AccueilAccueil  FAQFAQ  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un dîner, c'est bon pour le moral [PV Syerra]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 28
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Un dîner, c'est bon pour le moral [PV Syerra]   Mer 9 Avr - 17:25

15h30, Tor de retour des courses, des sachets dans ses mains. Improvisation d'équilibriste devant la porte pour tenir tous les sachets à une main, tout en réussissant à attraper les clefs et ouvrir la porte sans tout renverser. Un vrai numéro de comique. Après un bref combat contre un rebelle sachet et une porte un peu trop dur à ouvrir, Tor parvint à pénétrer dans son antre. Tout droit, la cuisine, direction rêvée mais pourquoi les portes avaient-elles toujours tant de mal à s'ouvrir quand on avait des choses dans les bras? Finalement, Tor réussit à entrer dans la cuisine, l'endroit certainement le mieux rangé dans une maison déjà entièrement rangée. Tor avait souvent voyagé dans le monde moldu aussi sa maison débordait-elle d'objet moldu. Parmi les curiosités trouvées par Tor, ces aimants à fixer au mur pour ranger les couteaux de cuisine. Terriblement pratique, cela évitait de fouiller dans 150 placards. Il avait dû être sacrément courageux pour avoir refaites toute la maison, il se demandait encore pourquoi il s'était donné tant de mal, mais finalement la réponse était évidente, il avait décidé de rester à un endroit, il ne pouvait rester indéfiniment dans un hôtel. La maison familiale avait besoin d'un peu de peinture et d'huile de coude pour reparaitre comme avant. Mais il était temps de préparer le repas et pas forcément dans l'ordre puisque Tor commença par préparer le dessert, celui-ci ayant besoin de rester un certain temps au frais. Mais une chose manquait, quelque chose comme un fond pour travailler, de la musique. Direction le salon, allumage du lecteur de vinyle, choix rapide du vinyle en question Iron Butterfly. Environ 45 minutes plus tard, tout semblait prêt sauf l'entrée, Tor avait un problème de choix de ce côté là. Plutôt classique ou moins habituel? Enfin les deux surprendraient, mais finalement il opta pour ce qui semblait plus classique. Il fallut encore 15 minutes à Tor pour finir l'entrée.

16h45 tout était dans le frigo, ne resterait qu'a penser à enfourner le plat pendant l'entrée. Tout? Non, il manquait le vin, descente dans la cave, passage rapide devant l'établi, cave à vin comme il se devait, bien rempli mais que des vins dont Tor était sûr. Bien alors, le choix, supposant le repas prévu, une bouteille de Riesling et une de champagne, le tout au frigo histoire de se rafraichir. Petite réflexion dans la cuisine, et pour l'apéro je prévois quoi? Coup d'oeil autour de lui, pas besoin de stresser, il savait. Petit sourire satisfait, tout était prêt.

17h00 tout? Non pas la table. Le jeune homme prit sa baguette, et puis zut, il pouvait encore le faire sans magie non? Il attrapa une nappe blanche qu'il installa sur la table. Un verre à vin blanc, un verre à haut, des couverts pour l'entrée, pour le plat, la petite cuillère du dessert, des serviettes en coton pliées en forme de haut de smoking, spécialité maison. Bon tout était bon maintenant. Ascension des escaliers, direction sa chambre, ouverture de l'armoire, choix très rapide du pantalon, il n'y avait que des jeans, exception faites d'un pantalon de smoking. Conséquence direct de ces choix énormes, il attrapa un jean gris-noir. Choix du haut, chemise de mise, choix plus délicat, il y en avait un bon nombre, rapidement écarté, les chemises hawaïennes pas vraiment de circonstance. Chemise noir après réflexion.

19h15 douché, habillé, rasé, parfumé Tor était assis dans le canapé, regardant cette intriguante invention moldue que la télé. Un film sur DVD que Tor connaissait déjà par coeur, mais qu'il avait mis parce qu'il était le premier à lui être tombé sous la main. A l'écran, Stuntman Mike profitait d'un moment privilégié avec Butterfly, qui elle même devait de passer ce moment à Jungle Julia. Un film sympa, enfin pour tuer le temps en attendant que n'arrive son invité...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syerra Van Blaken
Mangemort
 Mangemort
avatar

Nombre de messages : 265
Age : 25
Localisation : L'endroit n'a aucune importance, seuls les actes comptent
clan : Les ténèbres
Humeur : Indescriptible
Date d'inscription : 23/11/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
25/100  (25/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un dîner, c'est bon pour le moral [PV Syerra]   Jeu 10 Avr - 4:33

Une invitation pour dîner? Seule l’idée provoquait un drôle d’effet sur la jeune femme. Les dernières invitations n’avaient jamais été très convaincantes et encore moins plaisante. En espérant que celle-ci soit différente des précédentes. Enfin, Syerra dut rentrer en trombe chez elle, nourrir le vieux matou qui avait encore pointé son nez chez elle. Pour commencer, la nuisante avait prit une douche, lavé consciencieusement ses cheveux bouclés etc… Par la suite, le moment le plus difficile : choisir la tenue. Elle avait pensé à une jolie petite robe noire. Enfin c’était noir, quoi. Pas grand changement. Mais qu’est-ce qu’elle racontait, c’était un dîner alors une robe noire, plus jolie que d’habitude évidemment, serait parfaitement de mise. Elle opta donc pour cette robe qui lui arrivait un peu au dessus des genoux et qui mettait en évidence les courbes de la sorcière. Bon, voilà une chose de régler. Les cheveux maintenant. L’Auror décida de les garder détachés, bouclés, les laissant descendre le long de son dos. Bref, les préparatifs ne s’annonçaient pas aussi éprouvants qu’elle ne le pensait. Quant au maquillage, elle décida d’appliquer un trait d’eyeliner sur chaque paupière et un peu de mascara, sans plus. Ce n’était pas le moment de se beurrer le visage comme les enfants le faisaient pour Halloween, nan ce n’était pas la journée désignée.

Une fois le tout terminé, Syerra échangea son long manteau habituel pour un plus court, elle verrouilla les fenêtres, la porte d’entrée, prenant le soin de laisser son compagnon félin à l’intérieur. Par un froid pareil, il pourrait bien mourir geler. Bon, une fois assuré que tout était en ordre, la nuisante quitta finalement son domicile, jeta un dernier regard à la fenêtre pour apercevoir le sombre matou qui l’observait d’un regard distrait, puis elle tourna dos à la maison se dirigeant chez son hôte. Fort heureusement, elle n’aurait pas à transplaner, puisque le cuisinier vivait non loin de chez elle. Hasard fort agréable, surtout que la soirée s’annonçait froide.

La jeune femme n’eut pas à marcher longtemps, car elle vit bien rapidement la maison de Tor. Hum, charmante demeure. Syerra approcha lentement de la bâtisse, prenant le soin d’observer les alentours. L’emplacement était bien choisit, bien à l’écart. En fait, l’endroit lui rappelait sa maison, recluse de Pré-Au-Lard. La sorcière arriva sur le porche, approcha sa main et frappa doucement.

*Hum…est-ce que je suis en avance…ou en retard? Et en plus, il a fallu que j’oubli ma montre chez moi…trop précipitée, encore! Bon, j’espère que je n’en ai pas fait trop avec la robe et tout…Haa et puis ça ne me ressemble pas de me préoccuper de ce genre de truc! Allons bon, reprend-toi, ça va bien aller, c’est un dîner, rien d’autre. C’est plaisant et tu passeras une belle soirée.*

Attendant que le cuisinier vienne ouvrir la porte, Syerra observa derrière elle. Vieux réflexe. Elle avait constamment l’impression de se sentir épié. Ce n’était qu’une simple impression, évidemment. Puis elle reporta son regard sur l’entrée. La sorcière joint ses mains, recula un peu et attendit patiemment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 28
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un dîner, c'est bon pour le moral [PV Syerra]   Jeu 10 Avr - 10:39

Petite pointe de stress. Tor se leva du canapé, éteignant la télévision, il en profita pour regarder si tout était prêt, la table était soigneusement arrangée, lui même semblait prêt. Il se rendit dans la cuisine immaculée, ouvrant le frigo il vérifia tout ce qui s'y trouvait. Tout était prêt. Il se saisit du plat à enfourner et le plaça dans le four. Sans pour autant allumer, juste parce qu'il serait capable d'oublier de l'enfourner sans le moindre problème. Il n'était pas particulièrement gaffeur, mais distrait par moment. Tor avait remis en route la platine vinyle, les vinyles défilaient aléatoirement. Tor s'adossa contre un meuble de la cuisine. Un thème qu'il connaissait s'engagea. Le stress se diminua comme il chantonnait tout en réfléchissant à la soirée qui venait et à la journée qu'il avait passé. La chanson était finie, Tor s'était dirigé vers la patine, cherchant un vinyle en particulier. Parmi les AC/DC et autres Scorpions et Doors, le jeune homme trouva Bob Dylan et finalement le vinyle qu'il cherchait, Ennio Morricone et son très connu Chi Mai. Il allait le mettre sur la platine quand on toqua à la porte. On? Non quand Syerra toqua à la porte, enfin c'est ainsi qu'en conclut Tor puisqu'il n'attendait personne d'autre, et qu'il supposait que personne d'autre ne comptait s'inviter. Traversant salle à manger et salon, il se retrouva dans le couloir de l'entrée. Il ouvrit la porte le sourire aux lèvres et invita la jeune femme à entrer.
Il la débarrassa de sa veste et lui fit découvrir la maison. L'invitant d'abord à l'étage où se trouvait les chambres. Trois chambres se côtoyaient, en premier la chambre de Tor où se trouvait un lit deux places une étagère et des objets moldus, comme partout dans la maison, il posa le manteau de la jeune femme sur son lit. Les deux autres chambres étaient les chambres d'ami autrefois celles de ses parents et son frère. Sans l'y emmener, il signala à la nuisante une pièce au dessus qui lui servait de bureau et où se trouvait un lit de camp sur lequel il dormait souvent quand il était trop fatigué pour descendre où juste qu'il voulait faire une petite sieste. Redescendant au rez-de-chaussé, il désigna l'escalier pour la cave. Il n'y emmena pas non plus la nuisante, il y faisait pas vraiment chaud et il n'y avait rien d'intéressant sinon ce que Tor lui signala, à savoir la cave à vin, une voiture, une moto et un établi. Dingue certainement de voir tant d'objet moldu d'autant que Tor emmena Syerra dans le salon où se serrait les objets moldus. Certainement le cuisinier avait-il trop longtemps été en compagnie des moldus. En tout cas il y avait dans le salon un canapé qui faisait face à une table basse en verre et plus loin une télévision avec tout ce qui aurait pu se trouver en équipement chez un moldu. Contre le mur du salon, une étagère où l'on pouvait trouver un incalculable nombre de films, bons et moins bon. Le salon communiquait directement avec la salle à manger. Une table en bois ovale, un meuble pour la vaisselle des "grandes occasions", un bananier dans le coin gauche de la pièce, une porte dans le coin droit. La porte donnait droit sur la cuisine. Royaume de Tor.


- Ca y est vous connaissez mon petit chez-moi. C'est une maison assez grande, enfin j'ai pas à m'y plaindre, je l'ai faites ainsi que je voulais la faire puisque je suis encore le seul de ma famille à y résider.Un chaton noir avec une tache blanche sous le museau sauta sur le canapé pour s'installer sur les genoux de Tor. Ah oui, je partage ma vie avec ce chaton depuis quelque temps. Il est gentil mais un peu idiot. Et là on a envahie son territoire. Il ne vient pas dans la cuisine en échange le canapé est son territoire sauf quand il y a des invités. Tor sourit tout en regardant la nuisante. Vous savez vous étiez jolie dans le bar tout à l'heure, mais là, habillé ainsi dans cette robe, vous êtes remarquablement jolie. Enfin j'en oublie mes bonnes manières, la petite boule noire s'appelle Vega. Et maintenant je vais faire un tour de magie dans cette discution en changeant complètement de sujet, que voulez-vous boire?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syerra Van Blaken
Mangemort
 Mangemort
avatar

Nombre de messages : 265
Age : 25
Localisation : L'endroit n'a aucune importance, seuls les actes comptent
clan : Les ténèbres
Humeur : Indescriptible
Date d'inscription : 23/11/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
25/100  (25/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un dîner, c'est bon pour le moral [PV Syerra]   Ven 11 Avr - 2:27

Syerra arriva finalement chez Tor. Elle frappa doucement sur la porte et il vint l’accueillir quelques secondes plus tard. Il la débarrassa de son manteau puis commença par lui faire visiter la maison. C’était beau, comme logis, assez moderne. La sorcière aimait bien l’endroit. Tor alla déposer la veste de la nuisante, puis il lui indiqua les autres pièces de la maison, sans y aller. Donc la demeure semblait être assez spacieuse. Ils retournèrent dans le salon, là se trouvait plusieurs objets moldus. L’Auror put en reconnaître quelques-uns, notamment la télévision. Sa tante en avait une, du temps où elle avait le malheur de vivre avec elle. Cela dit, c’était étrange pour la jeune femme de revoir un tel appareil. Au pensionnat, ça lui avait manqué, mais bien rapidement elle s’était rendu compte qu’elle pouvait facilement se trouver d’autres occupations que de rester à croupir devant un écran.

-Vous avez un très beau logis, ça semble agréable comme endroit. C’est un tout autre style que mon chez-moi. Et puis j’ai remarque votre télévision. Ça faisait un bail que je n’en avais pas vu. Disons qu’à force de ne pas avoir à m’en servir je me suis trouver maintes autres occupations, malgré que cette une petite technologie fort appréciable en moment d’ennui. Toutefois, j’ai pour mon dire que rien ne vaut un bon livre. Enfin, dans une aussi grande maison, vous devez parfois vous sentir seul, non?

Un petit sourire aux lèvres, Syerra regarda d’un œil attentif les alentours. La situation lui rappelait la sienne. Une grande demeure, mais au combien elle pouvait se sentir seule, par moment. Heureusement que le vieux matou venait lui rendre visite, la plupart des soirées. Parlant de chats, un petit chaton vint sauter sur le canapé, observant les deux individus curieusement. Tor présenta le petit comme étant gentil mais un peu idiot. À ces paroles, la sorcière eut un petit rire. Le cuisinier dit que le chaton se nommait Vega. L’Auror se pencha un peu, afin de pouvoir caresser l’adorable félin. Il était tout noir, à l’exception d’une tache blanche sous le museau. Syerra gratta le cou de Vega et dit à Tor

-C’est étrange! Moi aussi j’ai un chat, noir. Enfin, il vient me rendre visite quasiment tous les soirs et reste à dormir la plupart du temps. C’est bête, mais je me suis attaché à lui. Je devrais peut-être songer à lui donner un nom, car je ne fais que l’appeler ‘’minet’’…hum, je ne pense pas qu’il serait content que je l’affuble d’une quelconque appellation. Et bien, c’est un mignon chaton que vous avez, Tor.

Ainsi, la jeune femme continua de caresser la petite boule noire, quant le cuisinier lui fit une remarque sur ce qu’elle portait. Il mentionna aussi qu’elle était jolie, au pub, tout à l’heure. Le compliment fit sourire de plus belle la nuisante, qui lui renvoya la pareille.

-Merci beaucoup, c’est gentil. Je dois vous avouer que vous avez fière allure, vêtu de noir. Habituellement, c’est une couleur que je vois énormément au Ministère, que sur des gens à l’aspect sévère, mais j’aime bien lorsque quelqu’un la porte de façon élégante.

Dit-elle, observant le visage de son interlocuteur. Celui-ci lui demande ce qu’elle voulait boire, disons qu’elle ne savait pas trop que répondre… C’était bizarre pour la jeune femme de se retrouver ici, mais elle ne se sentait pas mal-à-l’aise, même qu’elle s’y plaisait bien. Enfin, il fallait dire que la personne avec qui elle partageait la soirée faisait une grande différence quant aux lieux et à l’atmosphère. Tor semblait être quelqu’un de bien, et Syerra avait du mal à s’avouer ceci : elle appréciait sa compagnie.

-Hum, je ne sais pas tellement…qu'avez-vous à me proposer?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 28
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un dîner, c'est bon pour le moral [PV Syerra]   Ven 11 Avr - 18:17

Tor s'était contenté d'acquiescer aux différentes questions et remarques de la demoiselle. Il était évidemment heureux qu'elle soit venu et il était également très content qu'elle lui parle aussi aisément. Pas toujours facile lorsque c'est la première fois que vous êtes face à une personne que vous ne connaissez pas vraiment. En tout la jeune femme semblait elle aussi heureuse d'être ici, et comptait apparemment profiter de sa soirée. Point positif, les deux comptaient profiter d'une bonne soirée. Si quelqu'un avait vu les deux personne, ils pourraient penser qu'ils cherchaient à se dissimuler assieds ainsi dans le canapé noir. Finalement Syerra avait conclu en demandant au cuisinier ce qu'il lui proposait. Tor se leva pour se diriger vers le meuble transformer en range bouteille:

- Alors, de tête je dirais que dans la cuisine, je dois avoir de la bière et du jus d'orange. Sinon ici on a de l'amer, du Soho, du Passoa, de la Vodka, du Rhum, du Whisky, de la Tequila, du Malibu? Du Malibu? Qui a acheté du Malibu? Surement pas moi, je n'en bois pas...Bon ben tant pis...Hum sinon il y a du Martini. Ou si tu veux je peux préparer un cocktail, du genre Tequila Sunrise, Sex on the Beach, Pina Colada, Blue Lagoon, Bloody Mary. Ou si tu veux quelque chose de particulier je devrais m'en sortir, tu dois te douter je pense que dans la maison d'un cuisinier il y a largement de quoi faire.

Tor se rapprocha à nouveau du canapé, posant ses mains sur le dossier du canapé tout en restant debout, il répondit à la demoiselle pour lui laisser le temps de faire son choix. Avant de commencer à répondre il désigna une étagère contre le mur du salon. A travers les vitres de l'étagère on pouvait deviner que le meuble avait été transformé en bibliothèque:

- J'aime mieux lire à regarder la télévision. Enfin je suppose que c'est aussi parce que j'ai beaucoup voyagé, donc la seule activité à laquelle je pouvais vraiment me prendre du temps était les livres, difficile de s'occuper vraiment autrement. Oh j'avais le choix, je ne dis pas le contraire, les livres ou trainer dans les bars. J'ai trouvé un bon compromis entre les deux. Finalement, je n'allais dans les bars que les soirs où lire ne me disait rien. J'ai donc acheté pas mal de livres. Un paquet en faites. Malheureusement, beaucoup ont été abimés par le temps, pluie, soleil, neige, grêle. Mais pour la majorité, j'avoue avoir réussi assez bien à les entretenir. Nombre de ces livres m'ont marqué, ou au moins, j'en garde un fort souvenir. Pas un plus que l'autre, mais j'aime les livres, c'est intéressant de voir l'imagination dont les personnes peuvent faire preuve pour réussir à écrire ainsi des romans intéressants comme véridiques. Enfin, ils ont été mes plus fidèles compagnons de voyage.
Pour ce qui est du choix de mes habits, j'avoue que je ne fais en général que peu attention à cela, mais je ne crois pas qu'aujourd'hui soit un jour totalement ordinaire. J'imagine très bien les membres du Ministère se balladant en habits roses fluo sur pantalon vert pomme. Enfin, le noir est une couleur commune. On lui attribue souvent le malheur, pourtant ce n'est qu'une couleur. Enfin les superstitions vont bon train, la seule chose qui importe alors est de croire ou non. Etant donné que je croise quotidiennement un chat noir, je crois que je serais mal avisé d'être superstitieux. Néanmoins, cette robe noir vous va à ravir, je dois avouer que j'ai été très agréablement en ouvrant et en vous voyant ainsi.
Concernant le chat, je dois concéder ne pas avoir été très inspiré sur le choix du nom. C'est le cadeau d'adieu de Charlie si l'on peut dire. Je n'ai jamais su pourquoi elle l'appellait Vega, mais son nom lui est resté. Je trouve ça plutôt sympathique comme nom. Enfin, si votre chat n'a pas eu de nom jusqu'à maintenant je ne pense pas que ce soit une obligation.
Enfin, je ne me sens pas si seul que ça dans cette maison, je ne sais pas si c'est parce que ce petit chat fait assez de bétises pour deux ou trois, ou si c'est simplement lié au faites que j'ai toujours voyagé seul. Je pense que à force de voyager seul, la solitude ne me touche plus tellement. Au début j'avais du mal à quitter les villes et villages. Les amitiés que j'y avaient me pesaient au moment de partir, mais finalement petit à petit, je crois que j'ai appris à ne plus y prêter une trop grande importance, c'était important quand j'y étais et finis après. Un peu triste comme situation, morose même je pense, mais bon que voulez-vous, ainsi en va la vie. Chacun fait ce qui lui plait. Ou a défaut ce qui lui incombe. Et chacun doit trouver la façon qui lui permette le plus rapidement ou le mieux. Personellement, j'ai voyagé pour fuir mes responsabilités, mais finalement je suis revenu à Londres, et je pense que c'est pour les affronter. Je n'en suis pas sur on verra.
Vous savez, quelque chose me dérange, ceux sont ces vous que nous nous échangeons. Je pense que ce serait mieux de les enlever non? Dans le fond, nous ne sommes pas si vieux et je n'ai pas le sentiment que nous étions deux personnes particulièrement érudits, mais plutôt deux personnes qui ne se haïssent pas et qui n'ont aucune raison de ne pas se tutoyer.
Pour ma part je pense à un cocktail, pour vous...pour toi?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syerra Van Blaken
Mangemort
 Mangemort
avatar

Nombre de messages : 265
Age : 25
Localisation : L'endroit n'a aucune importance, seuls les actes comptent
clan : Les ténèbres
Humeur : Indescriptible
Date d'inscription : 23/11/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
25/100  (25/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un dîner, c'est bon pour le moral [PV Syerra]   Sam 12 Avr - 6:53

Après une courte visite des environs, les deux individus se retrouvèrent en compagnie d’un petit chaton nommé Vega. Enfin, Syerra l’identifia immédiatement au vieux matou qui vivait de temps à autre avec elle. Puis Tor complimenta la jeune femme sur sa tenue et celle-ci fit de même pour le cuisinier, lequel portait bien une chemise noire qui lui allait fort bien. Tor mentionna que c’était une couleur dont plusieurs la désignait comme la couleur du malheur. Ce n’était pas faux. Quand on y pensait, pour un enterrement, on porte du noir. Pour un deuil, du noir, encore. Mais lorsque le noir devient chic? Hum

-Le noir est effectivement une couleur très portée au Ministère, mais c’est surtout du à une question de convention. Il est vrai qu’imaginer les fonctionnaires portant des tons fluorescents est plutôt cocasse. Si un jour il m’est donné d’assister à une telle scène, j’en resterais éberlué. En fait, il serait quelque peu déplacé de se vêtir de couleur aussi voyante, cela n’est guère sérieux pour un lieu de travail tel que le Ministère, enfin, ce n’est que mon avis, car plusieurs reproches ce style sévère qu’adopte les employés. Tout est relatif à l’endroit et à l’influence, dans le cas présent : le Ministère.

Peu avant, Syerra avait fait allusion à la télévision. Bien entendu, elle trouvait cette technologie intéressante, mais elle préférait largement un bon livre à une boite noire qui peut s’avérer bruyante. Encore une fois, tout dépendait du point de vue. La jeune femme avait pu remarquer qu’énormément de moldus semblaient attaché, un peu trop même, à cette invention qu’était la télévision. Une source de divertissement parmi tant d’autre. L’Auror put remarquer une étagère, ou plutôt, une bibliothèque remplie de bouquins. Parlant de livres, il faudrait qu’elle pense à aller en acheter d’autres, à l’occasion. Car la sorcière avait, depuis bien longtemps, terminé tous les livres présents dans sa bibliothèque, en relisant plus de la moitié. Enfin, elle n’était pas ici pour feuilleter quelques livres qui soient.

-Il est bien que vous ayez une préférence pour la lecture. Chez moi aussi, je possède une bibliothèque malheureusement les livres ont été lu et relus je ne sais trop combien de fois. Pour la plus grande partie, ils portent sur les poisons. J’ai toujours bien aimé les potions, mais les poisons en particulier. C’est sans aucun doute étrange, mais bon, c’est une passion comme une autre. Vous avez spécifié qu’il était intéressant de découvrir plusieurs formes de philosophies, de types de romans. Je suis d’accord avec vous, ce qui rend agréable à la lecture est bien de la façon dont l’auteur parvient à nous accrocher à ce livre. En un sens, lire est un excellent moyen pour passer le temps, surtout pour une personne comme moi qui vit seule depuis des années. Mais comme vous dites, la compagnie d’un animal est toujours apprécier.

La nuisante posa son regard sur Vega. Cela faisait quelques années que Syerra avait pu caresser un petit chaton, disons simplement que le seul matou qu’elle avait l’occasion de cajoler était ce vieux minet sans-nom. Le cuisinier reprit la parole, faisant une remarque sur une petite chose : le vouvoiement. Il venait naturellement, même si, dans le pub, Tor lui avait demandé de le tutoyer, Syerra n’avait pu mettre de côté cette habitude du vouvoiement, simple marque de politesse. Mais comme son interlocuteur le dit si bien, ils n’étaient pas assez vieux pour employer mutuellement ce style, et encore moins des personnes très érudits.

-Oui, je crois que nous devrons mettre de côté le vouvoiement, enfin…je vais faire de mon mieux. Pour ce qui est de la boisson, je prendrai la même chose que…toi. Je n’ai pas vraiment de préférence en matièred 'alcool ou autre, donc je me fis à ton bon jugement.

Dit la jeune femme, un petit sourire aux lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 28
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un dîner, c'est bon pour le moral [PV Syerra]   Sam 12 Avr - 10:38

Les poisons? Un intérêt un peu curieux, enfin difficile pour quelqu'un comme Tor d'y voir une curiosité puisque lui-même avait une passion pour les vinyles qu'il se faisait un plaisir de collectionner. Pour les livres, pas de vrai préférence que ce soit un livre particulièrement intéressant comme un roman. Les livres qu'il avait acheté au cours de son périple traitait pour la majorité de la culture et de la cuisine local de l'endroit où il se trouvait. Evidemment, des romans égayaient un peu cette sélection. Pourquoi Tor aimait-il tant les livres aurait été une question difficile. Peut-être parce qu'ils avaient justement cette immense diversité, cette capacité à être instructif, comme divertissant. Une diversité intéressante, certains livres étaient juste distrayant, comme la plupart des romans, dernier en date? "Cujo" de Stephen King. Certains livres sont purement didactiques, "Outsiders' de Becker en est un parfait exemple. Et certains allient les deux, notamment Voltaire et ses fameux "Candide" et "Zadig". Mais aucun de ces auteurs ne traitaient des poisons:

- Une passion un peu déconcertante, je crois que je vais faire particulièrement attention à mon verre ce soir. Sourire amusé, Mais c'est ainsi que va la vie, chacun se trouve une ou des passions. Certaines apparaissent dans les livres comme ça semble être votre...ton cas. D'autres sont liés à un don en particulier, je n'ai pas de passion particulière pour la cuisine, pourtant mon étagère est assez pleine de livres culinaires de diverses régions. J'aime apprendre les différents styles culinaires, ce qui parait souvent bizarre de voir quelqu'un plongé dans un livre de cuisine allongé dans son jardin au soleil.

Syerra arrangea bien le jeune homme en répondant à sa question concernant la boisson par exactement ce que Tor ne voulait pas entendre à savoir "la même chose que toi". Encore aurait-il fallu qu'il sache lui-même ce qu'il veut. Il se releva, se dirigeant à nouveau vers le bar, trifouilla quelques secondes dans les bouteilles, tout en réfléchissant à ce qu'ils boiraient. Les bouteilles filaient devant ses yeux, il avait une flopée de cocktail qui lui venait à l'esprit, certains réputés "aphrodisiaques" d'autre plutôt considérés "dangereux", sûr qu'il fallait être un peu fada pour attaquer la soirée avec un Tue la Mort. Réfléchissant aux boissons qu'il avait au frais, Tor s'arrêta sur un cocktail en particulier. Long Island Iced Tea. Un nom long pour un cocktail bon. Il attrapa deux verres à cocktail soigneusement rangés au fond du verre et disparut dans la cuisine quelques secondes avant de revenir avec une bouteille de Coca et des glaçons. Il posa le tout sur la table et fit encore deux voyages jusqu'au bar pour ramener les alcools sous les yeux un peu surpris de la jeune femme. Regard amusé de Tor vers la nuisante, sourire, parole comme pour la rassurée:

- Tu as dis la même chose que moi non?

Vodka, Gin, Rhum blanc, Cointreau, Tequila, et jus de citron dans le shaker. Violents frappages de tous les ingrédients dans le shaker. Un peu de Coca dans les deux verres, deux glaçons dans chaque verre, le mélange du shaker pour compléter les verres. Après un ["Je reviens tout de suite", Tor disparut à nouveau dans la cuisine, profitant de son voyage pour remettre les bouteilles dans le bar. Il ressortit de la cuisine avec une planchette en bois, un fruit et un couteau de cuisine. Il posa la planchette et le fruit rouge sur celle-ci, contraint de la tenir pour qu'il ne s'enfuit pas. Un fruit un peu hors du commun, la Grenade, mais un fruit qui s'accommode très bien en apéritif. Un coup de couteau plus loin, le fruit était ouvert, découvrant des petites graines enveloppées dans une pulpe gélatineuse. Tor sentit un regard s'abattre sur lui, il tendit à Syerra un des deux cocktails, prenant l'autre pour lui, levant son verre:

- A cette journée oh combien particulière! Une gorgée plus loin, je sais que c'est déconcertant de servir un fruit en guise d'apéritif, mais la grenade est un fruit particulièrement même si j'imagine que sans couteau ce devait être particulièrement compliqué. Enfin, c'est un fruit dont raffole les enfants parait-il...Je dois donc pas avoir dépasser les dix ans d'âge.Il attrapa tant bien que mal un pépin, le mangeant, invitant la jeune femme à faire de même, pas d'inquiétude, ma cuisine ne vous... ne te tuera pas. Même si ce que je viens à te servir à une couleur surprenante, un gout inhabituel ou une odeur particulière, je te promets que ma cuisine ne tue pas. Enfin, il faudra m'excuser le repas, j'ai fais ce que j'ai pu, sans trop me compliquer la tache...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syerra Van Blaken
Mangemort
 Mangemort
avatar

Nombre de messages : 265
Age : 25
Localisation : L'endroit n'a aucune importance, seuls les actes comptent
clan : Les ténèbres
Humeur : Indescriptible
Date d'inscription : 23/11/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
25/100  (25/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un dîner, c'est bon pour le moral [PV Syerra]   Sam 12 Avr - 23:44

Syerra parla de sa passion relativement étrange : les poisons. Enfin, elle s’était découvert un certain talent dans la concoction de potions, d’ailleurs elle adorait aller farfouiller dans les boutiques de L’Allées des Embrumes. Le choix ne manquait pas! C’était un des seuls endroits où l’on pouvait se procurer divers ingrédients exclusifs aux poisons. Certes, depuis que la sorcière travaillait pour le Ministère, elle avait du laisser de côté cet intérêt afin de se concentrer sur des choses plus importants que son plaisir personnel. Faute de pourvoir s’adonner aux concoctions, elle se gardait toujours un moment en soirée pour lire un de ces manuscrits favoris…en lecture de chevet bien sur. Tor, quant à lui, parla de sa préférence pour les livres culinaires. Enfin, il ne fallait pas en attendre moins de la part d’un cuisinier. Il dit que, lors de ses voyages, il profitait toujours de cette opportunité pour en apprendre plus sur les mets, la gastronomie. Bref, à chacun ses goûts dans chaque matière.

Son interlocuteur lui avait demandé ce qu’elle voulait à boire. Le genre de question auquel elle avait l’habitude de répondre ‘’de l’eau’’. Non seulement Syerra n’appréciait pas de demander ce genre de chose, mais elle n’était pas connaisseuse dans ce domaine non plus. Pour elle, il n’y avait que de l’eau, du thé, ou une bière. Le reste, elle laissait le choix aux autres. Ce n’était pas une personne bien difficile, en général, donc elle s’adaptait à ce qu’on lui proposait. D’ailleurs, cette initiative lui permettait de gouter à de nouvelles choses. Disons simplement une mince ouverture d’esprit.

Ainsi, Tor alla chercher certains trucs dans la cuisine, dont une bouteille de Coca, des glaçons, puis il retourna chercher des alcools. À la vue du Coca, la nuisante retint un sourire. La dernière fois qu’elle avait bu de cette boisson, le verre, plein, avait atterrit ‘’accidentellement’’ sur le tapis neuf de sa Tante. Scène mémorable. Juste au souvenir de la tête que sa tante avait faite, la jeune sorcière qu’était Syerra avait éclaté de rire, enfin, une des seules fois où ça lui était arrivé. Tor prépara le tout, alla ranger les bouteilles qui avaient servis au mélange et tendit un verre à l’Auror. Il leva son verre pour cette journée hors du commun. C’était le cas de le dire, parce qu’en plus, un événement ‘’hors du commun’’ s’était produit quelques semaines plus tôt. Tout cela pour dire que la jeune femme collectionnait les événements du genre désagréables. Au moins, la rencontre avec le cuisinier avec rattrapé le tout, pour dire que cette journée n’avait pas été un gâchis total.


-Effectivement, on peut dire que cette journée était…différente.

Son interlocuteur avait apporté, par la même occasion un petit fruit, en guise d’apéritif. Syerra prit un pépin et répondit au cuisinier, avant de porter le pépin à sa bouche.

-Pour ce qui est de ta cuisine, sache que je ne suis pas quelqu’un de difficile, enfin, pour ce qui est de nourriture. Donc je ne crois pas mourir ce soir. De plus, ne t’inquiète pas, tu dis que tu as fais de ton mieux, ça me convient parfaitement. Ce n’est qu’un dîner avec moi, ça ne vaut pas le peine d’en faire beaucoup, pour une simple soirée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 28
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un dîner, c'est bon pour le moral [PV Syerra]   Lun 14 Avr - 19:28

Ne pas trop en faire pour une soirée. Une conception un peu dur pour le cuisinier qui avait l'habitude de passer des journées entières derrière des casseroles. Enfin il n'avait jamais été particulièrement fan de ces soirées où les invités sont tous sur leur 31, le plus chic, le plus cher. En faites, Tor n'avait jamais rien compris à la mode, il avait eu l'occasion de voir quelques défilés de coutures, il était resté extrêmement sceptique. Le jeune homme reconnaissait un talent à certains couturiers, ce qui n'était pas le cas de certains autres dont il était sûr qu'il arriverait à un pareil résultat avec une paire de ciseaux et un vieux drap ou rideau. Enfin, ce n'était pas vraiment là l'intérêt de la soirée, puisqu'il était avec une ravissante demoiselle.
Au moins la soirée s'annonçait plutôt bien, il avait été surpris que la demoiselle lui réponde de préparer ce qu'il avait envie en cocktail et qu'elle suivrait simplement. Surpris, mais assez agréablement de voir que Syerra avait un minimum de confiance en lui. Il avait opté pour un cocktail assez alcoolisé, mais bon. Il avait plusieurs fois tentés par lui même des cocktails, certains avaient bien réussi et finis dans un carnet où il notait ses réussites. D'autres avaient des fiascos. Mais en cuisine, les échecs et réussites de Tor étaient par un seul et unique Leitmotiv, "Work it harder, make it better, do it faster, make us stronger". La jeune femme parla de cette journée hors du commun:


- Si ça peut te rassurer, cette journée à dû être aussi particulière pour toi que pour moi. J'ai été vraiment enchanté d'entrer dans ce bar et de bousculer cet homme. Mais je suis oh combien plus content encore de t'avoir abordé. J'espérais que tu n'y verrais rien de déplacer, aussi imagines ma joie quand tu as accepté de venir. Après ta discution avec le membre du ministère, j'avais vraiment du mal à imaginer que tu aurais la tête à un dîner, mais je pense qu'en faites tu voulais surtout éviter de penser au Ministère pour une soirée au moins.

Il laissa apparaitre un sourire à destination de la jeune femme. Agréable compagnie, agréable moment qui se jouait, bonne soirée en perspective. Finalement revenir n'avait pas été une aussi mauvaise idée que Tor l'avait imaginé. Il avait presque oublié tout ce qu'on pouvait faire dans une ville comme Londres du côté magique. Utiliser la magie, faire d'agréables rencontres, entre autres choses. Enfin, la soirée ne faisait que commencer, nul doute qu'elle durerait encore, au moins le temps du dîner:

- J'avais presque oublié combien c'était agréable d'avoir un chez-soi, à soi. Je crois que j'ai un peu trop voyagé. Sans jamais avoir de toit bien à moi, j'en changeais tellement régulièrement qu'il m'arrivait de me demander où j'étais. Il en allait de même pour les personnes, j'ai vu tellement de monde et pourtant je ne dois pas me souvenir de plus de trois ou quatre personnes. Et la cuisine, une vrai cuisine bien organisée et rangée, c'est ce qui m'a le plus manqué. A force de cuisiner sur un petit réchaud, j'avais oublié combien c'était agréable de pouvoir cuisiner deux trucs en même temps pour après les mélanger encore chaud. Un autre cuisinier dirait surement que j'étais tombé très bas, mais un autre cuisinier n'aurait même pas entrepris le voyage, sinon pour la gastronomie locale.
Bref...Tu dis ne pas être dur avec la cuisine, je dirais tant mieux parce que en dehors des heures de travail, je suis simplement un jeune homme de 22 ans qui aime la compagnie de jolie demoiselle, qui n'aime pas se prendre la tête, qui aime voyager et avec un peu de chance, qui cuisine un peu mieux que la moyenne nationale. Donc, pas de services sous cloches ou autres couverts en or. Enfin je dis ça, mais je sais pertinemment que tu sais que j'ai sorti des couverts un peu extraordinaire et que j'ai cuisiné comme je le ferais dans la cuisine d'un restaurant, donc il y a quand même des chances que ce ne soit pas mauvais.
Et puis j'aime pas cette façon de te dévaloriser, qu'un repas avec toi, je vois pas ça comme ça moi. Moi ce que je vois, c'est un repas avec une demoiselle, agréable et jolie. Comme tu vas me dire merci pour ces compliments en rajoutant que ce n'est pas vrai, je vais de suite te répondre par ma phrase de habituelle, on ne remercie ppas la vérité...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syerra Van Blaken
Mangemort
 Mangemort
avatar

Nombre de messages : 265
Age : 25
Localisation : L'endroit n'a aucune importance, seuls les actes comptent
clan : Les ténèbres
Humeur : Indescriptible
Date d'inscription : 23/11/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
25/100  (25/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un dîner, c'est bon pour le moral [PV Syerra]   Mar 15 Avr - 3:45

La jeune femme prit une gorgée du cocktail qu’avait concocté, il s’avéra d’ailleurs fort délicieux. Puis le cuisinier mentionna qu’il avait fait du mieux qu’il le pouvait pour le repas de ce soir et l’Auror avait répliqué, convaincue, qu’il n’était pas nécessaire de faire beaucoup pour elle, parce que ce n’était qu’une soirée, rien de plus. Alors elle ne méritait pas d’honneur ou autre. Enfin, son interlocuteur prit la parole, en disant que cette journée avait été aussi particulière pour lui que pour elle. Il s’avéra que le jeune homme était heureux d’avoir entré dans ce pub et d’y avoir bousculé le Mangemort, mais il spécifia que sa rencontre avec la nuisante l’avait encore plus enchanté, ce qui fit baisser le regard de Syerra, gênée. Au début, elle s’était montrée réticente : le fait d’être aborder aussi facilement par un homme qui lui était totalement inconnu et qui se montrait particulièrement agréable avec elle, cela l’avait intrigué dès le début. Qui était cet étranger, qui semblait sympathique? De plus, son interlocuteur était une personne ouverte d’esprit, notamment qu’il invita à dîner une partisane du Lord. Heureusement pour la sorcière, Tor n’était pas un Résistant, sinon elle ne serait pas ici, en train de discuter aimablement avec lui, à vrai dire, s’il avait été un de ses fervents adeptes du bien, Syerra ne se serait pas attarder à parler avec lui et surtout, elle ne se serait pas montrer aussi amical et ouverte à cet homme, car, inutile de le mentionner, jamais elle n’aurait sympathisé avec l’ennemi. Pas que tous les Résistants fussent désagréables, mais elle gardait toujours en tête qu’il fallait mieux rester éloigner de ces minables, au risque de subir les bavardages ennuyant, avec milles et une petites insultes à la noix ou bien une attaque injustifiée.

-J’étais agréablement surprise que tu m’aie invité aussi cordialement. Enfin, c’était une proposition forte appréciable, puisque je n’aurais certainement pas voulu retourner chez moi, à penser aux événements. D’ailleurs, mieux vaut-il que je n’y fasse pas référence. Définitivement, je suis heureuse de me retrouver ici. Tu es quelqu’un d’intéressant avec qui discuter, tu ne te prends pas la tête et surtout, tu ne m’as pas jugé par mon clan. Je t’en remercie.

Peu avant, Syerra avait fait allusion sur le fait qu’elle n’était pas difficile, en matière de nourriture. Le jeune homme lui fit part de ce qu’il pensa d’avoir un chez-soi. Il maquait un point. Avoir un domicile fixe était une très bonne chose, à commencer que l’on avait toujours un endroit où loger, où l’on se sentait protéger. L’Auror ne put qu’acquiescer aux dires du cuisinier. Il lui dit que pour ce dîner, les couverts en or ne seraient pas de mise, mais qu’il disait cela et que la nuisante devait bien se douter qu’il avait sortit des couverts spéciaux pour la soirée et qu’il avait cuisiné comme il l’aurait fait pour un restaurant. Ceci flatta la sorcière, qui eut un petit sourire. Et Tor dit qu’il n’aimait pas la façon dont elle se dévalorisait…ça en devenait simplement naturel. Son interlocuteur répondit dit ceci :’’ Moi ce que je vois, c'est un repas avec une demoiselle, agréable et jolie. Comme tu vas me dire merci pour ces compliments en rajoutant que ce n'est pas vrai, je vais de suite te répondre par ma phrase habituelle, on ne remercie pas la vérité’’ Phrase qui firent sourire de plus belle l’Auror.

-Je te dis merci, même si tu dis qu’on ne remercie pas la ‘’vérité’’. Je suppose que tu dois la dire souvent, puisqu’avec les femmes, les critiques viennent souvent.

Elle avait dit cela, le ton moqueur. Il était vrai qu’un homme charmant comme Tor devait attirer les regards de plusieurs intéressées. Bref, elle pouvait se sentir privilégier d’avoir eu une invitation aussi rapidement, sans plus. Sans doute la soirée se déroulerait bien, enfin, elle l’espérait…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 28
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un dîner, c'est bon pour le moral [PV Syerra]   Mar 15 Avr - 16:13

Agréablement surprise d'avoir été invitée? Et bien Tor était également surpris de son invitation, il ne savait même pas pourquoi il l'avait invité. Peut-être était-elle particulièrement belle, particulièrement sympathique, particulièrement attirante, mais il n'en savait absolument rien. En tout cas, Tor était affalé dans un canapé, une charmante femme à ses côtés en train de boire un Long Island Iced Tea très chargé en alcool comme d'habitude. Mais au moins, ce jour hors du commun continuait peu communément, pour quelqu'un qui revenait d'un long voyage, cela faisait étrange de se retrouver à discuter avec quelqu'un après seulement deux jours passés à un endroit. Ou alors était-ce le fait que ce soit chez lui, sur son canapé? En tout cas, tableau étrange. La jeune femme le remercia de ne pas l'avoir jugé selon son clan. Il ne l'avait pas fais pas par exception mais bel et bien par principe, il ne jugeait personne selon les critères d'apparences ou d'appartenance. Peu lui importait que la personne soit étrangère, partisane ou résistante, homme ou femme, belle ou pas. Ces critères étaient simplement l'ouverture d'esprit et la sympathie participait aussi énormément. Il ne savait pas trop ce qui l'avait pousser à parler à la jeune femme, certainement pas le fait qu'on lui ait demandé, même si cela avait été la bonne excuse qu'il espérait pour pouvoir finalement profiter d'un moment privilégié avec Syerra. Et d'ailleurs, derrière une appartenance, un clan, une religion, il y avait toujours une personne. D'abord et avant tout, il y avait une personne. Et c'est ce d'abord et avant tout qui motivait plus que tout le jeune homme à parler avec d'autres personnes, à faire des rencontres. Pas vraiment intéressé par les clans, pas vraiment croyant, mais les personnes elles étaient intéressantes. Qu'elles aient ou non des problèmes, toutes les personnes d'une façon ou d'une autre étaient intéressantes, il suffisait de savoir voir en quoi et pourquoi. Finalement, Tor sourit au ton moqueur prit par la demoiselle lors de sa dernière intervention avant qu'il n'ait à répondre. Oui les critiques sur les femmes fusaient souvent:

- Et bien je crois que nous sommes tous les deux dans une situation assez particulière n'est-il pas? Tu sembles ne pas vraiment savoir pourquoi tu es venue, j'ai même le sentiment que tu pensais que ça n'arriverait pas. Et moi, je me demande encore ce qui m'a pris d'être aussi entreprenant pour la première fois que l'on se voit. En temps normal comme je l'ai déjà dis, je n'invite pas une femme, si belle et sympathique soit-elle, lors de la première rencontre, je comprends pas vraiment pourquoi je t'ai invité, mais je ne regrette aucunement.
Et effectivement, je conviens que les critiques viennent souvent avec les femmes. Probablement parce que chaque femme a une beauté qui ne demande qu'à être exprimé, le tout est de savoir la voir et la faire s'exprimer. Mais il est toujours préférable de supporter des critiques positives. Mais il faut avouer que souvent, malheureusement, certaines critiques positives ne sont que mensonges et calomnies...hum... Ce n'est pas le cas quand je dis que tu me plais...Que tu es belle, désolé...


Emmêlement maison de ce qu'il voulait penser et dire, finalement tout avait été dis, pas forcément volontairement, tout ça se confondait un peu dans sa tête, surement à force de parler trop ou trop vite. En tout cas, un sublime emmêlement dans les paroles de Tor. Bon rien de trop grave, enfin en y réfléchissant un minimum si un peu. Que faire? Tenter de noyer le poisson en parlant beaucoup d'autre chose? non un peu trop tard pour ça, mais pourquoi pas changer de sujet de discution, parler un peu d'elle:

- Je me permets de remarquer que tu sais pas mal de choses sur moi, mais que tu restes un mystère pour moi. Sinon que tu t'appelles Syerra, que tu es une partisane, que tu as une maison dans le coin, je ne sais rien de tes parents ou de ton passé, ça t'ennuierait de m'en parler un peu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syerra Van Blaken
Mangemort
 Mangemort
avatar

Nombre de messages : 265
Age : 25
Localisation : L'endroit n'a aucune importance, seuls les actes comptent
clan : Les ténèbres
Humeur : Indescriptible
Date d'inscription : 23/11/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
25/100  (25/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un dîner, c'est bon pour le moral [PV Syerra]   Mer 16 Avr - 3:48

Le tout se déroulait parfaitement bien, quant Syerra dit d’un ton moqueur que le jeune homme devait souvent employer ces mots qu’il lui avait dits, car les femmes étaient plutôt critiques envers elles-mêmes. La plupart d’entre elle qui en venait à se dévaloriser constamment ne le faisait que dans le but de se faire complimenter. Pour d’autres, telle que la sorcière, cela venait tout simplement. Disons que sa Tante avait beaucoup de part de responsabilité là-dedans. Effectivement, cette vieille folle en avait eu plein de dos avec la jeune enfant qu’avait été Syerra. Enfin, elle devait imaginer que de vivre avec l’enfant de sa sœur détestée ne devait pas être une partie de plaisir tous les jours…en fait, aux souvenirs de l’Auror, ça n’avait jamais été plaisant, avec Tante. Rarement elles échangeaient un regard et encore moins une parole. Faisons cela simple, une des seules fois que Syerra avait osé adresser la parole à cette chère mégère, malheureusement, ça n’avait pas été convaincant. Pas du tout même. ‘’Tu as des pouvoirs magiques? Tiens donc, comme mon horrible sœur! Je m’en doutais bien, tu es le portrait craché d’Héléanore, tu es aussi indisciplinée qu’elle, impolie, tu ne réponds jamais aux questions et en plus, tu es une sorcière? Balivernes, un monstre serait le terme de mise…’’ Ha, que de beaux moments partagés avec cette femme exécrable.

Tor répondit à la moquerie de la jeune femme, en disant qu’en chaque femme, il y avait une beauté à exprimer. De bien belles paroles. Il ajouta aussi que cette invitation l’avait étonné, venant de sa part, puisque ce n’était pas dans ses habitudes d’inviter la première rencontre venue, mais le cuisinier assura qu’il ne regrettait aucunement cette demande. Son interlocuteur répliqua qu’il était toujours bien d’accepter les critiques positives, malgré que la plupart de s’avérait être que des mensonges, mais il s’empêcha d’ajouter que dans le cas de Syerra, il n’avait pas mentit lorsqu’il disait à la sorcière qu’elle lui plaisait. Il stoppa net sa phrase pour rectifier le tir, lorsqu’il lui avait dit qu’il la trouvait belle. L’Auror sourit légèrement et fit comme si elle n’avait rien entendu. D’ailleurs le cuisinier changea rapidement de sujet, sans doute s’était-il emmêler dans ses idées, enfin…elle ne pouvait pas lui en vouloir. Puis le sorcier arriva sur un sujet que la nuisante avait gardé silencieux jusqu’ici. Ses origines, son histoire…enfin, il lui demanda si ça l’ennuyait de lui en parler.


-Je peux t’en parler, ça ne me gêne aucunement. Hum, pour ce qui est de mes parents, je ne les ai jamais connus. Selon ma Tante et ma Grand-mère, mon père se serait suicidé avant ma naissance. La raison de cette mort volontaire, je n’en sais rien, apparemment personne, ni même Mère n’en savait plus. La seule chose que je sais de lui, c’est son nom : Daëm. Quant à ma mère, je n’ai pas eu le plaisir de la connaître, car elle est décédée peu de temps après que je sois née. Elle s’appelait Héléanore Gates. Si je me fis aux photos que j’ai d’elle, je lui ressemble, malgré qu’elle ait le visage plus doux que le mien. Sinon, j’ai les mêmes cheveux qu’elle, la même couleur de ses yeux et, au plus grand désespoir de ma Tante, son caractère. Parlant de ma Tante, c’est elle qui m’ait accueilli, à contrecœur, soit dit en passant. C’est une femme désagréable, qui ne sourit jamais, n’éprouve rien d’autre que du dégout envers les personnes qui l’entoure. Je suis contente que ma mère ne lui ressemble pas et surtout, je suis fière d’être semblable à elle. Mon plus grand regret, c’est de ne pas avoir eu la chance de lui parler, enfin, on s’y fait à la longue. En ce qui concerne mon enfance, je l’ai passé dans un pensionnat, c’est probablement un de mes endroits favoris, là où j’en garde de bons souvenirs.

Syerra arrêta de parler. C’était un petit résumé de sa jeunesse et courte vie. Ce n’était pas très intéressant, s’en était même banal, mais c’était son histoire, aussi petit fut-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 28
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un dîner, c'est bon pour le moral [PV Syerra]   Mer 16 Avr - 13:14

- Je suis désolé pour tes parents. Et pour ce qui est de ta tante, je pense que ça devait être une femme formidable au vue de ce que tu dis. Vraiment, je pense qu'elle devait être une femme parfaite qui t'a laissé un si impérissable et si positif souvenir, ça m'impressionne. Tout était ironique, sauf pour les parents, je sais ce que c'est de perdre un parent, mais je ne vais pas prétendre savoir ce que c'est de ne jamais avoir pu les rencontrer, j'ai eu suffisamment de chance avec ça, j'ai eu longtemps mes deux parents, et à la mort de l'un, j'ai fuis l'autre. Une solution de facilité, mais je n'étais pas prêt à faire face à mes responsabilités. Toujours pas je crois. En tout cas tu ne me donnes pas l'impression d'avoir eu une existence des plus banals, et je suis sûr que tu as dû garder de très bons souvenirs de l'orphelinat, même si j'imagine que ce ne devait pas être rose tous les jours. Tu as dû voir du monde et te faire un paquet d'ami proche. Enfin, j'imagine que c'est une expérience qui rapproche, souvent les gens sont plus amicaux et plus aptes à l'entre-aide quand leur situation n'est pas des plus reluisantes. Enfin, je n'en sais pas vraiment quelque chose. J'ai laissé mes amis derrière moi pendant mes voyages, mais je sais qu'au besoin, je trouverais surement quelqu'un prêt à m'aider.

Petit pincement intérieur, *mais est-ce que j'ai laissé que des amis et pas plus derrière moi?*. Petite voix intérieure qui se sent toujours obligé d'en rajouter. Surtout quand on parle de choses sensibles, ou qu'on va mal. Le cuisinier était dans la première catégorie, choses sensibles que ses amitiés et son voyage. En parler ne lui posait aucun problème, il était même plutôt fier de ce qu'il avait fais et vu. Il avait appris pas mal de choses pendant ces voyages, notamment à se retrouver dans des endroits insolites. il était devenu plus solitaire également, peut-être renfermé sur lui-même, certainement renfermé. Il avait eu des contacts avec des gens mais les avait oublié, seule une fille lui restait, forcément six mois avec une fille, une amie, rien de plus. Barrière obligée, incapable d'aller plus loin, trop de respect? Trop de peur? Bonne question...Pas de réponse...A suivre...Retour au moment présent. Face à lui, une jeune femme, membre du Ministère, mais une jeune femme avant tout. Assise chez lui dans son canapé, un cocktail à la main, parlant d'elle et de son enfance, parlant avec un ton sérieux qu'il n'avait jusque là encore jamais eu avec Syerra:

- Oui je suis d'accord avec le fait que votre mère devait être une très belle femme. Mais j'ai du mal à imaginer qu'elle ait été plus belle que vous, autant peut-être, plus serait difficilement envisageable. Je ne m'interroge que sur le caractère qu'elle pouvait avoir. Enfin certainement parce que je ne vous connais que peu, mais pour ce que j'en vois, ce devait être une femme gentille et sociable, ouverte d'esprit et d'une bonne discution.

Sur un ton sérieux qui avait dû surprendre, il avait parlé de la mère de Syerra, mais au travers de ce qu'il disait, on devinait qu'il parlait de Syerra. Il avait pris le parti de la mère pour cacher ses paroles, pourquoi? Ah nouveau une question qui ne trouverait de réponses, mais il l'avait, et il devait certainement y avoir une raison...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syerra Van Blaken
Mangemort
 Mangemort
avatar

Nombre de messages : 265
Age : 25
Localisation : L'endroit n'a aucune importance, seuls les actes comptent
clan : Les ténèbres
Humeur : Indescriptible
Date d'inscription : 23/11/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
25/100  (25/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un dîner, c'est bon pour le moral [PV Syerra]   Jeu 17 Avr - 3:54

À la demande de Tor, l’Auror lui raconta des brides de son passé. Enfin, pour tout dire, elle avait eu une jeunesse assez banale. La jeune femme avait prit le soin de ne pas évoquer trop de souvenirs, en ce qui concernait l’institut. C’était le genre de chose qu’elle préférait garder pour elle, bref, son jardin secret, en quelque sorte. Si elle en avait eu le pouvoir, elle serait volontiers retournée dans cette belle époque, lors de ses 10 ans. Elle avait adoré cet endroit, ça l’exaltait rien que d’y penser. Heureusement pour elle, sa tante avait eu l’idée de l’envoyer là-bas, peu après qu’elle eut découvert ses pouvoirs. C’était surement trop pour la mégère de supporter la progéniture de sa sœur décédée. Parfait, car enfin, l’enfant qu’était Syerra put connaître autre chose que les quatre murs de sa chambre, à Londres. Somme toute, ces années s’étaient bien déroulées jusqu’à ce que ses ‘’amis’’ reçurent une lettre…Poudlard, jamais elle n’avait accepté de fréquenter ce collège, le simple nom la dégoutait…ô combien injuste était la liberté, aussi appréciable pouvait-elle être, aussi détestable. Au moins, la nuisante put apprendre à développer la sorcellerie autrement que d’aller se morfondre sur un banc d’école.

-Tu n’as pas à t’excuser. Je n’ai pas eu le loisir de les connaître, donc je n’ai pas éprouvé de tristesse, lors de leur décès. Simplement, ne pas avoir pu discuter avec ma mère, lui parler et recevoir son amour m’a quelque peu manquer durant mon enfance et mon adolescence, mais j’ai réussi à me trouver d’autres point d’appui, de sorte à ce que je ne me retrouve pas complètement seule, puisqu’il ne fallait pas compter sur ma Tante pour obtenir ne serait-ce qu’un peu d’attention. Bref, je suis heureuse de ce qu’elle endure, maintenant, elle l’a bien mérité.

Syerra eut un sourire satisfait. Cette vieille pourrissait sur place, si l’on pouvait dire cela ainsi. Elle était malade, elle n’en avait plus pour beaucoup de temps. Peut-être la sorcière irait-elle lui rendre une petite visite. Pourquoi ne pas profiter des derniers instants de folie de sa Tantine pour aller lui retirer quelques confidences et peut-être autre chose. Celle-ci n’avait pas eu de mari et encore moins d’enfant, ce qui faisait de Syerra sa seule et unique héritière. D’ailleurs, ça l’avait surprise lorsqu’elle lui avait écrit, il y a de cela certains mois. Une missive remplie de haine, d’injures. ‘’Je n’ai pas d’autre héritière que toi, petite peste…je n’ai donc pas le choix. Je préfère que ce soit l’enfant de mon monstre de sœur qui ait mon argent et mes biens plutôt que n’importe qui…Mais sache que cela n’est en rien un signe d’affection…’’ Comme si elle avait besoin de le préciser. Ainsi, elle aurait de l’argent en plus, pas qu’elle en aille besoin, mais elle n’en refuserait pas, ça pouvait toujours être utile. Tor reprit la parole, d’un ton sérieux. Ce ton, il ne l’avait pas encore employé avec elle, jusqu’à maintenant. Il dit qu’imaginer la Mère de Syerra aussi belle qu’elle n’était pas difficile. Une fois de plus, l’Auror détourna le regard, un peu embarrassée. Ce n’était pas une habituée des compliments, et elle avait un certain inconfort face à ceux-ci, employer un peu trop souvent et facilement.

-Oh, si tu la voyais en photo, tu verrais à quel point elle était jolie et beaucoup plus que moi. Je sais que c’était une personne particulièrement cruelle… La jeune femme eut un petit rire… Pour cela, j’espère tellement être à sa hauteur. Cela me fait un autre point en commun avec elle, son camp et le mien.

Plusieurs l’auraient traité de folle, à ces paroles. En fait, ce n’était que la nature de la nuisante : être enchantée par tout ce qui entourait Souffrance, Mal…Lors des derniers combats, Syerra s’était montré plutôt effacée, disons qu’elle ne montrait pas beaucoup d’émotions lors des affrontements, mais c’est lorsque l’on implorait sa pitié…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 28
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un dîner, c'est bon pour le moral [PV Syerra]   Jeu 17 Avr - 10:38

- C'est marrant non? C'est moi qui ait dis que l'on devait se tutoyer, et tu le fais bien plus naturellement que moi, la preuve il m'arrive assez souvent de te vouvoyer sans même m'en rendre compte, si c'est pas génial ça. Sourire ironique, en tout cas ta mère semble compter beaucoup pour toi que tu tentes ainsi de lui ressembler. On dit bien que certaines choses sont héréditaires, mais le camp que l'on choisit en général ne l'est pas. Pour autant que j'en sache, à part pour les fils de gens vraiment riches et imbues d'eux-même, les enfants ont plutôt tendance à fuir le camp de leurs parents, sauf peut-être si la famille est forte et soudée. C'est une histoire de génération apparemment. Les enfants rebelles qui refusent que leurs parents décident pour eux. Je dois faire partis de cette catégorie, ça expliquerait mon départ. Enfin d'après ma mère et ceux qui connaissaient mon père, j'ai un caractère identique au sien. J'ai du mal à y croire, enfin, il n'a jamais été un papa câlin et très ouvert. Nos rares discutions étaient souvent formelles et dépassaient rarement le cadre du professionnel. Il a toujours tenu ce silence, quand à son passé. Tout ce que je sais, c'est que quand son passé l'a rattrapé, ce n'était pas pour son bien.

La scène se rejouait devant les yeux de Tor, l'arrivée de cette personne, puis tout le reste, finalement le regard vitreux de son père en face de lui. Sa cicatrice qui courrait dans son dos le démangea, oui c'était bien ce jour là qu'il en avait hérité, le prix de la vie, une cicatrice profonde. Et pour tout au monde, il l'aurait échangé pour que ne vive encore son père. Il aurait aimé échanger leur rôle, mais c'était impossible, ce qui est mort est mort, on ne ramène personne à la vie. Moralement incorrect, dangereux, jamais bon de se prendre pour Dieu. Si le vieux bonhomme avait fais les choses ainsi c'était qu'il y avait une raison. Même pour un non croyant, la mort était une chose sacrée. Car les morts avec tout ce qu'ils ont vécu, méritent aussi le repos. On pouvait regretter les morts, mais on a pas le droit de les envier.
Dures les paroles de la jeune femme quand à sa tante, enfin au vue du tableau qu'en dépeignait la jeune femme, nul doute qu'il devait y avoir une part de vérité. Pourtant personne ne méritait de mourir, encore moins de souffrir avant de mourir. Finalement Syerra revint à sa mère, expliquant que si le jeune homme la voyait en photo, il comprendrait combien elle était plus jolie qu'elle. Elle parla également du camp de sa mère, faisant le rapprochement avec la similitude de leur camp, mais aussi de la cruauté dont étaient capables les deux femmes. La ministérielle rajouta même qu'elle aurait apprécié être à la hauteur de sa mère pour ce qui était de la cruauté:


- Je crois bien que ce soir vous ne lui ressemblez que par sa beauté, moins par sa cruauté. Tient qu'est ce que je disais avant concernant le tutoiement? Donc, je disais que je crois bien que ce soir tu lui ressembles moins par sa cruauté que par la beauté que vous vous partagez. C'est assez étrange, tu me donnes l'impression de vouloir lui ressembler le plus possible, pourtant tu m'as dis ne pas l'avoir, je t'avoue que c'est une conception qui me reste étrangère. Je ne me suis jamais comparé à quelqu'un, je me contente de me persuader que je suis moi. Comme je ne me compare pas, jamais déçu de ne pas être ce que je ne suis pas de toutes évidences. Enfin, je t'accorde que j'ai une conception étrange des choses, chacun fait ce qu'il lui plait. Mais je vais tout de suite faire mentir cette dernière en te demandant si ça te dérange que l'on se mette à table.

Joignant le geste à la parole, le cuisinier c'était levé, invitant de la main la jeune femme à se lever pour passer à table. Néanmoins, quelque chose dérangea le jeune homme. La table était mise plutôt bien, le décor était même sympathique puisque au bout de la table, la double porte-fenêtre donnait un beau paysage où l'on voyait la neige tomber dans la nuit noire. Pourtant il lui semblait qu'il manquait quelque chose. Il se demanda encore un instant et finalement, faisant un sourire à Syerra, il sortit sa baguette et d'un geste, un chandelier se posa, bougies allumées, sur la table. La lumière se tamisa un peu au dessus de la table. C'était mieux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syerra Van Blaken
Mangemort
 Mangemort
avatar

Nombre de messages : 265
Age : 25
Localisation : L'endroit n'a aucune importance, seuls les actes comptent
clan : Les ténèbres
Humeur : Indescriptible
Date d'inscription : 23/11/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
25/100  (25/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un dîner, c'est bon pour le moral [PV Syerra]   Ven 18 Avr - 1:57

La jeune femme parla de sa Mère, plus spécialement de sa cruauté. Elle en avait lu, des écrits de sa Mère, notamment une lettre qui s’adressait à elle. Chaque mot, chaque phrase et ligne de cette lettre elle les savait par cœur. Lorsqu’elle avait mit la main sur celle-ci, elle avait été submergée d’une telle émotion. À ce moment, l’Auror avait éprouvé pour la première fois de l’amour, de l’amour pour sa Mère. Héléanore lui semblait si proche mais si loin à la fois, Dieu que la jeune femme aurait aimé lui parler, la serrer dans ses bras, se sentir aimer et comprise. Bref, tout ce qu’elle n’avait pas eu dans son enfance. Mais tout cela, jamais elle ne le dirait à qui que ce soit, c’était des sentiments qu’elle avait honte d’éprouver, car ils formaient sa plus grande faiblesse. Oui, faiblesse, car elle savait qu’au simple nom de sa maman, elle se retournerait, elle porterait attention, se laisserait trop facilement amadouer par la douce pensée, cette pensée qui pouvait apaiser ses brûlures d’âme, ses blessures. Bien sur, c’était la plus grande impuissance de Syerra, mais c’était un souvenir que la nuisante aimait bien s’y perdre.

-Dans mon cas, je ferai tout pour ressembler à Mère. Son camp, je l’ai rejoins de mon plein gré. De toute façon, je n’aurais pas fait autrement. Je ne l’ai peut-être pas connu, directement soit dit en passant, mais c’est la personne pour qui j’ai le plus d’admiration en ce monde. Je l’admire par ses mots, par sa façon de penser, d’être, je l’aime sans même la côtoyer. Étrange, dirais-tu? Sans doute, mais c’est ainsi. J’ai l’impression de la connaître parfaitement, sans la connaître, par la même occasion.

Peu après avoir quitté le pensionnant, Syerra avait retrouvé la maison de ses parents, enfin, de sa mère. À la seconde où elle avait mit les pieds dans cette demeure, elle s’était sentit bien, terriblement bien. Enfin, trêve d’émotion, Tor prit la parole, disant que ce soir, Syerra ne ressemblait à sa mère que pour la beauté. Le dernier mot sonna étrange aux oreilles de la sorcière. Beauté n’était qu’un simple qualificatif, rien de plus. Aux yeux de la sorcière, elle était laide. Elle ne s’aimait pas, être belle, à ses yeux, n’était qu’un signe de superficialité. Enfin, l’Auror n’en fit rien, préférant se concentrer sur autre chose. Le cuisinier lui proposa de se mettre à table. Il était vrai que les minutes avaient défilé rapidement et que la nuisante commençait à avoir légèrement faim.

Elle se leva donc, au geste de son interlocuteur. D’ailleurs, celui-ci sortit sa baguette magique, la pointant vers la table à manger. Il fit apparaître chandelier et bougies qu’il alluma d’un petit coup de baguette. L’Auror eut un petit sourire et s’approcha un peu de Tor, attendant qu’il l’invite à s’asseoir. Syerra eut un petit regard pour le chaton qui se trouvait dans le salon, le petit semblait somnoler un peu. Par la même occasion, elle eut une petite pensée pour le matou qui devait surement faire de même chez Syerra. Heureusement qu’il était arrivé avant qu’elle ne quitte sa maison, sinon il serait resté dehors, au froid. C’était bête, mais elle s’inquiétait réellement du sort de ce vieux félin, à croire qu’elle avait trouvé un agréable compagnon, en la présence du minet sans-nom. Plus tôt, elle avait parlé d’une possibilité de trouver un prénom à son ami poilu…Au début, elle avait dit qu’il serait préférable qu’elle se contente de l’appeler ‘’minet’’…Hum…enfin


[Désolée de ce poste médiocre, mais l’inspiration de venait pas, ce soir certitude ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 28
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un dîner, c'est bon pour le moral [PV Syerra]   Ven 18 Avr - 2:28

La cuisine


Après de brèves excuses, Tor avait disparut dans la cuisine, pas pour très longtemps tout était prêt depuis un bon moment, mais tout reposait au frais, car c'était bien meilleur ainsi. Il avait préparé une entrée simple mais qu'il avait préparé maintes fois. Ironiquement, cette recette qui semblait plutôt destiner à l'été, s'accommodaient à toutes les saisons de très bonnes façons. C'était par ailleurs assez surprenant. Il se tourna vers le four moldu noir. Bien pratique, il était d'un modèle récent et quand on savait lui demander, vous prévenait quand le temps de cuisson était atteints. Il avait fallu un bout de temps au cuisinier pour comprendre cet engin moldu, mais finalement il y était parvenu à force de patience et d'entrainement. 40 minutes de cuisson. Il se saisit des ramequins et allait referme le frigo quand sa jambe arrêta la course de la porte. Il posa les ramequins sur la table de la cuisine et sortit un plat recouvert d'une feuille de papier aluminium. *Tiens, ça pourrait être une bonne idée d'enfourner le plat qu'il cuise...No Comment*. Il ouvrit la porte du four et y introduisit le plat, cette fois, ça pouvait cuire. Il prit les ramequins dans la main, persuadé d'avoir encore oublié quelque chose... Moment de réflexion... Tient oui! Le vin. Il attrapa la bouteille qui était encore au frigo et en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, le bouchon s'enleva de la bouteille sans un bruit. Il avait retenu de ses années de service. Ôter le bouchon et sans bruit s'il vous plait. Finalement il avait tout, sauf assez de bras pour tout prendre. Mais avec un plateau, ça devenait autrement plus simple. La porte de la cuisine donnant sur la salle à manger s'ouvrit...

La salle à manger


...pour découvrir un Tor qui progressait un plateau dans les mains. Esquivant au passage un félin visiblement endormi qui semblait avancer en titubant:

- Je t'ai déjà dis que tu devais arrêter de picoler. Punaise on voit que t'es mon chat toi...Ivrogne...

Mais de toutes évidences, le chat n'avait plus rien à faire de l'ironie du jeune homme, il se roula en boule dans le coin de la pièce, sous le bananier pour s'y endormir. Il descendit du plateau en premier le vin, remplissant au passage les verres des deux personnes. Il déposa un ramequin dans l'assiette à Syerra et un dans la sienne. Calmement, il reposa le plateau sur le meuble où était rangé la vaisselle et s'assied face à Syerra, buvant d'abord une gorgée de vin, il présenta ensuite l'entrée:

- Alors, en entrée je te propose un classique de l'été mais qui, à mon goût peut se servir en toute saison. En espérant du moins que tu apprécies le mélange, une coupe avocat crevette. Comme j'ai mille fois présentés ce plat, je peux t'affirmer sans me tromper qu'il y a du maïs, des cœurs de palmier, une feuille de salade au fond du ramequin et tu vas être surprise, il y a aussi des crevettes et de l'avocat! C'est dingue non? Sinon en vin, j'ai pas trouvé mieux que du Riesling et puis c'est un vin qui passe aussi bien avec le plat, mais ça tu verras par la suite. En espérant que ça te plaise...



[C'est pas grave, le mien est pas le meilleur non plus!]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syerra Van Blaken
Mangemort
 Mangemort
avatar

Nombre de messages : 265
Age : 25
Localisation : L'endroit n'a aucune importance, seuls les actes comptent
clan : Les ténèbres
Humeur : Indescriptible
Date d'inscription : 23/11/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
25/100  (25/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un dîner, c'est bon pour le moral [PV Syerra]   Dim 20 Avr - 6:46

Peu après quelques minutes de silence, Tor invita la jeune femme à se lever, pour qu’ainsi ils puissent se mettre à table. L’Auror répondit donc à l’invitation en se levant du sofa sur lequel elle avait prit place, plusieurs minutes auparavant. Elle se dirigea, accompagnée du cuisinier, vers la salle à manger. Syerra prit place sur une chaise qui se trouvait derrière la tête. Son interlocuteur disparut, après s’être excusé, dans la cuisine. Pendant ce court laps de temps, la nuisante entreprit d’observer un peu plus attentivement les alentours. L’endroit semblait moderne, enfin, différent du style de décoration que la maison de Syerra. Bref, même si cela n’était pas dans les préférences de la sorcière, elle appréciait bien l’endroit, c’était épuré et de bon goût.

Elle jeta un coup d’œil par une fenêtre du salon. Il neigeait, encore. Quelque chose lui dit que même si elle ne vivait pas très loin d’ici, elle retournerait chez elle en transplanant. Pas question qu’elle aille se frigorifier à l’extérieur, surtout que la jeune femme n’était pas vêtue de manière à être bien au chaud. À moins qu’elle ne fasse une autre erreur de transplanage, ce qu’elle doutait fortement, puisque depuis le petit ‘’incident’’ de la dernière fois, elle n’avait plus refait ce même genre d’erreur tout à fait impardonnable. De plus, ce n’était pas le moment choisit pour se tromper d’endroit, un autre plan pour qu’elle soit obliger de se déplacer au hasard, dans une ville qu’elle n’était pas habitué de fréquenter.

Tor revint de la cuisine, évitant le chaton maladroit, qui semblait tout endormi. La scène tira un rictus à l’Auror, qui avait été immédiatement attendrit par le félin, enfin, c’était bien une des seules choses devant lesquelles elle pouvait s’attendrir. Le jeune homme posa l’entrée devant elle, versa un verre de vin pour chacun d’eux et présenta ce qu’il venait de déposer au centre de la table à manger. Le tout paraissait appétissant, ce qui accentua un peu plus la faim de la nuisante. Syerra acquiesça simplement aux dires de son interlocuteur, puis répondit finalement


-Cela parait délicieux. Tout ceci ne fait qu’appuyer ce que tu m’avais dit tout à l’heure : que tu t’étais appliquer tout comme tu l’aurais fait pour un restaurant. Enfin, de toute façon, je t’avais dit que je ne suis pas une personne qui a pour habitude de se plaindre pour un repas, normalement j’apprécie tout ce que l’on me sert, donc tu n’as pas à t’en faire, jusqu’à la fin du repas.

La sorcière adressa un petit sourire à Tor. Elle tendit sa main pour attraper la coupe de vin que lui avait servi le cuisinier, un instant auparavant, et en prit un petit gorgée. Après quoi, elle reposa celle-ci à côté de son assiette. Syerra prit une crevette, et la porta à sa bouche. L’Auror adorait les fruits de mer, enfin, ce dîner était une occasion de plus pour savourer des aliments qu’elle n’avait pas l’habitude de manger, lorsqu’elle était chez elle. Disons que notre personnage préférait faire plus simple, surtout qu’elle dînait seule, la majorité de temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 28
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un dîner, c'est bon pour le moral [PV Syerra]   Dim 20 Avr - 19:37

Cette soirée était vraiment délicieuse, peut-être même plus qu'il ne se l'était imaginé. La jeune femme était jolie, sympathique, avait de l'humour et de la discution. Et puis pourquoi cette soirée aurait-elle pu être mauvaise? Peut-être s'il n'avait pas invité la nuisante, cette soirée aurait-elle été des plus mauvaises, nul doute qu'il aurait eu des regrets. Certainement se serait-il fais une pizza, s'il n'avait pas eu la flemme de faire la pâte. Il se serait ensuite avachi dans le canapé, le chaton très certainement sur ses genoux, alors qu'il regardait un film ou une émission débile. Enfin, pourquoi se demandait-il à quoi cette soirée aurait pu ressembler quand on voit ce à quoi elle ressemblait réellement. Et elle était plutôt belle cette soirée, puisqu'elle ressemblait à une table bien mise, des bougies qui brulaient, une jeune femme, un chaton, des fruits de mer et un jeune cuisinier qui s'était assurément d'avoir invité la demoiselle, mais qui en rien ne regrettait son geste, ou plutôt ses paroles. Un bruissement le tira de ses souvenirs, tournant la tête, il vit que le chaton cherchait à se mettre à son aise...Dans le pot du bananier cette fois. La petite boule noire tournait autour du tronc du palmier comme un indien qui faisait la danse de la pluie. Tâtant la terre par endroit. Dénégation de la tête de Tor avec un sourire ironique:

- Je crois que je vais refaire l'éducation de ce chaton, il commence à avoir de mauvaises manies. Enfin il faut dire qu'il n'a pas l'habitude de dormir dans la salle à manger, normalement c'est devant la cheminée dans le salon, mais on est là et on ne doit pas l'oublier, je crois que rien que d'imaginer qu'on pourrait l'oublier, ça le rendrait malade. Oh et merci pour les compliments, mais tu sais , je n'ai fais que mon travail. Désolé, je peux si rarement la placer alors j'en profite. Dans les restaurants, ceux sont souvent les serveurs qui en prennent pour leur grade, et les compliments sont assez rares. Enfin, je pense que c'est dans la nature humaine d'avoir toujours une chose à redire. Et si ce n'est exprimé, c'est pensé. Donc je profite de tes compliments pour mettre cette phrase. Si tu savais depuis combien de temps j'avais envie de le faire.Le jeune homme sourit à ce qu'il disait reprenant sur un ton ironique, je n'ai pas à m'en faire jusqu'à la fin du repas. Cela me laisse donc supposer que tu as prévu de me tuer après la soirée. Je peux échapper à la peine capitale si je jure de devenir ton cuisinier personnel?

Nouveau sourire, faire de l'humour de tout, certainement sa plus grande force, cette façon de tout rendre humoristique semblait faire fuir toute trace de peur en lui. Mais là, dans l'instant, ce n'était pas pour atténuer une quelconque peur, mais plus parce qu'il était bien, à vider son ramequin de fruits de mer, tout en discutant avec Syerra. Sans s'en rendre compte, Tor avait posé son regard sur le visage de Syerra, ne détachant plus son regard, il n'en était pas conscient, pourtant son regard semblait s'être figé sur la demoiselle. Il resta ainsi à observer le visage de la jeune femme sans rien dire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syerra Van Blaken
Mangemort
 Mangemort
avatar

Nombre de messages : 265
Age : 25
Localisation : L'endroit n'a aucune importance, seuls les actes comptent
clan : Les ténèbres
Humeur : Indescriptible
Date d'inscription : 23/11/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
25/100  (25/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un dîner, c'est bon pour le moral [PV Syerra]   Mar 22 Avr - 4:43

Tor vint servir l’entrée, qui semblait fort appétissante. D’ailleurs, la jeune femme la commenta, assurant qu’il n’avait pas à s’en faire jusqu’à la fin du repas. Le jeune homme eut un petit rire, demandant si elle avait l’intention de le tuer à la fin du dîner, ce qui fit rire l’Auror. L’idée pouvait s’avérer intéressante, si la personne qui tenait compagnie à la nuisante n’était pas plaisante. Elle ne pouvait s’empêcher se repenser à cette nuit où elle avait accepté d’héberger jusqu’au petit matin Kristin Nokotay…grave erreur, mais cela avait bien diverti la soirée de Syerra, surtout lorsqu’entra en scène la Marquise Sanguinaire, Waldrade Théophane, bien sur. Il serait bien que leurs chemins se croisent de nouveaux, le hasard permettrait peut-être une telle rencontre, surtout si c’était pour faire ravaler ces mots à cette insolente qu’était Kristin…employer de tel mot à l’insu du Maître, inacceptable! Enfin, mieux valait-il mettre de côté ce moment où la créature leur avait lâchement échappé, car de toute façon, elles gagneraient tôt ou tard.

Ils purent observer Vega, qui se mit bien à son aise dans le bananier du jeune homme, ce qui refit rire la sorcière. Le petit semblait décider à se trouver un endroit bien confortable où se reposer, cela lui rappelait le vieux félin, qui ne se gênait pas le moindrement du monde pour prendre place dans le milieu de la table à manger, ce qui pouvait exaspérer l’Auror à un tel point, mais elle ne pouvait pas lui en vouloir, il était sa seule compagnie, la plupart du temps. Malgré que Syerra ne fasse rien pour être agréable auprès de qui que ce soit, à l’exception d’événement comme ce soir. Bref, une fois n’est pas coutume, comme les moldus disent, cependant ils ont tendances à employer un peu trop souvent cette expression…


-Je ne crois pas te tuer, à la fin de ce repas. Car pour que j’aille dans l’idée de mettre fin à tes jours, faudrait-il qu’il y ait une raison valable, parce que je ne vois pas pourquoi je le ferais, parce que tu me parais être une personne cultivée, il serait dommage de faire disparaître un homme qui sait parler d’autre chose que de lui-même! C’est tout aussi valable pour une femme, remarque bien. Donc non, je n’attenterai pas à tes jours d’ici la fin de la soirée, je ne crois pas que j’aille à le faire un jour…enfin, qui sait ce que nous réserve la vie. Exaspérante, par moment…dit-elle, un sourire suivit d’un clin d’œil

Elle se perdit une fois de plus dans ses pensées, repensant à la journée de demain, à les jours passés, cela se déroulait rapidement, peut-être un peu trop. Qui sait? L’Auror replaça une mèche récalcitrante qui tomba devant ses yeux, par la même occasion, elle posa son regard sur Tor, qui la fixait. La sorcière baissa les yeux, ne serait-ce que pour éviter ce regard. Pourtant, celui-ci ne se voulait pas intimidant, sans haine ni rancune, il la fixait innocemment. Syerra scruta la figure de Tor et fit finalement, en prenant une voix qui se voulait moqueuse.

-Tu vas bien? Tu es dans les nuages, Tor?

Ce qui la fit rire, évidemment
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 28
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un dîner, c'est bon pour le moral [PV Syerra]   Mar 22 Avr - 9:28

Tor était reparti au sympathique pays des souvenirs, en fixant la demoiselle, inconsciemment. Il se souvenait d'une soirée, une soirée qui faisait partie de son passé, bien loin d'ici, quelque part dans le Lancashire. Il y avait rencontré des personnes biens, dont Charlie et un autre qui lui avait fais peur. Un policier moldu, un étranger policier qui se faisait appeler Vincent Winnfield, mais Tor aurait juré que c'était un nom d'emprunt. Il était sur que ce nom était un anagramme. Pourquoi pensait-il maintenant à tout cela, en plein repas avec une demoiselle. Ca avait été une soirée qui si elle lui restait dans la tête n'avait pas été de tout repos. Et c'est ce jour là qu'il avait contracté une dette envers Charlie. Elle l'avait aidé. Le policier était là pour lui, c'était après un de ses petits extra qu'il réalisait pour les moldus de temps à autre. Un extra qui avait un peu cafouillé et malheureusement il avait été légèrement repéré. Il avait réussi à fuir, dans une ruelle sombre et sale, comme dans un film de série B moldu, vous savez avec la fumée qui ressort des égouts, il avait pu transplaner. Un grand coup de chance, mais ce flic était arrivé même pas deux minutes après chez Charlie, une fille qu'il connaissait. Et la demoiselle avait fais don de son corps au policier pour que Tor puisse disparaitre. Dingue. Les policiers avaient une chanson qui disait "the only boy who can ever teach me, was the son of a preacher man". Si la version "the only girl who can ever teach me, was the daughter of a preacher man", Tor aurait presque pu ne siffler que cet aire là pendant cette soirée.

Mais il se rendit compte que la demoiselle avait détourné son regard du sien, comme gênée, d'un autre côté, quand quelqu'un vous fixait, même avec un regard parfaitement innocent, il y avait toujours ce léger sentiment de gêne qui persistait. Et c'est d'une petite voix moqueuse, mais toutefois charmante, que Syerra fit redescendre Tor de son petit nuage. *Bon sang, depuis que je suis de retour de mon voyage, j'ai de plus en plus de souvenirs qui reviennent, ça veut dire quoi? Je dois repartir, retourner voir ceux que j'ai rencontré?*. Le jeune homme se posait toutes ses questions intérieurement comme si quelqu'un allait y répondre, mais il n'y eut aucune réponse, comme toujours, enfin ce n'était pas entièrement vraiment, il y eut une bride de réponse, une musique entièrement orchestrale, mais de si belle façon. Et c'était un passage en particulier qui l'avait marqué. Celui du saxophone, mais cette partie du passé de Tor attendra, d'abord revenir à la réalité, et réaliser d'un seul et unique coup tout ce que la jeune femme avait dis concernant la fin de ses jours:


- Content de voir que mes jours ne sont pas comptés. Ou plutôt mes heures. Sinon j'aurais été obligé de verser quelques somnifères ou autres produits qui auraient pu avoir pour effet de me permettre de fuir. Je te rassure toutefois, je n'ai pas pour habitude de tuer de cette façon, donc pas de cigüe ou autre Digitale. Il sourit à la jeune femme avec un petit sourire narquois, dis moi tu aimes la musique, notamment la musique moldue des années 70? Les seventies comme ils disent bien souvent.

Hors sujet et sans intérêt aucun pourrait être ce que vous pensez, mais un repas avec une demoiselle une fois croisée dans un bar, n'était-pas également spécial comme comportement? Et puis que font les gens lors d'un repas? Ils discutent et de quoi discutent-ils? De tout et de rien, alors musique, pourquoi pas. Ils avaient déjà parler de poisons, de littératures, étaient-ils à une autre discution futile prêt? Et puis c'était au travers de ces discutions qu'on en apprenait l'un sur l'autre. Le regard de Tor passa de la demoiselle au chaton dans le bananier. Il semblait avoir trouvé une position qui lui convenait et à sa respiration régulière, on pouvait facilement deviner qu'il dormait du sommeil du juste, chose que Tor ne connaissait plus depuis bien longtemps, toujours ce cauchemard. Enfin, l'important pour le moment était devant ses yeux qui s'étaient reportés à nouveau sur la ministérielle. Tor se surprit néanmoins à ralentir la progression de son regard sur le décolleté de la demoiselle. Et apparemment elle aussi surprit ce ralentissement:

- Désolé.

C'était court, mais sincère. Et puis ne disait-on que pas que ce qui est joli est fait pour être regarder...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syerra Van Blaken
Mangemort
 Mangemort
avatar

Nombre de messages : 265
Age : 25
Localisation : L'endroit n'a aucune importance, seuls les actes comptent
clan : Les ténèbres
Humeur : Indescriptible
Date d'inscription : 23/11/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
25/100  (25/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un dîner, c'est bon pour le moral [PV Syerra]   Jeu 24 Avr - 4:44

Tor la fixait, la mettant mal à l’aise. Pourtant, ce regard n’évoquait rien de négatif, il la regardait, simplement, sans artifices, rien. Bref, elle profita de ce moment d’égarement pour se perdre à son tour dans ses pensées. Lui revenait en mémoire Dawson, pourquoi lui? Pourquoi maintenant? Elle n’en savait rien. Son absence lui pesait tellement, autrefois, maintenant, plus elle y réfléchissait, elle préférait ne pas le revoir tout de suite. Hum, voulait-elle vraiment le revoir? Peu probable. Sans s’y abandonner totalement, elle s’était attachée à cet homme. Lui si sur de lui, si sérieux. Lui qui vous parlait en vous fixant bien dans les yeux. Trait de lui qu’elle avait apprécié et tellement détesté à la fois, car, en la regardant ainsi, il savait qu’elle lui porterait toute son attention. Erreur de sa part. Ce sorcier comptait balivernes sur balivernes, mensonges, sans cesse. Éreintant à la longue. Surtout, dans l’innocence de la folle jeunesse, tous ont tendance à accorder trop facilement sa confiance. N’étais-ce pas ce que faisait Syerra, en ce moment, en partageant un repas avec le cuisinier? Pourquoi avoir accepté? Elle-même ne le savait pas.*C’est parce que tu as peur de la solitude, n’est-ce pas? La conscience qui visait juste, une fois de plus. Solitude, isolement étaient, au désespoir de l’Auror, ces cordes sensibles. Elle voulait y échapper, elle le voulait réellement, mais quelque chose l’en empêchait, cette chose indésirable qui ne cessait de la suivre, partout où elle allait : la passé. Cette attache qui restait coller à vous des années durant. La nuisante détestait y penser, mais comme la majorité des personnes, le passé faisait parti intégralement de sa vie, plus que l’était le présent. Cette prison qui se referme petit à petit sur vous. Remords, regrets. À quoi bon s’y attarder, nul ne pouvait le changer, y retourner pour en modifier ne serait-ce qu’une petite seconde, une décision, des paroles, des gestes.

Tout cela pour finalement aboutir à une conclusion pas très concluante : laisser de côté de passage noire, afin de se concentrer sur autre chose, mais quoi? Question sans réponse, sur quoi pouvait-elle se concentrer, mis à part le moment qui se déroulait devant elle, devant eux. Tor restait silencieux, le regard perdu. Réflexion? Certainement. Il semblait totalement déconnecté de la réalité, jusqu’à ce que Syerra se décide à le sortir de ses songes, l’interpelant moqueusement. Le visage de son interlocuteur se délia. Il s’exprima notamment sur le fait qu’il était content que ses jours ne furent pas comptés, ce qui tira un rire à la jeune femme. Comme si elle allait le tuer d’ici la fin de la soirée…


-Je ne suis pas une fan des seventies, comme tu dis. Enfin, je ne suis pas très garante de musique, normalement. Je préfère une musique beaucoup plus rare et des plus apaisantes : le silence. Je sais que c’est plutôt marginal, mais étant une adepte de la lecture, je me suis rapidement habituée à ne pas écouter de la musique, car cela me déconcentrait plus qu’autre chose et ça finissait toujours pas me tomber sur les nerfs. Mais de temps à autre, j’aime bien en écouter, enfin, lorsque le moment m’est donné.

La sorcière arrêta de parler, regardant ailleurs. Oui, elle aimait bien le silence, mais lorsqu’elle s’occupait à quelque chose, car les silences entre personnes peuvent être lourds, causant des froids dans les discussions. Tor passa son regard du chaton à Syerra, pour finalement garder son regard sur la jeune femme, encore une fois. Les yeux de celui-ci descendirent assez rapidement vers le corsage de l’Auror, qui remarqua les yeux de son interlocuteur. Celui-ci, ayant aperçut le visage de Syerra qui le regardait, s’excusa. La nuisante, un sourire railleur sur les lèvres, répondit simplement

-Comme si c’étais nécessaire de s’excuser pour cela.

Répliqua-t-elle, le sourcil arqué et le sourire fendu jusqu’aux oreilles, juste histoire de voir la réaction du cuisinier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 28
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un dîner, c'est bon pour le moral [PV Syerra]   Jeu 24 Avr - 9:44

C'est amusant quand même, un diner entre deux personnes qui chacune pense à une autre personne, et tellement pathétique en même temps. C'était étrange, c'était lorsqu'il avait choisi de rester à un seul et même endroit que son passé entier l'assaillait à nouveau. Comme si pendant un long moment il avait été un poisson de pleine mer et qu'il s'était, à force de se laisser porter par le courant, retrouvé près de falaises. Se laissant allez au gré des flots, il heurtait des fois la falaise, et regrettait la pleine mer. Mais était-ce vraiment du regret qu'il avait quand à son passé? Hum pas sur, bien au contraire. C'était moins du regret que juste de la nostalgie. La jeune femme avait répondu à son interrogation concernant la musique. Marginal d'apprécier le silence? Non bien au contraire. Certes un peu surprenant, mais le jeune homme lui même appréciait se retrouver dans le silence, mais il est vrai que la musique était souvent de bonnes compagnies pour lui. Il se retrouvait bien souvent, quand il lisait avec des musiques en fond, mais des musiques entièrement orchestrales, jamais de paroles, trop tentant de chantonner, de faire perdre ainsi la valeur du livre. Ennio Morricone, Mozart, Vivaldi, Bach, des noms et des musiques à écouter en lisant, mais de tous ceux-là, il y avait un nom qui pour Tor dominait tous les autres, Ludwig Van Beethoven. Etrange, qu'un jeune homme pourtant à la pointe de son temps d'un point de vue moldu, mais c'est ce qu'il aimait. Mais bon, ces pensées musicales furent stoppées par la réponse à ses excuses que formula le jeune demoiselle:

- Dans ces conditions, je ne vais plus décrocher mon regard. Large sourire moqueur sur son visage, non sérieusement, j'ai largement assez de considération pour toi pour t'éviter ce genre de regard. Et puis si je me mets à ça, que vas-tu penser de moi? Evidemment, je pourrais dire que c'est normal, que je suis un garçon, toi une fille...Que les belles choses sont faites pour être regardées...Ou tout autre excuses bidons que l'on sort dans ce genre de cas, mais je t'avoue que c'était lamentable de ma part. Secondes de silence, tu vois, c'est quand même dommage que tu ne sois pas une grande fan des seventies, parce que si tu avais dis que tu appréciais, je me serais pas demandé si je fais bien de faire ce qui va suivre. Sauf que tu as dis ne pas en être particulièrement friande de musique, donc moi tu me mets dans l'embarras, mais vu que tu sais déjà que je suis quelqu'un de particulièrement inhabituel et surprenant, tu ne seras certainement pas surprise par la suite. Maintenant que tu te poses de questions, je te laisse jusqu'à la fin du repas pour réfléchir, et te demander quelle idée saugrenue pourrait bien avoir traverser mon esprit. En attendant, je crois que le four m'appelle, je reviens.

Tor se leva après un clin d'œil, il se doutait que la demoiselle devait se demander ce qu'il avait voulu dire. Elle aurait sa réponse à la fin du diner comme l'avait dis Tor, mais il savait que d'ici là la jeune femme se poserait bien des questions sur ce qu'il avait voulu dire. Un interrogatoire à son retour de la cuisine? Possible. Après tout pourquoi pas. Attrapant les ramequins vides ainsi que les assiettes, Tor disparut dans l'entre-bâillement de la porte de la cuisine. Il déposa les deux ramequins dans l'évier, voilà un investissement moldu qu'il pourrait faire dans l'avenir, une lave-vaisselle. Il était bien content d'en avoir un au restaurant. On ne pouvait y mettre tout et n'importe quoi, mais ça avait ses avantages. Le four s'était éteints comme il devait le faire d'après le réglage. Il ouvrit la porte du four, retirant sa tête pour éviter la chaude vapeur qui en sortit. Le repas sentait plutôt bon. Il sortit le plat, en découpant deux tranches, il posa les tranches de manières présentables sur les assiettes des jeunes gens. Il servit dans les assiettes les salades qu'il avait préparé.

Deux assiettes, voilà quelque chose qui se trimballaient aisément quand on en servait des fois quatre voir cinq dans un restaurant où il faut en plus éviter les enfants qui courent, mais aussi les personnes qui se tournent sur leur chaise. Alors deux assiettes, le chat étant endormi dans le bananier, les risques étaient minimes. Et les assiettes arrivèrent entières sur la table. Resservant aux passages en vin la demoiselle et lui même, il annonça alors le plat:


- Alors c'est un saumon en croute au Riesling accompagné, comme tu le remarques surement, de salades vertes, de salades de carottes et de salades de tomates. Le tout réalisé sans aucune magie, ça dénaturerait beaucoup trop la cuisine, en espérant que tu aimes.

La jeune femme avait dis ne pas avoir de problèmes avec la cuisine et les repas, n'étant pas particulièrement difficile, mais on avait le droit de ne pas aimer certaines choses. Enfin ayant traversé dans plusieurs restaurants, il avait déjà rencontré des clients particuliers. Entre le jeune enfant qui voulait ses frites sans pointes par peur de s'étouffer et le grand-père qui voulait de la vinaigrette sur sa salade verte mais pas sur les carottes. Enfin, la restauration est un métier où il faut être à l'écoute des gens, c'est certainement ce qui plaisait encore aujourd'hui dans ce métier au jeune homme. Il était rare qu'il ne se cuisine pas des plats, mais ce soir, il avait en plus une invitée, charmante invitée. Du coup il en avait fais plus que d'ordinaire, ne serait-ce que dans la présentation des plats...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syerra Van Blaken
Mangemort
 Mangemort
avatar

Nombre de messages : 265
Age : 25
Localisation : L'endroit n'a aucune importance, seuls les actes comptent
clan : Les ténèbres
Humeur : Indescriptible
Date d'inscription : 23/11/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
25/100  (25/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un dîner, c'est bon pour le moral [PV Syerra]   Dim 27 Avr - 0:48

Perdue dans ses pensées? Encore une fois. En fait, ce n’était pas une nouveauté venant de la part de Syerra. Effectivement, la jeune femme était une éternelle lunatique qui s’égarait rapidement dans ses songes, se déconnectant complètement de tout ce qui l’entourait. Cela exprimait une certaine imagination, mais cela pouvait être une défaillance : une déconnexion constante pourrait la nuire dans son travail, et déjà qu’elle accumulait quelques erreurs, il ne serait pas désirée de se faire renvoyer pour cause de ‘’lunatisme’’ aigue. Bref, elle se concentra sur le visage de son interlocuteur, Tor, qui la fixait. Elle le réveilla, en quelque sorte, puis leur conversation reprit son cours. Le cuisinier lui demanda si elle était une fan des seventies. Sa réponse fut négative, elle mentionna qu’étant donné que la lecture faisait partie de sa vie, elle préférait largement le silence, puisque celui-ci ne pouvait en aucun cas la déconcentrer, lors de ses lectures intensives. Malgré qu’elle aimait quelque fois faire l’usage d’écoute de musique, mais seulement lors d’occasions spéciales, inutile de le mentionner.
Puis le silence revint de plus bel. Le regard du jeune homme était fixé de nouveau sur Syerra, descendant vers son corsage. Il vit que la sorcière avait remarqué le cheminement de ses yeux, il s’excuse, ce qui fit sourire moqueusement l’Auror. À la réaction de celle-ci, le cuisinier dit que dans ce cas, il ne décrocherait pas son regard d’elle. De plus, la sorcière venait de couper la discussion, car elle n’était pas friande de musique, ce qui provoquait un froid dans la conversation, donc un autre sujet à trouver, pour éviter de garder le silence trop lourd. Ce serait trop dommage.


-Je devrai donc patienter jusqu’à la fin de ce repas pour savoir ce que tu caches derrière tes pensées. C’est difficile de me contenter de simples interrogations, puisque tu m’as mis la puce à l’oreille. Vivement la fin du dîner. Mais je suis apte à attendre, de toute façon, je finirai bien par le savoir, n’est-ce pas?

Petit sourire, regard mystérieux. Ces deux personnages semblaient tout deux cacher leurs intentions, ou simplement laisser cet air de secret entre eux. Il était vrai qu’ils ne se connaissaient pas tellement, sinon seulement quelques brides de leur passé, mais cela restait peu comme connaissance. Tor se leva, le four l’appelait. De nouveau seule, l’Auror chercha du regard une horloge, montre : notez qu’elle avait oublié la sienne chez elle. Ce n’était pas un signe qu’elle s’ennuyait, loin de là, c’était simplement parce que la jeune femme avait une nécessité irrémédiable : savoir l’heure. C’était tout bête, mais c’était comme ça depuis qu’elle avait commencé à travailler pour le Ministère. Ponctualité était le mot d’ordre et lors des missions, Syerra avait développé ce tic nerveux avant chaque assaut, chaque attente, aussi infime pouvait-elles être. Enfin, elle n'en aperçut aucune et dut se résigner à savoir ce renseignement.

Le cuisinier revint dans la salle à manger et présenta le repas. Le tout avait l’air appétissant, et la jeune femme ne manqua pas de le commenter. Il y avait plusieurs choix de salades, donc la nuisante avait l’embarras du choix. Elle leva les yeux vers son interlocuteur, appuyant sa tête sur la paume de sa main.


-Et bien, je trouve que tu t’es donné du mal, en faisait le tout sans magie. Mais j’apprécie le geste. Ça donne autant plus de valeur à ces mets.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 28
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un dîner, c'est bon pour le moral [PV Syerra]   Lun 28 Avr - 10:07

Encore un compliment sur sa cuisine? Bon sang il avait eu raison son père de lui apprendre à cuisiner...Son père...Que penserait-il de son fils s'il le voyait aujourd'hui. Lui qui avait toujours été un mentor plus qu'un père. Qui lui avait presque tout appris de ce que le jeune homme sait. La cuisine, le combat, la magie, tout sauf comment choisir avec logique et intelligence un camp. Peut-être était-ce sur la liste des choses à faire avant de mourir de son père, mais il n'en avait pas eu le temps, il n'avait pas vraiment choisi sa façon de mourir et sans doute que le vieil homme aurait voulu vivre encore plus, mais on ne lui avait pas vraiment laissé le choix. La mort ne laisse de choix à personne, c'est elle qui décide où, quand et surtout qui. Dégueulasse, certes, mais c'était ainsi. Et elle était seule à choisir ce qu'elle voulait. Bien des hommes auront couru après des rêves, des chimères qui auraient dû les rendre immortels. Nombre de mortels ont parcouru les Higlands écossais, tranchant des têtes au hasard, dans l'espoir de faire tomber celle d'un immortel. Nombre de mortels avaient couru après la fontaine de jouvence, cette latente peur de connaitre la vieillesse. Il était c'est sur dur d'accepter l'idée que l'on soit condamner, mais Tor n'avait pas besoin de réfléchir à cette idée, on avait décidé pour lui quand il avait encore 16 ans en tuant son père. La mort le prendrait où et quand elle voudrait. Mais si elle pouvait encore attendre la fin de ce repas et mieux encore quelque années, Tor lui en serait reconnaissant. Pas forcément infiniment ni éternellement, mais reconnaissant.

*Oups, il est temps d'arrêter de planer mon grand, il y a ton invité qui te parle*. C'est toujours dur ce retour à la réalité, trier intérieurement ce qui était, ce qui est, ce qui est irréel et ce qui est réel. Un véritable foutoir. Mais bon là, ce n'était pas bien dur, puisque la réalité était en diner en compagnie d'une ministérielle. Question rhétorique de la demoiselle, elle finirait bien sur par savoir ce qui allait se passer, sauf si ce diner devait être éternel où qu'un d'eux devait, et ce serait bien dommage, mourir. En tout cas, cette remarque amusa un peu le cuisinier. Et finalement ce qu'il avait préparé eut à nouveau droit à une complimentation. Sans magie, elle trouvait que les plats n'en étaient que meilleurs, pas la raison pour laquelle il avait cuisiné sans magie, mais ça avait toujours été ainsi pour le jeune homme. Il se souvenait plus jeune, d'une splendide volée parce qu'il avait utilisé la magie en cuisine. Le bruit et la chaleur de l'impact de la main de son père sur sa joue. Il en avait été sonné, son père n'était certes pas un ange, surtout quand il s'entrainait, mais cette baffe fut le coup le plus douloureux que son père lui avait mis, assurément:


- Je te remercie, mais comme je t'ai dis, pas plus compliqué que ce que l'on sert en restaurant. Ces plats, je les ai préparé des dizaines de fois, je sais comment les faire. D'ailleurs si tu devais revenir, j'augmenterais la difficulté, je me banderais les yeux avant de les préparer.

Sourire moqueur du jeune homme. Il pourrait en être capable, mais de là à tenter un soir où il y avait un invité, d'abord, un peu d'entrainement parraissait de toutes évidences obligatoires. Et il eut là un silence entre les deux personnes, avec juste le bruit des couverts, chaque seconde parraissait une minute, chaque minutes une éternité. Finalement, le jeune homme brisa le silence d'un ton faussement solennel et largement ironique:

- Je déteste ces silences. Ceux qui mettent mal à l'aise. Pourtant on devrait pas, mais là je crois que c'était un de ces silences qui mettent mal à l'aise, c'est terrible quand même. Enfin, il parait qu'une façon de savoir si on est bien avec quelqu'un, c'est de pouvoir passer une minute avec cette personne et profiter du silence, alors on sait qu'on se plait avec une personne. Donc je crois que nous allons avoir besoin d'encore un peu de temps. Enfin, comme j'ai pas vraiment envie qu'il y ait encore un de ces silences entre nous, je te propose un petit jeu. Chacun de nous pose tour à tour une question. Le mieux étant évidemment que l'autre y répondre, même s'il n'est pas obligé. Le summum étant que l'autre y réponde pas la vérité, même s'il n'est pas obligé. Et comme tu es une charmante demoiselle, et que je suis quelqu'un de galant, c'est toi qui va avoir l'honneur de commencer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un dîner, c'est bon pour le moral [PV Syerra]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un dîner, c'est bon pour le moral [PV Syerra]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» 1D6 POUR LE MORAL (règle optionnelle)
» Abonnement Xbox Live : 13 mois pour 30 €
» Quelle PSP choisir... pour Monster Hunter bien sûr!!
» Fin de l'association UDE/Ankama pour Wakfu TCG
» CaC pour bi-élément feu/terre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Renaissance du phénix :: Le Monde Magique :: Vos Demeures Respectives :: Maisons :: Maison des Barda-
Sauter vers: