AccueilAccueil  FAQFAQ  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Collocation Chapter II: The Secret Room [pv=Lio]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 28
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Collocation Chapter II: The Secret Room [pv=Lio]   Mar 18 Nov - 21:47

Une semaine et demi que la collocation avait commencé, et Lio n'avait pas encore réussi à faire sortir mon mauvais côté, soit elle était vraiment une fille très exceptionnelle, soit elle était juste très chanceuse. En tous les cas peu m'importait ce que c'était, je pensais plutôt aux conséquences que leur rencontre pourrait avoir sur la jeune femme. Car la demoiselle, si elle était charmante encore plus dans sa maladresse, ne me semblait absolument pas de taille à pouvoir lutter contre cet être dont je savais qu'il n'avait pas envie de faire de cadeau à qui que ce soit, encore moins quand cette personne était liée à moi d'une certaine façon. Et mademoiselle Nafada était effectivement liée à moi par le biais de cette collocation qui, je le savais, ne serait pas du tout du goût de mon double-démoniaque. Enfin démoniaque, disons plutôt mauvais que réellement démoniaque, ce n'était pas une possession démoniaque, ni même un démon en quoi que ce soit, il était simplement mes envies les plus basiques poussées à l'extrême, mes envies refoulées ils les amenaient à la réalité, mes désirs, ils les brisaient, mes amitiés, ils les détruisaient, mes amours? Il n'y en avait eu qu'une, je connaissais la fin de l'histoire.

Cet amour avait un nom, Maria Finn, italienne, charmante, charmeuse, joueuse, sans limite, comme moi. Notre proximité était surprenante et dans le même temps elle avait été terriblement agréable. Je savais que toutes les bonnes choses avaient une faim, je me souvenais ce qui m'était arrivé avec Charlie presque une année auparavant désormais. J'étais cependant parvenu à passer outre cette épreuve qu'avait été ma rupture avec la demoiselle du Lancashire. J'avais juré qu'il n'y aurait plus que des coûts d'un soir, les"au revoir" étant presque toujours des "adieux" tellement moins douloureux que des vrais "adieux". Et puis ça me faciliterait la vie, plus de liberté, mois de soumission, plus de compte à rendre. Mais je l'avais croisé, elle s'était imposée à moi comme une évidence, comme la preuve formelle que Dieu n'existait pas ou qu'il existait, comme une vérité aussi cruelle et violente que celle de la mort d'Elvis pour un convaincu. Maria Finn, dès que je l'ai rencontré, j'ai su qu'elle et moi serions amis, ou plus, ce que nous avons été le soir.

Malheureusement, il semblait que mon double n'ait pas été si compatissant que moi-même, celui-ci semblait bien décidé à me pourrir mon existence tant qu'il le pouvait! Et il avait commencé par détruire ce en quoi j'avais le plus confiance, mon amitié intime avec Maria Finn, il lui avait fallu très peu de temps pour le faire, en faites moins d'une heure pour qu'il me pourrisse la vie en beauté, ça je ne lui pardonnerais jamais. Dans le même temps j'étais son esclave, il faisait ce que je voulais faire au plus profond de moi, toutes ces folies que je m'interdisais, il les rendait réelles, comment résister à cela, comment ne pas céder à l'envie de tout plaquer, de vivre au jour le jour selon ses impulsions. Pourquoi toujours se dire qu'il ne faut pas se laisser aller, si nous avions ces pulsions, c'était bien pour une raison non? Alors pourquoi toujours les refuser, elles étaient là, bien présentes, plus vrai peut-être même que les amours le plus idylliques d'ailleurs, plus vrai que de dire que un et un font deux, personne n'avait jamais réfuté cette dernière vérité pourtant qui décidait des mots et de leur signification? Des chiffres et de leur signification? Un état qui aujourd'hui était corrompu et traitre.

Voilà que je prenais le parti de cette raclure qui me pourrissait la vie de surcroit, j'avais besoin de me détendre l'esprit, je quittais donc le canapé où j'avais tenté de lire pour me rendre dans la cuisine, cuisiner me vidait l'esprit, j'étais aujourd'hui bien trop énervé. Rien de bon ne fut fait, la première pomme de terre que je voulais couper, je me ratais et m'entaillais la main. aussitôt, du sang gicla, après bien des jurons murmurés alors que j'étais seul dans la maison, je bandais ma main, lavant le sang dans la cuisine et l'évier, je descendais dans la cave, autre lieu de mon réconfort quand quelque chose me prenait la tête. Je descendais donc les marches qui menaient dans la cave, passant rapidement devant la salle à laquelle Lio n'avait pas accès. Je me dirigeais dans le garage, profitant de la fausse sous ma voiture pour faire tranquillement une vidange, comme j'allais commencé, excédé par toutes ses pensées qui me venaient à l'esprit, je poussais le volume de la chaine Hi-Fi dans le cave à son maximum. Il ne fallut que quelque secondes au CD pour commencer l'album présent dans le lecteur.

Scorpions envahissait désormais toute la cave dans un vacarme si assourdissant que penser était absolument impossible. Tranquillement sous la voiture, je profitais de cette musique forte pour ne plus penser à autre chose qu'à chanter "Tease me, please me" tout en me préparant à commencer la vidange. J'attendais encore quelque instant, mon esprit était totalement vide de toute pensée et j'étais bien plus serein. Je me contentais de chanter sans bouger, finalement après quelque longues secondes sans mouvements, je commençais enfin la vidange, le vacarme de la musique me permettait d'être concentré et détendu, mais je n'entendais plus rien que la musique, je n'avais même pas entendu Lio qui venait de rentrer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lio Nafada
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 201
Age : 27
Date d'inscription : 08/08/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
9/20  (9/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Collocation Chapter II: The Secret Room [pv=Lio]   Dim 23 Nov - 18:37

Voilà une semaine que Lio avait commencé sa collocation avec Tor. Pendant cette semaine, tous les matins elle avait préparé les petits déjeuners. Après leur repas du matin engloutit, elle décida d’aller acheter des plantes vertes pour aiguiller la maison. Elle avait déjà sa petite idée en tête, les plantes sorcières n’étaient pas trop à son goût. Elle partie donc dans un petit village moldus. Elle chercha dans les ruelles un fleuriste. Après un bon quart d’heure, elle se retrouva enfin dans la boutique aux fleurs. Dedans l’odeur exotique plu à Lio. Elle choisie des fleurs coloré, et qui se trouvaient aussi être ses préférées : les orchidées. Elle en acheta une dizaine de pots, les fleurs était coloré, Li’ avait eu de la chance de tomber chez un fleuriste qui avait toutes sortes de cette espèce.

La jeune fille rentra « chez elle » avec dans une grosse cagette ses récents achats. Elle trouva la maison, vide, il était portant 13h le déjeuné n’était pas préparé. Ce n’était pas grave, elle allait préparer le repas, ce ne la gênait en rien. Mais avant elle disposa les plantes dans la maison, une des plantes dans chaque chambres de couleur orangés, alors que dans la salle de bain, elle avait opté pour une fleur violacé. Le reste des fleurs se retrouvèrent dans le salon, une sur la table à manger et une autre dans la cuisine. La française était fière d’elle, elle avait choisie de belle fleur. Elle prit la direction de la cuisine, elle avait vue des patates sorties, et se dit qu’une bonne purée faite à la main devrait faire plaisir. Après, avoir terminée sont repas, elle s’inquiéta un peu de ne pas voir Tor.

Elle descendit au sous-sol, elle fût assommée par la musique. Elle s’approcha de la chaîne-hifi et l’éteignit. La jeune française dit d’une voix claire :


- Tu te détruis les oreilles. Tu ne devrais pas mettre le son si fort.

Elle s’approcha du plan de travaille et reprit :

- J’ai acheté des plantes, tu me diras ce que tu en penses.

Pas une réponse de la par de son colocataire. Li’ s’assit sur l’établit et continua à parler de sa matinée. Au bout de quelque minute, elle se demanda si elle n’exaspérait pas l’homme qui se tenait sous la voiture.

- Tu pourrais peut-être me répondre, non ???

Lio ne comprit pas ce qui se passa, mais Tor eu une contraction au niveau des muscles faciaux, avait-elle dit quelque chose qu’il ne fallait pas?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 28
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Collocation Chapter II: The Secret Room [pv=Lio]   Dim 23 Nov - 22:36

Tout pour ne pas penser à elle, ne pas penser à Maria, l'éloigner de mes pensées, chaque pensée que je pouvais avoir de la torride italienne me rappelait que je l'avais perdu certainement pour toujours parce que j'étais incapable de contenir au fond de moi une colère et une rage qui n'était pas tout à fais mienne. Chaque pensée que j'avais de la demoiselle me ramenait à ce moment que nous avions partagé, entre amour, tendresse, folie, indécence, et folle indécence d'amour et de tendresse. Tout cela, ce moment avec elle, il avait été absolument parfait, il n'y avait rien à redire sur ce moment, car s'il était à refaire, je le referais de la même façon qu'il avait été, je ne changerais rien, pas plus l'indécence du moment et des agissements torrides que nous avions eu dans mon lit, que ce réveil tendre que nous avions eu, ma main s'amusant à se promener sur le corps nu de la demoiselle. Ca avait été un moment rare de bonheur et de plaisir partagé, pourtant aujourd'hui, tout cela était révolue, tant l'action qui s'était déroulée, que peut-être même la moindre petite chance que j'avais eu de toucher le coeur de cristal de la demoiselle.

Coeur de cristal que je reconnaissais toutefois recouvert d'une lourde couche de titane. Pourtant, je savais que ce coeur si fortifié pourtant si fragile, je l'avais touché, j'avais atteint le coeur de fer de la demoiselle, et j'avais fais bien pire par la suite, je l'avais assurément brisé, détruit. Ma folie et mon indécence me coutait encore une fois ce que j'aimais le plus, une fois encore, j'avais sacrifié mon bonheur par ma folie, mais dans le même temps, je ne pouvais pas voir que de façon égoïste, j'avais également détruit son coeur, ou si je ne l'avais pas détruit, je l'avais fragilisé encore plus qu'il ne l'était déjà. Je le savais parfaitement, sous l'allure dure et sûre que se donnait la jeune femme se cachait une demoiselle en quête d'affection, d'amour et de bonheur, ces trois choses que j'avais voulu lui donner, je voulais lui prouver qu'elle pouvait avoir confiance en moi, qu'elle pouvait compter sur moi, que je serais là tant qu'elle aurait besoin de moi, mais à la place, je l'avais insulté, et je lui avais tiré dessus. Ainsi, soit-il, j'étais un crétin, voilà la vérité.

Et je me retrouvais donc à devoir fuir, une fois de plus mes pensées, et quelque part mes responsabilités, car comme à mon habitude, je ne cherchais pas à revoir la demoiselle pourvu que je ne sois pas mis en face des conséquences de mes agissements. Seulement je savais qu'un jour viendrait, j'y arriverais à ce sombre moment qui me forcerait à affronter cette vérité qui me dérange tant. Pour le moment en revanche, je la fuyais, la musique à fond, je n'entendais plus rien, plus même mes pensées, je me contentais de chanter en même que la musique avançait, je me disais qu'à l'occasion je me remettrais à jouer ces morceaux tout en les chantant dans le salon et pas en bidouillant mes voitures. Enfin en bidouillant était un peu faux aujourd'hui, je me contentais de faire une vidange, rien de sur-humain. Je mettais en place la planche qui tiendrait en position la bassine pour récupérer l'huile, posant la bassine sur ladite planche, je commençais à doucement deviser l'embout et finalement l'huile coula dans la bassine alors que la musique continuait.

Je profitais de ce moment où l'huile coulait pour réfléchir un peu, à ma collocation tout en particulier, cette jeune femme, Lio Nafada était une demoiselle diantrement tentante. Elle avait un corps absolument sublime que j'avais déjà pu voir par deux fois dans des tenues forts peu habillées. Une première fois au lac alors que la demoiselle s'était jetée à l'eau en sous-vêtement, une seconde fois alors qu'elle était en robe de chambre et que celle-ci s'était ouverte dans ma cuisine, dévoilant une nuisette fort sympathique de la demoiselle. Elle était en tout point attrayante, mais Maria restait collé dans mes pensées, bien que l'idée de sympathiser avec Lio me semblait particulièrement bonne. Elle était après tout également une demoiselle très sympathique dans ses discutions. Sauf que là, la demoiselle venait d'éteindre la musique au moment où l'huile arrêtait de couler. Alors qu'elle m'indiqua que j'étais la musique bien trop fort, j'écartais la bassine pour pouvoir revisser tranquillement le bouchon. Ni trop visser ni trop peu, le prochain a vouloir ouvrir serait certainement moi, mais l'huile ne devait pas fuir dans le même temps!

La demoiselle parlait, elle avait acheté des plantes vertes et voulait un avis que je ne pourrais que lui donner, légèrement agacé de ne plus avoir de musique, je ne lui répondis pas dans un premier temps. Tout comme je continuais de ne pas donner signe de vie alors qu'elle me parlait de sa journée. Elle me demanda soudainement si je ne pouvais pas lui répondre sur un ton exaspéré, aussitôt, un rictus se dessina sur mon visage, signe d'une "je veux être seul, mais avec toi ce sera impossible". Puis un second rictus alors que je venais d'en finir sous la voiture et que j'ouvrais le capot tout en regardant la demoiselle. Sans parler, je lui demandais de remettre la musique ce qu'elle ne fit évidemment pas. Après avoir ouvert le capot, je me dirigeais vers l'établi ou était assise la jeune femme, me contentant d'un sourire et d'un baiser sur sa joue, je mettais une cassette dans le lecteur cassette. Avant de la lire, je la regardais alors que pour pouvoir mettre la cassette, mes bras avaient été obligé de passer chacun d'un côté du corps de la demoiselle, et que ces derniers étaient resté ainsi qu'ils étaient. Mon visage était donc à quelque centimètres de celui de la demoiselle:


- Je suis désolé, je ne suis pas d'humeur à discuter, et j'ai envie de musique.

Ceci dis, j'appuyais sur la touche "play", et s'entama "Welcome to the jungle" dans la cave, et bien sûr toujours le volume était à son maximum. Moi je repris mon activité, versant dans le réservoir à huile, l'huile moteur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lio Nafada
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 201
Age : 27
Date d'inscription : 08/08/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
9/20  (9/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Collocation Chapter II: The Secret Room [pv=Lio]   Mar 2 Déc - 17:21

Voila quelques jours que Lio se posait des questions sur divers points. Son principal soucis était la collocation avec Tor. En effet, elle appréciait énormément le jeune professeur, il était gentils, quoique parfois un peu maladroit dans ses paroles, il inspirait chez notre jeune française un léger désir. Elle avait eu des sursaut dans la poitrine quand il s’approchez d’elle, quand il la frôlait. Le moindre contacte lui donnait des sueurs. Li’ se demandait si parfois il ne le faisait pas exprès de la tentée.

Bon ok, la c’était sa faute, elle s’était mise devant la chaîne. Son cœur voulait exploser, quand il déposa un baiser sur la joue mate de la jeune femme, mais il voulait hurler quand Tor passa ses bars autour d’elle. Elle ne laissait rien transparaître, peut-être qu’elle voulait lui faire découvrir ses sentiments peu à peu. Dans sa tête, ses deux conscience venait d’apparaître:


« Ne lui montre pas maintenant tes sentiments, sa fera fille assoiffé de mecs, qui n’attend qu’une seule chose… Moi je pense que sa serait bien pour elle d’aller se consoler dans les bras d’un autre homme, tu te rappel de l’autre agitée du slip ? … Oui, s’était qu’un abrutie fini. Mais bon montre lui doucement que tu as des sentiment pour lui… Et comment lui dire ? … »

Lio secoua la tête pour arrêter le dialogue interne. Elle voulait montré au jeune homme qu’elle l’avait dans la peau. Elle devait le faire dans la légèreté et simplement. Elle se remit debout et marcha vers Tor. La brune prête à n’importe quoi, décida de faire le tour du garage. Ne voulant pas attirer trop l’attention sur elle. En frôlant Tor, Li’ avait laisser sa main libre, pour la déposer sur le bras de l’homme, juste une petite caresse rapide pour réveiller l’homme. C’était juste une petit geste anodin mais qui faisait comprendre l’idée qui se cachait derrière la tête.

Continuant son inspection, Lio se retrouva contre une porte fermé.


*Que ce cache-t-il derrière cette porte?*

Voyant que Tor était trop occupé à écouter de la musique et à s’occuper de ses voitures, Li’ remonta se changer, elle en avait par dessus la tête de s’habiller avec sa cape de sorcière. Elle prit des vêtements dans sa chambre et pris la direction de la salle de bain.

À l’intérieur, elle enleva ses atours et entra dans la douche. L’eau chaude sorti du pommeau, coula sur les cheveux, le long de la nuque pour aller dans le creux du cou, pour passer enfin entre sa poitrine. L’effet de bien être se faisait sentir. Après cette douche exquise, elle s’habilla d’un robe longue noir sans bretelles, fendu pour laisser apparaître de temps à autre sa jambe lorsqu’elle marchait.

Elle redescendit, prépara le repas et mit la table, pendant ce temps Tor était aller prendre sa douche. Il redescendit tous propre pour le repas. Ils se mirent à table, et commencèrent à manger. Li’ prit la paroles:

- Il y a quoi dans ta pièce fermer en bas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tor Barda
Sans Camp
Sans Camp
avatar

Nombre de messages : 1800
Age : 28
Date d'inscription : 29/02/2008

Rapeltout
Occl//Legi:
0/100  (0/100)
Niveau magique:
11/20  (11/20)
Relations:

MessageSujet: Re: Collocation Chapter II: The Secret Room [pv=Lio]   Mer 3 Déc - 12:04

Charmantes et étranges réaction que les miennes me direz-vous? Bien sûr que oui, tantôt jeune homme calme lucide et plat, tantôt véritable centrale électrique en surchauffe. Pourtant c'était étrange, je savais cette demoiselle une personne fragile, ayant besoin d'affection, de tendresse, des petits riens qui lui prouveraient que je l'apprécie. J'avais déjà depuis un moment compris car chaque contact entre nous aussi bref soit-il était un moment qu'elle vivait intensément, pourtant je ne pouvais pas m'empêcher de la frôler. Ne cherchez pas un lien particulier entre elle et moi, juste que j'étais de ce genre de personnes chez qui le contact physique, ne serait-ce qu'une main sur l'épaule importait beaucoup, j'étais ainsi, toujours à devoir toucher les choses, genre de personnes que l'on qualifie de kinesthésique, mais peu importe le nom que l'on donnait à ce genre de personne, j'étais de ces personnes, et j'appréciais tout particulièrement d'être de ceux-là. Rien n'importait jamais plus que le contact que l'on pouvait avoir avec les choses ou les personnes, les contacts m'importaient avec un ordre de grandeur évidemment, cependant aucun ne me dérangeait, pas plus le froid métal d'une voiture que la douce chaleur de la peau d'une jeune femme.

J'avais senti la peau de la demoiselle se réchauffer de façons surprenantes lorsque mes lèvres rencontrèrent sa joue, pourtant ce n'était qu'un signe d'amitié, tout au plus d'affection, mais une fois encore, il semblait que je ne sache pas vraiment m'arrêter, je savais pourtant le jeune femme timide, mais je ne pouvais pas m'empêcher. Plus pour rigoler que pour jouer un quelconque jeu de séduction, j'avais passé mes bras autour de la demoiselle, forçant nos corps à se toucher, et presque nos lèvres. Je sentais le corps de la demoiselle se réchauffer d'autant plus que nos corps se frôlaient, c'était d'un côté surprenant vu l'âge de la demoiselle qu'elle soit aussi réservée. Elle était simplement une grande timide qui réagissait à la moindre petit action d'un autre qui la frôlait, pourtant j'avais envie de voir ce qui se passerait si je l'embrassais, juste par jeu, comme ça, pour voir sa réaction. J'étais conscient de la torture que cela devait pour la demoiselle que d'être ainsi près de moi, mais pourtant j'avais encore envie plus de jouer au "tortionnaire". Plus par dépit qu'autre chose, j'activais la cassette.

J'enlevais mes bras d'autour de la demoiselle pour retourner vers la voiture, est-ce que je regrettais de ne pas l'avoir embrassé? Non absolument pas, ce n'aurait été qu'un simple jeu, un peu méchant et sournois dans le même temps, mais trouvez une personne qui ne soit pas vile et sournoise, je serais très intéressé de la rencontrer. Evidemment, il y a plusieurs degrés de sournoiseries, mais pour moi même réalisé pour un bien, une action plus mauvaise restait sournoise, question de façon de pensée, chacun se faisait son idée. Il y avait cependant je pense homme plus triste que moi dans ce monde, puisque de toutes évidences, je profitais sans trop de problèmes de la présence de la demoiselle. La musique retentissante, je regardais la demoiselle partir tout en terminant ma vidange. J'avais senti lorsqu'elle était passée à côté de moi, sa main courir sur mon bras. Soit je me faisais des idées, soit la demoiselle voulait me faire du charme et dans ce cas là, il semblait qu'elle ait trouvé un moyen de tenter de me séduire, jouer à me frôler, c'était un moyen subtil et je l'avoue extrêmement dans ce que j'appréciais.

alors que j'en avais terminé, je montais à l'étage, vérifiant encore que la porte de la petite pièce de la cave soit fermée, toujours fermée, interdit d'entrer. C'était ma pièce secrète, mon jardin à moi, mon Eden, appelez ça comme vous voulez, c'était ma pièce et interdiction formelle pour qui que ce soit d'y entrer. J'avais d'ailleurs déjà eu le sentiment que la jeune femme s'en trouvait intrigué, mais de là à ce que je m'en inquiète, je me doutais qu'elle ne ferait pas exploser la porte pour voir ce qu'il y a derrière, enfin je l'espérais, cependant jusqu'à maintenant cette pièce mis à part, je n'avais presque aucun secret pour elle dans la maison. Alors que j'entamais une bonne douche chaude, des pensées *Bon sang, Lio en train de tenter de me draguer, j'y aurais jamais cru...Mouais tu m'étonnes, faut dire qu'elle m'a jamais rencontré...Je compte bien que non...Je compte pas qu'elle me rencontre, elle est trop douce et gentille, trop prude et innocente, pas comme l'autre allumeuse italienne...Elle s'appelle Maria et elle n'était pas une allumeuse...Si tu le dis.*

Je sortais de la douche avec un soupir et une interrogation, me draguait-elle ou non? Je le saurais certainement prochainement puisque la jeune femme avait préparé un repas qui sentait à travers toute la maison. Je me rhabillais en vitesse descendant les marches, entamant seulement une fois dans la cuisine, la tache de fermer les boutons de ma chemise, j'eus cru que la demoiselle allait se retourner en me voyant ainsi, chemise ouverte. Vous voulez la vérité, la demoiselle était démentiellement belle ce soir, j'étais resté sans voix et sans réaction en entrant dans la cuisine et en m'asseyant face à la demoiselle. Plusieurs minutes passèrent, ou peut-être juste des très longues secondes de silence, je me contentais de lui sourire, m'asseyant sur la chaise face à la demoiselle, nous entamâmes le repas, *alors tu vois qu'elle te fait du charme... ...Allo Tor, ici la terre... ...Docteur!!!! Défibrillation, on a perdu Tor.* Qu'importe les conneries de cette petite voix, je restais scotché par la vue de la demoiselle qui me posa la question à laquelle je m'attendais après cet après-midi dans le garage:


- Laisses-moi d'abord te dire que tu es absolument magnifique dans cette robe, fais attention, je vais finir par croire que tu veux me charmer et je vais être obligé de te dire que si c'est le cas, tu t'en sors pas trop mal pour le moment. Pour ce qui est de la pièce, disons que c'est le seul endroit de la maison où tu ne dois pas entrer, il y a des trucs personnels, pas grand chose d'intéressant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Collocation Chapter II: The Secret Room [pv=Lio]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Collocation Chapter II: The Secret Room [pv=Lio]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nouveautés Chapter House :
» Kingdom Hearts : The secret key
» [Vente] Secret Wars en blister.
» Oyez oyez, venez montrer comment votre père noël secret vous a gaté!
» Création d'une room

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Renaissance du phénix :: Le Monde Magique :: Vos Demeures Respectives :: Maisons :: Maison des Barda-
Sauter vers: