AccueilAccueil  FAQFAQ  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un monde à part...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Azraël Van Reinhard
Elève Serpentard
Elève Serpentard
avatar

Nombre de messages : 161
Age : 28
Localisation : Est-ce que je te demande la couleur de ton caleçon?
clan : Sûrement pas le tiens.
Humeur : Calme
Date d'inscription : 17/09/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
4/20  (4/20)
Relations:

MessageSujet: Un monde à part...   Mer 8 Oct - 13:26

En cette douce fin d’après-midi, le Soleil commençait déjà sa lente chute pour laisser place à la nuit froide et inhospitalière. Dehors, le vent soufflait, trop fort pour être une simple brise, mais pas assez pour être une tempête. Plutôt comme un courant d’air un peu fort. La journée avait été courte, non pas comme paradoxe, mais comme conséquence du changement de saison qui s’effectuait. En effet, le doux Soleil d’été, laissait peu à peu place au rude froid d’hiver par l’intermédiaire de l’automne. Bref, le temps s’était écoulé comme à chaque fois pour Aza. Ni vite, ni lentement, normalement. De toute façon, depuis qu’il était revenu à Poudlard, il n’avait plus vraiment conscience du temps. Il agissait plutôt comme un automate. Les seuls moments où il reprenait conscience de Chronos, c’était quand il réfléchissait.

Actuellement, assit sur le rebord d’une fenêtre, le front collé au carreau froid, Azraël réfléchissait. A quoi me demanderiez-vous? A tout et à rien vous répondrais-je. En fait, pour être plus exacte, le jeune homme que nous suivons actuellement, réfléchissait à la première qui lui passait par la tête. Ainsi, il avait déjà eu un débat intérieur sur la déco des dortoirs où il en était arrivé à décider qu’elle était pas mal, mais qu’on pouvait faire mieux. Il avait également débattu sur les variétés de pommes. Cette année, comme toujours, c’était la Cox's Orange Pippin qui était la meilleur à ses yeux. En ce qui concerne les profs, ils devraient quand même essayer d’avancé un peu dans la pédagogie. Enfin, son avant-dernier débat intérieur, se situait sur la notion de bien et de mal. Celui-là avait été long, très long même. Il avait carrément frôlé la prise de tête et le mal de tête en prime!! Quoiqu’il en soit, après avoir exposé ses arguments, il en était arrivé que cette notion dépendait de beaucoup de chose. L’éducation dans un premier temps, puis l’environnement qui nous entourait, et enfin, notre personnalité et nos idées. De ce fait, cela changeait en fonction de la personne interroger. On pouvait donc finir par conclure qu’il s’agissait jute d’une vague notion qui en fait, n’avait pas véritablement de sens.

Après ça, Aza resta de longues minutes à ne penser à rien. Il regardait simplement les feuilles voler dehors sous les assauts du vent qui se faisait un peu plus violent à chaque fois. Le front toujours appuyé sur le carreau, Azraël avait ramené ses jambes contre sont torse. Un peu comme une sorte de geste protecteur, comme s’il aurait voulu s’isoler du monde. Etre véritablement le seul sur Terre et ne pus devoir faire comme si les gens autour de lui n’existaient pas. Oh, il y arrivait très bien, la preuve étant que lorsqu’il tourna la tête vers le couloir ce fut à peine s’il remarqua tous les élèves qui circulaient. En fait, la seule chose qu’il vit, fut son chat assit de l’autre côté du couloir et qui le regardait avec une sorte de bienveillance et de curiosité. L’expression d’Aza, qui jusque là était impassible, s’adoucit un peu. Un très faible sourire venait fleurir sur ses lèvres. Les deux êtres se regardèrent ainsi pendant un moment qui cette fois, parut duré une éternité.

Finalement, le jeune homme se leva de son perchoir. Il s’avança vers on chat, bousculant quelques personne au passage. A moins que ce ne soit lui qui ce soit fait bousculer? En fait, il n’en savait rien et s’en ficher éperdument. Tout ce qui comptait en cet instant, c’était qu’il rejoigne son chat. Lorsque ceci fut fait, il le prit délicatement dans ses bras. La boule de poils vint immédiatement frotter sa tête contre la sienne en un geste de réconfort. Aza eut un sourire plus franc en serrant son chat contre lui. Puis il repartit sur son perchoir, toujours déconnecté de ce qui l’entoure, se sachant toujours pas qui bousculait qui. Enfin, il remonta sur son perchoir et installa son chat su ses jambes et contre son torse.

Shiro c’était roulé en boule et commençait même à ronronner de plus belle sous les caresses expertes de son maître. Ce dernier d’ailleurs avait remonté son col roulé jusque sur son nez. Et en profita pour redescendre également un peu les manches sur ses mains. C’est que l’air commençait peu à peu à se refroidir. Mais c’était aussi un automatiste qu’il avait acquis. En effet, il voulait que personne de puisse deviner les cicatrices sur son corps. Ainsi, avec le temps, il avait développé cette manie. De toute façon, personne ne s’intéressait à lui, et il ne s’intéressait à personne, qui donc aurait put deviner? Tout le monde justement d’après lui. Mais c’était juste une question de point de vue. Aza était prudent, c’est tout.

Quoiqu’il en soit, après avoir de nouveau perdu son regard sur le paysage, son esprit également était repartit vagabonder. Mais cette fois, plutôt que de réfléchir sur sa condition, il préféra partir dans un monde proche des rêves, celui de l’imagination. Ainsi voyait-il une horde de licorne déambuler au galop dans une forêt verdoyante, le tout sur une musique imaginaire qu’il avait sons doute entendu sur une quelconque radio un jour. Perdu dans se paysage, il s’imagina bientôt s’aventurer dans cette forêt avec Shiro à ses côtés. Sur un petit chemin de terre il avançait, laissant le groupe de licorne paître tranquillement. Bordé par divers arbres, Aza avançait tranquillement, sur quoi allait-il tombé cette fois?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Pirkins
Elève Serdaigle
Elève Serdaigle
avatar

Nombre de messages : 149
Age : 29
Localisation : salle commune des serdy
clan : neutre
Humeur : essayez ...
Date d'inscription : 25/01/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/0  (0/0)
Niveau magique:
7/20  (7/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un monde à part...   Dim 9 Nov - 17:48

    Je ne savais pas trop quoi faire. Tout était calme en ce moment à Poudlard. Un peu trop même, mais bon. Cela contrastait furieusement avec l’agitation de ces derniers mois au château. En effet, il y avait eu bien du grabuge, et il y avait tant de choses à raconter. Déjà, il y avait eu ce changement de directrice. Le vieille peau de Bellatrix Lestrange, cette timbrée totalement siphonnée avait continué de nous casser les pieds pendant un moment, mais finalement elle avait été semble t’il décidé de prendre des vacances, enfin, selon les informations qu’avaient transmises officiellement le ministère. Il y avait bien évidemment cette rumeur qui disait que notre chère et tendre directrice était aimée de bien des gens, mais pas des ennemis du pays, la Renaissance du Phénix, et que ceux-ci l’avaient finalement fait taire à grands coups de sortilèges dans la tronche et de finir par la faire prisonnière. Ce n’étaient bien entendu que des on dit, mais il devait y avoir une part de vérité là-dessous !


    Et puis, il y avait eu l’entrée fracassante de notre nouvelle et « bien aimée » directrice, une autre timbrée un peu comme Bellatrix, en plus direct mais tout aussi sadique ! Un discours d’entrée particulièrement sadique, suivit presque immédiatement d’un meurtre devant tous. Cela m’avait fait hérisser les poils mais je m’étais retrouvé totalement impuissant, une fois de plus. Si jamais j’aurais réagit, je me serais retrouvé comme le « pauvre » Benjamin, trucidé sous les yeux de centaines d’élèves sans rien pouvoir faire et mon corps enterré sous les arbres de la forêt interdite. Il n’y avait rien de plus frustrant de mourir et que cette mort ne serve absolument à rien. Mourir pour une cause ne me dérangeait pas outre mesure, mais pas si celle-ci s’avérait totalement inutile… Et puis, qui s’occuperait de mes parents ?


    Bref, tout allait de mal en pis dans cette école, et les contacts entre maisons étaient réduits à peau de chagrin, d’autant plus que les nouveaux édits proclamés par la nouvelle directrice interdisait des tas de choses, qui étaient pourtant encore autorisées avec Bellatrix. En même temps, il n’y avait rien d’étonnant de la part de celle qui partageait le lit et la vie de Torben Badenov, le mangemort le plus cinglé que je n’avais jamais vu, un timbré qui torturait ses élèves et leur inculquait des tas de notions maléfiques en essayant de se faire passer pour un philosophe de mes deux ! On était vernis, ça, y’avait pas à dire. Il y avait tout contre nous et il semblerait que la première cause de mortalité des jeunes aujourd’hui était devenue la mort violente…


    Et puis, je ne voyais plus non plus ma petite amie, Ambroise Lymphonia. Avec toutes ces interdictions, on n’avait plus jamais l’occasion de se voir et avec tous les courriers interceptés, nous n’avions même plus de contacts, cela faisait des semaines que nous ne nous étions pas parlés. C’était assez douloureux, mais je ne pouvais pas faire autrement. Il n’y avait rien que je ne puisse faire. On ne pouvait pas tout avoir dans la vie, mais avoir un minimum de choses, c’était quand même bien non ? En tous cas, j’aurais voulu savoir au moins comment elle allait, ce qu’elle faisait, tout ce qu’elle pouvait penser, ou même si elle pensait au moins un petit peu à moi… J’étais amoureux d’elle, et cette distance était vraiment terrible. C’était décidé, j’irais jusqu’à la bibliothèque aujourd’hui pour voir si je pourrais l’apercevoir…


    ‘esprit embrumé, je ne fis pas trop attention à ce que je faisais ni où mes pieds me faisaient aller, mais finalement, je sursautais lorsque je me rendis compte que quelqu’un était planté juste devant moi. Levant les yeux vers l’écusson, je m’aperçu qu’il s’agissait d’un de ces chiens serviles de serpentard. Sans doute allais je avoir des problèmes, mais je m’en fichais un peu, je n’étais pas à ça près !



    - Euh, tu pourrais te pousser, que je puisse passer ?

_________________

merci Ambre (l)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leslie Brunet
Ancienne Gryffy de la Liberté
Ancienne Gryffy de la Liberté
avatar

Nombre de messages : 237
Age : 30
Localisation : En train de comploter contre le ministre...
clan : Godric bien entendu
Humeur : En colère
Date d'inscription : 22/01/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/0  (0/0)
Niveau magique:
8/20  (8/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un monde à part...   Dim 9 Nov - 18:52

    Depuis plusieurs jours, Leslie n’avait plus de temps pour elle. Entre ses rondes de plus en plus fréquentes, ses cours de plus en plus dure au vu de les préparer pour les Aspics, et ses devoirs à faire… Elle ne voyait guère du monde, pour ne dire plus personne en dehors des enseignements. Elle aurait donné beaucoup pour une pause, mais ne pouvait se le permettre. D’un autre côté, cela l’aider à oublier la trahison de Léo. Qu’il aille au diable ce serpentard. Et dire qu’elle était tombée dans le panneau, en courant d’ailleurs. En même temps, il avait mit le paquet pour arriver à l’avoir dans son lit. Rien d’autre ne l’avait intéressé mise à part cela. Il avait été prêt à tout pour cela, et même à déclarer qu’il l’aimait devant tous les élèves lors d’un petit déjeunés… Comme quoi, les gens peuvent aller très loin pour obtenir ce qu’ils veulent et s’en aucun scrupule en plus…

    Sans s’en douter, prenant cet acte comme une preuve d’affection, elle avait accepté de sorti avec lui. Imaginez, une ancienne gryffondor, avec le plus vil serpent de toute l’école. Et pourtant, elle y avait cru, et elle le regrettait. Cela faisait à peine une mois qu’ils étaient ensembles, qu’elle l’avait surpris avec une autre, lors d’une de ses rondes du soir. Pas besoin de vous faire un dessin pour que vous fassiez ce qu’il était en train de faire avec sa compère vert et argent, alors que la veille, c’était avec la préfète en chef qu’il partageait sa couche et à qui il disait qu’il était amoureux. Foutaise depuis le début. Bien entendu, elle l’avait plaqué, et ne voulait plus jamais avoir affaire à lui. Mais elle ne pouvait pas l’oublier…

    Cela serait si simple si elle pouvait tout oublier, y compris les sentiments qu’elle avait ressenti pour lui. La brune avait été sincère avec lui, et s’en mordait à présent les doigts. Cependant, comme on disait, la vie continuait après tout. Passait la tristesse de cela, elle était emplie d’une colère contre lui, une colère sans fin. Et cette dernière lui était bénéfique, dans le sens ou elle l’invertissait dans son groupe, celui des godrics. Ils étaient un peu comme l’AD, infiltré à Poudlard pour combattre la tyrannie qui régnait sur le château, et rendre le quotidien des élèves plus agréable. Ils n’étaient pas nombreux, c’était clair, mais Leslie ne pouvait pas se permettre que cela se sache. Être discret, c’était leur mot d’ordre. Le fait de ne pas être connue leur donnait un atout considérable, un atout qu’elle voulait préserver un maximum.

    Pourtant, elle allait devoir préparer la relève, pour que ce groupe continue d’exister après son départ de Poudlard. Ils donnaient des informations de l’intérieur à la renaissance du phénix, des informations précieuses pour Severus Rogue. En quittant l’école, Leslie allait entrer au ministère, devant une espionne infiltré chez les aurores. Elle pourrait ainsi agir activement pour la liberté, et protéger ses camarades de ‘guerre’. La sorcière savait déjà qu’elle donnerait les rênes à Ikernel et Ambroise, mais devait tout faire pour les aider au mieux. Son but était de recruter de nouveaux élèves, et entraîner ses deux combattants pour que leur puissance magique puisse les aider. Elle-même après tout avait suivit un entraînement acharné et accéléré, fait par le grand chef de la rébellion lui-même !

    Sortant de ses pensées, elle constata que son cours d’histoire de la magie venait de finir et qu’elle avait oublié ce dernier pendant une bonne vingtaine de minutes. Mince alors. Elle n’avait pas prit de note sur les différentes dates des guerres trolls, alors que leur professeur avait laissé entendre que les examens évoqueraient ce sujet. Encore une fois, la sorcière allait devoir passer emprunter un livre à la bibliothèque pour étudier cela. Après tout, elle en était à 10 dans sa chambre, juste pour trouver des info complémentaires. Un de plus, un de moins, à ce stade… Rangeant ses affaires dans son sac, elle fut soulagée quand même que le dernier cours de sa journée soit fini. Bon, elle n’aurait qu’une courte pause, à peine une dizaine de minutes avant d’être obliger d’étudier de nouveau mais bon, c’était toujours ça.

    Ce qui aurait pu la soulager, c’est que ses rondes soient moins régulières. Le problème, c’est qu’elle n’avait pas d’autre choix que d’obéir à la directrice qui tenait absolument qu’elle en fasse tous les soirs. Du coup, elle ne pouvait pas travailler sur ses études, passant ses soirées à dénicher les élèves qui avaient eu la folie de se lever contre l’autorité de la tyrannique mangemorte. Ils n’étaient guère intelligent en même temps de se balader dans les couloirs, à 1h du matin, en chantonnant. Oui, c’était stupide, et pourtant, c’était la plupart des élèves qu’elle était obligée de ‘dénoncer’. La jeune femme n’était plus vu comme une poufsouffle sympathique, mais à présent comme le toutou de mademoiselle Raybrandt, un toutou fidèle. C’était un avantage oui pour son statut de Godric, mais d’un autre côté, elle se mettait à dos pas mal de monde.

    Se décidant à aller faire un petit tour dehors, pour s’aérer les esprits, elle reste tout de même plongé dans ce dernier. Ses pas la guidèrent seuls dans le hall. C’est d’ailleurs comme cela qu’elle percuta John, ne faisant pas du tout attention à où elle allait. Faisant tomber son sac, ce dernier s’ouvra. Et m#rde ! Se penchant pour les récupérer une par une, elle s’excusa tout de même en même temps de le faire. Elle ne s’aperçu de la présence du deuxième étudiant qu’en ramassant son livre de potion à ses pieds. Se relevant une fois ses affaires remit dans son sac, elle se tourna vers les deux jeune hommes :



    - Désolée Jonh…Je ne t’avais pas vu… Je suis un peu tête en l’air ses derniers jours… C’est un de tes amis… Je suis Leslie, Leslie Brunet dit-elle en tendant sa main vers Azraël, et en lui faisant un léger sourire. Et vous êtes ? J’espère que je ne vous ai pas interrompu dans votre discussion…

_________________
Sadeness

Tu m'as trahi... Tu m'as menti... C'est fini... Adieu mon Serpy...

Merci Sevychou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azraël Van Reinhard
Elève Serpentard
Elève Serpentard
avatar

Nombre de messages : 161
Age : 28
Localisation : Est-ce que je te demande la couleur de ton caleçon?
clan : Sûrement pas le tiens.
Humeur : Calme
Date d'inscription : 17/09/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
4/20  (4/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un monde à part...   Mar 11 Nov - 15:22

Finalement, après avoir tenter d’imaginer comment battre un Troll avec un bout de bois et une armée d’elfes plus que défectueuse, il se dit qu’il était grand temps de bouger avant d’atteindre le fond. Rah, il aurait adoré avoir une occupation en ce moment!! Sauf qu’il avait terminé tous ses devoirs pour le lendemain, n’avait aucun livre sous la main et ne savait désespérément pas quoi faire. Il finit donc par se lever de son perchoir avec lenteur, tenant toujours son chat dans ses bras. Il commença à arpenter les couloirs tel un fantôme, se fondant dans la masse. Il laissait ses pas le guider n’importe où pourvut qu’il trouve une activité. Et cette activité, il l’a trouva.

Tandis qu’il marchait, il tourna subitement la tête vers la fenêtre. Il lui avait semblé capter un mouvement dans le ciel. Mais il n’avait su ce que c’était. Il planta donc son regard dans le ciel et l’observa avec insistance, espérant voir de nouveau cette chose. Mais rien ne vint. Boarf, c’était sans doute un piaf ou une quelconque créature. A moins que ce ne soit un abrutit qui ait décider de faire du balai dehors. En cette saison il fallait vraiment être pire que barje, suicidaire même!! Lui-même était ciglé sur certains bords, mais il n’irait sûrement pas faire du balai par un temps pareil!! Même en guise de suicide, une lame était toujours mieux, et c’était plus rapide.

Enfin bon, il n’était pas là pour débattre sur les différentes manières de suicide de toute façon. Et puis pour lui, cette époque était révolue. Il allait donc continuer son chemin quand il remarqua quelqu’un face à lui. Ce dernier était plus grand qu lui et il était obligé de lever un peu la tête pour le regarder dans les yeux. A la lueur de son regard, ce dernier ne devait pas l’aimer. Sans doute à cause de sa maison. Il ne s’en soucia guère, il était habitué. Il devrait simplement faire attention si jamais l’autre venait à l’attaquer. Surtout qu’il devait être dans une année supérieur à la sienne, et qu’Aza n’était pas un champion de la baguette… Vigilance donc.

L’aîné, qui apparemment était à Serdaigle, lui demanda –gentiment?– s’il pouvait le laisser passer. Azraël regarda autour de lui. C’est qu’effectivement il n’y avait pas beaucoup de place pour passer. Il planta alors de nouveau son regard dans celui sur Serdaigle et fronça les sourcils.


*Et où tu veux que je bouge banane?*

Bien évidement qu’il n’avait pas dit cette phrase à haute voix, mais dans son esprit. Comme dit plus haut, ça période suicidaire était révolue. Il se contenta donc de donner une réponse claire et précise, enfin de son point de vue…

"Je vois pas où…"

Ceci n’avait pas spécialement été dit avec méchanceté, mais d’un ton froid et cassant malgré tout. Il restait sur ses gardes et cela se voyait à son corps tendu. Même si sous les robes de sorciers c’était assez difficile de le deviner. Mais il ne laisa rien transparaître dans sa voix aux intonations graves et douces.

Soudain, quelqu’un percuta le bleu et bronze. Il regarda la personne et vit qu’il s’agissait d’une jeune fille de Poufsouffle. Apparemment les deux semblaient se connaître vu qu’elle s’excusa au pré de lui. Attention, vigilance accrue!! Sans doute que si l’un se mettait en tête de le prendre pour cible, le deuxième suivrait sûrement. Quoique… cette jeune fille, qui semblait également être une aînée en matière de magie, se présenta à lui et lui tendit même la main. Il eut même droit à n sourire. N’ayant pas spécialement l’habitude que l’on soit sympa avec lui, Aza recula légèrement d’un pas et regarda la main avec suspicion, cherchant à savoir se cela était un piège où non. Finalement, ne décelant aucun danger pour sa personne, le Slytherin prit la main de la jaune et noir et la serra doucement.


"Azraël Van Reinhard…"

Puis il relâcha la main, gardant les sourcils froncés. Il resserra un peu la prise autour de son chat. Si ces deux-là venait à lui tomber dessus, Dieu seul sait ce qu’il adviendrait de Shiro… d’ailleurs celui-ci dut le sentir car il se laissa tomber à terre et se frotta aux jambes de son maître avant de s’asseoir à se pieds et de regarder la scène d’un œil apparemment critique. Laissant donc son chat se débrouiller, à terre il ne risquait rien, il aurait le temps de déguerpir, le vert et argent se concentra de tout son être sur les deux personnes qui se trouvaient face à lui. Qu’allait être la suite des opérations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Pirkins
Elève Serdaigle
Elève Serdaigle
avatar

Nombre de messages : 149
Age : 29
Localisation : salle commune des serdy
clan : neutre
Humeur : essayez ...
Date d'inscription : 25/01/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/0  (0/0)
Niveau magique:
7/20  (7/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un monde à part...   Mer 12 Nov - 1:39

    A peine étais je arrivé devant le serpentard que badaboum ! je venais de me faire percuter par quelqu’un. Un peu assommé par l’impact, j’avais reculé sous le choc de plusieurs pas et me massait le front, qui était désormais douloureux. Mon regard se planta alors sur la personne responsable de cet incident et je découvris avec stupeur une leslie brunet visiblement déprimée et fatiguée. Enfin, déprimée, je ne la connaissais pas assez pour dire si oui ou non elle l’était, mais elle semblait tout de même beaucoup plus discrète de par son attitude, plus réservée aussi, peut être un peu perdue… Je ne savais pas trop pourquoi, mais cela me fit de la peine, alors que je me rendais compte qu’elle avait toujours été un espèce de point de repère pour les élèves de Poudlard, se montrant toujours fière et forte. Peut être le fait d’avoir une réputation gâchée par les derniers évènements avait conduit la belle jeune femme à se reconsidérer… Celle-ci s’excusa et se présenta au serpentard…


    Ce type ne me disait rien qui vaille, et encore moins avec l’attitude qu’avec Leslie à son égard. En effet, tout le monde racontait ces derniers temps comment la chef de file des habituels intellos contestataires sur les bords avait un peu tourné sa veste et ne défendait plus les droits des élèves comme avant, et jouait au petit chien chien obéissant envers la nouvelle directrice, Krystel Raybrandt. Personnellement, je n’avais pas revu la préfète en chef depuis un long moment, peut être plusieurs mois, et je ne l’avais jamais vu copiner avec tous les mangemorts et leurs amis. Peut être était ce vrai, peut être était ce faux. Après tout, tout le monde se devait de trouver un camp dans ce conflit, et peut être que Leslie avait finit par trouver le sien… Si c’était le cas, cela me faisait un petit quelque chose, un je ne sais quoi gênant.


    Si tous les « neutres » finissaient par ne plus l’être, j’allais finir par me retrouver comme étant le seul indécis… Et la première chose que j’avais appris dans ma vie concernant les guerres, c’étaot que ceux qui ne prenaient pas partie pour un camp finissaient invariablement comme victimes collatérales du conflit. Ayant un peu plus de fierté que cela, je ne pu m’empêcher de penser qu’il fallait que je me décide, et vite. J’avais toujours considéré les aurors et donc leur nouvel avatar, les résistants, comme responsables des malheurs subis par ma famille. Peut être était ce effectivement le cas, mais est ce que le Ministère était dans son bon droit pour autant ? je n’en étais plus du tout sûr, c’était au moins quelque chose de certain de dire que je refusais la tyrannie exercée sur Poudlard…


    Tiré de mes pensées par ce qui se déroulait sous mes yeux, je ne pu m’empêcher de me poser de sérieuses questions sur Leslie, qui serrait maintenant tout à fait normalement la main de ce serpentard. Plus le temps passait, et moins j’avais de respect pour eux. Et plus mon antipathie à leur encontre augmentait. D’autant plus quand on me répondait « je vois pas où » d’une façon aussi méprisante que cassante. Mes poings se sérrèrent et ma patience, écourtée ces derniers temps par les évènements récents, était presque déjà à ses limites. Calmement, je calais de nouveau mon sac sur mes épaules, me tournant vers Leslie.



    - Non, on ne discutait pas. Tu n’étais pas au courant ? Ces messieurs de la haute ne fréquentent pas les gens des autres maisons, pas plus qu’ils ne veulent les laisser passer ![b]


    Me retournant vers le serpentard, je vint me positionner juste devant lui, montrant par là que je voulais vraiment passer…


    [b]- Hein que tu vas me laisser passer sans faire d’histoires…

_________________

merci Ambre (l)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leslie Brunet
Ancienne Gryffy de la Liberté
Ancienne Gryffy de la Liberté
avatar

Nombre de messages : 237
Age : 30
Localisation : En train de comploter contre le ministre...
clan : Godric bien entendu
Humeur : En colère
Date d'inscription : 22/01/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/0  (0/0)
Niveau magique:
8/20  (8/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un monde à part...   Lun 17 Nov - 20:07

    Pour une fois, l’atmosphère de tension qui régnait en cet instant dans le hall n’était pas du à la présence de Leslie et tant mieux ! C’était vrai quoi, elle en avait accès d’être toujours celle qui faisait fuir les autres, ou bien qui faisait taire les conversations quand elle arrivait, ou bien qui instaurait un tel climat. Depuis qu’elle était aux bottes de Krystel Raybrandr ou Badenov, rares étaient les élèves qui osaient encore lui parler. Elle ne leur en voulait pas de ne plus vouloir avoir à faire avec elle, comment le pourrait-elle ? A leur place, elle ferait sans aucun doute la même chose. A présent elle était vue – à juste titre d’ailleurs – comme celle qui dénonçait les autres pour son profil. C’était fini le temps où on lui demandait de l’aide, où on lui faisait un léger sourire pour lui dire bonjour, où on ne partait pas en courant dès qu’elle arrivait dans un lieu…

    Malgré tout, elle continuait à être l’esclave de sa majesté. Elle aurait pu prendre la solution de facilité, et arrêtait. Mais non, la préfète faisait passer ses désirs, sa santé aussi après la liberté et le bonheur des autres. Il y avait mieux comme régime de vie que de ne dormir que quelques heures, et de passer son temps libre à travailler, sans s’accorder une seule pause. Elle devait mener plusieurs combats sur plusieurs fonts. Le premier, c’était d’avoir ses ASPICS, pour être engagée au ministère. Le deuxième, c’était de continuer à infiltrer les rangs des Salazar. Le troisième, c’était d’organiser les godrics en fonctions de ce que faisait ses ennemis. C’était sûrement trop pour une seule personne normale, mais la jeune femme n’était pas n’importe qui…

    Cela faisait 2 semaines déjà que cela durait, et elle tenait encore le coup. Sa motivation pour ne pas craquer et tout laisser tomber, était de voir enfin un monde plus heureux, plus vivable pour les autres. C’était peut-être à présent utopique, mais cela restait, malgré tout, sa volonté la plus grande. Elle pouvait y arriver si elle le voulait. Voilà ce qui trottait tout le temps dans sa tête. Voilà la raison qui la faisait se lever chaque matin après avoir dormi maximum 3h. Voilà ce qui la faisait supporter sa solitude de plus en plus grande. Mise à part Ikernel et Ambroise, aucun élève ne voulait lui parler. La réputation de la préfète en chef n’était plus celle d’une sympathique ancienne gryffondor oh non cela avait changé. A présent c’était la préfète en chef tyrannique, qui marche sur les pas de Krystel Raybrandt…

    Enfin bref, elle commençait à s’y habituer après tout. C’était son choix, et elle l’avait fait en étant consciente des conséquences. Et puis, cela avait un avantage sur elle. La brune en oubliait la trahison de Léo encore trop fraîche dans son esprit. Rien que pour ça, cela valait le coup ! Ne regardant pas devant elle, Leslie percuta John, qui était arrêté devant un serpentard. S’excusant auprès de l’aiglon, elle se présenta à l’inconnu vert et argent. Cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas croisé le serdaigle. Elle ne pu s’empêcher de penser qu’il était toujours aussi craquant. Bah quoi, elle a des yeux c’est bien pour en profiter nan ? D’une, elle ne faisait que regarder, et de deux, à la dernière nouvelle ce dernier était avec une de ses godrics.

    Alors que la sorcière lui tendit la main et lui fit un sourire, le serpentard recula d’un pas, se méfiant. Un peu étonnée, elle attendit quand même qu’il se remette de ses émotions. Ce n’était qu’une main, il n’y avait aucun piège dans cette dernière, et il ne risquait rien du tout. Finissant par le comprendre, il la serra légèrement, et se présenta en tant qu’Azraël Van quelque chose. Le fait qu’il est un chat dans les bras fit aussitôt penser à la jeune femme au dessin animé moldu belge qu’elle avait vu, et qui s’appelait les stroumpf. C’était en gros un sorcier Garmamel - un truc du genre - qui essayait d’attraper avec son chat Azrël, des petites créatures bleues pour les manger. Allez savoir pourquoi elle avait fait le rapprochement. On mettra cela sur le compte de la fatigue.

    Elle reprit ses esprits et sortie de ses nuages et souvenirs aux paroles de John. Lui répondant qu’ils ne discutaient pas, il lui demanda si elle était au courant. Hein ? Au courant de quoi ? Elle avait loupé un épisode ou pas ? Ah non, c’est bon, il s’expliqua tout de suite après que les serpentard ne côtoyaient que les serpentards, et qu’ils ne daignent même pas laisser passer les autres maisons, bloquant le passage. Elle ne pu s’empêcher de sourire face à la réflexion du jeune aiglons. Bien sure qu’elle était au courant de cela. D’ailleurs, elle avait même testé à quel point ils pouvaient être menteurs et manipulateurs également !

    Leslie n’eut pas le temps de répondre que John se posta devant le vert et argent qui avait lâché son chat. Ce dernier était au pied de son maître, ne se doutant pas de la tournure des évènements. Toujours autant tête brûlée, ce fut sans aucune politesse qu’il ordonna au jeune de le laisser passer sans faire histoire. Oula, il fallait qu’elle calme le jeu, sinon cela allait mal tourner, et elle serait dans l’obligation de les livrer à la directrice… Elle avait passé sa nuit à faire cela et ne voulait pas réitérer. Encore, ce serait deux de la maison de Salazar, elle s’en fichait, mais là, il s’agissait de John. Se reculant un peu, elle prit quelques instants la main pour qu’il en fasse de même, avant de la lâcher et de le regarder dans les yeux, pour lui murmurer :



    - Oh si je suis au parfum... Je pense que tu dois savoir de quoi je parle… Mais laissons le bénéfice du doute quand même aux autres… On sait jamais nan ?


    Oui, c’était cela, elle allait faire le médiateur… En espérant qu’aucuns ne le prennent mal. Non, pourvu que le bleue et argent ne le prenne mal. Elle avait assez donné niveau serpentard et éviter à présent de ne serait-ce leur parler. Même si elle était vue comme leur ‘sauveuse’ à dénoncer tous ses camarades, ils restaient antipathiques pour elle. On ne changerait pas son âme de gryffondor, jamais. Elle n’avait pu s’empêcher de ressentir une petite attraction avec le jeune homme, au contact de sa peau. La préfète n’avait pu l’habitude en même temps de la chaleur humaine…Surtout celle d’un beau mec ténébreux, il fallait bien l’avouer ! Se tournant ensuite vers le deuxième protagoniste, elle lui souriait une nouvelle fois, puis lui dit sur un ton chaleureux :


    - Azraël, serait-il possible que tu laisse passer John s’il te plait ? Au passage, tu as un très beau chat ! Il s'apelle comment?

_________________
Sadeness

Tu m'as trahi... Tu m'as menti... C'est fini... Adieu mon Serpy...

Merci Sevychou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azraël Van Reinhard
Elève Serpentard
Elève Serpentard
avatar

Nombre de messages : 161
Age : 28
Localisation : Est-ce que je te demande la couleur de ton caleçon?
clan : Sûrement pas le tiens.
Humeur : Calme
Date d'inscription : 17/09/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
4/20  (4/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un monde à part...   Mer 19 Nov - 0:15

Plus ça allait, plus il avait envie de l’emmerder, et accessoirement de lui mettre son poing à travers la figure. Non mais il se croyait où se mec pour lui ordonner de lui laisser le passage? Et le mot magique alors? Il lui était donc si difficile que ça de rajouter un simple petit mot de politesse. En fait, si cette jeune demoiselle, arrivée de façon incongrue, n’était pas là, la situation aurait sûrement bien vite dégénérée. Sauf que voilà, Leslie semblait vouloir jouer les médiateurs, et autant dire qu’elle le jouait très bien. Surtout que la petite joute commençait à intéresser certaines personnes. Sans doute celles-ci espéraient-elles assister à un lynchage de serpent. Sauf que voilà, d’une part Azraël n’avait nullement envie de se faire lyncher, et de deux, il détestait qu’on porte l’attention sur lui. C’était un fait, il préférait l’ombre à la lumière.

Suite aux paroles prononcés par la préfète des jaunes et noirs, Aza se calma un peu, bien qu’il étonné de la question sur son chat. Etant très protecteur vis-à-vis de ce dernier, qui lui rendait bien en lui faisant frôler la crise cardiaque assez souvent, il n’était pas très enclin à répondre. Mais bon, on ne lui demandait jamais que son nom… Mais en attendant, il lui restait un autre problème à régler. Sans pour autant se départir de son regard noir, ce fut néanmoins une voix calme qui s’adressa en direction de John.


"Tu vois que c’est pas si difficile d’être un minimum poli…"

Enfin, Azraël se décala légèrement sur sa droite, se mettant de profil. Il avait dégagé le passage, même si pour passer, l’autre devrait sans doute y aller un peu à l’egyptienne, étant donné que les élèves continuaient de passer. De toute façon, il avait ce qu’il voulait. On lui avait demander poliment de laisser le passage, même s’il aurait adoré continuer jusqu’au ce que l’autre le lui dise. Mais continuer aurait voulu dire non seulement aboutir à une rixe, mais non seulement en plus être le centre d’intérêt du moment. Or ça, non merci!! Finalement, il récupéra son chat, lui offrant un sourire des plus tendres, avant de se tourner vers Leslie pour lui donner une expression neutre.

"Il s’appelle Shiro…"

Il caressa d’ailleurs ce dernier qui se mit encore une fois à ronronner. Sauf qu’au bout d’un moment, il quitta les bras de son maître pour venir se nicher sur ses épaules et frotter sa tête contre la sienne. Le jeune Serpentard eut de nouveau un sourire en partageant ce moment d’intimité avec son chat, la chose la plus précieuse au monde à ses yeux. Il venait totalement d’occulter la présence de Leslie, John et des autres élèves. La petite dispute qui venait d’avoir lieu était déjà loin dans son esprit. Seul comptait à présent son chat, dont il caressait doucement la tête. Les ronronnements de la bête venant directement dans son oreille étaient des plus exquis. Un pur moment de bonheur pour le vert et argent.

[Dsl, post médiocre snif mouchoir ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Pirkins
Elève Serdaigle
Elève Serdaigle
avatar

Nombre de messages : 149
Age : 29
Localisation : salle commune des serdy
clan : neutre
Humeur : essayez ...
Date d'inscription : 25/01/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/0  (0/0)
Niveau magique:
7/20  (7/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Un monde à part...   Jeu 20 Nov - 15:30

    Je ne savais pas pourquoi, mais ce serpentard me rendait vraiment furax. En fait non, ce n’était pas lui et ce n’était pas non plus de sa faute, mais ce n’était pas le moment de me prendre le choux en me bloquant le passage. Ouais, c’était lui qui avait commencé le premier d’abord, donc je n’avais rien à me reprocher… Et ce que tout cela aurait fait des histoires s’il m’avait simplement laissé passé ? Je n’en sais rien, mais le fait est qu’il ne l’avait pas fait et que du coup, la colère que je laissais grandir en moi en même temps que la frustration commençait réellement à bouillir et je me sentais sur le point d’exploser. Toute cette tension n’était pas pour moi, j’étais habitué à être calme et serein, objectif et réaliste, pas à m’énerver tout seul dans mon coin à renâcler des idées sombres et de projets tout aussi obscurs. Non, décidément, je n’étais pas moi-même ces derniers temps et je ne pouvais pas me le reprocher, après tout, personne n’avait la vie facile en ce bas monde, et encore moins par les temps qui courrent.


    D’ailleurs, à cette pensée, je ne pu repousser l’idée selon laquelle j’étais sans doute énervé à cause de ma situation personnelle plutôt qu’à cause de la situation générale. C’était peut être quelque chose de difficile à avouer, mais j’étais en fait beaucoup plus intéressé par mes propres intérêts ces derniers temps que par ceux de la communauté. Elle souffrait, j’en étais conscient et je savais également à quel point. Par contre, je souffrais également, et je du bien avouer que c’était ainsi le prix de l’absence totale d’implication dans les récents évènements. Je n’avais même pas bougé quand Krystel Raybrandt avait assassiné Benjamin Wolfsbrain sous le regard éberlué des élèves de Poudlard. Je n’avais pas été le seul, mais cette pensée me faisait tout de même souffrir. Sans doute m’étais je fait à l’idée d’être quelqu’un de plus courageux que je ne l’étais réellement…


    Et puis, j’étais privé de mes habitudes visant à décompresser. Avec l’embargo total sur le courrier et les interdictions de sortie, je n’avais en fait plus aucune possibilité de reconstituer mon stock d’herbes, et ne pouvait de toutes façons plus fumer avec toute cette surveillance ! De plus, je ressentais douloureusement l’absence d’Ambroise, ma petite amie, tout autant que je sentais malheureusement s’éveiller en moi des besoins bien humains, mais là encore, y’avait trop de surveillance ! Et puis de toutes façons, j’étais fidèle, alors la question ne se posait même pas au final ! Le manque de sommeil et le stress rajouté à tous les précédents facteurs faisaient de moi une véritable bombe à retardement.


    Remarque, j’étais pas le seul à être fatigué, tout le monde semblait l’être ces derniers temps. Comment pouvait il en être autrement alors que le régime de fer instauré par la directrice battait son plein ? Je sentais également que Leslie devait être de mon avis et se trouvait également probablement dans le même état que moi puisqu’elle semblait extrêmement fatiguée, ses traits séduisants étaient tirés et ses yeux dénotait une lassitude extrême. Visiblement, retourner sa veste comme elle l’avait fait selon les rumeurs était fatiguant, mais là encore, je n’avais aucun avis là-dessus tant que je n’aurais pas vu par moi-même qu’elle avait effectivement changé de bord, car auparavant elle était plutôt réputée pour être une contestataire de première… D’ailleurs, elle vitn confirmer mes dires sur les serpentard en murmurant quelques paroles à mon égard.


    Je fus cependant troublé par l’expression qu’avait Leslie sur son visage, ainsi que sa respiration un peu rapide et par le regard qu’elle me jetait. A quoi pensait elle ? Et de plus, de quoi parlait elle ? Au courant de quoi ? Ah non, j’étais au courant de rien sur elle moi, je savais juste qu’elle était amie d’Ambroise et d’Ikernel, mais que voulait elle dire par là ? Je n’en savais rien et, pour éviter la suspicion du serpentard, je me calmais et me forçais à ne pas relever. Par contre, je fus blessé par l’attention de Leslie. Me croyait elle incapable de me débrouiller seul ? Avant même d’avoir pu réfléchir, j’avais totalement ignoréles dires du serpentard sur son matou pour lui lancer d’un regard torve :



    - Tu as de la chance que Leslie soit là, sale prétentieux. Je commence à en avoir ma claque des gens de ta maison, à se pavaner dans le château !


    Ok, je n’étais pas fin diplomate et j’aurais sans doute dû me taire, mais là, trop c’est trop !

_________________

merci Ambre (l)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un monde à part...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un monde à part...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'animal le plus dangereux au monde...
» Riesling du monde!
» LBP2 retardé car tout le monde ne peut pas connecter sa PS3
» Mon départ à l'arraché mais nécessaire.
» [CXL] Palm City - aménagement part 1 - Maria Beach

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Renaissance du phénix :: Poudlard :: Les Autres Pièces :: Hall et Couloirs-
Sauter vers: