AccueilAccueil  FAQFAQ  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un joueur, une joueuse...Pas de limites? [PV=Maria Finn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 28
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un joueur, une joueuse...Pas de limites? [PV=Maria Finn]   Mar 13 Mai - 22:21

Regrettant encore son geste d'humeur un peu avant, le jeune homme entendit un gratouillement bien connu au bout du couloir. Apparemment le téméraire chaton était de retour, certainement voulait-il connaitre le mot final de toute cette histoire qui aurait pu parraitre à des yeux extérieurs une genre de "divine comédie" aux allures de "je t'aime...Moi non plus". Il savait qu'il lui avait posé exactement la même question qu'un peu auparavant. Il savait qu'elle ne répondrait pas, elle l'avait déjà fais et avait déjà dis haïr se répéter, mais il avait posé cette question plus comme cela, simplement pour voir sa réaction, ou pour la forcer à se décider. *Mais non, t'es con ou quoi? C'est parce que tu refuses d'admettre que tu l'aimes et que tu ne supporterais pas que cet amour que vous vous portez soit fichu en l'air.* Saloperie de petite voix, traitresse parmi les plus grands traitre que ce monde peut porter. *Ta gueule, je parle pas avec un moi intérieur qui croit tout savoir et tout comprendre*. Se répondre soit-même en plus par quelque chose de différents, stupide, risible et pourtant tellement témoin de ce qui se passait. Il avait posé la question car il refusait de croire que la demoiselle ne veuille tenter un "elle et lui".

Il aurait aimé pouvoir mettre ce moment sur pause, quelque peu anxieux de la réponse qu'allait avoir la demoiselle. Une peur stupide, certes, mais dans le fond, on avait peur parfois pour moins que ça. Alors qu'il sentait approcher la réponse de la demoiselle, le regard de Tor se fit moins sur, bien moins sur, l'espace de quelque instants, le temps que dans sa tête, la petite voix fasse raisonner une parole d'une chanson d'un groupe de musique moldu *The final countdown mon pauvre, j'espère que tu as préparé de quoi te tuer, elle a dire non...Je t'ai déjà dis de la fermer, laisses la répondre avant de dire des conneries.* Et la réponse ne fut pas celle attendue, elle se contenta de simplement répondre, pas plus, enfin elle ne répondit pas à proprement parler, rappelant juste qu'elle avait déjà répondu. Et finalement après quelque longues secondes, elle reprit la parole, disant déjà regretter ce qu'elle allait faire, elle lui dit qu'elle était prête à laisser une chance à une relation entre eux deux.

Ses simples mots eurent l'effet d'une bombe dans la tête du musicien *Merde t'avais raison. Sale morveux t'as de la chance, elle est trop gentille...Chut maintenant, laisses-moi savourer...Bordel je suis encore en train de me parler à moi-même.* Cette phrase avait eu d'autant plus de valeur pour Tor, qu'il avait compris combien il en coutait à la demoiselle de laisser une chance à une relation entre eux. Finalement, il se demanda s'il avait raison de l'avoir poussé autant, enfin il ne doutait pas qu'elle aurait dis "non" même s'il avait insisté comme un fou, si elle n'avait jamais voulu de cette relation. Elle posa une question qui aurait u être amusante à ce moment si le musicien n'avait pas su ce que sa réponse pouvait changer à leur relation. D'un côté, être honnête et on verra bien comment elle réagira. De l'autre, ne pas être honnête et on verra bien comment elle réagira. Magnifique, dans les deux cas, sa réaction serait à voir. Il ferma ses yeux pour réfléchir quelques instants à cette question, et fut surpris de sentir deux lèvres froides se poser contre les siennes. Agréable cadeau, qui dissipa les doutes du jeune homme:


- Merci de nous laisser une chance. Je crois que je n'ai pas compris ce qu'il te coute de faire cela et je m'en excuse en tout cas, je suis content que tu nous laisses une chance. Pour être franc avec toi, j'ai hésité avant de répondre, je pouvais te mentir et te dire qu'on se séparera sans le moindre problème, mais je te dois l'honnêteté alors je ne sais absolument pas si on arrivera à arrêter aussi simplement qu'on l'aimerait notre relation. Mais comme tu l'as dis, on ne saura pas avant d'y être.

Un sourire se dessina sur le visage du jeune homme, comme sur celui de la jeune femme. Et bizarrement chacun fixa un autre mur au même moment, comme gêné. Après ce qui venait de se passer, ils avaient du mal à se regarder. Aucun des deux ne semblaient prêt à dire quoi que ce soit. Mais c'était sans compter sur le chaton qui grimpa rapidement sur le jeans de Tor avant de lui mordiller les doigts. Reposant le chaton au sol, le jeune homme murmura un "merci" à l'oreille du chaton, qui se retourna, après un regard pour la demoiselle. C'était ironique, maintenant qu'ils se laissaient une chance, aucun ne semblait plus savoir comment réagir:

- Bien...euh...On reste comme deux idiots dans ce couloir à se regarder, ou on boit un verre pour passer les émotions, ou on continue de se laisser guider par nos instincts. Sinon il reste la solution de ne pas aller trop vite et on se couche toi dans ma chambre moi en bas.

Incapable de dire mieux ou plutôt autre chose, le jeune homme déposa un baiser rigoureusement identique à celui de la jeune femme sur les lèvres de la demoiselle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maria Finn
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 143
Age : 24
Localisation : Là où tu ne me chercheras pas...
clan : Neutre... Enfin pas tant que ça...
Humeur : C'est une question de point de vue...
Date d'inscription : 23/03/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/0  (0/0)
Niveau magique:
8/20  (8/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un joueur, une joueuse...Pas de limites? [PV=Maria Finn]   Mar 13 Mai - 22:58

Jusque là la jeune femme n'avait qu'à peine entendu un petit cliquetis de griffe sur le sol. Mais elle remarqua bien vite que son ouïe ne l'avait pas trompé et que la chaton faisait son grand retour parmi eux.

La brune attendit avec une fébrilité bien dissimulée mais tout de même étrange. Une part d'elle-même avait un peu... Etait un peu anxieuse de ce que Tor allait répondre. Mais l'autre éprouvait une sérénité détachée et tranquille, tout aussi perturbante.

La sorcière avait l'impression que deux personnes se partageaient son corps et ça commençait à lui faire mal à la tête. C'était affreusement désagréable d'avoir une envie folle et ardente de faire quelque chose, quand une sorte de glace vous crie de rebrousser chemin, pendant qu'il en est encore temps.

Sauf que cette femme glaciale se trompait, il était déjà trop tard pour qu'elle laisse le jeune homme avec son chat. Trop tard pour qu'elle s'en aille et oublie jusqu'à son souvenir. Trop tard et de toute manière impossible. La belle italienne avait sauté du plus haut plongeoir sans même savoir si l'eau était assez profonde. Et elle ne le saurait qu'en remontant à la surface ou en se fracassant le crâne au fond...

Son hôte répondit enfin, en toute franchise, comme elle s'en était douté. La demoiselle n'en attendait pas moins de lui et estimait comme inconcevable se mentir, arrivé au stade où ils en étaient.

Après ça les deux protagonistes échangèrent un sourire complice, mais toutefois bien plus timide que ceux qu'ils avaient pu échangés jusqu'ici. Comme si le fait d'avoir mis les points sur les "i" mettaient un frein au délicieux parfum d'imprévu et d'aventure qui flottait sur leur rencontre.

D'ailleurs, sans s'en rendre compte, ils détournèrent la tête dans des directions opposées dans une parfaite synchronisation. Ils avaient l'air de deux adolescents vivant leur premier émois et ne sachant tout à fait comment se comporter, ce qui était bien ou mal... Or leur insouciance de futurs adultes étaient loin derrière eux. Le monde réel les avaient rattrapés et peut-être un peu vite.

Mais par un heureux coup du hasard, ou d'intelligence, le chaton créa une distraction en choisissant comme mur d'escalade la jambe de son maître. Ce denier le reposa et en profita pour tenter de détendre l'atmosphère. Il fallait avouer que la discussion qui venait d'avoir lieu ici et la trace d'impact sur le mur d'en face n'aidait pas à la franche rigolade. Alors avec un sourire en coin, Maria proposa:

-" Je pencherais pour la solution numéro deux, voire la trois. Mais ça reste à débattre."

Le baiser de Tor la surprit un peu mais elle se laissa faire et y répondit avec une certaine tendresse. Elle se détacha cependant en soufflant:
-" Hum ce serait aller un peu trop vite en besogne que de poursuivre cette route... Tu n'avais pas parler de boire un verre?"

Un verre, voilà qui ne pouvait que débarrasser de toute la tension dans l'air... Surtout s'ils quittaient ce couloir, qui conservait une marque de leur querelle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 28
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un joueur, une joueuse...Pas de limites? [PV=Maria Finn]   Mar 13 Mai - 23:28

Oups, ambiance tendue entre les deux personnes, encore une fois, ils étaient reconnaissant à un chaton noir trop humain pour n'être qu'un chat. Enfin la vérité c'était plutôt lui qui devait être reconnaissant à ce chaton, c'est en grade partie grâce à lui que les choses sont ce qu'elles sont. Le chaton s'était stratégiquement replié dans l'escalier, surement encore marqué par ce violent coup que son maitre avait mis dans le mur. Dans l'immédiat de la chose, Tor et Maria étaient deux gamins, coincés, incapable de réagir, de savoir quoi faire. Peut-être était-ce le fait qu'un ait haussé le ton, peut-être était-ce le fait qu'ils soient tous deux soulagés que leur dispute soit passé. Peut-être n'était-ce même rien d'autre que de la timidité, pourtant auparavant, c'était bien moins le cas lorsqu'ils jouaient. *Ben voilà la différence, on ne joue plus, nous sommes dans la vie réelle. Bon sang, j'avais oublié la violence que cela était de se retrouver à nouveau dans le monde réel*. Les illusions étaient tellement belles, tellement pratiques, se cacher derrière ce qu'on espère, derrière ce qu'on veut, derrière ce qu'on croit être, même si ça ne doit jamais être.

La demoiselle avoua être tentée par les deux dernières proposition de Tor, lui aussi, en faites, il avait même banni une quelconque possibilité que la numéro une soit retenue. Etrange, mais il l'avait fais instinctivement, comme ce genre de choses, dont vous êtes sur d'avoir la réponse, mais vous allez quand même vérifier car vous ne voulez pas être dans l'erreur. La jeune femme avait parfaitement raison, dangereux de poursuivre de suite cette voix, il ne serait que meilleur de patienter, mais aussi de laisser tasser cette dispute, surtout de laisser tasser ce moment de distorsion entre leurs pensées. En tout cas, le jeune homme avait apprécié la tendresse que la demoiselle avait mis dans sa réponse à son baiser. S'il paraissait encore calme et détaché, le jeune homme savait qu'il avait déconné en parlant si fort, et en frappant ce mur. D'abord parce que ce mur n'y était pour rien dans leur relation, ensuite parce qu'il ne voulait effrayer ni elle, ni le chaton. Ce coup avait été plus un moyen de se forcer à voir la réalité que vraiment pour intimider ou quelque chose d'autre. Ses doigts passèrent dans la légère bosse marquée par ce coup précédent:


- Je suis désolé, je n'aurais pas dû m'énerver, encore moins me prendre pour un boxeur. J'ai été stupide, enfin je le suis toujours. Je t'en prie, descendons, il y a de quoi faire dans le bar du salon en théorie le choix est assez large pour généralement convenir à tout le monde.

Il invita la demoiselle à passer d'abord, ce qu'elle fit. Dans le dos de la demoiselle, Tor se demandait encore ce qu'elle pensait de lui après ce geste inconsidéré et stupide de violence qu'il avait eu. Elle savait surement que ce n'était pas contre elle, mais que pouvait-elle penser. Ils arrivèrent dans le salon et le jeune homme invita Maria à s'asseoir sur le canapé. Il la regarda s'asseoir avec un sourire plus libéré déjà qu'à l'étage, petite distance, pourtant un soulagement certains. Tor vit le chaton sauté sur les genoux de la demoiselle:

- Il a pas encore eu le droit à sa séance de câlins, mais je crois qu'il l'a amplement mérité aujourd'hui, il aura fais plus que beaucoup de représentants de son espèce. Mais dis-moi, je te serre quoi? J'ai de la bière au frais, sinon whisky, rhum, vodka, martini rouge ou blanc, pastis, tequila, liqueurs de fruits en tout genre. Et il y a même possibilité d'avoir un glaçon ou deux. Si tu comptais me demander tu prends quoi pour m'imiter, je me prends un Jack Daniel's avec un glaçon...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maria Finn
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 143
Age : 24
Localisation : Là où tu ne me chercheras pas...
clan : Neutre... Enfin pas tant que ça...
Humeur : C'est une question de point de vue...
Date d'inscription : 23/03/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/0  (0/0)
Niveau magique:
8/20  (8/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un joueur, une joueuse...Pas de limites? [PV=Maria Finn]   Mer 14 Mai - 16:05

Tant de tension était assez désagréable et surtout à éviter, pour de prochaines rencontres. Rien de pire pour user les nerfs qu'une tension palpable tant elle est forte.

Le changement qui eut lieu après la mise à plat de leur sentiments et de leur "avenir" commun, les choses étaient soudainement beaucoup plus complexe. Après leur petit jeu de séduction, on aurait était à même de se dire que toute timidité et toute gêne s'était envolées vers d'autres horizons.

Cependant ce n'était plus un jeu, c'était la vraie vie, celle où tout ce qu'on le fait a des conséquences, celles où soit on gagne soit on meurt, celle-là. C'était peut-être ça qui procurait ce soudain revirement de situation. Comme si, après tout ce qu'ils avaient vécu en une seule journée, il fallait tout reprendre depuis la case départ. Comme si le fait de partir sur de nouvelles bases annuler tout ce qui avait été dit.

Mais Maria ferait tout pour que cet état de fait ne dure pas. Il était hors de question de partir dans une relation banale. Elle n'avait pas admit tant de choses pour que tout soit gâcher par une pseudo-gêne.

Alors, se motivant, elle décida d'agir de manière naturelle, de ne plus rien calculer. Tor s'excusa alors de sa violence et la jeune brune lui répondit par un simple sourire. Elle préférait de loin voir un mur éraflé plutôt qu'une colère contenue, un être plein de haine et de froideur...

*Quelqu'un comme toi* songea la jeune femme. Et c'était vrai en un sens. Si l'italienne s'était... attachée au blond, c'était parcequ'il était différent, non seulement d'elle mais des autres en général. Bien sûr ils avaient plus de points communs qu'ils ne l'avaient soupçonné au début, mais il n'es restait pas moins un être à part... Un doux illuminé... Enfin, non, il n'était pas si doux... Un illuminé tout court.

La sorcière divaguait dans ses pensées en précédant son hôte dans l'escalier et s'assit comme un automate quand il l'y invita. Il lui fallut une poignée de secondes pour réaliser que Vega avait sauté sur ses genoux, certainement en quête de caresses, dont toute cette agitation l'avait privé.

Gentiment l'ancienne Serdaigle lui passa une main sur le dos. Ravie, la boule de poils s'installa sur les genoux de sa nouvelle camarade, sur le côté, les yeux clos. Une main fine et agile glissant dans le pelage sombre, Maria écouta le jeune homme lui proposait une foule de choses.

Il y avait longtemps que la brune n'avait pas but un verre, dans le cadre tranquille d'un logis. En général elle ne buvait que dans les bars, où elle allait à la pêche aux informations. En effet, les mangemorts de bas étage était d'une curiosité folle et savait toujours fourré leur nez aux endroits intéressants. Et en général, ils buvaient comme des trous, surtout quand il ne payaient pas...

Après un instant, qui aurait put paraître comme une petite hésitation, l'ancienne apprentie répondit:

-" Je prendrai un martini blanc s'il te plaît."

Après avoir regardé son hôte se diriger vers la cuisine avec un sourire partagé, elle reporta son attention sur le chaton, le caressant. La bestiole ronronnait i fort qu'on se demandait comment un vacarme pareil pouvait sortir d'un si petit corps...

Quand Tor revint, deux verres à la main, elle saisit le sien et eut un beau sourire:

"-Santé!"

Les verres s'entrechoquèrent et les deux jeunes gens burent à la santé... De quoi ou de qui, c'était une question pertinente... A eux peut-être?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 28
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un joueur, une joueuse...Pas de limites? [PV=Maria Finn]   Mer 14 Mai - 16:40

Finalement, il apparaissait que la tension pourtant si forte en haut, même après qu'ils aient "réglé leur compte" si l'on pouvait dire, avait diminuer quand ils s'étaient éloigner de ce couloir. Et ce n'en était que mieux, un couloir n'était pas vraiment agréable comme lieu pour discuter, ils étaient quand même mieux tranquillement installé dans un canapé. Enfin pour le moment c'était Maria qui était dans le canapé, avec un chaton sur les genoux, un chaton? Non c'était plus un ami qu'un chaton. Tor commença à édicter toutes les boissons que contenaient son bar, se rendant pour la première fois compte qu'il avait des bouteilles qu'il n'avait jamais touché, des alcools qu'il ne boirait jamais, à commencer par ce que la demoiselle demanda! Un martini blanc, un martini rouge, vraiment très peu pour le jeune homme, en faites jamais semblait même de mises. Bien sur dire jamais comportait son lot de risques, mais dans ce cas là, le musicien était presque sur de ne pas se tromper en disant jamais. Mais c'était ainsi qu'allait la vie, avec des choses dont on se préoccupe car on aime, d'autre dont on ne se préoccupe pas car on aime pas. Et bien sur des choses dont on voulait se préoccuper car on aime mais dont on avait pas le droit ou la possibilité, et des choses dont on devait se préoccuper alors même que ces choses nous ennuient.

Le jeune homme avait les verres au fond du bar, sa main évitant les bouteilles, il attrapa un verre à whisky et un pour le martini. Il servit les deux verres et disparut dans la cuisine en quête d'iceberg. Il savait où ils étaient et les deux glaçons furent rapidement dans les verres, mais le jeune homme resta quelques instants de plus dans la cuisine, comme ayant peur de ne plus voir en revenant. Mais ce ne fut pas le cas, la demoiselle était là, avec sur les genoux ce qui était devenu une machine à ronronner. Le chaton semblait soulager d'avoir enfin droit à sa séance de caresses. Enfin, il savait qu'il aurait eu droit à double dose le lendemain si elle avait été condamnée. Il donna le verre de Martini à la jeune femme et ils portèrent un toast en se souriant. Voir Maria sourire ainsi faisait plaisir à Tor, en faites, même c'était de côté froid et toujours contrôler qui avait plu à Tor. Cette façon qu'elle avait d'être, juste sa façon d'être. D'ailleurs, ils avaient bu à la santé de quelqu'un ou quelque chose, mais sans avoir dis à la santé de qui ou quoi pour autant. Visiblement ils pensait la même chose et se regardant tous deux eurent un sourire:


- Disons que nous avons bu à la santé d'une journée peu commune et d'un chaton encore moins commun. Ca te semble bien?

Silence amusé, détendu, qui aurait été étonnant si quelqu'un d'extérieur à l'histoire et à ces deux personnes avait vu la scène. En tout cas, ce petit jeu avait amené à une situation qu'aucun des deux jeunes gens semblaient désapprouver trop fortement. Il semblait que le chaton dormait. Tor eut un sourire, ce genre de sourire que font parfois les bébés avant de faire une bêtise, ceux qui indiquent une bêtise en approche. La guitare de Tor vola jusqu'à ses genoux. Il pinça les cordes et joua un air que la jeune femme sembla reconnaitre, celui qu'il jouait quand ils s'étaient vu dans le parc. Les paroles en moins, c'était la chanson "Love Grows where my Rose-Marie goes", celle du parc, la première fois qu'il l'avait vu. Le chaton leva la tête pour regarder la guitare. Comme chaque fois, sa patte s'approcha des cordes. Se contentant de pincer les cordes, Tor laissa le chaton s'amuser. Evidemment, ce n'était pas la même chose que quand Tor jouait, c'était encore un chat ce Vega...Malgré les apparences. On reconnaissait encore la musique de la chanson entre les mauvaises notes. Et le chaton s'amusait, alors que Tor et Maria se regardaient dans les yeux par intermittences, détournant la tête chaque fois que leurs regards restaient en contact plus de quelques secondes:

- La vie réelle hein? Enfin j'aime cette pseudo-timidité, au moins ça montre qu'on respecte l'autre, sauf que si on reste comme ça, on va s'ennuyer. Alors qu'est-ce que je pourrais faire qui te ferais plaisir? Une chanson peut-être? Ou on reprends notre petit jeu de la vérité? Sauf si on recommence à se taper dessus? Le choix est vague.

Le ton de l'ironie toujours et encore, le préféré de Tor, savoir utiliser l'ironie était sans conteste la plus terrible de toutes les armes, mais aussi un plaisir tout particulier, surtout quand la personne en face le comprends...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maria Finn
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 143
Age : 24
Localisation : Là où tu ne me chercheras pas...
clan : Neutre... Enfin pas tant que ça...
Humeur : C'est une question de point de vue...
Date d'inscription : 23/03/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/0  (0/0)
Niveau magique:
8/20  (8/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un joueur, une joueuse...Pas de limites? [PV=Maria Finn]   Jeu 15 Mai - 17:06

Le chat faisait un bruit infernal et Maria lui jeta un regard où se mêlait suspicion et amusement. Mais quand Tor proposa de trinquer en l'honneur d'une journée hors du commun et d'un chaton trop humain, il n'eut pas de réaction particulière si ce n'était un petit hochement de tête.

En y regardant de plus près la jeune femme réalise qu'il s'était endormi. Le sourire qu'elle avait eut ne s'envola pas dans l'instant, comme le faisaient d'ordinaire ses très rares véritables sourires.

En règle générale ses lèvres s'étiraient pour charmer, se moquer ou encore d'une manière cruelle. Mais en de très rares occasions, un sourire naissait sur sa bouche sans qu'elle n'ait au préalable décidé de sa nature, sans qu'elle le veuille vraiment. Le genre de sourire que tout à chacun fait quand il est... heureux

Le mot semblait déplacé pour définir la froide italienne, mais dans le cas présent il n'y en avait pas de meilleur. Elle était heureuse et c'était très étrange. Agréable, mais troublant.

Toute à ces pensées, elle avala une gorgée de son verre, sentant la respiration lente de Vega sur ses genoux. Son regard et celui de son hôte se croisait parfois, mais repartait aussitôt dans des direction opposées, en un étrange ballet oculaire. Le jeune homme fit à son tour un sourire.

Mais cette fois-ci un sourire semblable à celui du garnement qui va pousser le vase en cristal de sa grand mère. L'ancienne Serdaigle lui jeta un regard semblable à celui qu'elle avait porté à la boule pils, quelques instant plus tôt.

Le chanteur fit voler jusqu'à lui sa guitare et entama un air. La jeune brune le reconnut quasiment tout de suite. Elle qui trouvait idiot d'avoir une chanson fétiche, la voilà servie. C'était la mélodie du parc, cette chanson suffisamment belle et touchante pour qu'elle s'arrête et écoute. Un air dont il ignorait le titre...

D'ailleurs la magie qui se recréait fut brisé par un cliquetis et une suite de notes des plus affreuses à l'oreille. Baissant la tête, Maria vit le chaton faire joujou avec les cordes. Au milieu du fouillis de fausses notes qu'il faisait, à son plus grand plaisir, on distinguait tout de même la chanson d'origine, sérieusement malmenée.

Le musicien reprit alors la parole soulignant l'ennui qui venait à grand pas. Il n'avait pas tort, c'était bien gentil toute cette politesse guindée mais c'était loin de l'esprit de cette journée et de toute idée d'attachement. L'italienne le regarda dans les yeux quelques secondes, sans bouger d'un cil.

Il fallait bien reprendre quelque part et ça lui semblait une bonne base. Elle se pencha un peu et répondit:

-" Oui le choix est vaste... Et encore tu n'as pas cité toutes les possibilités..."

Devant le regard surpris elle se contenta d'un haussement d'épaules mystérieux et d'un petit sourire, un rien coquin. Puis, vidant son verre et le posant sur la table, elle reprit:
-" Très franchement je n'ai pas envie prévoir ce que l'on va faire. Laissons faire les choses, on verra..."

Bien entendu, quelque soit la direction que prendrait la soirée, la jeune femme était prête, savait quoi faire. C'était pour ça qu'elle avait laissé faire le blond. Puis elle ajouta:
-" En plus je prend toutes les décisions depuis le début, c'est lassant."

L'humour se devinait sans sa voix, enfin si la personne en face était un interlocuteur attentif...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 28
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un joueur, une joueuse...Pas de limites? [PV=Maria Finn]   Jeu 15 Mai - 17:59

Et le chaton continuait de malmener les cordes de la guitare, visiblement amusé. Humain certes, intelligent certes, mais il restait un chaton qu'une corde et un bout de papier aluminium amusait parfois pendant plusieurs minutes. Enfin en y réfléchissant, lui et Vega était assez complémentaire. Le chaton qui sait mieux que son maitre ce qu'il peut vouloir. Et Tor qui prends soin de lui. En faites, une relation entre Tor et un chat aurait dû être vouée à l'échec si ce chat n'avait pas eu la particularité d'être un souvenir sentimental du jeune homme. De son gré, Tor n'aurait jamais eu d'animal en faites, ou peut-être un loup. Enfin, voilà, aujourd'hui il ne regrettait pas d'avoir bien pris soin de cette boule de poils à la connerie facile. En faites, il n'avait même jamais imaginé qu'un jour il puisse être particulièrement redevable à quelqu'un, alors un chaton! *Quelle journée, enfin j'ai pas de quoi me plaindre, dans le fond, je peux considérer qu'elle était parfaite cette journée. De la neige, pas trop froid, une agréable rencontre, une bonne soirée en perspective, que demandez de plus?*

A peine avait-il dis cela que la jeune femme lui dit qu'il devait choisir la suite car elle avait l'impression d'être la seule à le faire depuis le début de leur relation. *Aïe pas faux, enfin elle a raison quoi, mais qu'est-ce que je peux y faire moi? Règle de la courtoisie, ces dames d'abord. Autre règle de la courtoisie, pour le plaisir de ces dames.* Alors maintenant, c'était à lui de s'arranger pour proposer la suite. Le jeune homme prit un peu de temps pour réfléchir, se rendant soudain compte que cela faisait un moment que leurs regards n'étaient pas restés l'un dans l'autre si longtemps. C'était comme s'ils allaient à nouveau se mettre à jouer, mais c'était différent parce que leurs regards étaient différents, des regards plus complices, plus proches...Plus amicaux...Il réfléchissait gardant ses yeux dans ceux de l'italienne. Ils affichaient un sourire, un sourire gêné, eux qui avaient été si relâches par le proche passé étaient-il devenus soudain si gênés? Difficile à croire, pourtant il aurait fallu croire que c'était en effet le cas. Ce ne fut pas pour la plus grande joie du chaton que la guitare regagna sa place. Mais visiblement pas non plus pour sa plus grande tristesse puisqu'en compensation, il eut droit à des caresses. Alors que le chaton s'endormait, Tor répondit sur le même ton que la jeune femme:


- Effectivement, il semble que tu sois chef d'orchestre depuis le début de notre rencontre. Ton plus sérieux, Je proposerais volontiers de recommencer par le début puisque nos rapports ont changé. Mais tu sais déjà de moi ce que je t'ai dis, et comme tout était vrai, ce serait lassant de répéter. Donc, nous allons éviter. J'aimais bien nos combats, j'aime la musique, mais j'appréciais plus que tout notre jeu de la vérité. Ceci étant, comme tu as dis, le mieux est de voir ce que nous réserve notre avenir, ceci étant, j'ai une question pour toi. Je crois te l'avoir déjà posé, mais tu n'as pas répondu. Pourquoi t'es-tu arrêté dans le parc?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maria Finn
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 143
Age : 24
Localisation : Là où tu ne me chercheras pas...
clan : Neutre... Enfin pas tant que ça...
Humeur : C'est une question de point de vue...
Date d'inscription : 23/03/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/0  (0/0)
Niveau magique:
8/20  (8/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un joueur, une joueuse...Pas de limites? [PV=Maria Finn]   Jeu 15 Mai - 18:37

Son ton avait eu beau être des plus ironiques, il n'en restait pas moins qu'elle énonçait la plus stricte vérité. Depuis leur rencontre des choix avaient dû être fait et du plus simple, à savoir où aller en sortant du parc, au plus délicat, décider ou non de leur donner une chance, c'était Maria qui avait pris les décisions.

ceci dit, la jeune femme aimait avoir un contrôle sur tout de A à Z, donc ce n'était pas plus mal. Mais si jamais quelque chose avait raté, le jeune homme aurait tout à fait pu rejeter la responsabilité sur elle. Voilà, il avait l'air de fuir toute décision, minime ou non. Tor aurait-il peur des conséquences de ses actes? Cela parut étrange à la jeune brune mais après tout pourquoi pas? Il était impossible de cerner entièrement les réactions de quelqu'un d'aussi dérangé...

Le musicien la regarda un moment dans les yeux, semblant chercher quoi répondre, prendre la bonne décision. Ce n'était pourtant rien de bien important au final. Mais il cogitait là dessus. Enfin il proposa de poursuivre le "jeu de la vérité". Un jeu passionnant, surtout quand les joueurs ont tant de choses à se dire et à apprendre sur l'autre...

Pourtant la première question de ce nouveau round n'était pas des mieux. Déjà parce qu'elle y avait déjà répondu et ensuite car elle détestait se répéter. Cela faisait deux bonnes raisons de ne pas répondre. Mais une promesse est une promesse et ils avaient dit: la vérité, toute lé vérité, rien que la vérité". L'italienne eut un soupir agacé et répliqua:

-" Parce que je voulais m'arrêter et que ça m'a paru être le bon endroit. Mais je l'ai déjà dit. Donc soit tu n'écoutes pas, soit tu n'es pas satisfait..."

Et curieusement l'ancienne Serdaigle penchait pour la deuxième solution... Simplement, elle ne comprenait pas pourquoi il tenait tant à avoir une réponse autre. d'ailleurs elle demanda:
-" Mais pourquoi insistes-tu autant là dessus?"

Après tout c'était idiot, elle s'était arrêtée et voilà. De plus, si elle ne l'avait pas fait elle ne serait pas assise dans le canapé de Tor en train de bavarder, ou plutôt de tenter d'en apprendre un maximum sur l'autre.

Alors quoi à la fin? Il aurait préféré qu'elle passe son chemin? Faire des bonhommes de neige avec les marmots? Jouer l'air du film favori du couple pour leur faire plaisir?

L'agacement de l'ancienne apprentie était bien contenu et maîtrisé et il n'y avait pas de raison pour qu'elle s'énerve... Malgré tout son regard se couvrit d'un voile encore plus sombre que le noir de ses yeux et son sourire disparut... Ne faisait-il pas un peu frais d'un coup?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 28
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un joueur, une joueuse...Pas de limites? [PV=Maria Finn]   Jeu 15 Mai - 19:39

Il avait déjà posé cette question, il le savait, il avait déjà eu une réponse il le savait, et cette réponse l'avait-elle satisfaite? Bien si il se persuadait que oui, mais le fait d'avoir demander une seconde fois devait prouver que ce n'était pas totalement le cas. Alors quoi? Que cherchait-il à lui faire dire? Qu'elle s'était arrêtée pour ses yeux ou sa musique? Il ne prêtait jamais attention à des détails si matériels. Il réfléchissait tranquillement, étrangement, cette question avait paru déranger la jeune femme, ou plutôt semblait lui avoir paru étrange, ou alors et c'était le plus probable, c'était le fait de la répétition. Le chaton dormait confortablement installé entre eux. Et la réplique qu'elle avait eu à ses idées prouvaient que Tor avait parfaitement raison, cette question l'avait agacée. Elle n'avait pas eu besoin de le dire, son regard changea, son sourire se fit moindre, il disparut pour dire vrai.

Alors que répondre à cette question que la jeune femme venait de poser? Qu'il ne savait pas pourquoi il l'avait posé? C'était certes le cas, mais pourquoi le croirait-elle alors que lui-même ne se croyait pas quand il se disait qu'il ne savait pas pourquoi il demandait ça. Il devait y avoir une raison, et en faites une gorgée de whisky ne fut pas pour lui déplaire. La question que Maria avait posé, Tor la comparait à la question "pourquoi aimes-tu le whisky?", ou tout autre boissons. Tor l'aimait pour le gout, surtout celui qui restait dans le palais, quelques instants après que le liquide ait été avalé. Il aimait la senteur de cet alcool plus que toutes les autres qu'il avait déjà pu sentir. *Pourquoi je trouve réponse à cette question et pas à pourquoi la raison pour laquelle elle s'est arrêtée à un intérêt particulier pour moi?*. Il fit un sourire nouveau à la jeune femme, mêlant excuse et amicalité...Non plus qu'amicalité...Tor réfléchissait à ce pourquoi de cette importance, quand son regard se fit vitreux, absent.


Flash Back


Une rue longue par un beau temps, pas un nuage dans le ciel, tout est découvert, tout est calme. Une longue rue coincée entre deux rangées d'immeuble. Tout se passe dans le monde moldu. Je marche le long d'une rue d'un pas calme, j'ai seize ans, un jour pendant les vacances. Sur mon côté, un sac bandoulière qui contient quelques livres, tous d'écrivains moldus. Parmi ces livres, un livre raconte l'histoire du dernier représentant d'une famille. Vile et intelligent, c'est un homme parfaitement dangereux. Calme et serein, posé et intelligent d'apparence, il est la pire des machines à tuer, calme, méthodique, patient, perfectionniste. Un vieux bonhomme pourtant, mais qui a de la ressource, assez pour tuer celui qui lui donne à manger avant de le crucifier à la cage qui lui servait de prison. Et il sort de cet endroit cerclé de policier en se faisant un masque en arrachant la peau du visage d'un autre homme. Il tue, et son rythme cardiaque reste calme, aussi tranquille que s'il était allongé sur son lit.

Mais là n'est pas l'important, l'important est à venir. Je suis étrangement seul dans cette rue pour un jour de juillet, surtout avec ce soleil. Mes pas résonnent encore et encore. Je sursaute en entendant le clocher sonner si soudainement. *Quel idiot*, la seule pensée que j'ai. Mais plus je marche, plus je me rends compte que mes pas ne sont plus les seuls à résonner. *Pff, en juillet, c'est si surprenant d'entendre quelqu'un marcher dans une rue? Arrêtes de flipper idiot*, une autre pensée que j'ai eu. Une moto passe bruyamment à côté de moi, puis quelques voitures, mais je n'y prête pas vraiment attention car j'entends les pas se rapprocher. Le vent souffle dans mon dos, j'entends la personne se rapprocher, et bientôt, je sens son parfum. Je me rends compte que mon père s'était ralenti quand la personne approchait, et il regagna un rythme normal quand je compris que c'était une femme. C'était un parfum mêlant odeur de pêche et d'hibiscus. Une odeur intéressante, douce et sucrée, pourtant montrant une certaine maturité. Je m'arrête dans le parc, le même que toujours pour lire, il y a des bancs, dont un qui me semble réserver, juste devant un étang ou des gens pêchent tous les jours. Derrière moi, des jeux pour les enfants.

Malgré la beauté de cet endroit, il n'y a que moi et deux hommes qui pêchent. Un des pêcheurs est vieux, l'autre me parait plus jeune, je ne vois pas bien d'où je suis et en faites je ne m'en inquiètes pas, on vieillira tous. Je commence à lire quand un groupe de trois jeunes passent devant moi. Je ne les regarde même pas, je les écoutes rigoler en insultant les pêcheurs et en se foutant de moi. Aucune attention à des idiots pareils. Mais ils se retournent et me regardes. Un s'avance jusqu'à être juste devant moi, il me prends mon livre en rigolant de plus belle, et il se le jette, arrachant des pages de façon plus ou moins volontaire. En moi, je sens un tourbillon de colère, une furieuse colère. J'ai le sentiment que ma vue se brouille, mais elle est parfaite, ce contour rouge que je vois est parfaitement normal. Un contour flou, rougeoyant, comme des flammes qui bruleraient. J'hurle en leur demandant pourquoi ils se sont arrêtés, leur réponse est unanime, parce qu'ils veulent se foutre de ma gueule.

Cette réponse finit par me faire exploser définitivement je me baisse pour ramasser une lourde pierre, que ma main à du mal à tenir. Pourtant voyant celui qui m'avait parlé bruler le livre, la pierre devient légère, je ne ressens plus rien, je les vois eux, et ce contour rouge si étrange. Je frappe celui qui est le premier d'un coup à la tête, les deux autres approchent et subissent le même sort. Je me jette sur celui qui a mis en flammes les pages de ce livre et avec mes poings fermés, je le roue de coups, sans m'arrêter, son estomac, son visage déjà ensanglanté par mon premier coup avec la pierre. Je vois son front s'ouvrir, son nez cassé, ses arcades saignent abondamment, et toujours ce même contour rougeoyant, je n'arrête plus, même plus sur d'être maitre de moi-même. Et finalement, un pêcheur intervient. Je laisse échapper un hurlement rageur et disparait en marchant, calmement, tranquillement, comme si de rien était. Et je me rends compte que mon coeur ne bat pas la chamade.


Fin du Flash Back


Le jeune homme ne s'était pas rendu compte, il avait raconté tout cela à haute voix, il sourit à la jeune femme. Dans sa bouche, un gout chaud et métallique, pourtant il n'y a que sa salive, pas de sang, juste un souvenir de ce jour qui remontait encore:

- Je pense que ça te répondra. C'est un exemple, généralement, les gens qui m'accostent le font pour se foutre de moi, alors avec le temps tu sais. Désolé j'ai dû t'ennuyer avec ce récit. Je crois avoir une question plus constructive que celle que j'ai posé précedemment. Jusqu'à où serais-tu prête à aller pour accomplir ta vendetta?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maria Finn
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 143
Age : 24
Localisation : Là où tu ne me chercheras pas...
clan : Neutre... Enfin pas tant que ça...
Humeur : C'est une question de point de vue...
Date d'inscription : 23/03/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/0  (0/0)
Niveau magique:
8/20  (8/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un joueur, une joueuse...Pas de limites? [PV=Maria Finn]   Jeu 15 Mai - 20:21

Son agacement se lisait dans son attitude fermée. Enfin quelqu'un d'extérieur à la scène la trouverait simplement froide, ne se rendrait compte de rien. Mais Tor avait compris que cette question vide de sens ou presque l'agaçait. Elle avait une sainte horreur de se répéter.

Pendant un instant, le silence se fit et le jeune homme sembla immergé dans ses pensées. Il n'en sortit pas, eu même un regard vide et songeur mais se mit à parler.

Il parla d'ailleurs longuement ou plust exactement raconta. Une anecdote, un petit quelque chose qui arrive et qui marque. Un souvenir d'un jour de juillet en l'occurrence...

L'italienne écouta, avec attention, se demandant où il pouvait bien vouloir en venir comme ça... Il fallut attendre que le passage où un des imbéciles brule le livre et que Tor se venge à coups de cailloux pour en venir à la conclusion de cette histoire...

Le musicien avait donc pris l'habitude qu'on lui cherche des noises... Mais il n'est restait pas moins que la question qu'il avait initialement posé était stupide. En effet si Maria avait voulut querelle dans ce parc, il l'aurait eu, sans doute possible.

Alors pourquoi douter alors que cette rencontre était derrière eux et qu'il avait eu la preuve qu'elle ne lui voulait pas de mal? Sans une de ces questions destinées à rester sans réponses...

Car la jeune femme n'eut pas le temps de la poser. Tor enchaîna sur une question diamétralement opposé à la précédente. Celle-ci avait déjà plus d'intérêt, enfin si l'on avait cure de la vie de Maria et ses motivations.

Ceci dit, elle avait pensé être clair sur ce point. Sa vengeance ne serait pas douce, rapide et sans douleur. Elle serait de force égale à l'ignoble meurtre de cette femme brune, avec des yeux bleus qui hantaient encore la jeune sorcière, onze ans plus tard...

La belle brune voyait nettement le visage de cette mangemorte, enfin le peu qu'elle en avait aperçu ce soir là la marquait et la marquerait sans doute à tout jamais. Le femme était aussi brune qu'elle, mince, grande et fine. Elle avait un teint assez pale et des yeux... Des yeux d'un bleu si clair qu'on ne voyait que cela dans son visage.

Des yeux auxquels il valait mieux éviter de pense pour conserver son équilibre. Mais l'équilibre de miss Finn s'était envolé avec son père. Son incapable de mère n'avait pas su l'aider. En un sens elle avait laissé sa fille sombrer. Si l'ancienne apprentie n'avait pas été aussi têtue, elle pourrait avoir un bien vilain tatouage sur son bras...

L'italienne réalisa qu'il était grand temps de répondre à la question. C'est ce qu'elle fit, sans l'ombre d'une émotion sur le visage:

-" Je pensais que tu le savais : jusqu'au bout."

Une réponse concise, qui pourrait prêter à confusion, mais pas avec la détermination que l'on voyait dans son regard dur et sombre.

Oui, jusqu'au bout, pas seulement de la vendetta en elle-même, mais jusqu'à toutes les extrémités, jusqu'à tout les sacrifices, même celui de son existence. Puis la question-réponse ne e fit pas attendre plus longtemps:

-"Et toi?"

Même si le musicien avait l'air déterminé, qu'il n'avait pas peur de mourir et qu'il semblait prêt, elle son désir de mort et de sang était aussi poussé que le sien... En tout cas elle pensait qu'il était moins vil...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 28
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un joueur, une joueuse...Pas de limites? [PV=Maria Finn]   Jeu 15 Mai - 21:07

Ca avait fais tout bizarre à Tor de parler autant, et contrairement à ce qu'il croyait la jeune femme ne comprit pas vraiment son explication, pourtant, de part ce qu'elle savait de lui, il aurait juré qu'elle comprendrait. Enfin, il n'était pas déçu, il ne pouvait pas lui en vouloir. Elle n'avait pas toutes les cartes en main pour comprendre cette chère italienne. Il était vrai que Tor était quelqu'un de particulier, beaucoup de monde le lui avait déjà dis, et beaucoup le croyait sans le dire. D'autre le traitait simplement de "monstre". Mais pourquoi serait-il un monstre? Parce qu'il retient des détails, des choses secondaires et inutiles que personne ne retiendrait lui mis à part. Il avait un cerveau un peu différent des autres, il fallait l'avouer, surtout une mémoire, et d'après un psychologue, quelque chose d'intéressant. Enfin un psychologue, il n'y croyait qu'a moitié, cependant, il pouvait avoir raison, enfin il savait qu'il avait raison, mais ça c'est une autre histoire. Faire avouer au musicien que le psychologue a raison risque d'être plus dur que de lui demander de se suicider si ça lui permet de se venger:

- Tu sais, j'espérais que tu comprennes, mais j'ai été sot, tu n'as pas toutes les cartes en main pour comprendre. Tu n'as pas vécu ce que j'ai vécu, tu ne peux donc pas comprendre le sens qu'avait ma question. Comme je ne peux certainement pas comprendre des passages de ta vie parce que je n'ai pas toutes les cartes. Mais saches simplement que j'ai une méfiance quand aux gens, une méfiance devenue naturelle si l'on peut dire. Les personnes que je connaissais m'ont trahi presque tous, mon père, ma mère, mon frère, des amis. Les inconnus m'ont souvent apportés plus de problèmes qu'ils n'en ont résolu et en faites, j'ai le souvenir de ne jamais avoir été aidé par un inconnu de mon existence, plutôt eu des problèmes. Je ne te compare pas à ces trois idiots. Mais tu sais, j'aimerais avoir une confiance aveugle en toi, seulement il y a cette petite voix qui me répète que tu vas me nuire, que tu attends simplement le moment idéal pour me nuire. Je ne veux pas croire cette voix, pourtant...

Mots difficiles qui pourraient devenir des maux. Souhaitons que non. Enfin il n'y avait à proprement parler de raisons. La jeune femme lui avait répondu aller jusqu'au bout pour se venger...Jusqu'au bout...Jusqu'à donner sa vie si cela s'avère nécessaire pour accomplir sa vengeance. Témoignage de sa volonté et de sa détermination. D'autres auraient vu de la folie, le jeune homme comprenait que l'on puisse ainsi vouloir se venger. Lui-même imaginait sa vengeance certains soirs. Il ne l'espérait pas tellement sanglante que violente. Au fond de lui, il voulait voir ce groupe de personnes mourir plus que tout. Mourir dans la douleur. Mais pas dans un bain de sang, mourir douloureusement, tout simplement. Mais d'abord, il lui faudrait des visages ou mieux, des noms. Tout ce qu'il avait c'était des odeurs, des odeurs et des voix, il s'en souvenait parfaitement, et il savait même qu'un des agresseurs était une femme. Il prit quelques secondes pour réfléchir et répondit à la jeune femme:

- Je ferais ce qui doit être fais pour que je vois ces personnes mortes. Jusqu'au bout, pour reprendre tes mots. De toutes façons tu l'auras compris, je n'ai plus aucune peur de mourir, alors si mon sacrifice peut servir en plus à ma vengeance. C'est marrant, nous croyions être si différents alors que nous sommes très ressemblants. En tout cas, tu peux savoir que si un jour tu devais avoir besoin de quelque pour t'aider je serais là, même si je me doute que tu ne voudras pas de mon aide. Maintenant dis-moi, pourquoi me fais-tu confiance, assez pour m'avoir parler de ton passé et pour nous laisser une chance?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maria Finn
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 143
Age : 24
Localisation : Là où tu ne me chercheras pas...
clan : Neutre... Enfin pas tant que ça...
Humeur : C'est une question de point de vue...
Date d'inscription : 23/03/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/0  (0/0)
Niveau magique:
8/20  (8/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un joueur, une joueuse...Pas de limites? [PV=Maria Finn]   Jeu 15 Mai - 23:01

Alors comme ça il se méfiait des gens... Et bien au moins ils seraient deux... Certes la jeune femme n'avait pas été déçu par autant de gens que Tor. La source ce cette réserve, de cette froideur, ce cette incapacité à avoir des sentiments normaux et à accorder sa confiance pleine et entière était sa mère.

C'était elle qui avait laissé mourir son père, elle qui n'avait rien fait pour se venger, elle qui s'était aplatie comme la lâche qu'elle était, elle qui avait refusé de se battre, elle qui avait broyé son amour en miettes, elle qui avait fait de sa plaie béante un fléau et un instrument, elle qui l'avait poussé dans ses derniers retranchements... Oui elle, la seule qu'elle ai jamais aimé de toute la pureté et la sincérité d'une âme d'enfant, la seule en qui elle ait eu fois en pensant pouvoir toujours compter sur elle.

Mais cette péronnelle, avait commis une infamie sans nom. Elle s'était tue devant l'adversité, avait courbé l'échine et jeté l'éponge. Sa soit-disant mère avait abandonné la quête vengeresse... En fait elle ne l'avait jamais accomplie et avait refusé à sa fille le droit de l'entreprendre...

Sa génitrice était devenue un obstacle sur sa route solitaire. Mais à dix-sept ans elle s'était contentée de la quitter. Même aujourd'hui, elle n'aurait peut-être pas réussi à s'en débarrasser une bonne fois. Tuer une mère... Un acte d'ultime barbarie qui tuerait à coup sûr le fond d'humanité qu'avait encore Maria...

Voilà la raison pour laquelle la jeune brune ne pouvait pas être en relation de confiance absolue et aveugle avec son hôte. Jamais personne n'aurait le droit d'avoir la possibilité de la briser comme sa mère l'avait fait. Peut-être que lui ne le ferait pas. Mais son peu d'équilibre ne dépendrait pas d'un peut-être.

D'ailleurs lui non plus ne pouvait pas lui faire cette si belle confiance. Et c'était peut-être mieux ainsi. Comme ça ils savaient qu'ils ne comptaient que sur eux-même, au fond. Cela les rendait plus forts. Ne pas avoir de dépendance envers autrui, pour des raisons de sentiments ou de confiance, voilà qui paraissait idéal...

La belle italienne ne répondit rien, sentant qu'une nouvelle explication était à venir. Et elle ne tarda pas. Et la réponse était voisine de celle qu'elle avait anticipé. Mais s'en suivit une autre question.

Celle-ci était bonne, très pertinente mais n'avait pas de réponse très rationnelle. L'ancienne Serdaigle le regarda quelques secondes et prit enfin la parole:

-" Déjà, moi non plus je ne te fais pas une confiance aveugle. Je ne peux pas."

Elle n'ajouta rien, mais se doutait que plus tard viendrait une question sur cet état de fait. Elle reprit:
-" Cependant j'ai une certaine forme de confiance envers toi... C'est sans doute liait à ce sentiment sans nom..."

Qui en avait un, qu'ils se refusaient à voir. La jeune sorcière continua:
-" Mais pourquoi j'ai parlé je ne sais pas, je devais en avoir besoin..."

L'idée lui paraissait stupide et bassement sentimentale, mais enfin ce devait être vrai:

-" Et je suppose que si c'est sur toi que c'est tombé c'est parceque tu es différent. C'est peut-être ta folie ou alors tu as un karma particulier ou peut-être est-ce Vega..."

Le chaton, qui dormait à moitié, leva la tête vers elle, lui fit une sorte de mouvement de patte amical et e rendormit. Maria eut un sourire et termina:
-" Mais dis-moi tu sais quel nom mettre sur le sentiment qui nous pousse à faire et à dire ces choses?"

Bien sûr c'était une question piège, mais le jeune homme faisait de même... Et qu'aucun des deux protagonistes n'osent dire qu'ils ne savaient pas, au fond d'eux-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 28
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un joueur, une joueuse...Pas de limites? [PV=Maria Finn]   Jeu 15 Mai - 23:31

Alors ils étaient deux à ne pas pouvoir avoir une confiance aveugle en quelqu'un? Ce n'en était que mieux, il ne se sentirait pas en retrait par rapport à la jeune femme, comme ça aurait peut-être été le cas si elle avait eu une confiance en lui supérieure à celle que lui avait en elle. En tout cas, ils étaient à nouveau à égalité, même s'il ne faisait aucun doute qu'ils allaient trouver un moment une chose qu'ils avaient sur l'autre. Qui serait neutralisé par une chose que l'autre aura en plus. Ou en moins. Une qualité de plus, un défaut de moins. En faites, c'était plutôt une situation intéressante, elle et lui sur un canapé, parfait inconnu moins de 24 heure avant, ayant pourtant déjà partagé des baisers. Et "ensemble" avec la complicité d'un chaton bien plus qu'adorable quoi que des fois insupportables. D'ailleurs la boule de poils réagit à la remarque de Maria le concernant, levant la patte amicalement, ce qui ne fut pas sans amuser les deux personnes, d'autant que le chaton se rendormit dans les secondes qui suivirent.

Elle explique qu'elle ne savait pas pourquoi elle agissait ainsi avec lui, parlant d'une sorte de confiance que lui aussi avait pour elle, bien qu'elle ne soit pas absolue. Et elle reparla de cet étrange sentiment qu'ils ressentaient tous les deux, l'un pour l'autre. Sentiment qu'aucun des deux ne savaient nommer...Qu'aucun des deux ne voulaient nommer...Elle expliqua qu'elle lui avait parlé parce qu'il était différent, ou sous l'influence du chaton, ou peut-être parce qu'il avait un karma spécial. Un karma spécial? Etrange, encore plus lui, il n'avait pas vraiment fais des choses supposées valoriser la karma, alors encore au point de créer des liens comme ça avec les autres. Et arriva la question, de toute façon piège. Quel nom mettrait-il sur ce sentiment qu'ils ressentaient. Le verre de whisky était vide depuis un petit moment, et il ne se remplirait plus ce soir. Et Tor était content d'encore avoir l'esprit clair pour chercher une réponse à cette question, quel nom mettre sur ce sentiment. *"Amour ma chérie, je t'aime mon coeur" dis-lui ça, tu auras répondu par la vérité allez du courage assumes* Saloperie de voix, encore réveillé, enfin surtout réveillé le soir. Mais la bonne question était de savoir qui avait tort du jeune homme et de cette voix:


- OK, c'est le jeu de la vérité, et il faut répondre par la vérité, alors je vais être parfaitement franc avec toi. Je crois que toi et moi nous ne connaissons pas le nom de ce sentiment ou pire que nous ne voulons pas y croire. Pourtant, j'avoue que c'était assez évident, ce n'est pas de la confrérie, enfin je parle pour moi, car je ressens ce désir, cette attirance charnelle. Et ce n'est pas de l'amitié car mon ressentir dépasse la simple et bête amitié. Je pourrais inventer un mot pour définir ce sentiment qui semble nous unir, mais je crains que ce ne soit pas la peine car il me semble qu'il existe déjà un mot pour ça...

Pause dans le récit, petit temps de réflexion, un peu d'appréhension aussi quand à ce qu'il allait dire surtout que chaque fois que sa phrase se terminait, la petite voix lui disait de reprendre en disant *Amour Maria, Amour*. Petite voix qui ne se taisait pas, sans cesse toujours et encore. Quand on savait que des personnes jouent sur ce sentiment et qu'eux deux étaient comme deux idiots sur un canapé à tenter de le nommer alors que la réponse chacun la connait mais se refuser à la dire. Mais il fallait arriver ici avec ce petit jeu, il devait en arriver au moment où l'un d'eux allait devoir nommer ce sentiment. Et en plus, ce chaton surhumain dormait. Au mauvais moment comme par hasard. *Et dire que je commençais à croire qu'il pourrait m'aider*. Ironie de cette pensée, le chaton n'a fais que ça, et il savait qu'il n'avait pas besoin de lui pour finir ce qu'il avait commencé à dire:

- Bon un de nous devra bien le dire en premier et tu as posé la question. C'est marrant, je crois que tu as posé cette question pour la même raison que je l'aurais posé. Parce que tu crois savoir...Non parce que tu sais que tu sais quel est ce sentiment, mais qu'aucun de nous n'ose le nommer. Alors très honnêtement, je pense que en temps normal ce sentiment se résume en trois mots:"Je t'aime". Tor chercha un quelque chose, un n'importe quoi dans le regard de Maria, mais il n'y avait rien dans son regard, Et d'après toi, mon analyse est plutôt bonne ou carrément à côté de la plaque?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maria Finn
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 143
Age : 24
Localisation : Là où tu ne me chercheras pas...
clan : Neutre... Enfin pas tant que ça...
Humeur : C'est une question de point de vue...
Date d'inscription : 23/03/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/0  (0/0)
Niveau magique:
8/20  (8/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un joueur, une joueuse...Pas de limites? [PV=Maria Finn]   Ven 16 Mai - 19:49

Sa question n'était pas très sympathique. D'un certaine manière, elle l'obligeait à dire les mots qu'elle se refusait à prononcer. Or c'était exactement le genre de choses que Maria ne faisait pas et qu'elle n'aimait pas qu'on lui fasse. Poser une question, dont on connaît la réponse.

Mais ce soir, rien n'était plus tout à fait pareil. Ils s'étaient lancés dans un petit jeu de séduction qui ne devait aboutir à rien, il avait fini par se retrouver chez Tor, ils en étaient arrivés à se livrer l'un à l'autre, puis se taper dessus et à se donner des cours d'escrime. Et ils finirent par tenter un "toi et moi" sur lequel mettre un nom... Oui ce n'était une journée banale, surtout si on ajoutait Vega à l'équation...

Bref, la brune avait posé une question piège et son hôte essaya une réponse. Une longue réponse, qui prenait des tours et des détours. Une réponse à une question difficile, et qui évitait d'en arriver au fait. Pourtant, après un joli monologue dont il avait le secret, il supposa que ça se traduisait par je t'aime.

C'était l'amour cette confiance retenue, ce désir et cette forme d'amitié élevée? Ah oui? C'était loin de l'idée commune que l'on s'en faisait... Ceci dit, c'était mieux ainsi, quelque chose de mieux que les amourette pathétiques et pitoyable, comme celles du couple au parc.

Une fois l'explication terminée, l'italienne plongea son regard ténébreux dans les yeux verts du jeune homme. On disait que les yeux étaient le miroir de l'âme et ça ne semblait pas plus vrai qu'en cet instant.

Maria se demandait si le trouble se lisait sur son visage et si elle avait l'air qu'on les gens amoureux... Cet air un peu absent, qui la dégoûtait au plus haut point... Elle ne pensait pas qu'elle un air béat, mais il ne faut jurer de rien...

Surtout que la jeune sorcière devait dire quelque chose, il fallait répondre. Mais comme les mots ne venaient pas, elle posa avec douceur le chat sur le pan de canapé libre à côté d'elle. La boule pils dormait du sommeil du juste et ne broncha pas. Elle reporta son attention sur le maître du chaton.

Sans un mot, avec un léger sourire, la belle jeune femme se pencha vers lui t posa ses lèvres sur les siennes. Il avait des lèvres douces et chaudes. Le baiser d'abord fugace se fit plus profond, plus intense. La brune passa ses mains derrière le coup de Tor et ferma les yeux...


[HJ : c'est court désolée]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 28
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un joueur, une joueuse...Pas de limites? [PV=Maria Finn]   Ven 16 Mai - 22:04

*Bien joué idiot, il semblerait que tes mots lui aient fais peur, regardes ça, elle répond même pas, juste un regard un peu dans le vague. Enfin après c'est ta vie, tu te l'arranges comme tu as envie.* La petite voix, encore une fois, elle revenait à la charge car la demoiselle restait muette. *Oh maintenant ça suffit, c'est ce que tu voulais non que je lui dise alors pourquoi tu viens encore m'ennuyer? Tu voulais que je dise ces mots, je les ais dis.* Et en plus, elle répondait cette voix *Dis plutôt que tu lui as dis ces maux de douleur!* Et elle se croyait drôle alors que le jeune homme ne savait plus vraiment quoi dire. Si la demoiselle avait paru sans réaction dans un premier temps, maintenant, elle regardait comme lui le regardait, un peu perdu. Certainement se demandant que faire, ou plutôt comment réagir. Dans la tête de Tor, la peur d'avoir dis ce qu'il ne fallait pas, rapidement chassé, il ressentait la même chose au fond. Ou il espérait au moins de s'en convaincre, car il savait que si ce n'était pas le cas, il venait assurément de connaitre un imper, l'imper peut-être même.

Cette façon qu'avait la jeune femme de ne pas vraiment bouger, visiblement en train de réfléchir mettait assez mal à l'aise Tor. Mais ironiquement la jeune femme semblait tout aussi gênée que lui. Le jeune homme était conscient qu'il devait avoir cet air qu'ont les gens amoureux, et il était persuadé que Maria avait le même. Mais c'est tellement plus quand on est à l'extérieur de l'action, sans avoir à intervenir. C'est tellement plus dur d'identifier les choses quand on est intervenant dans une situation. Dissocier le vrai du faux, le mensonge de la vérité, la stupidité de la réflexion. Si compliqué de savoir si notre réaction, nos dits avaient eu un effet positif ou pas. Comme le jeune homme aurait voulu sortir de son esprit, voir la scène et analyser comme il aimait le faire, mais il ne pouvait pas, il était un intervenant et de toutes évidences, son point de vue sur la chose serait corrompu. Et le musicien fit ce qu'il savait faire, enfin un psychologue qu'il avait vu lui avait donné une explication. Il se concentra sur deux choses à la fois. Soit disant ses deux hémisphère cérébraux fonctionnaient de façon indépendante. Et bien une partie se concentrait sur la jeune femme, l'autre sur ce son qui l'apaisait, le tic-tac d'une horloge.

Il attendait toujours une réponse, et failli dire à la jeune femme d'oublier sa question, même si en aucun cas il ne voulait que ce soit le cas. Il s'attendait à des mots, peut-être des maux selon les mots à venir. Mais ce fut tout autre chose. La belle italienne se saisit du chaton qui dormait à poings fermés et elle le posa sur le bras du canapé à côté d'elle. Tor ne sut pas bien dans quel ordre ça arriva, mais il aurait juré que les mains de Maria s'était enroulé autour de son cou avant le contact de ses lèvres. Il ne savait pas vraiment, mais il savait qu'ils s'embrassaient, plus amoureux certainement que jamais encore auparavant. Tous deux étaient pris dans ce baiser, dans le feu du moment peut-être. Les mains de Torse posèrent sur les hanches de Maria alors qu'il laissait son dos se poser sur le canapé. Sa tête sur le rebord du canapé, leurs lèvres toujours en contact, il y avait de la magie dans ce moment. Le baiser se prolongea encore un peu avant que tous deux, à l'unanimité ne le rompent. Se regardant dans les yeux avec un sourire amusé, et ce regard, celui qu'ont les gens amoureux. Toujours en respectant la frontière du jean de la jeune femme, une main de Tor se baladait dans le dos de l'italienne. Se doigts firent pression sur son dos et une fois de plus ils s'embrassèrent, et bientôt, les deux mains de Tor courraient dans le dos de l'italienne...



[HJ:Pas grave, le mien aussi]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maria Finn
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 143
Age : 24
Localisation : Là où tu ne me chercheras pas...
clan : Neutre... Enfin pas tant que ça...
Humeur : C'est une question de point de vue...
Date d'inscription : 23/03/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/0  (0/0)
Niveau magique:
8/20  (8/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un joueur, une joueuse...Pas de limites? [PV=Maria Finn]   Sam 17 Mai - 21:22

Maria redouta un peu la réaction du jeune homme à son baiser. D'ailleurs elle s'était trouvé stupide à réagir comme le ferait une gamine immature. La situation était plus qu'incongrue et elle ne savait plus trop quoi faire après ça...

Heureusement, Tor répondit à son étreinte et posa ses mains sur ses hanches. La jeune femme avait craint qu'il ne prennes peur, qu'il la trouve stupide, qu'il rompe l'échange puis mette un terme à cette soirée.

La jeune brune avait cependant l'esprit totalement absent dans les bras du musicien. Elle avait beau avoir une part de son cerveau, quelque part au loin, qui essayait de lui faire garder le contrôle. Elle tentait bien de rester le plus stoïque possible et de ne pas laisser ses sentiments envahissants la submerger. Mais le rested'elle-même ne pensait plus et vivait.

Voilà, l'italienne se sentait en vie, se sentait bien, comme jamais depuis bien longtemps. Plus grand chose n'avait d'importance, cette sérénité était profitable et ne durait pas... Carpe diem... Oui sauf que cette philosophie avait quitté l'ancienne apprentie. Vivre le jour présent, sans soucis du lendemain était une chose impensable, presque criminelle par les temps qui courraient. Non, il fallait être prêt à tout moment, sur ses gardes toujours.

A peine eut-elle cette pensée que les deux jeunes gens se séparèrent, avec un sourire amusé et un regard tendre. Par Merlin, avait-elle l'air niaise à ce point? C'était inimaginable ce que l'amour apportait comme ridicule, difficulté, problème, impuissance...

L'idée romantique de l'amour donnant la force de déplacer des montagnes, d'aimer à en perdre la raison, de ne plus avoir d'autres besoin que celui de l'autre était un rêve idiot aux yeux de la belle sorcière. On ne vivait pas d'amour et d'eau fraîche sous le joug des mangemorts. Non, pour continuer dans la métaphore, on vivait plutôt de haine et de sang.
*Bienvenue en ce bas monde* songea la belle brune ironiquement.

Toutefois, la vie semblait tourner à trois cent à l'heure quand les mains du blond firent pression sur son dos et que leurs lèvres se touchèrent à nouveau. L'italienne réduisit la distance entre eux au néant et passa une main fine dans la chevelure de son hôte. Ce ne pouvait en effet pas être l'amitié ou la fraternité qui faisait naître ce feu brûlant...

L'ancienne Serdaigle cherchait désespérément son calme et sa tête froide. La seul solution fut de se détacher des bras du guitariste et de se rasseoir à ses côtés, certes plus près qu'avant. Comme en excuse elle souffla:

-" J'ai besoin de me calmer... Enfin de..."

Les mots se perdirent dans sa gorge, mais le jeune homme sembla avoir comprit. La jeune femme vida d'une traite son martini, cherchant à retrouver son assurance et sa maîtrise d'elle-même. Elle ferma les yeux et respira pronfondément pour chasser de son esprit cet ardent désir d'embrasser Tor encore et encore...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 28
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un joueur, une joueuse...Pas de limites? [PV=Maria Finn]   Dim 18 Mai - 20:48

Oh doux et agréable moment, pourquoi eut-il fallut que tu sois ainsi rompu? C'est ce qu'aurait certainement écris un écrivain moldu en manque cruel d'imagination si pareille scène il avait pu inventer dans l'étroitesse de son esprit torturé déjà par cette peur oh combien affolante que celle, pourtant stupide il fallait en convenir, de la page blanche, de la ligne sans sens, de la phrase illogique, de l'anachronisme si bête pourtant si vite arrivé. Enfin quoi qu'ait pu penser le jeune homme, quoi qu'il ait pu imaginer, dans son esprit si clos pour certains et pourtant à la parole si facile, il s'attendait à ce que cet échange, pourtant qui commençait, si l'on pouvait dire, à devenir intéressant, venait d'être coupé court, très court, trop court pour que Tor ne réprime un mouvement de sa bouche qui se traduisit par une lèvre inférieure prise entre deux rangées de dents. Pas de la déception, ni une forme de colère quelconque, juste un goût un peu trop amer pour sa bouche. Enfin, il comprenait la réaction de la jeune femme au vue de ce qu'elle avait dis. Elle était une personne qui pesait le pour et le contre de façon quasi-continue, chacune de ces actions étaient médités et réfléchies, alors que là il apparaissait que ni Tor, ni Maria ne semblaient en état de contrôler quoi que ce soit.

Quelque instants auparavant, la jeune femme avait voulu savoir quel nom le musicien donnerait à ce sentiment qui les unissait, il avait répondu, pas forcément en étant le plus sur de lui l'amour. Pas des plus surs, car il avait tantôt peut que sa réponse "effraie", mais ce n'est pas le bon terme, la jeune femme, tantôt parce qu'il redoutait qu'elle ne ressente pas ça, ce qui lui paraissait en revanche beaucoup moins probable. Enfin il en était ainsi que le musicien avait senti la demoiselle pour se rassoir à côté de lui, vidant d'un trait son verre de martini. Elle tenta de parler, mais seules ses lèvres bougèrent, comme si ses cordes vocales étaient tétanisées, ou que Tor n'avait pas entendu ce qu'elle disait. Mais il n'avait pas besoin de son pour comprendre ce que disait la jeune femme. D'abord, parce qu'il lisait sur les lèvres, ensuite c'était logique dans tout ce qui s'était passé auparavant, ce qui s'était passé et ce qui s'était dis. Il suffisait de regarder la demoiselle pour comprendre qu'elle réprimait de toutes évidences une envie, que Tor supposa comme la sienne. Etrangement, on aurait cru que la jeune femme aurait plus de facilité que le musicien à garder la tête froide, pourtant, si elle semblait perdu, Tor prit la parole, calme, tranquille, comme si ce qui venait de se passer, ses baisers allongés dans le canapé n'avaient pas été:


- Ne t'en fais pas, je comprends très bien. Je sais ce qu'il en est pour toi et des sentiments, je connais ton rapport à eux, et je sais que par dessus tout, tu adores garder un contrôle absolu sur tes faits et gestes, mais surtout sur le monde qui t'entoure et encore plus sur tes émotions. Je vais pas te forcer, ce serait tant stupide que inutile d'ailleurs. Si tu veux réprimer encore ce que tu ressens, c'est ton droit, j'en ferais pareil par respect pour toi. Laissons le temps au temps, qui sait, peut-être qu'on évitera de faire une grosse bêtise ce soir, peut-être pour ne plus se revoir. Ou peut-être qu'on évitera une grosse bêtise ce soir pour la faire plus tard. Sourire, il se rapproche de son oreille, écarte ses cheveux pour que ses lèvres frôlent son oreille alors qu'il dit dans un murmure à peine audible, Je t'aime Maria...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maria Finn
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 143
Age : 24
Localisation : Là où tu ne me chercheras pas...
clan : Neutre... Enfin pas tant que ça...
Humeur : C'est une question de point de vue...
Date d'inscription : 23/03/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/0  (0/0)
Niveau magique:
8/20  (8/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un joueur, une joueuse...Pas de limites? [PV=Maria Finn]   Dim 18 Mai - 22:17

La jeune femme respira profondément, retrouva petit à petit sa froide assurance et son immanquable maîtrise de tout, tout le temps. Enfin pas tout et pas tout le temps, c'était bien ça le problème.

En l'occurrence elle ne maîtrisait pas ses émotions ce soir. En règle générale si. Ou pour être exacte, elle les bannissait donc ne les ressentait pas. Et l'ancienne apprentie était capable de refouler la haine, la colère, les larmes, ceci dit il fallait admettre qu'il y avait un moment qu'elle ne pleurait plus. Dans une moindre mesure, elle contrôlait sa douleur, s'empêchait de crier.

Mais là... Des sentiments si humains, si bas, si inutiles, si vains, si stupides, si faibles, elle ne les maîtrisait plus, plus du tout. Et ce manque de contrôle la rendait folle. Car s'il y avait bien une chose que Maria ne supportait pas, détestait par dessus tout, c'était la perte du contrôle. Le contrôle c'est le pouvoir, aurait dit Jake.

Et Tor semblait tout à fait comprendre ce besoin impérieux de se priver d'une parenthèse de bonheur pour ne pas perdre la face. D'autres auraient pu lui souligner l'absurdité de sa réaction, sa stupidité même. Non, lui il comprenait, était même ironique en parlant de ce lointain et insondable futur...

Et le guitariste ajouta aussi trois mots, soufflait à son oreille comme une confidence, un aveu. Trois petits mots de rien du tout, trois mots comme il en existe tant d'autres. Mais trois mots qui avaient un impact que n'avait aucun autre.

"Je t'aime" La petite phrase résonnait dans sa tête comme une litanie... Il quoi? Mais non enfin, il ne devait pas! Mais pourquoi? Il méritait tout de même un peu mieux que ça... Ca désignant ici une belle italienne au sale tempérament, incapable de laisser parler son coeur et en quête de vengeance.

Certes, le profil inspirait le danger et l'aventure et pouvait avoir son charme. Mais personne de sain d'esprit n'aurait songé vivre vraiment ce genre de relation... C'était bien là où le bas blessait, Tor n'était pas du genre qu'on qualifiait de sain d'esprit...

Et le pire dans tout ça, c'était sans doute que la brune éprouvait la même chose... Non, en fait le pire de tout c'était que non seulement elle le ressentait, mais elle était incapable de le dire en retour... Personne n'avait reçu son amour depuis... Depuis celle qui avait été lâche et faible pour l'abandonner et ne lui accordait aucun soutien...

La jeune sorcière posa sa tête contre l'épaule du chanteur et, regardant le sol répondit:

-" J'aimerai pouvoir dire..."

Elle n'arrivait même pas à faire comme si elle le disait, à supposer qu'elle le dirait. * Ca devient puéril!* se sermonna Maria avant de reprendre, omettant la partie important:
-" Mais j'en suis incapable.."

Et pour la première fois, elle se justifia vraiment et sincèrement:

-" La dernière fois que j'ai dit ça à quelqu'un... C'était à ma mère. Et en retour elle m'a dit..."

Flash Back

Ca y est, Maria plaquait tout, s'en allait, c'en était trop. Cette imbécile ne comprenait rien à rien, elle était incapable de voir que tout fichait le camp. Sa valise à la main et sa rage au coeur l'adolescente descendit dans le salon et regarda sa mère dans les yeux. De si beaux yeux, d'un joli marron, tout en nuances. Mais comme elle n'avait pas de temps à perdre en balivernes, elle alla droit au but:
-" Je m'en vais, je ne reviendrai pas, je vais faire ce que j'ai à faire."

Et son regard se radoucit un instant quand elle ajouta:
-" Mais je t'aime Maman...
- Moi, je t'aimais plus que tout au monde et tu m'abandonne. Tu n'es qu'une gamine qui croit pouvoir faire justice. Ne t'en vas pas et arrête de faire l'idiote, tu n'arriveras jamais à rien."

Fin Flash back

Son soudain silence avait certainement était très étrange. Reprenant son souffle après cet éclair qui ressortait de sa mémoire, elle reprit:
-" Elle m'a dit que je n'arriverai à rien. Elle m'a laisser tomber, elle s'en fichait."

L'italienne souffrait cruellement de ce manque de foi qu'avait sa mère. Celle qui doit vous aimer, quels que soient les événements, avait clairement avouer qu'elle ne croyait pas en sa fille unique. Et jamais, au grand jamais, s'était elle promis, elle ne laisserait quelqu'un broyait son coeur et son estime d'elle-même de la sorte. La jeune femme reprit, sa voix subitement changé en murmure, un peu étranglé:
-" Depuis j'ai juré que personne n'aurait le droit d'avoir l'emprise qu'elle a eut sur moi. Je ne veux plus qu'on puisse faire de moi un champ de ruines, comme elle l'a fait..."

Mais comme Tor n'y était pour rien dans la faille dans son égo, elle termina en disant:
-" Mais oui, j'ai ce sentiment en moi..."

Venant de l'ancienne Serdaigle, ces quelques mots, ce demi-aveu, était déjà un très grand pas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 28
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un joueur, une joueuse...Pas de limites? [PV=Maria Finn]   Lun 19 Mai - 9:46

"Je t'aime" Combien ont déjà dis, disent et diront encore cette phrase avant que ce monde ne soit plus qu'un amas de poussières et de ruines. En tout cas, si Tor avait souvent pensé qu'il était différent des autres, trop pour pouvoir penser comme tout le monde et être bien dans une société un tant soit peu civilisé, il avait assurément raison, n'importe quelle société saine d'esprit le considérerait comme potentiellement dangereux. Mais si Tor avait aussi émis la supposition que cette société qui ne voulait pas de lui ne pourrait rien lui apporter, il semblait qu'il se soit trompé. Cette société lui avait apporté quelque chose ce soir, un sentiment qu'il avait presque oublié dans le labyrinthe sinueux qu'était son esprit. Pas un esprit troublé ou dérangé, mais replié sur lui-même, reclus sur l'idée de son existence, interrogatif sur son humanité. Il avait rencontré du monde dans cette société, mais il avait toujours été marginal, il ne pouvait en être autrement. Et quand enfin il semblait avoir trouvé un recoin de solitude, de paix et de tranquillité où il pourrait s'enterrer en attendant la mort en compagnie de moldus, il avait rencontré un homme. Enfin, il avait rencontré un interphone qui lui avait offert un whisky, de l'argent et une photo, et c'est après ce jour que tout changea, ce trou si plaisant était devenu enfer terrestre, lieu froid, ne laissant place à aucun sentiment sinon l'hypocrisie du mensonge.

Et la jeune femme à côté de lui l'arracha à ses pensées. La tête de la charmante et charmeuse italienne venait de se poser contre son épaule. Enfin, cette jeune femme n'était pas un produit des plus parfaits de cette société, marginale elle aussi, comme Tor, en marge de la société, en marge de la loi, dans leur conviction. Chacun avait son but, mais restait marginal, la vengeance par la mort était souvent demandée, mais jamais accompli. Sauf par des marginaux. La voix de l'italienne répondit à ce que Tor venait de dire, mais ces phrases étaient saccadées, comme si les prononcer était un mal profond, un mal qui vous ronge, qui ronge votre coeur. Maria concéda ne pas pouvoir les dire, Tor quand à lui préféra ne pas rétorquer, il voulait laisser Maria finir de parler, espérant des explications. Et ce fut le cas, enfin c'était parti pour en être quand soudain la jeune femme coupa sa phrase, comme Tor le faisait quand il se perdait dans ses pensées, quand un souvenir lui revenait soudainement, trop peut-être, à la mémoire. Et quand elle reprit la parole, pour la première fois, le jeune homme sentit qu'elle parlait avec son coeur, l'explication se traduisit par les derniers mots de sa mère en réponse à l'amour de la demoiselle. Et il fallut à Tor une concentration auditive pour entendre ce que la demoiselle dit à la fin dans un faible murmure. Et sa toute dernière phrase, si elle n'était qu'un demi-aveu, fut un demi-soulagement pour Tor. Demi car il s'y attendait un peu, mais soulagement car il ne pouvait être sur de rien avant.

Peut-être avait-il été trop occupé par les dits de la demoiselle, mais Tor ne s'était pas encore rendu compte qu'ils étaient assis côte à côte. Il ne s'était même pas rendu compte que son bras droit était passé dans le dos de la demoiselle. La tête de la demoiselle posée contre son épaule lui permettait de sentir l'odeur de ces cheveux, comme il l'avait déjà fais dans le jardin alors qu'il avait eu une promotion au rang d'instructeur. C'était peut-être stupide, ou complètement débile, mais il adorait tout simplement l'odeur des cheveux de l'italienne. Il enleva son épaule pour forcer Maria à le regarder. Ses deux mains se croisèrent dans la nuque de la jeune femme, et tous deux se regardaient dans les yeux. Et ce fut toujours en restant si calme et tranquille que Tor parla à la jeune femme, et depuis un moment, tous deux parlaient doucement, comme par peur d'être entendu, ou par peur que ses mots ne soient particulièrement agressifs:


- Maria...Je ne veux pas avoir d'emprise sur toi, pas plus que je ne compte te faire du mal d'une quelconque façon. Je ne veux pas que tu te forces à dire ses mots si tu n'es pas prête ou qu'ils sont trop durs, le fait de le dire est si...secondaire...Tout le monde peut le dire, mais combien le ressente lorsqu'ils le disent? Si peu c'est si secondaire. Je n'ai pas besoin de l'entendre pour le savoir. Il vit les lèvres de l'italienne bouger comme pour répondre, son doigt fut plus rapide et se posa sur ses lèvres, Je suis sérieux Maria, peu m'importe de les entendre, je sais ce que tu ressens, ça me suffit. Petit silence, Tu dois me trouver particulièrement marginal, enfin c'est normal je suppose puisque je le suis. Et il est presque sur que n'importe qui qui serait à ma place voudrait t'entendre dire ses mots, peut-être que ce serait justifié. Malheureusement ou bien heureusement, je te laisse choisir, je ne suis pas n'importe qui, mais ça tu le sais déjà. Je connais une partie de ton passé, je sais ce que ces mots représentent pour toi, je n'ai pas besoin que tu me les dises.

Qu'était-ce donc ce que Tor faisait? De la compassion? Des dons d'excuses toutes prêtes pour la demoiselle? Non c'était une simple réaction, c'était ainsi que le jeune homme venait de parler sans réflexion autre que celle de son coeur. Ca faisait longtemps qu'il n'avait plus eu un dialogue si pur, un dialogue avec son coeur, et étrangement, ça faisait un bien fou, un plaisir immense. Pour empêcher la jeune femme de répondre, Tor serra contre lui la jeune femme, mais il savait qu'elle se soustrairait à son étreinte pour lui répondre alors il profita encore de ces secondes de silence:

- Assez d'émotions pour ce soir non? Il va bientôt être minuit et demi, la fatigue va se faire sentir bientôt, la nuit porte conseil, il serait sage de nous aliter. Et je crois qu'il serait encore plus sage que tu dormes dans mon lit alors que je resterais dans le canapé. Sauf si tu préfères autre chose, mais au vue des choses pour le moment, cette solution me parait la meilleure pour toi... Il fallait une suite à ce qu'il venait de dire, une fin à cette phrase, mais ce serait mentir. Un mal pour un bien, il valait mieux pour la demoiselle, mais peut-être aussi...comme pour moi.

*Comme pour moi? Enfin je veux dire nous? Tu veux rire là! Merde Tor t'es un vrai gamin, tu sais que c'est pas la solution que tu préfères pour la fin de cette soirée!* Encore cette voix, pourtant cette fois le jeune homme pensait en être débarrassé, mais non elle revenait. *Peut-être que c'est pas mon choix préférentiel, mais c'est le meilleur pour le moment. Je crois qu'elle est un peu perdu dans ce flot sentimental, je veux pas la brusquer, j'ai de la patience, rien ne presse...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maria Finn
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 143
Age : 24
Localisation : Là où tu ne me chercheras pas...
clan : Neutre... Enfin pas tant que ça...
Humeur : C'est une question de point de vue...
Date d'inscription : 23/03/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/0  (0/0)
Niveau magique:
8/20  (8/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un joueur, une joueuse...Pas de limites? [PV=Maria Finn]   Mar 20 Mai - 20:18

Dire tant de choses, alors que jusqu'ici ces sentiments étaient restés enfouis dans un tréfonds de son être, avait été difficile, très intense, pour la jeune femme. Pas de confidences, pas d'attaches, pas d'ennuis, aurait put être la devise de l'ancienne apprentie... Cependant toutes ses convictions s'étaient envolées, sa carapace avait fondue comme neige au soleil sous ces prunelles vertes...

C'était à la fois très douloureux, humiliant et libérateur de lâcher le lest qui pesait sur son coeur. Jusqu'à cet instant, Tor aurait été à même de croire que la seule douleur que la brune portait comme un fardeau était la mort de ce père, qu'elle n'avait pas eu le temps de connaître au fond... Mais pourtant ce n'était pas tout. Il y avait cette Cracmole aussi, celle qui lui avait donné la vie avant de la briser... Même le jeune homme, alors que c'était le seul qui savait cet état de fait, ne pouvait pas entièrement mesuré ce que cette femme lui avait fait. Elle avait piétiné ses rêves, refoulé sa conscience... Bien sûr, la pauvre femme ignorait être la cause de tant de malheur.

D'ailleurs, en ce même instant la mère de la belle italienne souffrait d'une de ses nombreuses insomnies, se demandant le sort qu'avait subi sa fille. Elle avait 45 ans mais en paraissait 60... Vieillie par le soucis, rongée par la culpabilité. Sa fille la maudissait en permanence et elle, elle priait pour sa pauvre petite...

Mais ça, Maria ne le saurait jamais, à moins qu'elle daigne adressé à nouveau la parole à sa génitrice. Ce qui était peu probable, car elle lui avait dit qu'elle ne reviendrait pas. Et la froide sorcière était peut-être sans scrupules, mais elle avait un reste de parole. Jamais je ne reviendrai, avait-elle dit... Dans ce cas, elle ne le ferait pas. Et pour le moment, elle n'était pas prête de changer d'avis...

C'était ce fourbis de pensées et d'émotions que ressentait l'ancienne Serdaigle, la tête sur l'épaule de son hôte, le bras de ce dernier dans son dos, comme un barrage à sa douleur. Le silence n'avait duré que quelques instants pourtant... C'est alors qu'elle sentit deux mains chaudes et douces se posaient sur sa nuque et ce regard vert se plonger dans ses yeux noirs...

Et le musicien fut emporté dans un élan de pitié, d'amour, de compassion de... De quoi exactement, ça elle ne l'aurait pas juré... En tout cas, quelque chose le poussa à lui dire qu'il ne lui ferait pas de mal...

Ca, la jeune femme s'en était un peu douté. Il n'avait pas l'intention de lui faire du mal... Mais sa mère, pensait-elle en l'élevant? Non, c'était après que tout avait dégénéré... Alors, qui pouvait juré que ça ne se terminerait pas mal, comme d'habitude? Qui ? Personne, personne, enfin du moins pas Maria, ou une personne parfaitement honnête...

Puis il pardonna son incapacité à dire trois misérables mots. En analysant les faits, la belle brune se trouvait stupide; à réagir de la sorte. Elle qui pensait être forte se révélait handicapée du sentiment. Elle qui croyait pouvoir braver la mort au quotidien, sans la craindre, était terrifiée par l'humanité au fond de son âme. C'était affligeant, cette pseudo confiance en elle qui disparaissait comme un ballon dans le ciel. Elle n'était rien, un misérable rien parmi 6 milliards d'autres, qui se croient tous plus importants les uns que les autres.

C'était dans des moments comme celui-là qu'elle se sentait capable de tout ficher en l'air, de partir, de s'exiler dans un lieu plus ou moins inhabité et de se laisser mourir en paix avec la nature et elle-même. Sauf que si la mémoire de son père restait salie par l'injustice, son âme ne connaîtrait ni repos, ni paix. Jamais.

Alors l'italienne reprit un peu de courage, Merlin sait où, et se lança dans une réplique, expliquant qu'elle ne voulait pas de pitié... Mais Tor, d'un doigts sur ses lèvres, l'empêcha d'aller plus loin. Et elle fit bien, car ce n'était pas de la compassion à vomir, comme on en trouve chez tant d'autres. C'était ce qu'il pensait de la situation, rien de plus, rien de moins.

Emporté par son élan de je ne sais quoi, il serra la sorcière contre lui. Elle se laissa aller, un instant, un tout petit moment, à la douceur de l'instant... Et elle écouta aussi. Oui, l'ancienne Serdaigle écoutait et décortiquait les dires du blond. Et son... Sens de l'analyse peut-être? Ou plutôt son intuition, féminine ou féline, allez savoir... Bref cette dernière lui souffla que la fin de sa phrase, chuchotait comme un aveu ou une obligation, sonnait faux. Ce n'était pas ce qu'il voulait, ce n'était pas non plus ce qu'elle voulait, mais c'était ce qu'il y avait de mieux à faire...

Il y a, paraît-il, des gens qui agissent systématiquement contre leur intérêt... Maira devait être de ceux- là car elle se détacha du guitariste, juste assez pour le regarder dans les yeux, mais pas suffisamment pour être loin de lui. Elle eu un regard malicieux et répondit:

-" J'ai une légère tendance à l'insomnie chronique, comme disent les médecins moldus... Et je serai bien incapable de dormir, en te sachant à l'étage du dessous... Non, une façon moins sage, mais peut-être plus envisageable, de se remettre de nos émotions, serait de reprendre un verre en parlant de tout et de rien, sauf des sujets qui fâchent. Puis de s'endormir comme les adolescents que nous ne sommes plus sur ce canapé..."

Le reste de la soirée sonnait comme les nuits au coin du feu, entre ami(e)s, qu'elle avait passé dans sa jeunesse, à Poudlard... Parler des heures des perspectives d'avenir, de ci, du bal, de ça, de la guerre en route, de ceci, des autres, de cela... Le bon vieux temps, quand elle pensait encore faire une école de Médicomage, quand sa mère était toujours celle qu'elle aimait, quand elle n'avait pas encore sombrer à cette part froide et calculatrice...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 28
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un joueur, une joueuse...Pas de limites? [PV=Maria Finn]   Mar 20 Mai - 21:30

Quelle jeune femme! Juste en un mot définissable? Non pas du tout il en faudrait toute une flopée. Il y aurait dans la définition les mots surprenante, obstinée, courageuse, sympathique, combattante, et Tor rajoute en souriant intérieurement à cette liste "amoureuse". En tout cas, le jeune homme était bien content de cette journée, de cette rencontre de ce qui se passait entre les deux jeunes gens. Ils disaient chacun ce qu'il pensaient où ce qu'il ressentaient selon le moment. Vivre avec son temps et pas en décalage avec ce temps, quelque choses de nouveau pour Tor, il avait souvent vécu en décalage avec sa propre vie. Il vivait les évènements, mais différemment. Comme s'il avait tourné un film, il était derrière la caméra, et il se regardait lui-même faire ses choses, décalé par rapport à lui-même et les autres. Pourtant ce soir, c'était vivre le moment présent comme il vient, être soi-même et pas jouer un rôle ce qu'il faisait souvent, si souvent. Ses mains étaient toujours jointes dans la nuque de la jeune femme qui le regardait désormais dans les yeux. Ils étaient proches, tant physiquement que par leurs ressemblances intérieures, même si certainement aucun d'eux ne l'admettrait jamais.

Maria n'eut aucun mal à se défaire de son étreinte, reculant un peu sans pour autant vraiment s'éloigner, juste ce qu'il fallait pour qu'à nouveau ils puissent se voir dans les yeux. Et il ne regrettait en rien qu'elle se soit un peu reculé, il ne se lassait pas de regarder la demoiselle, il aimait ces petits regards qu'elle avait, ces sourires aussi. *Difficile de croire que derrière un si joli visage se cache une telle détresse.* Tient la petite voix parlait avec sagesse à présent? Enfin elle l'avait toujours fais, c'était juste que maintenant, Tor avait envie de l'écouter et la croyait. Il ne fallut au jeune homme qu'écouter les dits de la jeune femme pour comprendre qu'elle savait qu'il n'avait pas été franc dans sa dernière phrase. Et lui-même ne croyait pas vraiment l'excuse de Maria pour ne pas qu'elle prenne son lit. *Insomnie chronique? Maria, je parierais que tu n'as pas vu l'ombre d'un lit depuis des semaines, tu dormirais.* Pensée simple et peut-être fausse, mais c'était l'impression qu'avait le jeune homme. En tous les cas, Maria avait eu une proposition qui parraissait plus qu'acceptable. Décente, mais pas trop, comme la journée, enfin non la journée ça avait plutôt été le contraire.

Le jeune homme acquiesça d'un signe de tête et se leva, prenant les deux verres, il désigna à Maria la bouteille de Martini qu'il n'avait pas rangé, comme le whisky d'ailleurs et la jeune femme acquiesça avec un sourire comme elle savait en faire. Rapide passage dans la cuisine pour ce qui était des glaçons, puis remplissage des verres avec les alcools. Il rangea cette fois les bouteilles et revint s'asseoir dans le canapé, après avoir posé les verres sur la table basse. Il tourna la tête vers Maria et leurs regards se croisèrent à nouveau. Mais cette fois chacun le gardait dans celui de l'autre. Ce n'était plus le regard joueur du début, plus le regard timide et gêné d'avant qu'ils ne parlent sentiments, mais un regard qu'un amoureux avait pour un autre. Tor et Maria sur ce canapé, ça avait quelque chose de surréaliste en y pensant, complètement impensable, juste improbable et pourtant. Pourtant Tor mit son dos dans le coin du canapé, installé en diagonal du canapé, il invita Maria à s'installe dans l'espace entre lui et le dossier du canapé.

Il ne savait pas ce qu'allait faire Maria, elle n'avait pas précisé si ces deux adolescents étaient supposés amis ou amoureux. Il avait décidé pour elle. Erreur? Un souvenir revint à la mémoire de Tor. Il était dans un canapé, face à lui, une cheminée, exactement dans la même position que celle qu'il avait à ce moment. Il n'avait plus de douze ans et un garçon de seize ans arrive en courant, se jetant sur le canapé et sur Tor. Et les deux garçons, en bon frère, s'insultent comme il faut avant d'en venir aux mains, comme il se doit. Tous les bruits revenaient à la mémoire de Tor, du canapé qui s'était déplacé en crissant sur le carrelage jusque la pluie qui frappait le velux. Oui c'était un jour important de la vie de Tor, car ce fut le jour qui changea le jeune homme. Son père regardait la scène, toujours ce regard froid et impassible, ce visage sans expression. Le grand frère s'amusait avec le garçon, mais ce jour devait être différent des autres, Tor frappa son frère pas avec violence, mais avec une certaine puissance, et ça avait suffis pour que le vieil homme se décide à les séparer. Le lendemain, il s'entrainait pour la première fois. Une absence qui n'était pas passé inaperçu, Maria le regardait fixement interrogative. *Mince combien de temps à passer?*. Restant comme il était invitant une dernière fois Maria à s'installer contre lui:


- Ce n'est rien, juste un souvenir, la soirée qui avait décidé mon père à m'apprendre à se battre. Il avait fallu pour cela que mon frère m'ait sauté dessus quand j'étais sur le canapé, et puis que je le mette KO avec un coup particulièrement violent pour un gamin de douze ans. Il eut un petit sourire, bien mademoiselle "l'adolescente", je veux bien parler de tout et rien sauf de choses qui fâchent, mais je n'ai pas vraiment d'idée de ce qu'est tout et rien qui ne fâchent pas. Alors je vais simplement me contenter de te demander ce que tu rêvais de faire plus jeune? Je veux dire, ni toi ni moi nous ne pensions perdre un proche et vouloir le venger. Nous avions nos projets, comme tous enfants qui se respectent, alors dis-moi que voulais-tu faire plus jeune?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maria Finn
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 143
Age : 24
Localisation : Là où tu ne me chercheras pas...
clan : Neutre... Enfin pas tant que ça...
Humeur : C'est une question de point de vue...
Date d'inscription : 23/03/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/0  (0/0)
Niveau magique:
8/20  (8/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un joueur, une joueuse...Pas de limites? [PV=Maria Finn]   Mar 20 Mai - 23:22

Maria trouva son excuse un rien pitoyable. Elle ne souffrait pas d'insomnie chronique mais était incapable de dormir plus de deux heures d'affilé sans se sentir oppressée et se réveiller de manière brusque, en ouvrant soudainement les yeux. Le seul avantage de ses nuits perturbées, c'est qu'elle ne mettait qu'une heure à se rendormir. Mais cela n'empêchait pas que ce cycle de sommeil bouleversé, auquel devait s'ajouter nombres de nuits blanches, n'était pas vraiment sain... Mais l'hygiène de vie de l'ancienne apprentie n'avait plus rien de bien sain, il n'y avait qu'à voir ses repas...

Mais pour l'instant, la belle brune ne songeait absolument pas à son mode de vie, très fortement déconseillé par nutritionniste et psychologue. Là, elle avait les yeux plongés dans le regard vert de Tor. Elle devait sans doute avoir cet air affreusement niais des gens amoureux, qui l'insupportait au plus haut point, déjà du temps où elle était collégienne. Les airs béats des gens qui s'aiment, c'était pas du tout beau à voir. Non, quitte à aimer sincèrement, autant que ça ne se lise pas en lettre capitales sur votre front, la terre entière, rien qu'en voyant votre tête étrange, ne doit pas se douter que vous êtes amoureux. Mais malgré son ressentiment à l'égard du regard tendre, elle devait bien l'avoir, en cette seconde.

Mais ça non plus elle n'y pensait pas. Etrangement, elle ne se posait plus trente-six mille questions à la fois, son cerveau, qui avait prit la fâcheuse habitude de tout analyser, décortiquer pour mieux contrôler, c'était mis en stand-by, ce soir là. Elle pensait avec son coeur, comme aurait dit une adolescente pâmée d'amour dans son journal intime. Et pourtant c'était tout à fait ça. L'ancienne Serdaigle faisait taire, petit à petit, son esprit logique et désireux de tout connaître, tout maîtriser. Ce qui ne l'empêchait pas de douter, au fond de son esprit...

Mais ce doute, au lieu de l'envahir, l'avait poussé à trouver un compromis. A savoir une soirée paisible et tranquille. Son hôte lui fit un signe de tête approbateur avant de désigner la bouteille de Martini. La charmante italienne approuva d'un petit sourire en coin, pas vraiment moqueur et qui donnait un air unique à son visage. Un sourire qui lui était propre, en quelque sorte.

Le musicien prépara les deux nouveaux verres et rangea les bouteilles. Etait-ce pour mieux en ouvrir d'autres ou par voie de sagesse? Etrangement la jeune sorcière émettait une réserve sur la question... Les boisson finirent leur périple sur la table basse et les deux jeunes gens échangèrent un regard. Maria aurait aimé le définir comme complice, mais ce n'était pas tout à fait le mot. Il y avait de ça, certes, mais aussi cette pointe de séduction, sans qu'il n'y ait de jeu cette fois-ci. Mais aussi une forme de respect, ou d'admiration mutuelle. En fait, c'était un de ces regards d'amoureux que la jeune brune ne pouvait pas souffrir. Ce qui était dommage, elle serait amenée à en faire et en échangé d'autres, une intuition le lui soufflait...

Tor se cala ensuite dans l'angle du canapé, avec un espace vide à ses côtés, qui ne demandait qu'à être comblé... Et de préférence par une présence... La sienne en l'occurrence. L'ancienne Serdaigle eut un nouveau sourire, mais ne bougea pas, remarquant le regad absent du chanteur. Elle finit par comprendre que quand il avait ses yeux là, c'était qu'il était parti dans ses souvenirs ou ses pensées, reparti dans son petit univers, son microcosme... Cela ne l'empêcha pas de lui lancer un regard interrogateur, auquel il répondit, après un petit temps d'absence tout de même.

Il ne fit pas un geste, en une invitation muette. la belle italienne ne se fit pas prier beaucoup plus longtemps et vint s'installer, avec sa grâce toute féline, contre le torse du blond. Elle posa à nouveau sa tête sur l'épaule du chanteur et l'écouta raconter ce qui lui était passé par la tête... Une bagarre... Sur un canapé... Voilà qui n'était pas tout à fait ordinaire! Mais Maria ne s'étonnait plus beaucoup en règle générale et elle avait vite compris qu'avec le jeune homme, elle ferait mieux de s'attendre à l'imprévisible. Cela faisait sans doute partie de son charme...

La question qu'il posa ensuite confirma cette dernière théorie. En effet, c'était ce que l'on appelait passer du coq à l'âne et, pour le coup, avoir une conversation délicieusement banale, mais pourtant instructive. Connaître le rêve d'enfant de quelqu'un nous laisse deviner des choses sur lui, son passé... Cela dit, Tor en savait déjà beaucoup...


* Beaucoup trop*
Voilà le doute qui venait à nouveau faire ses griffes sur l'ancienne apprentie. Celle-ci chassa bien vite ses pensées négatives et répondit:
-" Je rêvais d'être Médicomage, ça a toujours été mon grand rêve de gosse. Soigner les gens, voir des cas plus abracadabrantesques les uns que les autres... Bon j'ai appris assez vite qu'on s'habituait vite... Mais ça n'empêche, soulager les gens, les sauver parfois... ca me plaisait. Et puis je voulais un chien, un gros chien gris, un lévrier irlandais..."

Ce chien, elle avait fait une vie à sa mère pour l'avoir. Mais cette dernière avait prétexté que c'était une race encombrante, que les chiens ça salissait, qu'il fallait les sortir. Et qui s'en occuperait, hein, pendant que Maria serait à Poudlard? Repenser à tout ça rendait la jeune femme nostalgique et un sourire naquit sur ses lèvres. Un de ces sourire qu'ont les vieilles dames en consultant leurs albums photos avec leur petits enfants... Ce sourire des gens qui ont trop vu...

Et une ombre au tableau était venue. En fait, durant ses longues soirées solitaires, la jeune femme en était arrivée à se dire que, si cette dispute avec sa mère n'avait pas éclaté, elle aurait poursuivit ses études de médecine et son désir de vengeance ne l'aurait pas empoisonné, comme il le faisait maintenant. Elle aurait peut-être vécu en paix... Mais rien ne sert de songer à ce qui aurait put être, il fallait penser à ce qui était et serait. L'italienne releva donc la tête avec douceur vers le jeune homme pour lui retourner la question:

-" Et toi, tu n'étais pas non plus destiné à accomplir une vengeance? Tu avais un frère d'après ce que tu as dis... Tu devais avoir des projets..."

Sa question était un peu plus vague, elle parlait bien entendu de son rêve d'enfant, mais aussi, dans un sens plus général, de ses projets d'avenir, de ce qu'il désirait faire avec sa famille, avant...

Comme tout était étrange! Comme tout aurait put être différent si ces petits "avant" si ces événements marquants, et souvent douloureux, ne s'étaient pas présentés...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 28
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un joueur, une joueuse...Pas de limites? [PV=Maria Finn]   Mer 21 Mai - 10:47

Quelle délicieuse soirée se passait là. La demoiselle venait de se mettre contre lui, tous deux allongés dans le cuisinier, comme la jeune femme l'avait proposé rester sur le canapé pour finalement " s'endormir comme les adolescents que nous ne sommes plus sur ce canapé". Il était vrai que cette solution alternative à toutes les autres étaient certainement plus agréable que de dormir elle à l'étage lui en bas, et définitivement plus raisonnable que de dormir tous deux à l'étage dans son lit, même si cette idée n'avait jamais été que sous-entendue par des sourires en coin, des regards malicieux et des mots. Ils n'avaient surement rien à regretté de cette soirée, et de toutes façons, Tor était un grand partisan du "présent figé" comme il appelait ça. L'idée que ce qui s'est passé ne pouvait être autrement car le présent est passé sitôt que l'action n'est plus en cours. Même une seconde après avoir tué, on pouvait plus changer son geste, c'était ça le "présent figé". Mais pourquoi diable pensait-il à sa conception des choses alors qu'il était presque allongé dans un canapé, une demoiselle allongée et blottie contre lui.

En faites ça avait dû être la réaction de son cerveau à la question de la jeune femme. Ou plus précisément au renvoi de question de Maria. Il lui avait demandé s'il avait des projets étant petit, et finalement, cette philosophie du "présent figé", le musicien était persuadé de l'avoir développé pour se cacher le fait qu'il n'avait jamais eu de projets, sinon celui de venger son père après la mort de ce dernier. Ce meurtre lui avait donné une raison d'exister, il n'avait à dire vrai aucun projet. Ou plutôt si, il en avait, mais ce n'était pas les siens, c'était ceux de ses parents, ses parents qui voulaient vivre leur vie au travers de leurs fils. Mais le petit dernier de la confrérie était bien plus docile que le grand frère. Tout cela était un tout, une histoire. On ne pouvait comprendre le pourquoi si l'on n'avait pas toutes les cartes en mains, ce qui n'était pas le cas pour la jeune femme à l'heure actuelle. Seulement elle avait posé la question et tous deux tachaient de répondre du plus véridiquement qu'ils s'en sentaient la capacité, ou la volonté:


- Médicomage? J'imagine très bien la scène, un patient arrive à l'hôpital le bras complètement ouvert, saignant à flot, il s'approche de toi et te demandes juste un peu de morphine. Refusant de se laisser soigner autrement que par un petit coup de morphine et adieu la compagnie. Tu attrapes un scalpel, le menaçant de l'achever si il refuse de se laisser soigner. Il sentit le coude de la demoiselle s'enfoncer dans ses côtes avant que tous deux ne se regardent en souriant, Tu as parfaitement raison, je devrais pas rire de ces choses là, mais je pense que tu auras compris que j'ironise et ris de tout. Le sourire s'effaça, Ca va te parraitre certainement fou ce que je vais te dire, mais je n'avais aucun projet étant petit. Ceci étant, c'est toute une histoire. Mes parents, aucun d'eux n'a jamais vraiment choisi sa vie, alors ils voulaient vivre au travers de mon frère et moi ce qu'ils auraient voulu pour eux. Mon frère n'a pas été vraiment docile et ouvert à cette idée, il ne rêvait que de voyage, de dragons et de vélanes. Et c'est ainsi qu'il est partit pour l'Europe de l'Est. Moi? mon père m'avait destiné à passer ma vie dans un restaurant malgré qu'il ait appris à me battre. Ma mère m'imaginait faisant des études chez les moldus pour devenir un professeur. Je crois qu'au milieu des rêves de mes parents, je n'ai pas pu rêver ma vie future. Tu t'en douteras planifié n'est pas mon fort. Je crois que cette absence de but, de projets m'a finalement conduit à croire en ma théorie du présent figé. Je t'expliquerais ça un jour, mais là je crois que je parle encore trop. Enfin, c'est ma façon d'être. Il y eut un silence dans ce que disait Tor, il y avait eu une pointe de mélancolie dans ce qu'il disait, pas de projets, pas de buts, une âme qui erre sur terre, comme sans vie, il reprit sur un ton plus habituel, Je trouve nos questions intéressantes, ceci étant, tu m'excuseras de demander des choses peut-être plus personnelles, mais est-ce que ça te dérangerait de me faire une petite liste des défauts et qualités que tu me trouves?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maria Finn
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 143
Age : 24
Localisation : Là où tu ne me chercheras pas...
clan : Neutre... Enfin pas tant que ça...
Humeur : C'est une question de point de vue...
Date d'inscription : 23/03/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/0  (0/0)
Niveau magique:
8/20  (8/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un joueur, une joueuse...Pas de limites? [PV=Maria Finn]   Ven 23 Mai - 21:11

En repensant à ces rêves d'enfant et de jeune adolescente, la brune se dit qu'elle était peut-être passé à côté de quelque chose. C'était très noble de vouloir secourir et aider son prochain et elle avait été une bonne élève, disciple de la maison des érudits, bien qu'elle n'en ai jamais eut que les livres, la détermination et la capacité à apprendre. Mais c'était des qualités qui suffisaient, avec du travail, du travail et encore du travail, pour faire le métier de Médicomage.

Cependant le jeune homme se moqua d'elle, en lui glissant qu'elle aurait sans doute fini par menacer les patients agaçants avec un scalpel. La jeune sorcière ne se priva pas d'un coup de coude dans les côtes et d'une petit réplique:

-" Tu savais que les sorciers utilise des sorts pour panser les plaies et soigner les maladies? J'ai pas dit que je voulais être bouchère, mais Médicomage."

D'accord, la belle italienne avait adopté des attitudes moldues, comme les arts martiaux ou l'escrime. Elle savait même cuisiner, très mal et des choses simples, mais elle savait. Alors que nombre de sorciers se retrouvent perdu sans leur baguette, la jeune femme aurait pu survivre...

Le blond enchaîna en disant qu'il n'avait jamais eu de rêves, de but, d'objectifs... Cela paraissait fou, il semblait pourtant avoir de la volonté et les traits principaux pour bâtir des projets... Et, en un sens, c'était très triste de n'avoir jamais eu envie de plus, d'aller plus loin, plus haut, faire et accomplir des choses plus ou moins grandes...

Mais l'explication ne tarda pas, ses parents avaient vécu par procuration à travers leurs enfants. Et comme son frère avait voulut vivre sa vie en partant courir après ses rêves en Europe de l'Est, ils avaient insufflé leurs envies à leur autre fils... Ce genre de comportement irritait l'ancienne apprentie. Elle ne savait pas si sa mère aurait apprécié si elle avait eu d'autres projets, mais elle avait accueilli le sien à bras ouverts... En même temps, Médicomage c'est un choix de carrière idéal...

Le timbre de la voix de Tor semblait plein de mélancolie, peut-être même de regret... La jeune brune lui passa une main sur la joue et fit un petit sourire. Il n'y avait pas besoin de grands mots et de grands gestes. Et le musicien avait la fâcheuse tendance à s'emballer et à parler bien plus qu'il ne l'était vraiment nécessaire... Parfois il faut parler, mais comme disait un vieux proverbe, chinois sans doute comme la majeure partie des bons proverbes; si ce que tu as à dire est moins beau que le silence, alors tais-toi... Peu de gens appliquaient vraiment cette règle, pourtant si judicieusement formulée. Maria se doutait d'ailleurs que ce qu'elle avait dire était très souvent moins beau que le silence...

Au moment où l'italienne pensait à cette manie, le chanteur lui demandé de dresser une liste de ses qualités et défauts. Elle leva un sourcil interrogatif et répondit:

-" Et bien oui, ça me dérangerait un peu. Parceque tu es complètement fou, perturbé, enfin ce que tu voudra. Et être dérangé c'est un tout, ça englobe un tas de qualités et de défauts."

Mais comme elle savait pertinemment que cette réponse qui n'en était pas une ne satisferait pas son hôte, elle poursuivit:
-" Mais je vais donner des exemples, si ça peux te faire plaisir... Tu me paraît: généreux, enfermé dans ton univers, rêveur donc, mais à la fois très conscient de son inutilité humaine, impulsif... Et paradoxal surtout, plein de contradictions..."

Une chose titillait la jeune femme depuis qu'elle avait commencé à lui répondre. Alors, en question-réponse, elle demanda:
-" Mais pourquoi tu veux savoir tout ça ? Tu as besoin d'être rassuré? Ou tu veux comprendre le pourquoi du comment?"

Maria penchait plutôt pour la deuxième solution. D'après ce qu'elle avait compris, le chanteur avait un besoin de comprendre et d'analyser. Un peu comme elle en fait... Ils se croyaient fondamentalement différent, mais en fait c'était en surface qu'ils l'étaient. Au fond, ils se ressemblaient plus qu'il n'y paraissait...

[ HJ : Désolée du temps de réponse ]


Dernière édition par Maria Finn le Ven 23 Mai - 23:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 28
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un joueur, une joueuse...Pas de limites? [PV=Maria Finn]   Ven 23 Mai - 22:30

Ironisé du rêve qu'avait eu la jeune femme n'avait peut-être pas été la meilleure idée du jeune homme. En faites, ça faisait partie de ces choses qu'il faisait toujours, ironiser et rire de tout, rire, toujours et encore rire, surtout rire. Pourtant, il ne savait pas pourquoi il avait cet impulsif besoin de toujours tout prendre en dérision. Peut-être le fait qu'il n'est pas de vrai but, mais ça on y viendrait plus tard. Cela devait paraitre si pathétique, une personne qui vivait sans but, en faites, il était une âme perdue, une personne qui erre sans but, peut-être sans vie à réellement parler. Pourquoi en était-il arrivé là? Parce qu'il avait passé de son passé? Parce qu'il était tard que la fatigue se faisait sentir? Parce qu'il était vraiment bien avec cette jeune femme, allongés tous deux dans le canapé? En faites, il ne savait pas vraiment, il ne comprenait pas ce moment. Pourquoi tout cela était arrivé? Leur rencontre, la suite des évènements, leur improbable soirée, leur impensable relation et pourtant, même s'ils voulaient se leurrer, il ne pouvait faire autrement, c'était arrivé, un coup du sort, le destin avait frappé? Mais surtout et avant tout, une question dans l'esprit du jeune homme, pourquoi tous ces pourquoi alors qu'il était dans un sublime moment?

Et il ne chercha pas plus longtemps les réponses que le moment où la demoiselle, souriante, tourna son visage vers lui tout en caressant doucement sa joue. Il répliqua par un sourire moins enthousiaste que celui de la jeune femme, preuve évidente que ce manque de but avait crée en lui une faille, une blessure. Pas assez pour être une douleur, un pincement plutôt, un manque, comme un trou. La jeune femme ne fut pas emballée à l'idée de faire une liste de ses qualités et défauts, et sa première répartie suffit, il était fou, perturbé. Voilà qui était suffisant, était-ce les mots qu'il avait envie d'entendre? Pas vraiment. Mais elle en fit rapidement une, le trouvant généreux, était-ce le terme? Un doute dans son esprit. Enfermé dans son univers? Il ne s'en était pas créer un, mais il était bien possible qu'il vive à côté du monde réel, errant tantôt dans ce monde, tantôt dans sa liberté, chère mot, chère idée, chère pensée. Conscient de son inutilité humaine? Y en avait-il une à la vie sinon de mourir? Impulsif? Comment dire le contraire? Et elle conclut sur paradoxal, plein de contradictions. Et elle avait raison. Seulement Maria fit quelque chose que le jeune homme n'avait pas pris en compte, lui demander des comptes sur sa demande. Il prit une inspiration vraiment pas inspiré:


- Je...Euh...C'est une très longue histoire et je ne fais que de trop parler. Tu vas me dire que c'est trop tard pour ça, mais oublies que je t'ai demandé ça s'il te pait.

Les mots se perdaient dans sa gorge, peut-être même avant, il était incapable d'expliquer pourquoi il avait demandé cela. Pour la première fois de la soirée, Tor utilisa la magie pour attirer à lui une bouteille au liquide vert fluorescent. Il en ouvrit le bouchon et une odeur légèrement anisée. Sous le regard inquisiteur de la jeune femme, il porta le goulot à ses lèvres et le posa doucement sur ses lèvres. Il hésita encore quelque seconde et sans rien avoir bu referma la bouteille. Qui retrouva sa place. Maria avait ce regard qu'il haïssait, une longue histoire cela aussi, mais ce regard de celle qui veut savoir, mais un regard mélangeant étrangement ordre d'expliquer et supplication d'une explication:

- Toutes les personnes que je connais me considère comme fou. Au final je suis peut-être. Peut-être que j'ai carrément disjoncté. J'espère trouver une personne qui un jour me dira le contraire, mais...Enfin, tu as compris je pense...Et cette confiance que j'ai en tout le monde. Toutes mes relations en ont abusé d'une manière ou d'une autre un jour où l'autre, alors je crois que je m'attends toujours à être trop bon un jour. Enfin comme on dit, trop bon, trop con. Il détesta ce qu'il lut dans le regard de Maria...De la surprise...Mauvaise réponse hein?A vivre toujours en hermine loin de tout et de tous, sans but, car je ne cois pas que je puisse retrouver les assassins de mon père, je n'y crois plus. En faites je suis une âme perdue dans un monde qui n'est pas pour moi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un joueur, une joueuse...Pas de limites? [PV=Maria Finn]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un joueur, une joueuse...Pas de limites? [PV=Maria Finn]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les Insolites (souvenirs de joueur ou joueuse..)
» le joueur de basket-ball mystère
» guiguipelloq (Guillaume) Joueur Yu-Gi-Oh!
» joueur xbox 360
» Cherche Joueur Riche !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Renaissance du phénix :: Le Monde Magique :: Vos Demeures Respectives :: Maisons :: Maison des Barda-
Sauter vers: