AccueilAccueil  FAQFAQ  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Douce redescente aux enfers [PV=Tourmente Dafné Raybrandt]

Aller en bas 
AuteurMessage
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 29
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Douce redescente aux enfers [PV=Tourmente Dafné Raybrandt]   Mar 7 Oct - 12:41

Professeur, rien à redire, j'avais la classe ultime à occuper ce poste. C'était une incroyable vie que la mienne, il y avait eu comme dans toute vie des hauts et des bas, et je crois m'en être sorti avec un brio tout particulier. Chaque fois qu'une tuile m'était arrivé, j'avais su rebondir ou au moins retomber sur mes pieds. Sauf cette fois il y a quelque mois. Et je n'avais jamais été véritablement un sain, j'avais été même un démon, ou plutôt j'avais été un homme rongé par des démons intérieurs que je considère aujourd'hui comme du passe pur et vulgaire. Comme un passé avilissant que je ne laisserais plus jamais être. Mais pourtant, comme je réfléchissais ainsi, une chose étrange se passait en moi, je changeais. Depuis que mes démons n'étaient plus, il y avait cette voix qui me parlait, qui me rendait moins humain, plus mauvais, comme si mes démons avaient pris forme d'une voix pour me rappeler qui j'avais été. Où qui je devais être. Il m'était impossible de décrire précisément ce que je ressentais au fond de moi vis à vis de cette voix que je haïssais tant que j'espérais ces interruptions. Ma relation avec les gens eut-elle été différente si cette voix n'avait pas parlé?

En réalité, je ne savais moi-même pas trop qui j'étais, ni où j'en étais. Pour le moment, nous étions aujourd'hui, c'est à dire voilà une semaine que ce que je vous raconte c'est passé. Il y a une semaine, je discutais avec Maria Finn, cette italienne oh combien particulière pour moi. Et cela faisait une semaine que j'avais décidé de cambrioler Gringotts. Que s'était-il passé ce soir là? Je ne saurais plus vous dire ce qui m'est arrivé ce jour là, mais en rentrant chez moi, je me sentis différent, plus arrogant, plus imbu de moi. Et c'est ainsi qu'est revenu mon premier démon. Je m'étais assis sur mon canapé, fixant la télé sans faire attention aux images, l'esprit plein de pensées, de stratégies pour braquer la banque. Et mes pensées se faisaient de moins en moins réfléchies, se concentrant uniquement sur le butin et plus sur ce qui importait, le moyen. L'or, l'argent, la richesse, en un mot résumé l'Avarice, le premier de mes démons, un péché capital, mais je n'en avais rien à faire.

Comment la suite s'était déroulée, je ne savais que trop, était-ce ce démon qui en avait attiré un second ou avait-ce été l'inverse, je ne sais plus, mais je sais quel démon s'est encore réveillé ce jour là. Mes pensées s'égarant, je me saisis de la première bouteille d'alcool qui me tomba sous la main, et d'une traite, la moitié de la bouteille disparut. Je connaissais ce goût, celui de l'alcool, celui d'un démon terrible. Etait-ce vraiment ma peur de la luxure qui m'avait fais boire, ou avais-je d'abord bu et ensuite pensé à l'argent? Je ne sais plus, je ne me souviens plus comment tout a recommencer. La suite de la semaine fut presque une totale déchéance. Dans la rue, les boutiques m'attiraient toutes, chacune avait son lot de trésor que je souhaitais voler. Et je n'étais jamais seul dans ma marche, non, fidèles comme toujours, des bouteilles de whisky me suivaient. Pourquoi le whisky? Ce n'est pas cher, et ça se boit bien. Je buvais gorgée après gorgée, ne m'arrêtant que pour regarder les jeunes femmes et les objets en or et argent que je pourrais voler.

Telle fut ma semaine, et chez moi, dans ce coin encore une semaine avant ma chambre, il y avait un chaos qui régnait, seul un tiroir était rangé, comportant tous les butins que j'avais volé, montres, bracelets, bagues, alliances. Et j'étais fier de les revendre, tout en continuant de boire. Les rares moments où j'étais sobre me servait à préparer mes cours et à réfléchir à d'autre voles. Mais je changeais également dans mon rythme de vie, de diurne, j'étais devenu nocturne. Je dormais presque tout le jour pour sortir la nuit. Mais dans mon enfer de whisky, j'avais repéré des choses à Poudlard qui méritait de disparaitre. Bien sûr, j'allais être discret, l'alcool n'avait pas encore eu totalement raison de moi, je pouvais encore réfléchir suffisamment pour ne pas être le dernier des idiots. Je m'apprêtais à me coucher en ce jeudi soir, quand une pochette de photo tomba devant moi. La première était étrange, ou mon esprit avait du mal, mais la photo me fit sourire quand je me souvins, la poitrine de la nouvelle professeur. Les autres photos étaient de son collier et de son omoplate. Je ne savais même plus quand je les avais prises.

Mais le collier tout d'or revêtu était une proie tentante. Et je comptais le faire disparaitre, seulement voilà, ma victime était une professeur d'enchantement. Nul doute que si elle tenait à ce collier, il serait protégé. Et plutôt que de dormir, j'enfonçais la porte de la bibliothèque municipale magique de Londres pour chercher un livre qui me permettrait de comprendre ce tatouage qui au final aurait pu ne rien être. Mais alors que je trouvais, je fut contraint de disparaitre rapidement car les policiers sorciers arrivaient déjà. Dans ma chambre, assied au pied du lit, adossé contre ce dernier, je lisais les livres que j'avais emprunté. C'était une incantation qui visait à la protection du collier. De la saloperie de magie noire, un coup de chaud et un vol plané comme récompense pour n'importe quel voleur. Habituellement cela ne m'aurait pas découragé, mais cette fois, je dû me forcer à un effort inhabituel pour reprendre mes recherches. Après une nuit sans sommeil, j'avais trouvé mon bonheur, il y avait une incantation à prononcer. Je commençais à l'apprendre quand le soleil caressa ma joue. Il était temps de dormir.

Et dans l'après-midi, ce fut mon chaton qui me réveilla. Pestant contre lui, je lui servis quelque croquettes et une dose de whiksy, pour lui comme pour moi. J'avais entrepris de me faire une pizza, mais finalement, devant la tête de la pâte, j'optais pour une soupe instantanée. J'apprenais l'incantation en mangeant le potage de légume. L'incantation n'était pas difficile à retenir et même dans mon état, je l'avais dans la tête. Je n'avais presque rien bu, et j'étais prêt pour le "grand show" car c'était de ça qu'il allait s'agir si je voulais parvenir à mes fins. J'arrivais à Poudlard, mon sac vert en bandoulière, quatre bouteilles de whisky se battant dedans, j'avais mis du papier journal qu'elles ne fassent pas de bruit. Je suivis la femme dans la salle des profs, buvant au passage une gorgée de whisky, il faisait nuit et la lune était presque pleine en ce vendredi soir. Entrant dans la salle des profs, il n'y avait qu'elle et moi. Et elle me dévisagea, ma barbe mal rasée de trois jours, un air abruti sur mon visage. Son expression se fit plus tard quand je pris ma baguette.

Je ne la pointais pas elle, ma baguette posée sur la table, je la tapota, et un vieux tube moldu "Only you" s'entama sur un volume assourdissant. Je m'approchais d'elle sans gène aucune, prenant sa main qu'elle retira. Me plaquant à elle conscient de mon odeur de whiksy, je savais qu'elle ne me prendrait que pour un alcoolique. La musique était suffisamment forte que même coller, nous ne nous entendions pas, dire la formule fut plus aise que tout. Mimant un trébuchement, que je ne mima qu'au début, je profita de lui marcher sur le pieds et de la diversion pour défaire doucement le collier et le faire disparaitre dans ma poche comme elle me repoussait. Je venais de me prendre une baffe plus que méritée, mais je sortais en prenant ma baguette. A peine la porte fermée, je sortais une bouteille et en but une bonne gorgée. Et je sortis près du lac, l'eau me renvoya mon reflet et ce fut comme une seconde claque. Je venais de tomber sur le dos, la bouteille dans une main, le collier dans l'autre, à hauteur des yeux. un comptueux collier en or. J'aurais dû être content et fier. Pourtant, je ne souriais pas, non sur mes joues, des larmes commençaient à perler...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tourmente Dafné Raybrandt
Prof d'ensorcellement
Prof d'ensorcellement
avatar

Nombre de messages : 62
Age : 35
Localisation : A Poudlard ou ailleurs
clan : Celui de ma famille...
Humeur : Cruellement et sadiquement bonne !
Date d'inscription : 01/10/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/0  (0/0)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Douce redescente aux enfers [PV=Tourmente Dafné Raybrandt]   Mar 7 Oct - 14:53

    Cela faisait deux semaines que Tourmente était arrivée au château et avait eu l’occasion de revoir sa cousine après plus de douze ans de séparation. Celle l’avait convoqué pour lui parlé du poste qu’elle aurait au sein de l’établissement mais aussi simplement discuter… La Directrice ignorait les intentions de Tourmente car dans un tel cas, jamais elle ne lui aurait offert ce travail ou même adressé la parole ! Elle l’aurait plutôt fait enfermer ou pire…

    Car les intentions de la vampire n’étaient guère louables… bien au contraire ! Elle ne souhaitait qu’une chose en venant ici : faire tomber Krystel de son piédestal et par la même occasion lui prendre tout simplement sa place. Cela aurait pu paraître horrible aux yeux du monde entier mais Tourmente voulait obtenir vengeance de celle qui l’avait abandonnée ! D’accord elle lui avait permis grâce au collier qu’elle lui avait offert d’avoir une vie normale… Enfin, ‘‘normale’’ n’était pas vraiment le terme exact puis qu’elle avait passé son enfance loin de sa famille et ses vacances enfermée dans une bibliothèque sombre du manoir familial !

    Après ses études, la brune s’était juré de se venger pour toutes les humiliations et les comportements méprisables à son égards qu’elle avait dû supporter. Et la personne qui paierait serait tout simplement celle qui lui avait volé l’attention de ses parents, de sa famille… Krystel Raybrandt !
    Et sa vengeance aurait lieu plus tôt que prévu car l’arrivée de Tourmente au Royaume Uni lui avait permis de retrouver la trace de sa cousine beaucoup plus vite qu’elle ne l’aurait imaginé. Cependant, avant cela, elle devait mettre au point un plan pour réussir sa vengeance… et elle devait se rapprocher de sa cible !

    Cette partie avait été une réussite car elle travaillait maintenant à Poudlard… Tourmente avait d’ailleurs commencé ses cours cette semaine et avait été assez satisfaite du résultat cependant une chose l’ennuyait ! Il s’agissait des élèves… Malheureusement ils étaient sa source de travail à son grand damne ! Heureusement, il y avait de jeunes sorciers dont les capacités pouvaient être intéressantes… Il y avait par exemple ce jeune préfet de Serpentard dont elle avait entendu les éloges par d’autres professeurs, tout comme sa camarade bulgare… mais le plus intéressant était cet étudiant vampire !

    Cela étant, voilà que la première semaine de cours venait de se terminée sans trop de problème… Après avoir terminé d’enseigner un ensorcellement des plus simples à une classe de blaireaux sous-doués, la vampire leur avait demandé un devoir de quatre parchemins sur ce dernier et était finalement retournée dans son bureau… Une fois arrivée, elle avait prit dans son armoire une jupe courte de cuir noir ainsi qu’un bustier rouge sang et était partie se doucher ! En ce vendredi soir elle avait décidé d’aller chasser, histoire de se détendre et surtout de se nourrir !
    Une fois prête, alors qu’elle enfilait ses bottes fétiches, elle avait remarqué qu’il était encore beaucoup trop tôt pour trouver une proie ayant un quelconque intérêt… C’est pourquoi elle s’était rendue dans la salle des professeurs en ayant l’intime conviction qu’on la suivait…

    Alors qu’elle observait la lune presque pleine par la fenêtre de la salle réservée au corps enseignant en effleurant machinalement son collier, la porte de cette dernière s’ouvrir… Tourmente reporta immédiatement son attention sur le nouveau venu et comprit que la présence qu’elle avait ressenti un peu plus tôt était celle de cet homme… Ou plutôt épave ! En effet, bien qu’il aurait pu être un jeune homme tout à fait séduisant, ce dernier aurait, en ce moment même, fait fuir n’importe quelle jeune femme. Il avait l’ai en piteux état avec son air abruti et son parfum au Whisky digne des pires alcooliques !
    La vampire allait reporter de nouveau son attention vers l’extérieur lorsque l’homme prit sa baguette en main… Tourmente allait faire de même lorsque le saoulard fit en sorte qu’une musique retentisse dans toute la pièce…

    Le son était si fort que cela en devenait des plus désagréables mais le pire fut tout de même le comportement du jeune homme… En effet, après s’être approché de la vampire, il lui avait saisit la main mais celle-ci l’avait retiré. Sans s’arrêté pour autant il s’était alors plaqué à elle de manière fort désagréable et Tourmente avait eut l’impression d’entendre un léger murmure mais ni prêta pas attention, croyant que son imagination lui jouait des tour… Et puis se fut à ce moment que l’empoté doublé d’un boulet lui marcha sur le pied…
    Cette fois-ci s’en était trop… La vampire poussa le jeune homme sans ménagement et le gifla ! Alors qu’elle s’apprêtait à le traiter de tout les noms, voir même pire ; il avait déjà filé après avoir récupérer sa baguette…


    - Il faudra que je demande à Krystel où elle l’a trouvé celui-là ! murmura-t-elle.

    Sur ces quelques mots, la brune saisit sa propre baguette et coupa cet insupportable brouhaha. Elle se dirigea ensuite de nouveau vers la fenêtre et commença à contempler la lune en portant sa main à son cou et là… ce fut l’horrible découverte… Son collier ?! Il n’était plus là… Elle ne l’avait plus autour du cou ! Le premier réflexe de la vampire fut de regarder au sol mais elle sut qu’il n’y serait pas ! L’enchantement était là pour le protéger…
    Il n’y avait alors qu’une seule solution… Un désenvoutement temporaire avait été fait à son tatouage et ce, par ce minable alcoolique ! La vampire se retint de ne pas hurler et sortit de la salle en gardant sa baguette en main…

    Le problème, car il y en avait un, était qu’elle ne savait pas où ce fou avait pu se rendre ! Sans hésiter, elle fit appel aux tableaux du château… La jeune femme du attendre une bonne dizaine de minutes avant d’apprendre que le professeur Barda était sorti ! Sans attendre une seconde de plus, elle sortit elle aussi de l’immense palais…
    Tourmente reporta dans un premier temps son regard en direction du parc mais ne vit rien qui pouvait lui sembler anormal et elle prit donc le chemin du lac… Bien que la vampire avançait rapidement, elle n’en restait pas moins silence et c’est là qu’elle le vit…

    Le voleur avait bel et bien son pendentif à la main et une bouteille dans l’autre… Son état pathétique aurait pu faire pitié à n’importe qui mais Tourmente était folle de rage et sa faim avait augmentée. Cette dernière était plus difficile à gérer quand elle n’avait pas son collier…
    La brune s’approcha encore un peu plus du jeune homme et vit des larmes couler le long de ses joues… Un instant surprise, elle se ressaisit immédiatement ! Il s’agissait sûrement d’un piège… Elle pointa alors sa baguette sur le torse du voleur.


    - Pauvre fou ! Tu vas payer pour un tel affront, déclara-t-elle d’une voix aussi froide que la mort. Endoloris !

_________________



Dernière édition par Tourmente Dafné Raybrandt le Mer 8 Oct - 13:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://life-is-a-game.forumactif.org/
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 29
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Douce redescente aux enfers [PV=Tourmente Dafné Raybrandt]   Mar 7 Oct - 15:38

Ca y est, si vous ne l'aviez pas encore fais, vous me cataloguez désormais comme fou à lier. A tort ou a raison? Je dirais que le choix est vôtre, il ne m'appartient pas de vous dire que penser de moi, ni pourquoi vous le pensez de moi, je pense que vous devez être assez responsable pour décider par vous-même. Mais ce qui importait réellement pour le moment était ce que je ressentais moi-même pour moi. Ainsi affalé dans l'herbe froide, une fine pluie avait commencé, et je me souciais autant de ces gouttes que de moi-même. Bien content de ce que je venais de faire. Le pendentif était réellement d'une qualité peu commune, il n'était pas que doré, le pendentif était de l'or pur. Sur le pendentif, mes yeux embués par l'alcool et le fin crachas d'eau, j'apercevais un tigre gravé ainsi qu'un "R". Je ne me posais de questions ni sur le tigre sur la fameuse lettre, je ne savais absolument pas ce que cette lettre avait à faire ici. *Peut-être son prénom* Pensais-je calmement. Enfin, je n'avais guère envie de réfléchir, j'ouvris la bouteille d'un geste violent, portant le goulot à mes lèvres.

Et ce fut quand je referma la bouteille que mes ennuis commencèrent. Que se passait-il? Etais-je donc sur le point de redevenir l'homme que j'avais chassé? Voulais-je vraiment redevenir ce cambrioleur alcoolisé que j'avais été? La seule réponse à cette question que je pu réaliser fut de porter à nouveau la bouteille à mes lèvres. Agacé par ce bouchon que je n'avais dévissé, je frappa le haut de la bouteille sur le sol, et me remit à boire. Plus de problème de bouchon cette fois. Finalement, je laissais mon dos se poser au sol, laissant le bras qui tenait la bouteille tomber au sol alors que mon autre main gardait dans mon champ de vision le pendentif. Je revoyais la scène, splendide, tel était le mot qui définissait le mieux la jeune femme. Elle m'avait rappelé quelqu'un, mais fouiller dans ma mémoire me faisait assez mal que je boive une autre gorgée. Puis soudain ce fut comme une illumination. la jeune femme n'avait pas que fais ressembler à quelqu'un, elle semblait être de la famille de la Directrice, ce qui expliquait le "R" du pendentif.

Avais-je réalisé une stupidité? Je n'en sais rien, je me contentais de rire, advienne ce qui adviendra. En attendant, alors que j'avais arrêté de fixer ce pendentif, je sentais en moins une pulsion de tristesse. Je ne comprenais pas vraiment, mais qu'y a-t-il vraiment à comprendre quand le coeur à ses raisons que la raison ignore? Au début, je ne compris pas pourquoi certaines gouttes étaient chaudes et coulaient sur mes joues. Mais rapidement, je compris que ce n'était pas des gouttes mais des larmes. Et petit à petit, au travers de cet alcool qui me permettait de ne rien ressentir, je me rappelais d'un passé révolu. Un passé qui avait été joyeux, autant que l'avait été la tristesse qui avait suivi. Étalé et fixant le ciel je venais soudain de me rendre compte de la vérité. Elle n'avait pas changé depuis que j'avais laissé derrière moi Charlie. Non rien n'avait changé. J'étais seul, j'avais rencontré du monde, j'étais même assez proche de Maria, mais au bout du compte, j'étais toujours seul.

Un homme en serait surement venu à la question du "Qui me pleurera à mon enterrement?" Moi j'avais une réponse, il n'y aurait personne, il n'y aurait même pas d'enterrement. Mais c'était mieux ainsi. Et je bus une nouvelle gorgée, la bouteille était presque vide désormais, par chance, j'en avais encore trois autres dans mon sac. Les larmes n'étaient pas plus nombreuses maintenant qu'avant, elles étaient rares, mais prenaient tout leur temps à couler le long de mes joues. Oui, j'étais seul, désespérément seul, et cela faisait plus de six ans que je vivais dans la solitude. Je n'avais jamais eu en six ans qu'un ami fidèle, ma baguette. Puis j'avais eu la bouteille. Alcoolique mais gentil quand même, l'anti-héros par excellence. Mais la bouteille donnait un train de vie plus supportable chez les moldus. Mais les héros chez les moldu n'étaient pas bien vu quand ils n'utilisaient pas des méthodes de Sainte-Nitouche. Mais j'avais persévéré.

*Et aujourd'hui je suis quoi?* Et bien je possédais désormais la réponse, j'étais juste un homme qui pourrait mourir sans que personne ne s'en soucie. Je n'avais pas vécu seul et sans affection pendant quelque mois, cela faisait six ans. Et mon refuge était l'alcool, mais alors que j'attaquais une deuxième bouteille, je me rendais compte que l'alcool ne suffisait pas à me faire oublier ma détresse. Je regardais le collier encore une fois, je devais le ramener à sa propriétaire, *Oh et puis merde, elle se démerdera sans, elle n'avait qu'à y faire plus gaffe...Non, je dois lui ramener...Tant pis pour elle.* Ce fut la bouteille qui gagna ce duel. Je sentais encore des larmes, les dernières, et je m'apprêtais à me lever quand une voix me fit asseoir à sa simple audition. *Oh putin on dirait la Directrice.* J'allais me lever quand la femme envoya un sort. C'eut été plus un réflexe qu'un geste intentionnel, mais je mis la bouteille sur le chemin du sort. La bouteille vola en éclat tout en me protégeant.

Je me releva, prenant ma baguette que je pointa sur le collier et sans demander son reste, dans un soupçon de fumée celui-ci disparut. De mon index, je désignais la bouteille éclatée en disant:


- J'y tenais à cette bouteille, tu tenais à ton collier, c'est bon les comptes sont réglés.

Mais comme je parlais, je voyais dans mon adversaire que les comptes n'étaient pas bon. De toutes évidences elle tenait à son collier plus que moi à cette bouteille et d'une façon ça aurait pu me parraitre logique si j'eus été sobre. Je rangea ma baguette, me baissant pour attraper une troisième bouteille dans mon sac. Je l'ouvris et bus une gorgée sous le regard interloqué de la femme face à moi. Puis je repris la parole:

- C'est pas bon hein? Le problème que tu as, c'est que je suis trop bourré pour que ta torture soit utile et si tu me tues hasta la vista le collier. Mais je suis pas un pauvre fou, tu devrais pas me juger. Je suis juste...Le sol se déroba sous mes pieds et je me retrouva assieds sur les fesses,...Juste un mec toujours tout seul.

Je sentais mon corps devenir bien lourd, et tomba sur le dos incapable de me relever. J'avais un sourire sur le visage, et j'entendais la femme approcher...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tourmente Dafné Raybrandt
Prof d'ensorcellement
Prof d'ensorcellement
avatar

Nombre de messages : 62
Age : 35
Localisation : A Poudlard ou ailleurs
clan : Celui de ma famille...
Humeur : Cruellement et sadiquement bonne !
Date d'inscription : 01/10/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/0  (0/0)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Douce redescente aux enfers [PV=Tourmente Dafné Raybrandt]   Mer 8 Oct - 8:35

    Tourmente avait pensé qu’en travaillant ici elle aurait une vie ‘‘paisible’’ ce qui lui permettrait de mettre en place son plan le plus rapidement possible ! Après tout, la vampire se trouvait dans une école pour y enseigner à des élèves sous un régime des plus stricts ! Elle ne risquait donc pas sa vie en faisant cela… car aux dernières nouvelles les chasseurs de vampires se faisaient rares dans ce genre d’établissement. Non ! En réalité il n’y en avait jamais…
    La vampire pouvait donc, lorsqu’elle ne préparait pas ou cours ou lorsqu’elle ne chassait pas, espionner sa très chère cousine ni vue ni connue… Une fois de plus cela passerait pour de l’admiration mais Tourmente devait cependant faire attention à ne pas en faire trop non plus…

    Tout était donc planifié… Enfin presque tout ! En effet, la jeune femme n’avait pas prévu de se faire voler son bien le plus cher entre les murs du collège… surtout par un autre enseignant ! Quoique sur le moment on aurait pu parler du jeune homme en question plus comme d’un débile alcoolo que d’un professeur… Tourmente, lorsqu’elle était partie à sa recherche, s’était demandé si il savait qu’il elle était… et en avait déduit que non ! Quel fou aurait osé voler la propre cousine de la tyrannique Directrice de ce château ? Personne… Ou personne de normal !

    Après plusieurs longues minutes passées dans le château Tourmente avait appris par les tableaux que l’autre professeur était sorti… Elle sentit au milieu de toute la colère qu’elle ressentait, une angoisse qui aurait presque pu être comparée à de la tristesse ! La vampire tenait réellement à ce collier ; non pas parce qu’il la protégeait des rayons du soleil… Non ! Elle aurait pu ensorceler elle-même un autre objet, voir même elle, pour se protéger de nouveau !
    S’il était si important cela venait du fait que c’est Krystel qui le lui avait offert… C’était le seul souvenir avec une photo que la vampire avait conservé de son ancienne vie et tous deux étaient en rapport avec celle qu’elle considérait comme sa grande sœur…

    Errant dans l’immense domaine de Poudlard avec la crainte que le voleur en soit sorti pour transplaner, Tourmente commençait à se demander si elle ne devrait pas faire appel à sa cousine pour l’aider… Elle y renonça ! Au pire des cas elle aurait toute la nuit de samedi, plus celle de dimanche pour se créer un nouveau talisman…
    Mais ce fut à cet instant qu’elle aperçut le fou… Il était allongé sur le sol et visiblement il pleurait ! Mais cela ne pouvait être qu’un piège… Tourmente le savait car elle avait était prise pour une idiote tellement de fois qu’elle ne faisait confiance à personne… enfin, à presque personne !

    La brune était donc persuadé qu’il s’agissait d’un piège puisqu’elle était sûre d’avoir entendu un rire au moment où elle arrivait aux abords du parc… Bien qu’elle ait hésité une demi seconde, la vampire avait déclaré à l’homme ivre qu’il allait payer pour ce qu’il venait de faire ce qui eut pour résultat de le faire se redresser… et il eut accès de réflexe pour placer sa bouteille de Whisky entre lui et le Doloris que la brune venait de formuler…
    La bouteille vola en éclat et une forte odeur d’alcool se répandit autour du voleur et de la victime… Alors que la jeune femme allait reprendre la parole pour réclamer ce qui lui appartenait, le fou la prit de court…

    Il se releva, prit sa baguette en main tout en la pointant sur le collier qui disparut dans un soupçon de fumée… La surprise fut telle pour la vampire, qu’elle se contenta de regarder le coupable avec surprise. Ce dernier ne devait sûrement pas prendre conscience de son acte et de ses paroles car il déclara ensuite qu’il tenait à sa bouteille détruite et qu’elle tenait visiblement à son pendentif… Les comptes étaient réglés !
    La colère de Tourmente s’accentua en entendant de tels propos… Ce misérable osait comparer un bijou d’une valeur inestimable à une vulgaire bouteille d’alcool !


    - Les comptes sont réglés ? répéta la vampire froidement. Je ne crois pas…

    Cependant, le voleur ne sembla pas l’entendre… Il venait en effet de ranger sa baguette et s’était baisser pour récupérer une autre bouteille dans sac ! Sans se préoccuper de la jeune femme qui lui faisait face, il l’ouvrit la fiasque, but une gorgée et s’adressa à Tourmente qui ne savait plus trop quoi pensé de tout ça… Le voleur lui tendait-il un piège ? était-il stupide ? était-il véritable saoul ?
    Il déclara que cette situation n’était pas bonne pour elle car la torture ne fonctionnerait pas dans l’était dans lequel il se trouvait et si elle le tuait, elle ne reverrait plus son collier ! Mais ça, Tourmente l’avait compris toute seule…

    Le jeune homme rajouta ensuite qu’il n’était pas un pauvre fou et qu’elle ne devrait pas le juger… Il tomba ensuite sur le sol pour se retrouver assit et finit par dire qu’il était juste un mec toujours tout seul. La vampire abaissa légèrement sa baguette et s’approcha de l’étrange voleur après que celui soit tombé sur le dos… étrangement il souriait… C’était à ne plus rien y comprendre !

    A cet instant, la brune décida qu’il était temps pour elle d’agir… Elle s’approcha du jeune homme et sans crier gare se plaça à califourchon sur celui en effleurant le cou de ce dernier de sa baguette. Elle se rendit compte qu’elle y aurait volontiers planté ses canines mais elle devait avant toute chose récupérer son collier et puis le sang de cet inconscient devait être chargé d’alcool !
    Fixant le jeune homme de son regard azur, la brune se pencha légèrement et prit la parole dans un étrange murmure…


    - Tu es juste un mec toujours tout seul… répéta-t-elle. Tu pense que cela va suffire comme excuse ? Bien que cela ne puisse en être une car au dernière nouvelle la solitude n’est pas si horrible que ça ! Je suis seule depuis mes 12 ans et pourtant je ne suis pas pour autant devenue une voleuse alcoolique ! Elle se redressa légèrement. Ensuite pour ce qui est du collier, tu devrais me le rendre… car la personne qui me l’a offert est beaucoup moins patiente que moi et serait capable de te faire vivre un véritable enfer ! Or je suis persuadée que tu n’en as pas envie et c’est également mon cas…

    Sur ces quelques mots, la vampire garda sa baguette pointé sur le cou du jeune homme et saisit la bouteille qui se vidait légèrement sur le sol de la main de ce dernier… Elle but ensuite une gorgée et reporta son attention sur le voleur.

    - Alors ? s’exclama-t-elle. J’attends mon collier !

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://life-is-a-game.forumactif.org/
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 29
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Douce redescente aux enfers [PV=Tourmente Dafné Raybrandt]   Mer 8 Oct - 9:48

Etalé sur le sol, un sourire sur le visage, une musique dans la tête, et étrangement malgré l'alcool, les paroles que j'entendais restaient parfaitement audibles. C'étaient toujours les mêmes mots, toujours les mêmes phrases. Et si les phrases que j'entendais étais logique dans la suite des mots, j'avoue toutefois que dans mon esprit, ces phrases n'avaient aucun impact. J'étais saoul, pas assez pour ne plus être conscient de ce que je fais, mais assez pour que tout me semble matériel. Cà doit vous parraitre bien puéril je suppose, un homme qui boit pour oublier, combien de fois entendons ça et des mêmes plus tard quand ils vont mieux que ce n'était en rien une solution? Honnêtement, je n'en sais rien et je n'en ai pas vraiment grand chose à faire. Le sourire, je l'avais parce que devant mes yeux, je voyais ma vie. Je ne craignais pas de mourir que je vois ma vie, mais je me remémorais, je revoyais tout ce qui m'était arrivé par le passé. Et plus je voyais ces images, plus je comprenais une chose.

J'avais juré avoir choisi la solitude. Non, on me l'avait imposé à douze ans quand mon ainé fut chassé de la maison. Puis à seize ans, on avait fini de me rendre solitaire en tuant mon père. Certes j'avais choisi de partir dans le pays deux ans plus tard, mais la solitude, je ne l'avais pas choisi, elle m'avait été imposée avec le temps par mon père, puis par des inconnus. Et comme j'étais affalé et que la femme s'approchait, je rigolais en pensant à la suite, qu'allait-elle pouvoir me faire? Je pourrais toujours essayer de me défendre, mais bien honnêtement, moi-même en m'imaginant baguette à la main dans l'instant, je ne me convaincrais de pouvoir me défendre. Aussi je ne bougeais, me contenant de regarder la jeune femme s'installer sur moi à califourchon. Je sentis sa baguette menaçante sous ma gorge, mais je n'en avais absolument rien à faire, elle était consciente de l'inutilité qu'aurait une séance de torture sur moi. D'autant qu'une séance de torture risquerait dans mon état de me tuer. Enfin, je pouvais encaisser mais alcoolisé comme j'étais, j'avais un doute sur mes capacités.

La jeune femme se baissa légèrement pour me parler, j'écoutais et bizarrement je comprenais. Elle avait été elle aussi délaissé à douze ans, et elle n'avait pas trouvé la solitude si horrible que ça, et encore moins elle était devenue une voleuse alcoolique. Je lui concédais volontier raison à ce détail que leurs deux cas avaient une différence majeure, que même ivre j'avais deviné. Mais cette femme qui qu'elle soit, ne pouvait la voir, il m'avait fallu un temps relativement long pour comprendre ceci étant. il m'avait fallu le moment où j'étais seul à regarder le collier jusqu'à maintenant qu'elle me parle pour comprendre. Et ensuite, on repartait sur des menaces, dans mon alcoolisme, je parvins cependant à réprouver un éclat de rire à l'audition de ces menaces. Ce fut alors que la femme prit la bouteille de whisky pour en boire une gorgée, avant de m'ordonner de lui rendre son collier:


- On dit s'il vous plait, nous sommes entre gens civilisés quand même. En plus il y a un truc qui me fait mal dans la nuque, c'est franchement pas cool comme position, attendez, je vais l'enlever.

Au prix d'un effort surhumain au vue de mon état, je parvins à soulever légèrement la nuque, et à retirer de l'arrière de ma tête un bout de verre de la précédente bouteille. Je ne les sentais pas, mais j'étais allongé sur des éclats répartis sous tout mon dos. Retirant le verre d'un geste mal assuré, je me le plantais dans le doigt. Et la douleur permit à mon cerveau de se réveiller un peu, enfin juste un peu que j'agisse en professeur de soins aux créatures magiques alcooliques. La femme avait eu un regard étrange pour ma nuque, le même sur l'autre gland de Serpentard avait eu pour le sang de la bête qu'il avait tué. Ce que j'allais faire était définitivement débile, mais peu m'importait en réalité. Mon doigt dans lequel était le bout de verre glissa sur mon coups, entaillant la nuque. C'était ridicule, comme si elle pouvait être une vampire, pourtant son regard et celui de Lucien, mêlé à mes doutes, tout allait ensemble. Enfin après dans mon esprit alcoolisé, je crois que tout aurait pu aller ensemble:

- Oui mais nous avons une différence importante toi et moi. Tu as aimé ta solitude parce que tu te raccrochais à quelque chose. Tu te raccrochais à la personne qui t'as offert ce collier. C'est pour ça que tu tiens tant à ce collier plus que pour sa magie, sans quoi tu en aurais déjà un autre, t'es prof d'ensorcellement ou pas? Pour la personne moins patiente que toi, tu dois parler de la Directrice...Oh ben merde, c'est fou ce que tu lui ressembles...Ben, je m'en fous honnêtement de ce que tu vas lui dire, et de ce qu'elle pourrait me faire, car à la vérité, c'est dans mon intention de te rendre ton collier. Mais d'abord j'aimerais qu'on discute encore un peu.

Cette situation devait parraitre le comble, la jeune femme sobre et en état de se défendre, semblait en position d'otage devant un alcoolique incapable de lancer un sort. Enfin, ça ne ressemblait pas vraiment à ça et j'avais bien envie d'une chose étrange dans l'instant. Mais dans l'immédiat, je redressais légèrement ma tête pour voir dans les yeux la jeune femme. Ce mouvement accentua le flot de liquide sanguin qui coulait de ma gorge...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tourmente Dafné Raybrandt
Prof d'ensorcellement
Prof d'ensorcellement
avatar

Nombre de messages : 62
Age : 35
Localisation : A Poudlard ou ailleurs
clan : Celui de ma famille...
Humeur : Cruellement et sadiquement bonne !
Date d'inscription : 01/10/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/0  (0/0)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Douce redescente aux enfers [PV=Tourmente Dafné Raybrandt]   Mer 8 Oct - 12:19

    Plus les minutes s’écoulaient plus cette situation devenait étrange… Il y avait encore à peine une demi-heure, Tourmente était seule dans la salle des professeurs de Poudlard à se demander où est-ce qu’elle irait chasser. Sa soirée était d’ores et déjà planifiée ! Elle irait dans un Pub quelconque, guetterait une proie qui serait un homme. Ces derniers étaient moins méfiants lorsqu’une femme telle que la vampire les abordait… Au contraire, il se sentait poussés des ailes !
    Après l’avoir mis en confiance, elle prendrait un malin plaisir à le faire souffrir et se désaltérerait pour finir de son liquide vital…

    Cependant, voilà qu’un vulgaire professeur alcoolique avait mis les plans de la brune à l’eau en ayant la mauvaise idée de lui voler son collier après lui avoir offert un spectacle des plus déplorable quant au sujet de la décadence humaine… Mais tout ceci n’avait sûrement été qu’une ruse ! Car le voleur avait réussi à obtenir son butin en murmurant le désenvoûtement qui protégeait le collier…

    Cela voulait donc dire deux choses… Bien qu’il fut fou d’avoir agit ainsi, le jeune homme n’en était pas moins intelligent ! La seconde chose était qu’il avait sûrement dû observer Tourmente pour préparer son plan d’exécution. La vampire s’en voulait ! Elle aurait dû être plus vigilante…Quoique ! Comment aurait-elle pu imaginer une seule seconde qu’un de ses collègues ou n’importe qui d’autre ici en aurait après son bijou !
    Un sourire apparut cependant sur ses lèvres, Krystel n’était pas si parfaite que ça vu les employés qu’elle avait sous ses ordres ! De telles personnes pourraient être à l’origine de sa chute et c’était une bonne chose…

    Tourmente avait donc décidé de ne pas prévenir sa cousine pour le moment du moins. C’est d’ailleurs à ce moment qu’elle s’était installée à califourchon pour parler au voleur. Elle lui avait dit que la solitude était parfois une bonne chose mais alors que son visage était tout près de celui du jeune homme, une odeur vint titiller ses sens ! Du sang… Il y avait une odeur d’hémoglobine mais elle n’en trouva pas la source de suite…

    En se redressant elle expliqua au voleur que la personne qui lui avait offert ce collier risquait d’être moins gentille qu’elle et qu’il serait préférable pour lui comme pour elle-même qu’il le lui rende… Après ces quelques mots, la vampire avait ensuite confisqué la bouteille de Whisky pour boire une gorgée…
    C’est à ce moment que son collègue reprit la parole… Il déclara qu’entre gens civilisés on disait ‘‘s’il vous plait’’ pour obtenir quelque chose. Ha ha ha ! Et entre personnes civilisées on se vole ?! Il avait de l’humour le voleur fou…

    Il déclara ensuite que quelque chose le gênait au niveau de la nuque et qu’il allait l’enlever en précisant que cette position était loin d’être ‘‘cool’’. Cela permit à la vampire de reprendre la parole alors qu’il tentait avec difficulté d’ôter ce qui le gênait…


    - Les gens civilisés ne se volent pas entre eux aux dernières nouvelles… Et ma position est des plus confortables !

    Ce fut à cet instant que son collègue parvint à enlever ce qui l’avait gêné… Un morceau de verre tâché de sang ! Voilà donc ce qui avait éveillé les sens de Tourmente il y avait à peine une minute… De plus, il s’était blessé au doigt en ôtant le morceau de verre et s’était également coupé au cou… On aurait presque pu croire que ce dernier geste avait été volontaire ! Cependant, le regard de Tourmente était à présent porté sur le sang qui s’écoulait lentement de la blessure. Ses yeux azurs prirent une légère teinte argentée sans que cela ne soit flagrant !

    Le jeune homme reprit ensuite la parole mais Tourmente ne suivit pas réellement ce qu’il disait, trop concentrée sur la maîtrise de son envie de sang. Elle entendit cependant que leur solitude était différente, qu’elle s’accrochait à Krystel… Qu’il se fichait de la Directrice, qu’il allait lui rendre son collier… et il finit par dire qu’il aimerait qu’ils discutent encore un peu…
    Ah bon ?! parce qu’ils discutaient là ? Tourmente aurait plutôt cru qu’elle le menaçait plus qu’ils ne parlaient…

    Le voleur eut ensuite la mauvaise idée de relever légèrement la tête pour la regarder dans le yeux… Ce mouvement augmenta le saignement de la blessure. Avant de commettre une bêtise, la vampire prit les devants ! D’un geste brusque, elle posa la bouteille sur le sol et attrapa le jeune homme par le col de son tee-shirt pour l’obliger à se redresser tout en faisant abstraction du sang… A l’aide d’un sortilège informulé elle fit disparaître les débris de bouteille cassée ! Elle lança ensuite deuxième sortilège de la même manière et les blessures du jeune homme se refermèrent toutes… en fin toutes excepté la coupure qu’il s’était faite au doigt puisque le morceau de verre gênait à la guérison…

    Après ça, Tourmente lâcha de nouveau son collègue, observa quelques secondes le sang se trouvant sur sa main et regarda le jeune homme dans les yeux… Alors comme ça il voulait juste discuter ? Quelle charmante façon de le montrer ! Non mais vraiment… Cela ne faisait aucun doute que ce voleur avait une idée en tête ! Mais laquelle ? La vampire ne voyait pas…


    - Tu veux discuter ? demanda-t-elle avec un léger rire. Tu sais que ta façon d’aborder les gens est des plus dangereuses… Normalement, lorsque l’on veut parler à quelqu’un on se présente à cette personne… On ne la vole pas !

    Tourmente n’avait pas prit la peine de révéler au voleur que la Directrice était sa cousine… Elle n’en voyait pas l’utilité et il fallait reconnaître que le fait que ce jeune homme ne soit pas effrayé par ce que pourrait lui faire sa cousine intriguait grandement la vampire…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://life-is-a-game.forumactif.org/
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 29
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Douce redescente aux enfers [PV=Tourmente Dafné Raybrandt]   Mer 8 Oct - 13:11

Je n'en revenais toujours pas, de tout le temps que je m'étais accordé à l'espionnage de la jeune femme, je n'avais jamais vraiment fais attention à la ressemblance qu'elle avait avec la Directrice. En réalité, elles auraient pu être soeur, et ce détail énorme avait échappé au professeur. Non, en réalité, il ne faisait aucun doute que la jeune femme était de la famille de Krystel Raybrandt. Cela expliquerait d'ailleurs beaucoup de choses, entre autre, le "R" du pendentif, et peut-être également le fait qu'elles se ressemblaient énormément l'une et l'autre! En réalité, c'était une vérité de dire que les deux femmes se ressemblaient, car elles étaient même pareilles dans leur comportement. Vile serait trop fort pourtant c'était bien le seul mot qui me venait à l'esprit. Etrangement, je me sentais plus rassuré qu'avant. Car je le savais, cette femme ne me ferait rien avant d'avoir récupéré son collier. Et je comptais en effet lui rendre, mais pour cela, il lui faudrait d'abord discuter avec moi.

Si je n'avais encore réellement prêté attention à la tenue de la femme, je dirais qu'elle devait avoir froid. Sortir sans manteau par ce temps, en ne portant sur soi qu'une jupe plutôt très courte et un bustier. Enfin, je gardais à l'esprit que la demoiselle était boostée par l'adrénaline que provoquait sa colère envers moi. Elle ne devait surement pas ressentir le froid en cet instant, alors que le fin crachas de pluie continuait et que je sentais sur mon visage un vent toujours plus froid, toujours plus présent. Personnellement, je n'en avais rien à faire du temps, jean brun clair dans un tissu parisien, T-Shirt vert "Che Guevara" et une veste de velours d'un vert foncé relativement lourde. Personnellement, ce froid ne me dérangeait en rien. La jeune femme elle devait être drôlement rafraichie. Je l'observais encore un peu plus attentivement, elle était une femme magnifique, et semblait un peu plus enclin à la discution que sa... Que sa quoi au juste? Soeur, cousine, marraine? Diantre, je n'en savais rien, avait-ce une importance? Fichtrement que non!

En tout cas ma remarque sur la politesse entre gens civilisés n'étaient pas passé au travers, et elle n'avait pas apprécié du tout. Et elle continua en précisant que sa position à elle était des plus agréables, alors que je m'ouvrais volontairement dans un geste qui devait parraitre involontaire vu mon état ma gorge, je rétorquais:


- J'imagine que ta position est agréable, elle est aussi plus confortables pour moi maintenant que je n'ai plus de verre dans la nuque. En tout cas question beauté, tu n'as rien à envier à la Directrice

J'allais au bout de la provocation, mais dans mon état, je ne me rendais plus vraiment compte de ce que je disais. En réalité, mon état était à la limite entre l'incompréhension totale dans chacun de mes gestes et la compréhension. Limite entre "l'euphorie" et l'ivresse pure et dure. Cette envie que j'avais montais encore un peu plus en moi. Mais en rien ce n'était le moment, j'en étais conscient, mais l'alcool n'était pas de cet avis, lui aurait préféré que je dérive. J'avais fini de parler, j'avais redresser ma tête pour voir les yeux de mon interlocutrice. Je la fixais attentivement autant que je le pouvais. J'avais peut-être fais une erreur, en pensant qu'en reprenant vols et alcools, je redevenais juste comme avant. Non, avant je ne volais que des personnes dont je savais qu'elles gardaient au fond d'elles quelque chose de mauvais et de vil. Alors que mes derniers vols, avaient été de personnes sur qui je ne savais rien. Mais cette femme, j'en étais sûr au fond de moi, n'était pas là juste pour enseigner l'ensorcellement, non ça allait au delà de ça. Et je trouverais.

Ce qui m'avait intriguer était sa réaction alors que je lui disais ne pas craindre Krystel Raybrandt. Cela devait en effet être étrange, les nouvelles règles de Poudlard étaient terribles, sa réputation à faire peur, sans compter que pour son premier jour elle avait tué un élève. Mais non, je ne craignais pas cette femme, pas plus que je n'avais peur de son mari, du ministre ou de la femme qui me surplombait. La femme me força à me relever, et débris et blessures disparurent de façon immédiates. Seul restait mon saignement à l'index dans lequel était resté fiché le morceau de verre. Et elle me parla de façon hautaine, comme l'avait fais la Directrice. Oh oui, ces deux là avaient un incroybale nombre de points communs de toutes évidences. Je souris à ce qu'elle me disait:


- Je te l'ai dis, je te rendrais ton collier, ne t'en fais pas. Demain matin à la première heure, tu le trouveras sur ton bureau. Concernant ma façon d'aborder les gens, analyser Krystel Raybrandt alors qu'elle était à l'hôpital était encore moins subtile que te dérober ton collier. En tout cas, je vais te dire, elle ne me fait pas plus peur que son mari, le ministre. Et toi, tu es loin de me faire peur. Attends je t'explique.

J'étais peut-être ivre avec des membres engourdis, mais j'en restais un maître d'arme au corps à corps. Et je savais que ce que j'allais faire ne serait pas pour plaire à la femme. Mon genou se plia et remonta dans son dos, et je suivis son élan inversant de faits nos positions. Mais la réalisation de cette acrobatie avait été bien moins parfaite qu'à mon habitude, et dans ma hâte et mon manque d'assurance, j'avais réussi à enfoncer le verre plus profondément encore dans mon index:

- Comme je disais, je t'explique, dans notre relation, il y a bien une personne qui a l'avantage sur l'autre. Ce qui t'échappes c'est que la personne en position de force c'est moi. Sûr que je ne saurais me défendre si tu m'attaquais, mais comme je te l'ai dis je ne crains personne, pas que je me crois supérieur, mais disons simplement que j'ai ma façon de faire.

Etait-ce que j'avais dis qui avait provoqué la réaction de la femme? Je ne savais pas, mais à nouveau nos positions furent échangés pour que nous nous retrouvions dans notre position initiale. Le fait que je n'ai pas peur d'elle la gênait-elle? Probablement mais je ne pouvais rien assurer. Mais en revanche, je fis une chose, qui je le savais ne resterait pas non plus anodin. Comme elle allait me répondre, je posais mon index ensanglanté sur ses lèvres. J'étais alcoolisé, et surement penserait-elle que ce geste était sur le moment, mais j'avais volontairement posé mon index sanglant sur ses lèvres:

- Est-ce que le sang te dérange? Non parce que tu m'as soigné alors que nous savons tous deux que tu rêvais de me faire saigner plus encore que je ne saignais. Ah et deux autres questions, qui est le Directrice par rapport à toi? Et pourquoi cela te dérange-t-il ainsi que je ne la craigne pas? Tu ne compends surement pas comment je fais...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tourmente Dafné Raybrandt
Prof d'ensorcellement
Prof d'ensorcellement
avatar

Nombre de messages : 62
Age : 35
Localisation : A Poudlard ou ailleurs
clan : Celui de ma famille...
Humeur : Cruellement et sadiquement bonne !
Date d'inscription : 01/10/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/0  (0/0)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Douce redescente aux enfers [PV=Tourmente Dafné Raybrandt]   Mer 8 Oct - 14:36

    Tourmente avait remarqué le regard qu’avait porté le voleur sur elle mais elle ne fit aucune remarque… Elle se fichait bien de ce qu’il pouvait penser d’elle comme elle se fichait également du froid qu’ils les entouraient de toute part. C’est à peine si elle sentait la fine pluie ou le vent glacial. En cet instant, elle ne voulait de deux choses ! Que le jeune lui rende son collier… ça c’était possible ! Et se nourrir… ça par contre ce n’était pas envisageable pour le moment !
    Quoiqu’elle aurait adoré goûter au sang de cet inconscient ! Mais il serait sûrement trop alcoolisé au goût de la demoiselle et Krystel risquerait de ne pas apprécié que sa cadette vampirise ses employés.

    Cependant cela aurait été amusant ! Tourmente aurait eu un camarade de ‘‘jeu’’ car elle avait souvent entendu dire que la chasse était encore plus amusante avec un équipier ! ^^ Et puis en le regardant de plus près, ce voleur aurait pu être séduisant… Malheureusement pour lui, sa barbe de deux – trois jours et son état pitoyable ne le mettait pas à son avantage ! Loin de là….

    Lorsque la vampire expliqua que voler ne faisaient pas parti des habitudes des gens civilisés et que sa position était des plus agréables, son collègue répliqua malgré sa blessure. Il déclara qu’il imaginait bien que sa position devait être agréable et qu’à présent qu’il n’avait plus de morceau de verre dans la nuque la sienne l’était tout autant ! Il rajouta à cela que question beauté, la vampire n’avait rien à envier à sa cousine.
    Ces propos firent sourire la brune. Il avait donc noté qu’il devait y avoir un lien entre elle et la tyrannique Directrice de Poudlard. Il lui en aurait fallu du temps.

    C’est après ces quelques échanges verbaux que la brune avait décidé de soigner les blessures de son collègue afin de pouvoir maîtriser au mieux son envie de sang. Elle n’avait pas remarqué que la coupure sur l’index du jeune homme était toujours présente mais dans un sens cela n’était qu’un détail car il n’en mourrait pas !
    Il reprit d’ailleurs la parole en souriant… Il expliqua à Tourmente qu’il comptait bien lui rendre son collier et qu’elle le trouverait dans son bureau le lendemain matin ! Un sourire amusé apparu sur les lèvres rosées de la vampire… Il ne devait pas savoir qu’elle dormait justement dans son office…

    Il expliqua ensuite il déclara qu’avoir espionné Krystel à l’hôpital avait été encore moins subtil que lui voler son collier… Il continua en disant que la Directrice, son mari, le Ministre et même elle ne lui faisait pas peur ! Où voulait-il en venir en lui disant ce genre de chose ?
    Alors qu’elle se posait mentalement la question, la vampire eut la surprise de se retrouver sur le dos avec l’autre voleur alcoolique sur elle. Sans attendre, le jeune homme reprit la parole…

    Il expliqua à la vampire que dans leur ‘‘relation’’ il y avait une personne qui avait l’avantage sur l’autre… et cette fameuse personne ce n’était pas elle ! Il lui accorda ensuite le fait qu’il ne pourrait sûrement pas se défendre si elle l’attaquait. Cependant, il ne la craignait pas tout simplement parce que c’était sa façon d’être…
    Tourmente l’observa en demeurant silencieuse mais elle n’en pensait pas moins. Le comportement du jeune homme était de plus en provocant comme si il cherchait à l’énerver avec ses commentaires… mais cela était sûrement du à l’alcool qu’il avait ingurgité !

    Cependant, la jeune femme ne comptait pas se laisser marcher sur les pieds. Et avant même qu’il ne s’en aperçoive et grâce à un mouvement rapide et fluide, la vampire avait de nouveau prit le dessus. Ce misérable prof de pacotille hallucinait ! Il n’avait en rien le dessus et elle pouvait aire de sa misérable vie un enfer… Le collier serait peut-être perdu mais valait-il vraiment la peine qu’elle se fasse prendre pour une idiote ? Peut-être pas !

    Alors qu’elle allait reprendre la parole, le voleur la fit taire en posant son index sur ses lèvres… du sang s’écoula de la plaie sur ses dernières. Ce simple geste réveilla encore plus l’envie de sang de la jeune femme. Ses iris devinrent argentés et son teint se fit plus pâle alors que le jeune homme parlait de nouveau en lui demandant si la vue du sang la gênait puisqu’elle avait soigné les blessures qu’il s’était fait. Il précisa qu’il était pourtant persuadé qu’elle aurait aimé le faire saigner encore plus…
    Il finit ensuite par lui poser deux autres questions… Qui était-elle par rapport à la Directrice et pourquoi cela la dérangeait qu’il ne la craigne pas ?

    En entendant la dernière question Tourmente éclata d’un rire cristallin… Il n’avait rien compris ! Le fait qu’il ne craigne pas la directrice ne la dérangeait pas mais au contraire cela l’intriguait. Elle reporta son regard sur le visage du jeune homme tout en passa sa langue sur ses lèvres faisant disparaître ainsi le sang mais faisant dans le même temps accroître sa faim.


    - Le sang ne me dérange absolument pas ! Et si je t’ai soigné c’est peut-être uniquement pour mieux te blesser par la suite… !

    Cette phrase était totalement fausse car elle n’avait pas envie de le blesser… enfin presque pas ! Car son cou était toujours aussi tentant !
    Avec un sourire malicieux, Tourmente se pencha alors en avant, croisa ses bras sur le torse de son collègue et son visage ne se retrouva qu’à quelques centimètres de celui du voleur. Elle reprit ensuite la parole mais sur le ton de la discussion cette fois-ci !


    - Sache qu’avant de poser des questions, on se présente en général ! Mais au point où nous en sommes je vais tout de même te répondre. Je suis Tourmente Dafné Solstice Raybrandt, cousine de notre très chère Directrice ! Elle marqua une légère pause et reprit avec un sourire on ne peut plus malicieux. Ensuite, le fait que tu le na craigne pas ne me dérange absolument pas… Je trouve ça intriguant car rares sont les personnes à ne pas être terrifiées par elle !

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://life-is-a-game.forumactif.org/
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 29
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Douce redescente aux enfers [PV=Tourmente Dafné Raybrandt]   Mer 8 Oct - 18:51

Je sentais l'alcool qui coulait en moi, mais étrangement, j'avais l'impression que ses effets se dissipaient. Peut-être était-ce la fraicheur de la nuit qui me faisait cet effet, il semblait pour bien des moldus que le froid permettait de réduire plus rapidement l'alcoolémie. Oh bien sûr dans mon état c'était improbable que je sois en état dans les heures prochaines, peut-être après un bon moment de sommeil serais-je clair. Mais j'avais l'impression que l'alcool s'estampillait moins en mon corps, comme si ses effets étaient légèrement atténués. Le froid devait jouer, c'était logique, c'était le renouvellement du sang qui permettait d'éliminer l'alcool et le sang va plus vite quand il fait froid, pour compenser la perte de chaleur. Donc au final, je dirais que le froid mêlé à l'adrénaline du moment me permettait de récupérer peu mais tout de même. J'avais après tout réussi à reprendre "l'avantage" sur la jeune femme, mais je concédais que l'élément de surprise n'avait pas été des plus inutiles!

Mais ma situation avantageuse avait été de courte durée, force était de constater que je me laissais également faire, j'avais vraiment trop envie de comprendre pourquoi cette femme tenait à ce colier. Et même dans mon état, j'arrivais encore à réfléchir plus ou moins correctement. J'étais arrogant, j'étais provocant, et je le savais, ma collègue n'appréciait pas le ton que j'employais avec elle, ni même ce que je lui disais. Elle était vraiment comme sa cousine, ma provocation la dérangeait au plus haut et je m'attendais à tout moment à ce qu'elle me frappe ou m'attaque. Mais non, elle demeurait silencieuse. Ce qui ne l'empêcha pas de reprendre à nouveau le "contrôle" de la situation en quelque sorte. Ou en tout cas d'être à nouveau à califourchon sur moi. C'est alors qu'intervint ce moment un peu particulier, et j'avoue que j'en attendais beaucoup.

Car même alcoolisé et même avec l'esprit embrumé, je savais que mon geste n'était pas anodin. J'aurais pu la laisser parler, j'aurais pu l'écouter, j'aurais pu lui dire de se taire ou poser un doigt, n'importe lequel sur ses lèvres, mais j'avais choisi mon index ensanglanté. Ce geste, parraissait surement involontaire et anodin, mais il n'en était rien, je savais au moins un minimum ce que je faisais. Et alors que je reprenais la parole pour parler d'elle et la Directrice, je faisais un maximum attention au moindre signe de changement chez elle, si bien que je sentais le sang dans mes tempes. Résonnant comme des tambours au rythme calme et régulier de mon coeur. Je l'observais, la lune était assez claire qu'on y voyait assez bien, j'avais cru percevoir un changement dans ses yeux. Et sa peau me parut plus lumineuse comme elle venait de faire disparaitre le sang d'un coup de langue. Et la phrase qu'elle avait alors prononcé, plus forte que les autres d'avant, sur un ton sombre, je n'en revenais presque pas. Je le savais, mes yeux s'étaient légèrement écarquillés autant que l'alcool leur permettaient. Et dans le même temps j'eus un bref mais large sourire.

Dans mon esprit, ce fut une explosion, déjà que l'alcool ralentissait mon cerveau et que mes tempes me donnaient le sentiment qu'elles allaient exploser voilà que je découvrais deux vérités d'un coup. Enfin, mon euphorie était certainement déplacé, si celà était vrai pour elle, rien ne prouvait que ce fut le cas pour Lucian. Et même pour elle, que savais-je réellement? Juste ce que je venais de voir, était-ce vraiment la réalité? Je veux dire, j'avais bu, et je devais me contenter de ce que je voyais, mais ses iris avaient changé, j'en étais sûr, comme j'étais sûr qu'elle avait un tein plus pâle qu'avant, plus reluisant sous les rayons de l'astre de nuit. Et la femme se mit de telle façon que leurs visages étaient à quelque centimètres. Ses bras croisés sur mon torse. Et elle reprit la parole sur le ton de la discution. Se présentant à moi comme la cousine de Krystel Raybrandt, me faisant remarquer que je ne m'étais pas présenté. Et elle souleva le point de l'intrigue que je provoquais dans l'esprit des gens en disant ne craindre personne sans pour autant me considérer supérieur. Je pris une courte inspiration:


- Bien mademoiselle Tourmente Dafné Raybrandt, professeur d'enchantement, cousine de Krystel Raybrandt, grande Directrice de Poudlard, tout le plaisir est pour moi de te rencontrer. Je me nomme Tor Barda, et moi aussi j'enseigne ici. Et en effet, je peux imaginer que je t'intrigues à ne pas craindre celle que beaucoup considèrent comme la femme la plus dangereuse d'Angleterre à l'heure actuelle. Ne t'en fais pas, tu comprendras en temps et heure.

Je n'avais pas précisé la matière que j'enseignais, bien loin de là, j'avais pris soin d'éviter. Je fixais mon interlocutrice dans les yeux. Et finalement après quelque seconde de ce silence, je brisa le silence pour dire avec un sourire amusé:

- Et j'enseigne un cours auquel je pense que tu pourrais participer, puisque je suis le prof d'étude des créatures magiques.

Je le savais, ma remarque ne serait pas pour lui plaire, mais qu'importait en réalité, adviennes ce qu'adviendra...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tourmente Dafné Raybrandt
Prof d'ensorcellement
Prof d'ensorcellement
avatar

Nombre de messages : 62
Age : 35
Localisation : A Poudlard ou ailleurs
clan : Celui de ma famille...
Humeur : Cruellement et sadiquement bonne !
Date d'inscription : 01/10/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/0  (0/0)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Douce redescente aux enfers [PV=Tourmente Dafné Raybrandt]   Jeu 9 Oct - 8:43

    Que cette soirée devenait intéressante… si on omettait le fait que Tourmente n’avait toujours pas récupérer le collier volé ! Alors qu’il y avait un peu moins d’une heure maintenant la vampire s’ennuyait fermement dans la salle des professeurs, la voilà qui ‘‘discutait’’ à présent avec un voleur alcoolique qui n’était rien d’autre qu’un de ses collègues.
    La vampire trouvait cette situation intéressante car visiblement le jeune homme n’aimait guère sa très chère cousine et apprendre que la Directrice avait des ‘‘ennemis’’ au sein même du château ravissait sa cadette ! La vampire avait donc décidé d’en apprendre un peu plus concernant ce voleur à défaut de pouvoir le tuer ou de le vider de son sang ! ^^

    C’est pour cette raison que la jeune femme n’avait pas attaqué son collègue… Enfin, le sortilège du Doloris ne comptait pas puisqu’il n’avait pas atteint sa cible et puis elle l’avait même soigné ! Bon accord ! L’unique but de ce soin était de guérir les blessures du jeune homme car l’envie de sang de la vampire se faisait plus forte au fil des minutes qui s’écoulaient…
    Cette soif s’accentua alors lorsque le voleur eu la mauvaise idée de poser sur les lèvres de la brune son index ainsi que de son propre sang…

    La réaction vampirique ne se fit pas attendre… En effet, les iris de Tourmente passèrent d’une couleur azur à un gris argenté et sa peau devint plus pâle. Mais tout ça n’était pas très important, son interlocuteur était sûrement trop bourré pour remarquer quoique ce soit ! Du moins c’est ce que la vampire pensait… Elle remarqua malgré tout le regard de surprise et le large sourire, aussi bref soit-il, sur le visage du jeune homme. Elle n’y prêta pas vraiment attention et décida de se présenter, tout en répondant à ses questions, puisque lui ne le faisait pas !

    Lorsqu’elle se fut tut, le jeune homme prit une légère inspiration, comme si il allait faire un long discours, et parla à son tour. De façon qui aurait pu être perçu d’ironique, il répéta les nom et prénoms de Tourmente, sa fonction, son lien avec Krystel etc… pour lui dire ensuite qu’il était ravi de l’avoir rencontré. Il se présenta ensuite comme étant Tor Barda, enseignant au château… mais il ne précisa pas dans quelle matière.
    Il expliqua ensuite qu’il comprenait l’intérêt qu’elle lui portait concernant le fait qu’il ne craigne pas sa cousine mais qu’elle comprendrait en temps voulu… Etrange ! Préparait-il un sale coup ? La vampire fixa le regard du voleur en fronçant légèrement les sourcils…

    Cependant, avant qu’elle n’ait pu ouvrir la bouche pour prononcer le moindre mot, Tor reprenait la parole avec un sourire amusé. Il raconta qu’il enseignait un cours auquel la vampire pourrait participer… Il était prof de Soins aux Créatures Magiques !
    Alors comme ça il avait dû remarquer quelque chose… Cette allusion au fait qu’elle appartienne aux Créatures de la nuit était bien dissimulée mais avec le geste qu’il avait eu un peu plus tôt cela prouvait qu’il devait se douter de quelque chose…

    Ce que Tor ne savait pas c’est que Tourmente était fière de ce qu’elle était et être considérée comme une créature magique ne lui avait guère plu… Cependant c’était peut-être mieux que les surnoms ‘‘créatures de la nuit’’, ‘‘Monstres des ténèbres’’, etc...
    Le brune plongea son regard argentée dans celui de son collègue… Sa position était toujours la même, à califourchon sur lui, les bras croisés sur son torse, le cou du jeune homme à porter de ses lèvres ou plutôt ses canines…


    - Ravie de te connaître Tor, dit-elle d’une voix étrangement douce. Concernant ma cousine, dois-je comprendre que tu lui prépare un mauvais coup à son insu ? Car je n’apprécie guère qu’on s’en prenne aux membres de ma famille, sache-le !

    Après ces quelques mots, elle approcha doucement son visage de celui de Tor… Leurs lèvres étaient à quelques centimètres, voir moins, quand Tourmente reprit la parole.

    - Une invitation à l’un de tes cours… Comme c’est touchant ! Serait-ce un rendez-vous ? demanda-t-elle. Elle quitta ensuite le regard de Tor des yeux et ses lèvres vinrent effleurer le cou du jeune homme avant de lui murmurer… Ou bien essaie-tu simplement de me dire autre chose ?

    Soufflant doucement dans le creux du cou de Tor, la vampire se redressa ensuite avec un étrange sourire ! Elle aimait repousser ses limites et c’est ce qu’elle faisait en se tentant elle-même devant une proie qui bien que très intéressante lui était totalement interdite !
    Car il ne faisait aucun doute que Krystel n’apprécierait que sa cousine tue ou transforme ses employés juste sous son nez !

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://life-is-a-game.forumactif.org/
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 29
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Douce redescente aux enfers [PV=Tourmente Dafné Raybrandt]   Jeu 9 Oct - 20:19

C'était étrange, même pour moi. Ce concept, je n'y étais pas habitué. Pas que je n'étais pas habitué à être avec une charmante jeune femme tout au contraire, mais c'était le concept de me laisser ainsi faire. Oh bien sûr, je savais que je n'étais pas en état de me défendre ou de prétendre le pouvoir, tout ce Jack Daniel's que j'avais ingurgité m'avais rendu incapable de faire quoi que ce soit avec brio. Mais je restais conscient de mes dires et de mes actions, bien que je concédais que ceux-ci n'étaient pas à la hauteur de mon habitude. Ironiquement et en dépit de mon état, j'avais perçu des choses que la professeur d'enchantement semblait supposer que je ne verrais pas. Pourtant, j'avais perçu ces détails, infimes, mais je les avais perçu. J'avais perçu des détails malgré le triste état dans lequel j'étais, et je comprenais encore que qu'on me disait, non mon corps n'avait pas oublié l'alcool, il se souvenait quand je buvais autant, avant. En une semaine, ni nausée, ni vomissement, ni même de gueule de bois, je buvais trop tôt pour la sentir, et trop pour qu'elle ne se pointe, mais en contre-partie, je savais qu'il y avait un prix. Mes journées étaient la nuit, le soleil me brulait les yeux.

Pour le moment donc, je me laissais bien docilement faire par ma très charmantes "dominatrice". Des toutes façons, quoi que j'aurai voulu faire à ce moment était voué à l'échec. Je prenais ma baguette, elle me désarmerait sans aucun problème. Au corps à corps? Je n'avais pas plus de chance qu'avec la baguette, je le savais désormais. Cette femme était une vampire, et quand bien même elle ne me l'avait pas dis, j'en étais définitivement convaincu. J'avais réellement envie de l provoquer encore, et je le savais, j'irais bien au dela de la provocation. J'étais curieusement et agréablement surpris dans le même temps par la volonte que montrait mademoiselle Tourmente Raybrandt pour ne pas encore avoir planté ses crocs dans ma chair. Jusqu'à maintenant je l'avais provoqué, c'était bien sûr stupide, car je ne cherchais jamais qu'à me prouver quelque chose, mais je voulais réellement me prouver que j'avais raison sur Lucian et à fortiorio sur la jeune femme qui me faisait face. Je n'avais certes que des soupçons, un tient que j'avais vu devenir plus clair, des yeux qui avaient changé, comme le regard. Des doutes, mais la proximité de nos corps et de nos visage me permettait même dans mon état de me dire que j'avais vu la vérité et pas ce que je voulais.

D'ailleurs la jeune femme s'était encore un plus couchée sur moi, réduisant encore l'écart entre nos visage, écart qui devenait maigre, très maigre. Je savais que dans la position acutelle, si l'envie lui prenait, elle pouvait planter ses canines dans la chair de mon cou avant même que je me rendre compte qu'elle ait bougé. Je réfléchissais malgré des tempes endolories alors qu'elle était en train de me parler. Dans mon état, mon cerveau était bien incapable de faire deux choses à la fois, et il avait décidé de se focaliser sur ce qui m'occupait l'esprit. J'avais toujours voulu savoir ce que cela faisait de sentir les canines d'un vampire se planté dans la chair, et de savoir que l'on serait différent à jamais. J'avais envie de vivre cet expérience, mais mademoiselle Raybrandt, malgré l'envie que je l'imaginais avoir et sans doute sous la vérité encore, se refusait à me mordre le cou...Pour le moment. Elle releva son corps, et moi je commençais à répondre mentalement aux question qu'elle m'avait posé. Tout en me demandant pourquoi elle ne m'avait pas mordu, alors que la réponse venait seule, elle craignait la réaction de sa cousine, c'était pourtant évident. J'avais envie de découvrir ce qu'on ressentait assez pour que mon genou pousse la demoiselle à reprendre sa position d'avant, presque lèvres contre lèvres:


- Pour la proposition que j'ai faites ça tient plus de la drague mal habile d'un gars ivre, mais encore conscient de ce qu'il fait. Je sais que tu es une vampire, difficile de cacher ça à quelqu'un qui a écris un mémoire sur les créatures de la nuit. Alors je te propose un deal en quelque sorte. Tu me fais découvrir ce qu'on ressent avec les canines d'un vampire dans la nuque et je te rends ton pendentif. En plus de cela, si tu acceptes de le faire, avant que tu n'agisses, je te dirais comment je peux ne pas avoir peur de ta cousine, et si je compte lui faire quelque chose.

C'était assurémet provocateur, indécent, fou et certainement même stupide. Mais je me sentais plus exité en réalité par le souffle de la jeune femme sur ma gorge que par le fait qu'elle soit allongée sur mon corps, forcée dans cette position par mon genou. Comme pour la provoquer une fois encore, je posais mon index sur ses lèvres, avec une abusive insistance par ailleurs. Je retirais mon index quand un autre geste de folie et me prit, je déposais sur ses lèvres, les miennes, avant de les retirer et de reposer ma tête au sol...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tourmente Dafné Raybrandt
Prof d'ensorcellement
Prof d'ensorcellement
avatar

Nombre de messages : 62
Age : 35
Localisation : A Poudlard ou ailleurs
clan : Celui de ma famille...
Humeur : Cruellement et sadiquement bonne !
Date d'inscription : 01/10/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/0  (0/0)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Douce redescente aux enfers [PV=Tourmente Dafné Raybrandt]   Ven 10 Oct - 14:12

    Au fur et à mesure que les minutes passaient Tourmente s’était rendue compte que le comportement de Tor était étrange… Il n’agissait pas comme la plupart des gars alcoolisés qu’elle avait pu rencontrer jusque là. Non, au contraire ! Tor donnait, au premier abord, l’impression d’être complètement sous l’emprise de la boisson mais en discutant avec lui, cette impression disparaissait… La vampire avait à présent le sentiment qu’il savait très bien ce qu’il faisait et de quoi il parlait ! Mais peut-être se trompait-elle ? La première impression était sûrement la bonne !
    Quoique non ! Un homme ivre mort aurait été incapable de lui dérober son collier… Tor avait donc bel et bien une idée en tête et les propos qu’il tint confirmèrent les pensées de la brune.

    L’allusion qu’il avait faite concernant une soi-disante invitation à l’un de ses cours laissait croire qu’il avait compris la véritable nature de la jeune femme. A cet instant, Tourmente s’en était voulu de ne pas avoir été plus vigilante à ce propos… Mais comment aurait-elle pu se douter un instant que ce vil voleur était encore plus malin que bourré ? Aucun indice n’aurait pu l’amener à cette conclusion ! Enfin si… Un détail aurait pu la mettre en garde si elle avait été plus attentive au déroulement complet de sa rencontre avec le jeune homme.
    Le fait qu’il ait été capable d’appliquer un plan si minutieux aurait dû lui faire comprendre qu’il était moins ‘‘atteint’’ qu’elle ne le pensait.

    Cependant, rien n’était sûr ! Il l’avait peut-être invité à l’un de ses cours de Soins aux Créatures Magiques dans le simple but de la draguer ou bien uniquement pour sympathiser… Oui, oui ! Je sais… C’est beau de rêver. Mais malgré tout la jeune femme avait fait comme s’il s’agissait d’une véritable et simple invitation avant de le questionner avec provocation… Elle lui avait ensuite clairement demandé dans un murmure si ses paroles cachaient des sous-entendus… Il fallait qu’elle sache si ses impressions étaient fondées et ensuite elle aviserait. Car il fallait reconnaître qu’elle n’avait guère envie que toute l’école soit au courant de sa condition !
    Après ça la vampire s’était redressée pour ne pas être trop tentée par la vu du cou de Tor sur lequel il restait encore quelques traces du sang qu’il avait perdu un peu plus tôt.

    Alors qu’il n’avait pas semblé attentif aux paroles de la jeune femme, ce dernier la surprit une nouvelle fois. En effet, son collègue avait fait en sorte que la vampire se retrouve de nouveau contre lui… Leurs lèvres de nouveaux toute proches ! Et c’est là qu’il reprit la parole et ses propos furent des plus surprenants…
    Il déclara que l’invitation était une technique de drague pitoyable et la brune ne risquait pas de dire le contraire. Mais le plus étrange fut les paroles qui suivirent… Il déclara qu’il savait qu’elle était une vampire et qu’il avait un deal à lui proposer. Tourmente ne put cacher sa surprise quand il lui dit qu’il lui rendrait son collier à condition qu’elle lui montre la sensation que provoquait une morsure de vampire !


    *Il est pas saint d’esprit celui-là… Depuis quand mes potentielles victimes me demandent de les mordre ?!*

    Il rajouta que si elle acceptait, avant qu’elle ne le fasse, il lui dévoilerait pourquoi sa cousine ne lui faisait pas peur et précisa qu’il lui dirait si il avait l’intention de s’en prendre à elle ! A cet instant précis, Tourmente n’était pas bien sûre de ce qu’elle devait faire…

    - Tu dois être fou pour me demander une telle chose… Une morsure te transformerait et cela te condamnerait à vivre la nuit ! En es-tu conscient au moins ?

    Mais la brune n’eut pas le loisir d’entendre une réponse de la part de Tor… Celui-ci se fit même encore plus provocant et passa une nouvelle fois son index sur les lèvres de la jeune femme. Cependant, il ne s’arrêta pas là… Il déposa ensuite ses lèvres sur celles de Tourmente…
    Au moment où il reposait sa tête sur le sol, elle vit le sang sur ses lèvres et ne put s’empêcher de se pencher pour effleurer du bout de la langue le liquide vital… Mais elle stoppa ensuite son geste pour fixer de nouveau son regard argenté dans celui du jeune homme…


    - Alors… Comment cela se fait-il que ma cousine ne t’effraie pas ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://life-is-a-game.forumactif.org/
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 29
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Douce redescente aux enfers [PV=Tourmente Dafné Raybrandt]   Ven 10 Oct - 18:57

Tout le monde le savait, sur cette terre il y avait diverses catégories de gens. Il y avait ceux qui avaient peur de tout, ceux qui avaient peur de l'inconnu, ceux qui avaient peur de ce qui peut les tuer, ceux qui avaient peur de...Enfin vous avez compris l'idée, mais dans tous ces gens ou groupes de gens, il y en avait un qui n'était dans aucun de ces groupes, c'était moi. Et je le savais, j'étais différent du commun des mortels à bien plus d'un point. J'avais repoussé les limites de la peur, chacun les repousse ou les acceptes à sa façon, moi j'avais été plus loin, j'avais frappé plus, je n'avais plus peur. Non ce n'était pas l'alcool, j'avais simplement repoussé les limites de ma peur à plus rien. Plus rien ne me faisait peur, enfin généralement ceux sont des gens ou des groupes de gens qui font peur, moi j'avais vaincu cette peur, de façon simple, bête et pourtant, je l'avais fais. J'étais mortel, je le savais, je n'avais pas vaincu la mort, juste la peur de celle-ci, et la peur de presque tout, car à la vérité il était en ce bas-monde une chose qui me faisait peur, moi-même. Je savais ce dont j'étais capable, et dans la folie que je me connaissais, la seule chose, personne qui me faisait peur c'était moi.

La preuve en était immédiatement, j'étais mon pire ennemi. Si je n'avais pas bu, j'aurais disparu sitôt après avoir pris le collier. Si je n'avais pas bu, je serais capable de repousser la femme. Mais voilà, j'avais bu et je me laissais faire, ou plutôt ce je me laissais faire était-il faux puisque dans ma conception, eusse-t-elle été juste ou non, je dominais le rapport entre la vampire et moi. Je devais lui parraitre étrange, et je ne doutais pas qu'à ses yeux, je devais être un être particulièrement complexe et étrange. Alcoolisé pourtant capable de lui voler un bien si précieux qu'elle le protégeait d'un enchantement particulièrement violent. Mais telles étaient les choses, j'étais mon pire ennemi et de fait je me retrouvais à avoir mis en pétard une vampire, et de surcroit, j'étais sous elle à porter de ces canines, et pour finir c'était moi qui avait contribué qu'elle se retrouve aussi proche de mon cou puisque mon genou l'avait forcé à reprendre cette position qu'elle avait quitté certainement pour ne pas me mordre. Si j'avais tort sur le collier, si j'avais tort sur elle et qu'elle me mordait pour me tuer, j'aurais été l'instrument de ma propre destruction, mais je souriais intérieurement à cette idée. Je redéfinissais le concept d'arrogance à moi seul.

Avez-vous remarqué comme rien n'est simple dans ce monde? Même pour se faire mordre par une vampire, j'en étais presque à la supplier de le faire. Par chance, mon cerveau parvenait, par un miracle innommable à joindre les deux bouts, pour que je puisse réfléchir à des moyens meilleurs que mon poing dans son visage. Etais-je sûr qu'elle était une vampire? Non, j'avais juste le fait qu'elle n'avait pas démentie plus mon instinct et un mémoire que j'avais rendu il y avait bientôt six années. Cependant, elle n'eut besoin de me dire que j'avais vu juste, je vis son oeil répondre pour elle, d'abord moqueur devant mon auto-critique de ma drague, puis intéressé par le deal que je lui disais avoir, et enfin son visage entier marqua la surprise si caractéristique de celle d'un secret découvert qui n'aurait dû l'être. J'avais vu juste, elle était une vampire. Elle me rétorqua que je devais être fou pour lui demander pareille chose, car cela me changerait et me condamnerait à vivre la nuit. Comme seule réponse purement instinctive, je passais mon index sur ses lèvres avant de poser mes lèvres sur les siennes désormais sanglantes de mon sang. Et sa réaction ne se fit désirer, je sentis sa langue passer sur mes lèvres mais elle s'arrêta et me fixant me posa la question:


- Je considère que par cette question tu as scellé notre pacte, mais laisses moi d'abord te dire que je sais parfaitement ce que cela signifiera comme changement dans ma vie. Maintenant pour te répondre, je te dirais que j'ai repoussé mes limites de la peur. Seulement ça ne te suffira pas, alors je m'explique. Cela fait des années que plus aucun homme n'a su me faire peur. J'ai repoussé les limites de la peur en voyant les gens comme ils sont. Quand j'ai rencontré Krystel à l'hôpital, malgré son animosité et son repli sur elle-même, j'ai deviné qui elle était vraiment. Et la couche qui lui servait de carapace a volé en éclat dans mon esprit. Elle n'était plus la terrible Mangemort qui avait tué Benjamin Wolfsbrain, elle était devenue une femme autre, qui n'avait rien pour faire peut à qui que ce soit. La Krystel Raybrandt que j'ai vu ce jour là était la mère inquiète pour ses enfants, la femme derrière le cauchemard. Alors quand on voit une femme aimante, comment peut-on encore la craindre? Comment pourrait-on seulement vouloir lui nuire, car à la vérité, si je ne la crains pas, je ne lui veux aucun mal non plus.

J'imaginais que la femme avait compris, mais cela ne faisait aucun doute, elle était sobre et réfléchissait bien. Enfin cette dernière partie, j'en avais décidé seul. Sûr de ma décision, je fixais encore le regard de la professeur avec un regard assuré. Je laissais ma tête tomber sur le côté, mettant en évidence mon cou où était avant une coupure...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tourmente Dafné Raybrandt
Prof d'ensorcellement
Prof d'ensorcellement
avatar

Nombre de messages : 62
Age : 35
Localisation : A Poudlard ou ailleurs
clan : Celui de ma famille...
Humeur : Cruellement et sadiquement bonne !
Date d'inscription : 01/10/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/0  (0/0)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Douce redescente aux enfers [PV=Tourmente Dafné Raybrandt]   Sam 11 Oct - 12:46

    Tourmente comprenait maintenant que chacun des gestes, chacune des paroles de Tor avaient dû être réfléchi… Il voulait savoir si oui ou non elle était une vampire et elle, elle était tombée dans le piège ! Dans un sens c’était bien fait, elle aurait du être plus vigilante car les apparences étaient souvent trompeuses…
    Dans son cas à elle par exemple, les personnes qui ne la connaissaient pas avaient toujours l’impression qu’elle était une jeune femme douce et absolument inoffensive. Terrible erreur ! Elle était loin d’être ce genre de femme ! Au contraire, elle était une manipulatrice des plus dangereuses mais personnes ne pourrait en témoigner !

    En effet, les rares hommes ou femmes qui avaient connu sa véritable personnalité étaient aujourd’hui tous décédés. La brune ne voulait pas que quiconque apprenne qui elle était… A quel point elle pouvait être cruelle et horriblement sadique ! Une telle découverte pourrait faire tomber son plan à l’eau. Sa cousine savait qu’elle n’était pas aussi douce qu’elle le paraissait mais savait-elle à quel point elle «était devenu un monstre ? Ceci n’était pas certain du tout !

    Enfin bref… Voilà que le fait qu’elle était vampire avait été découvert par Tor et celui lui proposait un deal. Elle devait le mordre et il lui rendrait son collier. Plus intéressant encore ; il lui dirait pourquoi il n’avait pas peur de sa cousine… La vampire se décida alors à oublier son collier pour en apprendre plus sur celle qu’elle voulait faire tomber.
    C’est pourquoi, après l’avoir traité de fou, elle lui demanda de lui expliquer pourquoi Krystel ne l’effrayait pas, lui faisant ainsi croire que leur pacte était scellé.

    Il commença par expliquer les limites de la peur et qu’en bref il ne craignait plus la mort… mais ça, Tourmente s’en fichait royalement ! Il arriva enfin au passage intéressant, celui qui parlait de Krystel ! Il lui raconta qu’il avait vu la véritable femme qui se cachait derrière son apparente méchanceté lorsqu’il l’avait espionné à l’hôpital. Il continua en déclarant qu’elle n’était pas la terrible Chef des Armées que tout le monde imaginait… Non ! Elle était simplement une mère aimante inquiète pour ses enfants… Il rajouta ensuite qu’il ne lui voulait aucun mal !

    Quoi ? C’était tout ? Il n’avait pas peur d’elle car elle était une mère attentionnée ? Il y avait là de quoi rire… Krystel était bel et bien une femme dangereuse et elle n’aurait aucune pitié pour ses ennemis… Et cela ne changerait pas à cause du fait qu’elle pouvait se montrer douce avec son futur époux et ses enfants…
    Soudain… Il y eut un déclic dans l’esprit de Tourmente et elle se remémora sa rencontre avec sa cousine dans le bureau de cette dernière. Elle n’avait vu qu’un bébé prit en photo alors pourquoi Tor avait-il dit ‘‘ses’’ et non pas ‘‘son’’.


    *Y’a un truc pas net là… J’en suis sûre !*

    Alors que le jeune homme avait tourné la tête sur le coté, laissant son cou à porté des canines de Tourmente, celle-ci ne le mordit pas ! Au contraire, elle le fit tourner la tête pour qu’il la regarde de nouveau… Il était au courant de quelque chose qu’elle ignorait et elle voulait savoir de quel autre enfant il avait parlé…
    Krystel avait dit que le bébé était son héritière… Elle n’avait pas parlé d’un autre enfant ! Cachait-elle quelque chose à sa cousine ? Apparemment oui ! Mais bientôt elle saurait !


    - Tu as dit ses enfants ? Tu es donc en train de me dire qu’elle en a eu plusieurs… Alors pourquoi n’y a-t-il qu’une petite fille qui vit avec eux ? Qu’est-ce qui s’est passé ?

    De l’inquiétude ? Oui peut-être… Aussi étrange que cela puisse paraître la jeune femme craignait qu’il soit arrivé quelque chose à celle qu’elle voulait pourquoi ‘‘détruite’’…

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://life-is-a-game.forumactif.org/
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 29
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Douce redescente aux enfers [PV=Tourmente Dafné Raybrandt]   Dim 12 Oct - 20:18

- Bordel, mais où va le monde si on peut même plus faire confiance à un vampire pour vous mordre le cou alors précisément que vous lui montrez ce dernier. En comptant en plus le fait que le fameux vampire en question a accepté de le faire en échange d'un bien et de quelque phrases. C'est pas possible! Enfin, que puis-je y faire? Enfin si, à la limite, je pourrais te faire chanter en jouant sur ta corde sensible, sauf que tu me tuerais et toi comme moi savons que ça n'arrangerait ni toi ni moi. Enfin quoi que moi, à me voir dans mon état ce soir. Ah au faites, puisque tu sembles enfin avoir compris, où depuis le début je bluffais, c'était du vent. Je ne savais pas que tu étais une vampire. Enfin du moins j'avais de bons soupçons, et mes années à écrire mon mémoire sur les vampires et les lycans. En plus tu t'es drôlement aisément laissé prendre dans mon jeu. Qui a dis qu'une personne saoule ne pouvait pas apprendre des choses plus ou moins véridiques. Alors bien, mademoiselle Tourmente Dafné Solstice Raybrandt, professeur d'enchantement et vampire, je me permets de te demander où donc est passé ton honneur à ne pas respecter tes engagements.

Mais la suite de ce que je vais te dire ne va pas être pour te plaire car de toutes façons tu n'es revenue que très récemment ce qui explique que tu ne sois pas au courant des dernières choses qui sont arrivées. Enfin même dans le cas où tu avais été là, encore fallait-il que tu es lu autre chose que les journaux sous gouvernantes du ministère. Les journaux libres sont du côté des résistants, mais en lisant chaque article d'un journal des deux camps sur la même chose, on comprends mieux où est passé la vérité. Elle n'est plus! Il n'y a plus de vérité. La seule chose qui est vrai dans ce monde, c'est cette guerre et ces deux camps, tout le reste n'est rien. Cette guerre est peut-être une guerre d'idée politique, mais c'est aussi et avant tout une guerre égoïste. Enfin ce n'est pas si vrai que ça, côté ministériel il est vrai que des personnages s'engagent pour le Ministre et sa politique. Cependant dans les deux camps, les gens qui s'engagent le font à base pour une raison parfaitement égoïste connue d'eux seuls. Ceci étant, mes dires de ne conduisent absolument nul part, revenons à l'essentiel.

De toutes façons, tu n'as pas compris comment j'ai repoussé les limites de la peur, c'est une façon de faire personnelle et le but n'est pas qu'elle soit comprise, mais si un jour tu te trouves devant un adversaire qui te fait peur d'une façon ou d'une autre, n'oublies jamais que derrière le masque, il y a une personne parfaitement normale. Une personne qui a peut-être une famille, des enfants, des amis, et alors tu comprendras. Concernant ta sœur...cousine, désolé... et bien,
Silence alors qu'un sourire se dessine sur mon visage, elle est ta corde sensible, mais ce n'est pas ce que tu veux entendre pas vrai? Tu préfères une réponse à ta question. Je comprends ça, sauf que je suis dans l'incapacité de te répondre. Enfin je le pourrais si je le voulais. Notre monde est fais d'échange, accomplis ce que je t'ai demandé, et tu auras réponse à toutes les questions auxquelles je pourrais répondre. Tu auras l'assurance que personne ne saura que tu es vampire, et en prime, tu gagneras un allié, dans les limites de ce que je peux faire tant par physiquement que par les limites que je m'impose à moi-même.

Ce que je te propose là est une offre que peu refuserait, cependant tu n'es pas peu, tout au contraire, tu es dans la catégorie de ceux qui sont indépendants, libres et qui ne se laissent pas dominer aisément. Tu es de cette race supérieure de personnes qui sont indépendantes, sûres d'elles et qui ont une aveugle confiance en elles. Mais je refuse de croire que tu sois stupide, et je sais que tu ne l'es pas. Tu es intrigante en plus, et je t'avoue que j'adore ça, je veux dire essayer de voir les gens. Oh j'ai déjà fais plus que l'utile en découvrant que tu es une vampire, mais pourtant, pourtant. Je sais que je devrais m'en tenir à cela, ceci étant il y a quelque chose d'étrange avec toi. Je ne veux pas croire que tu sois revenue uniquement pour retrouver ta sœur...cousine, bordel ça va rentrer oui...et admirer son bonheur. Tu es revenue pour autre chose. Ca je ne compte pas le découvrir ceci étant, mais je pense qu'informer ta soe...cousine...de ton état serait une très bonne idée qui me permettrait de marquer de précieux points. Enfin ça marcherait si j'étais une balance et que j'étais stupide, je ne suis ni l'un ni l'autre. Et pour tout te dire, tu fais ce que tu veux tu es bien assez grande.


Comme je finissais de parler, j'échangeais à nouveau nos positions avec un sourire amusé pour la demoiselle. Je tenais dans mes mains ses poignets, et je n'avais pas besoin d'être dans sa tête pour savoir qu'elle détestait ça. Mais dans cette position, lui tenant les poignets, je savais qu'elle n'avait d'autre alternative que de reporter son attention sur ce que j'allais lui dire:

- Je détesterais faire ça, surtout que tu as l'air particulièrement sympathique, intelligente et qu'en plus tu as un corps aussi divin que celui de ta cousine. Malheureusement si tu ne me laisses pas le choix, je disparais et dans une dizaine de minutes, notre chère Directrice, soit-elle bénie, reçoit une lettre en express lui racontant notre petite entrevue de maintenant. Pèses le pour et le contre. Un allié vampire qui ne dit rien sur ta condition, qui offres de t'aider à volonté, qui te dit ce que tu veux savoir et qui te rends ce collier à forte valeur sentimentale, tout ça contre une simple morsure. Ou alors, tu te retrouves avec un expert en vampires qui après avoir signaler ta condition à la Directrice, se mettra à ta recherche pour t'éliminer, et tout ça parce que tu n'auras pas su mordre une personne qui te le demandait. Ceci étant tu es grande et maitre de ton destin. Je relachais ses poignets et je laissais échapper un mot qui me coutait, S'il te plait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tourmente Dafné Raybrandt
Prof d'ensorcellement
Prof d'ensorcellement
avatar

Nombre de messages : 62
Age : 35
Localisation : A Poudlard ou ailleurs
clan : Celui de ma famille...
Humeur : Cruellement et sadiquement bonne !
Date d'inscription : 01/10/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/0  (0/0)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Douce redescente aux enfers [PV=Tourmente Dafné Raybrandt]   Lun 13 Oct - 14:39

    Comment se faisait-il que Tourmente n’avait pas encore tué cet inconscient ? C’était une très bonne question ! Elle-même n’avait pas la réponse. Peut-être y avait-il plusieurs raisons qui poussait la vampire a gardé son collègue alcoolique en vie. Premièrement, elle voulait récupérer son collier. Elle aurait pu s’en refaire un mais elle tenait à ce bijou ! Il y avait aussi le fait qu’elle se voyait mal annoncé à sa cousine et patronne de surcroit qu’elle venait de tuer un de ses employés ! Même si elle se nommait elle aussi Raybrandt, la Directrice n’accepterait sûrement pas un tel acte… Elle n’apprécierait pas non plus le fait que sa cadette vampirise ses collègue.

    En bref cela faisait beaucoup de raisons et à toutes celles-ci s’ajouta une autre qui était en réalité une question. Pourquoi Tor avait-il parlé comme si la Directrice avait plusieurs enfants alors que cette dernière n’avait évoqué que sa fille lors de l’entretien de Tourmente…
    La vampire avait donc posé la fameuse question à son collègue… Elle voulait savoir ce qui s’était passé mais cette fois-ci ce n’était pas dans le but d’obtenir des renseignements pour détrôner sa cousine… Non ! Loin de là. Elle voulait savoir s’il s’était passé quelque chose qu’elle ignorait…

    Pour elle, sa cousine était la femme la plus heureuse du monde, qui avait tout et à qui il n’arrivait jamais rien de négatif… Peut-être Tourmente s’était-elle trompée sur ce dernier point. Peut-être que la vie de sa cousine avait des hauts et des bas… avec beaucoup de hauts certes… mais avec cependant des difficultés à affronter !
    Alors qu’elle tentait de faire le point dans son esprit, Tor la dérangea en reprenant la parole ! Cela n’aurait pas gêné la vampire s’il l’avait fait pour répondre à sa question mais ce ne fut pas le cas… bien au contraire !

    Il demanda dans une exclamation où allait le monde si on ne pouvait même pas faire confiance à une vampire ! La brune reporta son regard dans celui de Tor. Il était glacial ; elle n’avait guère apprécié cette réflexion mais le reste du discours fut pire et une colère sourde s’empara de la jeune femme. Après avoir dit qu’il avait bluffé concernant le fait qu’il savait qu’elle était une créature de la nuit, il lui demanda où était passé son honneur. Il insinua qu’elle ne respectait pas ses engagements… mais elle ne lui avait jamais donné sa parole !
    C’est lui qui avait prit sa question pour un accord commun mais ce n’était pas le cas… Elle ne lui devait rien !

    Et Tor continua ensuite de parlé en annonçant fièrement que ses propos ne plairaient pas à Tourmente… Mais savait-il seulement à quel point elle le haïssait en cet instant, à quel point elle avait envie de le tuer après l’avoir fait souffrir ? Peut-être ou peut-être pas… De toute façon ce jeune homme était aussi taré qu’elle ! C’est sûrement pour ça qu’elle écoutait le monologue qu’il déblatérait en cet instant…
    Il lui parla de Ministère et de ses sbires ainsi que de la résistance, que de la politique… et du fait que la vérité était masquée aux yeux de ceux qui ne cherchaient pas à réellement savoir… Mais pourquoi lui dire ça ? Avait-elle vraiment l’air d’être leur genre de personne que tout ça intéressait ? Enfin, en cet instant précis !

    Non elle ne l’était pas ! Pour le moment elle voulait son collier et des réponses. Mais apparemment Tor aimait s’écouter parler car il continua et parla de lui cette fois-ci. Il lui dit qu’elle ne devait pas avoir compris comment il était parvenu à repoussé se limites de la peur… Il lui expliqua une nouvelle fois ce qu’elle avait déjà compris. Chaque personne avait un point faible ! Voilà ce qui faisait qu’il ne craignait personne…
    Avec un sourire déplacé, il déclara même que son point faible était sa cousine… et cette fois se fut à Tourmente de sourire brièvement ! En disant cela, il avait tort et raison mais surtout… il mettait sa vie en péril ! Mais il continua, disant qu’elle devait attendre une réponse qu’il ne pouvait, ou plutôt ne voulait pas lui donner !

    Tourmente enrageait… Elle lui avait laissé la vie sauve jusque maintenant et lui ne faisait que la provoquer encore et encore ! Il répéta qu’elle aurait des réponses si elle acceptait de le mordre. En faisant cela elle aurait l’assurance que personne ne saurait qu’elle était une vampire et qu’elle gagnerait un allié… Mais à bien y réfléchir, voulait-elle vraiment d’un allié ? Et la véritable question était voulait-elle vraiment d’un allié aussi vil et manipulateur que ce Tor ? Car c’est bel et bien ce qu’il était… La réponse était encore vague mais elle savait que l’avoir à ses cotés pourrait s’avérer dangereux pour elle.

    Il déclara dans son long monologue que sa proposition était l’un de celles qu’on refuse rarement mais il admit que la jeune femme n’était pas n’importe qui… Elle faisait parties de ses personnes libres et indépendantes qui n’aimaient pas être dominées… qui n’avaient qu’une confiance aveugle qu’en elles seules ! Il précisa qu’il savait qu’elle n’était pas stupide et qu’elle était même intrigante, ajoutant qu’il adorait ça !
    Cependant, il prit ensuite une pente glissante en disant qu’il ne croyait pas au fait qu’elle soit venue ici dans l’unique but de retrouver sa cousine et de voir à quel point elle était heureuse. Selon lui, elle était venue ici pour autre chose mais il ne comptait pas bien découvrir le pourquoi de son arrivée…

    Cependant, informer la Directrice de son état pourrait lui faire marquer des points mais il n’était ni une balance, ni stupide ! La vampire le fixa sans rien dire, sans rien laisser paraître mais une chose l’avait amusée ! Il pensait que Krystel ignorait qu’elle était une vampire. Alors qu’elle pensait qu’il avait fini de la noyer sous ses paroles incessantes, Tourmente se laissa surprendre une nouvelle fois et se retrouva sur le dos… mais cette fois-ci, Tor lui maintint les poignets au sol, l’empêchant d’échanger une nouvelle fois leur position…
    Elle tentant pourtant le coup mais ce fut en vain et le sourire amusé de Tor ne put que l’énerver un peu plus !


    - Lâche-moi ! murmura-t-elle froidement.

    Mais il n’en fit rien et reprit même la parole. Il expliqua à la vampire qu’il détesterait faire ça car elle était pour lui quelqu’un de sympathique, intelligente et divinement belle mais qu’il disparaîtrait si elle ne lui laissait pas le choix et qu’il prendrait soin d’avertir par courrier la Directrice de cette petite entrevue… Tourmente cessa d’essayer de se dégager et fixa Tor lorsqu’il lui demanda de peser le pour et le contre.
    Elle avait le choix entre un allié vampire qui répondrait à ses questions et lui rendrait son collier ou un expert en vampire qui se mettrait à la traquer pour la tuer après l’avoir dénoncé à la Directrice. Pour éviter le deuxième choix qui s’offrait à elle, Tourmente n’avait qu’un chose à faire… Le mordre !

    Tor relâcha alors son étreinte en ajoutant s’il te plaît. La réaction de la vampire fut immédiate… Elle lui administra une gifle magistrale ce qui lui permit de se dégager. Rapidement elle se redressa et observa son collègue.


    - Je ne t’ai jamais donné ma parole, déclara-t-elle froidement. Ma question n’avait rien d’un pacte entre nous ! Elle marqua une pause. Ensuite tu oses de me faire du chantage, me menacer alors que j’ai épargné ta vie… cette vie misérable que tu veux fuir en devenant quelqu’un d’autre ! Et bien sache que tes menaces ne m’effraient pas… Tu n’es qu’un lâche ! Voilà ce que tu es… Et la seule chose que je remarque maintenant, c’est que je me suis lourdement trompée à ton sujet…

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://life-is-a-game.forumactif.org/
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 29
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Douce redescente aux enfers [PV=Tourmente Dafné Raybrandt]   Mar 14 Oct - 1:22

J'étais jusqu'ici resté plutôt calme et détendu, en dépit d'une jeune femme qui outre le fait qu'elle me réclamait un bien que je considérais pour l'heure comme mien, me posait en plus des questions. Il était certains que ma longue tirade, qui plus est je le savais inutile, avais eu pour effet de la mettre hors d'elle puisque de toute évidence, celle-ci semblait plus que étonnée. Il était sûr que je n'étais absolument pas commun comme personnage, toutefois celle-ci semblait si hostile à ce que je lui demandais. Je veux dire, pour une vampire, ne pas mordre alors qu'on le lui demandait c'était quand même un peu fort non? Pas que je doutais qu'elle boive du sang humain, mais je vous parie ce que vous voulez qu'elle m'aurait certainement déjà mordu si je ne lui avais pas demandé. Ou peut-être plus simplement si je ne lui avais pas volé son collier auquel elle attachait tant d'importance. Pour ma part, je n'avais jamais réussi à attacher de l'importance à des objets, et les personnes qui comptaient, elles étaient rares, et un jour ou l'autre, je les détruisais, volontairement ou non, elles devenaient mes victimes.

Je savais que sitôt ses poignets libres, la femme me repousserait en arrière ou échangerait une énième fois nos positions. Ma première proposition s'avéra bonne, sitôt ses poignets libres, la nouvelle enseignante m'avait repoussé pour se relever. D'une voix plus colérique que jamais elle s'adressa à moi, et je me disais au fond qu'elle avait raison de me gueuler dessus, j'aurais fais la même chose si nos rôles avaient été inversés. Elle me dit dans un premier temps que sa question n'avait rien à voir avec un quelconque pacte accepté ou quoi que ce soit d'autre. Dangereux, il lui serait dur de démontrer qu'elle n'avait entendu les dires de Tor. Je me relevais pendant sa pause, récupérant la dernière bouteille de whisky encore intact et non entamée dans mon sac. Tandis que la femme faisait mon blâme que j'estimais mérité venant d'elle et en vertu de ce que je lui avais fais, je levais la bouteille devant la lune, la vie devenait plus sanguinolente au travers d'une de ces bouteilles.

Que disait-elle déjà cette femme? Ah oui, je suis un maître chanteur, un misérable qui veut devenir une personne autre pour oublier à quel point il est misérable, un lâche qui tentait pathétiquement de la menacer alors qu'elle remarquait qu'elle s'était trompée à mon sujet. Résumé en deux lignes dans mon esprit, j'étais un sale con, et je ne comptais pas la contredire, elle avait raison, j'étais un sale con en ce soir encore plus. Pourtant elle avait Tor si elle pensait me cataloguer, la suite allait alors la surprendre car dans mon esprit, j'avais déjà prévu quelque chose de nouveau. Ouvrant la bouteille, j'en bus une fine gorgée, trois fois rien. Puis je m'avançais vers la demoiselle d'un pas déterminé, le regard convaincu, et quelque part cela m'amusa de regarder son expression de surprise lorsque je lui murmurais à l'oreille le seul et unique mot "Aveugle". Je me reculais alors d'un pas, de façon à être à quelque centimètres d'elle mais qu'elle me voit agir. Mes mains dans ma nuque quelques instants, puis l'instant d'après autour de la nuque de la demoiselle, remettant en place le fameux objet dérobé:


- Pour quelqu'un qui me dit avoir remarqué quelque chose, cela fait plus de dix minutes que le collier était à ta portée, il aurait suffis que tu regardes mieux. Je retirais mes mains de la nuque de la jeune femme, le collier à sa place "normale", Je suis désolé pour le chantage et tout ça, c'est simplement que je ne te comprends pas. Une gorge, du sang et aucune objection venant de la victime, comprends mon désarroi. Pour ta question, oui, j'ai bien dis que ta cousine a eu plusieurs enfants, deux pour être exact. Un gars, une fille pour être exacte, pour les noms alors là je te laisse t'amuser à les découvrir. Mais si la fille s'en est bien tirée, on ne peut pas en dire autant de lui. Il aurait été enlevé par les résistants ou on ne sait qui lors du dernier grand affrontement. Triste histoire, je la plains vraiment même si elle n'en a rien à faire. Et même si je ne devrais pas faire ça, j'enquête de mon côté sur la disparition de l'enfant, sans résultat pour le moment. Veux-tu savoir autre chose? Je répondrais sans détour, sans malice et sans chantage, je peux te raconter ce qui est arrivé ici depuis mon arrivée à Poudlard...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tourmente Dafné Raybrandt
Prof d'ensorcellement
Prof d'ensorcellement
avatar

Nombre de messages : 62
Age : 35
Localisation : A Poudlard ou ailleurs
clan : Celui de ma famille...
Humeur : Cruellement et sadiquement bonne !
Date d'inscription : 01/10/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/0  (0/0)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Douce redescente aux enfers [PV=Tourmente Dafné Raybrandt]   Mar 14 Oct - 15:01

    En cet instant précis, Tourmente détestait Tor à un tel point qu’elle n’aurait pu l’expliquer avec des mots. Sous son apparence de clochard moldu il avait beau être séduisant cela ne changeait rien au fait qu’elle l’aurait volontiers torturé et vider de son sang mais elle n’en fit rien ! Même après s’être dégagée de son étreinte elle ne l’attaqua pas…
    Du moins elle ne l’attaqua pas physiquement mais avec des mots. La brune lui dit clairement ce qu’elle pensait de lui. Il n’était qu’un lâche qui voulait fuir sa vie et qui avait tenté de se servir d’elle pour devenir quelqu’un d’autre…

    Cela aurait pu passer, mais le reste non ! Il avait osé lui faire du chantage ! La menacer de dévoiler sa véritable nature sans savoir que cette dernière était au courant… Il avait continué en disant qu’il enverrait un expert en vampire qui la traquerait et dont le seul but serait de mettre un terme à son existence !
    Mais comment osait-il agir de la sorte alors qu’elle-même l’avait épargné ? Elle n’en savait rien et n’était pas sûre de vouloir une réponse de toute façon… Mais elle était certaine que la gifle qu’elle lui avait donnée était méritée et semblait bien minime comme réponse aux affronts du jeune homme…

    Se tenant face à Tor, sa baguette en main, Tourmente l’observait… cherchant à voir ce qu’il allait faire à présent. Etrangement, il ne sembla pas être sur le point de partir alors qu’il venait de se relever. Sans un mot il se dirigea vers son sac et en sortit une bouteille de whisky qui n’était pas encore entamée. Il la regarda avant de l’ouvrir et d’en boire une gorgée laissant la vampire quelque peu perplexe ! Il agissait d’une façon tellement bizarre et surprenante que Tourmente n’arrivait pas à prévoir ce qui pourrait suivre et c’est pourquoi elle restait vigilante… surtout lorsqu’il s’approcha d’elle d’un pas déterminé…

    Lorsque le jeune homme fut tout près d’elle, il lui murmura un seul mot… Aveugle ! puis se reculait d’un pas. La vampire ne comprit pas pourquoi il lui avait dit ça jusqu’à ce qu’il porte ses mains à sa nuque avant d’attacher de nouveau son collier autour de son cou !
    Alors comme ça c’est lui qui le portait jusque là ?! Il ne l’avait pas fait disparaitre mais avait fait en sorte que le bijou se retrouve autour de sa nuque ! Pourtant elle n’avait rien vu… Cela venait sûrement du fait qu’elle était persuadé qu’il l’avait réellement fait disparaître. Cependant ça ne changeait rien au fait qu’il l’avait une fois de plus fait tourné en bourrique et il le lui confirma en reprenant la parole…

    Il lui expliqua que si elle avait été plus attentive elle aurait remarqué que le collier se trouvait tout près d’elle… Elle aurait voulu le tuer sur place en entendant ses mots mais elle décida d’agir de façon plus surprenante ! Elle rangea sa baguette avec un sourire et écouta la suite en s’approchant de son collègue…
    Il était désolé pour le chantage et tout le reste mais qu’elle devait comprendre son désarroi dans le fait qu’elle refuse de le mordre… Il répondit ensuite à la question de la brune, lui expliquant que sa cousine avait eu deux enfants mais que le garçon avait été enlevé par la résistance… Il avoua ensuite qu’il plaignait Krystel même si cette dernière ne semblait pas touchée par ce qui arrivait ! Mais Tourmente douta des dernières paroles… Sa cousine ne devait pas penser ainsi, elle devait au contraire préparer sa vengeance !

    Tor avoua ensuite que de son coté il enquêtait sur la disparition de l’enfant et cela surpris la brune… Pourquoi faisait-il ça ? C’est à ce moment qu’il lui demanda si elle voulait savoir autre chose. Il lui répondrait sans détour et sans aucun chantage… Il pouvait même lui raconter tout ce qui s’était passé à Poudlard depuis son arrivée…
    Au départ Tourmente hésita puis elle s’approcha encore plus de lui jusqu’à être contre le jeune homme… Doucement elle approcha ses lèvres du cou de Tor pour ensuite remonter vers son oreille et lui murmurer…


    - Peut-être que je n’ai rien vu car j’étais troublée par autre chose…

    Après ses mots elle se recula légèrement et fit glisser sa main sur le bras du jeune homme pour au final saisir la bouteille qu’il tenait. Avec un sourire et un clin d’œil elle s’éloigna cette fois de quelques pas, bu une gorgée d’alcool avant de s’asseoir sur un banc se trouvant à moins d’un mètre d’elle…
    Tourmente reporta ensuite son regard qui avait reprit sa couleur azur sur Tor…


    - Pourquoi enquêtes-tu sur l’enlèvement de l’enfant ? Que feras-tu tu si tu me retrouve ? demanda-t-elle sans détour. Et après un léger silence elle rajouta. Et je veux bien que tu m’expliques ce qui s’est passé depuis ton arrivée.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://life-is-a-game.forumactif.org/
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 29
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Douce redescente aux enfers [PV=Tourmente Dafné Raybrandt]   Mar 14 Oct - 19:56

J'avais de toutes les façons imaginables franchies les limites du politiquement correct et du socialement acceptable. D'autant plus que j'avais été des plus odieux avec cette femme. Pourquoi commençais-je seulement à me rendre compte de cela? C'était bien difficile à dire et à expliquer mais c'était ainsi, peut-être avais-je moi-même compris que ce je faisais et la façon avec laquelle j'agissais n'avait rien à voir avec moi mais réellement avec ce que je ne voulais pas devenir. Je n'avais jamais été un personnage odieux ou mauvais, je m'étais toujours efforcé autant que faire ce pouvait de ne pas exagérer et de ne pas tomber dans les abus de méchanceté gratuite ou non. Pourtant, mon comportement depuis le tout début des dialogues avec ma collègue enseignante avait été non seulement provocateur, celui d'un maître chanteur, mais en prime mes dires n'avaient pas été des plus sympathiques, alors que pourtant je savais ne rien avoir contre cette femme, sinon qu'à partir du moment où j'avais su qu'elle était vampire, j'eus apprécié une morsure. Qu'elle semblait en aucun cas vouloir m'accorder.

La colère de la femme n'était plus une idée abstraite depuis fort longtemps, celle-ci était palpable, elle était presque matérielle tant elle devait être forte. La tension entre elle et moi semblait, non était incroyable, comme si nous allions nous sauter à la gorge pour nous entretuer. Ou plus logiquement, comme si elle allait m'agresser pour me tuer, car oui après qu'elle se soit levé, je m'étais attendu à une attaque, elle tenait sa baguette, Je l'imaginais une fois encore déconcertée par mes agissements d'alors, avoir pris la bouteille de whisky pour boire plutôt que de me préparer à ce qu'elle m'attaque, mais ces réactions imprévisibles, incalculables, c'était tellement moi. Incalculable et incompréhensible. Comme ce qui avait suivis, tant ce mot que je lui avais dis, que ce collier qui réintégrait sa place, mais aussi mes excuses et la suite de mes paroles. Bizarrement cette femme qui semblait sur le point de m'attaquer avait rangé sa baguette pour m'écouter répondre finalement à sa question.

Je ne craignais pas d'avoir fini de lui répondre, mais j'appréhendais un peu ce qui se passerait, une partie de moi l'imaginait transplaner, une autre supposait que du simple fait que je lui proposais de lui raconter ce qui s'était passé depuis mon arrivée et de répondre à ses questions la ferait rester, mais après tout, elle était bien assez grande pour décider par elle-même de rester où pas et ce que j'avais fais en lui faisant ces dernières propositions n'était pas une prise de garantie, juste un petit quelque chose qui pourrait aider la femme à se décider. Comme je l'avais fais avec elle pour glisser un premier mot à son oreille, et avec la même douceur que celle dont j'avais fais attention de prendre. Ses lèvres s'approchaient de mon cou et je sentais son souffle chaud dans le creux de mon cou. Je ne m'attendais pas à ce qu'elle me morde, et je ne fus que peu étonné que finalement sa bouche ne finisse sa course à quelque millimètres de mon oreille.

J'esquissais un sourire à entendre ses mots, "troublée par autre chose", que diable voulait-elle dire? Je ne voyais pas, peut-être la colère, sans doute, ou alors était-ce mon charme naturel? Non trêve de plaisanterie, la main de la jeune femme descendait doucement le long de mon bras pour se saisir de la bouteille que je me laissais docilement prendre des mains. Alors qu'elle but une gorgée du whisky, après un sourire et un clin d'oeil plutôt assez complice, je la regardais s'asseoir sur un banc, tout proche que j'avais arrivant seul dans le parc prit le soin d'éviter pour préférer me laisser tomber dans l'herbe. Sur le banc, bouteille à la main, ça aurait fais bien trop cliché, et même alcoolisé, je comptais encore cela. La femme me regarda et me demanda pourquoi j'enquêtais et ce que je comptais faire une fois le nourrisson retrouvé. Puis après une pause qui m'avait permis de m'asseoir à côté d'elle, elle me demanda aussi de lui raconter ce qui était arrivé depuis mon arrivée à Poudlard. Je repris la bouteille et but une petite gorgée avant de commencer à parler:


- Bien alors si j'enquête, c'est sans vrai but, enfin si ça en a un, mais il est purement égoïste. Depuis que je suis petit, je...Non tu t'en fous...Saches juste que si je fais cette enquête c'est égoïstement et que si je venais à découvrir quelque chose, ou à retrouver l'enfant, je le rendrais à qui de droit il revient. Pour le reste depuis mon arrivé, il s'est passé bien des choses et pas mal d'eau à couler sous les ponts. Il y a eu plusieurs affrontements entre résistants et ministériels, les avantages étaient partagés. Une victoire par ci, une défaite par là. Mais la dernière grande rencontre, c'était étrange, je n'y étais pas, mais j'ai lu les journaux, des deux camps. Aucun ne se vantait de réussites, mais chacun couvrait les apparences. Il y a eu trois captures de chaque côté, et la disparition d'un enfant Raybrandt/Badenov. Les noms n'ont bien sûr par été communiqués, mais je crois que vu le traitement qu'ils subissent ça leur importe peu. Je buvais une autre petite gorgée Sinon, la nomination de ta cousine à la tête de Poudlard c'est fais avec éclat, elle a directement tué un élève pour fêter ça. Désormais tu en sais presque aussi long que moi, j'ai été assez bref, mais je ne sais pas vraiment ce qui t'intéresses alors poses des questions si jamais je ne suis pas clair...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tourmente Dafné Raybrandt
Prof d'ensorcellement
Prof d'ensorcellement
avatar

Nombre de messages : 62
Age : 35
Localisation : A Poudlard ou ailleurs
clan : Celui de ma famille...
Humeur : Cruellement et sadiquement bonne !
Date d'inscription : 01/10/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/0  (0/0)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Douce redescente aux enfers [PV=Tourmente Dafné Raybrandt]   Mer 15 Oct - 16:31


    Tourmente remarqua le léger sourire qui était apparu sur les lèvres de Tor quand elle avait dit qu’il était possible qu’elle n’ait pas vu le collier car quelque chose l’avait peut-être troublée… Et en y réfléchissant bien, les propos de la brune pouvait être en partie vrai car il était bel et bien troublant de se retrouver en présence d’une personne telle que Tor.
    Il était tellement si imprévisible et si intriguant que la jeune femme voulait à présent en savoir plus sur le jeune homme oubliant ainsi les envies de meurtre qu’elle avait eu à son égard un peu plus tôt…

    Alors qu’elle l’interrogeait, la vampire regarda son charmant collègue venir s’asseoir à ses coté sur le banc… Avant de lui répondre il récupéra sa bouteille avant d’en boire une gorgée. Après ça, il reprit la parole et comme il l’avait dit, il parut sincère dans ses propos.
    Il expliqua qu’il enquêtait sur l’enlèvement de l’enfant de sa cousine par pur égoïsme… Tourmente ne comprit pas ce qu’il voulait dire par là mais elle continua de l’écouter lorsqu’il commença à lui expliquer mais il s’interrompit en disant qu’elle s’en foutait. Il répéta alors qu’il faisait ça par égoïsme et que s’il retrouvait l’enfant il le remettrait à qui de droit.

    La brune allait lui demander plus de précision mais Tor lui expliqua à ce moment ce qui avait changé depuis son arrivée… Il commença par lui faire comprendre de beaucoup de choses avaient changées et que de nombreux conflits avaient opposés le Ministère aux Résistants. Il précisa que les avantages étaient partagés car les victoires et défaites étaient également répartis entre les deux camps… mais quelque chose de bizarre s’était produit lors de la dernière bataille ! Aucun des deux clans ne s’étaient vantés de leurs réussites alors que des captifs avaient été fait de chaque coté et que l’enfant de la Directrice avait été enlevé ! Tourmente réfléchit à ça et trouva que cela était effectivement bizarre…

    La vampire imagina les supplices que devaient subir les fameux captifs… Ils devaient être en piteux états, voir même entre la vie et la mort ! Tout le monde savait que les ministériels étaient loin d’être tendres avec ceux qu’ils considéraient comme des traîtres ! Tourmente reporta son attention sur Tor alors qu’il buvait une nouvelle gorgée avant de reprendre la parole mais pour parler cette fois-ci de l’arrivée de Krystel à Poudlard…
    Il déclara que la nomination de cette dernière avait été assez violente puisqu’elle s’était permis de tuer un élève le jour même de son arrivée.

    Cela n’étonna pas Tourmente ! Le gamin avait sûrement dû remettre en cause l’autorité de sa cousine ou bien avait fait quelque chose de déplacer. La vampire était persuadée que Krystel l’avait alors tué pour instaurer un climat de crainte constante et apparemment cela avait marché !
    En effet, le jour de son arrivée, rares étaient les élèves dans les couloirs et ceux qui s’y trouvaient longeaient presque les murs dans un silence de mort !

    Perdue dans ses pensées, elle en fut sortie par Tor qui lui dit qu’elle en savait presque autant que lui maintenant. Il lui expliqua ensuite qu’il avait été assez bref car il ne savait pas ce qu’elle voulait savoir exactement et que si jamais il n’avait pas été assez clair, elle pouvait lui poser des questions.
    Avec un sourire, Tourmente se décala sur le banc de façon à se retrouver contre son collègue. Elle se pencha ensuite légèrement de façon à pouvoir lui reprendre la bouteille des mains une nouvelle fois. Elle but une nouvelle gorgée et fixa le lac noir durant plusieurs secondes en silence… Posant la bouteille à coté d’elle, c'est-à-dire en théorie hors d’atteinte de son collègue, elle le fixa de nouveau…


    - Tu n’as pas fini ta phrase tout à l’heure… Tu as dit que je m’en foutais ! Mais c’est pas le cas. Tu as commencé à parler de ton enfance… C’était quoi la suite ?

    Pourquoi voulait-elle savoir ce que le jeune homme avait voulu dire ? Elle n’en savait rien au fond ! Peut-être était-ce de la curiosité ou bien peut-être qu’elle voulait simplement discuter ! Mais une chose était sûre. Elle ne croyait pas que la recherche qu’avait entrepris son collègue était faite par égoïsme ! Après tout qu’est-ce que cela apporterait au jeune homme ? Tout en attendant la réponse à sa question, elle se mit à réfléchit à ça… Pourquoi recherchait-il l’enfant en réalité ?

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://life-is-a-game.forumactif.org/
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 29
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Douce redescente aux enfers [PV=Tourmente Dafné Raybrandt]   Mer 15 Oct - 22:03

Alors que je parlais de tout ce qui s'était passé depuis mon arrivée, je repensais à ce qui m'était arrivé pendant cette période, chaque fait que j'évoquais me rappelait ce que j'avais connu, et je prenais comme d'habitude tout avec le sourire. Je prenais cependant soin de ne pas parler de ma vie privée, quand bien même elle eut été agréable avec moi, je ne pensais pas que cela l'intéresserait, encore plus en ce moment puisqu'il ne se passait rien. Encore une fois, je savais que je me mentais, il se passait quelque chose, j'avais tiré sur Maria après l'avoir copieusement inondé de paroles vides de sens que je ne pensais pas. Vous vous demandez peut-être pourquoi ce comportement envers la belle italienne, et bien tout simplement parce que je "devais" m'éloigner d'elle, elle hantait tout mon esprit quand elle était présente et elle hantait mon esprit, mon corps, mes pensées et mes rêves quand elle était absente, j'avais besoin de la faire sortir de ma vie. Et je n'avais rien trouvé de mieux que de lui tirer dessus. Je me foutais des conséquences, mais bizarrement même depuis mon geste, il m'arrivait encore de penser à elle alors que je la savais haïssante envers moi.

Je pensais tout en parlant des affrontements aux gens que j'avais rencontré, la belle Syerra Van Blaken, l'étrange mais sympathique Torben Badenov, la surprenante mais décédée Andromeda Tonks, et d'autre encore dont citer les noms et dire ce que je pensais d'eux prendrait trop de temps pour l'importance que cela avait pour le moment. En effet pour le moment, mon esprit était occupé par la demoiselle assise près de moi, que pensais-je d'elle? Je voyais en elle une femme intelligente et réfléchie qui cherche à prouver quelque chose, et qui a certainement un but à accomplir, sans quoi je doutais qu'elle n'ait été ici, quand bien même sa cousine était sa directrice. De moi-même, sans raison vraiment apparente à part que je n'avais pas de raisons de mentir, je racontais à la jeune femme ce qu'elle avait envie de savoir, tout ce qui était arrivé depuis mon arrivé. Cela faisait un récit court, concis et précis possible. Des luttes entre ministériels et résistants jusqu'à l'arrivée fracassante de sa cousine à la tête du collège.

Alors que je venais de finir, la demoiselle s'avança vers moi ce qui m'étonna, ne craignait-elle plus pour son collier? Après tout je l'avais déjà volé, mais il était désormais loin de mes intentions de penser à voler ce collier, j'étais trop proche d'elle pour encore faire ça, il me fallait être honnête avec elle, ce n'était jamais que les règles que je me fixais à moi-même. Ne prendre qu'aux personnes que je n'estime pas. Tourmente se pencha vers moi pour me prendre la bouteille des mains, et cette dernière se laissa faire sans aucune restriction, je laissais la bouteille filer vers la bouche de la demoiselle qui après en avoir bu une gorgée, la posa un peu plus loin, hors d'accès direct de ma part. Et pendant un bref instant, je la regardais, pensive, fixant des yeux le lac noir, légèrement coloré de gris par l'effet de la lune. Et elle me dit que j'avais commencé une phrase sur mon enfance et qu'elle aurait aimé en savoir la suite. Etait-elle curieuse ou simplement polie? Polie?! Se pouvait-il encore qu'elle le soit après ce que je lui avais fais? Quoi qu'il advienne, je pris la parole:


- Je ne vois pas pourquoi tu veux savoir ça, mais si cela t'intéresses vraiment où pas, je vais te répondre. Quand j'étais petit, j'avais douze ans exactement, et mon frère a quitter brusquement la maison. Ma mère, je me souviens de ma mère après son départ, elle n'a jamais été la même à compter de ce moment. Je ne sais pas ce qu'elle ressentait, mais il me manquait, et son absence a fais un trou énorme dans ma vie. Alors j'imagine que c'est pareil pour Krystel Raybrandt. Quand je te dis que mon objectif là-dedans est purement égoïste, je veux retrouver cet enfant pour oublier que je n'ai rien pu faire pour mon frère et donc ma soeur. Est-ce que tu peux me parler de ta relation avec Krystel Raybrandt? Enfin si tu veux évidemment ou si tu as d'autre questons.

La question était sortie absolument toute seule, dans ma lancée, je l'avais laissé échapper...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tourmente Dafné Raybrandt
Prof d'ensorcellement
Prof d'ensorcellement
avatar

Nombre de messages : 62
Age : 35
Localisation : A Poudlard ou ailleurs
clan : Celui de ma famille...
Humeur : Cruellement et sadiquement bonne !
Date d'inscription : 01/10/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/0  (0/0)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Douce redescente aux enfers [PV=Tourmente Dafné Raybrandt]   Jeu 16 Oct - 17:41

    Alors que l’astre lunaire était à présent haut dans le ciel, les tensions entre les deux personnes se trouvant à proximité du lac avait semble-t-il disparues ou du moins s’étaient atténuées… En effet, Tourmente ne ressentait plus cette sourde colère à l’égard de Tor et était même assise tout près de lui…
    Elle avait écouté avec attention tout ce que le jeune homme lui avait dit concernant les évènements récemment arrivés au château et en dehors. Tout cela la laissa légèrement pensive car ses nombreux voyages l’avait tenu à l’écart de tout ça. Tourmente savait que le Ministre du Royaume Uni exerçait une énorme pression sur le pays et qu’il était confronté à un certain nombre de résistants mais Tor venait de lui apprendre encore plus de choses…

    Certaines informations étaient intéressantes alors que d’autres étaient carrément inutiles à la vampire… Cependant elle se posait encore de nombreuses questions ! Pourquoi le Lord avait-il mis en place un changement de direction à Poudlard ? Ou plutôt pourquoi avait-il choisi Krystel ? A ce que Tourmente avait entendu dire, sa cousine était la Chef des Armées du Ministre mais toujours selon les « on dit », elle avait fait quelque chose qui avait déplu au Lord… Sa prise de fonction au sein de Poudlard était-elle une sorte de test ?
    Peut-être ! Cela expliquerait cela mise en place aussi rapide de ce régime de terreur ! En effrayant les étudiants, la Directrice diminuait le risque de rébellion de la part de ces derniers…

    La brune n’eut pas le temps d’aller plus loin dans sa réflexion car Tor reprenait la parole pour répondre à sa dernière question concernant l’enfant enlevé… Le regard légèrement dans le vague elle reporta alors celui-ci sur le jeune homme assit près d’elle…
    Il lui expliqua que son frère avait quitté la maison lorsqu’il était jeune… Pour ses douze ans plus exactement ! C’est à cet âge là qu’elle avait été mordue mais elle fit abstraction de ce détail et écouta la suite. Il lui parla du manque qu’il avait ressentit et du changement de comportement de sa mère. Il avoua alors qu’il voulait retrouver l’enfant de Krystel dans l’unique but d’oublier qu’il n’avait rien pu faire pour son frère…

    Puis, sans qu’elle s’y attende, Tor lui posa une question à son tour avant d’ajouter qu’elle n’était pas obligée d’y répondre. Il lui demanda qu’elle était sa relation avec Krystel. En y réfléchissant, c’était une très bonne question ! Il y a plus de treize ans elle aurait répondu qu’elles étaient comme deux sœurs mais depuis beaucoup de choses avaient changées et elles aussi étaient différentes…
    Elle prit la bouteille posée à coté d’elle et but une légère gorgée… Dans le même temps, alors que sa colère avait largement diminuée, la jeune femme commença à ressentir les effets du froid de l’hiver. Elle observa son collègue avec un sourire avant de déclarer…


    - Il fut un temps où les jeunes hommes étaient galants et où ils proposaient leur veste aux demoiselles qui leur tenaient compagnie par ce temps… Elle se pencha pour lui murmurer à l’oreille. Mais ce n’est pas grave… Je te pardonne une nouvelle fois ton manque de tact !

    Après ces mots, la vampire de redressa avec le même sourire… mais elle redevint légèrement plus sérieuse lorsqu’elle entreprit de répondre à la question posée.

    - Et bien disons que ma relation avec ma cousine est aujourd’hui inexistante ! dit-elle sans détour. On a été élevée ensemble jusqu’à nos douze ans… Année où j’ai fait une ‘‘mauvaise’’ rencontre ! Mes parents n'ont pas voulu que ça sébruite alors j’ai été envoyée à Durmstrang et on ne s’est plus jamais revues. Quand je suis venue passée mon entretien au château cela faisait quasiment quatorze ans que nous ne nous étions pas parlé… Tourmente se pencha ensuite légèrement en avant pour pouvoir voir le visage de Tor. Mais pourquoi cette question ? Tu crois que j’ai été pistonnée par ma cousine pour avoir mon poste ? demanda-t-elle avec un sourire amusé.

    C’était en partie le cas mais même sans ce poste elle aurait pu reprendre son ancien travail au Ministère de la Magie français et essayer de faire en sorte d’être en contact avec celui de Grande Bretagne. Bien évidemment ses projets auraient été plus difficiles à réaliser mais ça ne change pas qu’elle aurait pu avoir du travail sans Krystel !

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://life-is-a-game.forumactif.org/
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 29
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Douce redescente aux enfers [PV=Tourmente Dafné Raybrandt]   Jeu 16 Oct - 20:02

Il ne faisait pas particulièrement chaud en cette nuit, et je réfléchissais tout en fixant l'astre lunaire, la relation que j'avais avec cette femme était étrange. Nous étions à discuter l'un avec l'autre que il y avait moins d'une demi-heure, la jeune femme semblait m'en vouloir suffisamment pour me tuer. Apparemment pas assez qu'elle me tue malgré ce que je lui avais fais subir. Rien de violent physiquement, jamais je n'aurais osé m'en prendre physiquement à quelqu'un sans raison. *Quoi que quand on voit comment tu as tiré sur Maria, t'avais même pas un tiers de quart de dixième de millième d'once de pitié...C'était très différent avec Maria, je t'en ai déjà parlé non...Ah oui c'est vrai, tu avais besoin de savoir qu'elle te haïssait et la seule solution que tu as entrevu était de lui tirer dessus...C'est plus compliqué, ce que je veux pouvoir faire, j'ai besoin de le faire de façon complètement libre, sans me demander si quelqu'un va bien. J'ai besoin de personnes qui me suivent mais avec lesquelles je n'ai quasiment aucun attache sentimentale...Comme des pions que l'on sacrifie...Non, enfin oui, mais pas des pions que l'on sacrifie, des gens en qui j'ai confiance...Tu n'as même pas confiance en tes amis alors en des personnes qui te sont quelconques...*

Oui, cette voix n'avait pas tort, mais ce qui m'inquiétait c'est que depuis un moment déjà, je l'écoutais sans broncher ni pester, évidemment nous restions opposé, mais je commençais à la comprendre. Elle était la représentation de ce que j'aimerais être, sorte de double personnalité schizophrénique. Dans laquelle ce deuxième moi serait la représentation de mon moi idéal, une histoire de philosophie en réalité, l'esprit, le conscient et l'inconscient. Cette voix semblait être ce que je voulais être au fond mais tout en m'y refusant, la dualité de l'homme, le soldat qui va à la guerre avec un pin's de paix sur son casque. Le truc de Carl Jung, sur la dualité de l'homme. Moi j'avais choisi de me représenter mon moi idéal par une voix dans ma tête. Cette voix était tout ce à quoi j'aspirais, faire confiance était la première chose. Le reste était plus compliqué et vous comprendrez en temps voulu, pour le moment, sachez que ce moi idéal matérialisait cette confiance que je ne savais pas accorder.

Alors que je réfléchissais encore et toujours à ce moi idéal, je me demandais si cette guerre avait sa place dans ce monde, moi j'avais ma place dans ce monde en guerre. Je comptais frapper fort et surprendre, mais pour cela, je n'avais pas besoin de personnes à fort caractère, j'avais besoin de personnes motivées et prêtes à me suivre dans la mort. Quitte à le dire franchement, j'avais besoin d'une armée, une armée peu nombreuse, un commando de frappe, rapide et efficace plus que bordélique et violent. Les paroles de ma collègue me sortirent de ma sorte de torpeur, elle avait raison, j'y avais déjà pensé, mais j'avais douté que ce fut une bonne idée. Alors que je m'apprêtais à accéder à sa demande, elle continua de parler pour me répondre, et je me retins donc de me lever pour l'écouter.

Elle m'expliqua un peu sa vie, son enfance rapidement passé, et comme elle parlait j'eus l'impression que l'on s'était trompé dans les superstitions, cela semblait bien plus être le douze qui portait malheur. Elle non plus n'avait pas eu une enfance parfaite, bien que la mienne n'avait pas été si mauvaise, tout du moins les seize premières années, après les choses avaient évolué pas forcément en bien. Ses parents l'avaient envoyé à Durmstrang après une mauvaise rencontre, il ne me fallut pas dix minutes pour comprendre de quoi elle parlait, d'un vampire. La peur guidant ses parents elle fut éloignée, comme une malpropre, et elle revenait quatorze années après en Angleterre, non pour voir sa cousine que pour travailler. Dans l'enchainement de ses dits, et à la logique dirais-je même, elle me posa deux questions, dont la seconde me fit sourire, mais avant de répondre, je me levais pour enlever ma veste, invitant la demoiselle à avancer légèrement son dos, je glissais le tissu entre son dos et le bois du banc, posant ma veste sur ses épaules:


- J'y avais pensé, mais vu le début de notre relation, et que celle-ci allait un peu mieux, tout gâché ne me tentait pas.

La veste en place, je me rassieds à côté de la demoiselle, j'étais exactement à la place à laquelle j'étais, je n'avais pas joué à l'audacieux ou au téméraire tombeur, je restais neutre avec elle. Même si je ne l'étais plus, je ne l'étais plus depuis le moment où nous avions commencé à discuter calmement, nous n'étions pas les meilleurs amis du monde, mais au moins nous étions deux personnes sympathiques l'une à l'autre, ou du moins elle l'était pour moi. Je comptais donc effectivement lui répondre:

- Je pose cette question parce que c'est ce que les gens font, ils posent des questions. On me reproche souvent d'être trop marginal alors j'apprends à me normaliser, mais ce n'est pas vraiment un succès jusqu'à maintenant. Concernant ta cousine, je pense qu'un membre de la famille est toujours un plus, ceci étant, je doute que la Directrice ne se soit contentée du fait que vous étiez de la famille, je l'imagine plutôt s'entourant de ceux qui excellent le plus dans la matière qu'ils auront à enseigner. J'en conclue donc que vous devez être une ensorceleuse plutôt talentueuse. A défaut d'être complètement sobre et des plus attirants en cette soirée, je me permets quand même une audace. Il n'est guère plus de 22 heure et ni toi ni moi n'allons nous couchez prochainement. Aussi si tu n'as rien mangé, que dirais-tu de diner chez moi? Mon père était cuisinier et m'a appris à cuisiner pas mal de chose si ça peut aider ta décision...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tourmente Dafné Raybrandt
Prof d'ensorcellement
Prof d'ensorcellement
avatar

Nombre de messages : 62
Age : 35
Localisation : A Poudlard ou ailleurs
clan : Celui de ma famille...
Humeur : Cruellement et sadiquement bonne !
Date d'inscription : 01/10/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/0  (0/0)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Douce redescente aux enfers [PV=Tourmente Dafné Raybrandt]   Ven 17 Oct - 13:48

    Alors que Tourmente parlait brièvement de son enfance elle remarqua que le jeune homme assis à ses cotés semblait plongé dans ses pensées… Cela permit à la jeune femme de détailler un peu plus son collègue et elle en arriva à la déduction qu'elle ne s'était pas trompée ! Il avait beau porter une tenue assez déplorable et avoir une barbe de deux-trois jours qui voilait en partie son visage… Tor semblait être un jeune homme des plus séduisants qui devait sans conteste avoir du succès auprès des jeunes femmes qui croisaient sa route.
    Cette pensée la fit sourire mais elle s'attarda ensuite un peu plus sur ce qu'il dégageait. La vampire avait l'étrange impression qu'il n'était pas tout à fait lui-même… Comme s'ml menait un conflit intérieur mais elle finit par conclure que cela était peut-être du à tout l'alcool qu'il avait bu !

    Après qu'elle ait eut finit de parler, Tourmente remarqua le sourire apparu sur le visage de Tor et le regarda se lever… Ce fut au tour de la brune de sourire quand elle vit le geste qu'il était en train de faire. En effet, Tor venait d'enlever sa veste avant de l'inviter à s'avancer légèrement, chose qu'elle fit. Après ça, son collègue déposa le vêtement sur ses épaules et revint s'asseoir à ses cotés. La vampire appréciai la chaleur du vêtement porté jusque là par celui qu'elle avait eu envie de tuer un peu plus tôt…
    Elle reporta son regard azur dans celui de Tor lorsqu'il reprit la parole. Il lui dit qu'il y avait pensé mais qu'aux vues des début de leur "relation", il n'avait pas voulu tout gâché au moment où celle-ci semblait s'arranger.

    Tourmente sourit en entendant le mot "relation"… Elle aurait plutôt dit conflit mais il est vrai que si il avait agit de la sorte sans qu'elle ne lui demande, elle aurait peut-être agit différemment et aurait sûrement pensé qu'il essayait de l'amadouer. Réajustant la veste du jeune homme sur ses épaules, Tourmente reprit la parole d'une manière on ne peut plus sincère.


    - Disons que tu as bien fait que ne pas faire ce à quoi tu avais pensé, déclara-t-elle. A travers un tel acte j'aurais pensé que tu cherchais à m'amadouer par rapport à ton comportement adopté un peu plus tôt… Et à défaut de pouvoir te tuer, j'aurais sûrement fait le choix de t'abandonner sur ce banc !

    Le comportement qu'elle adoptait avec son collègue était différent d'avec celui des autres hommes qu'elle croisait car il n'agissait pas comme eux ! Il lui avait certes déposé sa veste sur les épaules mais n'avait eut après ça aucun signe déplacé… Or c'était souvent le cas que les hommes sur qui elle tombait faisaient tout pour qu'elle daigne leur accorder ne serait-ce qu'un seul regard…
    Ceux qui y arrivaient n'étaient pas pour autant des chanceux puisqu'ils finissaient par mourir vider d'une grande partie de leur sang après avoir été torturés ! Cependant, elle n'eut pas le loisirs de repenser à ses pauvres machos car Tor reprenait la parole pour répondre à sa question.

    Il lui expliqua qu'il lui avait posé cette question car c'est que les gens faisaient entre eux ! Ils se posaient des questions pour se connaître… Lui était vu comme un marginal et essayait de changer pour être "normal" mais apparemment ça ne fonctionnait pas forcément très bien !
    Tourmente l'observa et se mit à penser qu'il était idiot de vouloir changer pour devenir quelqu'un qu'il n'était pas réellement… Cependant elle lui ferait part de cette pensée lorsqu'il aurait finit de parler car déjà il abordait un autre sujet.

    Il lui dit que la famille pouvait être un atout important dans le monde du travail mais qu'il savait que Krystel recrutait les meilleurs pour enseigner à Poudlard… Il en vint à déduire qu'elle devait être talentueuse ce à quoi la brune se contenta d'acquiescer d'un léger mouvement de la tête…
    Alors qu'elle pensait qu'il avait terminé de répondre et qu'il allait lui laisser reprendre la parole, Tourmente eut la surprise de constater qu'elle s'était trompée. En effet, Tor continua de parler et la proposition qu'il lui fit fut des plus étonnantes…

    En effet, Tor lui expliqua qu’à défaut d’être sobre et des plus attirants, il allait se permettre une audace et c’est ce qu’il fit ! Il lui expliqua qu’il était encore tôt et qu’il était fort peu probable que lui ou elle aillent se coucher de suite… Il lui proposa alors de venir dîner chez lui en précisant que son père avait été cuisinier et lui avait appris de nombreuses choses.
    Bien que la nourriture consommée par le commun des mortels ne la rassasiait pas autant que du sang, Tourmente trouva la proposition des plus tentantes… Elle fixa cependant son collègue avant de répondre hésitant légèrement. Cela aurait très bien pu être un piège !


    *Un piège ? Mais quel genre de piège… ? Et puis passer une soirée avec un homme que je ne tuerais pas par la suite me changera un peu !*

    - Je trouve que vouloir changer pour être comme tout le monde est un acte insensé ! déclara-t-elle avant de répondre à l’invitation. Pour ma part je suis telle que je suis et je ne ferais rien pour changer… Que mon comportement déplaise ou non. Je ne dois rien à personne, sauf peut-être mon statut de vampire… ça je le dois bien à quelqu’un ! ajouta-t-elle sur le ton de la plaisanterie.
    Elle sourit ensuite à Tor en reprenant. Ensuite concernant ton invitation et contrairement à ma façon de faire habituellement, je vais accepter… avec plaisir !

    En parlant de ses habitudes elle faisait évidemment allusion au fait que tous les jeunes hommes avec qui elle avait passé se trouvaient à présent six pieds sous terre. Certes elle ne les avait pas tous torturer et s’était adonné à tout autre chose avec les privilégiés mais cela ne changeait pas grand-chose puisqu’il était morts aussi !
    Mais cette fois c'était différent... Elle savait très bien qu'elle ne tuerait pas Tor et un peu de changer dans ses habitudes de solitaire ne pouvait sûrement pas lui faire de mal !

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://life-is-a-game.forumactif.org/
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 29
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Douce redescente aux enfers [PV=Tourmente Dafné Raybrandt]   Ven 17 Oct - 18:46

Etais-je donc à ce point béni des Dieux que je vive encore? Telle pourrait être la question, j'avais maintes fois provoqué la mort, regardé celle-ci dans les yeux avec défi et suffisance, mais jamais, oh grand jamais, je n'étais mort. Quand bien même cette nuit j'avais provoqué une vampire, la poussant à bout, la faisant chanter, je lui avais même ouvertement proposé de m'ôter la vie. Mais elle ne m'avait pas tué, tout au contraire, j'étais à cet instant assis à côté d'elle sur un banc et je venais de l'inviter chez moi pour un dîner. Notre relation s'était légèrement améliorée, non elle s'était très bien améliorée, il fallait avouer que quelque minutes auparavant, elle semblait sur le point de me tuer, mais cela semblait désormais du passé, un passé révolu. Ou si elle voulait encore, elle n'était certainement pas sans avoir compris que je me laisserais aisément faire. Elle me remerciait même, avec un rien de félicitation d'avoir attendu le moment propice, de la veste que je venais de poser sur ses épaules, ce n'était là qu'un pur geste de galanterie qu'aurait eu ou dû avoir n'importe quel homme dans telle situation. Alors si elle ne m'avait pas tué, quand je l'espérais, étais-je à ce point béni des Dieux?

Etais-je donc à ce point maudit des Dieux que je vive encore? Telle pourrait être la question, j'avais maintes fois provoqué la mort, regardé celle-ci dans les yeux avec défi et suffisance, mais jamais, oh grand jamais, je n'étais mort. Quand bien même cette nuit j'avais provoqué une vampire, la poussant à bout, la faisant chanter, je lui avais même ouvertement proposé de m'ôter la vie. Mais elle ne m'avait pas tué, tout au contraire, j'étais à cet instant assis à côté d'elle sur un banc et je venais de l'inviter chez moi pour un dîner. Notre relation s'était légèrement améliorée, non elle s'était très bien améliorée, il fallait avouer que quelque minutes auparavant, elle semblait sur le point de me tuer, mais cela semblait désormais du passé, un passé révolu. Ou si elle voulait encore, elle n'était certainement pas sans avoir compris que je me laisserais aisément faire. Elle avait jugé insensé que je veuille devenir normal, peut-être était-ce pour ça que je n'y arrivais pas, et elle se prit à partie en exemple, m'expliquant qu'elle était comme elle est et qu'elle ne devait rien à personne sinon à celui qui l'avait vampirisé. Enfin, elle avait accepté mon invitation de venir à dîner chez moi. J'avais souris à son accord, surement avait-elle compris que je ne lui voulais aucun mal. Surement avait-elle compris à quel point j'étais maudit des Dieux que je puisse encore avoir le droit à la vie:


- Tu as raison, personne ne devrait avoir à changer pour devenir "normal" et encore nous pourrions tergiverser des heures durant sur qu'est ce que la normalité avant de ne jamais tomber d'accord. Je ne compte pas vraiment devenir normal, mais j'aime imaginer avoir la vie de monsieur tout le monde. J'eus alors un sourire avant de continuer, Et bien dans ces conditions puisque tu acceptes, je pense que je vais rentrer chez moi préparer un peu le repas. Tu pourrais venir disons dans une quarantaine de minutes. J'habite à Pré-au-Lard un peu à l'écart de la ville. Il y a mes coordonnées sur ma carte de visite dans la poche intérieure de ma veste. Je me levais pour transplaner mais avant que ce ne soit le cas, je rajoutais avec un large sourire, Je devrais peut-être prendre ton pendentif pour être sur que tu viennes non? Ah et pour la veste, euh j'aimerais bien la récupérer à l'occasion.

Ces mots dis, dans un dernier dernier sourire et un clin d'oeil que je pensais qu'elle avait vu sans être sur, je transplanais...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Douce redescente aux enfers [PV=Tourmente Dafné Raybrandt]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Douce redescente aux enfers [PV=Tourmente Dafné Raybrandt]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Manon Margaux Chérie (springs to me) version Manon la douce (blonde)
» Remontée aux Enfers
» La chute des Enfers
» Arrivée aux enfers[refusé]
» [Seigneurie de Baraçé] La Douce

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Renaissance du phénix :: Poudlard :: L'extérieur du Château :: Le Lac-
Sauter vers: