AccueilAccueil  FAQFAQ  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Réunion de famille... [Les cousines Raybrandt]

Aller en bas 
AuteurMessage
Tourmente Dafné Raybrandt
Prof d'ensorcellement
Prof d'ensorcellement
avatar

Nombre de messages : 62
Age : 35
Localisation : A Poudlard ou ailleurs
clan : Celui de ma famille...
Humeur : Cruellement et sadiquement bonne !
Date d'inscription : 01/10/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/0  (0/0)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Réunion de famille... [Les cousines Raybrandt]   Jeu 2 Oct - 9:13

    Dans un léger grincement une silhouette ouvrit les grilles de l’immense domaine Poudlarien sans être surprise, ni même effrayée par la présence de quelques aurors et détraqueurs aux alentours… Mais cela n’avait rien d’étonnant ! Cette jeune femme qui traversait le parc d’un pas aussi vif que gracieux n’était autre que Tourmente Dafné Solstice Raybrandt, cousine de la Directrice de Poudlard… La vampire venait d’arriver sur le territoire britannique il y avait peu et avait appris que l’école de sorcellerie anglaise était à présent dirigée par Krystel… Elle lui avait donc demandé un poste qui lui avait été accordé.

    Lorsque Tourmente arriva au milieu du parc, elle s’arrêta quelques minutes pour observer les alentours… Tout y était très différent de Durmstrang et ce collège semblait beaucoup plus accueillant que l’école bulgare ! Mais cela ne devait être que pure illusion… La vampire se doutait bien que sa cousine n’était pas du genre à organiser des pique-niques dans le parc ou près du lac à ses élèves ! Un hurlement effroyable se fit ensuite entendre sur sa gauche ; en détournant la tête, la brune y vit une immense forêt. Elle sut que celle-ci devait regorgée de créatures magiques qui ne seraient sûrement pas de douces licornes !

    Après ces quelques minutes d’observation Tourmente reprit sa marche en direction du château et y fut très rapidement. D’un geste sur elle ouvrit les immenses portes et se retrouva dans le hall du château mais constata que celui-ci était vide de toue élève ou enseignants… Poussant un soupir, elle ôta d’un geste majestueux la cape qu’elle portait laissant apparaitre une sublime robe faite sur mesure… Celle-ci se composait d’un bustier rouge mettant parfaitement en avant les formes de la jeune femme et surmontait une longue robe de satin noir…

    Alors qu’elle allait grimpée dans les étages afin de trouver le bureau directorial, son attention fut attirée par une affiche posée récemment selon elle… Alors qu’elle s’en approchait d’un pas félin, un sourire se dessina sur les lèvres de la brunes ! Il n’y aurait plus aucune sorties d’autorisées ni mêmes de vacances… d’où les aurors et détraqueurs en poste autour du domaine. Par Merlin ! Sa cousine se plaisait à punir ses élèves comme les enseignants… D’ailleurs, en parlant de professeurs, Tourmente avait vraiment hâte de faire la connaissance de celui qui enseignait la Magie Noire en ces lieux !

    Pourquoi vous demanderez-vous ? Mais uniquement pour savoir qui était le fiancé de sa très chère cousine… car n’oublions pas qu’elle s’était juré de tout faire perdre à Krystel et voir même se le procurer. Cependant, n’allons pas trop vite en besogne… Tourmente venait d’arriver et devrait, avant de passer à l’attaque, étudier toutes les éventualités…

    Alors qu’elle se perdait dans ses pensées, le sourire aux lèvres, une voix l’interpella en l’appelant ‘‘Madame’’ Shocked … Non mais quelle horreur ! Elle se retourna pour se trouver face à face avec une jeune fille d’environ 17 ou 18 ans portant un uniforme aux couleurs horribles… Jaune et noir… Cette dernière se présenta comme était Leslie machin truc, lui expliqua qu’elle était préfète en chef et lui demanda si elle pouvait l’aider.


    - Mademoiselle je vous prie, dit-elle d’un ton parfaitement aimable. J’ai rendez-vous avec votre Directrice, Mademoiselle Raybrandt… Si vous pouviez me conduire à son bureau !

    Etrangement la jeune élève semblait déjà avoir été informée de ce rendez-vous et on aurait presque pu croire qu’elle n’était pas passée par ce hall par hasard. Ce fut lorsque la demoiselle reprit la parole que Tourmente constata qu’elle ne s’était pas trompée…

    - La Directrice m’a fait part de ce rendez-vous et m’a envoyé pour vous conduire à son bureau… Elle est actuellement occupée et vous rejoindra dès que possible. Si vous voulez me suivre, je vais vous indiquer son office.

    A peine ces quelques mots prononcés la demoiselle se mit en route et Tourmente la suivit après avoir levé les yeux au ciel… Krystel n’avait pas changée apparemment ; donner un rendez-vous pour ensuite se faire attendre était une habitude chez elle ! Habitude qui avait toujours agacée la vampire qui pensa qu’elle aurait dû arriver avec une bonne demi-heure de retard !
    L’itinéraire jusqu’au bureau se fit dans un silence absolu… La demoiselle n’osait visiblement pas demander à Tourmente qui elle était et cette dernière en était ravie ! Faire la conversation à une gamine ne l’intéressait guère en ce moment et elle se contentait de se familiariser avec les lieux.
    Après quelques minutes, l’élève mal fagotée s’arrêta enfin et ouvrit une porte finement ouvragée…


    - C’est ici Mademoiselle… Je vous prie de vous s’installer et je vais prévenir la Directrice de votre arrivée…

    - Merci jeune fille.

    Tourmente entra ensuite dans le bureau superbement décoré mais n’en fut pas le moins du monde impressionnée… Elle avait déjà mis les pieds dans des bureaux de Ministre ; ce n’est donc pas celui de sa cousine qui allait l’impressionné ! Quoique… il fallait reconnaître qu’elle n’aurait pas craché dessus si on le lui avait proposé… Ce qui ne serait tardé !

    Après avoir regardé les lieux quelques secondes, la vampire déposa sa cape hivernale sur le porte manteau, s’installa dans un des fauteuils se trouvant près de la cheminée et tapota de façon distraite l’accoudoir en passa délicatement l'index de sa main droite sur le pendentif qu'elle portait… Elle n’avait pas encore eu l’occasion de voir sa cousine depuis son arrivée et n’arrivait pas à se remémorer la dernière fois qu’elles s’étaient vues. Tourmente se demanda alors si sa cousine avait changé… Mais elle aurait une réponse très vite ! Enfin… Elle aurait une réponse quand Krystel daignerait arriver…

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://life-is-a-game.forumactif.org/
Krystel Raybrandt
Lycan, mère et fiancée
Lycan, mère et fiancée
avatar

Nombre de messages : 676
Age : 29
Localisation : Dans le coeur sombre de Torben
clan : Celui de ma famille
Humeur : Tyranniquement mauvaise imbécile
Date d'inscription : 18/10/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
75/100  (75/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Réunion de famille... [Les cousines Raybrandt]   Jeu 2 Oct - 15:43

    Il était déjà 16h, et je venais à peine de finir mon évaluation des élèves en cours de magie noire. Pour bien voir les bons éléments de mon école, j’avais décidé de voir leur capacité et j’avais donc choisi le cours pratique de mon amant. Pas le temps de lui parler, que déjà, je filais hors de sa classe, en direction de mon bureau. Sur mes talons, on pouvait voir un très gros et féroce tigre tout blanc. Ma créature était vraiment des plus belle. J’avais fais appel à cette dernière lors de mon combat avec le père de mes enfants, et du coup, la trouvant très utile, je ne l’avais pas fais disparaître.

    Cela me procurait encore plus d’autorité. Déjà que les étudiants me fuyaient, alors maintenant que j’avais un magnifique félin avec moi, ils décampaient comme des lapins face à des chasseurs. Et ils avaient raison de le faire, car le premier qui serait dans mon chemin se verrait aux prises avec mon nouvel animal de compagnie. Et quel animal j’ai envie de vous dire. Regardant ma montrer, je vis que j’étais en retard de près d’une demie heure, mais peu importait en fait. Je suis femme qui aime se faire désirer, et faire son entrée.

    Il me fallut qu’une dizaine de minute pour traverser le château, et arriver enfin devant la porte de mon bureau. Ouvrant cette dernière d’un geste de baguette, mon tigre entra le premier, poussant un grognement sourd et commençant à montrer les crocs à mon invité. Entrant à mon tour, j’accordais qu’un bref regard vers la jeune femme, avant de refermer la porte. Toujours sans la regarder, je posais ma cape, laissant apparaître une magnifique robe aussi courte que très moulante, et des plus noire.

    Comme s’il n’y avait personne dans mon bureau, je pris place à mon bureau, posant les documents que j’avais en main. D’un simple claquement de doigt, je fis taire le grognement de mon tigre qui, après avoir fait plusieurs tours en rond, s’installa devant la cheminé allumé. Ce dernier reprit l’activité qu’il avait laissé en suspend pendant le cours, c'est-à-dire faire sa toilette, et lécher l’endroit ou son pelage blanc était tacheté de sang. Posant ma baguette sur ma table, je croisais mes mains et ce ne fut qu’à ce moment que je fis attention à elle…



    - Cela fait longtemps Dafné dites moi… Je vous en pris, prenez place.


    Dafné, ou plus couramment connu sous le prénom de Tourmente. Je n’avais montré aucune familiarité avec elle, et pourtant. Il ne s’agissait nulle autre qu’une de mes cousines éloignée. J’avais été étonnée quand elle avait prit contact avec moi, me demandant une place d’enseignante dans mon école. Cela devait faire près de 12-13ans que je ne l’avais pas revu, depuis que son sang avait été souillée. Devenant une créature dites de la nuit, elle avait été rejetée par notre famille et cachée. Nous avions grandi au début ensemble, pour ne plus nous revoir du jour au lendemain.

    Elle n’avait pas changé. Ses yeux luisaient toujours de la même façon, et tout en même me rappelait la petite fille avec qui j’avais été si complice, il fut un temps. Je ne pouvais m’empêcher de constater qu’elle me ressemblait de façon flagrante. Je me mis à sourire un instant. Dafné avait toujours eu pour but d’être comme moi, et cela depuis toujours. Même si nous étions du même age, elle m’avait toujours admiré et dit que plus tard, elle voudrait être comme un sosie de moi. Je ne pouvais que l’approuver. Après toi, je suis parfaite, il ne faut pas l’oublier !

    Enfin bref, du moment qu’elle ne marche pas sur mes plates bandes, je m’en fichais. Au contraire, j’aimais qu’on m’idolâtre. Rejetant ma chevelure en arrière, mon regard vint se poser sur le bijou qu’elle avait autour du cou. Elle l’avait toujours… Pourtant j’aurais cru qu’elle s’en saurait débarrasser une fois qu’elle en aurait eu les pouvoirs. En fait ce dernier était un cadeau que je lui avais offert la dernière fois que nous nous étions vu. Déjà très douée pour mon age, je l’avais ensorcelé pour qu’il la protège des rayons du soleil. J’avais passé de nombreuses nuites blanches pour y arriver enfin. Il était fait en or, et le pendentif est rond. Sur ce dernier était gravé un tigre et un R.

    Ne m’attardant qu’un bref instant dessus, restant égale à moi-même, je laissais un silence s’installer entre nous. Elle allait sûrement me reprocher mon retard, mais je m’en fichais. Ce n’était pas comme si je n’avais pas envoyé ma meilleure élève venir la chercher et la prévenir. Et puis, elle avait attendu dans mon bureau qui était plutôt luxueux, alors bon. Décoré par diverses tableaux, et d’objets en tout genre sur les meubles et la cheminé, il y avait également les portraits des anciens directeurs, qui dormaient derrière mon dos. On pouvait également voir un cadre posé sur mon bureau, sur lequel on me voyait en compagnie de Torben, et un autre toujours avec mon fiancé, mais cette fois, ce dernier tenait dans ses bras notre petite fille.

    Tout cela transpirait la richesse mais aussi la noirceur, par les diverses instruments de tortures accrochés sur le montant de la cheminer. La pièce était très grande. Un peu plus loin, on pouvait voir mon salon personnel. Et oui, je n’étais pas le genre à faire les choses à moitié. Je devais bien avouer que j’avais eu du mal à tout décaper, car cet endroit au début transpirait le laisser aller de Bellatrix Black. Cette dernière n’y avait pas pris soin, mais cela n’avait rien d’étonnant. Il suffisait de voir l’état de ses cheveux pour se rendre compte qu’elle était dénuée du moindre goût. Heureusement que j’avais pris place à la tête de Poudlard, car ce dernier partait totalement à la dérive. Peu à peu j’imprégnais l’école de sorcellerie, et l’ordre commençait à régner. Enfin, il n’était pas trop tôt quand même. Reprenant la parole, je lui dis alors sur un ton des plus neutre :



    - Et bien Dafné… Quel vent vous amène dans ce château en temps que professeur ?


    Une nouvelle fois, je l’avais vouvoyé et appelé par son véritable prénom. J’étais sûrement la seule personne à le faire à présent. Disons que j’avais trouvé cela complètement stupide de la rebaptiser ‘Tourmente’ même si je ne l’avais jamais dis à ses parents. Après tout, ces derniers étaient au petit soin avec moi, et m’apportaient beaucoup plus d’attention, alors je n’allais pas m’en plaindre. J’avais toujours été la préférée depuis toujours, mais elle n’était pas oubliée. Nous étions rivales, pour notre plus grand plaisir. Quand elle devint un vampire, plus personne ne voulait entendre parler d’elle, vu que son sang avait été souillé. Du coup, ils avaient reporté toutes les attentions et espérances sur moi, qui ne les avaient pas une seule fois dessus…

_________________

Pour vous désservir
Double compte de Sevychou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://time-of-maraudeurs.forumsactifs.com/
Tourmente Dafné Raybrandt
Prof d'ensorcellement
Prof d'ensorcellement
avatar

Nombre de messages : 62
Age : 35
Localisation : A Poudlard ou ailleurs
clan : Celui de ma famille...
Humeur : Cruellement et sadiquement bonne !
Date d'inscription : 01/10/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/0  (0/0)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Réunion de famille... [Les cousines Raybrandt]   Jeu 2 Oct - 20:40


    Par Merlin que le temps vous semble long quand vous attendez en ayant rien à faire ! Tourmente avait toujours détesté l’inactivité et cela était encore le cas… Krystel était vraiment des plus insupportables quand elle faisait ça… à croire que le monde entier était à ses pieds et n’attendait qu’elle pour vivre !
    Tout en poussant un léger soupir, la brune regarda l’heure et constata que son attente durait à présent depuis plus de vingt-cinq minutes… mais le temps lui avait semblé tellement long que la vampire avait cru qu’il s’était écoulé au moins deux heures !

    Observant les flammes en se demandant si elle pourrait supporter cette attente encore longtemps, la jeune femme entendit enfin la porte s’ouvrit mais ce ne fut pas Krystel qui entra… Non ! Bien sûr… Cela aurait été trop… comment dire ? Trop original ! Un tigre blanc des plus magnifiques, reconnaissons le, venait d’entrer d’un pas noble dans la pièce… Cependant, la présence de la vampire sembla lui déplaire puisqu’il se mit à grogner en montrant les crocs. Tourmente n’y prêta aucune attention et reporta son regard azur sur sa cousine qui l’ignora royalement…

    Cette dernière choisit de commencer par ôter sa cape laissant apparaître une robe aussi courte que celle de sa cousine était longue… Cette tenue était loin de faire penser à celle d’une Directrice mais Krystel avait toujours aimé se faire remarqué et ça n’avait apparemment pas changé !
    La Directrice s’installa ensuite comme si de rien n’était à son bureau et Tourmente décida d’observer les flammes jusqu’à ce que sa cousine daigne s’adresser à elle… et ce serait sûrement bientôt le cas !

    En effet, Krystel avait taire le tigre blanc qui était venu faire sa toilette près de la cheminée, c'est-à-dire à proximité de la vampire. Cette dernière observa le fier animal et se souvint qu’il était le patronus de sa cousine… mais aussi le sien ! Au même moment la Directrice prit la parole. Elle le fit en vouvoyant Tourmente et en l’appelant… Dafné ! Bien qu’elle fût surprise, celle-ci ne le montra pas… mais il fallait reconnaître qu’elle avait presque oublié quel avait été son premier prénom ! Krystel lui demanda de prendre place…


    - Votre ponctualité est des plus surprenantes, comme autrefois… déclara-t-elle en vouvoyant sa cousine à son tour.

    Avec grâce et majesté, Tourmente se leva et vint prendre place en face de sa cousine… La première chose qui l’étonna fut leur ressemblance. Déjà enfant on leur disait qu’elle semblait être sœurs mais là… la ressemblance était des plus troublantes ! La seule véritable différence venait du fait que Tourmente était plus brune que son ainée…
    Comme à son habitude, Krystel laissa planer un léger silence que Tourmente choisit de ne pas briser… Elle en profita pour regarder les différents objets qui décoraient le bureau finement ouvragé… et c’est là qu’elle aperçut les deux cadres !

    Le premier ne l’étonna pas ! Elle savait que sa cousine était fiancée. Le jeune en sa compagnie devait donc être l’heureux élu et il fallait reconnaître que c’était un bel homme ! ^^ Cependant, le second cadre contenait une photo des plus surprenantes ! Le même apollon tenait dans ses bras un bébé… Serait-il possible que sa cousine en plus d’avoir réussir sa carrière professionnelle en ait fait de même avec sa vie sentimentale ? Cette simple idée fit enragée la vampire… Une fois de plus c’était encore elle qui avait tout… La gloire, la fortune, l’amour… tout !

    Krystel reprit ensuite de nouveau la parole sans cesser de vouvoyer sa cousine… Elle lui demanda ce qui l’amenait ici en tant que professeur… La raison était des plus simples ! C’était la jalousie qui l’avait conduite ici, l’envie de détrôner sa rivale ! Et ces deux cadres en exposition ainsi que tout ce qui les entourait ne faisaient qu’attiser ce désir mais elle ne dirait sûrement pas de telles choses… Oh non ! Elle savait très bien mentir et était devenue une experte dans ce domaine…


    - Mon arrivée au Royaume Uni est au départ le fruit du hasard… commença-t-elle par dire. Mais il m’a été donné de rencontre un beau et délicieux jeune homme, continua-t-elle en accentuant bien le mot ‘‘délicieux’’. Ce dernier m’a appris que Poudlard avait une nouvelle Directrice qui recherchait des professeurs experts dans les arts obscurs… J’excelle dans le domaine des Enchantements noirs et me ferais une joie de remettre tout ce petit monde à niveau… déclara-t-elle sûre d’elle.

    Un sourire était apparu sur son visage… Elle savait qu’elle avait raison et qu’elle était on ne peut plus douée dans ce domaine. Et tout comme sa cousine, elle aimait mettre en avant ses nombreuses compétences… Car pourquoi cacher tant de perfection ? Cela serait des plus ridicules et des plus absurdes. Elle savait également que la Directrice connaissait ses talents dans le domaine de la Magie Noire et puis elle ne l’avait pas fait venir ici pour rien ! C’était donc sûrement pour parler de son futur poste en tant qu’enseignante…

    Cependant, depuis que Tourmente avait vu les deux cadres, une questions lui brûlait les lèvres… Elle devait savoir si oui ou non, ce bambin était le sien ! Un tel cas serait des plus déplaisant car il lui faudrait faire preuve d’ingéniosité pour ravie le cœur du père et fiancé…
    Tourmente ? Une garce ? Bien sûr que non ! Elle désirait seulement avoir ce qu’elle pensait avoir mérité également car ne soyons pas bête ! Ce n’était pas sa faute à elle, pauvre petite fille de douze ans, si un vampire l’avait mordu alors qu’elle rentrait seule… !
    Jetant un nouveau coup d’œil au cadre du bel homme et du bébé, la vampire sourit légèrement et reporta ensuite son attention sur sa cousine.


    - Pardonnez ma curiosité mais j’ai entendu dire que vous vous étiez fiancée… déclara-t-elle sur le ton de la conversation. Et je vois la une petite merveille ! Seriez-vous également mère ?

    Curiosité… curiosité ! Y’avait pas vraiment de mal à s’informer de la vie d’une cousine avec qui on avait passé son enfance. D’ailleurs ce vouvoiement entre elles agaçait Tourmente mais elle ne dit rien à ce sujet !

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://life-is-a-game.forumactif.org/
Krystel Raybrandt
Lycan, mère et fiancée
Lycan, mère et fiancée
avatar

Nombre de messages : 676
Age : 29
Localisation : Dans le coeur sombre de Torben
clan : Celui de ma famille
Humeur : Tyranniquement mauvaise imbécile
Date d'inscription : 18/10/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
75/100  (75/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Réunion de famille... [Les cousines Raybrandt]   Mar 7 Oct - 15:13

Je me demandais vraiment ce qui avait poussé Dafné alias Tourmente à venir en Angleterre. Après tout, je savais que cette dernière travaillait au ministère Français. Comment étais-je au courant ? Tout simplement parce que même si je n’avais plus de contact avec elle depuis près d’une quinzaine d’année, j’avais toujours gardé un œil sur elle. Quand nous étions petites, nous étions comme deux sœur jumelles, rivales certes, mais très complices quand même. Je l’avais toujours considéré comme ma petite sœur, que je devais protéger, même si nous avions le même age.

Cela m’avait fait beaucoup de peine de ne plus être avec elle. Seulement je ne pouvais rien y faire, impossible pour moi de l’approcher, et de savoir où exactement elle était. Du coup, j’avais décidé de ne voir que le bon côté des choses et de l’oublier comme on me l’avait demandé de faire. Bien entendu, je n’avais pas pu la rayer de ma vie comme cela. j’avais donc fait tout simplement semblant, et profitais des avantages que l’on m’offrait.

Même si toute ma famille et elle-même l’ignoraient, j’avais agis de nombreuses fois dans l’ombre, pour lui améliorer la vie. Depuis que j’étais en mesure de le faire, je lui donnais des coups de pouce se secret. Par exemple, j’avais versé l’héritage que ses parents m’avaient légué sur son compte à elle, payant le notaire pour qu’il falsifie le testament, et que personne ne sache mon acte. Après tout, j’avais déjà reçu celui de mes parents biologiques, plus celui de mes parents adoptifs. Je n’avais donc guère besoin de cet argent.

Egalement, elle avait obtenu son poste au ministère grâce à mes différents contacts et recommandations. Tout cela sans qu’elle ne le sache, ni ne s’en doute jamais. Une fois que je m’étais assurée qu’elle vivait bien, et n’avait plus besoin de rien, je l’avais quelque peu oublié, pour vivre et faire ma propre vie. J’avais rencontré Torben, et dans ses bras l’amour. Mon Maître avait ensuite prit le pouvoir et la tête de l’Angleterre, me nommant chef de ses armées, pour me remercier de ma fidélité et ma dévotion envers lui.

J’étais à l’apogée de mon existence, ne me doutant pas de ce qu’il allait arriver. Sans le vouloir, j’avais été mordue par un lycan, faisant de moi son semblable, le jour même où j’avais appris que j’attendais un enfant de mon Torben. De peur d’être rejeté par ce dernier pour ces deux raisons, j’avais préféré fuir, et me cacher. Mais j’avais fini par refaire surface au bout de très nombreux mois, il y avait quelques semaines à peine et mit non pas un mais deux enfants au monde.

Une nouvelle fois, les choses s’étaient précipitées pour moi. A chaque instant de bonheur, un malheur plus grand reprenait le dessus. On m’avait enlevé mon fils qui venait de naître, avant même que je ne puisse le prendre dans mes bras, lors de la bataille de l’allée des embrumes. Cela c’était déroulé il y avait un peu moins d’un mois. Maintenant j’étais donc à sa recherche, envoyant mes hommes les plus compétents récoltaient des informations pour moi, ne pouvant le faire en personne.

Bellatrix avait été fait prisonnière, et mon seigneur des ténèbres m’avait nommé à sa place à la tête de Poudlard. C’était à la fois un honneur, mais également un test, et j’en étais bien consciente. Il voulait voir si j’étais encore digne de le servir. Je devais donc mener à bien cette mission, que j’avais déjà commencé avec brio, je devais bien l’avouer. En fuyant, j’avais déserté mon poste de chef de ses armées, et du coup j’aurais dû mourir pour cela. Je ne pouvais que constater quand même de la chance que j’avais eu.

Par contre, cela avait aussi un désavantage. Coincée à Poudlard, je ne pouvais pas partir à la recherche de mon fils. Enfin pour l’instant. Je comptais bien m’en occuper personnellement, une fois que le collège roulerait très bien dans le sens de mon maître. Et vu comment cela était parti, j’avais de très forte chance d’y arriver facilement. Contrairement à celle qui m’avait précédé, je n’avais aucun scrupule à employer les grands moyens, bien au contraire. Mon arrivée avait fait mouche, et le combat que je venais de faire avec mon amant également.

C’était la raison de mon grand retard à mon rendez-vous avec Dafné. J’avais bien entendu envoyé quelqu’un la recevoir, en la personne de Leslie Brunet, préfète en chef du château. Cette dernière l’avait prévenu de l’attente qu’elle devrait avoir, vu que j’étais occupée autre part. Même si je n’avais jamais été ponctuelle avec la demoiselle, je m’étais dépêchée de me rendre dans mon bureau, mon tigre aux talons. Ce dernier n’avait pas trop apprécié voir quelqu’un dans mon bureau, mais je l’avais fais vite taire.

Après plusieurs minutes, je m’étais installée à mon bureau, tournant enfin mon regard vers ma cousine. M’excusant vaguement de mon retard, je l’avais naturellement vouvoyé. C’était dans mes habitudes de ne montrer aucune familiarité avec les autres. Alors même si nous avions été proche et que j’avais toujours veillé sur elle, je n’en laissais rien paraître. J’étais avant tout la directrice de l’école, qui faisait passer un entretient à un futur enseignant. Et mon rôle devait passer avant tout, même avant elle.

Je ne répondis pas à sa réflexion sur ma ponctualité, me contentant de sourire satisfaite. Depuis toujours j’aimais me faire désirer, et cela passer par le fait de ne jamais être à l’heure. Cela me permettrait de faire toujours mon petit effet quand je daignais enfin faire honneur aux gens de ma présence. J’avais toujours élevé comme cela, je n’étais pas prête de changer d’une quelconque manière. Continuant à la regarder, je lui demandais ensuite qu’est-ce qu’il l’avait poussé à venir en Angleterre, et de me demander un poste de professeur.

Me vouvoyant également, elle me dit que son arrivée en Angleterre était le fruit du hasard. Elle avait rencontré un délicieux jeune homme qui lui avait appris ma nomination à la tête de l’école, et que je recherchais des enseignants utilisant les arts obscurs. Je ne pu m’empêcher de remarquer qu’elle avait accentué le mot délicieux. Je sus tout de suite qu’elle en avait sûrement fait sa proie. Après tout, je la savais vampire, et cruelle comme moi. Tuer était un plaisir pour Dafné. D’ailleurs, la modestie était également notre point commun, il suffisait d’entendre sa dernière phrase pour s’en apercevoir, vous n’êtes pas d’accord.

Ne la quittant pas des yeux, j’essayais de déceler en elle un signe, quelque chose qui me donnerait un indice sur ses vérritables intentions. J’avais le sentiment qu’il n’y avait pas que cela qui l’avait poussé à me demander un poste. Surtout qu’elle était comme moi assoiffé de pouvoir et de fortune, et qu’un poste d’enseignant n’était guère approprié pour cela. Restant maîtresse de moi-même, je ne laissais rien paraître à mes réflexions. Je vis son regard se poser alors sur les photos que j’avais sur mon bureau, où l’on voyait Torben et mon enfant. D’ailleurs, en pensant à ce dernier, j’allais devoir lui parler de Dafné, surtout si elle devenait professeur dans l’école.



- Fort bien… Mais encore. Pourquoi vous accorderais-je un poste dans mon école, sachant qu’on se bat pour devenir un de mes employés. Donnez moi de bonne raison qui me pousserait à vous engager plutôt qu’un autre…


Question fatidique. Je me devais de la poser, même si je savais au fond de moi que je ne lui refuserais pas le poste. Après tout, comme je vous l’ai dis, même si je n’ai plus de contact avec elle, je l’avais toujours considéré comme une petite sœur à protéger. Depuis que j’étais devenue mère, ce sentiment s’était accentué, je ne savais pas pourquoi. J’étais contente de la revoir, même si mon attitude ne le montrer en rien. J’étais aussi froide que d’habitude, comme si nous n’étions guère de la même famille, comme si nous ne nous connaissions ni d’Eve, ni D’Adam. Pourquoi ? Parce que je ne devais montrer à personne qui pouvait être mon point faible. Cela pour me protéger, mais pour les protéger également.

Je la vis regarder les cadres posés sur mon bureau. A coup sure, elle devait se demander qui était sur ses derniers, et plus particulièrement si j’étais la mère de l’enfant que tenait Torben. J’espérais qu’elle ne le fasse pas, car je n’étais guère le genre de femme à apprécier que l’on se mêle de sa vie. Cependant cela lui brûlait trop les lèvres, c’était des plus évident. Et ce qui devait arriver arriva. Me demandant d’abord s’il était vrai que j’étais fiancée, et si en plus mon adorable Lyra était bien ma fille, mon regard se fit des plus glaciale. Mon tigre se remit à grogner d’ailleurs, et se leva. Venant vers nous, il sauta avec souplesse sur mon bureau, sans faire tomber aucun des objets présents. Mon animal se mit alors à se coucher devant moi, et montra ses crocs à ma cousine.

Etant à l’origine mon patronus, quand j’étais en colère, il l’était aussi. Il puisait sa force dans la mienne, et nous étions donc liés. C’était d’ailleurs pour cela que j’avais été blessée quand il s’était pris le sort de mon amant. Lui caressant le pelage, je le fis taire une nouvelle fois. Puis je me levais de ma chaise, et fis le tour du bureau. Prenant les cadres dans mes mains, je vins les placer sur ma cheminé, juste en dessous de mes instruments de torture. Me retournant vers Dafné, je rejetais mes cheveux en arrière de façon gracieuse, comme nous savions si bien le faire dans notre famille. Reprenant ensuite place sur la chaise directoriale, sur un ton neutre, je lui dis alors :



- Cela ne vous regarde en rien… Cependant je vous répondrais tout de même, étant de la même ‘souche’ que vous. Les dires que vous avez entendus sont fondés. Quand à votre seconde question… Il s’agit bien de mon héritière. Pourquoi cela vous intéresse donc t-il ?

_________________

Pour vous désservir
Double compte de Sevychou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://time-of-maraudeurs.forumsactifs.com/
Tourmente Dafné Raybrandt
Prof d'ensorcellement
Prof d'ensorcellement
avatar

Nombre de messages : 62
Age : 35
Localisation : A Poudlard ou ailleurs
clan : Celui de ma famille...
Humeur : Cruellement et sadiquement bonne !
Date d'inscription : 01/10/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/0  (0/0)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Réunion de famille... [Les cousines Raybrandt]   Mar 7 Oct - 17:00

    Le comportement hautain de sa cousine ne surpris nullement la vampire, ni même le tigre qui la précédait ! Krystel avait toujours été comme cela… Aimant se faire remarquer, désirer et admirer ! Elle qui avait été comme sa grande sœur l’avait d’ailleurs abandonnée pour son propre intérêt. Elle avait profité du fait que le sang de Dafné ait été souillé par les crocs d’une créature de la nuit pour lui prendre ce qu’elle aurait dû avoir également !
    Tourmente qui avait cru que Krystel allait la soutenir se sentit trahi et l’admiration qu’elle portait à son ainée se transformation en une jalousie terrible que seule la vengeance pourrait apaiser…

    D’accord, Krystel lui avait tout de même grande amélioré sa vie de vampire en lui créant et offrant un collier ayant pour but de la protéger des rayons du soleil… Mais qu’elle vit avait-elle mené après ça ? Délaissée et cachée par sa propre famille, haït par ses camarade… Sa jeunesse n’avait été que souffrance et humiliation alors que durant tout ce temps Krystel l’oubliait… Sa cousine avait cessé de la soutenir pour profiter de toute l’attention, de toutes les félicitations de sa famille !

    Pourquoi Tourmente n’avait-elle pas eu cette chance ? Pourquoi le fait qu’elle se soit fait attaquer par un monstre aurait-il été de sa faute ? Pourquoi c’est elle que l’on avait puni et malmenée alors que le coupable était ce vampire assoiffée de sang qu’elle avait eu le malheur de croiser ? Tourmente s’était souvent posé ces questions et n’avait trouvé aucune réponse à part la honte… Car la réponse était bien là ! Sa famille l’avait repoussé par honte d’avoir une créature de la nuit au sein de la dynastie.

    C’est d’ailleurs pour cela qu’elle avait en premier lieu détesté ce qu’elle était devenue… Elle s’était presque laissé dépérir pour prouver à ses parents qu’elle n’y était pour rien… mais ça n’avait rien changé du tout ! Ils l’avaient envoyé loin d’eux pour ne plus à avoir sa présence à supporter ! C’est là que le comportement de la fillette avait changé… Elle était devenue aussi sombre que son nouveau prénom pouvait l’être…
    C’est d’ailleurs à cette période qu’elle tua ses premières victimes… avec dégoût pour commencer puis avec de plus en plus de plaisir, de cruauté et de souffrance pour la pauvre victime…

    Au fil des années elle avait aimé ce qu’elle était devenue et remercieraient volontiers la créature de la nuit qui l’avait transformé si elle en avait l’occasion ! D’ailleurs elle essaierait sûrement un jour ou l’autre de le retrouver pour voir qui pouvait être cette personne.
    Cependant, même si elle aimait ce qu’elle était devenue, cela ne changeait rien au fait qu’elle voulait avoir sa vengeance ! Elle voulait que son adorable cousine connaisse le malheur et la souffrance, tout comme elle l’avait vécue étant enfant…

    Voilà pourquoi elle était dans ce bureau en cette fin d’après-midi… Car soyons réaliste ! Elle se fichait de ce fameux poste d’enseignante, elle valait mieux que ça. Ce qu’elle voulait c’était le pouvoir mais surtout… tout ce qu’avait Krystel. C’est pour ça qu’un poste de professeur était un bon compromis ! Elle pourrait étudier sa cousine afin de mieux la détrôner et pourrait par la même occasion approcher son futur époux sans que cela n’éveille les soupçons ! ^^

    Elle avait d’ailleurs cru comprendre que le jeune homme en photo avec Krystel puis tenant un bébé, devait être l’heureux élu… Il était tout à fait charmant et cette sorte d’aura maléfique semblant se dégager de sa personne ce qui le rendait encore plus intéressant… Mais, la vampire du sortir de sa rêverie car déjà sa cousine l’interrogeait quand à sa venue en Angleterre et sa demande d’emploi…
    La brune réponse la vérité concernant les deux questions. Sa venue était le fruit du hasard et elle faisait partie des meilleurs pour enseigner les matières en rapport avec les arts obscurs !

    Cependant, Krystel insista de plus belle concernant les motivations de Tourmente. Elle lui demanda pourquoi elle l’engerait elle plutôt qu’une autre personne alors que des tas d’enseignants se battaient pour devenir un de ses employés !
    Et voilà qu’elle étalait de nouveau sa suprématie… Je suis la meilleure… Tout le monde veut travailler pour moi… Tout le monde m’aime… et bla bla bla ! Bien que ce comportement envers elle, alors qu’elle était de sa propre famille, l’agace, Tourmente ne laissa rien paraître et sourit même à la directrice…


    - Vous recherchez les meilleurs et je fais partie de ceux-là, répéta la brune de nouveau. Mais il n’y a pas que ça… Je suis prête à tout pour me rendre utile auprès de l’école comme du Ministère. Donc si pour contribuer à l’ascension du Lord je dois inculquer à de jeunes sorciers l’art d’utiliser correction les Ensorcellements, je le ferais avec plaisir !

    Même si le poste de professeur n’était pas ce dont elle avait rêvé, elle motivations qu’avait citée Tourmente était des plus sincères. Elle soutenait réellement le Ministère de la Magie ainsi que le grand Lord Voldemort. Il n’y avait plus qu’à espérer que de tels propos finiront de convaincre la tyrannique Directrice de Poudlard…

    Tourmente eut ensuite l’occasion de constater que sa cousine n’aimait visiblement pas qu’on s’immisce dans sa vie privée. Au moment où la vampire parla des fiançailles et du bébé, le regard de Krystel devint des plus glacials au moment même où le tigre recommençait à grogner. Tourmente avait visiblement énervé sa cousine… et pas qu’un peu !
    En effet, le tigre venait de sauter sur le bureau et s’y était allongé sans déplacer le moindre objet. Il montrait à présent les crocs à la vampire en continuant de grogner.

    Nullement effrayée, Tourmente garda le sourire… Le patronus de sa cousine agissait en fonction de ce qu’elle ressentait ! Voilà donc pourquoi le fier animal semblait aussi énervé… Krystel, quant à elle, se leva, prit les deux cadres et les déposa sur la cheminée avant de se retourner vers sa cousine en rejetant gracieusement ses cheveux comme Tourmente avait elle aussi l’habitude de la faire…
    S’asseyant ensuite de nouveau sur sa chaise, Krystel répondit d’un ton neutre. Elle déclara pour commencer que cela ne la regardait pas… Tourmente fut légèrement étonnée par cette réponse !

    La Directrice rajouta qu’elle allait tout de même lui répondre puisqu’elles faisaient parties de famille ! Elle confirma alors les rumeurs concernant ses fiançailles étaient fondées et que le bébé sur la photo était belle et bien son héritière. Elle lui demanda par la suite pourquoi cela l’intéressait-elle !
    Tourmente, qui regardait de nouveau la photo de bébé, reporta son attention sur sa cousine en partie cachée partie l’animal. La question avait été pour la vampire des plus inattendue ! Sa cousine avait-elle oublié à ce point toute leur complicité d’antan ?

    Avait-elle vraiment oublié leur duel permanent mais aussi leurs projets d’avenir ? A l’entendre parler, oui ! Elle avait dû oublier qu’elles avaient été aussi proches et n’avait apparemment pas envie de faire d’efforts pour s’en souvenir. Mais à quoi lui serviraient de tels souvenirs maintenant ? Sa vie à elle était parfaite ; pas comme celle de Tourmente ! Krystel n’avait pas besoin de se remémorer le passé pour être heureuse !
    Sa vie actuelle lui offrait tout ce dont on pouvait rêver… Elle était tellement merveilleuse qu’elle lui faisait oublier sa propre famille.


    - Désolée… Je ne voulais pas t… vous offenser ! dit-elle en se reprenant de justesse pour ne pas tutoyer sa cousine. Je voulais simplement vous féliciter… Elle vousressemble beaucoup ! Surtout lorsque vous êtes sur une photo que j’ai de nous lorsque nous étions encore de tout petits bébés…

    Une fois de plus Tourmente ne mentait pas… Elle avait bel et bien une photo de Krystel et d’elle-même alors qu’elles étaient âgées d’à peine quelques mois… Car même si elle rêvait d’une vengeance envers sa cousine, il t avait un frein à cette motivation…
    Ce frein était l’affection qu’elle portait malgré tout à son ainée…

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://life-is-a-game.forumactif.org/
Torben Badenov
Prof de Magie Noire, Père et Fiancé
Prof de Magie Noire, Père et Fiancé
avatar

Nombre de messages : 955
Age : 28
Localisation : double compte de Voldy
clan : Mangemort, Garde du Ministre
Humeur : excellente, toujours ^^
Date d'inscription : 18/10/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
75/100  (75/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Réunion de famille... [Les cousines Raybrandt]   Sam 8 Nov - 15:25

    Torben Badenov… mon nom était semble t’il synonyme de bravoure tout autant que de cruauté. C’était ce que venait de dire de moi la presse des résistants, si j’en croyais cette édition que nos services de Renseignements avaient pu obtenir auprès de certains milieux. J’avais demandé cette feuille de choux tout juste bonne à me servir de PQ dans l’unique raison d’essayer de voir s’ils ne parlaient pas de la capture de mon fils dedans, juste histoire de voir une quelconque nouvelle piste à exploiter. Mais pour l’instant, rien de rien. Les habituels messages destinés à des groupuscules secrets et dont nous ne parvenions pas encore à saisir totalement le sens. Rien non plus dans les visages des mangemorts et des nuisants à évier à tous prix et des habituels appels à la révolte massive de la population contre le ministère. Un petit sourire éclaira mon visage, tandis que je portais une bouteille de vodka à mes lèvres pour en avaler goûlument le contenu. Qu’ils essayent seulement et ce serait le bain de sang.


    J’en étais arrivé à lire les portraits que les résistants avaient faits de moi et de mes collègues. Le mien était particulièrement épicé. On m’y décrivait comme un chien fou, un être totalement dénué de scrupules, alcoolique, menteur, violeur et tourmenteur. La liste de crimes que l’on m’attribuait était impressionnante, des très nombreux meurtres et assassinats aupillage en passant par la haute trahison ou les actes de torture. Autre sourire. Si je me faisais capturé, je passerais un sacré mauvais quart d’heure, vu le nombre de résistants que j’avais mis dérrière les barreaux ou que j’avais fait disparaître de la circulation. Bah, en même temps, j’avais déjà été fait prisonnier une fois et j’avais réussit à m’en sortir, grâce à Ginny Weasley, qui était une personne totalement imprévisible. Bref.


    Les autres portraits étaient tout aussi grandiloquents, mais seuls Krystel et quelques autres étaient également classés comme « ennemis de la liberté ». Ma fiancée par exemple était dépeinte comme une femme d’une cruauté inouïe, qui torturait ses élèves et les tuait quand bon lui semblait. Ce texte poussait tout simplement les parents d’élèves à la sédition, mais même si les résistants avaient su recueillir des ouï dire, ils n’avaient pas de preuves contre Krystel, contrairement à celles qui existaient pour prouver mes propres agissements. Quelques lignes sur Syerra Van Blaken également, qui avait tué une jeune combattante de la liberté et enfermait les résistants. Son portrait était éminemment plus cruel que dans la réalité. Les portraits d’Arielle étaient également évocateurs.


    Ensuite, le journal ne parlait plus que de la « grande victoire » qu’ils avaient eu sur le chemin de traverse. Ils y annonçaient la capture de Bellatrix Lestrange et de Waldrade Théophane, bien qu’au final il n’y avait que ces deux faits qui soient une réussite des résistants, car le journal n’évoquait pas de toute évidence les nombreuses pertes qu’avait subie la Renaissance du Phénix, a savoir la mort d’Andromeda Tonks ou la capture d’Ivan petrovitch Straghov, celle de Ginevra Weasley ou Alfara Dunaer. Il n’y avait rien non plus sur le changement de camp d’Ivan, cet imbécile de Finlandais dont nous avions modifié la mémoire. Cet imbécile se prenait maintenant pour mon ami et l’amant de Van Blaken !


    Mais alors que je buvais une nouvelle rasade du liquide incolore, une ligne attira mon attention. Sursautant presque, laissant la bouteille de côté, je ne pu m’empêcher de me pencher à mort sur mon bureau, le nez presque collé au papier du journal. Vite, mon cœur battait à cent à l’heure tandis que je m’efforçais de parourir le texte des yeux. Je n’étais quand même pas fou, j’avais bien lu non ? Et là, une immense bouffée d’adrénaline parcourut mon échine tandis que je me sentais littéralement revivre, malgré que mon cœur aie raté quelques battements à la lecture du texte… « Et il ne faut pas oublier non plus le terrible coup apporté au couple Badenov, un membre de leur famille étant retenu sous bonne garde. Il s’agirait du fils des mangemorts, et celui-ci est gardé en bonne santé, preuve que nous nous battons pour nos idéaux et non comme les bêtes sauvages du Ministère ! » Miracle ! Première information depuis au moins deux semaines sur la capture de mon fils !


    Sous le coup de l’émotion très forte que je ressentais, un bonheur presque absolu, je me mis presque à danser dans mon bureau, laissant échapper des exclamations de joie. Mon fils était toujours en vie, et même s’il était considéré comme un prisonnier, le sale traître de Rogue ne s’était apparemment pas décidé à l’exécuter ! Vite, il fallait que j’aille montrer cette preuve de la santé de notre enfant à Krystel,n ma fiancée et la directrice de cette école. Ni une ni deux, je ne pris même pas la peine de mettre ma veste ou de remettre ma chemise dans mon pantalon, et pris encore moins le temps de me coiffer. D’un pas rapide, je m’étais avancé dans le château, ignorant les murmures sur mon passage tandis que je lisais encore et encore la petite phrase, mettant de côté l’hypothèse de la simple propagance.


    Ne prenant même pas la peine de toquer, j’entrais dans la pièce… Pour ‘mapercevoir que ma dulcinée n’était pas seule ! Merde ! prenant sur moi, e me forçais de reprendre contenance, me passant une main dans les cheveux et en saluant de politesse ces dames… D’ailleurs, il s’emblait y avoir une ressemblance toute particulière entre elles… Se pourrait il que ?



    - Bonjour… Excusez mon entrée impromptue, mais Krystel, j’ai des nouvelles de notre fils ! Regardes ça ! dis je en lui tendant le papier


    - Torben Badenov, enchanté mademoiselle… ? m’avançais je vers l’autre jeune femme

_________________

Membre de la Garde Rapprochée de Lord Voldemort
Détaché à Poudlard en temps que Professeur de Magie Noire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Krystel Raybrandt
Lycan, mère et fiancée
Lycan, mère et fiancée
avatar

Nombre de messages : 676
Age : 29
Localisation : Dans le coeur sombre de Torben
clan : Celui de ma famille
Humeur : Tyranniquement mauvaise imbécile
Date d'inscription : 18/10/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
75/100  (75/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Réunion de famille... [Les cousines Raybrandt]   Mar 11 Nov - 3:59


    Aussi bizarre que cela puisse paraître, j’étais en train de faire passer un entretien d’embauche à une femme qui n’était nulle autre qu’une Raybrandt comme moi. Enfin, comme moi, pas sure. Cette dernière avait été reniée de notre famille depuis très longtemps, alors que moi j’étais leur digne héritière. J’étais haut gardée, avait une position des plus influente, et venait de fonder une famille avec non pas avec un roturier, mais un homme du même milieu sociale que moi - chose que je ne savais pas en le rencontrant – J’avais réussi, et hissé le nom de mes ancêtre très haut, leur faisant honneur. Dafné quand à elle… Elle n’avait plus existé à leurs yeux à partir du moment où elle était devenue une créature de la nuit. Tous l’avaient rejeté, jusqu’à ses propres parents… Tous sauf moi, même si je ne lui avais montré quand lui offrant le collier qu’elle avait au cou. J’avais dû faire comme si elle n’avait jamais exister, continuant mon ascension vers le pouvoir.

    J’étais l’héritière, je devais le faire, envers et contre tout, qu’importent les sacrifices. Le blason familial est la chose la plus importante pour les Raybrandt, et elle le savait tout autant que moi. Pour sur, elle aurait fait la même chose à ma place, profitant de toute l’attention que l’on me portait. A côté de cela, j’avais passé mon enfance à devoir montrer de quoi j’étais capable, à devoir lutter contre les sorts de haute magie noire, à devoir encore et encore m’entraîner. Le revers de la médaille comme on dit. On m’en avait toujours beaucoup demandé, et malgré tout, je n’avais pas fléchi. Je devais le faire, c’était ma motivation, mon but dans ma vie. J’avais toujours été élevé dans cette optique, que j’avais finis par atteindre. Dafné elle, n’avait jamais eu à subir cela, échappant à cette dure épreuve.

    S’en serait-elle sorti aussi bien que moi ? Cela n’était guère sûr. Nous aurions été tout le temps en compétition, et j’aurais finis par l’importer comme toujours. Même si n’avions que peu d’écart niveau âge, j’avais toujours montré une volonté plus forte, et une plus grande puissance magique. J’étais née mauvaise, pas elle. Au fond, tous ce qu’elle avait fait, c’était juste pour faire comme moi. Enfant, elle m’avait prise pour modèle, sans trop réellement vouloir devenir ce que notre famille attendait d’elle. Je ne dis pas que sa vie a été facile. Non loin de là. Mais elle avait échappé aux destins tragiques qui finissaient toujours par rattraper les Raybrantd… Je ne faisais pas exception loin de là… A vouloir être sous les feux des projecteurs, on y laissait souvent notre peau.

    J’avais perdu mon fils dans ma quête de gloire. Ma chair, mon sang. Il n’y avait rien de plus terrible… Mes parents avaient laissé leur vie pour le blason de la famille… Leur parents avant eux aussi ect ect. On aurait pu croire que nous étions atteints d’une veille malédiction, une malédiction qui touchait les membres avec du potentiel de notre maison. Dafné avait été mordu par un vampire, et je n’avais connu que des courts moment de répit et de bonheur, retombant bien vite à chaque dans des histoires pas possible. Est-ce qu’un jour cela arrêterait-il ? Avais-je encore envie de continue dans cette voix ? La réponse était bien entendu non. Non. Et j’espérais qu’enfin mon enfant retrouvé, je n’aurais plus à me battre sans arrêt contre la vie elle-même. J’en avais assez de tout cela… Mais en même temps, j’aimais ma position de femme respectée et crainte de tous… Ma position aussi affluente.

    Je sortis de mes pensées quand Dafné, ou Tourmente comme on l’appelait désormais reprit la parole. Répondant à ma question, à savoir pourquoi je la prendrais dans mon école, sa réponse me fit sourire. Oui, elle n’était pas une Raybrandt pour rien. Se qualifiant comme une des meilleures, elle me dit ensuite vouloir soutenir activement le ministre de la magie, le mage noire sous lequel j’étais en service. Ses yeux n’avaient pas cillé une seule minute, et sa sincérité était flagrante. Mais il y avait quelque chose qui me troublait. Je sentais qu’elle ne me disait pas tout, qu’il n’y avait pas que cela. Et cette chose, je finirais par la découvrir un jour ou l’autre, cela ne faisait aucun doute.


    - Une des meilleures ? Vous allez l’air bien sûre de vous… Mais j’apprécie les gens qui ont du cran et de l’audace… Il va falloir cependant faire vos preuves. Je mets en période d’essais de deux mois, pendant lesquels vous ne toucherez que la moitié du salaire d’un titulaire. Passé ce délai, si vous avez su me convaincre, je vous engagerais comme professeur à temps plein, et je vous verserais la totalité de votre paye… Si vous acceptez cet accord, veuillez signer en bas de ce parchemin, en prenant cette plume. Attention, si vous le faites, vous ne pourrez plus revenir dessus. Réfléchissez bien…


    En temps que nouvelle directrice, j’avais changé les clauses de tous des anciens contacts des enseignants. A partir du moment qu’ils signaient avec ma plume, avec leur sang, vu que c’était la particularité de cette dernière, ils ne pouvaient plus faire demi-tour. En scellant notre accord, ils ne pouvaient ni me désobéir, ni quitter l’école comme l’avait fait cette fichu Lilith. Ils étaient obligés de finir l’année scolaire, ou auraient de grave répercussion. C’était le risque à prendre si l’on voulait enseigner dans mon école. Seuls les meilleurs, ceux qui avait le plus de cran étaient acceptés… Seuls ceux qui n’avaient pas peur pouvaient impliquer l’art obscur aux élèves. Fini le temps des chiffe molle, et place enfin à une éducation magique digne de ce nom. J’avais commencé à réformer de nombreuses choses et cela en faisait parti.

    La laissant réfléchir mon regard se posa quelques secondes sur les deux cadres qui trônaient sur mon bureau. J’aimais les regarder souvent, me rappelant combien ma famille me rendait heureuse, même si à chaque fois j’avais un pincement au cœur en n’y voyant pas mon fils. Une photo me montrait en train d’embrasser amoureusement Torben. Une autre le montrait en train de soulever dans les airs notre magnifique petite fille, avec un regard tendre et aimant. Façade heureuse de ce que nous endurions en ce moment. Poussée par la sa curiosité, ma chère cousine n’avait pas pu s’empêcher elle aussi de tourner son regard vers ces deux objets, et même de me questionner dessus. Sans le savoir, elle venait de faire une grave erreur…

    Ma première réaction fut la colère, ce qui se vu quand mon tigre vint se placer entre elle et moi sur mon bureau, lui montrant les croc, signe de son mécontentement. Il était l’émanation de mon être, et ressentait la même chose que moi. Me sentant énervé, il était venu naturellement s’interposer, montrant à mon invité qu’elle devait faire attention à ne pas me froisser sinon elle en payerait le prix de ses féroces canines. Car mon félin était mon protecteur avant tout. Me levant, je vins déplacer mes cadres, comme voulant préserver cette part mon intimité, de ma vie privée. Elle n’appartenait qu’à Torben et à moi, et à personne d’autre. On s’en était déjà mêlé en m’enlevant un enfant, cela suffisait.

    Ma calmant, je revins à mon bureau et caressa mon prédateur en puissance. Après tout, elle ne pouvait pas savoir quel drame me touchait. Je ne pouvais pas lui en vouloir de se renseigner, vu que nous étions de la même famille. Et puis, cela la concernait un peu dans le sens que cela faisait d’elle une tante. Je ne pouvais pas l’exclure de la vie de ma fille. Nous avions le même sang toutes les trois, et nous étions liés. Comme je vous l’ai dis, même si je ne l’avais jamais montré et que j’étais aussi distante avec Dafné, ce n’était pas contre elle. Non, j’avais toujours tout fait pour lui simplifier la vie, agissant dans l’ombre. Seulement je devais me comportait ainsi pour ma lignée. Je ne pouvais pas oublier qu’elle avait été reniée, et que je prenais le risque de l’être moi aussi en la côtoyant. Encore et toujours ces fichus codes… Qu’ils aillent au diable à la fin…

    Réagissant comme je l’aurais moi-même sûrement fait à sa place, elle s’excusa, et sincèrement. Commençant à me tutoyer, elle se reprit de justesse. Me félicitant pour la naissance de ma fille et pour mes fiançailles, après avoir de nouveau regarder la photos de ma fille, elle ajouta qu’elle me ressemblait, évoquant une des photos que nos parents avaient prises de toutes les deux. Je ne pouvais par contre pas confirmer ses dires. Cela remontrait à beaucoup trop longtemps, et en la reniant, il avait effacé toute preuve de son existence, à commencer par les photos. Me disant que j’y étais peu être aller un peu fort, et que je m’étais laisser emporter, je fis descendre mon tigre du bureau d’un simple claquement de doigts. Ce dernier repris sa place devant la cheminée, après un dernier regard mauvais vers mon invité, qui ne venait pas de moi, mais de lui-même. Il n’avait pas confiance en elle et le faisait bien savoir…


    - Non, c’est à moi de m’excuser, je n’aurais pas dû m’énerver pour si peu… Seulement les choses actuelles font que… Je préfère également que nous en restions au vouvoiement pour l'instant, étant donnée que je suis votre supérieur hiérarchique avant tout dans ce bureau, et que je vous fais passer un entretien d’embauche. D’ailleurs, vous devez toujours me donner votre réponse… Dès que cela sera réglé, peut-être que je vous ferais rencontrer Lyra Dafné Baden…


    Je ne pus finir ma phrase car la porte de mon bureau s’ouvra. Qui osait entrer ainsi sans frapper ? Sûrement quelqu’un qui ne tenait pas à la vie pour m’interrompre, ou alors… Torben bien entendu qui d’autre. Le regardant, je fus étonnée quand même de sa visite et surtout de son enthousiasme ? Oui, car cela sauter à mes yeux… Cela faisait longtemps que je n’avais plus vu cette lueur brillait dans son regard. Passant sa main dans ses cheveux, pour les discipliner un peu, il nous salua, avant de se rapprocher de moi et de me tendre un journal ? Ce dernier était celui de la résistance. Qu’avait-il en tête ? Voulait-il nous faire tuer ou quoi ? Non pas du tout, et je compris bien vite la raison à cela. Lui volant le papier des mains quand il me dit qu’il y avait des nouvelles de notre fils dans ce dernier, je le parcourus, oubliant la présence de Tourmente quelques instants…

    L'écho du Phénix a écrit:
    «[…] Et il ne faut pas oublier non plus le terrible coup apporté au couple Badenov, un membre de leur famille étant retenu sous bonne garde. Il s’agirait du fils des mangemorts, et celui-ci est gardé en bonne santé, preuve que nous nous battons pour nos idéaux et non comme […] »


    Mon enfant allait bien… Notre enfant allait bien. Me levant de ma chaise, je vins prendre un objet sur mon bureau, ainsi que ma baguette. Murmurant quelques paroles inaudibles, je fis s’animer la boule, qui se mit à faire apparaître une sorte d’écran de conférence. A l’intérieur de ce dernier, on pouvait voir deux hommes et une femme de dos, en train de torturer ce qui semblait être un résistant. S’interrompant tout de suite, ils se retournèrent pour me faire face, et me saluèrent de façon des plus respectable. Leur montrant à mon tours le journal, je n’eu pas besoin de leur dire un seul mot pour qu’ils comprennent ce que j’attendais d’eux trois. En fait, ils n’étaient nulle autres que des Hommes de mains, sous mon contrôle de chef des armées, ou plutôt à présent, co-chef. Enfin bref. Ces derniers avaient pour mission de retrouver coûte que coûte mon fils, qu’importe les différentes manières de procédé.

    Ne pouvant pas moi-même mener l’enquête, étant bloqué à Poudlard, je n’avais pas pu rester sans rien faire. Alors à défaut de le faire, j’avais mis des agents sur le coup, pour aider mon fiancé dans sa mission. Lui aussi ne pouvait pas non plus passer son temps à chercher notre fils, vu qu’il avait un double emploi. Mais malgré cela, il continuait encore et encore, ne lâchant pas prise. Il m’avait fait une promesse, celle de retrouver notre Maxime, et je savais qu’il s’y tiendrait quoi qu’il puisse arriver. Saisissant de nouveau la boule, je coupais ainsi la communication. J’avais peut-être fait une erreur en attendant pas le départ de Dafné, mais le temps était un atout que je ne pouvais pas laisser filer. Faisant signe à Torben de prendre place sur le fauteuil à côté de ma cousine, je fis les présentations :


    - Dafné, voici Torben le dit fiancé et père dont vous as entendu parlé… Torben, je te présente une de tes futurs collègue enseignante : Miss Raybrandt… Une vague cousine avec qui j’ai passé une partie de mon enfance, que je n’avais pas revu depuis près de 12 ans quelque chose de ce genre…


    Mon fiancé devait sûrement se demander comment cela se faisait-il que je ne lui ai jamais parlé de cette cousine, depuis le temps que nous étions ensembles. Pas une seule fois, je n’avais laissé entendre que j’avais encore un membre de ma famille vivant en fait. C’était pour cela que j’avais cru bon de rajouter le fait qu’on ne s’était plus reparlé depuis une dizaine d’année. Il avait sans aucun doute deviné que nous étions de la même lignée, vu qu’il fallait être aveugle pour ne pas voir la ressemblance entre moi et Tourmente. Le fait que je la vouvoies très naturellement renforcé le fait que nous ne nous étions pas vu depuis très longtemps, et que je voulais qu’il y ai un minimum de distance entre nous. Malgré tout, j’avais donné à notre fille en deuxième prénom, celui de la demoiselle en face de moi, ce qui prouvait à Torben qu’elle était plus qu’une vague cousine comme je l’avais laissé entendre…


_________________

Pour vous désservir
Double compte de Sevychou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://time-of-maraudeurs.forumsactifs.com/
Tourmente Dafné Raybrandt
Prof d'ensorcellement
Prof d'ensorcellement
avatar

Nombre de messages : 62
Age : 35
Localisation : A Poudlard ou ailleurs
clan : Celui de ma famille...
Humeur : Cruellement et sadiquement bonne !
Date d'inscription : 01/10/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/0  (0/0)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Réunion de famille... [Les cousines Raybrandt]   Mer 12 Nov - 11:46

    Malgré le fait que Krystel fasse partie de sa famille cette dernière ne semblait pas enclin à lui donner le poste si facilement… Mais à vrai dire Tourmente s’en était doutée au moment même où elle avait adressé sa demande à sa cousine ! Après toute elle avait été renié au moment même où elle était devenue une créature de la nuit et que ses parents avaient changé son prénom. La Directrice de l’école ne faisait sûrement que suivre les décisions de la famille Raybrandt mais cela n’empêchait pas qu’elle aurait pu agir autrement si elle l’avait désiré ! Cependant ce n’était apparemment pas le cas…

    C’est sûrement pour cela que Tourmente avait changé de regard sur celle qu’elle considérait comme un modèle… Certes elle souhaitait lui prendre tout ce qu’elle avait car elle pensait que cela aurait dû lui revenir également mais il n’y avait pas que ça ! La vampire avait toujours pensé que Krystel aurait pu tenter de rester en contact avec elle mais elle aimait trop le pouvoir, être mise sur le devant de la scène constamment !
    Tourmente n’avait pas eu cette chance… Elle n’avait pas non plus vécue une vie atroce puisqu’elle avait jusque là un travail aussi bien payé qu’intéressant mais jamais personne n’avait été fière de ce qu’elle pouvait faire…

    Préférant chasser ses pensées de son esprit, elle reporta son attention sur sa cousine qui venait de reprendre la parole suite à la réponse qu’elle lui avait faite un peu plus tôt. La Directrice du collège lui avoua qu’elle appréciait les personnes ayant du cran et de l’audace mais ça, Tourmente le savait déjà ! Krystel continua en déclarant qu’elle devrait cependant faire ses preuves et qu’elle serait mise à l’essai pour une période de deux mois durant laquelle elle ne toucherait que la moitié d’un salaire de titulaire… La vampire acquiesça d’une signe de tête !
    Krystel fit alors glisser le parchemin ainsi qu’une plume dans sa direction en ajoutant que si elle se montrait convaincante elle serait engagée mais qu’une fois ce contrat signé elle ne pourrait plus revenir dessus.



    *Professeur à vie ? Ou juste pour l’année ?*


    Tourmente saisit le contrat entre ses doigts fins et commença à le lire… Le contrat stipulait qu’elle devait agir selon les demandes de la Directrice et qu’il lui serait impossible de quitté l’établissement en cours d’année scolaire. Mais avait-elle dans l’optique de partir ? Bien sûr que non… Comment pourrait-elle obtenir ce qu’elle désirait si elle s’éloignait du château ? Elle continua de lire les différentes clauses du contrat pour ensuite parcourir rapidement le règlement intérieur de l’école.
    Elle temps libre et les vacances prohibés ! Et bien… A présent Durmstrang ressemblerait à un club de vacances comparé à Poudlard.

    Alors que sa lecture était quasiment finie, un léger bruit de claquement de doigts lui fit relevée la tête… Tourmente regarda le tigre blanc quitter le bureau tout en la fixant d’un œil mauvais. Vraiment cette créature ne l’aimait pas et cela était réciproque… Cependant Krystel semblait avoir accepté les excuses que sa cousine lui avait faites et cela était une bonne chose ! Il était inutile que la jeune femme se brouille avec la seule personne de sa famille, du moins pour le moment !



    - Je commencerais quand ? demanda-t-elle simplement.


    Krystel ne répondit pas de suite à la vampire et se montra légèrement moins froide lorsqu’elle reprit la parole. Elle commença par s’excuser en prétendant qu’elle n’aurait pas dû s’énerver pour si peu. Elle continua ensuite en disant que selon le contexte actuel des choses et du fait qu’elle serait sa supérieure, le tutoiement n’avait pas lieu d’être. Elle rajouta qu’elle attendait toujours une réponse à sa proposition…

    Sans un regard pour sa cousine, Tourmente saisit la plume qui accompagnait le parchemin et apposa sa signature en bas du contrat. L’écriture fine et penchée avait une couleur rouge qui ne pouvait être que celle du sang ce qui fit légèrement sourire la brune… Sa cousine était vraiment des plus méfiante ce qui portait à croire qu’elle avait dû avoir quelques petits problèmes avec le corps enseignant ou bien cela était-il préventif…
    La vampire reposa la plume et poussa doucement le parchemin en direction de sa supérieure hiérarchique et cousine…

    Krystel quant à elle continua de parler pour dire qu’elle lui ferait peut-être rencontrée sa fille. La vampire avait noté que le deuxième prénom de l’enfant était le sien ou plutôt avait été le sien mais elle ne fit aucun commentaire. D’ailleurs même si elle avait voulu dire quoique ce soit cela n’aurait guère était possible car quelqu’un s’introduisit énergiquement dans le bureau sans prendre le temps de frapper…
    Tourmente reconnu immédiatement l’homme séduisant de la photo mais elle fut intéressée par tout autre chose. En effet, après les avoir salué et s’être excuser, il avait déclaré avoir des nouvelles de leur fils en tendant un journal à Krystel… Tourmente ne parvint pas à voir l’article mais son regard se posa l’ombre d’un instant sur sa cousine…



    *Un fils ? Elle ne m’a parlé que de sa fille…*


    La vampire n’eut cependant pas le temps de se poser d’autres questions car le nouvel arrivant s’avança vers elle pour se présenter alors que Krystel finissait de lire le document qu’il lui avait amené. La brune sourit au prénommé Torben Badenov mais n’eut pas le temps de se présenter car sa cousine le fit à sa place…
    Elle l’appela de nouveau Dafné pour lui dire qu’il était Torben, son fiancé et le père de ‘‘ses’’ enfants… La Directrice la présenta ensuite à Torben comme une de ses futures collègues et comme une vague cousine qu’elle n’avait pas vu depuis environs douze ans…



    *Plus de treize…*


    - Tourmente, dit-elle en serrant la main de son collègue avec un sourire. Enchantée de faire votre connaissance.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://life-is-a-game.forumactif.org/
Torben Badenov
Prof de Magie Noire, Père et Fiancé
Prof de Magie Noire, Père et Fiancé
avatar

Nombre de messages : 955
Age : 28
Localisation : double compte de Voldy
clan : Mangemort, Garde du Ministre
Humeur : excellente, toujours ^^
Date d'inscription : 18/10/2007

Rapeltout
Occl//Legi:
75/100  (75/100)
Niveau magique:
13/20  (13/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Réunion de famille... [Les cousines Raybrandt]   Ven 14 Nov - 13:48

    J’étais parfaitement conscient que cela devait faire plusieurs semaines que je n’avais pas été aussi heureux de vivre. En fait, la dernière fois remontait à mes retrouvailles avec Krystel après que je l’eu retrouvée après plusieurs mois de cavale. Je me sentais transporté de joie et de petits papillons semblaient voleter dans mon estomac, ce qui me faisait sentir un peu plus vivant que ces derniers temps. De plus, j’étais immédiatement moins attiré par la bouteille et tout ce que cela induisait et n’avait qu’une hâte : celle de me lancer encore plus corps et âme dans la recherche de mon enfant, maintenant que je savais qu’il restait encore de l’espoir. Celui-ci était toujours ténu, j’en restais conscient, mais il était tout de même le signe d’une espérance plus grande que tout ce que j’avais pu espérer jusqu’à présent, et je ressentais cela comme un grand bol d’air frais.


    Krystel semblait également particulièrement satisfaite de la situation, son visage s’illumina d’une joie intense, une expression que je n’avais vue que très rarement ces derniers temps sur le visage de ma fiancée. En même temps, c’était quelque chose de tout à fait naturel, comment pouvait elle dignement heureuse alors que son fils était porté disparu, enlevé à coup sûr par nos pires ennemis ? il allait sans dire qu’il était parfaitement légitime pour nous de se faire du soucis, d’autant plus que je ne l’avais pas particulièrement aidé à surmonter tout ça. En fait, je n’avais eu absolument aucune intention de surmonter cette épreuve, car j’avais depuis longtemps appris que les bêtes désespérées étaient les plus dangereuses pour leurs ennemis, et je comptais bien mettre ce principe en pratique contre la Renaissance du Phénix…


    D’autant plus que j’avouais volontiers que j’avais eu énormément de choses à faire depuis. J’étais conscient d’avoir négligé quelque peu ma tendre et douce Krystel, mais c’était ainsi, tant qu’elle était en sécurité, c’était tout ce qui m’importait. D’autant plus qu’il fallait que quelqu’un se mette à la recherche de mon enfant tout de même ! Le ministère, débordé, ne pouvait absolument pas engager les effectifs suffisant pour retrouver l’enfant d’un de ses hommes, il y avait des choses bien plus urgentes à faire du point de vue de l’Etat, et j’en étais conscient ! C’est pour cela que je m’étais consacré à l’enquête, presque jour et nuit, afin d’être certain qu’il y ait du résultat. Et le seul qui fut véritablement probant avait été le fait de trouver cette feuille de choux imprimé par la Résistance…


    Krystel, réagissant avec une énergie que je lui savais caractéristique, décida bien évidemment de donner des ordres aux agents sous son commandement. Je fus un peu interloqué par l’autorité qu’elle pouvait avoir, mais au final, ce n’était guère étonnant de la part d’une aristocrate mangemorte de la trempe de ma douce… Enfin douce, ça dépendait bien entendu de la situation ! Massacrer un élève pour l’exemple n’était pas du tout une preuve de douceur, mais dans bien des cas, ma fiancée se montrait immensément plus douce en privé. Bref, je constatais donc que les autres avaient été donnés et que les agents allaient les exécuter, mais je ne savais pas moi-même quels étaient ces ordres, ce qui risquait d’entraver mon enquête…


    Krystel reprit ensuite la parole en se tournant vers moi et en me faisant signe de m’asseoir. Je préférais rester debout, adossé au meuble qui se trouvait dérrière mon dos. Elle fit les présentations entre moi et la deuxième jeune femme qui se trouvait dans la pièce. Dafné Raybrandt ? Krystel ne m’avait jamais dit qu’elle avait encore de la famille en vie, j’avais tout simplement toujours pensé qu’elle était la dernière de sa lignée ! Interloqué, je ne pu cacher ma surprise… Une nouvelle enseignante ? J’étais bien curieux de savoir dans quelle matière elle donnerait des cours ! D’ailleurs, histoire de faire bonne mesure, je me tournais désormais vers la jeune femme, et constatait qu’elle portait plutôt bien son nom…


    Dafné Raybrandt était apparemment sortie du même moule que Krystel. Mises à côté l’une de l’autre, on ne pouvait certes pas échapper à leurs différences, mais on ne pouvait pas non plus nier qu’elles se ressemblaient énormément… Elles avaient toutes les deux une espèce de beauté sauvage, presque primitive. On pouvait lire les mêmes émotions dans leur regard, qui était calculateur, envoûtant, un peu équivoque sans doute parfois mais aussi porteur d’une lueur de défi, et je devais donc remarquer ces ressemblances. Cependant, Dafné était également plus pâle, d’un pâle presque maladif, et les pupilles de ses yeux semblaient inhumaines… Serait elle une vampire ? J’en avais tué suffisamment assez dans ma vie pour les reconnaître quand j’en voyais…


    D’ailleurs, la jeune femme vint me serrer la main et me dit qu’elle était enchantée de me connaître. Le contact glacial de sa peau confirma mes soupçons. Elle devait être une créature de la nuit, mais sa personne m’intriguait, je ressentais une étrange sensation à son contact. Je ne savais pas définir ce que c’était, mais je devais avouer que cela me troublait totalement. Reprenant contenance, je décidais tout de même de répondre en esquissant un sourire, avant de m’enquérir des nouvelles…



    - Moi de même mademoiselle, moi de même… Peut être pourrions nous faire plus ample connaissance un de ces soirs, vous pourriez venir boire un verre dans mon bureau, si cela vous tente… Sinon, à part ça, comment va Lyra Krystel ? Je suis désolé pour hier soir, mais j’étais occupé à éplucher les dossiers des rapports des services de renseignement, et j’y ai passé la nuit… Peut être pourrais je passer en fin de semaine si cela te conviens !

_________________

Membre de la Garde Rapprochée de Lord Voldemort
Détaché à Poudlard en temps que Professeur de Magie Noire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Réunion de famille... [Les cousines Raybrandt]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Réunion de famille... [Les cousines Raybrandt]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RP] Réunion de famille chez les d'Erzulie Dantor
» [Partie 5] LG - Réunion de famille (Victoire du Village)
» VAUVRE - PERRAY
» championnat de la Réunion 2010/2011
» TOURNOI MERS 19, 20, 21 Septembre 2008 - ILE DE LA RÉUNION

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Renaissance du phénix :: Poudlard :: Les Bureaux :: Le Bureau de la Directrice-
Sauter vers: