AccueilAccueil  FAQFAQ  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Au détour d'une ruelle [Louis de Chatres]

Aller en bas 
AuteurMessage
Evans Blackmoon
Renaissance du Phénix
Renaissance du Phénix
avatar

Nombre de messages : 297
Age : 27
Localisation : Dans ton dos
clan : Renaissance du Phénix
Humeur : Déterminée
Date d'inscription : 24/03/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
9/20  (9/20)
Relations:

MessageSujet: Au détour d'une ruelle [Louis de Chatres]   Dim 16 Nov - 19:35

Une aurore aux couleurs sanguines pointait à l'horizon. Le village de Pré au Lard était désert dans cette partie. Près de la cabane hurlante après tout... Personnes aux alentour de plus, à cette heure ci de la journée. Evans n'avait pas dormi de la nuit. Pour une fois, son sommeil n'avait pas été géné de cauchemard, simplement que sa rencontre avec Ivan l'avait destabilisée. Un de ses plus proches amis, avait eu la mémoire modifiée, et rejoint un rang, celui du Dark Lord...

Cet homme malfaisant lui avait déja pris deux amis. Pourtant, Evans n'avait pas pour autant des envies de suicide, ou de meurtres. Son esprit était étrangement calme, en comparaison avec la colère qui avait débordée hors d'elle la semaine dernière... Peut-être était-ce cela, le calme avant la tempête?
Vêtue d'un jean sérré de couleur sombre qui soulignait sa silhouette élancée à la perfection, la jeune femme portait aussi un pull de couleur sang qui retombaient sur ses épaules, suivi d'une veste de cuir noir cintrée qui achevait d'épouser ses formes.

Ses cheveux bruns retombaient souplements sur ses épaules, et ses yeux de nuits étaient souligné d'un trait de crayon noir. Ses lèvres dénuées de tout maquillage restaient toujours du même rose soutenu.
L'air vivifiant de ce matin de janvier acheva de la réveiller. Sa nuit avait été consacrée à errer dans la cabane hurlante, à lire lire, et lire... Elle n'avait rien trouvé de mieux à faire pour oublier sa peine, et l'ambiance au QG de la renaissance était trop éléctrique pour qu'Evans ait pu la supporter plus longtemps que de 21h00 à 23h00... Et puis, quand la jeune femme fuyait le monde, elle avait pris l'habitude de se réfugier ici, dans cette cabane délabrée.

Un livre de poche à la main, la jeune femme observa encore un instant la cabane délabrée aux allures de maisons fantomes, et repartit dans l'autre direction. Elle observa encore une fois le titre de son livre d'un auteur moldu, du nom de Voltaire, et après l'avoir réduit a l'aide d'un sortilège, elle le glissa dans la poche de sa veste. Elle marchat quelques instants, songeant qu'elle pourrait toujours terminer sa course au chaudron baveur pour déjeuner? Pourquoi pas après tout... Elle n'aurait rien à faire de la journée... Utilisant la baguette au nerf de dragon, la brune transplana, et arriva dans l'allée déserte du chemin de traverse. Bon, d'accord, elle n'était pas tout à fait déserte, quelques hommes imbibés d'alcool rentraient chez eux en titubant.

Alors qu'elle marchait, Evans ignora les commentaires paillards et les propositions douteuses de certains hommes. Du moins jusqu'a ce que l'un d'eux ne l'insulte vaiment, en l'attrapant par la manche de sa veste. Se retournant, Evans fixa son regard de nuit dans celui de l'homme et éructa lentement.


-Pour ta vie, je te conseille de me lacher...

L'homme parut certes, impréssioné par la froideur de la jeune femme, mais pas pour autant calmé à son grand damne. Au contraire, il s'invectiva et commença à sortir sa baguette. La brune soupira comme lassée par cet energumène qui la harcelait.

-Range ta baguette. Cela ne vaut pas le coup, tu te ferais mal...

Alors que l'homme allait lancer un sort, la brunette lança son poing en avant, et fit tomber l'ivrogne à terre. Pathétique. Les hommes n'étaient-ils donc plus aussi nobles? La jeune femme soupira de nouveau, et se dirigea de nouveau dans la ruelle. Les autres malfrats, ayant vu que l'héritière était capable de se défendre ne s'approchaient plus, se contentant de chuchotements à son passage.

Mais, alors qu'elle continuait sa route silencieuse, la brune aux yeux de nuit vit un homme, bien différent des autres mendiants. Grand, une allure princière... Etonnée, la jeune femme constatait qu'il y avait d'autres autre choses que des mendiants à cette heure ci dans les rues! Face au jeune homme, la jeune femme dit de sa voix sensuelle.


-Il est rare de voir des personnes aussi matinales...

Un vent passa dans les cheveux de la brune, les ramenant un court instant sur son visage, puis le vent partant dans l'autre sens, ses cheveux revinrent en place sans autres forme de procès.

_________________


¢¾ Merci Irina ¢¾
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis De Chartre
Créature
Créature
avatar

Nombre de messages : 72
Age : 28
Date d'inscription : 25/06/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
50/100  (50/100)
Niveau magique:
15/20  (15/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Au détour d'une ruelle [Louis de Chatres]   Mar 18 Nov - 22:40

    (rien de tel que les choristes pour inspirer un post^^)

    Une nuit plus douce que jamais venait de passer ses dernières heures sur l'Angleterre avant de voir l'aube doucement engloutir cette obscurité hostile pour beaucoup, bénéfiques pour certains, comme pour les créatures de la nuit. Louis avait passé la majeur partie de la nuit sur son fauteil, assis face au feu dont les flammes crépitaient chaleureusement. Un carnet en main, l'écrivain était en train de continuer son oeuvre commencer il y a quatre ans qui en était à 300 pages pour l'instant. Le sujet? Les temps sombres. Depuis quelques années, son esprit était préoccupé par les conflits politiques qui englobaient le monde magique entier, et principalement l'Angleterre. Il aurait peut-être mieux fait de rester dans sa chère patrie, la France. Ne dormant pas beaucoup, pas plus de 2 à 3 heures par nuit, l'aristocrate avait tout le temps pour se plonger dans de longues réfléxions portant sur la vie, la nature de l'esprit humain, les erreurs de l'histoire qui n'étaient corrigées dans le présent. Que n'était incompréhension de l'âme humaine... Bien qu'ayant passé trois siècles à suivre le cours des évènements, Louis n'en avait pas vu grand changement, du moins, dans les conflits. Toujours blanc contre noir....quoique...on aurait plutôt tendance à dire noir contre gris pour cette bataille. La pureté commençait à se souiller en suivant les pratiques de son ennemi pour parvenir à ses fins. Situation fort dramatique.

    Les yeux mis clos, un verre de vin à la main, Louis sentit la froideur de l'aube glisser sous la porte, une lueur orangée venir traversée les grandes vitres pour éclairer faiblement la pièce et se mêlant à la lueur du feu. Vêtu d'un pyjama en soie et d'un peignoir en velour d'un brun foncé, l'homme s'extirpa difficilement de son fauteil. Qu'il était dur de devoir s'arracher à cette douce torpeur qui le berçait toute la nuit dans ses habituels songes. Il posa un bref regard au paysage se dressant de toute sa splendeur à l'extérieur avant de sortir du salon, plongeant dans une obscurité certaine. Bien que le hall n'était guère allumé, Louis possédait une vision nocturne parfait et montait aisément les marches de l'escalier de marbre reliant le rez-de chaussée au premier étage, et ainsi de suite. Un vent fraîs, courant dans cette partie du couloir, venait effleurer la peau de sa joue pâle. Le lycan pénétra dans la salle de bain, ses pieds frôlant les dalles noires qui servaient de sol dans la pièce. Arf, sale gueule il avait là. Miroir, ennemi du matin! Enfin, un bon coup de toilette et le tour était joué. Louis retrouva une peau fraîchement ravivée, donnant une légère impression neigeuse grâce à sa peau d'une couleur blanc crémeuse. Son regard rougeyant pétillait plus que jamais et sa crinière souple et soyeuse tombait . Quelle tenue mettre aujourd'hui, surtout qu'il comptait se rendre en ville. Ba, autant faire discret. Louis opta pour un long pantalon noir souple ainsi qu'un chemisier blanc survêtu d'une veste de costume qui lui seyait parfaitement bien. Il adopta pour son long manteau noir par dessus, remettant correctement sa cravate sous sa veste. Bon, aller prendre l'air maintenant.

    Louis sortit en trombe de sa demeure prospère et pour le moins prestigieuse, tapis entre des arbres bien alignés, à l'abri des regards indiscrets. La prochaine ville était à 10 kilomètres au moins et une marche matinale lui ferait du bien. Dès que l'écrivain sortit de la maison, un froid mordant vint giffler sa peau, un bruit de neige écrasée se fit entendre sous ses chaussures de cuires. Hein? De la neige en novembre? A bien y regarder, il n'y avait que quelques maigres parcelles blanches autour de sa demeure. Ba, sûrement par l'absence de pollution en ces lieux. Le silence de la campagne était si délicieux dans les temps de promenades que s'arracher à ce spectacle doux et paisible était parfois difficile. Marchant silencieusement sur les petits sentiers, l'aristocrate émanait une prestance digne du titre noble qu'il possédait autrefois, maintenant oublié comme chez tous les autres nobles. Sa démarche était souple et élégance, les pans de son manteau tourbillonant derrière lui tandis que quelques unes de ses mèches balançaient taquinement autour de son visage carré. L'homme déboucha sur une route qui le mena jusqu'à la ville de Londres avant d'emprunter le bar habituel pour se rendre sur le chemin de traverse. Il pût voir quelques ivrognes jonchés le sol de la rue principale, la mine défaite par l'alcool. Spectacle pitoyable. Louis soupira. L'odeur nauséabonde des déchets souillant les bords de la rue l'affectaient toujours à plus haut point qu'il affichait une désagréable grimace. Des sorciers le regardaient drôlement, certains le reconnaissant, d'autres lui jetant un regard rempli de dedain. Pathétique...Mais quelque chose d'anormal aux habitudes de la rue se produisit. L'homme, curieux de nature, releva la tête vers la source du remue ménage. Il y vit une jeune femme, ravissante d'ailleurs, étaler jolilent un homme imbu d'alcool par un sortilège quoi de plus normal. Louis sourit, amusé de cette situation, s'étant arrêté à quelques mètres de la scène et s'appuyant mollement d'un bras sur sa canne. Tiens? Fort surpris d'être ainsi accosté, Louis lui addressa un sourire plaisant, plantant ses prunelles rouge sang dans le regard bleu nuit de la demoiselle.


    "Comme il est bien rare de croiser des jolies dames se promenant seules à ces heures tôt de la matinée, la rue toujours aussi dangereuse à ces heures-ci. Mais vu ce qui vient de se passer, je n'ai à craindre pour votre vie, Lady"

    Sa voix était douce et onctueuse comme le miel, mêlée d'une intrigue habituelle. Il dominait la femme en taille mais n'imposait pas sa présence comme certains snobs le faisaient souvent. Il se contentait de la regarder sans trop d'intensité, debout au milieu de la rue et faisant face à la femme. Par pure courteoisie et amusement, il fit une réverence typique de l'ancien temps en la saluant de toute son élégance.

    "Louis de Chartre, ravi de rencontrer une personne charmante parmi les dépavrés du matin"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evans Blackmoon
Renaissance du Phénix
Renaissance du Phénix
avatar

Nombre de messages : 297
Age : 27
Localisation : Dans ton dos
clan : Renaissance du Phénix
Humeur : Déterminée
Date d'inscription : 24/03/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
9/20  (9/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Au détour d'une ruelle [Louis de Chatres]   Mer 19 Nov - 20:18

  • Alors que la résistante faisair remarquer à l'homme appuyé sur sa canne qu'il était rare de croiser des hommes aussi matinaux, l'inconnu releva sur elle un regard amusé, lui répliquant d'une superbe voix qu'il était tout aussi rare de croiser de jolies femmes se promenant dans la rue, et sachant se défendre. Il lui fit de plus remarquer qu'apparemment, elle n'avait pas besoin d'aide pour se défendre.

    Evans lui offrit un sourire séducteur, croisant les bras sur sa poitrine. L'homme face à elle avait un des plus beau visage qu'elle ait pu un jour rencontrer, et, de primes de la répartie et de la courtoisie, n'était pas un de ces ivrognes aux allures douteuses. Bien loin de là, le jeune homme avait une allure trés aristocrate, des cheveux blonds soignés, un visage dénué de toute barbe, et des yeux dont la prunelle avait la teinte du sang...

    Au lieu de la dominer de sa hauteur, il ne faisait que la dépasser, rien de plus. Tiens donc... Les hommes courtois existaient encore?!?
    La brune répondit au jeune homme avec un sourire.


    -Effectivement, j'ai appris à me défendre seule. Mais je dois reconnaître que la présence d'un homme s'avère toujours trés utile...

    La jeune femme laissa le vent ramener ses mèches en arrière dans un lent mouvement, et laissa le jeune homme face à elle se présenter. Ainsi, cet aristo au pantalon noire et à la chemise blanche se nommait Louis de Chartre... Un nom tout aussi aristocratique que sa tenue le disait. Il avait accompagné sa présentation d'un mime de révérence qui fit sourire la brune.
    Rentrant dans son jeu, Evans se souvint des quelques révérences qu'elle avait eu à faire dans son enfance, et , en mimant une à son tour se présenta.


    -Evans Blackmoon. Je moi même bien aise de rencontrer un homme aussi avenant que vous parmis ces déchets.

    Rejetant ses quelques mèches rebelles en arrière, Evans était heureuse de voir que la journée commençait plutôt bien! A peine venait-elle de rencontrer ce jeune homme qu'elle voulait en savoir plus de lui. Son age, sa vie... Passant une mèche de cheveux derrière son oreille, la brune proposa.

    -Il est encore bien tôt... Puis-je vous offrir un verre? Je comptais passer prendre quelquechose avant de commencer la journée...

    Lui faisant un sourire, la résistante ésperait que Louis accepterait. Déja, elle n'avait pas particulièrement envie de passer sa matinée seule, et de deux, elle avait encore moins envie de voir débarquer d'autres ivrognes à une table ou elle serait toute seule!!!
    Aussi elle rajouta avec un sourire innocent.


    -Et ainsi, vous m'offririez la plus plaisante des compagnies que je pourrais avoir en cette journée...

_________________


¢¾ Merci Irina ¢¾
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au détour d'une ruelle [Louis de Chatres]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au détour d'une ruelle [Louis de Chatres]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Archives de la Tour de la Fauconnerie au Louvre
» Vin et champagne à l'approche des fêtes!
» Pro Tour Paris
» Side Events au Pro Tour Paris
» Pro Tour Nagoya

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Renaissance du phénix :: Le Monde Magique :: Le Chemin de Traverse-
Sauter vers: