n’y était pas. Le jeune blond aux yeux bleus décida donc de se rendre au lieu auquel il avait demandé à Leslie de le rejoindre. Sur le chemin, il pria Merlin que son hibou soit allé donner le mot à la bonne personne, ne voulant pas se retrouver seul avec une élève de Serdaigle ou Poufsouffle chiante et ennuyante…Montant marches après marches, il fut enfin arriver au bon étage…celui de l’ancienne Tour des Gryffondores. L’endroit lui paressa lugubre, sans vie et sans aucun bruit qui ne venait troubler cette noirceur des lieux. Rien n’éclairait le couloir…Seul la lumière que produisait la Lune venait par endroit produire un mince filet de lumière blanche.

    Léo marcha prudemment, veillant à se que personne ne le suive où que quelqu’un s’amuse à lui jouer un mauvais tour. Etant maintenant dans l’ancien antre des Rouges & Ors, Léo regarda autour de lui en essayant de voir Leslie. Il retrouva cette dernière debout, occupée à se remettre ses mèches de cheveux en place. Il n’eut même pas le temps de lui dire quoique se soit qu’elle vint déjà se blottir contre son torse. Face à cet élan de tendresse et d’amour, Léo referma ses bras contre elle, profitant en même temps pleinement de sa présence chaude et douce contre lui.

    - Léo…. Pourquoi m’as-tu donnée rendez-vous ici, à cette heure–ci, et par hiboux ? Regretterais-tu déjà tes paroles de hier ? As-tu honte d’être vu en ma présence ? Pourtant après ce qui s’est passé dimanche…

    Et voilà qu’elle s’écartait de lui pour lui dire ceci. D’une voix mal assurée et avec une moue attendrissante d’enfant, Leslie lui posa ces questions. Pendant un moment, Léo se demanda pourquoi elle le questionnait sur ça…pourquoi la laisserait-il déjà ? Un léger sourire amusé apparut sur ses fines lèvres, posant son regard bleu gris sur elle.

    -Je ne regrette rien Leslie. Et je n’ai pas honte…mais c’est juste que ça créé…enfin t’as bien vu ? Un Serpentard & une Poufsouffle ensemble, ce n’est pas commun…

    Maladroit comme il l’était en présence d’une fille pour qui il éprouvait des sentiments, Léo s’embrouillait comme pas possible. Voyant qu’il s’était enfoncé, il essaya de s’expliquer autrement. Il ne voulait pas que Leslie, celle qu’il aimait, interprète mal les choses. Ses yeux bleus se firent plus tendre, plus doux et sa voix plus mélodieuse.

    -Ce que je veux dire, c’est qu’on risque d’être mal vu…le regard des autres pourraient être pesant à force. J’ai envie d’être avec toi Leslie, mais je ne veux pas que tu subisses des remarques déplacées à cause de moi…à cause de ce que je suis…

    Le jeune homme parla de moins en moins fort, baissant même la tête. Léo savait bien qu’eux deux était une chose possible mais difficile. Il ne voulait pas non plus rester avec elle si Leslie ne se plaisait pas et ne pouvait pas supporter les remarques de certains. Il releva la tête, prit les mains de la jeune brune dans les siennes.

    -Je voulais juste savoir si tu étais bien certaine…sûre de toi Leslie. Je ne suis pas des plus agréables comme compagnie, je te l’accorde, mais je pense que tu ne sais pas dans quoi tu t’engages…

    Léo s’approcha et déposa délicatement un baiser sur le front de sa belle Poufsouffle. Il se recula et lâcha ses deux mains frêles, pour s’écarter. Il marchait maintenant dans la pièce, faisant les cent pas tout en réfléchissant. Il regrettait maintenant de s’être attaché à une fille. Il n’aurait pas du, en plus une autre que sa maison. Rien de plus compliqué ! L’époque où il jouait les méchants pour ne pas tomber amoureux lui sembla bien loin…Quelle andouille il avait fait de jouer avec les sentiments, le voilà lui-même maintenant qui s’éprit pour Leslie. Il n’aurait pas du se rapprocher d’elle…il n’aurait pas du faire d’exceptions avec Leslie. Tout ceci aurait été beaucoup plus simple s’il avait gardé ses distances…

    Mais voilà, il ne voulait maintenant plus s’écarter de la Belle Brune ! Il s’arrêta, puis regarda Leslie droit dans les yeux. La vérité le frappait en pleine figure et il ne pourrait rien changer :


    -Je t’aime Leslie…j’ai beau essayer de trouver quelque chose pour nous…mais je n’arriverai pas à me séparer de ta présence…je ne peux pas…

    Léo, naturel et sincère, regardait toujours les deux yeux brillants de Leslie, attendant ce qu’elle allait répondre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leslie Brunet
Ancienne Gryffy de la Liberté
Ancienne Gryffy de la Liberté
avatar

Nombre de messages : 237
Age : 30
Localisation : En train de comploter contre le ministre...
clan : Godric bien entendu
Humeur : En colère
Date d'inscription : 22/01/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/0  (0/0)
Niveau magique:
8/20  (8/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Retour aux sources [Fe]   Mar 24 Juin - 17:34

    Leslie était un peu soulagée de voir que Léo était venu. D’ailleurs, en jetant un coup d’œil à sa montre, elle s’aperçut qu’il était en avance. Lui aussi avait du tourner en rond des heures, attendant avec impatience de se rendre dans la tour des gryffondor. Cette dernière était tellement méconnaissable. D’ordinaire si accueillante, si agréable et chaleureuse, elle avait laissé place à un champ de ruine, ou plus rien n’était présent à l’intérieur. Le tableau de la grosse dame avait disparu, laissant le passage de l’entrée libre à tous. Bien entendu, le lieu était interdit à tous, mais cela n’empêcher pas les élèves de s’y rendre. Soit par nostalgie du bon vieux temps, soit pour se délecter de cette vision, admirant la nouvelle directrice pour ses décisions si judicieuses.

    Mais ce n’était pour aucune de ses deux raisons que la préfette était présente. Ce lieu… D’ordinaire, elle le fuyait. Trop de souvenirs si trouvaient. Cela lui rappelait de trop douloureuses choses. Et plus particulièrement, sa mort à lui. Jamais elle ne pourrait l’oublier. Comment y arriver de toute façon ? Certes, maintenant, elle avait tourné la page. Elle avait laissé son cœur vivre pleinement de nouveau. Ce dernier avait d’ailleurs choisi une personne des plus surprenante, du doux nom de Léo Bens, Serpentard jusqu’au bout. Mais quoi qu’il pouvait y arriver, jamais elle ne pourrait l’oublier… Jamais…

    Elle n’aimait pas se trouvait ici. Elle se sentait trop mal à l’aise. D’ailleurs la chef des Godrics se demandaient comment elle avait fait pour s’y endormir. L’atmosphère était si oppressante pour elle. Surtout maintenant que son petit copain était là. Oui, elle était contente d’être avec lui, de pouvoir se blottir dans ses bras, de le sentir contre elle. Mais en même temps, elle avait l’impression de le trahir, lui. Essayant de se chasser ce sentiment de culpabilité, elle profita de l’étreinte que lui offrait tendrement le jeune homme. Elle savait qu’il allait lui parler d’un sujet délicat, sinon il ne lui aurait pas donné rendez-vous aussi tard, dans un lieu si isolé, loin du regard des autres…

    La réponse arriva malheureusement trop vite. Quittant délicatement les bras du vert et argent, ce dernier lui répondit alors, un petit sourire aux lèvres. Cela eut l’effet de réconforter Leslie. Cette dernière avait l’impression d’être une petite fille, ne savant pas trop ou se situer. Elle avait peur. Peur de s’être trompée… Peur d’avoir été trompée… Peur qu’en fait, celui qu’elle avait fini par aimer, son parfait opposé, revienne sur ses paroles, et ne veuille plus d’elle. Elle était attachée à lui, même si cela ne faisait que quelques jours qu’ils étaient ensembles.
    Ainsi donc, ce qui dérangeait Léo, c’était qu’il était lui, dans la maison de Salazar, et elle dans celle des pouffy. Encore et toujours une question de maison. Tout était basé sur cela à Poudlard à présent. Un vert qui fréquentait une noir et jaune, anciennement gryffondor, cela était très mal vu. Mais au diable tous les préjugés, tous les idéaux. Leslie n’en avait que faire. Oui, ils étaient différents. Oui, ils étaient le contraire l’un de l’autre. Et alors ? Depuis quand cela était tous ce qui comptait ? Depuis quand cela était-il le plus important ?

    Il continua, comme pour essayer de rattraper sa maladresse. Son regard se fit tendre, et vint se loger dans celui de la jeune sorcière. Ra, qu’il était trop craquant. Nan, ce n’était pas le moment de penser à cela. Ils avaient d’autres choses à régler. N’empêche, elle ne pouvait s’empêcher de le contempler. Il lui dit alors que leur couple serait mal vu. Il craignait qu’elle ne supporte pas le regard des autres, et qu’elle soit la proie de remarques désobligeantes ou autres, à cause de lui. Le regardant amoureusement, la préfette en chef lui fit un signe de négation de la tête. Posant un de ses doigts sur l’appétissante bouche du jeune homme, elle lui répondit :



    - Chut Léo s’il te plait. Je m’en fiche des autres. Ils peuvent penser ce qu’ils veulent, cela ne m’importe guère. Tu sais, j’ai en quelque sorte l’habitude d’être traitée comme une pestiférée. N’oublie pas que je suis une ancienne gryffondor. D’ailleurs, si tu n’as pas la mémoire courte, c’était toi qui me laissait des piques, il n’y a pas si longtemps que cela…




    Elle s’arrêtât un instant pour lui sourire, lui montrant ainsi que cela n’était en aucun cas un reproche, mais juste un exemple.



    -Tu vois, cela ne m’importe que trop peu. Je suis plus forte que tu penses le croire tu sais. J’ai connu pire que d’être le bouc émissaire…



    Connu pire, cela était certain. Son regard se voila quand elle dit cela. Une nouvelle fois, elle repensa à lui. Serait-elle toujours tourmentée par ce dernier ? Oui. Ou alors, il lui faudrait beaucoup de temps pour ne plus l’être. Sa perte était trop grande, et encore trop présente dans son esprit. Elle n’arrivait pas à ne plus penser à lui. A chaque fois, quelque chose rappelait à la rebelle ses souvenirs si douloureux.

    Elle sortit de ses pensées, voyant le visage si triste de Léo, qui avait baissé la tête, comme par honte, ou elle ne savait pas trop quoi. Cela l’inquiété de le voir ainsi. C’était la première fois d’ailleurs que ça arrivait. A chaque fois qu’ils s’étaient vus, il était sûr de lui, fier, orgueilleux et je vous en passe. Et pourtant, c’était de lui dont elle était tombée amoureuse… Prenant les mains de la jeune femme, il lui demanda alors si elle était sûre d’elle, si elle était sûre de vouloir être avec lui, qu’elle ne savait pas dans quoi elle s’engageait en sortant avec lui.


    La poufsouffle ne sut pas trop comment elle devait le prendre. Etait-ce un moyen détourné du salazar pour lui dire qu’ils ne devraient pas être ensemble ? Essayait-il qu’elle arrête tout de suite leur relation, parce qu’il n’avait pas le courage de le faire lui-même ? Ou au contraire, essayait-il de la mettre en garde, de la prévenir, de la protéger ? Là, elle était complètement perdue. C’est pour cela qu’elle préféra se taire, et ne rien dire, d’attendre la suite… De voir ce qu’il allait lui dire. S’approchant d’elle, il lui déposa un baiser sur le front ?!? Hein ?


    Pour la première fois depuis longtemps, Leslie avait peur. Elle se demandait bien comment elle pourrait faire, s’il la laissait tomber. Elle relèvera la tête oui. Elle ferait comme si de rien n’était, sûrement. Mais intérieurement, elle cacherait une grande peine, un cœur de nouveau blessé, et aurait du mal à s’en remettre. Mais mieux valait qu’elle le sache maintenant que plus tard, une fois complètement accros à lui. S’écartant d’elle, il lâcha ses mains et se mit à marcher dans la pièce. S’arrêtant soudain de réfléchir à on ne sait pas quoi, il lui dit alors…


    ??!?!! C’était à ne plus rien comprendre. Il y avait à peine quelque seconde, il agissait comme s’il voulait rompre avec elle, et maintenant il lui disait droit des yeux, sincèrement qu’il l’aimait. Que pensait de tout cela. La chef des Godrics était complètement perdue. Qu’attendait-il d’elle ? Que voulait-il qu’elle fasse ? Et que signifiait vraiment sa phrase ‘j’ai beau essayer de trouver quelque chose pour nous mais’.


    - Attends Léo, tu essayes de me dire quoi au juste là ? Tu es en train de me dire que le fait que l’on soit différent l’un de l’autre soit un problème ? Ne penses-tu pas que c’est parce que nous sommes des ‘opposés’ que nous désirons l’autre ? Maintenant, si tu ne veux pas d’une relation compliquée, dis le moi tout de suite. Je tiens à toi. Plus que je n’aurais pu le penser. Je suis prête à me lancer, à m’invertir dans quelque chose avec toi. Mais tout, en es-tu prêt ? Saches que je ne te demande pas de changer… Je t’aime comme tu es tu sais… Je te demande juste d’être franc avec moi…




    Le rapprochant de lui, elle déposa un court baiser sur ses lèvres, tenant entre ses mains son visage. Puis s’écartant un peu, elle le regarda, pour finir par dire :



    - C’est à toi de voir ce que tu souhaites vraiment… Si tu ne te sens pas capable d’affronter le regard des autres… Si tu ne peux pas ‘nous’ assumer… Je comprendrais

_________________
Sadeness

Tu m'as trahi... Tu m'as menti... C'est fini... Adieu mon Serpy...

Merci Sevychou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Retour aux sources [Fe]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Retour aux sources [Fe]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Retour aux sources [Récit]
» [Lumière Aveugle] Séjour à l'Alhambra, retour aux sources
» Ludadide, retour aux sources.
» Retour aux sources
» [Zebula] Retour aux sources ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Renaissance du phénix :: Poudlard :: Les Lieux Interdits :: L'ancienne Tour des Gryffondors-
Sauter vers: