AccueilAccueil  FAQFAQ  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tragique tourmente…[PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Krystel Raybrandt
Lycan, mère et fiancée
Lycan, mère et fiancée
avatar

Nombre de messages : 676
Age : 29
Localisation : Dans le coeur sombre de Torben
clan : Celui de ma famille
Humeur : Tyranniquement mauvaise imbécile
Date d'inscription : 18/10/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
75/100  (75/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: Tragique tourmente…[PV]   Mar 1 Juil - 2:06





*Non cela n’était pas possible… Pas à moi, non. Pas maintenant… Pas ça… Qui aurait pu croire que je m’y attacherais ? Pas moi, loin de là. Je pensais être complètement dénuée d’un quelconque amour, et me voilà au prise de ce dernier. Je donnerais ma vie, ma vie vous entendez !!! Je le retrouverais, je n’abandonnerai jamais !! Même s’il faut que j’y laisse mes dernières fois… Ma vengeance sera terrible, oh oui, je vous le garantie. Elle me le paiera très chère. Qui elle soit, je l’aurais…*


L’amour… Quel sentiment si bizarre vous ne trouvez pas ? Il se manifeste toujours quand on s’y attends le moins… Il peut rendre des personnes si heureuses, mais peut aussi leur affliger de très grosse blessure, de trop grosse blessure… Comment un sentiment pouvait-il être à la fois bénéfique et si maléfique ? Tous les êtres humains aspiraient à ce dernier, ne pensant pas qu’il pourrait se montrer si dévastateur, si cruel…

L’amour… Un seul mot pour désigner plusieurs types… L’amour qui lie un couple… L’amour fraternel… L’amour des parents pour leurs enfants… Lequel est le plus fort ? Sont-ils égaux ? Humm, très bonne question… Ce que ressent deux êtres qui se sont trouvés est-ce plus fort que le lien d’un frère et d’une sœur ? Plus fort que l’amour d’une mère pour ses nouveaux nés ? Pas sure… pas sure du tout…

Pourtant, si différents qu’ils soient, ils se ressemblent beaucoup. Quel que soit leur nature, ils auront toujours à le même but, la même aspiration : la protection de l’autre, le fait d’être capable du pire pour son ‘double’ et de toujours vouloir être ensemble. L’un sans l’autre aura du mal à survivre, qu’ils soient contraires ou semblables.

L’amour n’épargne personne… Personne… Il peut toucher une personne, lui offrir de grandes joies, puis s’en aller, en reprenant son ‘bien’, laissant dans un grand désarroi sa victime. L’amour. Le plus grand fléau jamais inventé, la plus grande bénédiction apportée. Une fois pris dans ses filets, impossible de faire demi-tour, impossible de s’échapper…

Mortellement dangereux, il peut rendre une personne complètement folle. Folle de joie, folle de rage, comme folle tout court. Une rage s’empare de nous, et nous faisons tout pour la garder. C’est cette rage qui nous permet de nous en sortir quand tout va mal, quand on a besoin d’un appui. Mais elle peut aussi nous anéantir, nous changer complètement…

C’était le cas pour la mangemort Krystel Raybrandt… Diabolique, mesquine, cruelle, croqueuse d’homme, sans pitié avec personne… Même cette enfant de Lucifer avait été touchée par l’amour en la personne de Torben Badenov. Qui aurait pu le croire qu’une femme si froide, dénuée de tous sentiments puisse un jour aimé ? Personne, même pas elle-même. Cela lui était tombé dessus, comme un cheveu dans une soupe… peut-être aurait-il mieux valu pour elle que cela ne lui arrive jamais ? La belle se serait épargné bien des tracas et soucies…

Mais pourtant, jamais elle pourrait regretter cet amour, si fort, si beau. Elle aimait le moldave plus que de raison. Il était devenu sa raison de vivre à présent, sa raison de se battre. Il passerait toujours en premier devant ses propres désirs, toujours. C’était Lui, et pas un autre. La cruelle brune se voyait déjà finir sa vie au coté de ce dernier. Son plus grand honneur serait de mourir sur un champ de bataille pour le protéger. Quoi qu’il puisse se passer, ce serait toujours elle plutôt que lui dans les malheurs…

Et maintenant, il l’avait demandé en mariage, en mariage, vous vous rendez compte ? Torben Badenov était arrivé à conquérir le cœur de la jeune riche et dernière héritière des Raybrandt, noble famille très ancienne, aux sangs des plus pure. Qui aurait pu penser que la demoiselle finirait avec lui, plutôt qu’un noble anglais ? Qui aurait pu croire qu’un jour, ce serait une union d’amour et rien d’autre ? Personne, et elle, aurait été la dernière à l’imaginer…

Mais cela n’était pas tout. Elle était tombée enceinte du jeune homme, devenant mère à 25ans. Un enfant… Jamais elle n’en avait voulu, mais quand elle l’avait apprit, elle n’avait pu renoncer au fruit de son amour. Cela ne fut pas facile tous les jours, surtout à cause de son statut de Lycan. Pourtant, elle y était arrivée. Elle avait survécu à toutes les épreuves sur son chemin, plus forte qu’elle ne l’avait jamais été…

On aurait pu croire que tout allait bien dans son monde ? C’était faux, totalement faux… Comment pouvait-elle être heureuse après que… ? Alors qu’elle faisait des courses avec son fiancé, des résistants avaient débarqués, et cela se transforma en un combat à très grande échelle. C’est bien sûr à ce moment là, dans une ruelle sombre et sordide qu’il fallait qu’elle commence à perdre les eaux… L’accouchement fût des plus douloureux pour Krystel, assistée que d’une folle et d’une médicomage. Pourtant, elle était arrivée à m’être au monde, non pas un seul enfant mais deux, deux adorables petits êtres, deux magnifiques petits êtres…

Pourquoi n’était-elle donc pas heureuse ? Vous allez comprendre très vite… Alors qu’elle tenait dans ses mains sa fille qu’elle nomma Lyra, et que Lilith avait quand à elle son fils, Maxime, on l’arracha à ce dernier. La folle, dans sa précipitation, avait donné son enfant, non pas à la médicomage qui venait de mourir, mais à une résistante. La belle brune n’avait pas eu le temps de réagir assez vite, et vu qu’elle n’avait plus sa baguette…

La perte d’un enfant est une chose terrible pour une jeune mère, la plus terrible. Torben ne le savait pas encore… Pas encore qu’il n’avait pas qu’une fille, mais un autre fils, un héritier à leurs dynasties. Comment allait-elle lui annoncer ? Lui annoncer qu’elle n’avait pu protéger leur fils ? Assise dans son salon, éclairait juste par les flammes dans la cheminé, la mangemorte tapa du poing sur la table si fortement qu’elle la cassa. Sa main saigna quelques instants sans qu’elle ne sente aucune douleur. Elle était devenue plus forte, plus résistante.

Elle venait tout juste de sortir de l’hopital ste Mangouste, et malgré les instructions du médecin, la belle brune de pouvait rester au lit pour se reposer… Se reposer, et puis quoi encore hein ? Elle devait récupérer son fils, il avait besoin d’elle, autant qu’elle de lui. Quelques pleures se firent attendre alors qu’elle faisait les 100 pas, réfléchissant à un plan. Sans attendra, elle monta les escaliers 2 à 2, pour rentrer dans une salle au premier étage.


- Vermine, apportes moi une serviette, et tout de suite !

- Bien maîtresse, à vos ordres maîtresse. J’y vais tout de suite maîtresse.



Quand la mangemorte avait parlé, un elfe maigrichon des plus laid était apparut dans un plop, avant de disparaître aussi vite. Elle n’eut pas à attendre très longtemps. Le domestique savait fort bien le caractère ‘sanguinaire’ de la belle, et ne voulait pas si frotter. Lui arracher la serviette des mains, le chassant par des coups de pieds, tandis que les cris du nouveau né se faisait plus bruyant, elle entoura sa main blessé qui saignait un peu dans cette dernière, puis entra dans la chambre.

S’approchant du berceau qui s’y trouvait, elle prit délicatement sa fille dans ses bras. Comment imaginer qu’une femme si cruelle, et violente, pouvait se montrer des plus douce ? La berçant un peu dans ses bras, elle se mit à chantonner, pour apaiser son bel enfant. Déjà très éveillé, il regardait sa mère. Il avait fallut qu’elle la prenne dans ses bras pour que Lyra s’arrête de pleurer. Il était rare d’ailleurs qu’on entende sa petite voix. Le bébé était très clame, comme s’il savait ce qui s’était joué dans l’allée, et qu’il ne voulait pas en rajouter. Alors que Krystel berçait son enfant, un nouveau plop se fit entendre.


- Maîtresse, IL est là… Dois-je le faire entrer ?

- Bien entendu immonde créature, je t’ai déjà dis qu’il était tout autant que moi ton maître imbécile animal… D’ailleurs, ‘IL’ a un prénom je crois

- Oui maîtresse… Milles excuses maîtresse… Je lui ouvre, et lui dit où vous vous trouvez…

- C’est ça, et hors de ma vue. Tu n’as pas le droit de rentrer dans cette chambre et tu le sais !


De nouvelles courbettes, et un dernier plop, et Vermine parti de la pièce qui lui était interdite. Krystel connaissait fort bien la créature. Ne comprenant pas comment sa maîtresse avait fait pour choisir un rustre comme compagnon et qu’il soit le père de son enfant, il le faisait toujours savoir. Tout d’abord, en obéissant pas à l’étranger, et en lui interdisant l’accès à la maison des Raybrandt. Ensuite, en l’appelant ‘il’ ou ‘lui’. Enfin, elle l’avait surpris au matin, penché sur le berceau, regardant le nouveau né d’un air des plus cruel, comme s’il comptait lui faire du mal. Et ça n’avait vraiment pas passé. C’était d’ailleurs pour cela qu’une parti de son frêle corps était brûlé et qu’il boitait…

_________________

Pour vous désservir
Double compte de Sevychou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://time-of-maraudeurs.forumsactifs.com/
Torben Badenov
Prof de Magie Noire, Père et Fiancé
Prof de Magie Noire, Père et Fiancé
avatar

Nombre de messages : 955
Age : 27
Localisation : double compte de Voldy
clan : Mangemort, Garde du Ministre
Humeur : excellente, toujours ^^
Date d'inscription : 18/10/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
75/100  (75/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Tragique tourmente…[PV]   Jeu 3 Juil - 0:50

    Torben se sentait fatigué, terriblement fatigué. il venait de connaître une journée et une nuit terriblement éprouvante et ce n'était pas prêt de s'arranger. Qui aurait pu croire, que le grand mangemort Torben Badenov, disparu de la circulation pendant des mois, venait de réapparaître en temps qu'héros du ministère? Bon, d'accord, héros était un mot bien trop fort pour ce qu'il était réellement et il n'était de toutes façons considéré comme tel par absolument aucune personne. tout celà avait commencé lors d'un fugace matin de ce début d'année. Il ne faisait pas particulièrement froid malgré la période, et le mangemort estonien était sortit chercher deux trois petites courses pour lui et sa fiancée, Krystel Raybrandt. Elle, elle était en cavale depuis quelques mois, enceitne et mordue par un loup garou et avait paniquée. Lui, il était partit à sa recherche, croyant qu'elle avait été enlevée par des résistants et le traître Rogue.


    Ils s'étaient finalement retrouvés.


    Donc, où en étais je? Ah oui, la fameuse journée où leur situation avait basculé et où leur clandestinité avait pris fin. Donc, Torben était partit dans l'Allée des Embrumes, et là, coup du sort, il tombe sur un de ces foutus agents de la Renaissance du Phénix qu'il reconnaît au premier coup d'oeil. Ivan Petrovitch Straghov. Une raclure de Finlandais. Un ancien adversaire qui datait d'avant la venue de Torben en grande Bretagne, lors d'une guerre frontalière entre sorciers, le mangemort avait alors pris d'assaut le castel familial des Straghov et mené ses hommes à tuer tout le monde. Bien entendu, l'homme avait également reocnnu Torben, et les deux vieux ennemis n'avaient rien trouvé de mieux à faire que de se foutre sur la tronche. Là, un tiers fit son arrivée dans le duel, c'était Felix Jaeger, un nuisant du Seigneur des Ténèbres. Celui ci s'était tout d'abord fourvoyé et avait attaqué Torebn en aidant l'envoyé de Rogue, mais finalement, l'arrivée de Krystel, sa bien aimée, avait permis un retour à une situation normale, c'est à dire la chasse au résistant!


    Mais c'est là que la situation avait dégénéré. Il y avait eu des résistants qui étaient arrivés en renfort de Straghov. Katia Moreau, Ginny Weasley et bien d'autres que le mangemort ne connaissait pas avant. De leur côté, Krystel s'était mise à commencer son travail d'accouchement en pleine rue, sans doute à cause du stress! Finalement, alors que Torben et Jaeger se battaient dos à dos face aux meutes de la Renaissance du Phénix, des renforts leur était parvenus. Le combat avait duré un moment, mais à son terme, des résistants étaient morts, Torben avait enfoncé le crâne de Straghov et il venait de devenir le père d'une merveilleuse petite fille...


    Ne pouvant goûter au repos du guerrier aux côtés de la famille qu'il venait de fonder, Torben avait été trainé de force devant le Seigneur des Ténèbres en personne, et avait dû s'expliquer sur sa prétendue désertion. Au début, le Lord fut difficile à convaincre, mais lorsqu'il apprit que durant son absence -justifiée-, Torben avait réussit à identifier plusieurs résistants notamment Katia Moreau, Ivan petrovitch Straghov ou encore Fleur Delacour, tout en ayant blessé plusieurs d'entre eux et capturé Straghov, Lord Voldemort se fit tout de suite plus indulgent. Cependant, pour manquement à son devoir, Torben avait perdu son poste à la garde rapprochée du Lord en temps que gradé, et l'avait réintégrée en temps que "simple" Garde. En sus, il avait réussit à obtenir la clémence du Seigneur des Ténèbres pour sa fiancée... Las de sa journée, l'estonien s'était alors dirigé vers l'hopital sainte mangouste où avait été transférée Krystel après l'accouchement, mais lorsqu'il y arriva, sa compagne était déjà sortie.


    Sachant très bien où il la trouverait, il était néanmoins abattu par la fatigue et était resté à l'hopital des sorciers, aidant comme il pouvait ses camarades blessés et soignant également ses propres blessures, dont une plutôt sérieuse sur le front et une autre à l'épaule droite. Rapidement, le mangemort s'était laissé tomber dans les bras de Morphée...


    Le lendemain matin, Torben quitta prestement l'hopital et transplana une fois dehors vers une destination bien connue, celle du Chateau Des Raybrandt, celui de la famille de Krystel. Le coeur battant la chamade à l'idée de retrouver la femme de sa vie et leur fille nouveau née, le jeune estonien avait poussé les portes du portail et chargé l'elfe de maison nommé vermine d'annoncer sa venue à sa bien aimée.


    Quelques minutes plus tard, il se retrouvait en train de gravir les paliers lui permettant de se rendre dans la chambre de krystel. Son coeur était emplit d'une impatience extrême, et lorsqu'il aperçut une silhouette de dos arborant de longs cheveux bruns et un corps divin, il ne put s'empêcher de se jeter sur elle, mais dû s'arreter au denier moment. Sa future femme portait dans ses bras leur enfant, et les yeux de Torben devinrent rougis par l'émotion sans doute, tandis qu'il embrassait sa fille sur son front, pour finir par embrasser sa compagne. Le baiser fut contrairement à l'habitude très tendre, passionné mais prudent, comme si Torben ne voulait pa briser ce moment. Il prit sa fmme et sa fille dans ses bras.


    Krystel semblait cependant bien loin de tout ceci, et immédiatement, Torben en conclut qu'il se passait quelque chose d'anormal, lorsqu'une ombre passa sur kle visage de Krystel.


    - Qu'est ce qu'il se passe Krystel?

_________________

Membre de la Garde Rapprochée de Lord Voldemort
Détaché à Poudlard en temps que Professeur de Magie Noire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Krystel Raybrandt
Lycan, mère et fiancée
Lycan, mère et fiancée
avatar

Nombre de messages : 676
Age : 29
Localisation : Dans le coeur sombre de Torben
clan : Celui de ma famille
Humeur : Tyranniquement mauvaise imbécile
Date d'inscription : 18/10/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
75/100  (75/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Tragique tourmente…[PV]   Jeu 10 Juil - 22:32

[c'est très court et nul >.<]



Quelle adorable petite fille. Si mignonne, si sage, si belle aussi. Krystel ne se lasserait jamais de la contempler encore et encore et encore. Et pourtant, la jeune mère ne pouvait pas s’empêcher d’être triste. Si elle n’avait pas craqué c’était juste qu’en étant une mangemorte, elle avait appris à supporter l’insupportable. Elle apprit à répliquer aussi, et sa vengeance serait des plus terrible. Oh oui. Vous pensiez connaître tyrannique Kry ? L’ancienne est un ange à coté de la nouvelle…

Il suffisait d’ailleurs de jeter un coup d’œil à Vermine. Jamais auparavant la brune avait été si violente avec lui. Et pourtant elle l’était. Mais la, c’était différent. Avec son fils, on lui avait enlevé un part de son humanité. Tout ce qu’elle souhaitait, c’était faire du mal au autres, leur faire très mal, innocent ou coupable, sorcier ou animal. Aucune distinction possible. Elle bouillonnait de rage et cela ne s’apaisera pas comme ça.

Si la dernière héritière des Raybrandt n’avait pas commencé à faire subir sa colère, c’était parce qu’elle avait Lyra. Non, elle pouvait l’abandonner, elle devait rester, la protéger, en étant tout le temps vigilante. Comment pourrait-elle se reposer ou se divertir ? Une fois, une seule petite fois, elle avait eu un moment d’inattention et elle avait perdu beaucoup, beaucoup trop. On ne l’aurait pas deux fois.

Sa fille était devenue la prunelle de ses yeux. Elle était prête à tout pour la jeune femme, tout. Comme Torben l’était à ses yeux. Tout. A tuer, ou à se tuer d’ailleurs. Cela ne lui faisait pas peur. Si elle pouvait les sauver ainsi, la belle brune le ferait sans hésiter, sans regret. Cela faisait qu’une journée qu’elle pouvait tenir Lyra dans ses bras, mais ce n’était pas pour autant qu’elle n’en était pas moins importante, loin de là… Embrassant tendrement sa fille sur le front, elle entendit toquer à la porte. La poussant, elle vit son elfe de maison s’incliner devant elle, et lui dire :



- Il est entré, et arrive Maîtresse bien aimé… Désirez-vous que Vermine fasse quelque chose ?



- Très bien… Otes bien de ma vue, cela sera déjà ça de fait. Et occupes toi de nettoyer un peu cette maison au plus vite. Tu sais ce qu’il t’attend si tu traînes.



- Non Maîtresse, pas un vêtement, Vermine vous en conjure… Vermine va tout de suite se mettre au travail.


Une nouvelle fois, il fit une courbette avant de disparaître. Laissant la porte ouverte, la mangemorte se mit à bercer son enfant, marchant dans la petite chambre. Entendant des bruits de pas, elle sentit battre son cœur de plus en plus fort. Comment allait-il réagir quand il saura ? Comment réagirait-il en apprenant qu’elle n’a pas pu protéger leur héritier et que ce dernier était aux mains des résistants ? Continuant les cents pas dans la chambre, tout en dorlotant son enfant, elle se retourna sentant la présence de son amant.

Ce dernier se précipita vers elle, mais ralentit en voyant que se tenait dans ses bras un magnifique bébé. La tyrannique jeune femme n’avait pas besoin de préciser que c’était le leur. Bien entendu, il l’avait deviné. Elle vit dans les yeux de son fiancé une lueur qu’elle ne lui connaissait pas, comme s’il était ému de les voir toutes deux. S’approchant de lui, ce dernier embrassa tout d’abord le fruit de son amour, puis la lycan, très tendrement, avant des les enlacer.

Cela lui avait manqué. Cela lui avait manqué de ne plus être près de lui, de ne plus sentir toutes ses marques d’affections. Mais pour l’instant, elle ne s’en sentait plus digne, plus digne de tout l’amour qu’il lui portait. La belle brune s’en voulait tellement, et appréhendait le moment de lui dire. S’apercevant que sa fiancé était tracassée, Torben lui demanda alors ce qu’il n’allait pas.

Comment lui dire ? Comment lui avouer ? Lui mettant leur enfant dans les bras doucement, pour ne pas lui faire de mal, elle l’aida à placer ses mains pour maintenir cette dernière. Ne pouvant s’en empêcher, elle sourie un instant, mais tristement. S’éloignant de ces deux amours, elle se dirigeât vers la fenêtre. Son regard s’y perdit à travers, tandis que des larmes silencieuses coulaient sur ses joues. Pour la première fois de sa vie, elle craqua. D’une voix tremblante, Krystel avoua à son amant son fardeau, sa faute :


- Je suis… Désolée… J’ai pas su… J’ai pas pu… Des jumeaux… Nous avons des jumeaux… Mais Maxime… A été… Par une résistante… Lilith… Lilith l’avait puis… J’ai pas su le protéger...

_________________

Pour vous désservir
Double compte de Sevychou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://time-of-maraudeurs.forumsactifs.com/
Torben Badenov
Prof de Magie Noire, Père et Fiancé
Prof de Magie Noire, Père et Fiancé
avatar

Nombre de messages : 955
Age : 27
Localisation : double compte de Voldy
clan : Mangemort, Garde du Ministre
Humeur : excellente, toujours ^^
Date d'inscription : 18/10/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
75/100  (75/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Tragique tourmente…[PV]   Ven 11 Juil - 1:04

    Torben avait parfaitement perçu que quelque chose n'allait pas dès lors qu'il eut pris sa fiancée dans ses bras. D'habitude, elle s'y blotissait, elle le serrait contre elle, elle lui disait combien elle l'aimait, l'embrassait, et plein d'autres attentions qui le faisait se sentir bien dans sa peau, en tous cas, se sentir un peu mieux. Mais là ce n'était pas le cas. Il y avait quelque chose qui clochait, qui clochait terriblement. Krystel était totalement crispée et restait sur place, carrément insensible à ses marques d'affection, un peu comme un automate. Que pouvait il donc se passer dans la tête de sa bien aimée? Probablement était elle sonnée par son combat et l'accouchement qui avait suivit, oui, ce devait être ça. Accoucher en plein milieu d'une bataille rangée n'avait certainement pas dû être une partie de plaisir, d'autant que Torben n'avait pas pu être là, occupé à défendre sa vie et celle de son aimée en pleine bataille.


    Un lourd silence tomba sur la pièce et la famille de nouveau réunit. Krystel ne semblait pas avoir spécialement envie de lui répondre. Quelque chose en Torben se mit à tirer le signal d'alarme: quelque chose n'allait vraiment pas du tout. Cette conviction se vit renforcée à partir du moment où Krystel se mit à lui sourire de façon totalement consciente, comme si elle se forçait. Oui, elle se forçait, c'était obligatoire, il n'y avait aucune joie dans son regard, et il n'y avait rien d'ailleurs. Un grand vide. Krystel semblait totalement déboussolée et se comportait comme si elle avait fait quelque chose de terrible où qu'elle était sur le point de craquer. Torben sentit bien le malaise, mais lui même ressentit le sien monter en flèche tandis que le silence continuait de se faire horriblement pesant...


    Finalement, Krystel se détacha de son enfant et de son fiancé pour aller se positionner face à la fenêtre de la chambre. Torben sentit son âme et son coeur se morceller. Qu'avait il bien pu se passer pour qu'une personne aussi solide que Krystel Raybrandt ne perde totalement le contrôle d'elle même? De plus, Torben ne connaissait toujours pas le nom de sa propre fille qu'il avait juste en face de lui. Il ne savait d'ailleurs absolument rien quand à l'accouchement de sa fiancée. Il ne savait rien, et ce manque d'informations et de connaissance de la situation, couplé avec l'isolationnisme de la mangemorte faisait que le moldave se sentait horriblement mal. Il se passait quelque chose d'affreux, mais Krystel refusait apparement de lui dire quoi, jusqu'à ce que finalement, elle bne brise le silence...


    Torben l'écouta attentivement, remarquant la voix hachée et cassée de sa fiancée, qui craquait littéralement sur place. Elle 'navait pas pu quoi? Que se reprochait t'elle donc? Des jumeaux? où ça? Qui que quoi ? Que se passait il? NOUS AVONS DES JUMEAUX:affraid: affraid affraid affraid affraid affraid affraid ! Mais, mais, mais! Il était où d'aboprd le deuxième? Une fille ou un garçon? Un garçon, sinon Krystel aurait dit des jumelles et non des jumeaux. Mais bordel de bouse de dragon pourrie qu'est ce qu'il se passait? Où était son fils? OU ETAIT SON FILS!!!!! Maxime? c'était le nom de leur enfant et de son héritier? Torben avait le coeur qui faisait des bonds monstrueux dans la poitrine, jusqu'à ce qu'il entende un mot. Resistant. Les résistants lui avait pris son bébé, son fils, sa chair de sa chair. SOn coeur s'était quasiment arrété de battre. Ses yeux s'étaient rétrécis, un regard horriblement mauvais se peignant sur son visage.


    Il allait retrouver la personne qui lui avait retrouvé son enfant. Il allait la questionner. Il allait la torturer. Et il allait la tuer. Aucune mort ne serait trop douce pour celui ou celle qui avait fait ça. Tous ceux qui étaient trempés dans l'affaire allaient souffrir, tous les proches des résistants impliqués allaient pâtir furieusement de ce qu'il venait de se passer.


    Torben marcha. Il marhca lentement, vers sa fiancée, posant ses mains sur els épaules de Krystel, pour sécher ses larmes juste ensuite.


    - Mon amour, je veux que tu me dises tout ce qu'il s'est passé, tout ce que tu as vu, tout ce que tu as entendu, bref, absolument tout ce que tu te rappelles. Je veux que tu te calmes et te concentres. Je vais retrouver ceux qui ont fait ça, et je vais ramener notre fils, je t'en donne la parole

_________________

Membre de la Garde Rapprochée de Lord Voldemort
Détaché à Poudlard en temps que Professeur de Magie Noire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Krystel Raybrandt
Lycan, mère et fiancée
Lycan, mère et fiancée
avatar

Nombre de messages : 676
Age : 29
Localisation : Dans le coeur sombre de Torben
clan : Celui de ma famille
Humeur : Tyranniquement mauvaise imbécile
Date d'inscription : 18/10/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
75/100  (75/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Tragique tourmente…[PV]   Ven 11 Juil - 2:04

Des larmes coulaient des yeux de la mangemorte. Pour la première fois depuis plus d’une dizaine d’année, elle laissait des larmes ruisselaient sur son visage. A bout de nerf, Krystel craqua. Trop de choses s’étaient passées… Le fait qu’on lui prenne un enfant, son nouveau né, qu’elle n’a pas été capable de le protéger surtout. Une minute d’inattention, une seule minute de faiblesse et tout avait basculé.

Qui aurait pu croire que cela aurait autant touché la mangemorte ? Personne même pas elle. En mettant au monde, elle avait acquis quelque chose, un lien fort avec sa progéniture. Peut-être est cela ce que l’on appelle l’instinct maternel ? Allez savoir. Tous ce qui est sûre, c’est quand lui enlevant son fils, une chose s’était brisée en elle. C’était comme si on était parti avec une part d’elle-même, une part de son humanité.

Elle voulait se venger. Elle voulait récupérer coûte que coûte son héritier. Mais elle ne pouvait pas le faire, pas maintenant. Il y avait Lyra et Torben… La brune de pouvait pas les abandonner, pas maintenant, pas dans un moment pareil. Et puis, elle avait besoin d’eux, elle avait besoin de les savoir en sécurité, sain et sauf. Que faire ? Devait-elle renoncer à son fils pour eux ? Devait-elle partir à sa rescousse en les laissant ?

Krystel était perdu, au bout du rouleau. Elle s’en voulait tellement. Comment avait-elle pu laisser une chose se produire ? A peine l’était-elle devenue qu’elle devenait une mère indigne. Elle ne méritait pas sa fille… Elle ne méritait plus Torben et son amour. La vélane était aux prises de tragiques tourmentes, et ne savait pas quoi faire. Elle avait envie de tout lâcher, et crier sa peine et de partir en quête de mort et de vengeance. Mais comment laisser derrière elle son fiancé et sa fille ? Impossible. Elle était liée à eux, et ne pouvait s’en allait loin de ces derniers…

Torben remarqua sans mal que sa bien aimée n’allait pas bien, qu’elle n’était pas dans son état normal. Un lourd silence pensant régnait dans la pièce. Ne se sentant plus digne de toute l’attention de son homme, la ténébreuse brune s’était écartée de lui, de toute la sécurité qu’apportaient ses bras, et la chaleur de son corps. Elle voulait y rester, mais se sentait trop coupable pour en profiter. Se plaçant devant la fenêtre de sa chambre, elle avoua sa faute…

Très difficilement, n’étant pas claire, la dernière héritière des Raybrandt annonça la perte, l’enlèvement de leur fils, Maxime. Maxime… Elle l’avait appelé ainsi, de ce prénom que le mangemort affectionné tant. Tout comme elle pour celui de Lyra. Deux enfants, qui seraient toujours choyés par leurs parents, voilà comment cela aurait du se passait. Jamais elle n’aurait imaginé une autre situation que celle là quand celui que son cœur avait choisi, avait accepté son nouveau statut de créature, et le fait de devenir père.

Frissonnant au contact des mains du Moldave sur ses épaules, elle se retourna vers lui. Il ne lui en voulait pas ? Il ne comprenait donc pas que tout était de sa faute à elle, et à elle seule ? Qu’elle avait permit à des gens de s’emparer de leur fruit de leur amour ? Séchant ses lames tendrement, il fit preuve d’un calme qu’elle ne lui connaissait pas. Il lui demanda alors de tout lui raconter, qu’elle essaye de se rappeler de ce qui s’était passé. Lui promettant de retrouver leur enfant, il la pria d’essayer de se calmer et de se concentrer.

‘S’effondrant’ dans ses bras, il lui fallut plusieurs minutes pour calmer les larmes silencieuse qui perlaient son regard. Krystel avait tant besoin de lui. Elle avait tant besoin de son soutien, de le savoir avec elle. Mais d’un autre côté, elle avait l’impression de ne plus pouvoir en jouir, de n’avoir plus le droit de posséder cela. S’il pouvait lire dans son cœur, il y verrait de la culpabilité, et une tristesse sans fin. Pourtant ses deux dernières étaient chassées peu à peu par l’amour qu’elle lui portait. Ce dernier était plus fort que tout. Ce dernier arriverait à triomphait de tout cela, et à les aider à retrouver leur enfant.

Se clamant enfin, elle prit la main de Torben, elle lui fit signe d’aller s’asseoir sur le lit. Allant chercher Lyra qui commençait à faire entendre sa petite voix dans son berceau, elle rejoignit son amant. S’installant à ses cotés, elle l’embrassa tendrement, comme pour le remercier d’être là pour elle. Quittant ses lèvres, la jeune mère dit, tout en commençant à donner le sein à sa fille qui réclamait à manger, laissant voir une grande cicatrice sur son épaule gauche, où elle avait était mordue.



- Je sais pas trop… Tous c’est passé si vite… C’est de ma faute… Il y avait cette médicomage qui m’a aidé… Mais elle a était tuée… Mon nouveau sens de Lycan m’a fait tout de suite sentir la mort planait sur son corps… Lilith… Elle tenait notre fils, ton fils dans ces bras, le temps que naisse Lyra… Quand j’ai voulu le récupérer, il était trop tard… Sluspey l’avait donné à une résistante, pensant le donner à la sage femme… Je n’ai pas vu qui elle était… Je n’ai pas eu le temps de voir de qui il s’agissait… C’est de ma faute… J’aurais pas du baisser ma garder… Je n’ai même pas été capable de le protéger…


Baissant la tête en finissant sa phrase, elle n’osa pas regarder Torben dans les yeux. Non elle était coupable, c’était de sa faute. Elle devait porter ce lourd fardeau. S’il devait s’en prendre à quelqu’un s’était à elle…

_________________

Pour vous désservir
Double compte de Sevychou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://time-of-maraudeurs.forumsactifs.com/
Torben Badenov
Prof de Magie Noire, Père et Fiancé
Prof de Magie Noire, Père et Fiancé
avatar

Nombre de messages : 955
Age : 27
Localisation : double compte de Voldy
clan : Mangemort, Garde du Ministre
Humeur : excellente, toujours ^^
Date d'inscription : 18/10/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
75/100  (75/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Tragique tourmente…[PV]   Ven 18 Juil - 0:58

    Torben, étant loin d'être le dernier des imbéciles, avait compris immédiatement l'état d'esprit et la situation dans laquelle se trouvait Krystel. Se focaliser sur les problemes et sur la tristesse, la rage, la haine, la mélancolie et les remords de sa fiancée permettait d'oublier un temps ses propres pensées et ses propres sentiments. Krystel avait visiblement était touchée par les naissances de leurs enfants et l'instinct maternel avait très rapidement pris le dessus sur toute autre considération de la part de la belle brune. Contre toute attente même, car elle était la première à dire et à penser qu'elle était aussi farouchement indépendante qu'elle était belle, ce n'était donc pas peu dire. Mais ce lien qui avait uni la mangemorte à ses enfants avait été rompu dès qu'on lui avait enlevé son fils. Leur Fils. Maxime. Son héritier. SON HERITIER! A cette pensée, les poings de Torben s'était immédiatement crispés de colère.


    On lui avait volé son enfant. A lui, on pouvait lui faire subir les plus terribles tortures et les plus horribles blessures, celà n'avait pas d'importance, jusqu'ici il s'en était toujours sortit et continuerait, et dans le cas contraire, celà n'avait finalement que bien peu d'importance. Tout le monde devait payer pour ses crimes. Par contre, s'attaquer à un enfant, un nouveau né de surcroit, qui n'avait eu que pour seul tord de se retrouver au mauvais endroit au mauvais moment, celà rongeait littéralement le mangemort de haine. Même lui n'avait jamais rien fait d'aussi terrible. Même lui. Torben venait inconsciemment de se faire la promesse une fois encore de faire payer le résistant responsable de tout ça.


    Torben avait à peine enserré Krystel dans ses bras que celle ci s'effondra littéralement, crise de pleurs et de nerfs apparement. C'était tout à fait compréhensible. ELle venait de se retrouver privée de son jeune fils, venait aussi d'accoucher dans une situation plus que difficile et il fallait aussi compter sur des années de stress et d'horreurs sans nom. Il était normal pour n être humain de craquer après tout, la vie de Krystel Raybrandt avait été semée d'embuches et de sang, alors imaginez un peu quel choc cela avait dû être pour elle de perdre en plus de celà la chair de sa chair? Et imaginez aussi ce que celà fait chez un autre individu... Qui a connu sa première bataille très tôt, qui n'a jamais connu de véritable paix, qui a assassiné, tué tortré et tout le tralala? Un homme qui a une conscience pervertie et même un léger dédoublement de personnalité. Un homme qui est sujet à de terribles crises de démence et de violence. Imaginez donc ce que cet homme ressent.


    Torben écoutait. Il analysait. Il savait par où il devait commencer. Shupsuey. Encore cette incapable. De là, il lui soutirait les infos. Il saurait qui aller voir. Il saurait le nom du résistant. Il lui ferait souffrir le martyr, il tuera tous ceux qui pourront se dresser sur son chemin. Pas de quartier, pas de pitié. Et lui qui s'était pris de sympathie pour ces résistants. Krystel nourissait leur enfant, mais Torben y restait totalement insensible. Il envoya son poing dans le mur, serrant les dents. Ses jointures étaient rougies de sang tandis que des larmes de haine commençaient à remplir ses yeux. TOrben se leva d'n bond et fit face à sa fiancée.


    - Sa aurait pu se passer autrement, mais ce qui est fait est fait. Je taime Krystel. Je vais chercher notre fils.

_________________

Membre de la Garde Rapprochée de Lord Voldemort
Détaché à Poudlard en temps que Professeur de Magie Noire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Krystel Raybrandt
Lycan, mère et fiancée
Lycan, mère et fiancée
avatar

Nombre de messages : 676
Age : 29
Localisation : Dans le coeur sombre de Torben
clan : Celui de ma famille
Humeur : Tyranniquement mauvaise imbécile
Date d'inscription : 18/10/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
75/100  (75/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Tragique tourmente…[PV]   Jeu 9 Oct - 22:39

Comment une telle chose avait-elle pu se produire ? Quelle inconsciente j’avais fais en acceptant l’aide de cette tarée de Lilith. Elle était aussi douée qu’un elfe de maison à qui on mettrait une baguette magique dans les mains. Mon erreur m’avait coûté mon enfant, mon fils que je venais tout juste de mettre au monde. Et cette dernière ne pouvait pas être réparée aussi facilement que je l’aurais souhaité. Mon héritier était à présent entre les mains des résistants, dans un endroit que je ne connaissais pas, avec je ne sais pas qui, qui poserait ses mains infâmes sur son frêle petit corps. Tout cela était de ma faute, à moi et à moi seule. Heureusement il me restait ma fille, ma toute petite Lyra. Mais je ne pouvais pas pour autant oublier celui qu’on m’avait volé, et que je voulais à tout pris retrouver. Il n’y avait rien de pire pour une mère de perdre son enfant, sans même avoir pu le prendre une seule fois dans ses bras, rien de pire.

Je m’étais faite sur promesse à présent, qui n’était nulle autre que de tenir à l’écart mon enfant des autres, loin du danger qu’ils pouvaient représenter pour elle. C’est d’ailleurs une des raisons qui avait fait que j’avais préférer sortir plus tôt de Ste Mangouste, de ne pas y rester plusieurs jours voir plusieurs semaines comme le voulait les médicomages. J’avais dû faire des pieds et des mains, et même les menacer pour qu’ils acceptent enfin ma décision, et me signent ce fichu bon de sortie. Je savais que cela pouvait être un risque pour ma fille qui était née prématurément de deux mois. Cependant aussi étonnant que cela puisse paraître, elle était en parfaite santé. D’ailleurs ses pédiatres ne m’avaient pas cru au début quand je leur avais dis que je n’avais pas eu 9 mois de grossesse. Elle n’avait à peine 2 jours mais elle semblait déjà très éveillée.

Depuis la faute que j’avais commise, elle était devenue mon seul rayon de soleil et arrivait même à me faire sourire. Seulement voilà, plus les heures, les minutes, les secondes s’écoulaient, et plus des angoisses grandissaient. Je savais que le moment de lui dire arriver, et j’en avais peur. Pourtant il le fallait, et il devait être au courant. Loin de se douter de ce qui s’était tramé dans l’allée des embrumes, celui que j’aimais le plus au monde, Torben, arriva dans mon manoir qui était plus en château en y réfléchissant, mais ce n’est pas le sujet pour en débattre. Il avait l’ai si heureux de me voir avec notre enfant dans mes bras que cela me brisa le cœur un peu plus. S’il savait… Me connaissant par cœur, il ne fallut guère beaucoup de temps à mon fiancé de constater que quelque chose n’allait pas que j’étais tourmentée, ce qui était peu dire. L’heure était arrivée de lui avouer mon erreur, et d’en payer les conséquences. Je n’aurais jamais crû avoir un jour à dire une chose aussi dure et pourtant je le devais. Lui confiant notre fille, je m’écartais de lui, pour essayer de trouver les mot, et de rassembler mon courage.

Ce fut à ce moment que je lui dis vaguement ce qui s’était passé, ayant du mal à trouver les mots pour lui décrire la situation. De nouveau des larmes coulèrent sur mes joues, des larmes que je n’arrivais pas à arrêter. Je me sentais si mal, si brisée, comme si on m’avait arraché le cœur. Et c’est ce que l’on m’avait fait. Il fallait être le plus horrible des monstres pour enlever un enfant à sa mère. Le pire, c’est qu’ils se disaient du bon côté ? Et la marmotte, elle mets le chocolat dans le papier d’hallu… S’approchant de moi, il posa ses mains sur mes épaules, ce qui me calma un peu. Je l’aimais, j’avais confiance en lui et je pourrais donner ma vie pour lui. Le savoir là, avec moi, c’était tout ce dont j’avais besoin. Seul lui arriverait à panser mes blessures, seul lui. Séchant mes larmes, il se fit rassurant, me promettant de ramener notre enfant dans sa famille, dans notre famille, avant de me demander plus d’information. Comment faisait-il pour ne pas vouloir alors que c’était totalement de ma faute ? Je me haïssais plus que tout à cause de mon erreur mais lui ne m’en tenait pas rigueur.

Venant contre son torse, venant me blottir dans ses bras, il me fallut plusieurs minutes avant de me calmer totalement. L’embrassant tendrement, je m’aperçue combien il m’avait manqué, et combien j’avais besoin de lui. L’entraînant vers mon lit, j’avais récupéré au passage Lyra, qui commençait à chouïner parce qu’elle avait fait. Lui donnant tout naturellement le sein, je dis alors à mon amant tous mes vagues souvenirs… Rien n’était précis, car tout c’était passé si vite ! Se levant d’un bond, il fit sursauter notre bébé, avant de dire qu’il partait chercher notre enfant et qu’il m’aimait. Non, j’avais besoin de lui pour l’instant à mes côtés, et je ne voulais pas qu’il se lance corps et âme et sur un coup de tête. Je ne supporterais pas de le perdre également. Interrompant Lyra dans sa ‘tété, je fis face à mon fiancé, puis je la mis dans les bras de son père une nouvelle fois, avant de l’embrasser quelques secondes tendrement. Je fis alors un pas en arrière, et dis d’une voix tremblante :



- Ne pars pas tout de suite en tout cas… J’ai besoin de toi… Ta fille Lyra a besoin de toi… On a besoin de toi… Je suis désolée mon amour, je n’ai pas su protéger nos enfants… J’espère qu’un jour tu me pardonneras ma faiblesse… Tu es tout pour moi, et je supporterais pas te perdre également…


De nouveau, des larmes vinrent couler de mes yeux. Tout était de ma faute. Je n’avais pas protégé notre fils, et ma culpabilité me rongeait. S’il y avait quelqu’un qui devait partir à la recherche de notre enfant, c’était bel et bien moi. Je ne méritais pas l’amour qu’il me portait, je ne méritais pas d’avoir le titre de mère. J’étais si faible, si pitoyable. Je devais être forte pour notre famille et je m’en apercevais. Ce n’était pas en ressassant mes erreurs que j’y arriverais. Séchant mes larmes d’un revers de manche, je me promis de ne plus jamais les laisser de nouveau orner mon visage. Plus sure de moi-même, je finis par lui dire :



- Ecoute Torben… On est plus seuls à présent, et on ne peut pas partir à corps perdu à sa recherche. C’est notre enfant et je sais ce que tu ressens car je le ressens également… Mais je pense qu’on devrait réfléchir à la meilleure solution à faire et à entreprendre. Et puis mon chéri… Elle a besoin de toi, tout autant que de moi…

_________________

Pour vous désservir
Double compte de Sevychou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://time-of-maraudeurs.forumsactifs.com/
Torben Badenov
Prof de Magie Noire, Père et Fiancé
Prof de Magie Noire, Père et Fiancé
avatar

Nombre de messages : 955
Age : 27
Localisation : double compte de Voldy
clan : Mangemort, Garde du Ministre
Humeur : excellente, toujours ^^
Date d'inscription : 18/10/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
75/100  (75/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Tragique tourmente…[PV]   Lun 20 Oct - 20:14

    La situation devenait de plus en plus difficile à supporter. J’avais l’impression de devenir fou, irrémédiablement fou. Je me noyais dans un océan de ténèbres, du moins, c’était l’impression que j’en gardais, et j’aurais préféré la mort à ce sentiment si terrible que je savais qu’il resterait en moi jusqu’à la fin de mes jours, imprimé à même mon âme. Je n’étais pas digne d’avoir une vie heureuse ou tranquille il semblait. Il ne semblait pas en réalité. Je n’en étais pas digne, un point c’est tout. Avec tout ce que j’avais fait dans ma vie, je ne me voyais plus être capable d’atteindre un jour la rédemption. Toutes les horreurs que j’avais fait me tourmentaient et je sentais bien qu’un jour ou l’autre, elles finiraient par avoir raison de moi. Quand ce jour arrivera, Dieu seul sait quel serait l’impitoyable jugement auquel je serais confronté.


    S’il existait vraiment une entité supérieure guidant la vie des simples mortels, je devais malgré moi avouer que tout ce qu’elle m’infligeait, je l’avais bien cherché. Attention, je ne me perdais pas ici en digressions mais tout simplement je me remémorais tout ce que j’avais pu faire. Ces premiers conflits, ces premiers combats. Le sang que j’avais versé alors que j’étais encore adolescent. La charge dans les bois, les cris, les hurlements. Les guerres contre les finlandais, la barbarie du pillage du castel Straghov et de l’anéantissement de cette maudite famille. Mon arrivée sur le sol britannique et toutes mes odieuses missions d’assassinat, de torture et d’enlèvement. Je n’avais pas démérité. Je m’étais même montré loyal, restant à fond porté sur mes principes.


    Mais voilà où ma loyauté m’avait conduite. Je ne me battais plus pour mes idées ou ma fidélité mais pour ma pure et simple survie, la mienne et celle des miens. Il n’y avait là rien de compliqué. L’instinct de survie était le plus basique et le plus primaire de tous les comportements humains, et je n’en étais pas dépourvu. J’avais un instant, un tout petit instant, crut que tout cela s’arrêterait et que je pourrais vivre dans la paix avec Krystel, Maxime et Lyra. C’était finalement tout ce à quoi j’aspirais. Être à deux, amants et liés par le cœur jusqu’à la toute dernière seconde, entourés de nos enfants que nous aimions déjà. Mais ce bonheur semblait m’être refusé, après tout ce que j’avais enduré. Ce n’était pas injuste, c’était carrément frustrant, et ma haine de la vie ne fit que s’affirmer davantage.



    - Krystel tu ne me perdras jamais. Il semblerait que je sois damné et mis sans arrêt à l’épreuve. J’ai survécut à des choses horribles, à des dizaines de blessures. Je n’aurais de cesse de chercher notre fils. Je t’aime, j’aime Lyra, j’aime Maxime. Quand toute cette affaire sera terminée, je pense qu’il sera temps pour nous de nous détacher un peu de cette guerre. Nous en avons assez fait et assez subit. Nous ne sommes plus que des amants, nous ne pouvons plus nous permettre de vivre chacun de notre côté. Nous sommes une famille, et quand elle sera réunie, tout le reste n’aura plus aucune importance. Je t’aime Krystel. Et c’est parce que je vous aime tous les trois que je dois partir. Je te promet que tout ce sang arrêtera de couler quand je serais rentré. On sera peut être poursuivis et pourchassés, mais ensembles, on peut tout surmonter, on l’a démontré par le passé et je sais qu’on peut le faire encore. La meilleure méthode tu la connais aussi bien que moi. Je vais rendre visite aux résistants, leur faire rendre gorge et récupérer notre enfant…


    - Je dois y aller maintenant. je repasserais demain te chercher, car le lord veut que tu prennes les fonctions de Bellatrix Lestrange à poudlard, félicitations Miss Raybrandt vous montez en grade... Je t'aime..



    Je chagrinais Krystel en agissant ainsi mais je sentais que mes nerfs finiraient par craquer à très brève échéance si je ne partais pas très rapidement. Me retrouver ici dans le manoir de la famille de Krystel était terriblement douloureux, la pensée de notre fils emmené me tirait sur les tripes, m’arrachait le cœur et faisait bouillir ma haine. Les résistants allaient le regretter. Ils pouvaient tout me faire à moi, me tuer, me torturer, m’emprisonner. Je le méritais plutôt deux fois qu’une. Mais condamner un enfant pour les crimes de son père n’était pas quelque chose que j’appréciais de la part de ces « combattants de la liberté », et j’allais très bientôt leur faire connaître mon point de vue. Je rougirais les étoiles du sang de mes ennemis et récupérerait la chair de ma chair, et enfin nous serons tous réunis. Sans un regret, je sortis de la pièce, puis de la demeure

_________________

Membre de la Garde Rapprochée de Lord Voldemort
Détaché à Poudlard en temps que Professeur de Magie Noire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Krystel Raybrandt
Lycan, mère et fiancée
Lycan, mère et fiancée
avatar

Nombre de messages : 676
Age : 29
Localisation : Dans le coeur sombre de Torben
clan : Celui de ma famille
Humeur : Tyranniquement mauvaise imbécile
Date d'inscription : 18/10/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
75/100  (75/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Tragique tourmente…[PV]   Dim 9 Nov - 19:29

    J’étais si lasse, si fatiguée par tous les derniers événements qui s’étaient produits au cours des précédents jours, voir précédent mois. Je ne me rappelais plus à quand remonter ma dernière vrai nuit de sommeil. J’étais exténuée, mais pourtant, je ne voulais pas m’accorder de répit, pas encore en tout cas. Et puis, y avais-je encore le droit ? A cause d’une seule seconde d’inattention, j’avais perdu mon héritier, à cause d’une seule erreur de jugement. Ma colère était dirigée contre les résistants, mais également contre Lilith et moi-même. Je n’étais pas digne d’être une mère. J’avais laissé me faire enlever mon fils, un être qui venait de naître, ma chaire, et mon sang, le fruit de mon amour pour Torben. Comment arriver à dormir après cela ? Comment arriver à y voir claire à présent ?

    Mon esprit était hanté par deux pensées. La première dirigeait vers mon bébé disparu, espérant qu’il aille bien et qu’il soit toujours vivant. La deuxième concernait mon amant, mon fiancé, celui qui à présent ne quittait plus mon cœur. Comment allait-il prendre mon échec à protéger notre enfant ? Allait-il me quitter ? Je n’étais plus rien sans lui à présent, plus rien du tout. Il était ma vie, ma raison de me battre tous les jours pour un monde à notre image, celui qui était le plus important, et celui pour qui je donnerais même ma vie sans aucune hésitation. S’il n’était plus à côté, je n’étais plus rien. Oui, vous lisez bien. La tyrannique Krystel possède également un cœur, et un talon d’Achille. Quand il était arrivé chez moi, je n’avais pas pu cacher ma tristesse, et lui avait dit ce qui me travailler.

    Il fallait que j’assume, et il fallait qu’il sache le pourquoi du comment, ce qu’il en était réellement. Comme je l’avait imaginé, il décida de se jeter à corps perdu dans la recherche de notre Maxime, comme je l’avais appelé, sachant l’affection de mon homme pour ce prénom. J’avais essayé de le retenir, de lui dire que je m’en voulais, que je l’aimais plus que tout. J’avais si peur qu’il ne m’abandonne, et je n’aurais pu le supporter non. Un seul, c’était déjà trop, alors un deuxième… Et comme à mon habitude, je suis sincère avec lui, lui disant ce que j’avais sur le cœur. Après tout, il était le seul à jamais pouvoir lire en moi comme dans un livre ouvert. Je voulais qu’il le reste, être toujours celle qui désirait tant, mais je ne voulais pas le forcer à rester. Non, c’était à lui de se décider.

    J’avais bien fais de me confier une nouvelle fois à lui. Même s’il avait décidé de partir quand même, il m’assura qu’il m’aimait, ainsi que nos deux enfants. Se disant maudit à tout le temps devoir faire ses preuves après tous ce qu’il avait enduré, il continuerait pourtant, n’ayant de cesse qu’une fois que notre fils nous serait rendu. Me disant également qu’une fois cela fait, il souhaitait que nous prenions un peu de distance face à cette guerre, pour que nous arrêtons d’être toujours la cible. Il avait raison, je le voulais aussi. Mais avec cela, je devais renoncer à mes rêves de gloires, pour me consacrer à ma famille, et pour la première fois de ma vie, j’étais prête à le faire, prête à me contenter d’être une mère et une épouse aimante, et non une femme connu et redoutée de tous…

    Mon cœur fit un bond certain quand il ajouta que nous étions plus de simple amants, mais une famille et que cette dernière passerait à présent devant tout le reste. Oui, rien n’avait plus d’importance comparé à ce que je pourrais vivre entourée de l’homme que j’aimais et de nos deux enfants. Torben me promit qu’une fois que nous serions ensemble, nous serions plus confrontés à ce genre de chose, et qui nous pourrions enfin vivre notre vie. La suite fut cependant moins rassurante. M’annonçant ce que je savais déjà, il avait décidé de se rendre chez des résistants, pour avoir des informations. Il mettait sa vie en péril, encore une nouvelle fois. J’aurais voulu le suivre, mais je ne pouvais pas laisser Lyra. Je devais rester pour elle, et faire confiance à mon fiancé…

    Avant de partir, il me promit de revenir le lendemain me chercher. D’ailleurs, il ajouta que je venais d’être promus à Poudlard, en tant que nouvelle directrice, remplaçant cette maudite Bellatrix qui avait eu le don de se faire emprisonner par les résistants. Incapable un jour, incapable toujours comme on dit non ? Enfin bref. Quand il passa la porte, je ne fis rien pour le retenir. Il m’avait promit de revenir, et il tenait toujours ses promesses. Malgré mes craintes, cela s’était relativement bien passé, et il avait calmé mes angoisses, apaisé un peu ma tristesse. M’occupant de ma fille encore pendant quelques dizaines de minutes, une fois qu’elle fut endormie dans son berceau, je rejoignis tendrement les bras de Morphée, comme cela ne m’était pas arrivé depuis très longtemps

_________________

Pour vous désservir
Double compte de Sevychou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://time-of-maraudeurs.forumsactifs.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tragique tourmente…[PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tragique tourmente…[PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Evenement tragique [privéRoy+Hikaru+Draco+John]
» Tragique accident.
» [DA] Lady Oscar.
» Une fin tragique...
» Les Arlequins

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Renaissance du phénix :: Le Monde Magique :: Vos Demeures Respectives :: Autres habitats :: Chateau des Raybrandts-
Sauter vers: